Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ciel Voilé

Pourquoi ce temps bizarre en janvier 2017 ?

17 Janvier 2017, 19:12pm

Publié par Ciel Voilé


De Dylan Jones - Traduction Ciel voilé

http://enouranois.eu/?p=1651

« Le changement climatique» ou Comment détourner l'attention du projet délibéré de faire fondre l'Arctique ?


Deux modes de modification du climat ont été à l'origine des fluctuations extrêmes du temps et des distorsions qui l'accompagnent dans le courant-jet ou jet stream.

 

Pourquoi ce temps bizarre en janvier 2017 ?

Au moment de la rédaction de cet article, début janvier 2017, l'Europe centrale et orientale ont subi un froid extrêmement anormal.

 

https://www.youtube.com/watch?v=Ilukwsg7O_s

https://www.youtube.com/watch?v=Ilukwsg7O_s

Dans ce bulletin météorologique, Chris Fawkes explique que les boucles « permettent » l'air chaud dans les régions arctiques et l'air froid dans certaines régions du sud de l'Europe. Environ à 20 secondes, notez la dépression anormalement prononcée du jet stream s'étendant vers le bas jusqu'à la Grèce et la Turquie.


Maintenant, regardez la deuxième vidéo de cet article de la BBC:


Le froid en Europe
A environ 22 secondes, nous avons de nouveau une image du diagramme du jet-stream déformé.
Chris Fawkes: « Ce qui a amené le temps froid en Europe, c'est une formation du jet-stream très allongée qui a permis à l'air froid de se propager vers le sud, hors de l'Arctique. »


Mais en réalité : Le jet stream est le résultat de l'interaction des masses d'air chaud et froid. Il ne « permet » rien.

 

« Contrairement à ce que l'on croit, le jet stream ne « provoque » pas l'apparition de conditions météorologiques d'un certain type ». Son existence est plutôt le résultat de certaines conditions météorologiques (un grand contraste de température entre deux masses d'air).


La masse d'air froid a été intensifiée artificiellement, ce qui a eu pour effet d'empiéter davantage vers le sud, en même temps que la formation très allongée du jet stream.


Observez cette fois que le jet stream se divise en fait et forme une crête au nord et un creux au sud. Ceci est une indication que, tandis que le refroidissement artificiel du temps est employé au sud, avec l'utilisation d'agents artificiels de nucléation de la glace tels que le nitrate de potassium, le nitrate d'ammonium, l'urée et les bactéries qui entraînent des températures au-dessus du seuil de congélation, le réchauffement artificiel du temps, la formation de cirrus artificiels, est employée plus au nord.


Ce qu'il est important de noter, c'est que tandis que la Grèce et la Turquie sont envahies par le froid, l'Arctique continue de se réchauffer à un rythme sans précédent. Les masses d'air froid ne proviennent pas de l'Arctique, elles proviennent du sud.

 

"Prévisions des anomalies de la température de surface (température,ombre) du 10 au 14 janvier 2017. Notez les températures chaudes dans une grande partie des États-Unis et de l'Europe du Nord et des températures froides dans le Sud.    En Europe, dans une grande partie de l'Asie et de l'Ouest du Canada et dans le nord-ouest des États-Unis. Les prévisions proviennent de l'ensemble GFS du 9 janvier 2017.

"Prévisions des anomalies de la température de surface (température,ombre) du 10 au 14 janvier 2017. Notez les températures chaudes dans une grande partie des États-Unis et de l'Europe du Nord et des températures froides dans le Sud. En Europe, dans une grande partie de l'Asie et de l'Ouest du Canada et dans le nord-ouest des États-Unis. Les prévisions proviennent de l'ensemble GFS du 9 janvier 2017.

À mesure que la glace nucléée se déplace vers le sud, elle est enrichie par des formations de nuages ​​qui se déplacent vers le nord et vers l'est et grossies par l'ensemencement des nuages, la production artificielle de vapeur d'eau et des fréquences radars soutenues, tant sur terre qu'en mer.

Cette rencontre de froid et de chaud donne lieu à des tempêtes intenses, à la soudaineté et à l'anormalité de « neige instable » en « lourde neige mouillée » et « neige de tempête » dont les présentateurs météo aiment parler.


