Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

L'ONU a déjà recruté 110 000 combattants du virus de la désinformation en ligne !

29 Novembre 2020, 19:14pm

L'ONU a déjà recruté 110 000 combattants du virus de la désinformation en ligne !

Forum Economique Mondial - Le 26 novembre 2020

 

Il n'y a pas de vaccin contre l'infodémie - alors comment pouvons-nous combattre le virus de la désinformation ?


Les fausses nouvelles concernant le COVID, ses origines, son traitement et sa prévention, sont devenues virales. L'ONU a lancé une contre-attaque et veut que vous l'aidiez.


Selon le fondateur de l'organisation, les algorithmes et les rédacteurs humains peuvent aider à renverser la vapeur.

Ce qui se propage à travers le monde, peut être transmis involontairement d'une personne à d'innombrables autres, est potentiellement mortel, mais peut être arrêté si tout le monde prend les bonnes mesures ? La désinformation. Le sujet du nouvel épisode de World Vs Virus.

Vous avez entendu parler du remède miracle pour le Covid que les médias grand public ne veulent pas que vous connaissiez ? Ou que la pandémie est en fait une "plandémie" - créée délibérément pour faire fortune ou pour soumettre les masses ? Alors vous vous heurtez au virus de la désinformation qui s'est répandu dans le monde entier aussi vite que le coronavirus lui-même.


Dans un monde où les médias sociaux sont de plus en plus utilisés par la plupart d'entre nous et où nous considérons la liberté d'expression comme une pierre angulaire de la démocratie, que peut-on faire pour lutter contre la désinformation dangereuse ?


Avez-vous lu ?


YouTube interdit la désinformation sur le vaccin contre le coronavirus


Notre volonté de partager contribue à la diffusion de la désinformation COVID-19


Ce sont les pays qui passent le plus et le moins de temps sur les médias sociaux 


"Lorsque Covid-19 a vu le jour, il était clair dès le départ qu'il ne s'agissait pas seulement d'une urgence de santé publique, mais aussi d'une crise des communication", explique Melissa Fleming, qui dirige les communications mondiales pour les Nations Unies.


La demande d'information sur la pandémie étant très forte et les fausses informations se répandant rapidement, l'"infodémie" met des vies en danger. Melissa Fleming dirige donc une campagne visant à aider les véritables informations à sortir du déluge de rumeurs et de mensonges.


Elle a lancé la campagne "Verified", qui permet aux gens de s'inscrire à des courriels quotidiens sur les dernières nouvelles de COVID provenant de sources fiables : des "informations scientifiques" qui pourraient autrement être enterrées à la "page 125 d'un PDF" présenté "dans des formats optimisés pour le partage sur les médias sociaux".


"Elle est au centre de vos flux de médias sociaux. Il peut donc rivaliser avec le contenu de désinformation ", explique M. Fleming.


Les Nations Unies nous encouragent également à ne plus nous précipiter pour re-poster des contenus potentiellement douteux, en promouvant le hashtag #PledgetoPause.

Nous essayons de créer cette nouvelle norme sociale appelée "pause - prenez garde avant de partager"", explique M. Fleming. Nous équipons les gens, grâce à cette nouvelle norme sociale, d'un peu de "scepticisme à l'égard de l'information"".


L'ONU encourage également les personnes influentes dans les médias sociaux à contribuer à la diffusion de véritables nouvelles sur la pandémie.


Jusqu'à présent, nous avons recruté 110 000 volontaires de l'information, que nous équipons de connaissances sur la manière dont la désinformation se répand et nous leur demandons de servir de "premiers intervenants numériques" dans les espaces où la désinformation circule", explique M. Fleming.


Toujours sur le podcast, le journaliste et entrepreneur Mark Little présente des solutions potentielles à l'infodémie.


Il a travaillé pour Twitter et a fondé Storyful, une agence de presse de médias sociaux qui a pour vocation de vérifier les faits. Il a maintenant lancé une nouvelle société appelée Kinzen qui vise à tirer le meilleur parti de l'intelligence artificielle et des rédacteurs humains pour combattre les rumeurs et les mensonges en ligne.


"J'ai commencé à considérer la diffusion de la désinformation comme une crise sanitaire mondiale", explique Little à World Vs Virus. "La désinformation est une menace aussi grave pour notre société.
"Si les gens ne peuvent pas faire confiance aux informations sur les défis critiques de notre monde actuel, qu'il s'agisse du coronavirus ou du changement climatique, alors nous ne pouvons pas prendre de décisions raisonnées en tant que démocratie".


Nous devons nous méfier de toute tendance à la censure qui réduirait la liberté d'expression, mais nous devons au contraire donner aux gens les outils qui leur permettront de distinguer la réalité de la fiction.


"La désinformation se produit au sein de nos amis et de nos familles. Nous devons donc trouver des stratégies pour, tout d'abord, la reconnaître. Et, deuxièmement, en tant que citoyens actifs, tout comme nous portons des masques pour protéger les autres, nous devons être le bon citoyen, le vecteur actif qui se bat dans notre vie quotidienne".


En plus de promouvoir l'éducation aux médias, M. Little estime que les plateformes de médias sociaux doivent s'assurer qu'elles travaillent pour le bien de la démocratie, plutôt que contre elle. Il applaudit Twitter pour avoir étiqueté certains tweets trompeurs, mais affirme qu'il faut en faire plus et appelle à un "audit de fond sur la façon dont l'information est distribuée sur les différentes plateformes".


