Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

HOLD-UP bande annonce 2

7 Novembre 2020, 18:04pm

 

A partir du 11/11/2020 à 11h :

version payante du film

Voir les commentaires

Choix des volontaires pour les essais de vaccin contre le Covid-19

6 Novembre 2020, 18:29pm

Publié par kla.tv

Choix des volontaires pour les essais de vaccin contre le Covid-19

La vidéo de kla.tv a été censurée. Ci-dessous le texte de son contenu.

Le caractère scandaleusement insidieux des tests du vaccin contre le coronavirus www.kla.tv/17480

03.11.2020

Le journal DIE WELT (Le Monde allemand) a rapporté le 9 septembre 2020 que la société pharmaceutique AstraZeneca a dû arrêter de tester le vaccin contre le coronavirus en raison de graves effets secondaires. Cela est présenté comme une pure mesure de précaution, mais cela est très discutable. D'autant plus que le vaccin contre le coronavirus est censé être prêt en quelques mois, ce qui est en contradiction avec toutes les règles et les expériences antérieures.

 

Comme l'écrit la revue médicale Arzt & Karriere : « La production d'un vaccin efficace et sûr contre un nouveau virus est un processus long et complexe. En moyenne, on peut s'attendre à une période d'environ dix à douze ans entre la recherche et la validation». Si on examine également les critères de sélection des personnes sélectionnées pour les tests du vaccin, on a l'impression que l'on veut seulement passer la phase de test de la manière la plus positive possible.

Parce que les seules personnes qui peuvent le faire sont celles qui: - pratique l'abstinence ou la contraception pendant au moins 30 jours avant et jusqu'à 60 jours après la dernière vaccination

• - peut présenter un test de grossesse actuel négatif ! (pour les femmes en âge de procréer) • - ne sont pas donneurs de sang ou de sperme,

• - et sont en parfaite santé Les raisons de l'exclusion à la participation aux essais du vaccin controversé sont, par exemple :

• - de prendre des médicaments, des anticoagulants ou de l'aspirine

• - les maladies respiratoires ou les contacts avec des personnes infectées par le coronavirus SRAS-CoV-2

• - la migraine au cours des 5 dernières années

• - les maladies auto-immunes

• - les maladies chroniques du foie, y compris la maladie du foie gras

• - une hypersensibilité ou une réaction allergique à une vaccination antérieure

• - la consommation d'alcool au cours des 6 derniers mois avant la première administration du vaccin

Ces critères, totalement étrangers à la pratique habituelle, garantissent que les tests révèlent le moins d'effets secondaires possible. La période d'observation de quelques semaines n'est en aucun cas suffisante pour exclure des effets tardifs. Pour le dire clairement : Les tests ne tiennent pas compte des effets du vaccin, par exemple en cas de prise de médicaments ou d'alcool, des complications qui peuvent survenir en cas de maladies antérieures ou d'intolérances antérieures à une vaccination, ni de la manière dont la vaccination affecte une grossesse existante et l'enfant à naître.

Cela ne révèle-t-il pas un scandaleux caractère insidieux?

En Allemagne, « les études sur la tolérance aux vaccins chez les femmes enceintes ne sont pas menées, entre autres pour des raisons éthiques ». Mais il n'y a apparemment pas de scrupule à en inoculer à tout le monde après le lancement sur le marché.

Deux grands scandales médicaux méritent d'être rappelés ici : la vaccination contre la grippe porcine a provoqué à elle seule la narcolepsie, une maladie du sommeil, chez 1 300 personnes. Heureusement, à l'époque seulement peu de personnes se sont fait vacciner. Le Contergan, qui contenait de la thalidomide, était par exemple, considéré comme particulièrement sûr à la fin des années 1950. La prise de ce médicament au cours de certaines semaines de la grossesse a entraîné de graves malformations chez les enfants à naître. Même à cette époque, les voix critiques concernant les risques n'ont pas été entendues pendant longtemps. Cette folie n'a pris fin qu'après que des milliers d'enfants gravement atteints et mort-nés ont été mis au monde.

Cependant, la vaccination contre le coronavirus n'est pas seulement un risque sanitaire incalculable, que nous avons également souligné dans l‘émission « Réveil urgent : la vaccination contre le coronavirus intervient dans l'ADN ». Un autre « effet secondaire » grave, tout à fait différent, se fait déjà sentir : la vaccination divisera notre société encore plus profondément que ne le font déjà les mesures coercitives précédentes.

