Dimanche 21 juillet 2013 7 21 /07 /Juil /2013 23:37


Steve Watson - Infowars.com - Le 19 Juillet 2013

 

http://www.infowars.com/cia-is-funding-government-led-chemtrailing-project/


La CIA finance une étude scientifique pour déterminer si modifier le climat de la planète pour lutter contre le changement climatique est faisable, selon des documents publiés par l’Académie Nationale des Sciences.


Les documents révèlent que le projet se déroulera sur 21 mois pour un coût de 630.000 $, avec un rapport final en 2014. Les scientifiques soutenus par la CIA étudieront comment les conditions météorologiques pourraient être influencées et modifiées, et évalueront les impacts potentiels des essais de géo-ingénierie.


Le site NAS remarque que le financement de l'étude provient de « la communauté du renseignement américain ». William Kearney, un porte-parole du NAS, a déclaré à Mother Jones que l'agence en question est la CIA.


C’est la première fois, selon ces révélations, qu'une agence de renseignement finance publiquement une telle étude.


Un porte-parole de la CIA n'a pas voulu confirmer que l'agence était impliquée, mais a déclaré qu’ « il est naturel que sur un sujet comme le changement climatique l'agence collabore avec les scientifiques pour mieux comprendre le phénomène et ses implications sur la sécurité nationale. »


Il semble que la CIA ait externalisé ses études de géo-ingénierie à la suite de la fermeture apparente de son propre centre de recherche sur le changement climatique et la sécurité nationale en 2012. Le mouvement est venu suite aux critiques de membres républicains du Congrès qui déclaraient que la communauté du renseignement ne devrait pas se consacrer à des recherches sur la modification du climat.


Le site NAS indique que l'étude englobera une « évaluation technique d'un nombre limité de techniques de géo-ingénierie proposées. » Une technique de premier plan qui sera évaluée, selon les documents, est « la gestion du rayonnement solaire », qui consiste à pulvériser des particules d'aérosols dans la stratosphère pour réfléchir la lumière du soleil loin de la planète - en d'autres termes le « chemtrailing ».


L'étude se penchera également sur « l'élimination du dioxyde de carbone (CDR) », qui consiste à aspirer le carbone de l'air par des réactions chimiques ou des nanoéponges poreuses. Bien sûr, le dioxyde de carbone est essentiel à toute vie sur Terre, donc « l’aspirer de l'air » pourrait avoir des conséquences désastreuses.


L'étude est également soutenue par deux autres agences gouvernementales – la NASA et la National Oceanic and Atmospheric Administration.


Evoquant le projet, le New Scientist souligne que la participation de la CIA à la modification du climat ne doit pas nous inquiéter.


« En fait, l'intérêt principal de la CIA dans la géo-ingénierie ne réside pas dans son utilisation offensive. Au contraire, la communauté du renseignement américain considère le changement climatique comme une menace potentielle pour la stabilité géopolitique mondiale, et donc veut une analyse approfondie des options d'atténuation » indique le rapport.


Les critiques fusent face à une déclaration si naïve, compte tenu de l'histoire de la CIA qui a secrètement  déstabiliser et renverser des gouvernements étrangers qu'elle n'approuve pas, et fait tout autre chose que d'assurer la stabilité géopolitique.


Les armes climatiques existent depuis des décennies, la recherche sur les techniques offensives remonte aux années 1950. En 1997, le secrétaire américain à la Défense, William Cohen, a reconnu que les techniques de modification du climat étaient activement utilisées par les gouvernements depuis plus de 15 ans. L'armée américaine a utilisé des techniques de modification climatiques depuis la guerre du Vietnam.


Il suffit de lever les yeux au ciel pour avoir la confirmation que nos gouvernements, à la demande de groupes de réflexion, de groupes de « recherche » et d’organismes environnementaux radicaux, se sont déjà engagés dans ce type de programmes. Notre ciel est criblé de nuages ​​artificiels, qui sont manifestement autre chose que les traînées standard de condensation des avions.


En effet, comme nous l'avons signalé l'année dernière, une expérience de projet de l'Université d’Harvard, financée par le fondateur de Microsoft, Bill Gates, a pulvérisé des milliers de tonnes de particules de soufre sur le Nouveau-Mexique, dans le cadre d'une étude de géo-ingénierie, en dépit du fait que même des écologistes fervents ont averti que le processus pourrait avoir des effets catastrophiques sur l'écosystème de la Terre.


Ce n'est qu'un exemple d'une pratique qui est maintenant mise en œuvre depuis des années, sinon des décennies.


