Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Ciel Voilé

Marche mondiale contre les chemtrails et la géo-ingénierie le 27 septembre 2014

28 Août 2014, 14:36pm

Publié par Ciel Voilé

Nous participerons à la marche à Marseille :

 

link 

 

 


 

Voir les commentaires

Géo-ingénierie, au coeur de l'orthodoxie climatique - Berlin - Août 2014

28 Août 2014, 08:37am

Publié par Ciel Voilé

logo

 

Un colloque sur la géo-ingénierie

 

Trois cents personnes de quarante pays, peu des pays en voie de développement ( l’inscription à cette 14ème conférence sur le climat s’élevait à 300 €), ont assisté aux sessions proposées du 18 au 22 août à Berlin, par l’IASS. Cet institut de recherche se veut le lien entre le monde scientifique et la société civile pour la géo-ingénierie. Aucun des cinq représentants de la société civile invités par l’IASS n’estimait que la Gestion du Rayonnement Solaire soit déjà en cours. La société civile était ainsi très faiblement représentée face à une énorme majorité de scientifiques favorables à la géo-ingénierie. Aucun scientifique opposé à la version officielle du réchauffement climatique n’avait été invité. 

 

Politique et climat

logo-eutrace

Nous avons appris l’an passé, à l’occasion de notre droit de réponse au journal « L’âge de faire »,  que la référence obligée des  médias français, en matière d’expertise climatique était Olivier Boucher. Nous avons découvert à cette occasion, un site internet nommé EuTRACE : « Évaluation Européenne Transdisciplinaire d’Ingénierie Climatique », où Olivier Boucher est le seul scientifique français à intervenir. EuTRACE est financé par la Commission Européenne. On y découvre que ses conseillers scientifiques sont entre autres : Alan Robock, Ken Caldeira et David Keith pour les plus connus, car financés par Bill Gates. Y figurent également deux personnalités de Greenpeace : David Santillo et Doug Parr.

 

Un extrait du flyer d’EuTRACE en français explique l’un des objectifs de cet organisme :  

« A l’aide de nos connaissances des impacts et des incertitudes, nous estimons les potentielles conséquences sociales de la géo-ingénierie. Nous portons une attention particulière aux sujets tels que l’acceptation sociale, l’opinion publique et la faisabilité des options politiques.»


Or, la directrice d’EuTRACE, Wanda Born travaille à Postdam pour l’IASS. Les trois scientifiques cités plus haut : Alan Robock, Ken Caldeira et David Keith sont aussi conseillers de l’IASS.


web - villa 2


Qui dirige l’IASS ?


schellnhuber5schellnhuber2

   

Son nom est peu connu en France, pourtant c’est un scientifique très influent en politique : Hans Schellnhuber. Il est président de l’institut de recherche sur le climat de Postdam (PIK -IASS), depuis sa création en 1991.On le considère comme le Pape du changement climatique et le père des 2°C de limite d’augmentation de la température prônée par l’ONU. Il participe depuis longtemps aux travaux du GIEC et fait partie d’un grand nombre de commissions sur le climat et l’ingénierie climatique. Conseiller scientifique de Mr Barroso, et toujours conseiller de Mme Merkel. L’IASS qui emploie 340 personnes, est notamment financé par le gouvernement fédéral allemand, l’état allemand du Brandebourg, le Fonds Européen de Développement Régional et des sources externes comme le Qatar.


Comme dans toutes les négociations internationales…


La session d’ouverture a donné le ton : « Il est urgent de déployer la géo-ingénierie au lieu de l’incertitude, car les mesures de réduction des gaz à effet de serre ont échoué. » Cependant, la délégation officielle allemande a insisté sur l’importance de ces mesures de réduction et sur le besoin de changer les habitudes de consommation pour remplacer le nucléaire et les énergies fossiles par des énergies renouvelables. Selon elle : « La géo-ingénierie n’est qu’une réponse technique qui ne résoudra pas la cause du problème, elle ne s’occupe que du symptôme. »


Malgré une demande de distinction, à la session d’ouverture, entre  « ingénierie climatique » et « géo-ingénierie », les deux termes ont été employés indistinctement. L’implication des militaires dans la manipulation du climat a été soigneusement évitée dans tous les discours, à l’exception d’un intervenant qui a affirmé que seuls les militaires disposaient de la structure, des techniques et des moyens pour la mise en œuvre des programmes de géo-ingénierie.