"Il n'y a pas de solution facile. Le modèle économique des plates-formes encourage malheureusement la diffusion de ce type d'informations scandaleuses. Mais il faut que cela change.
"J'espère que les plateformes technologiques réalisent qu'elles ont besoin d'un changement radical pour revenir aux racines et à la promesse démocratique de ces plateformes qu'elles ont créées".


https://www.weforum.org/agenda/2020/11/misinformation-infodemic-world-vs-virus-podcast/




 

Commenter cet article

Jean-Marie DEWAMBRECHY 01/12/2020 11:06

Invitons à commencer par le commencement en nous informant sur qui fut vraiment Louis Pasteur..

Sur la planète entière il ne manque pas de médecins, parfois professeurs, pour dénoncer le "génial" escroc.

https://www.youtube.com/watch?v=hlt56cgV09M&t=14s

NB. Quand on parle de l'institut Pasteur dans les médias ces temps-ci on oublie souvent d'accoler SANOFI un laboratoire pharmaceutique très connu pour sa philanthropie

Dès le départ cette association était très interrogeante.

vieux et malades cobayes 30/11/2020 19:36

Plan vaccinal de l'HAS ou eugénisme: il n'y a pas eu assez de morts liquidés dans les EHPAD; après les milliers de morts dans les EHPAD au rivotril, priorité des résidents des EHPAD ciblés pour les vaccins ARN; ils vont servir de cobayes aux apprentis sorciers.
https://www.youtube.com/watch?v=EsGPINZyVZI
L'infectiologue explique le programme : "On va vacciner en priorité les personnes qui sont le plus à risque de faire des complications, pour lesquelles, on peut accepter qu'il y ait des effets indésirables", Odile Launay, infectiologue & membre du comité vaccin
https://www.youtube.com/watch?v=6_LCiY5AGK8
Donc on s'attaque à des systèmes immunitaires fragilisés, car si des effets secondaires surviennent , on pourra mettre cela sur le dos du grand âge et des comorbidités = pas de responsabilité et on s'en lave les mains; au contraire, économies de pensions réalisées en cas de décès précoce= tout bénéfice!
https://resistancerepublicaine.com/2020/11/22/4-aveux-enormes-du-professeur-lelievre-vieux-et-malades-vont-servir-de-rats-de-labos-pour-tester-le-vaccin/

position de la commission 30/11/2020 18:03

Pour la Commission européenne, en cas de dommages causés par les vaccins, c’est le contribuable qui paiera ; la Commission européenne l’a confirmé dans sa réponse à une question écrite du député européen du PTB Marc Botenga.
https://www.ptb.be/pour_la_commission_europ_enne_en_cas_de_dommages_caus_s_par_les_vaccins_c_est_le_contribuable_qui_paiera
23 novembre 2020 : Réponse donnée par Mme Kyriakides au nom de la Commission européenne
"Les accords d'achat anticipé de vaccins contre la COVID-19 prévoient que les États membres indemnisent le fabricant des éventuelles responsabilités encourues uniquement dans des conditions spécifiques définies dans l'accord."
https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/E-9-2020-004950-ASW_FR.html
C'est grave car il est impossible d'avoir accès à ces accords d'achat anticipé pour les députés européens, sachant qu'en cas de préjudice corporel lié aux effets secondaires du produit, la commission décharge les labos de toutes indemnisations. Les engagements pris par la commission sont-ils opposables aux citoyens européens? Ils veulent vacciner les populations mais rien n'est prévu au plan de la responsabilité sauf des décharges pour les labos; il y a la responsabilité de l'acte médical et du produit ; le vaccin n'étant pas obligatoire, l'organisme de l'Etat en charge des indemnisations pour les accidents vaccinaux, l'ONIAM, ne paiera pas . Les contentieux en matière vaccinale portent sur des sommes colossales quand il y a handicap, voire décès du vacciné ( des centaines de millions de préjudice corporel). La précipitation à vacciner ne doit pas obérer la discussion sur la responsabilité, les auteurs, les indemnisations, les assurances, surtout avec une nouvelle thérapie génique. Par ailleurs, les assurances ne pourront-elles pas rétorquer qu'il ne s'agit pas d'un vaccin mais d'une thérapie génique expérimentale non couverte par les contrats, pour se soustraire à toute garantie? Les hôpitaux sont-ils convenablement assurés outre le corps médical?
https://www.oniam.fr/accidents-medicaux-vaccinations-obligatoires

action propagande TV 30/11/2020 16:12

Propagande vaccinale niaise de BFMTV à usage de nos petits : ils osent tout, ou quand big media est lié d'intérêt à big pharma avec des investisseurs communs.
Un vaccin contre le coronavirus pour se faire des câlins et pouvoir de nouveau embrasser les grands-parents; un vaccin c'est comme le vélo - Les dents et dodo
https://www.youtube.com/watch?v=g-5fQs1cdlg&feature=youtu.be
Ils expliquent aux enfants pourquoi on va leur injecter du virus dans le corps : ce n'est pas malin, il y a de quoi leur causer des cauchemars.

lulu 30/11/2020 14:09

Ironique!
Parce que l'ONU est le première diffuseur de FAKE NEWS!
L'ONU est composé d'aligarques, arnaquers, les personnages de banques et d'autres structures multi-nationals.
Il faut desoudre cette institution, qui n'a plus raison d'être car corrumpu!