Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Jacques Pollini, anthropologue : pourquoi non

27 Décembre 2020, 10:30am

Jacques Pollini, anthropologue : pourquoi non

Les raisons, simples et claires, pour lesquelles je ne me ferai pas vacciner contre la COVID-19


 

A n'en pas douter, c'est envers et contre tout Noël !

Après le texte remarquable du Dr Frédéric Badel, qu'il m'a donné à publier hier sur ce blog, c'est aujourd'hui la contribution de mon confrère anthropologue Jacques Pollini, chercheur associé à l'Université Mc Gill de Montréal, que je reçois.

Un texte franc, honnête, parlant, la parole d'un homme et d'un scientifique qui ne cède pas sur la nécessité de voir les choses comme elles sont.

Comme cette question risque de se poser pour chacun d'entre nous, les avis autorisés (les vrais, pas ceux qui sont achetés ou le reflet d'un simple conformisme idéologique, fût-il "scientifique") comptent.

Je partage donc avec vous sans modération cet énoncé de raison, de valeurs et de bon sens. Jean-Dominique Michel

  

Sur la planète entière, les gens sont en train de débattre pour savoir s’ils vont se faire vacciner contre la COVID-19. Est-ce un débat ou une guerre de tranchées ? Il semble que l’on soit plutôt dans la deuxième situation. Comment en sortir ? Comment établir enfin un dialogue permettant à chacun de quitter son retranchement et faire un choix informé ? Il me semble que pour sortir de l’impasse, il faut réaliser que deux questions distinctes, mais liées, se posent : celle de l’efficacité et l’innocuité des vaccins, qui est une question scientifique, et celle de la confiance envers les décideurs, qui est une question politique.

Pour la première question, seules quelques poignées d’individus peuvent répondre. Un citoyen ordinaire ne dispose pas des compétences techniques lui permettant de juger si les vaccins COVID-19 seront efficaces et inoffensifs ou pas. Notre choix ne pourra donc se baser que sur la réponse que nous donnons à la deuxième question, c’est-à-dire sur notre confiance envers nos décideurs.

Cette question se pose de manière particulièrement aiguë car la technologie utilisée dans ces vaccins est nouvelle. Il s’agit de vaccins à ARN, c’est-à-dire que des fragments de code génétique seront injectés dans notre organisme, l’objectif étant que les protéines virales codées par cet ARN soient produites par les cellules de notre organisme, déclenchant ainsi une réponse immunitaire (Ulmer et al. 2012).

La suite

 

 

Commenter cet article