Lors d’une session intitulée : « Les scientifiques du climat et la société civile peuvent-ils travailler ensemble ? », un professeur a évoqué des procédures non-démocratiques et rappelé le principe de précaution. Selon lui, comme en médecine, la géo-ingénierie ne traite que le symptôme et pas la cause. La seule façon de remédier à la cause du changement climatique serait le recours aux énergies renouvelables.


Des interventions réalistes 


* Les programmes derrière la géo-ingénierie n’ont rien à voir avec la science, mais concerne la sphère financière et politique.


* On ne peut prendre de décisions valables à partir de modélisation informatique.


* Existe-t-il des recherches sur les impacts de la géo-ingénierie ? Aucune réponse. A rapprocher de l’objectif d’EuTRACE ci-dessus : si ses membres ont une connaissance des impacts de la géo-ingénierie (« A l’aide de nos connaissances des impacts »), pourquoi n’y a-t-il eu aucune réponse ?


* Des millions ont été dépensés pour choisir le vocabulaire et orienter le débat public, parce que  ceux qui contrôlent les mots, contrôlent le sujet. 


* Il serait urgent de commencer un déploiement (de la géo-ingénierie) pour sauver des vies, pourtant aucune bonne décision ne peut être prise sous la pression, la peur ou le désespoir.


* Question : Pourquoi à votre avis, les grands médias n’ouvrent-ils pas le débat au public sur ce sujet ? Réponse : Parce que ce n’est qu’une solution hypothétique. !!!


* Question : Pensez-vous que les scientifiques soient responsables de leurs actions d’un point de vue légal ? Réponse : Oui.

 

Tolérance aux opposants


Lors d’une session, un auditeur a posé une question incluant le mot chemtrails. Aussitôt un monsieur dans l’assistance s’est levé pour demander au modérateur de ne pas répondre à la question, car cela légitimerait les théories conspirationnistes, et de ne pas admettre ces personnes dans le débat ! Tous les arguments sont dévalorisés si « conspirationnistes » ! De même, le GIEC exclut les scientifiques qui n’adhérent pas à la version officielle du réchauffement climatique. Mais cet auditeur était un futur intervenant : le modérateur a demandé le respect pour les inquiétudes exprimées dans la question. Les apparences d’ouverture du débat au public sont restées sauves.


Conclusion


Les peuples européens n’oublient pas que même lorsqu’ils sont consultés par référendum, même si une pétition européenne atteint un million de signatures, la Commission Européenne détient le privilège de ne pas tenir compte de leur avis.


Tapez sur Google et découvrez le nombre d’entrées pour «  weather derivatives »,  puis « insurance  derivatives » : là se trouvent les vrais enjeux du climat : financiers à tout prix.

 

Ciel voilé le 27 août 2014

Voir les commentaires

Hacker la planète : la géo-ingénierie

27 Août 2014, 14:25pm

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

Inventer des maladies pour vendre

26 Août 2014, 09:08am

Publié par Ciel Voilé

 


 

Voir les commentaires

Géo-ingénierie : poème de David Lim

23 Août 2014, 21:42pm

Publié par Ciel Voilé

Extrait du site de David Lim : http://naturalskies.org


 « Augmentation des évènements météorologiques extrêmes, des prix alimentaires et des maladies: les liens dont on ne parle pas » 

Ce fut ma première présentation sur la géo-ingénierie que j'ai donnée en mars 2013. Par la suite, mon université a menacé de me poursuivre en justice si je ne l'enlevais pas d’internet. Donc je l’ai retirée. Heureusement, la vidéo a été reprise par d'autres individus et organismes, ce qui est bien entendu hors de mon contrôle, d'où la modification du titre : « Les pilotes doivent apprendre à connaître la géo-ingénierie et  les chemtrails », présentation de David Lim, Royaume-Uni, Mars 2013».

 


 

Voir les commentaires

Chemtrails : témoignage d'un médecin

21 Août 2014, 12:59pm

Publié par Ciel Voilé

A l'occasion du 65 ème anniversaire de Pearl Harbor, à Los Angeles, le 7 décembre 2006, le docteur Bill Deagle, alors enseignant à la faculté de médecine du Colarado, s'est exprimé pendant plus de 4 heures. Ici un très court extrait sur les chemtrails.

 

 


 

Voir les commentaires

La météorologie nationale malienne "gère" les pluies

20 Août 2014, 23:00pm

Publié par Ciel Voilé

Mag-ag-300x199


Le Mali offre un bel exemple « officiel » du recours banalisé aux modifications du climat : ensemencement des nuages pour provoquer les pluies. En somme le temps à la demande. Pourtant les spéculateurs qui parient des milliards annuels sur les dérivés climatiques ne peuvent pas encore «  jouer » sur ce pays : vérifiez ! Mais ils peuvent choisir le chaud ou le froid pour un prochain mois, sur l’une des 11 capitales européennes : http://www.cmegroup.com/trading/weather/ 

Et si Météo France collaborait à la programmation du temps qu’il fera ? Ciel voilé

 

Hivernage : LES «PLUIES PROVOQUEES» A LA RESCOUSSE

L’essor – Le 20 août 2014 - S. Y. WAGUE


http://www.essor.ml/hivernage-les-pluies-provoquees-a-la-rescousse/

 

Les paysans doivent contacter les services de la météo pour transmettre les relevés de pluviométrie de leurs zones respectives


Du 1er juin au 3 août, 94 opérations du genre ont été effectuées dans cinq régions : Kayes , Koulikoro, Sikasso, Mopti et Ségou


La saison pluvieuse s’est tardivement installée dans notre pays.  Les pluies sont depuis le début de l’hivernage à aujourd’hui très rares dans certaines parties de notre pays. Ce phénomène s’explique par le fait que durant tout le mois de mai et juin, l’harmattan soufflait fortement dans plusieurs  zones. L’harmattan est un vent sec qui souffle d’habitude de janvier jusqu’en mars du désert vers le Mali. Durant cette période d’harmattan, il n’y a pas de nuages au ciel, donc la situation est défavorable aux activités pluvio-orageuses. La mousson est un vent humide qui souffle de l’océan Atlantique notamment à partir du Golfe de Guinée du mois de juin à septembre vers notre pays et qui provoque la pluie. Les évaporations qui se font à partir de la mer, dans cette zone entrainent l’humidification de la mousson et provoquent des pluies abondantes. Mais cette année à cause des changements climatiques, la surface de la mer dans le Golfe de Guinée est anormalement plus fraîche que d’habitude durant les mois de juin à juillet. Il n’y  a donc pas d’évaporations suffisantes. Du coup, la mousson n’est pas bien humide. Cela diminue et ne favorise pas les pluies et c’est ce à quoi nous avons assisté du début de l’hivernage à aujourd’hui, a expliqué le directeur général de l’Agence nationale de la météorologie Dr Kader M’Pè Diarra. Mais, la tendance s’inverse favorablement. Ainsi, à partir de ce mois d’août, la surface de la mer au niveau du Golfe de Guinée est en train de se réchauffer petit à petit. Cette situation favorisera une bonne rentrée de la mousson plus humide au Mali. En conséquence, il y aura beaucoup plus de probabilités d’avoir des pluies et des opérations d’ensemencement de nuages. Malgré, l’amélioration de ces conditions, l’Agence nationale de la météorologie (Mali-Météo)  aura besoin de faire tomber la pluie pour pallier aux poches de sécheresse. Dans ces derniers cas de figures, il faudrait ensemencer les nuages pour donner de la pluie. Cette opération s’appelle « Pluies provoquées ». Les pluies provoquées sont une science météorologique, une modification artificielle du temps permettant d’accélérer le processus de précipitations des pluies. La technique consiste à introduire dans les nuages les noyaux de condensation qui sont des sels minéraux. Les nuages sont des vapeurs d’eaux dans la nature qui sont préfabriqués. Les différents sels utilisés dans les opérations d’ensemencementsont l’iodiure d’argent et les chlorures de calcium. L’objectif visé par le programme de « pluies provoquées » est de réduire l’impact du déficit pluviométrique sur les productions agricoles, hydro-électriques et ainsi que les ressources en eau. Démarré en 2006, le programme s’étale de juin à octobre de chaque année. Il est exécuté par des équipes spécialisées (prévisions, imageries satellitaires, radars) qui permettent de savoir ce qui se passe dans l’espace aérien malien et de pouvoir suivre l’évolution du temps. Les prévisions donnent la situation et l’évolution du temps à venir. Elles permettent de planifier les opérations futures. Les imageries satellitaires permettent de voir en temps réels les nuages disponibles tout en donnant la position et la direction de leur déplacement.


PLUIES PROVOQUEES BIENVENUES. Quant au radar, il permet de donner avec précision les caractéristiques physiques, thermiques des nuages, de déterminer les conditions favorables pour l’ensemencement (opération des pluies provoquées),  et ainsi que le suivi des avions au moment des interventions. Tout ce travail se fait dans un centre d’opération logé à l’Agence nationale de la météorologie.  Celui-ci suit et donne des instructions aux 4 pilotes sud-africains chargés de mener les opérations dans les deux avions déployés pour le travail. Les opérations « pluies provoquées » de cette année ont débuté en juin dernier. Elles sont menées dans les localités, où les conditions sont favorables, a expliqué le coordinateur du programme des opérations « pluies provoquées », Mamadou Adama Diallo. Le programme a effectué au courant du mois de juin dernier 37 opérations de pluies provoquées dans 4 régions de notre pays à savoir Kayes (7), Koulikoro (13), Sikasso (12) et Ségou (5). Il a, par ailleurs, mené 94 opérations du 1er juin au 3 août dans 5 régions du pays à savoir Kayes (21) soit 22%, Koulikoro (33) soit 35%, Sikasso (24) soit 26%, Ségou (14) soit 15% et Mopti (2) soit 02%. Avec ces interventions, d’importantes quantités de pluies ont été enregistrées dans plusieurs localités a révélé Mamadou Adama Diallo. Il s’agit dans la région de Kayes, le 8 juillet dernier à Diombougou qui a enregistré 145 mm, Mogoyafara qui a reçu 120 mm et Kéniéba qui a reçu 100 mm. D’importantes quantités de pluies ont également été relevées le 5 août dernier dans  deux localités de la région de Sikasso à savoir Kafana (127 mm) et Lobougoula (72 mm). Mamadou Adama Diallo a ensuite précisé que l’Agence nationale de la météorologie tient toujours compte des conditions favorables du temps, de la situation de la campagne agricole pour décider des opérations de pluies provoquées dégagées par le Groupe de travail pluridisciplinaire d’assistance météorologique (GTPAM) et des besoins exprimés par les services techniques sur le terrain (Ministère du Développement rural, l’Hydraulique et les paysans). L’Agence travaille également avec les instructions du Conseil des ministres, les informations sur les inondations fournies par la Direction générale de la Protection civile. Le directeur général de l’Agence nationale de la météorologie, Dr Kader M’Piè Diarra a rassuré que l’espoir est permis pour le reste de l’hivernage, car la mousson est en train de monter sur les zones de Nara, Yélimané, Kayes et de Nioro du Sahel. La situation est en train de se rétablir, a-t-il précisé. Cela fait 5 jours qu’il y a des possibilités de « pluies provoquées » dans ces zones, car l’harmattan s’est affaibli et la mousson est montée, a-t-il annoncé. Le directeur général a, par ailleurs, indiqué que de fortes actions de pluies provoquées ont été menées les 9 et 10 août derniers dans les régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou et Mopti. Le Dr Kader M’Piè Diarra demande aux paysans de contacter ses services pour transmettre les relevés de pluviométrie de leurs zones respectives. Cette action permet de mieux identifier les zones en déficits ou en excédents pluviométriques afin d’y apporter des solutions appropriées. Pour cela un numéro fixe gratuit est accessible à tout moment, c’est le 20 74 61 65.