 

Ceux qui sont asservis aux politiciens et aux médias dirigés par les laboratoires pharmaceutiques exerceront une pression massive sur ceux qui ne veulent pas être vaccinés suite à leurs propres recherches approfondies.

Afin d’éviter des conséquences préjudiciables, informez maintenant vos amis et connaissances des risques incalculables associés aux vaccinations prévues contre le coronavirus. Diffusez davantage l‘émission dans les réseaux sociaux afin que chacun puisse en prendre conscience par lui-même.

Liens sources:

 

Durée des tests de vaccins Dauer Impfstofftests https://arztundkarriere.com/forschung/die-entwicklung-impfstoffen/
 
Exigences pour les participants aux essais cliniques Anforderungen an die Teilnehmer der klinischen Erprobung https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT04283461?term=vaccine&cond=covid-19&draw=2
 
Premières entreprises approuvées pour des essais cliniques : Erste für klinische Tests zugelassene Firmen: https://www.youtube.com/watch?v=mfh4vHCEty0
ab 22:38 Min. Tests de vaccins Impfstoffprüfung https://www.aerzteblatt.de/archiv/67275/Impfung-gegen-Influenza-A-H1N1-Impfsurveillance-fuer-Schwangere

 
Antécédents de vaccination avec la grippe porcine : Impfschadensfälle bei der Schweinegrippe: https://www.spiegel.de/gesundheit/diagnose/schweinegrippe-impfstoff-pandemrix-risiken-wurden-ignoriert-a-1229144.html
 

 

Voir les commentaires

Plan de relance européen : 40 milliards de perte pour la France

6 Novembre 2020, 18:07pm

Voir les commentaires

Omerta sanitaire

6 Novembre 2020, 18:00pm

Voir les commentaires

Opération Moonshot : que révèlent les documents divulgués ?

6 Novembre 2020, 08:40am

Opération Moonshot : que révèlent les documents divulgués ?

Opération Moonshot : que révèlent les documents divulgués ?

 

Elisabeth Mahase – Le 11 septembre – The British Medical Journal

 

L'opération Moonshot est le nom du nouveau programme de test de masse du Covid-19 proposé par le gouvernement britannique. Ce plan, révélé par le BMJ1, prévoit une extension des tests, qui passeraient de centaines de milliers de tests par jour actuellement à 10 millions par jour au début de 2021. Mais comment le gouvernement se propose-t-il d'y parvenir ?


Comment les tests vont-ils augmenter d'ici le début de 2021 ?


Les documents montrent une proposition de déploiement en trois étapes. Ils indiquent que le Royaume-Uni effectuera entre 200 000 et 800 000 tests par jour entre septembre et décembre 2020. Cela pourrait se résumer à


- 200 000 tests par jour sur des personnes présentant des symptômes,
- 100 000 par jour sur les personnes ne présentant pas de symptômes dans les zones locales afin de supprimer les épidémies,
- 250 000 euros par jour pour les personnes ne présentant pas de symptômes dans le cadre du NHS et des maisons de soins, et
- 100 000 par jour grâce à des études de prévalence nationales.

 

À partir de décembre, les plans proposent de porter la capacité journalière à deux à quatre millions. Cela impliquerait de tester en masse tous les foyers des zones locales ou des villes entières lorsque la prévalence augmente (430 000 tests par jour), de tester chaque semaine les professions à haut contact telles que les enseignants (100 000 par jour) et de tester les personnes pour leur permettre d'entrer dans des environnements à haut risque, comme les visiteurs des hôpitaux et des maisons de soins.
 

Le plan prévoit ensuite un "déploiement complet" au début de 2021, à raison de 10 millions de tests par jour, pour "permettre aux gens de retrouver et de maintenir une vie normale". À ce stade, des tests hebdomadaires seraient progressivement mis à la disposition de l'ensemble de la population pour permettre aux personnes de se rendre dans des lieux à haut risque en utilisant un "passeport numérique" pour montrer qu'elles ont été testées négatives pour le virus.
 

Comment la capacité de dépistage sera-t-elle augmentée ?
 

