Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Analyses de vaccins par une association italienne Corvelva

27 Juin 2019, 20:26pm

Publié par Michel Dogna

Analyses de vaccins par une association italienne Corvelva

Michel Dogna - le 27 juin 2019

 

L'association pour la liberté de vaccination, Corvelva, fondée en 1993 et composée de scientifiques et de juristes, a annoncé avoir reçu un don de 10.000 euros de l'Ordre national des biologistes italiens le 26 octobre 2018 afin de tester la sécurité et l'efficacité des vaccins couramment utilisés pour la vaccination des enfants. 

Le premier vaccin qu'ils ont testé de manière approfondie avec ce don est Infanrix Hexa, un vaccin "six en un" fabriqué par GlaxoSmithKline (GSK) qui est supposé contenir les antigènes suivants :

• taxoïdes du tétanos,
• de la diphtérie et de la coqueluche,
• souches virales 1-2-3 inactivées de la poliomyélite,
• antigène de surface de l'hépatite B.

Corvelva n'a trouvé AUCUN de ces antigènes dans le vaccin, ce qui signifie qu'aucun anticorps ne serait créé contre les antigènes prévus. Non seulement aucun antigènes vaccinaux n'ont été détectés, mais ils ont trouvé ce qui suit :

des traces de 65 contaminants chimiques dont 35% seulement sont connus, issus du processus de fabrication ou de contamination croisée avec d'autres chaînes de fabrication,
• toxines chimiques,
• toxines peptidiques bactériennes, des allergènes potentiels capables d'induire des réactions auto-immunes,
• macromolécule insoluble et non digestible qui réagit au dosage des protéines, mais qui ne peut être reconnue par aucune base de données de protéines. 

Vous pouvez trouver le résumé des premières analyses du vaccin Infanrix Hexa, de l'Association Corvelva sur leur site : 

https://www.corvelva.it/speciali-corvelva/analisi/vaccingate-initial-results-on-infanrix-hexa-chemical-composition.html 

Le 24 décembre 2018, sur leur site, Corvelva a publié une mise à jour concernant les résultats d'analyses, débutées il y a quelques mois, du vaccin Priorix Tetra (rougeole-rubéole-oreillons-varicelle) fabriqué par GlaxoSmithKline (GSK)
Les analyses précédentes montraient des problèmes au niveau des mutations dans le génome des virus et au niveau des quantités absurdes d’ADN.  L'extension des analyses chimiques/protéines révèlent la présence de traces de composés de contaminants résiduels, dont :

des traces du médicament Vigabatrin et Gabapentine (antiépileptiques),
• d'un médicament expérimental anti-VIH,
• d'antibiotiques,
• d'herbicides,
• d'acaricides (insecticides),
• de métabolites de la morphine,
• de la petite "pilule bleue"...,
• à vos souhaits !

Mais ce n'est pas tout...

La présence d'ADN fœtal en grande quantité a été confirmée (1,7 µg dans le premier lot et 3,7 µg dans le deuxième lot), soit environ 325 fois la limite maximale fixée à 10 nanogrammes et 325 000 fois supérieur à la limite minimale de 10 picogrammes. 
• Les cellules issues de bébés avortés font partie de la composition des vaccins, c'est connu et utilisé depuis les années 60 !

La suite sur le site de Michel Dogna

 

 

Commenter cet article