Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

L'OMS déconseille le confinement

12 Octobre 2020, 13:05pm

Voir les commentaires

Aluminium, notre poison quotidien

11 Octobre 2020, 20:20pm

Voir les commentaires

L'industrie la plus rentable

11 Octobre 2020, 20:15pm

Voir les commentaires

Trente ans d'histoire du Covid-19

10 Octobre 2020, 15:25pm

Voir les commentaires

Dix ans de Mouvement Planétaire pour la Terre Mère !

10 Octobre 2020, 06:58am

Rosalie Bertell

Rosalie Bertell

Auteure : Claudia von Werlhof, Autriche/Allemagne – Août 2020

 

https://www.pbme-online.org/

 

Introduction

Cette introduction est écrite en l'honneur du Dr Rosalie Bertell et de son travail, et j'écris dans sa langue maternelle. En 2010, nous avons fondé le Mouvement Planétaire pour la Terre Mère (PMME) afin de diffuser ses connaissances dans le monde entier.

 

La plupart des contributions à ce numéro spécial sont également rédigées en anglais, certaines en allemand, une en espagnol et une en italien.

 

À cette occasion, nous sommes fiers d'annoncer la publication de deux livres écrits en anglais sur le sujet :

 

1. Rosalie Bertell : Planète Terre, l'ultime arme de guerre, édition augmentée, Talma 2020, Dublin.

 

La réédition du livre original de Bertell est une véritable victoire du PMME. En fait, on peut le considérer comme son principal cadeau d'anniversaire ! Après sa première publication en 2000, ce livre n'a jamais été distribué car l'éditeur, Women ́s Press, à Londres, a fait faillite. La nouvelle édition est enrichie d'articles supplémentaires que Rosalie a écrits entre 2000 et 2011, jusqu'à peu de temps avant sa mort en 2012, et le livre est pratiquement le premier, dans la langue originale !

 

Pour la première fois, ce livre peut maintenant être lu en anglais. Ainsi, il est accessible aux lecteurs internationaux du monde entier !

 

Au PMME, nous nous sommes battus pendant de nombreuses années pour que le livre du Dr Bertell soit à nouveau publié en anglais - puis nous avons rencontré Patrick Pasin, des studios Talma, à Paris, en France. Il a connu Rosalie et a réalisé avec elle un film intitulé "Bye, bye, blue sky", a écrit lui-même deux livres sur la question et a publié pour la première fois l'œuvre de Bertell en français !

 

C'est également Patrick Pasin qui nous a proposé de publier le deuxième livre que nous pouvons annoncer aujourd'hui :

 

2. Claudia von Werlhof : Alerte mondiale ! La géo-ingénierie détruit notre planète, Talma 2020, Dublin

 

Dans ce livre, 10 femmes d'Europe et d'Amérique, dont Rosalie Bertell, car cette collection contient aussi un article écrit par elle en 2010, analysent sous des angles très différents ce qui arrive à la Terre Mère aujourd'hui et ce que cela signifie pour nous, les personnes qui vivons sur et avec elle. Ses contributeurs sont : Vilma Almendra de Colombie, Rosalie Bertell des Etats-Unis/Canada, Josefina Fraile d'Espagne, Elana Freeeland des Etats-Unis, Maria Heibel d'Italie, Claire Henrion de France, Conny Kadia du Portugal, Kaarina Kailo de Finlande, Linda Leblanc de Chypre, et moi-même d'Autriche/Allemagne.

 

Le titre du livre fait référence au discours erroné et trompeur sur le "réchauffement climatique" qui, entre-temps, a été mis en place par le haut, afin de rendre invisible ce que Rosalie Bertell, et d'autres après elle, ont analysé pour la première fois. Le nouveau discours sur le "changement climatique" peut maintenant être démantelé publiquement et être confronté aux faits sur ce qui se passe réellement. Si nous voulons maintenir nos conditions de vie sur cette terre, nous, les gens, devons nous en approcher et commencer à reconstruire son bien-être qui est endommagé au point de détruire cette planète !

 

Au moment de notre anniversaire en tant que PMME, la version allemande du livre du Dr Bertell est entrée dans sa 5ème édition. En 2018/2019, une édition espagnole, une italienne et une française ont également vu le jour.

 

Et, en dix ans, nous sommes arrivés à un point où nous pouvons dire : Nous avons fait de notre mieux pour que les connaissances de Rosalie Bertell ́s soient diffusées dans le monde entier. En outre, nous y avons contribué par nos lettres d'information en différentes langues, des discours publics et la diffusion de nombreuses informations complémentaires sur les débats et les faits d'actualité (www.pbme-online.org).

 

Pourquoi les gens ne veulent-ils pas entendre parler de la violence commise contre la Terre Mère ?

 

Est-ce un tabou de révéler un secret ?

 

Une chose, cependant, n'a jamais été bien comprise : les connaissances du Dr. Bertell n'ont pas, jusqu'à présent, fait l'objet d'un débat public ouvert. Non seulement les pouvoirs en place, mais aussi les mouvements sociaux d'aujourd'hui n'ont pas permis que cela se produise. Très souvent, les gens rejettent d'emblée cette connaissance, parce qu'elle les choque. Une première réaction consiste généralement à la fuir au lieu d'essayer d'apprendre et de faire quelque chose pour y remédier. La plupart d'entre eux nient simplement la possibilité qu'une chose comme la "géo-ingénierie militaire" puisse même exister. Afin d'éviter d'être confrontés à ces faits, ils s'emparent du terme préparé d'en haut dans le but d'éliminer ce genre de « connaissance maléfique » et l'appellent « théorie de la conspiration » !

