Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ciel Voilé

Un scientifique en géo-ingénierie, « terrifié» par les projets qu'il a contribué à créer

17 Janvier 2015, 22:51pm

Un scientifique en géo-ingénierie, « terrifié» par les projets qu'il a contribué à créer

http://naturalsociety.com/geo-engineering-scientist-terrified-projects-helped-create/


Une excuse pour les programmes de modification du climat ?

Christina Sarich - le 2 Janvier 2015

Dr Matthew Watson de l'Université de Bristol au Royaume-Uni a récemment déclaré aux médias qu'il était « terrifié » par la plupart des projets de géo-ingénierie actuellement en travaux pour contrecarrer le changement climatique d'origine humaine, un phénomène présenté comme une excuse pour justifier les programmes de modification artificielle du temps, lequel serait, selon les milieux scientifiques officiels, une « menace pour l'humanité».


Le docteur Watson a récemment déclaré au Daily Mail du Royaume-Uni en ligne, qu'il est:
« . . . terrifié, parce que la possibilité d’erreur est considérable ».

Il travaille sur un projet de manipulation du temps de 2,8 millions de dollars, exactement du genre dont il dit avoir tellement peur. Le projet permettra d'injecter des particules de soufre dans l'atmosphère de la Terre avec l'objectif déclaré d’empêcher les rayons du soleil d'atteindre la Terre, sous prétexte d’empêcher son réchauffement. Le projet se nomme SPICE, et le Dr Watson mène l'étude.


Watson a déjà subi des revers, un programme prévoyant d’envoyer un énorme ballon en l'air pour y libérer des particules de soufre a dû être revu à cause de litiges en matière de brevets. Il dit que des millions ont déjà été dépensés pour cette recherche alors que les scientifiques sont « à des années-lumière» de ce qu’ils voudraient savoir, et qu’aucune étude connue sur les possibles conséquences désastreuses des pulvérisations d'aérosols n’a été présentée au public.


Dr Watson a déclaré que le jour viendrait où l'utilisation de ces technologies ne pourrait être évitée. « Nous nageons, nous nous noyons, dans une mer d'ignorance. Cela me terrifie. Mais ne rien faire n’est pas une option. À moins que nous ne nous trompions sur le changement climatique ou que nous changions rapidement nos habitudes de consommation, à un moment donné, nous devrons utiliser ces technologies », a t-il dit.


Beaucoup se méfient aussi des raisons vantées comme nécessaires pour justifier la pulvérisation d'aérosols dans l’air.


« La géo-ingénierie par pulvérisation d’aérosols dans la stratosphère est un terme générique pour les programmes en cours de modification du climat terrestre menés par les grandes puissances dans le monde entier. « Aérosol » signifie simplement particule microscopique en suspension dans l'air. Un premier objectif déclaré des programmes de géo-ingénierie est de créer un « écran » contre le rayonnement solaire pour ralentir « l’emballement du changement climatique » en utilisant des avions à réaction pour pulvériser des dizaines de millions de tonnes de particules hautement toxiques, des nanoparticules métalliques (un nanomètre est égal à 1 / milliard de mètre) dans l'atmosphère».


L’aluminium et d'autres particules toxiques sont présents dans les analyses de pluie à travers le monde. Les analyses de neige menées au Mont Shasta en Californie sont particulièrement alarmantes.


Je vous exhorte à faire votre propre recherche sur cette question. Si un des scientifiques de la géo-ingénierie sonne la sonnette d'alarme, c’est sûrement le moment d'écouter.

La Terre photographiée depuis l'espace.

La Terre photographiée depuis l'espace.

Un scientifique en géo-ingénierie, « terrifié» par les projets qu'il a contribué à créer
Plusieurs programmes de géo-ingénierie ont été proposés, illustrés ici, Mais le Dr Watson dit  que recourir à ces mesures équivaut à admettre que nous ne pourrons plus sauver la planète en gérant nos émissions mondiales - et signifierait que nous avons échoué à la sauver.

Plusieurs programmes de géo-ingénierie ont été proposés, illustrés ici, Mais le Dr Watson dit que recourir à ces mesures équivaut à admettre que nous ne pourrons plus sauver la planète en gérant nos émissions mondiales - et signifierait que nous avons échoué à la sauver.

Commenter cet article

Pedro 11/05/2015 23:38

dangerous thing ,chose dangeureuse de voiloir se prendre pour dieu !!!