Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Dioxyde de soufre, particules fines, Covid-19, géo-ingénierie, gouvernance mondiale, Bill Gates : un cocktail qui vous veut du mal.

24 Mai 2020, 06:46am

Publié par Climat artificiel

Dioxyde de soufre, particules fines, Covid-19, géo-ingénierie, gouvernance mondiale, Bill Gates : un cocktail qui vous veut du mal.

 

En décembre 2018, nous vous alertions sur les risques de voir se généraliser un ensemencement de la stratosphère par du SO2 (dioxyde de soufre) suite au projet de géo-ingénierie financé en grande partie par Bill Gates (cf. http://www.climat-artificiel.com/a24). A l’heure où son odeur est ressentie de par le monde de façon inexpliquée et où commencent à sortir des études faisant le lien entre pollution et virulence du Covid-19, il nous a paru intéressant de poursuivre cet article et de vous en dire plus sur ce gaz SO2, les particules fines associées et ce que Bill Gates nous prépare.

 

Jacqueline Roche - Le 23 mai 2020

 

SO2

Le SO2 a une odeur âcre et piquante. On le sent lorsqu’on craque une allumette ou que l’on assiste à un feux d’artifice. 40 % des émissions annuelles de SO2 sont d’origine naturelle (activité volcanique), 60 % viennent des activités humaines. Les centrales électriques brûlant du charbon ou du pétrole ainsi que les raffineries de pétroles et les métallurgies de métaux sont responsables des deux tiers des émissions anthropiques de dioxyde de soufre. Le SO2 affecte le système respiratoire, le fonctionnement des poumons et il provoque des irritations oculaires. L’inflammation de l’appareil respiratoire entraîne de la toux, une production de mucus, une exacerbation de l’asthme, des bronchites chroniques et une sensibilisation aux infections respiratoires. Le nombre des admissions à l’hôpital pour des cardiopathies et la mortalité augmentent les jours de fortes concentrations en SO2. Une exposition au SO2 sur de longues périodes à des niveaux moyens journaliers faibles est associée à la survenue de différents événements sanitaires tels que l’hospitalisation pour maladies respiratoires et cardio-vasculaires ischémiques, l’exacerbation de crises d’asthme, l’aggravation des insuffisances respiratoires chroniques et les décès pour pathologies cardio-vasculaires (Source Airparif). Le dioxyde de soufre est encore plus nocif lorsqu’il est associé à d’autres polluants. Il se transforme entre autres en particules fines sous forme de sulfates, se transforme en acide sulfurique au contact de l’humidité de l’air et participe au phénomène des pluies acides. On sait maintenant que le SO2 a des effets sur la santé à des concentrations bien plus faibles qu’on ne le soupçonnait auparavant. Il existe d’innombrables études qui montrent que des niveaux élevés de SO2 peuvent provoquer une sensibilité aux infections virales et bactériennes.

La pollution atmosphérique est responsable de 7 millions de décès dont 600 000 enfants par an dans le monde, de 422 000 morts en Europe et de 48 000 morts par an en France. Parmi les polluants les plus dangereux on trouve le dioxyde de soufre et les particules fines. Ces particules, appelées PM 2,5 quand elles ont une taille de 2,5 microns, se retrouvent dans presque tous les organes du corps et augmentent le risque de problèmes cardiaques, d’accidents
vasculaires cérébraux, d’asthme, de pneumonie et de cancer du poumon. Elles proviennent du transport routier ou du chauffage entre autres.


 

La suite sur Climat artificiel

 

Commenter cet article