 

Ainsi, même Rosalie Bertell, qui était une personne au-delà de tout soupçon possible concernant les théories de la conspiration, a été interprétée comme telle. Évidemment, cela ne peut pas être plus éloigné de la vérité, mais cela sert les intérêts de ceux qui ne veulent pas que la vérité soit connue.

 

La vérité à connaître ce sont les faits sur le système dans lequel nous vivons, qui en lui-même est basé sur différentes formes de violence directe et structurelle contre la vie elle-même, contre la nature et contre les êtres humains ! Cette vérité est un secret et il est donc devenu tabou de parler de ces faits. Chaque fois que ce tabou est violé, nous avons constaté qu'il y a toujours une réaction rapide pour mettre fin à tout nouveau débat.

 


J'en suis venu à la conclusion que la vérité sur le système dans lequel nous vivons, que nous le voulions ou non, est si horrible que presque tout le monde essaie d'éviter de la voir, parce que sinon :

 

- Nous nous sentirions très mal à l'aise, et même coupables,

- Nous nous sentirions ridicules d'impuissance alors que nous nous estimons plutôt puissants, et/ou

- Nous nous sentirions soudainement privés d'une protection de la vie généralement supposée venir d'en haut ou d'ailleurs, ce qui provoquerait la peur, et/ou

- Nous devrions enterrer nos hypothèses sur la validité des « valeurs » générales que le système prêche, par exemple les droits et la justice, la liberté et la démocratie, ou la paix et le bonheur, et/ou

- Nous devrions, en prenant au sérieux la « connaissance maléfique», nous lever immédiatement pour mettre fin à la violence que le système commet contre la vie, la nature et l'humanité. Cependant, cela est ressenti comme un fardeau trop lourd à assumer...

 

Pendant ce temps, nous savons sur quoi repose cette violence de notre "système", de notre civilisation moderne. Elle est enracinée dans le système du « patriarcat », comme je l'appelle. L'intention du patriarcat est de transformer toute la vie, la nature et l'humanité, en fait toute la société, en une société « artificielle », c'est-à-dire ne permettant plus à la vie d'exister de manière organique sur cette planète terre, et de manière naturelle et maternelle. Le monde créé par l'homme est par définition un monde « patri-arcal », une « création » de soi-disant pères au lieu de mères et de Mère Nature. Pour parvenir à cette utopie patriarcale, vieille de plusieurs milliers d'années d'ailleurs, beaucoup de violence a déjà été appliquée dans son déroulement. Cette violence s'est transformée en un traumatisme, et en même temps, elle est considérée comme une connaissance interdite et est réprimée. Elle a été cachée à tous les niveaux et ne peut être abordée ouvertement ! Tant que cette civilisation patriarcale n'aura pas réussi à transformer la vie, la nature, les humains, le monde entier - et la planète elle-même - en un monde patriarcal entièrement créé par l'homme, la violence sera continuellement appliquée comme un moyen nécessaire pour atteindre ses dangereux objectifs. Ce sont les raisons pour lesquelles les gens ne sont pas autorisés à reconnaître la violence directe et structurelle inhérente au système !

 

Ce paradoxe mental est le secret du patriarcat. Parce que le récit patriarcal nous dit qu'il n'y a pas de violence, le processus de transformation du naturel à l'artificiel est un processus qui virait vers le meilleur et le plus élevé. Aujourd'hui, on appelle cela le progrès !

 

Le tabou consiste à révéler la violence en cours à un monde prétendument meilleur et plus élevé, afin que ce monde n'apparaisse plus comme le meilleur et plus élevé, étant donné le prix de la destruction, payé pour cela.

 

Le secret à révéler nous dit que la violence ne mène pas du tout à des mondes meilleurs et plus élevés, mais à ce qu'elle produit, à savoir la destruction ! La destruction est le résultat global de ce processus de transformation « alchimique » - comme je l'appelle - par la violence. C'est sa logique, et personne n'est autorisé à la voir et à la nommer. Réfléchir sur la violence patriarcale contre la nature, la terre, la vie et les gens, la voir et en parler, sans parler d'agir contre elle, tels sont les tabous les plus lourds de ce système patriarcal. C'est la connaissance « maléfique », celle qui est interdite, celle qui est oubliée, celle qui est chassée sous terre et ainsi rendue inconsciente ! Je l'appelle le « subconscient collectif ». Comme nous avons tous fait l'expérience de la violence patriarcale, nous la reconnaissons d'emblée, peut-être inconsciemment, lorsqu'il s'agit de la révéler ! Nous paniquons avec elle, car le danger est alors proche et doit être écarté. Nous devons nous protéger contre le danger de nous mêler de la violence systémique patriarcale qui nous détruirait ! Tout le monde semble le savoir, car presque tout le monde réagit de la même façon, quand cela se produit !