Géo-ingénierie: vortex polaire – nucléation de la glace

La nature artificielle de ces événements est encore mise en évidence par la vitesse à laquelle des températures anormalement basses remontent vers des températures anormalement élevées dès que les refroidissements artificiels sont temporairement suspendus.


Il s'agit d'un phénomène persistant et non isolé:

 

La carte GISS ci-dessus montre le décrochage des températures moyennes élevées dans l'hémisphère nord en hiver (décembre-janvier- février) de la période 2015-2016.

La carte GISS ci-dessus montre le décrochage des températures moyennes élevées dans l'hémisphère nord en hiver (décembre-janvier- février) de la période 2015-2016.

Celle-ci montre la même chose dans l'hémisphère nord en automne (septembre -octobre -novembre) en 2016.

Celle-ci montre la même chose dans l'hémisphère nord en automne (septembre -octobre -novembre) en 2016.

Nous pouvons voir le changement dans la localisation du refroidissement artificiel du climat en Asie du Nord. Malgré cela, les températures arctiques restent hors norme.


Un rideau de glace est dressé sur les régions fortement peuplées d'Europe.

 

Pourquoi ce temps bizarre en janvier 2017 ?

Les épisodes de froid anormal reçoivent également l'attention maximale des médias, alimentant le débat perpétuel entre les défenseurs anthropogéniques du réchauffement planétaire et les sceptiques. Tout cela distrait de la réalité de l'opération délibérée destinée à faire fondre l'Arctique.


Cette région anormalement froide de l'océan Atlantique Nord contribue même à la fonte de la glace arctique.


Selon le spot du blog ArticNews, cette région est soumise aux effets de refroidissement des sulfates émis par l'industrie.


« Les particules, en particulier le sulfate, peuvent fournir un refroidissement à court terme de la surface de la mer. De grandes quantités de sulfate sont émises par les zones industrielles de l'Est de l'Amérique du Nord et de l'Asie de l'Est. Dans l'hémisphère Nord, l'effet Coriolis fait que ces émissions atteindront généralement les zones situées au-dessus de l'océan voisin à l'est de ces zones industrielles, ce qui entraînera un refroidissement important de la surface de la mer jusqu'à ce que les particules tombent du ciel. Puisque le sulfate est émis régulièrement, l'effet de refroidissement se poursuit sans beaucoup d'interruptions.

Ce sulfate a un effet de refroidissement sur la surface de la mer où les courants marins déplacent de l'eau chaude vers l'océan Arctique. Comme la surface de la mer devient plus froide, il y a moins
d'évaporation et donc moins de transfert de chaleur de l'océan vers l'atmosphère durant le trajet de l'eau chaude vers l'océan Arctique. Par conséquent, l'eau sous la surface de la mer reste plus chaude lorsqu'elle se déplace vers l'océan Arctique.»

 

En fait, les sulfates sont émis avec du noir de carbone, ce qui a un effet de réchauffement. Prétendre que les émissions industrielles réduisent le réchauffement climatique dans certaines régions et l'augmente dans d'autres est trompeur.

Une autre suggestion que les particules de sulfate, c'est que cette région froide subit la fonte du Groenland. L'eau douce ajoutée à l'océan est censée ralentir la Circulation Méridionale de l'Atlantique (AMOC), dont le Gulf Stream fait partie. C'est parce que l'eau douce interfère avec le cycle thermohaline, elle dilue l'eau salée laquelle ne s'enfonce pas tant.


Pourquoi certains scientifiques s'inquiètent-ils d'une «goutte» étonnamment froide dans l'océan Atlantique Nord ?


Cependant, nous sommes confrontés à un problème. Qu'en est-il de la fonte des glaces, à faible teneur en sel, partout ailleurs dans l'Arctique? Pourquoi cela ne provoque-t-il pas des « gouttes » froides anormales? Pourquoi cette théorie ignore-t-elle les régions de chaleur anormale au nord de la « goutte » froide ?

Il est plus probable que les modifications climatiques de refroidissement (plutôt que les sulfates) soient utilisées pour réduire l'évaporation et le transfert de chaleur vers l'atmosphère là où les courants marins déplacent l'eau chaude vers l'océan Arctique.

L'eau sous la surface de l'océan, qui a déjà reçu la part du lion du réchauffement climatique, reste plus chaude lorsqu'elle se déplace vers la glace arctique.

