Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Arthur Firstenberg : URGENCE DANS LE CIEL

14 Octobre 2020, 08:57am

Arthur Firstenberg : URGENCE DANS LE CIEL


Le 6 octobre 2020 à 5h29 du matin, heure des Rocheuses, SpaceX a lancé 60 autres satellites, pour rejoindre ses compagnons de course à travers la couche d'air ionisée qui nous protège et nous donne la vie. À peu près à cette heure-là, un bon ami à moi, ici à Santa Fé, a été réveillé par un grave saignement de nez. Ce soir-là, j'ai dit au caissier du supermarché que je me sentais exceptionnellement fatigué. "Moi aussi", m'a-t-il répondu.

Il y a maintenant 738 satellites en service dans la constellation Starlink. À part ce qu'ils peuvent faire pour nous - nous relier de plus en plus vite à des milliards de personnes et de machines - tout le monde prétend qu'ils ne sont pas là, que nous pouvons continuer à faire des trous dans l'air en toute impunité, brûler des quantités prodigieuses de combustibles fossiles, remplir la stratosphère de suie noire, joncher le ciel nocturne de lumières mobiles et modifier le champ électrique invisible qui nous relie au soleil et aux étoiles et qui circule dans notre corps de la naissance à la mort.

Ces dernières semaines, sur la côte australienne, un nombre record de baleines se sont suicidées en s'échouant sur la plage. Au Botswana, des centaines d'éléphants se sont soudainement effondrés et sont morts. Ici, dans le sud-ouest, du Nebraska au Colorado, en passant par le Texas, le Nouveau-Mexique et l'Arizona, jusqu'au nord du Mexique, des millions d'oiseaux migrateurs sont tombés morts du ciel, émaciés, morts de faim parce qu'il n'y avait pas d'insectes à manger.

Notre maison brûle et aucun pompier ne vient. La source des flammes n'est pas reconnue, elle est invisible. Elle est là, dans les airs, allant de téléphone en téléphone, d'antenne en antenne, de satellite en satellite, remplissant l'atmosphère, la terre et les mers, pénétrant les os et perturbant les nerfs de chaque animal, oiseau, insecte et arbre.

Et ce n'est pas parce que nous sommes des gens horribles. Ce n'est pas à cause d'une conspiration visant à détruire le monde. C'est parce que les téléphones que nous avons entre les mains l'exigent. Le 11 avril 1862, Henry Brooks Adams, petit-fils du sixième président américain, a écrit : "Je crois fermement qu'avant de nombreux siècles encore, la science sera le maître de l'homme. Les moteurs qu'il aura inventés seront hors de son contrôle. Un jour, la science pourra avoir l'existence de l'humanité en son pouvoir, et la race humaine se suicidera en faisant sauter le monde".

Ce jour est arrivé. C'est à nous d'éteindre le feu, et pas seulement de protester, de marcher et de critiquer les autres. Nous ne pouvons pas empêcher la terre de brûler tant que nous ne cessons pas de tirer des flammes de nos doigts, où que nous allions. Ce sont les personnes sans téléphone portable qui vont mener le nouveau mouvement environnemental, pour ouvrir la voie à un avenir durable.

D'autres technologies polluent par inadvertance. Les pesticides sont destinés à tuer les parasites ; le fait qu'ils s'échappent dans l'environnement général est involontaire. Les déchets nucléaires ne sont pas destinés à se répandre partout. Les plastiques ne sont pas destinés à se retrouver dans l'océan. Mais avec les téléphones portables, le polluant - les radiations - est le produit. Les téléphones portables ne peuvent pas fonctionner si chaque centimètre carré de l'environnement n'est pas irradié. Une fois que cela devient acceptable, la nature n'a plus de valeur.

Ce bulletin sera consacré à deux des moteurs de la science que nous ne pouvons pas contrôler, qui tiennent l'existence du monde en leur pouvoir : les téléphones portables et les plastiques -- à moins que nous nous réveillions et que nous arrêtions de les utiliser.