 

Il est maintenant clair qu'il est difficile de reconnaître ce que Rosalie Bertell nous enseigne, elle nous apprend qu'entre-temps le patriarcat, sous la forme de l'armée et du complexe militaro-industriel, a commencé à détruire nos conditions de vie et la planète elle-même ! Nous sommes donc littéralement obligés de faire quelque chose contre cela si nous voulons continuer à vivre sur cette terre ! Cela signifie que nous devons nous attaquer au patriarcat et à sa violence systémique, directe et structurelle, en courant le risque de devenir ceux qui brisent le tabou, en révélant et en nommant le secret !

 

Mon expérience personnelle de la rupture du tabou

 

Ma propre expérience de ce syndrome d'évitement et de la peur que nous pouvons voir aujourd'hui également dans le cas de la crise mondiale du coronavirus, a cependant abouti à la création du Mouvement Planétaire Pour la Terre Mère ! Voici comment cela s'est passé :

J'ai parlé dans une interview pour un journal de la nécessité de faire des recherches sur un crime possible qui a conduit à la mort d'un quart de million de personnes - le tremblement de terre à Haïti en 2010 - et j'ai été immédiatement étiquetée comme une « théoricienne du complot ». De plus, j'ai été publiquement « assassinée » et discréditée, privée de ma bonne réputation d'universitaire, de militante, de personne et de femme. J'ai été menacée par l'État profond et l'Institut de sciences politiques de l'université d'Innsbruck, où j'ai travaillé pendant plus de 20 ans. En outre, les médias officiels autrichiens m'ont menacé, étant donné que j'avais reçu des ordres d'en haut, comme me l'a dit un lanceur d'alerte. J'ai perdu beaucoup de mes amis, même de longue date, de l'aile gauche, des mouvements verts et alternatifs, même dans les groupes matriarcaux en Allemagne et en Autriche, avec lesquels je travaillais depuis de nombreuses années. J'ai perdu des éditeurs avec lesquels je travaillais et je n'ai plus jamais été invitée à des interviews ou à des conférences dans les médias officiels et la plupart des médias alternatifs. Cette violence à mon égard en tant que « messager d'une vérité qui dérange » est toujours visible dans Wikipédia où l'on se moque de moi et où mes questions sur Haïti sont toujours d'actualité. C'est une indication de la haine profonde du système patriarcal contre la vie et la vérité, c'est-à-dire les faits réels qui émergent de cette façon.

 

Cette expérience a changé ma vie, car je ne me suis pas enfuie ou cachée en regrettant ma prétendue erreur. Elle est apparue lorsque j'ai appris l'existence de Rosalie Bertell. Cela s'est produit à cause des conflits autour d'Haïti, et Rosalie Bertell m'a envoyé une lettre et s'est tenue à mes côtés. Elle connaissait la nature des accusations qui découlent de tabous sensibles comme celui mentionné, parce que les puissants militaires sont derrière eux. Elle m'a envoyé une copie de son livre « Planète Terre, la dernière arme de guerre », dans lequel elle décrit toute l'histoire du développement des technologies militaires qui sont capables de produire non seulement des tremblements de terre, mais aussi des tsunamis, des courants d'air, des inondations, de la chaleur et du froid, de modifier les courants océaniques, d'évoquer des éruptions volcaniques, etc. À ce moment-là, je n'avais pas la moindre idée de tout cela. Le cas haïtien venait de me mettre sur la voie de cette connaissance qui m'était totalement étrangère. En lisant le livre de Rosalie Bertell, je suis tombée dans une sorte d'enfer, l'enfer de la connaissance des faits réels et du fait que j'avais eu raison quand je me suis sentie « électrisée » à propos d'Haïti, et j'ai su que je devais faire quelque chose à ce sujet. Grâce aux connaissances de Rosalie en matière de recherche, j'ai appris à expliquer ce qui aurait pu réellement se passer en Haïti - et pas seulement cela, mais bien plus encore. J'aurais aimé avoir tort, mais j'avais raison.

 

Au cours de ces expériences de changement dans ma vie, les deux situations se produisant en même temps, je suis tombée malade. Lorsque je suis sortie de l'enfer, j'ai dû décider quoi faire : Soit m'arrêter de faire quoi que ce soit, soit repartir à zéro - et c'est exactement avec ces problèmes que l'environnement social autour de moi a essayé de m'en empêcher. J'ai décidé de faire la dernière chose ! Sinon, nous ne célébrerions pas le dixième anniversaire du Mouvement Planétaire pour la Terre Mère en 2020. J'ai choisi cette option parce qu'il n'y avait pas d'alternative. J'avais ressenti les mêmes tremblements dans mon corps que la Terre Mère a dû ressentir dans son corps lors du tremblement de terre en Haïti. C'était comme si elle m'appelait, et fort. Elle m'a dit : « Oui, c'est toi. Tu dois te lever pour moi, car tu sais maintenant ce que je ressens face à ce qui m'est fait ! Quelqu'un doit le faire ! C'est le moment... »

 

Sachant déjà ce que mon choix signifiait, j'ai commencé ma nouvelle vie. J'ai informé mes amis à l'étranger qui - contrairement à ceux d'ici - étaient pleins de solidarité et de soutien, comme Rosalie Bertell. Ils ont lancé pour moi une campagne qui a traversé de nombreuses régions du monde, car j'avais fait des recherches dans différents endroits au cours des années précédentes et je connaissais de nombreux collègues et les mouvements sociaux de nombreux pays. C'était merveilleux, et cela m'a donné la force de pouvoir aller de l'avant. Le peuple d'Haïti, cependant, n'a jamais eu connaissance de ce débat sur son expérience désastreuse.