Les documents parlent d'"acheter des capacités à grande échelle" à des partenaires tels que la société pharmaceutique GSK pour "mettre en place une organisation de tests à grande échelle". Cependant, sous la rubrique "partenaires potentiels pour l'augmentation des capacités de laboratoire", les documents ne mentionnent que la société AstraZeneca. Sous la rubrique "logistique et entreposage", les documents citent des partenaires potentiels tels que Boots, Sainsbury's, DHL, Kuehne+Nagel, G4S et Serco. Dans la rubrique main-d'œuvre, on trouve la liste des universités, de la Société des microbiologistes et de la Société britannique d'immunologie.
 

Outre les partenariats essentiellement commerciaux, les documents indiquent également qu'un certain nombre de nouveaux tests et de nouvelles technologies devront être utilisés, y compris certains qui n'existent pas encore.
 

"La réalisation de tests à l'échelle et au niveau d'ambition fixés par le Premier ministre signifiera probablement le développement, la validation, l'acquisition et l'opérationnalisation de technologies de test qui n'existent pas encore", selon les plans. Des tests moins sensibles à des fins de "dépistage/activation" pourraient également être utilisés, les tests d'amplification en chaîne par polymérase (PCR) étant alors utilisés pour "confirmer les résultats positifs ou dans les situations où la précision est nécessaire pour les personnes à haut risque".
 

Les technologies de test énumérées dans les documents comprennent le qrt-PCR, le Endpoint PCR, le LAMP, le LamPORE, le test de l'antigène à flux latéral et le séquençage du génome entier. Deux de ces tests - les tests de l'antigène de flux latéral et le LAMP - sont répertoriés comme ayant une "sensibilité inférieure" comprise entre 80 et 100 %.
 

Où les gens vont-ils se faire tester ?
 

Les documents proposent des lieux tels que les cabinets de médecine générale et les pharmacies, les lieux de travail et les écoles, ainsi que les sites locaux de dépistage au sein des communautés2.
 

Est-il prévu de faire participer le public ?
 

Les documents montrent qu'il y a eu des discussions sur la manière d'inciter les gens à se faire tester. Ils indiquent qu'il faut imposer le dépistage "par le biais d'un modèle basé sur les sanctions" ou en "offrant aux individus des possibilités/un accès au dépistage", comme la possibilité d'assister à des événements.
 

Qu'est-ce qu'un passeport numérique ?
 

Le test d'accès à certains espaces figure en bonne place dans les documents, avec une référence aux "passeports sans immunité/virus", susceptibles d'être disponibles par le biais d'une application. Les plans indiquent que les tests pourraient être utilisés pour "donner aux gens l'assurance que, au moins pour un temps limité, ils ne sont pas susceptibles d'avoir le virus et qu'ils ont un faible risque de le transmettre à d'autres".
 

Ils précisent qu'"un résultat de test négatif (ou potentiellement un résultat positif pour les anticorps) peut indiquer non seulement si vous pouvez vous rendre à un rendez-vous d'hospitalisation, mais aussi si vous allez travailler ce jour-là, accéder à un lieu, prendre un vol ou rendre visite à un parent âgé". Les documents font également état d'une "expansion significative" des tests financés et effectués par le secteur privé, comme dans les stades de football pour en permettre l'accès.
 

Les documents font-ils état de certaines préoccupations ?
 

Oui, mais pas de façon très détaillée. En ce qui concerne les tests non PCR, il est noté à plusieurs reprises que "les nouveaux types de tests sont susceptibles d'être moins précis [que la PCR], ce qui introduit un certain niveau de risque". En ce qui concerne la manière dont les tests affecteraient le comportement, les documents indiquent que des tests réguliers "pourraient amener les gens à se comporter de manière plus sûre, en intégrant des routines sans risque pour la santé dans leur vie quotidienne, ou moins sûre en donnant un faux sentiment de confort".
 

Toutefois, les documents indiquent également que "nous devrons prendre certains risques, expérimenter et évaluer soigneusement, et découvrir ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas".
 

Comment les 100 milliards de livres sterling seront-ils dépensés ?

Ce chiffre n'est que brièvement mentionné dans les documents. Ils indiquent que "l'ouverture de l'économie" et le fait de permettre à la population de "revenir à quelque chose de plus proche de la normale" coûteraient "plus de 100 milliards de livres sterling à livrer". Ce chiffre n'est pas ventilé.

 

Quelle raison le gouvernement donne-t-il pour justifier l'opération Moonshot ?
 

Les documents indiquent que l'objectif du programme de tests de masse est "d'utiliser toute la gamme des approches et des technologies de test pour aider à réduire le taux de R, maintenir l'économie ouverte et permettre un retour à la vie normale". Ils disent que le Moonshot a été décrit par le premier ministre comme "le seul espoir d'éviter un second blocage national avant un vaccin, ce que le pays ne peut pas se permettre".
 