CE N'EST PAS COMME SI NOUS NE SAVIONS PAS
 


Si Neil Armstrong avait apporté un téléphone portable sur la lune en 1969, il serait apparu de la terre, la nuit, comme l'objet le plus brillant de l'univers dans le spectre des micro-ondes. Le jour, le soleil aurait été plus brillant, mais la nuit, le téléphone portable aurait éclipsé toutes les étoiles.

Ce n'est pas pour rien que les téléphones portables sont interdits à Green Bank, en Virginie occidentale, où se trouve l'Observatoire national de radioastronomie : un seul téléphone portable, même à des kilomètres de distance, aveuglerait les radioastronomes et les empêcherait de voir les étoiles. Les astronomes mesurent les ondes radio en unités appelées janskys. Une étoile typique brille entre 10 et 100 janskys. Le Soleil brille à environ 500 000 janskys. Lorsque vous tenez un téléphone portable contre votre tête, vous pompez de l'énergie au rythme d'environ 100 000 000 000 000 000 000 janskys dans votre cerveau.

 

Si nous voulons sauver cette planète, nous devons être capables de penser et de raisonner. Et nous savons depuis 1975 que les radiations micro-ondes endommagent le cerveau. Cette année-là, Allan Frey a publié son article révolutionnaire, "Fonction et comportement neuronaux : définir la relation". Dans une étude sur les rats, il a découvert que les micro-ondes de faible intensité - cent fois moins que ce à quoi le cerveau des gens est exposé par leur téléphone portable aujourd'hui - endommagent la barrière hémato-encéphalique. Il s'agit de la barrière anatomique qui empêche les produits chimiques toxiques, les bactéries et les virus présents dans le sang de pénétrer dans le cerveau. C'est aussi la barrière qui maintient l'intérieur de votre tête à une pression constante et qui vous empêche de faire une attaque cérébrale.

Au moins vingt laboratoires dans de nombreux pays ont confirmé les travaux de Frey au fil des ans. Enfin, en 2003, le neurochirurgien Leif Salford, de l'université de Lund en Suède, a prouvé l'évidence : la perturbation de la barrière hémato-encéphalique provoque des lésions cérébrales. Il a exposé des rats à un téléphone portable, une fois pendant deux heures, à très faible puissance, et les a sacrifiés cinquante jours plus tard. Deux pour cent des cellules cérébrales des rats exposés ont été endommagées ou détruites. Il a ensuite exposé des rats à un téléphone portable, toujours à très faible puissance, pendant deux heures une fois par semaine pendant un an, et a constaté qu'ils étaient atteints de troubles cognitifs.

Et en 2020, une étude a été publiée montrant que la même chose se produit chez l'homme. Une équipe de scientifiques de l'université de Heidelberg, en Allemagne, a utilisé l'IRM pour examiner le cerveau de 48 jeunes adultes âgés de 18 à 30 ans. Ils ont découvert que plus les sujets passaient d'heures par jour sur leur smartphone, moins ils avaient de matière grise dans leur cerveau et moins l'activité cérébrale était détectée.

 


RACCROCHEZ VOTRE TÉLÉPHONE ET REJOIGNEZ ECHOEarth


Ma lettre d'information du 20 mai 2020 faisait état de la création d'une organisation pour les personnes qui ne possèdent pas de téléphone portable. Elle s'appelle ECHOEarth et signifie "End Cellphones Here On Earth". Ma lettre d'information du 18 juin 2020 rapportait que le Collectif Dring Dring en France s'était associé à ECHOEarth. Notre mission commune est " de libérer l'humanité du téléphone portable. Santé physique et mentale, liberté, vie privée, écologie, relations... Le téléphone portable est un poison pour chacun de ces éléments". Toute personne ne possédant pas de téléphone portable peut rejoindre ECHOEarth ici : https://www.echoearth.org

(en anglais) ou ici : https://www.ECHOEarth.org/homefr (en français).

À ce jour, 1 250 personnes de 67 pays ont rejoint ECHOEarth. Nous ne faisons que commencer. Joignez-vous à nous pour sauver cette planète.