 

Fonder le Mouvement Planétaire pour la Terre Mère

 

Lors d'un grand congrès de femmes en Allemagne en mai 2010, j'ai parlé des recherches de Rosalie Bertell et de son livre et j'ai proposé la fondation du PMME afin de diffuser ses connaissances. Des centaines de femmes ont applaudi d'un commun accord et nous avons commencé à l'organiser ici en Autriche. Surtout mes anciennes étudiantes, le Dr Simone Wörer et Mag. Mathias Weiss, ont travaillé avec moi de façon continue pendant toutes ces années, et beaucoup d'autres nous ont soutenues. La première et la plus importante des tâches a été de traduire le livre de Bertell de l'anglais vers l'allemand et de le publier. Nous avons rapidement trouvé un très bon traducteur, nous avons reçu suffisamment de dons pour payer son travail, et Rosalie nous a envoyé les manuscrits qu'elle avait écrits après la première publication de son livre en 2000. Cependant, nous n'avons pas pu trouver d'éditeur ! C'était comme un boycott à tous les niveaux, et les éditeurs potentiels se sont comportés comme s'ils étaient menacés et forcés de ne pas publier ce livre. Lorsque nous avons finalement trouvé un éditeur et réussi à publier les travaux de Bertell en allemand, un an plus tard, fin 2011, une deuxième vague de haine, de discrimination et de diffamation s'est produite, qui m'a paru comme si certains voulaient se venger de ne pas avoir pu nous empêcher de publier les recherches de Bertell. J'ai donc dû avaler cette nouvelle vague d'attaques personnelles insultantes et d'attaques politiques féroces, ce qui a eu pour effet de supprimer les amitiés qui me restaient avec les personnes avec lesquelles je coopérais auparavant.

 

De manière étonnante, nous nous sommes fait de nouveaux amis dans le monde entier, toujours plus de personnes et de groupes sont devenus actifs dans le domaine de la géo-ingénierie. Nous avons réussi à atteindre notre objectif de publier les travaux de Bertell en allemand de son vivant, ce qu'elle avait tant souhaité, car elle avait des racines allemandes. Rosalie Bertell voulait confronter les scientifiques allemands à leur rôle de premier plan dans l'invention d'armes contre la vie et la planète !

 

Rosalie Bertell était très consciente des difficultés que son travail rencontrait, et elle en était plutôt contrariée. Elle estimait que ces questions étaient très urgentes. Elle considèrait comme une obligation pour nous d'être avec et de nous battre pour la Terre Mère, étant ses enfants.

 

D'où Rosalie Bertell a-t-elle tiré son pouvoir et son énergie pour le faire elle-même et pour continuer ? Elle, qui a même subi deux attaques contre sa vie, a néanmoins suivi son chemin en sachant qu'il n'y avait pas d'alternative. Sa « dynamo » était sûrement son immense et profond amour pour la Terre Mère, notre belle et fantastique planète qui nous donne tout ce dont nous avons besoin et qui est la seule que nous ayons ! Les choses étaient donc très claires pour elle. Et les choses devraient être claires pour nous aussi. Rosalie avait développé très tôt ce que j'appelle une « conscience planétaire ».

 

Et mon expérience de ces dix dernières années difficiles avec le PMME m'a appris la même chose. J'ai appris à aimer la Terre bien plus que je n'aurais pu l'imaginer, j'ai appris à la connaître comme un énorme être vivant cosmique, j'ai appris à l'écouter littéralement, à lui faire confiance et à accepter son pouvoir comme étant le mien aussi ! Parce que le pouvoir de poursuivre cette lutte vient d'elle - et non du patriarcat, bien sûr. Au cours de ces années, j'ai appris que si nous le voulons, nous pouvons établir une véritable relation avec la terre et lui demander : Que pouvons-nous faire ? Que devrions-nous faire ? S'il te plaît, dis-nous ce qu'il faut faire et ce qu'il ne faut pas faire - par exemple, abandonner !

 

C'est la réponse à la panique, à l'anxiété et à la peur qui nous atteignent lorsque nous commençons à parler de la violence systémique du patriarcat. Le temps est venu de mettre fin à ce mode de vie destructeur. Le temps est venu de passer de la haine patriarcale de la vie à l'amour de la vie, qui est l'attitude naturelle des êtres humains. La nécessité de ce changement, cependant, ne fait pas encore partie de la conscience de la plupart des gens ! Nous devons la réveiller, afin de prendre conscience et de développer une conscience planétaire.

 

Cela devrait être le "virus", la "maladie" qui nous "contamine" tous - pour nous ouvrir à la puissance de l'amour pour notre Mère la Terre ! Quoi d'autre ? Il n'y a pas d'autre choix !

 

Nouvelles questions sur le futur de notre civilisation

 

Si nous regardons autour de nous, nous voyons toujours plus d'armes qui menacent la terre et la vie sur terre. Avec une « militarisation » par le contrôle de l'esprit et les neurosciences, la 5G, l'intelligence artificielle, par exemple la numérisation, les nanotechnologies et les biotechnologies, la géo-ingénierie appartient à la 4e révolution industrielle qui est maintenant proclamée pour construire notre avenir au 21e siècle. Ces technologies produisent déjà des "confinements" du haut, de l'espace et du bas. Elles sont censées utiliser nos corps et nos cerveaux pour cela aussi, et il ne semble pas que nous survivions tous à ce processus de devenir littéralement une partie de ce que j'appelle la « méga machine ». C'est ce que le WEF, le Forum économique mondial, l'un des plus importants groupes de réflexion des pouvoirs en place en Suisse, a annoncé ouvertement récemment.

