Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Trump et la Réserve Fédérale

28 Juillet 2018, 10:51am

Publié par Wayne Jett

Trump et la Réserve Fédérale


Par Wayne Jett © 26 juillet 2018 - Traduction Ciel voilé

 

http://classicalcapital.com/Trumping_The_Fed.html



Le Conseil des gouverneurs du système de la Réserve Fédérale compte actuellement trois membres. Le président et le vice-président du conseil ont été nommés par le président Trump. Le troisième gouverneur en exercice a été nommé en 2014. Il y a quatre postes vacants au sein du conseil d'administration composé de sept membres, que le président Trump prévoit de pourvoir prochainement. Les personnes nommées par le président ont déjà le contrôle du conseil de la Fed. Mais POTUS ajoutera des membres aux conseil d'administration afin d'aider le travail à accomplir, lequel comprend une réinitialisation de la monnaie et la fin de la Fed.

Les banques centrales privées créent de l'argent illusoire

Ce n'est pas rien. La Fed a commis des ex-actions financières horribles depuis sa création en 1913. La Fed est une organisation privée ayant le pouvoir de créer du papier monnaie réputé le seul « cours légal » pour toutes les dettes publiques et privées aux Etats-Unis. La Fed tient à son indépendance totale et à la discrétion dans ses actions, elle ne publie que les informations qu'elle veut bien publier, et n'a jamais permis un audit complet et indépendant de sa situation financière. Nous devons avoir confiance, nous ne pouvons pas vérifier.

Le président Woodrow Wilson s'est engagé dans sa campagne électorale de 1912 à s'opposer à la création de toute banque centrale. En 1913, le Congrès et Wilson ont promulgué la loi autorisant la Fed. Mais même ce début très trompeur en dit peu sur les ex-actions de la Fed au XXIe siècle, qui ont privé de valeur la production et le travail en échange des «billets» papier de la Fed, tout à fait douteux.


La situation financière de la Fed

En août 2008, la masse monétaire créée par la Fed était d'environ 845 milliards de dollars. Aujourd'hui, à peine 10 ans plus tard, la Fed estime que la masse monétaire est quintuplée: environ 4400 milliards de dollars. Où est passée cette énorme quantité de "nouvelle" monnaie? La Fed déclare posséder 2400 milliards de dollars de dette publique américaine et 1800 milliards de dollars de titres adossés à des hypothèques. Très sûr, n'est-ce pas ? Que pourrait-il se passer de mal ?

La Fed déclare également des dettes pour 4350 milliards
de dollars, mais un capital net de seulement 39 milliards de dollars au 28 février 2018. La Fed ne divulgue que certains engagements, y compris des «billets en circulation» pou un montant de 1580 milliards de dollars. Rappelez-vous, ces billets de la Fed dans votre portefeuille ou sur votre compte bancaire, sont des promesses de vous payer une valeur réelle égale à leur valeur nominale. Mais quelle est la valeur réelle d'un dollar ? C'est seulement ce qu'une seconde partie croit pouvoir persuader une tierce partie d'échanger pour cela. En d'autres termes, le «billet» du dollar américain repose entièrement sur la confiance.

Le fonds de roulement de la Fed indiqué ci-dessus est inférieur à 2,5% des «billets en circulation», il est inférieur à 1% du passif total et ne représente qu'environ 2,1% de la valeur déclarée de ses investissements en titres adossés à des hypothèques. Une institution financière ordinaire avec une telle capitalisation pourrait être anéantie par une simple brise sur les marchés, bien moins qu' une tempête. Mais la Fed est extraordinaire parce que la loi fédérale lui permet de créer plus de monnaie papier - c'est-à-dire plus de dette sur ses états financiers - sans limite.


Désordre à nettoyer

À mesure qu'un dollar additionnel est créé, chaque dollar vaut moins, sauf dans la mesure où la production totale de biens et de services a augmenté. La création de nouveaux «billets» (dollars) par la Fed a largement dépassé la croissance du PIB, de sorte que la valeur d'achat du dollar a un excédent d'inflation très important. Beaucoup de dollars déjà créés sont tenus en réserve par les banques parce que la Fed l'a exigé (jusqu'à présent) pour repousser l'inflation rampante.

