Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Les ramifications psychologiques et sociales de la géo-ingénierie

14 Décembre 2012, 23:16pm

Publié par Ciel Voilé


Rédacteur en chef adjoint, Geoengineeringwatch.org

 

3 décembre 2012  
 
Il existe de nombreux documents dénonçant les effets dévastateurs pour l'environnement de la géo-ingénierie sur la planète et sur la santé physiologique de tous les organismes vivants. Cependant, ce qui est largement passé inaperçu, c’est la détresse psychologique que ces programmes de modification climatique (à l’agenda de la géo-ingénierie) ont sur la population, et comment ces programmes clandestins en cours ont finalement brisé la confiance entre les citoyens et le gouvernement.


Quelques-uns des philosophes les plus influents au monde ont professé que la confiance entre le peuple et l’institution au pouvoir est essentielle pour créer une société saine et durable. L’Histoire elle-même a montré que lorsque le lien de confiance entre le peuple et ses dirigeants est coupé, le gouvernement s'effondre. Plus concrètement, dans un passé très récent, on peut trouver des exemples de la manière la plus irrespectueuse et la plus irresponsable dont notre propre gouvernement américain a trahi notre confiance. Qu’est-ce qui est en jeu dans  la géo-ingénierie ? C’est non seulement la survie de notre environnement physique, mais aussi la survie de notre culture moderne et du rôle du gouvernement tel que nous le connaissons. Ces programmes furtifs violent le principe très concret qui lie les citoyens et les obligations de leur gouvernement, et donc, en l'absence de cette confiance, la légitimité du gouvernement est remise en cause.


Dès le 4ème siècle, les philosophes ont affirmé que la relation du citoyen au gouvernement prend ses racines dans la confiance et que cet élément est essentiel à la survie d'une telle relation symbiotique. Anonymous Iamblichi, un érudit du 4ème siècle, a écrit que « Le premier résultat de la stabilité, c'est la confiance, ce qui profite grandement à toutes les personnes est le plus grand bien ». De même John Locke (1690), considéré comme l'un des penseurs  les plus éclairés et les plus influents, proclamait qu’il existe un climat de confiance inhérent entre le peuple et son gouvernement. Il affirmait que le pouvoir est confié aux mains des  gouvernants que la société s’est choisis, avec cette confiance expresse ou tacite que ce pouvoir ne peut être employé que pour son bien et la préservation de ses biens ». Ces philosophes ont conclu que sans cette confiance tacite, la préservation de la vie, des libertés et des biens des personnes n'est pas possible, et que la légitimité du gouvernement est dissoute.


Historiquement, les gouvernements ne tombent qu'après des années de méfiance, d'abus, de négligence, de brutalité et de trahison. Du dernier tzar de Russie, à la monarchie française de Louis XVI, et même aux colonies américaines - quand les gens n'ont plus confiance en ceux qui ont le pouvoir - l'effondrement est imminent. Le long passé historique regorge  incontestablement d'exemples de gouvernements qui ont échoué. Presque sans exception, ces révolutions inévitablement se produisent lorsque le besoin psychologique de confiance n'est plus rempli.


Un exemple plus effrayant de la façon dont le gouvernement américain (via l'armée) a abusé de la confiance des citoyens et mis en danger leur sécurité et leur santé, ce sont les tests de guerre biologique menés sur le public américain entre 1949 et 1969. Ces tests ont été menés en secret, donc à l'insu du public et l’immunité a été quasi-totale pour ceux qui ont commis ces actes. Pendant cette période, l'armée a pulvérisé de tout, des substances pathogènes au zinc-cadmium-sulfure sur les villes de San Francisco, Panama City, FL Key West, et à travers les États du Minnesota et New York, y compris Washington, DC. Les chercheurs de l’Armée ont même secrètement relâché des substances pathogènes dans le réseau de métro de New York, l'aéroport national de Washington et sa gare d'autobus Greyhound. Une décennie plus tard, avant le sous-comité sénatorial de 1977 sur la recherche en santé et en science, l'armée a déclaré qu'au total 239 essais en plein air d'agents biologiques ont été réalisés entre 1949 et 1969 sur un public non averti. Il est important de noter que dans 80 de ces expériences, l'armée a déclaré utiliser des bactéries vivantes que ses chercheurs désignaient comme étant « sans danger ». Cela ne vous rappelle rien ?


Il est donc clair que l'armée est prête à pulvériser sur la population des substances dangereuses, même le cancer par des agents pathogènes, à son insu et sans son consentement. Le nier, c'est nier l'évidence des faits, l'histoire et la montagne de preuves maintenant disponibles. La triste vérité est que le gouvernement américain a pratiqué ces programmes clandestins de modification du climat depuis des décennies. Une simple recherche sur Internet vous montrera le plan réel pour l’actuel programme militaire mondial de modification climatique, appelé «  Le climat comme multiplicateur de force : posséder le climat  en 2025». Le document a été réalisé au département de la Défense et visait à mettre en œuvre  une directive du chef d'état major de la Force aérienne, « Examiner les concepts, capacités et technologies dont les États-Unis ont besoin pour rester dominants dans l’air et dans l’espace pour le futur ". La publication non classifiée a été examinée par les autorités et allégée pour la  diffusion publique.


