Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

L'étude Vaccinés versus Non-vaccinés

14 Décembre 2020, 07:09am

L'étude Vaccinés versus Non-vaccinés

 

L'étude que le CDC refuse de faire

 

https://informedchoicewa.org/?s=vaxxed+vs+unvaxxed


 

7 décembre 2020

 

Depuis des décennies, le public exige une étude comparative entre les vaccinés et les non-vaccinés.

 

Le CDC a toujours refusé de financer ou de mener une telle étude.

 

En 2019, les membres d'Informed Choice WA ont fièrement rejoint la ndemande collective de financement de l'étude IPAK 2019 Vacciné/Non vacciné. L'Institut pour une connaissance pure et appliquée (IPAK) est une organisation à but non lucratif qui existe pour effectuer des recherches scientifiques dans l'intérêt du public. L'IPAK est financé par des personnes, COMME VOUS, et non par des entreprises pharmaceutiques.

 

Le 22 novembre 2020, l'étude a été publiée dans l'International Journal of Environmental Research and Public Health.

 

Lyons-Weiler, J. ; Thomas, P. Relative Incidence of Office Visits andCumulative Rates of Billed Diagnoses Along the Axis of Vaccination. Int. J.Environ. Res. Public Health 2020, 17, 8674.

 

À propos de cette étude marquante - Andre Angelantoni

 

Il s'agit d'un document qui fait date car il compare les effets sur la santé des enfants entièrement vaccinés par rapport aux enfants non vaccinés [1]. Contexte : Il existe dans tout le pays des services pédiatriques qui donnent aux parents le choix des vaccins à administrer à leur enfant. Le calendrier des CDC prévoit environ 72 vaccins entre la période précédant la naissance (jusqu'à trois vaccins administrés à la mère enceinte) et l'âge de 18 ans.

 

Environ 60 % d'entre eux contiennent des sels d'aluminium, qui sont des substances toxiques ("poisons") ajoutées aux vaccins pour faire réagir l'organisme à l'antigène. L'antigène est la partie active du vaccin, comme le virus ou la bactérie. Sans le sel d'aluminium, si l'antigène est mort, le corps va simplement l'ignorer. Les vaccins vivants tels que le ROR ne nécessitent pas de sels d'aluminium.

 

Nous savons maintenant que les sels d'aluminium sont bio-persistants et cumulatifs. En d'autres termes, ils voyagent dans tout le corps et nous les injectons à un rythme plus rapide que les enfants ne peuvent les éliminer, via le programme de vaccination. Pour comprendre si les enfants sont globalement en meilleure santé avec tous ces médicaments immuno-modulateurs (une façon fantaisiste de dire « un médicament qui modifie le système immunitaire ») plutôt que sans eux, l'étude évidente à réaliser est de vérifier l'état de santé des enfants vaccinés à 100% par rapport à ceux qui n'ont reçu aucun vaccin.

 

Pourquoi voulons-nous savoir cela ?

 

Les dommages potentiels causés par ces médicaments sont énormes car le système immunitaire est étroitement intégré à tous les autres systèmes du corps, y compris au système nerveux, et donc aussi au cerveau. Le dilemme de la vaccination des enfants est que nous voulons les protéger parce que leur système immunitaire n'est pas encore complètement développé - mais il est très risqué d'activer le système immunitaire d'un enfant dont le cerveau est en délicat développement.

 

Voici comment le célèbre manuel médical Kuby's Immunology l'explique : "le système immunitaire est aussi bien plus qu'un élément isolé du corps, responsable essentiellement des missions de recherche et de destruction. En fait, il interagit avec de nombreux autres systèmes de l'organisme, y compris les systèmes endocrinien, nerveux et métabolique, avec des connexions supplémentaires qui seront sans doute découvertes en leur temps".

 

Jusqu'à présent, la stratégie de santé publique a consisté à vacciner autant que les agences de santé publique le souhaitaient, sans aucune limite. De plus, le CDC refuse de réaliser cette étude comparative, et quatre projets de loi au Congrès qui l'auraient obligé à réaliser cette étude ont tous échoué : H. R. 2832 en 2007 ; H.R. 1757 (113e) : Vaccine Safety StudyAct 2013 ; H.R.1636 - Vaccine Safety Study Act (2015-16) ; H.R.3615 - Loi sur l'étude de la sécurité des vaccins (2017-2018).

 

Notez que l'industrie pharmaceutique est le deuxième plus grand donateur des politiciens (en termes de montant) après le secteur des assurances et avant l'industrie du pétrole et du gaz [3]. En Oregon, un cabinet de pédiatrie respecte depuis 30 ans le besoin fondamental et critique d'un consentement médical pleinement informé, ainsi que les circonstances et les besoins de santé individuels de chacun de ses jeunes patients.