Cet article est mis à disposition gratuitement pour être utilisé conformément aux conditions du site web du BMJ pour la durée de la pandémie de covid-19 ou jusqu'à ce que le BMJ en décide autrement. Vous pouvez utiliser, télécharger et imprimer l'article à toute fin légale et non commerciale (y compris l'exploration de textes et de données) à condition que tous les avis de droits d'auteur et les marques commerciales soient conservés.
https://bmj.com/coronavirus/usage


Références


1. Iacobucci G, Coombes R Covid-19 : Le gouvernement prévoit de dépenser 100 milliards de livres sterling pour étendre les tests à 10 millions par jour BMJ2020;370:m3520doi:10.1136/bmj.m3520.
2. Mahase E. Opération Moonshot : Les cliniques de médecine générale pourraient être utilisées pour améliorer l'accès aux tests de covid-19. BMJ2020;370:m3552.

 

Texte complet gratuitGoogle Scholar


https://www.bmj.com/content/370/bmj.m3558

 

Voir les commentaires

Claire Edwards : Covid-19, une opération planétaire

5 Novembre 2020, 22:49pm

Voir les commentaires

Suisse : nouvelle définition du terrorisme ?

5 Novembre 2020, 22:44pm

Voir les commentaires

TRIBUNE. 200 avocats et juristes appellent "au déconfinement et à défendre la vie sous tous ses aspects"

5 Novembre 2020, 22:28pm

TRIBUNE. 200 avocats et juristes appellent "au déconfinement et à défendre la vie sous tous ses aspects"

Le 4 novembre 2020 – Le Journal du Dimanche


 

Des dizaines d'avocats, professeurs de droit et juristes ont signé un appel piloté par les avocats Thibault Mercier et René Boustany pour mettre fin au confinement des forces vives du pays.


 

Voici la tribune des 200 avocats et juristes appelant au déconfinement :

 

"Alors qu'il y a quelques jours encore il n'était 'pas question de reconfiner', Emmanuel Macron a finalement annoncé ce que beaucoup craignaient : la mise en place d'un nouveau confinement général et forcé. Nous, avocats et juristes de toutes spécialités et de tous territoires de France, exerçant notre libre arbitre et notre liberté d'expression, manifestons notre indignation face à l'injustice de cette mesure.

Après la sidération passée du premier confinement, nous pensons qu'un tel consentement aux violations de nos libertés et de nos modes de vies n'est ni viable ni légitime et que cette mise sous cloche de l'ensemble des Français aura des effets collatéraux majeurs qui seront plus délétères que le virus lui-même.

Le confinement général relève d'une approche réduite à la seule biologie de la vie

Ayant tout autant à cœur de défendre la vie que les thuriféraires du confinement, nous refusons le mauvais rôle qui nous est assigné et la fausse morale que l'on nous oppose.

Nous rejoignons bien sûr l'avis du Président de la République qui a déclaré que rien n'était 'plus important que la vie humaine', mais nous pensons que le confinement général relève d'une approche réduite à la seule biologie de la vie qui oublie que la santé est également, selon la définition de l'OMS, 'un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité'. Protéger la vie implique donc de prendre en compte l'ensemble de ses aspects qui sont tout aussi sociaux, culturels, spirituels, politiques et économiques que sanitaires.

Nous comprenons la colère et les inquiétudes des médecins et personnels de santé et demandons au Gouvernement de leur apporter les moyens nécessaires à l'exercice de leurs professions. Alors que le soutien aux hôpitaux aurait dû être la priorité de l'exécutif ces six derniers mois, ce dernier s'est laissé déborder et préfère brandir la menace d'un effondrement du système de santé lui permettant d'imposer des mesures qu'il qualifie arbitrairement d'ultime recours pour ne pas avoir à étudier d'autres options, qui existent pourtant. C'est ainsi faire offense aux médecins et aux Français en laissant croire qu'ils ne sont pas en mesure de gérer la crise que nous traversons.

Contraindre à l'inactivité la majeure partie de la population, empêcher tout effort de guerre est une bien curieuse manière de mener un combat!

