Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ciel Voilé

Géo-ingénierie accidentelle ?

21 Février 2016, 15:17pm

Géo-ingénierie accidentelle ?

Le trafic aérien pourrait contribuer au blanchiment du ciel des Etats-Unis par la création d'une brume glacée


15 décembre 2015 Adapté des nouvelles de CIRES - Traduction française : Association Ciel voilé

http://www.esrl.noaa.gov/news/2015/121515.html


San Francisco, Californie - Les données ne semblaient pas faire sens. C'est souvent le cas avant que les scientifiques fassent un saut dans la compréhension. Dans le cas présent, les scientifiques avaient la preuve que le ciel dans la zone continentale des États-Unis blanchissait, après plusieurs décennies de soi-disant «obscurcissement».


Blanchissement ou obscurcissement sont des mots trop simples qui signifient augmentation ou diminution de la quantité de lumière solaire (mesurée en "irradiance", en watts / m2) atteignant la surface de notre planète et ces mesures sont souvent faites par temps sans nuages.


Pour expliquer l'obscurcissement observé dans un ciel sans nuages, on évoque classiquement les aérosols. Les niveaux de ces minuscules particules, associées à la pollution, ont augmenté pendant des décennies avant les années 90, puis ont commencé à baisser grâce aux contrôles de pollution. Cela pourrait rendre les cieux aujourd'hui plus lumineux que ceux des années 70 ou 80 et également réchauffer le climat, comme plus de rayonnement solaire direct atteint la surface terrestre.


Mais quand Chuck Long, un chercheur du laboratoire CIRES de la NOAA / de ESRL, et ses collègues ont cherché plus avant, quelque chose ne collait pas.


Si la tendance récente au blanchiment du ciel était due à un air plus propre et à moins d'aérosols, elle devrait s' accompagner d'une augmentation du rayonnement direct à ondes courtes, une part du rayonnement solaire atteignant la surface terrestre, en direct du Soleil. Ce n'était pas le cas, a signalé Long, au cours de la réunion d'automne de l'Union de Géophysique Américaine à San Francisco.


Au lieu de cela, Long et ses collègues ont constaté que sur les sites continentaux des États-Unis qu'ils ont analysés, le rayonnement solaire direct à ondes courtes est resté à peu près stable entre 1995 et 2007, sous un ciel sans nuages. Au contraire, le rayonnement diffus à ondes courtes a augmenté. Cela ne pourrait tout simplement pas se produire si une moindre quantité d'aérosols était la raison du blanchiment du ciel. Dans tous les cas, une moindre quantité d'aérosols signifierait une diminution du rayonnement diffus à ondes courtes, parce que les particules présentes dans l'atmosphère peuvent renvoyer la lumière solaire dans l'espace.


Aussi, les scientifiques ont-ils encore cherché, et dans une nouvelle analyse "provocante", non encore publiée, Long suggère que l'eau et d'autres émissions des aéronefs en haute altitude seraient responsables d'une "brume glacée". "Je vous parle d'une brume de glace peu visible générée par une traînée de condensation, que nous ne classons pas comme un nuage, mais qui donne au ciel bleu une teinte blanchâtre.", a dit Long.


Si sa conclusion était vérifiée, cela pourrait signifier que nous faisons déjà, en essence, une expérimentation de géo-ingénierie dans l'atmosphère, en y ajoutant des particules de glace qui changent la façon dont le rayonnement solaire atteint la surface de la Terre. Comprendre l'impact global de ces changements sur le réchauffement ou le refroidissement de la surface terrestre nécessitera davantage de recherche, a dit Long.


D'autres ensembles de données indirectes confirment cette hypothèse, ont constaté Long et ses collègues. La tendance au blanchiment est étroitement corrélée au nombre d'heures de vols commerciaux entre 1995 et 2007, fourni par la FDA. Ces appareils émettent à la fois l'eau et les particules nécessaires pour qu'en haute altitude cette eau se cristallise en glace.


En outre, une étude préliminaire utilisant les données spectrales solaires d'un site d' Oklahoma montre que les cieux sans nuages ont une tendance générale au blanchiment, durant la période étudiée, une indication de l'augmentation de la diffusion.
Le professeur Martin Wild de l'Institut des Sciences atmosphériques et climatiques à l'EPF à Zurich, en Suisse, a observé les changements dans les bilans énergétiques de la Terre. Lui et ses collègues ont détecté des hausses de la lumière solaire atteignant la surface de la Terre (c'est-à-dire le blanchiment) depuis le milieu des années 1980, ce qui marque une reprise par rapport aux ralentissements importants durant les décennies précédentes, une découverte publiée dans Science. "Nous nous soucions d'obscurcissement et de blanchiment parce que ces phénomènes peuvent affecter non seulement le réchauffement climatique, mais aussi la croissance des plantes, la fonte des glaciers, le cycle de l'eau, l'énergie solaire, et bien plus encore.", a déclaré Wild.


Wild a déclaré être intéressé par cette nouvelle hypothèse, qui nécessitera une enquête plus approfondie, mais qui pourrait aider les chercheurs à mieux comprendre les origines de l'obscurcissement et du blanchiment du ciel, un phénomène aux larges implications environnementales et socio-économiques.


CIRES est un partenariat entre la NOAA et CU-Boulder

Ndt : pour mieux comprendre cette version "officielle" :

http://www.cielvoile.fr/article-geo-ingenierie-comment-les-experiences-du-gouvernement-americain-ont-modifie-le-climat-de-la-terre-121759273.html

Commenter cet article