 

Voir les commentaires

Aluminium dans les vaccins

9 Août 2014, 06:31am

Publié par Ciel Voilé

 

Mise en ligne le 2 août 2014 - chaîne parlementaire

 

 

 


 

Voir les commentaires

A qui profite la sécheresse catastrophique en Californie ?

8 Août 2014, 06:51am

Publié par Ciel Voilé

 

 

palms-300x239

 

http://www.geoengineeringwatch.org/geoengineered-drought-crushes-california-who-profits/

 

Le 1er août 2014 – Traduction Ciel voilé
 
Pourquoi ceux qui sont au pouvoir créeraient-ils une sécheresse catastrophique en Californie? On me pose cette question en permanence. Je donne des réponses et des raisons, du moins beaucoup d'entre elles, mais pour un grand nombre de personnes la vérité est tout simplement trop difficile à accepter. Tout d'abord, quoi que l'on veuille accepter comme raison de cet assaut de manipulation du temps sur ​​la Californie, une chose est certaine, cette sécheresse est créée entièrement artificiellement du début à la fin. En  « amont », le blocage de la pluie sur le Pacifique oriental, par pulvérisation, est constant, comme le montre la photo satellite ci-dessous ( ndt : voir l'article original).

Si la pluie est intentionnellement et systématiquement bloquée, de manière agressive, il s'agit clairement d'un objectif. Pour bloquer la pluie, il n'y a pas seulement les pulvérisations d'aérosols, mais aussi l'utilisation d'appareils de chauffage de l'ionosphère ( installations HAARP). Pourquoi ? Pour le profit, le pouvoir et le contrôle des populations. Peu importe à quel point ce fait est nié, et par qui, c'est la base. Nous sommes tous impliqués littéralement dans un combat pour la vie car les ingénieurs qui manipulent le climat nous serrent comme jamais la corde autour du cou. Non seulement ils bloquent notre pluie, mais contaminent aussi notre air, notre sol et notre eau, avec les retombées de métaux lourds. L'article ci-dessous provient d'un site financier. Bien que n'y soit pas évoquée la folie mondiale de la modification du climat, il semble que beaucoup maintenant commencent à faire des liens.


Dane Wigington
geoengineeringwatch.org


La sécheresse en Californie : dangereuse mais rentable !


Source: Wall Street Daily

Les scientifiques ne peuvent pas tout à fait le comprendre. C'est un événement anormal dans tous les sens imaginables. Sur la côte de la Californie, au milieu de l'atmosphère, se trouve une région extraordinaire de haute pression dans l'océan Pacifique, qui ne bougera pas.


Les experts l'ont affectueusement surnommée, « la zone ridiculement inamovible », mais ce n'est pas vraiment drôle.


En fait, si le système de pression ne monte pas rapidement, la Californie risque des feux de forêt, la famine, les émeutes, et même la faillite.


L'effet en aval pour les investisseurs est tout aussi urgent. C'est le cas si vous voulez tirer parti ingénieusement de la crise, par effet de levier, pour des gains personnels.


Le système de pression a poussé la trajectoire du mauvais temps bien au nord de sa position habituelle, empêchant ainsi les tempêtes d'hiver d'atteindre l'État.

