Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

5G, nouveau terrain de la course aux armements

7 Juin 2020, 20:29pm

5G, nouveau terrain de la course aux armements

5G, nouveau terrain de la course aux armements

par Manlio Dinucci

Alors que le Canada vient d’autoriser l’extradition de Meng Wanzhou, la fille d’un des dirigeants de Huawei, vers les États-Unis, le Service de recherche du Congrès US expose le volet militaire de la G5.

Réseau Voltaire | Rome (Italie) | 2 juin 2020

 

la base aérienne Nellis au Nevada —annonce le Pentagone— la construction d’un réseau expérimental 5G commencera en juillet. Il deviendra opérationnel en janvier 2021.

Dans cette base s’est déroulée en mars dernier la Red Flag, la plus importante manœuvre aérienne des États-Unis, à laquelle ont participé des forces allemandes, espagnoles et italiennes. Ces dernières étaient composées aussi de chasseurs F-35 qui —communique l’armée de l’Air— ont été « intégrés aux meilleurs dispositifs de l’aviation militaire américaine » afin d’« exploiter au maximum les potentialités des aéronefs et des systèmes d’armes en dotation », y compris à coup sûr les nucléaires. À la Red Flag de 2021 seront probablement déjà en fonction, pour être testés dans un environnement réel, des réseaux mobiles 5G formés de tours montables et démontables en moins d’une heure pour être rapidement transférés selon l’opération en cours.

La base Nellis est la cinquième sélectionnée par le Pentagone pour expérimenter l’utilisation militaire de la 5G : les autres se trouvent dans l’Utah, en Géorgie, en Californie et dans l’État de Washington.

Un document du Service de recherche du Congrès (voir ci-dessous) explique que cette technologie de cinquième génération de la transmission mobile de données peut avoir « de nombreuses applications militaires ». L’une d’elles concerne les « véhicules militaires autonomes », c’est-à-dire les véhicules robotiques aériens, terrestres et navals en capacité d’effectuer de façon autonome les missions d’attaque sans même être pilotés à distance. Ceci requiert le stockage et l’élaboration d’une énorme quantité de données qui ne peuvent pas être effectuées uniquement à bord du véhicule autonome. La 5G permettra à ce type de véhicule d’utiliser un système extérieur de stockage et d’élaboration de données, analogue à l’actuel Cloud pour le stockage personnel de dossiers. Ce système peut rendre possibles de « nouveaux concepts opérationnels militaires », tel celui de l’« essaim » dans lequel chaque véhicule se relie automatiquement aux autres pour effectuer la mission (par exemple l’attaque aérienne d’une ville ou l’attaque navale d’un port ).

 

La suite sur Réseau Voltaire

 

 

 

Commenter cet article