DU PLASTIQUE, DU PLASTIQUE PARTOUT, ET AUCUNE GOUTTE À BOIRE



"Le plastique étouffe nos océans et détruit notre planète", a déclaré un article du magazine Adidas dans son numéro de juin 2019. Il a poursuivi : "Le plastique est partout où vous regardez. Il est présent dans les emballages alimentaires, les produits électroniques, les voitures, les jouets, les cartes de crédit et les vêtements. Le plastique est également partout où vous ne pouvez pas regarder. Il jette des déchets sur les plages inhabitées à 3 000 miles de l'être humain le plus proche, tue le plancton qui produit notre oxygène à des kilomètres sous la surface de l'océan, et bouche les gosiers des petits d'albatros dans le Pacifique. Le plastique se déplace aussi dans votre corps, votre sang, vos organes et ceux des personnes que vous aimez".

Il y a maintenant plus d'une tonne de plastique sur notre planète pour chaque personne sur Terre, dit cet article.

Et lorsque les bouteilles et les sacs en plastique se décomposent, ils ne disparaissent pas : ils se transforment en ce que l'on appelle des "microplastiques", qui peuvent persister pendant des centaines d'années et qui remplissent notre air, notre eau et notre sol. Selon l'Union internationale pour la conservation de la nature, une grande partie des microplastiques présents dans notre environnement ne proviennent pas de ce que nous considérons habituellement comme du "plastique", mais sont des fibres de vêtements synthétiques qui s'usent dans nos machines à laver et finissent dans nos rivières et nos océans, et des particules de pneus d'automobile qui s'usent sur nos routes, sont emportés par la pluie et finissent également dans nos rivières et nos océans.

Selon la Fondation Ellen Mac Arthur, au rythme actuel d'accumulation, il y aura plus de plastiques en poids que de poissons dans nos océans d'ici 2048.

On estime qu'entre 5 et 13 millions de tonnes de plastique sont entrées dans les océans en 2010, et on prévoit que ce chiffre augmentera pour atteindre entre 100 et 250 tonnes par an d'ici 2025.8 Tout ce plastique ne flotte pas seulement sur l'eau, il est mélangé dans tout l'océan et s'est même déposé dans les sédiments au fond des océans. Une étude australienne qui vient d'être publiée le 5 octobre 2020 a analysé les sédiments des grands fonds marins à des centaines de kilomètres du littoral australien et a trouvé jusqu'à 13 fragments de plastique dans chaque gramme de sédiment analysé.

Et les plastiques du monde ne finissent pas seulement dans les océans. Nous les respirons aussi. Les scientifiques du King's College ont prélevé des échantillons d'air sur un toit de neuf étages situé au bord d'une rivière et ont estimé qu'en moyenne 771 particules de plastique tombaient de l'air chaque jour sur chaque mètre carré de Londres. Janice Brahney, de l'université d'État de l'Utah, a prélevé des échantillons d'air et de pluie dans des parcs nationaux et des zones de nature sauvage des États-Unis et a constaté qu'en moyenne 132 particules de plastique se déposaient hors de l'atmosphère chaque jour sur chaque mètre carré de terres protégées de l'ouest des États-Unis. Beaucoup de ces particules étaient suffisamment petites pour avoir été transportées sur des centaines ou des milliers de kilomètres depuis leur lieu d'origine.

Une équipe de scientifiques allemands a trouvé des quantités incroyables de plastique, même dans la neige, dans les Alpes suisses et bavaroises, et dans l'Arctique. La neige arctique contenait en moyenne 1 760 particules de plastique par litre de neige, et un site contenait plus de 14 000 particules de plastique par litre. Dans les Alpes bavaroises, un site contenait 154 000 particules de plastique par litre de neige.

Les téléphones portables sont en plastique. On les jette par milliards.