 

Les problèmes auxquels nous sommes confrontés sont de plus en plus liés les uns aux autres, et il faut renoncer à la vieille négligence qui consiste à accueillir la question de la technologie comme un « progrès », qui continue à envahir les milieux intellectuels. Il faut vraiment regarder en face le patriarcat, la destruction intentionnelle du monde et de nous, les êtres humains aussi ! Les vaccins contre le Covid-19 destinés à nous transformer en zombies génétiquement modifiés sont en cours de production dans les industries pharmaceutiques du monde entier. Le Chancelier de l'Autriche a lui seul a déjà commandé 8 millions de doses, exactement le nombre d'habitants de ce pays !

 

La 15e lettre d'information suivante, destinée à célébrer le 10e anniversaire du PMME, contient 13 contributions sur les travaux du Dr Rosalie Bertell, ses recherches, sa relation avec le PMME, les développements généraux concernant la terre et les cas particuliers, ainsi que notre compréhension conceptuelle de la nature qui constitue la base de notre travail.

 

Des contributions ont été envoyées d'Autriche, du Canada, de Chypre, de France, d'Allemagne, d' Italie, du Mexique, de Nouvelle-Zélande, du Portugal, d'Espagne, de Suisse et des États-Unis.

 

Nous vous sommes à tous reconnaissants pour vos contributions à notre célébration, tous les membres du Conseil international du PMME, la plupart des auteurs de « Global Warning ! », et notre éditeur. Certains membres du conseil du PMME n'ont cependant pas pu contribuer pour le moment.

 

Nous remercions tout particulièrement Sœur Julia Lanigan, ancienne présidente des « Sœurs Grises du Sacré-Cœur » aux États-Unis, qui a toujours soutenu et coopéré avec le PMME et nous a aidés à obtenir les autorisations de publication pour le travail du Dr Rosalie Bertell après sa mort.

 

Nous sommes reconnaissants des dons que nous avons reçus et qui nous ont permis de faire notre travail.

 

Nous sommes reconnaissants aux lecteurs locaux et internationaux de notre site www.pbme-online.org

 

Claudia von Werlhof, rédactrice de « Global Warning ! », professeur de sciences politiques et d'études féminines, Université d'Innsbruck, fondatrice et présidente du PMME, Autriche/Allemagne

 

 

Voir les commentaires

Sud radio : un psychiatre s'exprime sur les propos d'Olivier Véran

10 Octobre 2020, 05:09am

Voir les commentaires

Arthur Firstenberg : ECHOEarth

10 Octobre 2020, 04:57am

Arthur Firstenberg : ECHOEarth

Chers membres d'ECHOEarth,

Nous sommes 1247, originaires de 67 pays, à être présents sur ECHOEarth.

Je vous écris maintenant parce qu'il me semble que si ce monde a une chance de survivre, nous qui ne possédons pas de téléphone portable sommes les seuls à pouvoir montrer la voie. Je vous dis cela pour plusieurs raisons.

Premièrement, les personnes qui utilisent des téléphones portables ont des lésions cérébrales[1],[2],[3] et leur capacité de raisonnement est altérée.

Deuxièmement, les personnes qui utilisent des téléphones portables sont sujettes à des maladies qui semblent les attaquer sans raison : cancer, maladies cardiaques, diabète, accidents vasculaires cérébraux, convulsions, etc., sans parler de l'insomnie, des maux de tête, des vertiges, des nausées, des douleurs articulaires, du "brouillard cérébral", des pertes de mémoire, des éruptions cutanées et des hémorragies internes. Ils accusent les bactéries et les virus et considèrent le monde naturel comme un ennemi plutôt que comme un ami. C'est la cause première de la folie des coronavirus.

Troisièmement, les téléphones portables sont la technologie la plus invasive et la plus destructrice jamais inventée. D'autres technologies polluent par inadvertance. Les pesticides sont destinés à tuer les parasites ; le fait qu'ils s'échappent dans l'environnement général est involontaire. Les déchets nucléaires ne sont pas destinés à se répandre partout. Les plastiques ne sont pas destinés à se retrouver dans l'océan. Mais avec les téléphones portables, le polluant - les radiations - est le produit. Les téléphones portables ne peuvent pas fonctionner si chaque centimètre carré de l'environnement n'est pas irradié. Une fois que cela devient acceptable, la nature n'a plus de valeur.

Quatrièmement, pour la première fois dans l'histoire, chaque être humain est une source de rayonnement. Les êtres humains ne font plus partie de la nature, ils en sont les agresseurs. Seuls ceux qui ne possèdent pas de téléphone portable sont même capables de vivre dans la nature.

Cinquièmement, la réalité virtuelle remplace la réalité réelle. La nature devient sans valeur et n'a plus d'importance.

Sixièmement, les téléphones portables permettent aux gens d'obtenir tout ce qu'ils veulent, où qu'ils se trouvent, en appuyant sur un bouton. Cela donne aux gens l'illusion qu'ils sont tout-puissants et que l'individu est primordial et ne dépend de rien ni de personne. La communauté, tant dans la nature que dans la société, disparaît.