 

Le résultat est la pire sécheresse de l'histoire, sans fin en vue.


Le gouverneur de Californie, Jerry Brown, a même demandé aux restaurants d'arrêter de servir de l'eau.
A quel point la situation est dramatique ?


Les agriculteurs déracinent certaines de leurs plantes et certains de leurs arbres les plus lucratifs car ils consomment trop d'eau. Les arbres à noix, comme les amandes, risquent particulièrement de disparaître.


Dans la région la plus touchée, Central Valley, les agriculteurs devraient perdre 810 millions de dollars.


Plus de 80% de l'État est en sécheresse extrême ou exceptionnelle, ce qui explique pourquoi la Californie est actuellement déclarée en état ​​d'urgence.


Tous les 58 comtés de la Californie ont été classés en zones de catastrophe naturelle.


Fin d'une année de scénario catastrophe ...


Les principaux réservoirs de Californie atteignent dangereusement moins de la moitié de leur capacité.


Le lac Mead, alimenté par le Colorado, a aussi chuté à des niveaux records. Ce lac est une source importante d'eau pour les Californiens du Sud.


Plus effrayant encore est le recours accru aux eaux souterraines, qui n'est pas réglementé. Si les aquifères souterrains de la Californie tarissent, les conséquences sur les deux prochaines années pourraient être catastrophiques.


Les chanceux qui ont encore accès à l'eau prélèvent plus de 10 fois le taux moyen à long terme, signal que la fin pourrait être proche.


Par « fin », je veux dire que quelques petites communautés de Californie risquent de manquer d'eau dans les trois prochains mois.


Si le système de pression sur le Pacifique ne bouge pas – en fournissant des précipitations suffisantes - l'ensemble de l'État pourrait manquer d'eau d'ici moins d'un an.


Même les poissons sont évacués ...


Le service d'État des poissons et de la faune a utilisé des camions-citernes pour évacuer les truites des écloseries locales. Au total, environ deux millions de poissons, y compris 430 000 alevins de truite arc- en-ciel, seront libérés des mois avant la période habituelle.


Dans des conditions de sécheresse ordinaire, les responsables de la faune auraient fourni de l'eau fraîche du lac Folsom aux écloseries pour y réduire la température de l'eau.


Mais ce n'est pas une sécheresse ordinaire.


Il reste peu d'eau au lac Folsom, et de toute façon, elle n'est certainement pas assez fraîche pour fournir des secours.


Les saumons sont transportés par camion jusqu'à l'océan, pour leur épargner ainsi les dangers de la migration dans les rivières et les ruisseaux asséchés.


Les feux de forêt sont une autre préoccupation.


Au 19 Juillet, le Département de la protection des forêts et des incendies en Californie rapportait plus de 3400 feux de végétation brûlant plus de 51.000 hectares. Habituellement, environ 2500 incendies et 30 000 hectares brûlaient sur ​​une année moyenne.



El Niño à la rescousse ? Pas vraiment...


El Niño se produit lorsque la hausse des températures de l'océan Pacifique réchauffe l'eau au point de déclencher des tempêtes, à l'origine des hivers humides en Californie.


Le dernier phénomène d'El Niño a eu lieu en 2009 et 2010. En général, une période d'El Niño dure environ un an.


Donc, quelle est la probabilité qu'il apparaisse cette année ? Eh bien, la National Oceanic and Atmospheric Administration prédit 80% de chances à son apparition.


Bonnes nouvelles, non ? Eh bien, pas vraiment …


Même si ces prévisions se confirmaient, les experts disent qu' El Niño se développera probablement comme un événement faible en fin d'été ou début de l'automne. Certains disent même qu'il sera retardé de plusieurs mois, car le réchauffement de l'océan Pacifique ralentit.


« Certaines zones reçoivent déjà une influence de type El Niño », explique le météorologue expert, Donald Keeney.


Keeney s'attend à ce qu'El Niño apparaisse à la fin de l''été ou au début de l'automne, mais avertit qu'il « ne devrait être qu'un événement faible ».