Des groupes tels que l'Association américaine pour l'avancement des sciences (AAAS) se réunissent régulièrement pour discuter des programmes de géo-ingénierie en cours, notamment la pulvérisation d'aérosols dans l'atmosphère.


Les niveaux d'aluminium, baryum et strontium dans l'air, l'eau et le sol ont augmenté de façon exponentielle, menant beaucoup à conclure que ce sont les suites de programmes de géo-ingénierie radicaux qui sont déjà en cours.


Une autre étude, l'an dernier, a révélé que le coût d'un programme massif de pulvérisation de particules dans la haute atmosphère serait d'environ 5 milliards de dollars par an. Cependant, l'étude,  menée par des scientifiques américains écrivant dans la revue « Les lettres de la recherche environnementale » a complètement échoué à analyser si un tel programme massif de géo-ingénierie serait une bonne idée et quelles seraient ses conséquences
environnementales.


A l’institut Carnegie pour la science, une proposition similaire a récemment préconisé la pulvérisation dans la haute atmosphère d’aérosols, un processus qui « réduirait de 20 % la quantité de lumière qui se dirige directement vers le sol et transformerait le ciel bleu en  ciel blanc à brumeux » a rapporté le New Scientist.

 

 Compte tenu du fait que la plupart des progrès en science et en technologie sont déjà réalisés des années avant leur communication au public, il va de soi que les programmes de géo-ingénierie basés sur  la pulvérisation de particules dans la haute atmosphère sont déjà en cours.


Les scientifiques admettent maintenant que des traînées de vapeur des avions créent des « nuages ​​artificiels » qui bloquent le soleil. Ce n'est plus un sujet de débat. Les « théoriciens du complot » qui ont été ridiculisés en affirmant depuis le milieu des années 90, que des avions à réaction avaient des traînées persistant des heures et formant des nuages ​​artificiels, avaient raison.


Le professeur Keith Shine de l'Université de Reading a déclaré au Daily Mail que les nuages « formés par les vapeurs d'avions pourraient s'attarder  pendant des heures, privant les zones sous les trajectoires de vol, comme Londres et les Home Counties, de soleil d'été. »


Le rapport fait également référence à une étude réalisée en 2009 par le Met Office qui  constatait que les vents d’altitude  ne dispersent pas des traînées persistantes lesquelles forment plus tard des nuages ​​qui couvrent une distante étonnante de 20,000 miles (32km).


Comme nous l'avons prouvé, les programmes de géo-ingénierie basés sur la pulvérisation d'aérosols artificiels étaient déjà en exploitation il y a des années, y compris au ministère américain de Savannah River, au laboratoire national de l'énergie à Aiken, Caroline du Sud, qui en 2009 a commencé à mener des études impliquant la pulvérisation énorme de quantités de matières particulaires, dans ce cas « des microsphères de verre à paroi poreuse », dans la stratosphère.


Un autre programme dans le cadre du programme du ministère de la science atmosphérique et de l'énergie est conçu pour « développer la compréhension globale des processus atmosphériques qui contrôlent le transport, la transformation et le parcours des traces de produits chimiques et des matières particulaires."


Le site Web du DOE affirme que « l'objectif actuel du programme est le forçage radiatif du climat par des aérosols. La formation des aérosols, leur évolution et leurs propriétés affectent  directement et indirectement le temps et le changement climatique. »


Ces programmes ont déjà pour effet de bloquer la lumière du soleil. L'émergence du phénomène « chemtrails » a coïncidé avec une baisse moyenne de 22% de la lumière solaire atteignant la surface de la terre.


En 2008, un reportage aux informations de KSLA constatait qu'une substance qui tombe au sol en provenance d'un chemtrail de haute altitude contient des niveaux élevés de baryum (6,8 ppm) et de plomb (8,2 ppm) ainsi que des traces d'autres produits chimiques comme l'arsenic, le chrome, le cadmium, le sélénium et l'argent. Parmi ceux-ci, tous sauf un sont des métaux, certains sont toxiques alors que plusieurs autres sont rarement ou jamais trouvés dans la nature.


L’étude met l'accent sur le baryum, qui est le « marqueur » de chemtrails. KSLA a trouvé des niveaux de baryum dans ses échantillons à 6,8 ppm soit « plus de six fois le niveau toxique fixé par l'EPA. » Le ministère de la qualité de l’environnement en Louisiane a confirmé que les niveaux élevés de baryum étaient « très inhabituels », mais a ajouté que « la preuve de la source était une toute autre affaire » dans sa discussion avec KSLA.