Septièmement, les noms d'utilisateurs, les mots de passe, la protection contre les virus et les logiciels malveillants, et la connexion instantanée à des milliards de personnes, y compris des millions de criminels et de voleurs, rendent tout le monde paranoïaque, favorisent les théories de conspiration et détruisent la communauté.

Je suis allé à l'université à la fin des années 60 et j'ai fait partie d'un mouvement de retour à la terre ferme mené par notre génération. Nous avons vu la nature être agressée, et nous nous sommes organisés pour la protéger. L'Agence pour la protection de l'environnement a été créée. Le Sierra Club, la Société Audubon et la Conservation de la Nature étaient encore des organisations largement populaires qui travaillaient dur et ensemble au nom de la nature. Nous avons formé des communes, et beaucoup d'entre nous vivaient sans électricité.

À l'université de Cornell, je vivais sur le campus dans une grande maison coopérative avec 30 autres personnes. Il y avait un téléphone dans un placard au deuxième étage et un autre dans un placard au troisième étage avec le même numéro de téléphone. Personne dans la maison ne possédait de télévision. Une personne possédait une chaîne stéréo. Quelques personnes possédaient une voiture.

Dans les années 1970 et 1980, il y avait des rassemblements annuels de l'arc-en-ciel autour du 4 juillet, chaque année dans une forêt nationale différente. Des gens de tout le pays venaient avec leurs sacs de couchage et leurs tentes, conduisaient sur un chemin de terre jusqu'à un parking situé à des kilomètres du site, puis entraient à pied et vivaient ensemble dans la nature pendant une semaine. La technologie était interdite. Les radios, les caméras et les magnétophones étaient interdits.

Nous étions les protecteurs de la terre contre l'assaut de la technologie. Les villes, les cités et les villages étaient encore de petites îles entourées par l'immensité de la nature sauvage. Mais nous avons perdu. Et la terre a perdu. Aujourd'hui, ce qui reste de la nature, ce sont quelques petites îles entourées par l'immensité de la civilisation industrielle - une civilisation dont aucun de nous n'aurait pu imaginer l'ampleur, la puissance et la capacité de destruction.

Le mouvement environnemental d'aujourd'hui n'est plus qu'un souvenir. Ce qu'il en reste est fragmenté et financé par des intérêts industriels. Les gens qui se soucient encore de la nature ont oublié ce qu'est la nature et sont minés par leurs ordinateurs et leurs téléphones portables.

Le mouvement environnemental a besoin d'être réorganisé. Les personnes qui luttent contre les combustibles fossiles, les pesticides, les plastiques, la déforestation, l'énergie nucléaire, la pollution de l'eau et de l'air, l'extinction des espèces et la technologie sans fil doivent à nouveau travailler ensemble en un seul mouvement au lieu de cinquante. Et cela commence avec nous et notre façon de vivre. Ceux d'entre nous qui n'utilisent pas de téléphone portable sont une infime minorité, mais je ne vois personne d'autre commencer à faire ce qui est nécessaire pour sauver ce monde. 1247 personnes de 67 pays, c'est un début.

Arthur


[1] Horvath J et al. 2020. Corrélats structurels et fonctionnels de la dépendance aux Smartphones. Addictive Behaviors 105:106334 (Plus les jeunes adultes passent d'heures par jour sur leur smartphone, moins ils ont de matière grise dans leur cerveau, et moins ils détectent d'activité cérébrale).

 

[2] Salford L et al. 2003. Nerve Cell Damage in Mammalian Brain after Exposure to Microwaves from GSM Mobile Phones. Environmental Health Perspectives 111(7):881-3 (Une seule exposition de deux heures à un téléphone portable à très faible puissance détruit jusqu'à deux pour cent des cellules cérébrales d'un rat).

 

3] Nittby H et al 2008. Cognitive Impairment in Rats after Long-Term Exposure to GSM-900 Mobile Phone Radiation. Bioelectromagnetics 29:219-32 (Une exposition de deux heures à un téléphone portable, une fois par semaine pendant un an, à très faible puissance, provoque des troubles cognitifs chez les rats).

Voir les commentaires

Discovery, une faute grave de la recherche française en plus d'une faute médicale ?

9 Octobre 2020, 17:59pm

Discovery, une faute grave de la recherche française en plus d'une faute médicale ?

Publié le 07/10/2020 - France Soir

Discovery, l’étude phare Française, a fait couler beaucoup d’encre et ses résultats se font désirer. Après deux enquêtes approfondies sur cette étude essayant d’en comprendre les tenants et les aboutissants, nous nous étions inquiétés sur la non diffusion des résultats qui devaient être publiés en mai.