Tout à coup il pleut de l'argent plutôt que de l'eau ...


Le gouverneur Brown a récemment alloué 687 millions de dollars aux efforts de secours, et le président Obama a ajouté un supplément de 183 millions.


Les fonds comprennent des subventions d'aide d'urgence pour l'eau distribuée aux communautés rurales victimes de pénuries d'eau et une aide ciblée pour les zones les plus touchées par une sécheresse extrême ou exceptionnelle.


Pourtant, les plus gros bénéficiaires de tout cet argent sont les services publics de l'eau et les sociétés privées de l'eau. En fait, les actions de ces sociétés profitent d'une période de boom.


Un coup d'oeil rapide à un tableau sur deux ans montre une industrie en pleine ascension verticale agressive. (Remarquez comment chaque baisse de prix entraîne une hausse de la demande.)

0714 LiquidGold

Les plus grands acteurs du groupe sont Pentair (PNR), Veolia Environnement (VE), Aqua America (WTR), American Water Works (AWK), et Watts Water Technologies (WTS).


S'agissant de fonds fédéraux et d'État versés pour la crise, il est difficile d'argumenter contre la possession de ces actions.


Mais ce que la plupart des investisseurs ne réalisent pas c'est qu'ils peuvent utiliser 870 millions de dollars en aide du gouvernement au titre de garantie de toutes sortes. Autrement dit, pour financer une généreuse source de revenu.


Tout l'argent versé par le gouvernement forme un beau coussin pour les actions. Cette réalité fait qu'une stratégie à la hausse peut-être la décision la plus intelligente et la plus sûre pour gagner de l'argent toute l'année.


Au moment où vous vendrez une option de vente, disons ... Watts Water, vous réaliserez qu'un dépôt en espèces arrive sur votre compte en quelques secondes. Vous n'aurez jamais à rendre cet argent, d'ailleurs.


Si le cours de l'action tombe en dessous du prix d'exercice à la date d'expiration, vous serez tenu d'acheter des actions. C'est ce qu'on appelle « s'impliquer », ce qui ne se produit que dans moins de 10% des cas. Si vous devez vous « impliquer », vous serez l'heureux propriétaire de nombreuses actions pour beaucoup moins cher qu'elles ne se négocient maintenant.


Comprenez-vous pourquoi j'aime autant cette stratégie ? Il est vraiment difficile d'y perdre.


En avant et à la hausse !


Robert Williams


Source: Wall Street Daily

 

http://www.wallstreetdaily.com/2014/07/28/california-drought-continues/?utm_campaign=20140728WSD&utm_medium=email&utm_source=WSD

 

Voir les commentaires

Sans éthique la géo-ingénierie n'est pas viable

5 Août 2014, 09:55am

Publié par Ciel Voilé

 

chemtrail-hell-300x198

Un philosophe de l'environnement prévient que les grandes questions éthiques, politiques, juridiques et sociales liées à la géo-ingénierie doivent être résolues

Graham Readfearn à Sydney   - Traduction Ciel voilé

theguardian.com - jeudi 31 Juillet 2014

 

    Geoengineering--satellite-009
La géo-ingénierie: vue satellite de la mer Méditerranée et du bassin du Nil de nuit -La géo-ingénierie ou la modification du climat, se divise en deux catégories - l'élimination du dioxyde de carbone ou la gestion du rayonnement solaire. Photo: ISS / NASA

La recherche sur les moyens de manipuler le climat de la Terre comme dernière solution au réchauffement climatique ne sera pas viable si les enjeux éthiques qu'elle soulève ne sont pas résolus au préalable, met en garde un philosophe de l'environnement.

Le Professeur Stephen Gardiner, de l'Université de Washington, à Seattle, a déclaré au Guardian que ce que l'on appelle la géo-ingénierie risque d'empirer la situation pour les générations futures.

