Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ciel Voilé

Inquiétude grandissante quant à un «incident» nucléaire en Europe après la hausse des niveaux d'iode radioactif

21 Février 2017, 17:22pm

Inquiétude grandissante quant à un «incident» nucléaire en Europe après la hausse des niveaux d'iode radioactif
Inquiétude grandissante quant à un «incident» nucléaire en Europe après la hausse des niveaux d'iode radioactif
Inquiétude grandissante quant à un «incident» nucléaire en Europe après la hausse des niveaux d'iode radioactif


Tyler Durden 20 fév 2017 – Traduction Ciel voilé

http://www.zerohedge.com/news/2017-02-19/concerns-grow-about-nuclear-incident-europe-after-spike-radioactive-iodine-levels


L'inquiétude grandit quant à un «incident» nucléaire potentiel, et jusqu'à présent non confirmé, apparemment dans le voisinage du cercle polaire arctique, depuis la semaine écoulée, après que des traces d'iode-131 radioactif d'origine inconnue aient été détectées en janvier sur de vastes zones en Europe selon un rapport de l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire, l'expert public français en matière de risques nucléaires et radiologiques. Comme l'isotope a une demi-vie de seulement huit jours, la détection indique une émission assez récente. Comme l'ajoute The Barents Observers : « L'origine de la radioactivité reste un mystère. »


La station de filtrage d'air située à Svanhovd, à quelques centaines de mètres de la frontière norvégienne avec la péninsule russe de Kola, dans le nord, a été la première à mesurer de petites quantités d'iode radioactif 131 au cours de la deuxième semaine de janvier. Peu de temps après, le même isotope iode-131 a été mesuré à Rovaniemi en Laponie finlandaise. Au cours des deux semaines suivantes, des traces de radioactivité ont été mesurées en Pologne, en République tchèque, en Allemagne, en France et en Espagne.


La Norvège a mesuré la première la radioactivité, mais la France a été la première à en informer officiellement le public.


"L'iode-131, un radionucléide d'origine anthropique, a récemment été détecté en très petites quantités dans l'atmosphère au sol de l'Europe. En Finlande, en Pologne, en République tchèque, en Allemagne, en France et en Espagne, depuis fin janvier ", a déclaré l'Institut français de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) dans un communiqué de presse.


Pas de problèmes de santé pour l'instant


La responsable de la protection contre les rayonnements de la Norvège, Astrid Liland, a déclaré au Barents Observers que les niveaux mesurés ne soulèvent aucun problème de santé, calmant ainsi une certaine inquiétude. « Nous mesurons de temps en temps de petites quantités de radioactivité dans l'air parce que nous avons des appareils de mesure très sensibles. Les mesures à Svanhovd en janvier étaient très, très faibles. Des mesures ont aussi été prises dans les pays voisins, comme la Finlande. Les niveaux ne suscitent aucune préoccupation pour les humains ou l'environnement. Par conséquent, nous estimons qu'il n'est pas utile d'en parler », répond Astrid Liland quand on lui demande pourquoi le public n'a pas été informé.


Elle souligne que le public norvégien peut vérifier les mesures en temps réel du réseau national norvégien de 33 stations.


A Svanhovd, les mesures effectuées entre le 9 et le 16 janvier présentent des niveaux de 0,5 micro Becquerel par mètre cube d'air (μBq / m3). En France, où les autorités ont décidé de publier l'information, la radioactivité mesurée était beaucoup plus faible, de 0,1 à 0,31 μBq / m3. Les niveaux mesurés en Finlande étaient également plus bas que dans le nord de la Norvège avec 0,27 μBq / m3 mesuré à Rovaniemi et 0,3 μBq / m3 à Kotka. L'Autorité de la radioprotection et de la sûreté nucléaire de Finlande (STUK) a décidé de suivre l'exemple français et a publié un communiqué de presse sur les niveaux accrus de radioactivité.


Mais aucune explication sur la source du rayonnement

 

Les autorités finlandaises soulignent également que les niveaux mesurés sont loin des concentrations qui pourraient avoir un effet sur la santé humaine. Ni STUK, ni l'IRSN ne font d'hypothèses quant à l'origine de l'iode-131 libéré.


Astrid Liland ne peut non plus expliquer l'origine de la radioactivité. "Le temps était mauvais lors des mesures, donc nous ne pouvons pas localiser le lieu de l'émission. Des mesures de plusieurs endroits en Europe pourraient indiquer qu'elle viendrait de l'Europe de l'Est », explique Liland. "L'augmentation de l'iode radioactif dans l'air a eu lieu dans le nord de la Norvège, le nord de la Finlande et la Pologne dans la deuxième semaine de janvier, et dans d'autres pays européens les deux semaines suivantes » précise Astrid Liland.


Comme The Barents Observers le suggère, l'iode-131 dans l'air pourrait provenir d'un incident sur un réacteur nucléaire. L'isotope est également largement utilisé en médecine; de nombreux pays à travers le monde le produisent.


Tous les exploitants de réacteurs nucléaires ou d'établissements utilisant de l'iode 131 à des fins médicales ont des détecteurs de rejets radioactifs externes. En d'autres termes, comme le conclut The Barents Observers « Quelqu'un sait pourquoi la radioactivité a été répandue sur de vastes zones d'Europe».