Arrêt du bras hydroxychloroquine, une décision plus politique que scientifique

Le 3 juin 2020, sans nouvelle des résultats du nec plus ultra de la recherche française, nous avions contacté Mme Kieny et demandé les raisons pour lesquelles l’information n’était pas disponible ou que les résultats n’étaient pas annoncés comme prévu. A l’époque, on nous avait répondu : « Les résultats ne pourront être annoncés que quand une différence statistiquement significative pourra être objectivée entre l’évolution de la maladie COVID-19 chez les patients ayant été inclus dans les différents bras expérimentaux par rapport au bras « soins standards » (standard of care). »

Rappelons que le bras hydroxychloroquine de l’étude Discovery a été arrêté à la suite de la publication du Lancet. L'ANSM (Agence Nationale de la Santé) avait justifié sa décision de la "suspension" des essais sur l'hydroxychloroquine (HCQ) suite à la position de l’OMS et son essai clinique #Solidarity et au #lancetgate. Cependant, l’étude Solidarity n'a jamais dit que l’HCQ était dangereuse, la branche HCQ de l'essai Solidarity avait d’ailleurs repris le 3 juin mais pas l’étude française Discovery.  De plus, le 4 juillet 2020, l'OMS disait que l'hydroxychloroquine réduisait peu la mortalité et qu’il n’y avait pas de preuve qu'elle l'augmentait. On ne peut que noter le flou qui entoure cette décision. Cela ressemble plus à une décision d'opportunisme politique que scientifique.

 

Discovery, des résultats qui se font toujours attendre et qui apparaissent sur les réseaux sociaux

Trois mois plus tard, les résultats ne sont toujours publiés officiellement pour le grand public malgré quelques bribes d’informations glanées au gré des prises de paroles des Professeur Lina, Lacombe ou de l’infectiologue récemment diplômé Peiffer Smadja.

Un des tweets de ce dernier a attiré notre attention puisqu’il aurait présenté des résultats sur le bras hydroxychloroquine lors de la conférence les JNI (Journées Nationales d’infectiologie) qui s’est tenue les 9, 10 et 11 septembre. Notons que l’essai clinique Discovery promu par l’Inserm, était piloté à l'hôpital de la Croix-Rousse de Lyon par le Pr Florence Ader et qu'il n'est pas permis en principe à un investigateur de présenter les résultats d'une étude oralement sans l'autorisation du comité de pilotage de l'essai. Il y a donc ici une manœuvre politique du Pr Florence Ader relayée par Peiffer Smadja. La communication autour d'un sujet aussi sensible doit se faire avec une grande transparence et c'est bel et bien au Pr Florence Ader qu'en incombait la responsabilité. Nous pouvons affirmer qu'il y a là manipulation avec volonté, en parallèle, du Pr Ader de ne pas se mouiller. Nous mettons donc cette dame devant ses responsabilités. De plus comme nous le montrons par la suite les résultats présentés sont parcellaires car la situation de départ des groupes de patients en termes de score de sévérité n'est pas communiquée !


La suite sur France Soir

 


 

Voir les commentaires

Les experts belges de la santé accusent l'OMS de simuler une pandémie de coronavirus

9 Octobre 2020, 07:18am

Les experts belges de la santé accusent l'OMS de simuler une pandémie de coronavirus

Jeudi 8 octobre 2020 - Zoey Sky - Natural News

 

Le 5 septembre, des experts de la santé en Belgique ont présenté une lettre ouverte exhortant les autorités à enquêter sur la manière dont l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a simulé la pandémie de coronavirus (COVID-19).

 

L'année 2020 touche à sa fin. Alors que le coronavirus continue de se propager, les stratégies appliquées par les gouvernements du monde entier ont fait plus de mal que de bien, paralysant les économies et affectant négativement le bien-être général du public.

 

Un débat ouvert sur la soit-disant « pandémie » :

 

La lettre ouverte dit :

 

« Nous, médecins et professionnels de la santé belges, souhaitons exprimer notre vive inquiétude quant à l'évolution de la situation au cours des derniers mois autour de l'apparition du virus du SRAS-CoV-2. Nous demandons aux responsables politiques d'être informés de manière indépendante et critique dans le cadre du processus décisionnel et de la mise en œuvre obligatoire des mesures de lutte contre le coronavirus. Nous demandons un débat ouvert, où tous les experts seraient représentés sans aucune forme de censure. Après la panique initiale autour du Covid-19, les faits objectifs montrent maintenant une image complètement différente - il n'y a plus de justification médicale à une quelconque politique d'urgence ».

 

Les experts ont indiqué que la gestion actuelle de la crise est désormais totalement disproportionnée, avec des effets néfastes sur la santé de nombreuses personnes et des restrictions sur nos droits publics, en particulier dans les zones où les fermetures sont prolongées.

 

Préserver la santé publique en protégeant les droits de l'homme

 

En 1948, l'OMS a défini la "santé" comme "un état de complet bien-être physique, mental et social, et pas seulement l'absence de maladie ou d'autre déficience physique".

 

Cela implique que la santé est un concept large qui affecte le bien-être physique, émotionnel et social d'une personne. Il est du devoir de la Belgique et d'autres nations de garantir les droits fondamentaux des citoyens en tenant compte de ces droits lors de la prise de décisions visant à améliorer la santé publique.

 

Dans les premiers jours de la pandémie, les mesures appliquées dans le monde entier étaient raisonnables - l'OMS avait initialement prévu que le coronavirus ferait 3,4 % de victimes ou entraînerait des millions de décès. L'organisation a également fait état de l'absence de traitement ou de vaccin contre ce virus très contagieux, ce qui aurait mis à rude épreuve la capacité des unités de soins intensifs (USI) des hôpitaux.

 

Ces annonces ont provoqué une panique mondiale, sans précédent dans l'histoire. Pour "aplatir la courbe", il a été conseillé aux pays d'imposer des mesures d'austérité qui paralysent la société, l'économie et les individus en bonne santé.