LE POINT SUR NOTRE PROCÈS FÉDÉRAL
 

 


Le 21 décembre 2018, j'ai organisé et financé un procès contre la ville de Santa Fé, au Nouveau-Mexique, l'État du Nouveau-Mexique et les États-Unis d'Amérique, afin de rétablir les droits constitutionnels du peuple des États-Unis. Nous contestons la constitutionnalité d'une ordonnance de la ville, d'une loi de l'État et de la section 704 de la loi sur les télécommunications de 1996.

Ces lois, et d'autres lois similaires dans le monde entier, imposent effectivement l'installation d'antennes dans les rues et sur les trottoirs devant les maisons et les entreprises, tout en privant les personnes atteintes de tout moyen de protestation ou de tout recours pour leurs blessures.

Ces lois violent :

- Le droit à la liberté d'expression du premier amendement ;
- Le droit de pétition du premier amendement au gouvernement pour la réparation des préjudices ;
- Le droit, prévu par les cinquième et quatorzième amendements, de ne pas être privé de sa vie, de sa liberté ou de ses biens sans une procédure légale régulière ;
- Le droit de ne pas être privé de sa vie, de sa liberté ou de ses biens sans une juste compensation, en vertu des cinquième et quatorzième amendements.

Le 6 mai 2020, le tribunal de district a rejeté notre plainte, et nous avons immédiatement déposé un appel devant la Cour d'appel du dixième circuit à Denver. Il s'agit de l'affaire Santa Fé Alliance for Public Health and Safety et autres contre la ville de Santa Fé et autres, affaire n° 20-2066. Les plaidoiries n'ont pas encore été programmées. Vous pouvez lire nos mémoires ici : https://www.cellphonetaskforce.org/5g-litigation

.

Cette affaire est la seule de ce type aux États-Unis. La section 704 de la loi sur les télécommunications interdit aux États et aux gouvernements locaux de réglementer la pose d' antennes de téléphonie cellulaire pour leurs effets sur la santé ou l'environnement. Il s'agit d'un procès d'une importance vitale.

 

 

 

FAIRE UN DON...
Arthur Firstenberg
P.O. Box 6216 Santa Fe,
NM 87502 États-Unis
téléphone: + 1505-471-0129
info@cellphonetaskforce.org

6 octobre 2020

Les 10 dernières newsletters, dont celle-ci, sont disponibles pour téléchargement et partage sur la page Newsletters du Cellular Phone Task Force. Certaines des newsletters y sont également disponibles en allemand, espagnol, italien et français.

 

 

 

Références :

 

[1] 1 jansky = 10-26 W/m2 /Hz. The values given are for cell phone frequencies.

 

[2] Frey AH et al. 1975. Annals of the New York Academy of Sciences 247:433-9. 7

 

[3] Salford L et al. 2003. “Nerve cell damage in mammalian brain after exposure to microwaves from GSM mobile phones.” Environmental Health Perspectives 111(7):881-3.

 

[4] Nittby H et al. 2008. “Cognitive impairment in rats after long-term exposure to GSM-900 mobile phone radiation. Bioelectromagnetics 29:219-32.

 

[5] Horvath J et al. 2020. Structural and functional correlates of smartphone addiction. Addictive Behaviors 105:106334.

 

[6] Boucher J, Friot D 2017. Primary Plastics in the Oceans: A Global Evaluation of Sources. IUCN, Gland, Switzerland.

 

[7] Ellen MacArthur Foundation and New Plastic Economy, 2017. The new plastics economy: rethinking the future of plastics & catalysing action.

 

[8] Jambeck JR et al. 2015. “Plastic waste inputs from land into the ocean.” Science 347: 768-71.

 

[9] Barrett J et al. 2020. “Microplastic pollution in deep-sea sediments from the Great Australian Bight.” Frontiers in Marine Science 7:576170.

 

[10] Wright SL et al. 2020. “Atmospheric Microplastic Deposition in an urban environment and an evaluation of transport.” Environment International 136:105411.

 

[11] Brahney J et al. 2020. “Plastic rain in protected areas of the United States.” Science 368:1257-60.

 

[12] Bergmann M et al. 2019. “White and wonderful? Microplastics prevail in snow from the Alps to the Arctic.” Science Advances 5:eaax1157.

Commenter cet article