Des installations nucléaires en Europe du nord-ouest, où la radioactivité a été découverte, comprennent des centrales nucléaires en Finlande, en Suède et en Russie, ainsi que des navires à propulsion nucléaire sur la péninsule de Kola en Russie et la région de la mer Blanche. La source pourrait également provenir d'installations encore plus éloignées.

Déploiement de l'avion Phoenix Constant


Enfin, pour ajouter du mystère à cet «incident» potentiel, l'avion « Phoenix Constant», est arrivé vendredi au Royaume-Uni, sur la base aérienne de Mildenhall, en provenance de Floride.

Comme l'explique l'aéronautique, le WC-135 Phoenix Constant a été utilisé dans le passé pour déterminer si des essais nucléaires ou des détonations avaient eu lieu dans une région donnée. Le WC-135 est un dérivé du Boeing C-135. Deux de ces avions sont en service aujourd'hui sur les dix appareils exploités depuis 1963. L'avion est piloté par les équipages de vol du 45ème escadron de reconnaissance de la base de la Force aérienne d'Offutt alors que les équipes de mission proviennent du détachement 1 du Centre des applications techniques de l'Air Force. Le WC-135, connu sous le nom de «sniffer» ou «oiseau météorologique» selon ses équipages, peut transporter jusqu'à 33 personnes. Cependant, le nombre des membres d'équipage est réduit au minimum pendant les vols de mission afin de diminuer les niveaux d'exposition radioactive.

Les gaz d'effluents sont recueillis par deux godets sur les côtés du fuselage, qui à leur tour piègent les particules de retombées sur les filtres. Les équipes de mission ont la capacité d'analyser les résidus de retombées en temps réel, de confirmer la présence de retombées nucléaires et de déterminer éventuellement les caractéristiques de l'ogive concernée : c'est pourquoi l'avion est important pour confirmer le type d'explosion des analyses d'aujourd'hui.

 

Les gaz d'effluents sont recueillis par deux godets sur les côtés du fuselage, qui à leur tour piègent les particules de retombées sur les filtres. Les équipes de mission ont la capacité d'analyser les résidus de retombées en temps réel, de confirmer la présence de retombées nucléaires et de déterminer éventuellement les caractéristiques de l'ogive concernée : c'est pourquoi l'avion est important pour confirmer le type d'explosion des analyses d'aujourd'hui.


Comme l'a expliqué Darin R. Pfaff, un ancien membre des équipages du WC-135, dans un commentaire à un article précédent sur cet avion: « Les cellules ont deux grands paquets supplémentaires de charbon de bois, ainsi que des filtres HEPA / ULPA (Nous les avons appelés« poumons » ") Pour leur air de cabine. Lorsque les instruments indiquent un contact avec des débris radioactifs, l'équipage réduit également le débit d'air de la cabine pour maintenir la pression et tout les membres d'équipage à bord respireront 100% d'oxygène à travers leurs masques. Ils resteront sur 100% d' O2 jusqu'à ce que les mesures de radioactivité descendent vers des niveaux sûrs. Tout le monde porte un dosimètre, et ces enregistrements sont surveillés pour éviter une exposition dangereuse. "

En plus de la surveillance des essais nucléaires, le WC-135 est utilisé pour suivre l'activité radioactive comme cela s'est produit après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en URSS en 1986 et l'incident de Fukushima en 2011.


Jusqu'à présent, il n'y a eu aucune déclaration officielle de toute entité fournissant plus de détails sur le pic de niveaux d'iode, ni une explication de l'armée américaine sur la raison du déploiement du « Phoenix Constant» en Europe.

 

Communiqué de la CRIIRAD du 14 février 2017

 

Commenter cet article

Françoise 22/02/2017 12:15

de toute façon nous sommes hautement en danger et personne ne nous dira quoi que ce soit, tous les problèmes de thyroïde que les personnes ont rencontrés il y a 2 ou 3 ans, des gênes à la thyroïde il y en a eu beaucoup, ils veulent la dépopulation et ils trouvent que cela ne va pas assez vite, avec les chemtrails, les ondes électromagnétiques, et toutes les pollutions avec l'aide des antennes HAARP, des ondes par le fond des océans, par le haut et tout le reste, il ne nous reste qu'une chose à faire c'est de restez positifs car la peur , nos émotions négatives créent notre réalité, agir en ne votant pas, en essayant de ne pas voyager voir lien suivant
http://www.geoengineeringwatch.org/climate-engineering-ozone-destruction-and-radiation-clouds-the-dangers-of-air-travel/
les passagers d'avion et les équipages reçoivent 10 fois la dose d'aluminium et d'autres métaux et produits toxiques quand les avions traversent la couche de brume toxique et reçoivent en plus des doses d'irradiation énormes par le haut voir le lien de Dane Wigington sur les risques de voyages
on est attaqué de partout, seuls les plus forts s'en sortiront, ceux qui ne financent plus les "poly-tiques", ne donnent plus leur consentement, ne votent plus
alors à vos prières... sincères

g 22/02/2017 16:17

Ne plus cautionner le système. il faut le faire tomber- les citoyens fournissent le carburant de la société par leur travail- leur argent contribue à mettre en oeuvre des plans sataniques comme celui-ci-.
Ne plus donner d'énergie à ce système qui se retourne contre les valeurs morales humaines et sacrées.
ce système doit disparaitre c'est une question vitale !

g 22/02/2017 11:32

pour avoir un taux reparti de radioactivité en Europe de façon quasi homogène, ça sent l'épandage en plus de posséder des centrales nucléaires en mauvais état.