Ces programmes sont déployés par le gouvernement américain en accord avec d'autres nations et des sociétés de sous-traitance militaire, et jusqu'à récemment, ils ont fait ça en secret sur une population sans méfiance. L’empreinte de la  géo-ingénierie est maintenant visible dans le monde entier. Des tests de laboratoire aux États-Unis et en Europe trouvent des contaminations de l'eau et du sol qui correspondent exactement aux brevets de géo-ingénierie.

Le ciel aujourd'hui est le plus souvent couvert de traînées persistantes d’aérosols d'un bout à l’autre de l’horizon qui voilent et blanchissent sa couleur bleue. L’obscurcissement du ciel, un phénomène récent, a considérablement augmenté, tout comme le rayonnement UV. En outre, une diminution massive des populations d’insectes aquatiques a été mesurée au cours de la dernière décennie dans les régions des États-Unis, alors qu'il semble que la couche d'ozone soit déchiquetée par les particules métalliques dispersées dans l'atmosphère.


Heureusement, peu importe quelle couverture de la propagande les médias diffusent, le coupable a été démasqué » - La modification du temps est réelle, et les gens sont au courant de ce qui se fait. Avec l'aide d'experts indépendants, le cinéaste Michael Murphy J, avec son film « Pourquoi donc pulvérisent-ils ? » touche  maintenant des millions de personnes. Le film offre l'une des analyses les plus approfondies de la géo-ingénierie à ce jour, décrivant les nombreuses motivations de ces programmes insidieux. De la sécheresse aux inondations, des tempêtes  aux super-tempêtes, il devient clair que ce dont nous avons fait récemment l’expérience est une manipulation de notre temps. D'autres pays étudient également cette technologie, et nul doute qu'ils commencent à participer à cette folie, si ce n’est déjà fait.


La géo-ingénierie place chacun d'entre nous dans une expérience, sans notre consentement, contre notre volonté et à notre insu pour des objectifs très contestables, expérience réalisée par ceux qui sont censés nous protéger. En fin de compte, nous sommes tous perdants dans ces programmes. Qu'il s'agisse de la gestion du rayonnement solaire pour refroidir la tendance au réchauffement des terres, ou de se battre contre le réchauffement climatique d’origine anthropique, ou de manipuler le climat terrestre pour maintenir la supériorité militaire de notre pays, les coûts réels de la géo-ingénierie et les effets à long terme de cette technologie pourraient s'avérer être la plus grave erreur de l’humanité. Il est maintenant évident que la géo-ingénierie ne dévaste pas seulement la planète et tous les êtres vivants, mais c'est une attaque directe contre notre santé personnelle, notre nourriture, notre eau et notre air, et les produits de première nécessité dont nous avons besoin pour survivre. La géo-ingénierie est une violation du plus fondamental des droits de l'homme, et par conséquent, de tels programmes devraient être arrêtés car ils portent atteinte à la légitimité de notre gouvernement.

 

Malheureusement, géo-ingénieurs et  militaires sous-estiment grossièrement les conséquences sociales de la poursuite du déploiement de ces programmes de modification du climat. Ces programmes portent atteinte à la structure même de notre société, en particulier notre confiance dans le gouvernement, ce qui provoque donc une fracture au sein de la population des États-Unis. Ces programmes menacent  même la stabilité de notre pays, nous laissant  sans  rien d'autre qu'un sentiment d'indignation morale, et nous faisant tous douter de la légitimité même de notre gouvernement national aujourd'hui. La cohésion entre les peuples et leur gouvernement a toujours été tendue, et à moins que nous ne nous levions vite pour exiger l'arrêt immédiat de ces programmes, nous pourrions être sur le point de connaître une révolution véritable.



 

http://www.geoengineeringwatch.org/the-psychological-and-social-ramifications-of-geoengineering/

 

 

Commenter cet article

fred 19/12/2012 08:35

Bonjour, intrigué par ce que je croyais être le prénom de cet auteur du 4ème siècle ainsi désigné sous le nom d'"Anonymous Iamblichi", j'ai effectué une recherche sur Gxxxxgle pour savoir de quoi
il retourne. Il s'avère que ce n'est pas le prénom et le nom d'une personne, mais une appellation donnée à l'auteur de présumées citations figurant dans le 20ème chapitre d'un texte antique (ayant
une forme particulière nommée Proteptique) attribué à l'auteur dénommé Jamblique. La traduction exacte de l'expression "Anonymous Iamblichi" est donc "l'Anonyme de Jamblique" (cf. le site de la
Sorbonne : http://www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/Charles_Ratte__janvier_2008__grec_unicode.pdf)