 

Teneur totale en chaleur planétaire. Les données de Nuccitelli et al. (2012)

Teneur totale en chaleur planétaire. Les données de Nuccitelli et al. (2012)

Teneur totale en chaleur planétaire. Les données de Nuccitelli et al. (2012)

L'une des régions le long de la grande bande transporteuse océanique, où la chaleur est libérée dans l'atmosphère, correspond bien à la région anormalement froide de l'Atlantique Nord.
 

Pourquoi ce temps bizarre en janvier 2017 ?

Conclusions

Le froid tout à fait anormal sur l'Europe centrale et orientale est dû à l'interaction de deux formes de modification climatique, de réchauffement et de refroidissement.


Plutôt que de « provoquer » des conditions météorologiques, le jet stream est en fait le résultat de ces conditions météorologiques, à savoir le contraste de température entre deux masses d'air.

 

Attribuer la cause de ces conditions à un changement dans le jet stream, c'est comme dire que l'éternuement est la cause du rhume.


Le réchauffement artificiel réchauffe les masses d'air qui empiètent plus au nord en provoquant des crêtes prononcées dans le jet stream.


Le refroidissement artificiel refroidit les masses d'air qui empiètent plus au sud, provoquant des creux prononcés dans le jet stream.


Alors que la Grèce et la Turquie étaient envahies par le froid, l'Arctique a continué à se réchauffer à un rythme sans précédent, si bien que les températures y étaient plus chaudes que dans les régions du sud de l'Europe.
 

Alors que la région où la glace est nucléée se déplace vers le sud, des formations de nuages se déplacent vers le nord et vers l'est augmentées par l'ensemencement des nuages, la production artificielle de vapeur d'eau et des fréquences radars soutenues, tant sur terre que sur mer.


Cette rencontre de froid et de chaud donne lieu à des tempêtes intenses, à la soudaineté et à l'anormalité de «neige instable » en «lourde neige mouillée» et «neige de tempête» dont les présentateurs météo aiment parler.

 

La nature artificielle de ces événements est encore mise en évidence par la vitesse à laquelle des températures anormalement basses remontent vers des températures anormalement élevées dès que les refroidissements artificiels sont temporairement suspendus.


Un rideau de glace est dressé sur les régions fortement peuplées d'Europe.

 

Les épisodes de froid anormal reçoivent également l'attention maximale des médias, alimentant le débat perpétuel entre les défenseurs anthropogéniques du réchauffement planétaire et les sceptiques. Tout cela distrait de la réalité de l'opération délibérée destinée à faire fondre l'Arctique.

 

Le refroidissement artificiel du climat (plutôt que les sulfates) est utilisé pour réduire l'évaporation et le transfert de chaleur vers l'atmosphère, là où les courants marins déplacent l'eau chaude vers l'océan Arctique.


L'eau sous la surface de l'océan, qui a déjà reçu la part du lion du réchauffement climatique, reste plus chaude lorsqu'elle se déplace vers la glace arctique.

Dans une future étude, nous expliquerons comment les géo-ingénieurs alimentent des tempêtes parfaites sans précédent et des ouragans de plus en plus intenses et fréquents, brassés par les océans, transformés par le réchauffement planétaire délibéré en immenses réservoirs de chaleur.


Grâce à la pulvérisation préalable de noir de carbone, aux plates-formes radar en mer, aux avions et aux navires équipés de radars embarqués, émettant des impulsions et pulvérisant des chargements d'aérosols, il n'y a pratiquement aucune limite au développement en taille de ces systèmes de tempête.


Au fur et à mesure qu'ils montent plus au nord et fusionnent avec des tempêtes nucléées de glace, ils intensifient encore davantage le gradient de pression, ils accélèrent la rupture de la glace arctique. Combinés à la géo-ingénierie déjà déployée sur place, ils ajoutent au contenu déjà chargé des nuages, et apportent assez de précipitation et de chaleur à la région pour faire monter la température du pôle Nord au-dessus du seuil de congélation en hiver. Ces facteurs s'accélèrent lorsque la superficie des eaux libres dans l'océan Arctique augmente.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Courant-jet

https://fr.wikipedia.org/wiki/Circulation_thermohaline

 

 

Commenter cet article