En contrôlant le conseil des gouverneurs de la Fed, le président Trump obtient un avantage certain pour orienter le fiasco monétaire de la Fed vers une réinitialisation monétaire, tout en minimisant les dommages à l'économie et à tous ceux qui utilisent le dollar. Ce n'est pas un mince défi, car il n'a jamais été atteint par aucune monnaie fiduciaire dans l'histoire. Mais le contrôle par le président du conseil d'administration de la Fed - s'il obtient la coopération de son secrétaire du Trésor et de la Federal Reserve Bank de New York - offrira de meilleures perspectives qu'un conseil d'opposants politiques.


Nouveau système monétaire à venir

Le fait pratique est que le monde dirigé par l'alliance des nations du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) est déjà bien parti pour abandonner le dollar américain comme paiement acceptable pour les produits vendus dans le commerce international. Ils sont fatigués d'être trompés par le régime de monnaie simulé perpétré par l'intermédiaire de la banque centrale Rothschild - Rockefeller appelée la Réserve Fédérale. Le monde aura un système de monnaie avec une valeur stable - presque sûrement mesurée et échangeable contre de l'or. L'or est la mesure la plus fiable pour l'argent parce que sa substance et son utilité sont les plus stables disponibles.

L'un des défis du président Trump est d'installer l'Amérique dans un nouveau système monétaire stable qui sera acceptable - voire admiré - par le reste du monde. Pour ce faire, il faudra d'abord accomplir deux choses. Premièrement, équilibrer le compte courant des États-Unis (que la valeur des exportations soit égale à la valeur des importations), ce sur quoi il progresse très bien.

Deuxièmement, il doit récupérer autant que possible les richesses volées au gouvernement américain, y compris l'or pris à Fort Knox, des milliers de milliards de dollars détournés via des comptes du gouvernement, et des milliers de milliards de dollars détournés par des fonctionnaires corrompus du gouvernement. Ces derniers sont les cibles de la loi présidentielle du 21 décembre 2017, qui a déclaré comme urgence nationale le trafic d'êtres humains et la corruption (gel des avoirs des parties impliquées dans de telles activités).


Nouvelle orientation


Un conseil des gouverneurs de la Réserve Fédérale nommé par le président Trump saura mieux affronté ces défis très importants. Des événements financiers à la fois d'importance historique et de risque immédiat sont à prévoir dans un avenir proche. Le plan pour maîtriser ces défis semble être sur la bonne voie, mais soyez prêts pour les bosses sur la route. Ceux qui seront détrônés des positions de pouvoir essaieront de rendre le processus aussi douloureux que possible pour nous. Mais la plus grande douleur, en cette période, serait d'abonder dans leur sens.

 

L'auteur de l'article Wayne Jett a écrit un livre : « The fruits of the graft » ( Les fruits de la corruption), en anglais, à 25 dollars sur son site : http://classicalcapital.com/Buy_Book.html

 

 

Commenter cet article

Julien 04/08/2018 03:47

On peut rêver ; en 1862 Abraham Lincoln a voulu émettre des millions de dollars pour la trésorerie américaine sans emprunts auprès de la réserve fédérale et JFK en 1963 : ils ont subi le même sort.

Trump réussira-t-il ? encore faudrait-il qu'il soit sorti du système ce dont il y a lieu de douter, quand on voit son entourage issu de la goldman sachs et ses décisions et actes, même sous couvert populiste. Du reste la géoingéniérie aux US n'a jamais été aussi puissante malgré les plaintes des américains. C'était le candidat du moindre mal mais celui des lobbies, ancien magnat de l'immobilier et casinotier. Un milliardaire reste un milliardaire. Il ne faut pas écouter ses paroles mais regarder ses actes.