KSLA a également demandé à Mark Ryan, directeur du Centre antipoison, quels sont les effets du baryum sur le corps humain. Ryan a déclaré que « l'exposition à court terme peut conduire à des douleurs d’estomac ou de poitrine et que l'exposition à long terme peut provoquer des problèmes de pression artérielle. » Le Centre antipoison a en outre indiqué que l'exposition à long terme, comme pour toute substance nocive, contribuerait à affaiblir le système immunitaire.


La pulvérisation de soufre dans la haute atmosphère cause à la fois des catastrophes environnementales et des problèmes de santé humaine.


L'exposition au soufre a les effets suivants sur la santé :


- Effets neurologiques et changements de comportement
- Perturbation de la circulation sanguine
- Lésions cardiaques
- Effets sur les yeux et la vue
- Échec de la reproduction
- Dommages au système immunitaire
- Troubles gastriques et  gastro-intestinaux
- Dommages aux fonctions des reins et du foie
- Défauts auditifs
- Perturbation du métabolisme hormonal
- Effets dermatologiques
- Suffocation et embolie pulmonaire


Même le scientifique Mark Watson, en faveur de la géo-ingénierie, admet que l'injection de soufre dans l'atmosphère pourrait conduire à des « pluies acides, à l'appauvrissement de la couche d'ozone ou à des perturbations météorologiques. »


Le météorologue Alan Robock de l’université de Rutgers a aussi «  créé des simulations informatiques indiquant que le sulfate de nuages ​​pourrait affaiblir les moussons d'été en Afrique et en Asie, et réduire les pluies qui irriguent les cultures vivrières de milliards de personnes."


« Imaginez si on déclenchait une sécheresse et la famine en essayant de refroidir la planète », a dit Robock lors d'une conférence de géo-ingénierie en 2010.


Le Groupe canadien ETC (Erosion, Technologie et Concentration) a demandé que de telles expériences soient stoppées. « Cette expérience est seulement la première phase d'un plan beaucoup plus grand qui pourrait avoir des conséquences dévastatrices, y compris de grands changements dans les régimes climatiques tels que des sécheresses mortelles," a indiqué le groupe dans une déclaration écrite.


Fred Singer, président du Projet de politique environnementale de la science et un sceptique du réchauffement climatique d’origine anthropique, prévient que les conséquences de la manipulation grossière du délicat écosystème de la planète pourraient entraîner des dangers considérables.


« Si vous faites cela sans interruption, vous appuyez sur la couche d'ozone et  provoquez toutes sortes d'autres problèmes que les gens préfèrent éviter » a déclaré Singer.


Même le responsable scientifique de Greenpeace au Royaume-Uni - un ardent défenseur de l'explication du réchauffement de la planète par l'homme - Doug Parr - a qualifié de « bizarres » et « dangereuses » les tentatives de géo-ingénierie sur la planète.
----------------------
Steve Watson est rédacteur en chef pour Infowars.com et Prisonplanet.com d'Alex Jones, à Londres. Il possède une maîtrise en relations internationales de l'École de sciences politiques à l'Université de Nottingham et un baccalauréat ès arts en littérature et création littéraire de l'Université de Nottingham Trent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par Ciel Voilé - Publié dans : Actualité - Communauté : Parlons !
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Faire un don

                  

Présentation

  • : Ciel Voilé
  • Ciel Voilé
  • : environnement association aluminium réchauffement climatique nuages Environnement
  • : Vous n'êtes certainement pas arrivé ici par hasard... Tout comme vous, des millions de personnes à travers le monde se questionnent à présent sur ces trainées d'avion bien spéciales : les "Chemtrails". L'information circule, la résistance s'organise... Nous souhaitons centraliser ici les éléments les plus pertinents rassemblés par l'association Ciel Voilé sur ce sujet complexe et passionnant. Le blog informera également sur les futurs évènements que nous organisons sur le terrain.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Profil

  • Ciel Voilé
  • Ciel Voilé
  • voile ciel météo aluminium avions
  • Ciel voilé est une association Loi 1901 fondée le 5 septembre 2011 pour étudier et dénoncer les épandages de produits chimiques dans l'atmosphère

Images Aléatoires

  • Ciel Voilé - Article la Provence 24.02.12 mis en page
  • Safire5
  • 130314af507uj
  • 120513asa
  • HO30AQC
  • 2 3 2008 e

Vidéos

Fiches pratiques

Agenda 2012

Agenda 2011

Catégories d'articles

Calendrier du blog

Décembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés