Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ciel Voilé

EXCLUSIF: Une étude constate que les ajustements de température comptent pour «presque tout le réchauffement» en données climatiques

27 Juillet 2017, 08:53am

EXCLUSIF: Une étude constate que les ajustements de température comptent pour «presque tout le réchauffement» en données climatiques

 

http://dailycaller.com/2017/07/05/exclusive-study-finds-temperature-adjustments-account-for-nearly-all-of-the-warming-in-climate-data/

 

Michael Bastach – Le 5 juillet 2017 - Traduction Ciel voilé

 

 Une nouvelle étude a révélé que les ajustements apportés aux lectures globales de la température de surface par les scientifiques au cours des dernières années « sont totalement incompatibles avec les données de température publiées et crédibles des États-Unis et d'ailleurs».


« Donc, il est impossible de conclure à partir des trois ensembles de données [température de surface moyenne mondiale globale (GAST)] publiées que les années récentes ont été les plus chaudes jamais enregistrées - malgré les déclarations courantes de réchauffement », selon une étude publiée le 27 juin par deux scientifiques et un statisticien chevronné.


L'étude revue par des pairs a essayé de valider les ensembles de données de température de surface gérés par la NASA, la NOAA et le Met Office du Royaume-Uni, qui font tous des ajustements aux lectures brutes du thermomètre. Les sceptiques du réchauffement climatique d'origine anthropique ont critiqué ces ajustements.


Les scientifiques du climat appliquent souvent des ajustements aux températures de surface relevées pour tenir compte des «biais» dans les données. La nouvelle étude ne remet pas en question les ajustements eux-mêmes, mais remarque que les ajustements ont augmenté la tendance au réchauffement dans l'enregistrement de la température publié au cours des années.

Fondamentalement, «la courbe cyclique des données enregistrées les plus anciennes a été ajustée par rapport aux lectures de température des stations météorologiques, des bouées, des navires et d'autres sources.

Les dernières versions publiées de température de surface donnent des températures passées plutôt fraîches et des températures actuelles plus chaudes, augmentant la tendance au réchauffement, selon les auteurs de l'étude. Au fil du temps, les versions plus récentes de l'évolution de la température montrent plus de réchauffement que celles du passé.


« Presque tout le réchauffement qu'ils montrent vient des ajustements », a déclaré le météorologue Joe D'Aleo, un co-auteur de l'étude, à la fondation du Daily Caller News lors d'une entrevue. « Chaque jeu de données a poussé le réchauffement des années 1940 et a poussé le réchauffement actuel."


« Vous pensez qu'en effectuant des ajustements, parfois cela se réchauffe et parfois cela se refroidit. Cela n'est presque jamais arrivé », a déclaré M. D'Aleo, co-auteur de l'étude avec le statisticien James Wallace et le scientifique climatique Craig Idso, de l'Institut Cato.


Leur étude a révélé que les mesures « ont presque toujours montré une tendance linéaire réchauffante plus raide durant toute son histoire », ce qui a été « presque toujours accompli en supprimant systématiquement le modèle de température cyclique précédemment existant ».


« Les conclusions de cette recherche sont que les trois ensembles de données [température de la surface moyenne mondiale] ne constituent pas une représentation valide de la réalité », a déclaré l'étude. « En fait, l'ampleur de leurs ajustements des données historiques, supprimant les températures cycliques, est totalement incompatible avec les données américaines crédibles et publiées et d'autres données de température ».


De ces résultats, les auteurs de l'étude affirment que la science qui sous-tend l'autorité de l'Environmental Protection Agency (EPA) pour réglementer les gaz à effet de serre «est invalidée».


La nouvelle étude sera incluse dans les pétitions de groupes conservateurs à l'EPA pour reconsidérer la constatation du risque en 2009, qui a fourni à l'agence son autorité légale pour réglementer le dioxyde de carbone et d'autres gaz à effet de serre.