Le Professeur Gardiner était à Sydney pour un colloque de deux jours visant à s'attaquer aux conséquences morales et éthiques de la géo-ingénierie ou manipulation du climat.

Cette année, l'Académie Nationale des Sciences aux États-Unis doit publier un rapport-clé sur la « faisabilité technique » d'un certain nombre de méthodes de géo-ingénierie réparties en deux catégories.

L'élimination du dioxyde de carbone (CDR) tente de réduire les niveaux de gaz à effet de serre dans l'atmosphère et de le stocker, par exemple, dans les arbres, les algues ou sous terre.

Une deuxième catégorie, appelée gestion du rayonnement solaire tente de réduire la quantité d'énergie en provenance du soleil entrant dans l'atmosphère de la Terre, par exemple : pulvériser des particules de sulfate dans la stratosphère ou blanchir les nuages​​.

Gardiner a déclaré que l'inertie politique était l'une des raisons pour lesquelles le monde n'avait pas répondu de façon significative aux changements climatiques et à la hausse des émissions de GES.

« La génération actuelle, en particulier dans les pays riches, est tentée de profiter des avantages à court terme et de répercuter les coûts sur les générations à venir », a t-il dit.

« On peut dire que c'est l'une des grandes raisons pour lesquelles nous avons échoué jusqu'ici dans la politique climatique parce que nous avons succombé à cette tentation ».

« Mais quand il s'agit de la géo-ingénierie, l'un de mes plus grands soucis, c'est que nous intervenions en reproduisant ce modèle ».

« Nous pourrions essayer et adopter une solution technologique rapide, mais elle provoquerait les pires conséquences pendant des décennies sans beaucoup d'attention à ce qui se passerait après. Ce qui se passerait après pourrait être encore pire que si nous laissions se déployer les impacts climatiques négatifs à court terme ».

Il a dit qu'il était temps de s'engager sur les questions éthiques et morales, maintenant que les grandes institutions scientifiques et un groupe croissant de chercheurs commencent à envisager l'utilisation de la géo-ingénierie.

« Nous en sommes encore aux premiers stades et très peu de gens ont écrit à ce sujet ou en ont discuté. La bonne nouvelle, c'est que les principaux rapports scientifiques signalent généralement qu'il y a des problèmes majeurs éthiques, politiques, juridiques et sociaux à résoudre. L'essentiel est de savoir si nous passons outre ou si réellement nous affrontons ces conséquences ».

« Si ces problèmes sociaux et politiques ne sont pas résolus, alors tout type de géo-ingénierie serait non-viable de toute façon - ou du moins toute approche sans éthique serait non-viable ».

En 2009, un rapport de la Royal Society a appelé à davantage de recherches sur la géo-ingénierie et a conclu que les techniques CDR « doivent être considérées comme préférables ».

Une expérience consistant à vaporiser des particules dans la haute atmosphère à l'aide d'un ballon et d'un tuyau d'un kilomètre de long a été annulée en 2012 après qu'on ait découvert que deux des scientifiques impliqués avaient présenté des demandes de brevets similaires aux techniques proposées.

Une étude parue en début d'année dans la revue Nature Communications compare cinq méthodes différentes de génie climatique et estime qu'elles sont toutes « relativement inefficaces » tout en comportant « des effets secondaires potentiellement graves» et difficiles à arrêter.

Le Professeur Jim Falk de l'Université de Melbourne, de l'Institut pour une société durable, a déclaré au symposium, qu'existaient plus de 40 méthodes distinctes qui pourraient être décrites comme de la géo-ingénierie, y compris la plantation d'un grand nombre d'arbres et la peinture des toits en blanc.

Il a dit: « Il y a un grand éventail d'idées qui vont de l'échelle locale à l'échelle intermédiaire et à l'échelle mondiale. L'échelle, les impacts et les risques vont tous de pair ».

 


http://www.theguardian.com/environment/2014/jul/31/ethics-geoengineering-solutions-climate-change

Voir les commentaires

1 2 > >>