 

Comprendre le COVID-19

 

Contrairement à la menace incurable décrite par l'OMS, les experts ont affirmé que le coronavirus avait suivi le cours d'une vague d'infection normale, tout comme la saison de la grippe. Ils ont également noté que des tendances similaires ont été observées en comparant les vagues d'infection dans les pays appliquant des politiques de confinement strictes à celles des pays qui n'imposent pas de confinement, comme l'Islande et la Suède. Cela montre que les mesures de confinement imposées ne sont pas nécessaires pour maintenir le cours de l'infection.

 

Comme pour la saison de la grippe, le temps, la température et l'humidité, ainsi que l'immunité croissante, sont plus susceptibles de réduire la vague d'infection.

 

Quels sont les effets du confinement sur la santé physique et mentale ?

 

Des études suggèrent qu'au lieu de prévenir les infections, les confinements prolongés, l'isolement social et les malheurs économiques dûs à la pandémie sont liés à un plus grand nombre de cas de "dépression, d'anxiété, de suicides, de violence intrafamiliale et de maltraitance des enfants".

 

À maintes reprises, la recherche a confirmé que le maintien de relations solides est crucial pour la résistance d'une personne aux virus. Avec le onfinement obligatoire et les quarantaines, il est possible que les gens soient devenus plus sensibles aux infections.

 

Les personnes âgées sont devenues inactives en raison des mesures d'isolement. En outre, la distanciation sociale a été liée à la peur, au stress et à la solitude. Ces facteurs ont un impact négatif sur la santé psychologique et générale.

 

N'existe-t-il pas de remède contre le coronavirus ?

 

La mortalité est nettement plus faible que prévu. Avec 1,2 %, elle est plus proche de celle de la grippe saisonnière normale. On peut affirmer sans risque que le nombre de décès dus aux coronavirus est largement surestimé.

 

Notez que le décès par le COVID-19 est différent du décès avec le COVID-19. Les humains sont souvent porteurs de plusieurs virus ainsi que de bactéries potentiellement pathogènes.

 

Dans la plupart des cas, les personnes testées positives peuvent être mortes d'autres causes, ce qui n'est pas toujours inclus dans les données présentées sur les cas confirmés et les décès.

 

Des études ont également permis d'identifier les groupes les plus vulnérables. La plupart des patients décédés avaient 80 ans ou plus.

 

Par ailleurs, 70 % des personnes décédées qui avaient moins de 70 ans souffraient également d'un trouble sous-jacent comme une maladie cardiovasculaire, le diabète sucré, une maladie pulmonaire chronique ou l'obésité. Les résultats ont montré que 98 % des personnes infectées ne sont pas tombées malades, n'ont pas souffert de symptômes légers ou se sont rétablies spontanément.

 

Les experts ont également trouvé des traitements abordables, efficaces et sûrs lorsqu'ils sont utilisés sur des patients présentant des symptômes légers. Il s'agit notamment de l'hydroxychloroquine (HCQ), de l'azithromycine et du zinc. L'application immédiate de ces traitements améliore les chances de guérison des patients et peut même éviter l'hospitalisation.

 

Mais au lieu de faire connaître ces traitements potentiels, les médias grand public tentent de censurer et même de faire taire les informations à leur sujet.

 

Des études sur la vaccination contre la grippe révèlent que des vaccins ayant un taux d'efficacité de plus de 50 % n'ont été mis au point que trois fois en dix ans.

 

Les virus mutent naturellement et, comme l'ont montré les cas annuels de grippe, les vaccins ne sont qu'une solution temporaire qui nécessite de nouveaux vaccins. Au lieu de se concentrer sur le développement d'un vaccin COVID-19 non testé qui pourrait avoir de nombreux effets secondaires négatifs, les gouvernements du monde entier devraient élaborer des stratégies pour prévenir efficacement les infections.

 

Le rôle des médias dans la pandémie

 

Au cours des derniers mois, les fonctionnaires ont utilisé les grands médias pour faire peur aux gens au lieu de les aider à se tenir informés sur le coronavirus. Au lieu d'être partiaux, les journalistes doivent présenter les nouvelles de manière objective et neutre pour aider tout le monde à rester informé et pour éviter une panique générale.

 

Plutôt que de censurer les vidéos et les articles sur les traitements alternatifs COVID-19, les politiciens et les professionnels de la santé devraient s'attacher à les tester et à vérifier leur efficacité.

 

Terrifier les citoyens avec des chiffres jour après jour sans expliquer ce que ces chiffres signifient a fait plus de mal que de bien. Au lieu de simplement présenter ces chiffres, les reportages devraient les comparer aux décès dus à la grippe d'autres années et aux décès dus à d'autres causes pour éviter une panique générale.

 

Les experts belges de la santé demandent que l'OMS réponde de son rôle dans cette "infodémie", qui consiste notamment à utiliser la censure des médias pour faire taire "toutes les opinions divergentes du discours officiel, y compris de la part d'experts ayant des points de vue différents".

 

Soutenir une discussion ouverte sur les mesures de prévention de la maladie signifie que les experts peuvent aider les patients atteints de COVID-19 à se rétablir tout en veillant à ce que le public soit informé sur la prévention efficace des infections dans le cadre de la soi-disant pandémie.

Signataires

Les sources comprennent :

GreatGameIndia.com

Docs4OpenDebate.be

Voir les commentaires

Comprendre le test PCR

8 Octobre 2020, 20:29pm

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>