Par la mise à l'arrêt d'une bonne partie du pays, le Gouvernement sacrifie les plus courageux d'entre les nôtres : les entrepreneurs, les indépendants, les artisans ceux qui ont pris des risques pour investir et créer, donnant à ce pays couleur et vie, ainsi que leurs salariés. Pourtant la misère humaine et sociale qui découlera de ce reconfinement (faillites, dépressions, suicides, pauvreté, troubles psychologiques, renoncements aux soins) entrainera elle aussi de nombreux morts, mais forcément moins visibles à court terme… Si des mesures de soutien ont bien été annoncées, ces dernières ont été prises au prix d'un endettement inédit de notre pays, qui ruinera, demain, et nos enfants et les marges de manœuvres politiques de notre Nation.


La suite

 


 

 

Voir les commentaires

Alerte de Slovaquie : tests en masse sous contrainte

5 Novembre 2020, 21:49pm

Alerte de Slovaquie : tests en masse sous contrainte

Merci à Oliver Perceval : « J'ai eu un appel de 30 minutes avec un ami slovaque » 


ALARME Appel à la communauté internationale ! La République slovaque est devenue le théâtre d'une monstrueuse expérience de masse sur les vies humaines. Le 31 octobre 2020, le gouvernement du Premier ministre slovaque Igor Matovič, sous diverses menaces et intimidations, a conduit des gens comme du bétail pour des tests nationaux de COVID-19, des tests antigènes expérimentaux non approuvés par l'Institut d'État slovaque pour le contrôle des drogues et enregistrés dans aucun pays. Par conséquent, personne n'est responsable de sa sécurité ! L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a accordé au kit de test une exemption pour l'expérimentation sur les citoyens slovaques. Les tests sont également effectués par des vétérinaires !

Les tests de masse sur la population ont été effectués avec l'aide des forces armées, des services d'incendie et de secours, des vétérinaires, des médecins d'Autriche et de Hongrie. Ils ont utilisé le test antigène de 30 minutes et ont testé 3,6 millions de personnes pendant deux jours. Ils ont l'intention de procéder à un test de même ampleur le week-end prochain (du 6 au 8 novembre). Vous recevez un certificat pour test positif ou -. Vous êtes le seul à avoir un test - et vous pouvez quitter votre maison ; sinon, vous et tous les autres habitants de la maison devez être mis en quarantaine pendant 10 jours. Les seules personnes exemptées du test sont celles qui ont moins de 10 ans et plus de 65 ans. Si vous n'avez pas de - test, vous ne pouvez pas aller travailler ou aller dans un magasin pour acheter de la nourriture. Si vous essayez d'entrer dans un magasin, vous êtes arrêté et devez présenter un certificat pour un - test. Le week-end prochain, en se basant sur les tests actuels et sur une carte des taux d'infection, ils décideront où concentrer leurs tests.

La police gère actuellement la situation de quarantaine ; cependant, plus de 1 500 policiers sont contre ces mesures et savent que ce qui est fait n'est pas mené sur une base juridique solide. L'une des raisons invoquées pour les tests de masse était d'éviter le confinement et de sauver l'économie.

Lors d'un test pilote mené la semaine dernière dans la ville slovaque de Bardejov, des maladies graves sont apparues immédiatement après le test, et après un rassemblement de masse forcé, ils ont également contracté d'autres maladies telles que la grippe et le COVID-19. Le gouvernement de la République slovaque a mobilisé l'armée et la police slovaques et a invité des troupes étrangères d'Autriche et de Hongrie ; des troupes en uniforme de l'armée américaine ont été vues. Ceux qui ont refusé de passer les tests, seront exclus à vie, emprisonnés en résidence surveillée, ne seront pas autorisés à travailler, à acheter de la nourriture ou des médicaments.

Le monde doit savoir ce qui se passe. Les citoyens slovaques sont devenus les victimes des expériences de Mengele et vivent un génocide. Si vous citoyens du monde entier vous ne vous révoltez pas, vous serez les victimes demain. Partagez, signez des pétitions, protestez, défendez-vous ! Aujourd'hui c'est le test, demain ce sera la vaccination ! Le vaccin est le test ! Ces écouvillons nasaux qu'on vous colle dans le nez sont le vaccin - des vaccins pour bétail conçus pour être poussés directement dans le nez jusqu'à la barrière hémato-encéphalique afin que l'hydrogel de l'écouvillon puisse atteindre le cerveau.


 

Voir les commentaires

Martine Wonner : confinement jusqu'au 1er avril 2021 !

5 Novembre 2020, 15:59pm

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>