 

De ce fait, le cabinet dispose de dossiers médicaux sur les enfants, allant de ceux qui sont vaccinés selon le calendrier du CDC à ceux qui ne sont pas vaccinés du tout. Nous disposons donc des données de toute une population que nous pouvons utiliser pour comparer. Quelles sont les conclusions de l'étude ? Dans toutes les mesures examinées, les enfants entièrement vaccinés ont eu plus de problèmes que les enfants non vaccinés : plus d'otites, plus de lésions cérébrales, plus d'allergies, de diarrhées, plus d'infections respiratoires, plus d'eczéma, plus de tout. Comme nous l'avons déjà mentionné, l'activation du système immunitaire du délicat cerveau en développement est risquée et les sels d'aluminium circulent dans le corps.

 

Nous découvrons cet aluminium dans le cerveau de ces enfants. L'aluminium n'est que légèrement moins toxique que le mercure, et peut-être à égalité avec le plomb. Vous comprenez peut-être maintenant pourquoi des millions de personnes disent que le programme de vaccination, en créant la génération la plus malade que cette nation ait jamais connue, fait augmenter les ventes d'autres produits pharmaceutiques à hauteur de 4,5 milliards d'ordonnances par an. Nous n'inventons rien : les américains sont vraiment plus malades que les populations d'autres pays et ils constituent également l'une des populations les plus vaccinées de la planète.

 

En raison de la censure de tout ce qui est critique à l'égard de la vaccination et de l'absence totale d'incitation financière à améliorer la sécurité des produits ou de la manière et du moment où ils sont administrés, nous nuisons à chaque enfant dans une certaine mesure, en lui donnant des symptômes qui le mettent sur la voie de devenir un client pharmaceutique à vie.

 

Les auteurs passent maintenant à la phase 2 de leur étude, qu'ils décrivent comme étant axée « sur la comparaison des résultats pour la santé associés aux vaccins vivants et non vivants, aux vaccins contenant de l'aluminium et aux vaccins ne contenant pas d'aluminium, ainsi que sur l'étude de l'impact des différents vaccins sur des risques spécifiques de résultats pour la santé ».

 

1]Incidence relative des visites chez le médecin et taux cumulatifs des diagnostics facturés pendant la période de vaccination https://www.mdpi.com/1660-4601/17/22/8674

[2] Kuby'sImmunology-7e édition, p.1

[3] Produits pharmaceutiques / Produits de santé https://www.opensecrets.org/industries/indus.php

 

CONSTATATIONS CLÉS

 

En général, plus un enfant a reçu de vaccins, plus l'incidence des problèmes de santé est élevée, allant de l'asthme aux troubles du poids.

 

« Les troubles du développement ont été jugés difficiles à étudier en raison de leur très faible prévalence dans la pratique, potentiellement attribuable aux taux élevés d'abandon du vaccin en cas d'effets indésirables et aux antécédents familiaux d'auto-immunité. Il est remarquable qu'aucun des 561 patients non vaccinés de l'étude n'ait souffert de trouble de l'hyperactivité avec déficit de l'attention (TDAH), contre 0,063 % des personnes (partiellement et totalement) vaccinées.

 

Les implications de ces résultats pour les effets nets de la vaccination sur la santé publique de l'ensemble de la population et du respect du consentement éclairé sur la santé humaine sont parlantes.

 

Nos résultats donnent lieu à des appels à des recherches menées par des personnes indépendantes de toute source de financement liée à l'industrie du vaccin. Bien que les faibles taux de troubles du développement aient empêché la réalisation de tests d'hypothèse suffisamment puissants, il est à noter que le taux global de troubles du spectre autistique (0,84 %) dans la cohorte est inférieur de moitié au taux national américain (1,69 %).

 

Les données indiquent que les enfants non vaccinés sont en meilleure santé que ceux qui sont vaccinés et, de fait, les résultats globaux peuvent indiquer que les patients non vaccinés de ce cabinet pédiatrique sont globalement en meilleure santé que ceux qui sont vaccinés".

 

Lyons-Weiler, J. ; Thomas, P. Relative Incidence of Office Visits and Cumulative Rates of Billed Diagnoses Along the Axis of Vaccination. Int. J. Environ. Res. Public Health2020, 17, 867

(Ndt : Le pédiatre vient d'être radié de l'ordre des médecins.)

Abstract: https://www.mdpi.com/1660-4601/17/22/8674
HTML Version: https://www.mdpi.com/1660-4601/17/22/8674/htm
PDF Version: https://www.mdpi.com/1660-4601/17/22/8674/pdf

Link to this page: http://ipaknowledge.org/ipak-vaxxed-v-unvaxxed-study.php

 

Commenter cet article