Sam Kazman, un avocat de l'institut de la concurrence (CEI), a déclaré que l'étude a apporté une

« nouvelle preuve importante dans ce débat » sur la possibilité de rouvrir la recherche de mise en danger. CEI a demandé à l'EPA de rouvrir la recherche de mise en danger en février.
« Je pense que cela apporte un nouvel élément très fort », a déclaré Kazman au Daily Caller. « C'est une raison suffisante pour agir officiellement et entamer un débat public sur les accusations que nous soutenons. »


Comme le président Donald Trump a ordonné à Scott Pruitt, administrateur de l'EPA, d'examiner le Clean Power Plan, on a supposé que l'administration rouvrirait la recherche de mise en danger pour un nouvel examen.


Le document de l'ère d'Obama a utilisé trois éléments de preuve pour décider que « les émissions des véhicules mettaient en danger la santé publique et le bien-être public des générations actuelles et futures ».


D'Aleo et Wallace ont déposé une requête auprès de l'EPA au nom de leur groupe, le Conseil des consommateurs concernés de l'énergie (CHECC). Ils ont compté sur leurs recherches antérieures, qui ont trouvé que l'un des axes directeurs de l'EPA « n'existe tout simplement pas dans le monde réel ».


Leur étude de 2016 « n'a pas permis de constater que les concentrations de CO2 atmosphériques en constante augmentation aient eu un impact statistiquement significatif sur l'une des 13 données chronologiques importantes analysées ».


« En somme, les trois éléments de preuve invoqués par l'EPA pour attribuer le réchauffement aux émissions de GES humaines sont invalides », lit la requête de CHCC. « Le prétexte d'un risque devient donc invalide et devrait être reconsidéré."


Pruitt est resté silencieux sur la question de savoir s'il ouvrirait ou non la recherche de mise en danger, mais ce responsable a déclaré diriger une équipe d'urgence pour s'attaquer aux sciences du climat.
 

Le secrétaire à l'énergie, Rick Perry, a aussi déclaré être en faveur d'exercices en équipe de pro contre anti, lesquels sont utilisés par les militaires et les services secrets pour tester les vulnérabilités de systèmes ou de stratégies.
 

Les militants écologistes et les scientifiques du climat, en majorité, dénoncent l'idée, certains d'entr'eux au prétexte qu'il serait « dangereux » de mettre en avant les opinions scientifiques d'une minorité.
 

« De tels appels à des équipes d'enquêteurs ne font pas partie d'un débat scientifique honnête », ont écrit les climatologues Ben Santer et Kerry Emanuel et l'historienne militante Naomi Oreske.

«  Ce sont des atteintes dangereuses pour faire connaître l'opinion d'une minorité et pour couper cours à toute la légitimité, l'objectivité et la transparence de la science du climat déjà existante. », ont-ils écrit dans un récent article du Washington Post.

« Franchement, je pense que vous pourriez mener un tel type d'exercice pour vérifier l'affirmation de « dangerosité » » , a déclaré Kazman.

Pour autant, Kazman a averti que ce type d'exercice pourrait être une arme à double tranchant s'il n'était pas fait correctement. Il s'inquiète du fait que des scientifiques ne soutenant pas l'idée puissent saper le processus du dedans et fournir au public une information biaisée.


 


 

Commenter cet article

jack 27/07/2017 15:25

a l'heure actuelle il est évident que le réchauffement et le dérèglement climatique sont créé artificiellement,après quelques années d'observation j'en suis persuadé.
ce qui me conforte dans cette affirmation c'est la manipulation télévisuelle que l'on subi, de façon plus agressive , depuis quelques mois.je ne sais si vous avez remarqué .
la qualité des images, modifiées dans tous les programmes,montrent tous les changements visible dans notre environnement .ce n'est pas dut a un défaut du téléviseur.
vous remarquerez des excès de luminosité ,des défaut d’éclairage qui font briller de façon soutenu les visages ,la couleur orangé qui est omniprésente ,beaucoup de contre jour sans parler de l'aspect du ciel et du soleil que l'on nous montre fréquemment au lever et au coucher très coloré du jaune au rouge cuivré en nous disant que cela est magnifique.
je ne pense pas qu'un ciel qui devient totalement rouge orangé sur la totalité de l'horizon soit quelque chose de bon car cela démontre la quantité importante de particules qu'il y a dans notre atmosphère ,si celui ci était serein cela n'arriverait pas.
bonnes vacances à tous .