Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Choix des volontaires pour les essais de vaccin contre le Covid-19

6 Novembre 2020, 18:29pm

Publié par kla.tv

Choix des volontaires pour les essais de vaccin contre le Covid-19

La vidéo de kla.tv a été censurée. Ci-dessous le texte de son contenu.

Le caractère scandaleusement insidieux des tests du vaccin contre le coronavirus www.kla.tv/17480

03.11.2020

Le journal DIE WELT (Le Monde allemand) a rapporté le 9 septembre 2020 que la société pharmaceutique AstraZeneca a dû arrêter de tester le vaccin contre le coronavirus en raison de graves effets secondaires. Cela est présenté comme une pure mesure de précaution, mais cela est très discutable. D'autant plus que le vaccin contre le coronavirus est censé être prêt en quelques mois, ce qui est en contradiction avec toutes les règles et les expériences antérieures.

 

Comme l'écrit la revue médicale Arzt & Karriere : « La production d'un vaccin efficace et sûr contre un nouveau virus est un processus long et complexe. En moyenne, on peut s'attendre à une période d'environ dix à douze ans entre la recherche et la validation». Si on examine également les critères de sélection des personnes sélectionnées pour les tests du vaccin, on a l'impression que l'on veut seulement passer la phase de test de la manière la plus positive possible.

Parce que les seules personnes qui peuvent le faire sont celles qui: - pratique l'abstinence ou la contraception pendant au moins 30 jours avant et jusqu'à 60 jours après la dernière vaccination

• - peut présenter un test de grossesse actuel négatif ! (pour les femmes en âge de procréer) • - ne sont pas donneurs de sang ou de sperme,

• - et sont en parfaite santé Les raisons de l'exclusion à la participation aux essais du vaccin controversé sont, par exemple :

• - de prendre des médicaments, des anticoagulants ou de l'aspirine

• - les maladies respiratoires ou les contacts avec des personnes infectées par le coronavirus SRAS-CoV-2

• - la migraine au cours des 5 dernières années

• - les maladies auto-immunes

• - les maladies chroniques du foie, y compris la maladie du foie gras

• - une hypersensibilité ou une réaction allergique à une vaccination antérieure

• - la consommation d'alcool au cours des 6 derniers mois avant la première administration du vaccin

Ces critères, totalement étrangers à la pratique habituelle, garantissent que les tests révèlent le moins d'effets secondaires possible. La période d'observation de quelques semaines n'est en aucun cas suffisante pour exclure des effets tardifs. Pour le dire clairement : Les tests ne tiennent pas compte des effets du vaccin, par exemple en cas de prise de médicaments ou d'alcool, des complications qui peuvent survenir en cas de maladies antérieures ou d'intolérances antérieures à une vaccination, ni de la manière dont la vaccination affecte une grossesse existante et l'enfant à naître.

Cela ne révèle-t-il pas un scandaleux caractère insidieux?

En Allemagne, « les études sur la tolérance aux vaccins chez les femmes enceintes ne sont pas menées, entre autres pour des raisons éthiques ». Mais il n'y a apparemment pas de scrupule à en inoculer à tout le monde après le lancement sur le marché.

Deux grands scandales médicaux méritent d'être rappelés ici : la vaccination contre la grippe porcine a provoqué à elle seule la narcolepsie, une maladie du sommeil, chez 1 300 personnes. Heureusement, à l'époque seulement peu de personnes se sont fait vacciner. Le Contergan, qui contenait de la thalidomide, était par exemple, considéré comme particulièrement sûr à la fin des années 1950. La prise de ce médicament au cours de certaines semaines de la grossesse a entraîné de graves malformations chez les enfants à naître. Même à cette époque, les voix critiques concernant les risques n'ont pas été entendues pendant longtemps. Cette folie n'a pris fin qu'après que des milliers d'enfants gravement atteints et mort-nés ont été mis au monde.

Cependant, la vaccination contre le coronavirus n'est pas seulement un risque sanitaire incalculable, que nous avons également souligné dans l‘émission « Réveil urgent : la vaccination contre le coronavirus intervient dans l'ADN ». Un autre « effet secondaire » grave, tout à fait différent, se fait déjà sentir : la vaccination divisera notre société encore plus profondément que ne le font déjà les mesures coercitives précédentes.

 

Ceux qui sont asservis aux politiciens et aux médias dirigés par les laboratoires pharmaceutiques exerceront une pression massive sur ceux qui ne veulent pas être vaccinés suite à leurs propres recherches approfondies.

Afin d’éviter des conséquences préjudiciables, informez maintenant vos amis et connaissances des risques incalculables associés aux vaccinations prévues contre le coronavirus. Diffusez davantage l‘émission dans les réseaux sociaux afin que chacun puisse en prendre conscience par lui-même.

Liens sources:

 

Durée des tests de vaccins Dauer Impfstofftests https://arztundkarriere.com/forschung/die-entwicklung-impfstoffen/
 
Exigences pour les participants aux essais cliniques Anforderungen an die Teilnehmer der klinischen Erprobung https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT04283461?term=vaccine&cond=covid-19&draw=2
 
Premières entreprises approuvées pour des essais cliniques : Erste für klinische Tests zugelassene Firmen: https://www.youtube.com/watch?v=mfh4vHCEty0
ab 22:38 Min. Tests de vaccins Impfstoffprüfung https://www.aerzteblatt.de/archiv/67275/Impfung-gegen-Influenza-A-H1N1-Impfsurveillance-fuer-Schwangere

 
Antécédents de vaccination avec la grippe porcine : Impfschadensfälle bei der Schweinegrippe: https://www.spiegel.de/gesundheit/diagnose/schweinegrippe-impfstoff-pandemrix-risiken-wurden-ignoriert-a-1229144.html
 

 

Commenter cet article

Selynn 10/11/2020 14:03

La vidéo de kla.tv a été supprimée de YouTube
Avez-vous un lien pour qu'on puisse la voir ?

retour à l'ancien régime 09/11/2020 00:23

Le gouvernement a modifié l’organisation des services déconcentrés de l’État dans les départements. Par un décret du 14 août 2020, les Directions départementales interministérielles (DDI), sous la responsabilité du Premier ministre depuis leur création, en décembre 2009, deviennent « des services déconcentrés de l’État relevant du ministre de l’Intérieur. Elles sont placées sous l’autorité du préfet de département ». Ce texte change fondamentalement la façon d’administrer le pays, subrepticement.
La grande rupture instituée par ce décret du mois d’août, c’est qu’il évince le Premier ministre, et prévoit que, désormais, ces directions départementales seront rattachées au ministère de l’Intérieur. C’est-à-dire que tous les champs de compétences de ces directions, qui organisent la vie sociale (urbanisme, logement social, biodiversité, transition écologique, agriculture, éducation populaire, jeunesse et sport...), vont désormais être placés sous l’autorité du ministère de l’Intérieur et du préfet de département (dont la carrière dépend du ministère de l’Intérieur). Les significations politiques et administratives de ce changement de tutelle sont lourdes...(à lire article édifiant)
https://reporterre.net/Une-reforme-discrete-et-hop-la-France-est-revenue-a-l-Ancien-Regime