Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

L'OMS déclare qu'il n'y a "aucune preuve" que les vaccins COVID-19 empêcheront la propagation de la maladie... alors à quoi servent-ils ?

4 Janvier 2021, 09:11am

L'OMS déclare qu'il n'y a "aucune preuve" que les vaccins COVID-19 empêcheront la propagation de la maladie... alors à quoi servent-ils ?

JD Heyes - Le 3 janvier 2021

 https://www.hangthecensors.com/484298.html




L'Organisation mondiale de la santé a été arrêtée au début de l'année pour avoir transporté de l'eau pour le gouvernement chinois en aidant Pékin à dissimuler sa responsabilité dans l'affaire COVID-19 et la pandémie mondiale que le virus a provoquée. En fait, la dissimulation était si flagrante que le président Donald Trump a pris la mesure extraordinaire de supprimer à l'OMS l'argent des contribuables américains.

 

Mais il semble maintenant que l'Organisation Mondiale de la Santé tente d'expier ses erreurs passées concernant la dissimulation du coronavirus par Pékin par de nouvelles informations accablantes concernant les vaccins COVID-19 très controversés - à savoir qu'ils ne font rien pour arrêter la propagation de la maladie. Lors d'une conférence de presse virtuelle au début de la semaine, Soumya Swaminathan, responsable scientifique de l'OMS, a précisé : "Je ne pense pas que nous disposions de preuves que les vaccins soient sans danger et qu'ils empêcheront les gens de contracter l'infection et donc de la transmettre."

 

https://twitter.com/disclosetv/status/1343620091695538179

 

C'est bien là le but premier d'un vaccin : non seulement inoculer les gens, mais aussi empêcher la propagation de la maladie que le vaccin est censé cibler. Donc, s'ils ne font pas réellement ce qu'ils sont censés faire, pourquoi les gouvernements, y compris le nôtre, dépensent-ils des milliards de dollars pour les fabriquer et les distribuer ?

 

Comme le fait remarquer Zero Hedge, "un examen attentif des recherches publiées par Pfizer et Moderna montre que les études n'ont pas vraiment testé si les vaccins empêchent réellement la transmission du virus ; le but des essais était de voir si les patients vaccinés présentaient des symptômes de COVID à un rythme nettement moins fréquent que les personnes qui n'avaient pas été vaccinées. C'est à peu près tout". Bien que les données disponibles puissent en quelque sorte suggérer que les vaccins réduiront les taux de transmission, les scientifiques (et les fabricants de vaccins) ne disposent apparemment pas encore de cette information. Cela semble pourtant être une donnée très importante, compte tenu de l'objectif de la vaccination de masse. 

 

Il semble tout simplement évident (encore une fois) que ce vaccin, bien que le cœur de Trump était manifestement au bon endroit, n'a été guère plus qu'un mécanisme par lequel les grandes entreprises pharmaceutiques et les scientifiques cooptés peuvent faire fructifier les souffrances des gens (et l'argent des contribuables). Mais ce n'est pas tout : Les vaccins peuvent en fait déjà tuer des gens.

 

Les médias israéliens ont rapporté cette semaine qu'un homme de 75 ans de Beit Shean est mort après avoir reçu son premier vaccin Pfizer (deux sont nécessaires pour une "immunité complète"). Naturellement, selon le ministère de la santé du pays, les Israéliens et le reste du monde se font dire que le vaccin n'a absolument rien à voir avec ce décès (et pourtant, les personnes qui meurent de maladies cardiaques ou de problèmes pulmonaires et qui sont positives au COVID-19 sont comptabilisées comme des "décès par COVID"). C'est ce qu'a rapporté l'Israel National News :  L'homme a reçu le vaccin à 8h30 du matin, et a attendu l'heure habituelle à la clinique avant d'être libéré chez lui, se sentant bien. Quelques temps plus tard, l'homme a perdu conscience et sa mort a été confirmée par un arrêt cardiaque. L'insuffisance cardiaque, bien que positive avec le coronavirus, est due au COVID ; l'insuffisance cardiaque et la mort après avoir reçu un vaccin COVID sont... dues à une "insuffisance cardiaque".

 

Vous avez compris ? Pendant ce temps, les autorités sanitaires suisses ont déclaré qu'une personne du canton suisse de Lucerne était également décédée après avoir été l'une des premières du pays à recevoir le vaccin.  "Nous sommes au courant de ce cas", a déclaré un porte-parole, précisant que le cas avait été transmis à Swissmedic, l'organisme de contrôle des médicaments du pays. Autre chose : une infirmière des urgences de San Diego est tombée malade avec le COVID cette semaine après avoir été vaccinée, bien qu'une fois de plus, les "experts" disent à tout le monde que les vaccins sont super efficaces et qu'il n'y a aucune raison de s'inquiéter. Ce qui signifie généralement qu'il y a de quoi s'inquiéter.  Pour en savoir plus, consultez le site Pandemic.news. Les sources comprennent : ABC15.com IsraelNationalNews.com ZeroHedge.com

 

Commenter cet article