Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Ciel Voilé

Le ciel avant 1999 et le ciel maintenant

14 Octobre 2013, 17:38pm

Publié par Ciel Voilé


Clifford E Carnicom – Le 28 Juin 2013

Ce qui suit est une comparaison entre, à gauche des photos prises avant 1999 ( aux USA) et à droite des photos de paysages et de ciel publiées sur internet après cette même date. Que le lecteur juge par lui-même, du point de vue de l'environnement et de la santé, des changements importants qui ont eu lieu.

 

S'il vous plaît, montrez ces photos à vos enfants pour qu’ils comprennent ce qui leur a été volé.

Voir les commentaires

Le ciel selon le dernier film de Walt Disney

9 Octobre 2013, 21:06pm

Publié par Ciel Voilé

Naturel ou artificiel ?

 

Bande-annonce-planes.png

Voir les commentaires

GIEC et géo-ingénierie selon "la voix de la Russie"

9 Octobre 2013, 20:58pm

Publié par Ciel Voilé

Géo-ingénierie, ou quand le ciel vous tombera sur la tête


http://french.ruvr.ru/2013_10_09/Geo-ingenierie-ou-quand-le-ciel-vous-tombera-sur-la-tete-9946/ 

 

Par La Voix de la Russie | Olivier Berlanda, le 9 octobre 2013


Le dernier rapport du GIEC du 27 septembre 2013 nous informe une fois de plus du bouleversement climatique en cours sur la planète dû, selon ce groupe d'experts, aux activités polluantes humaines. Le réchauffement du climat décrit comme potentiellement cataclysmique et quasi-inéluctable pourrait cependant être contrecarré par un plan B : la géo-ingénierie, ou l'art de manipuler le climat artificiellement et chimiquement. Géo-ingénierie : messie climatique ou plan démoniaque ?


Le réchauffement climatique se révèle comme un dogme religieux. On y croit, on n'y croit pas ou on doute. L'agnosticisme climatique étant sans doute une forme intelligente pour ne pas prendre les prévisions des experts du GIEC pour paroles d'évangiles. Ceux-ci s'étant trompés sur la dynamique du réchauffement. Même les plus ardents défenseurs de la cause « anthropique » (changement climatique provenant de l'activité humaine) ne s'aventurent pas quant à l'impact du réchauffement sur les populations humaines et leurs facultés d'adaptation.


Une nouveauté dont personne ne parle au grand public est l'ajout d'un volet sur la géo-ingénierie conçu comme une sorte de plan B si les sombres prévisions des scientifiques du GIEC (d'ailleurs contestées par ceux qu'on appelle les « climato-sceptiques ») venaient à se réaliser. 


Qu'est ce que la géo-ingénierie ?


Autrefois reléguée à des délires de pseudo-scientifiques ou des incontournables conspirationistes, la géo-ingénierie est l'étude et la mise en place de techniques permettant de contrer par des moyens physiques ou chimiques les effets d'un réchauffement climatique.


Il existe deux grands types de techniques :

1) Les C.D.R. (carbone dioxide removal), il s'agit essentiellement de pouvoir absorber le dioxyde de carbone responsable de l'effet de serre.

2) Les S.R.M (solar radiation management), soit renvoyer une partie du rayonnement solaire, ce qui aboutirait donc à un moindre ensoleillement, donc à une baisse des températures.

 

Du sulfate de fer dans l'océan aux arbres Monsanto 

Comment absorber le carbone ? La fertilisation des océans par des tonnes d'urée et de sulfate de fer déversées dans les mers devrait augmenter le phytoplancton qui capte le dioxyde de carbone. Or les expériences dans ce domaine se sont avérées catastrophiques. L'utilisation de sulfate de fer provoqua un désastre écologique et ce projet fut abandonné.


L'actuel programme consiste désormais à faire pousser des arbres et des plantes génétiquement modifiés en vue de capter plus de carbone que la flore naturelle. Une des solutions prônées serait en quelque sorte de créer des forêts Monsanto. Des super-capteurs de carbone en quelque sorte. Vu le pedigree de cette firme, on imagine facilement la transformation totale de l'écosystème, de la tomate au sapin. Des OGM pour lutter contre le réchauffement climatique ; avouons que l'imagination de nos scientifiques est sans limite.

 

Chemtrail : de la légende urbaine...


Les chemtrails (traînées chimiques) sont issues d'une théorie et d'observations de citoyens à travers le monde qui remarquèrent l'étrange comportement des traînées de condensation (contrails) laissées par les avions. Les chemtrails restent très longtemps (des heures) après le passage des avions et les traînées forment lentement de véritables lignes nuageuses couvrant le ciel. Contrairement aux vapeurs classiques, les chemtrails seraient composées de particules d'aluminium, de baryum et de polymères microscopiques voire d'autres éléments encore plus néfastes.


Ils peuvent être largués par des avions militaires comme les épandages par l'US Army de défoliants (dits « agent orange ») sur le Vietnam. Mais certains n'hésitent pas à affirmer que ces particules chimiques sont pulvérisées à partir d'avions de lignes simplement par l'adjonction de produits dans le kérosène.

Dès lors, vu le nombre d'avions de lignes, l'épandage chimique par chemtrails peut recouvrir des zones géographiques très larges et passer inaperçu aux yeux du citoyen lambda.


Par contre, les dommages pour la santé seraient (si cette thèse était prouvée) désastreux. L'aluminium ingéré même sous forme microscopique provoque entre autres des maladies mentales et une dégénérescence nerveuse. Les conséquences sur la santé humaine, sur la flore et la faune sont si nocives et si nombreuses qu'il serait difficile d'imaginer les raisons pour lesquelles des gouvernements s'amuseraient à injecter des produits toxiques dans le kérosène des avions pour épandre des fibres d'aluminium sur leur propre territoire et intoxiquer ainsi la population. Les chemtrails : encore une théorie conspirationiste née sur le net parmi d'autres ?

 

Chemtrails : ...à la réalité scientifique.


Le projet « Chemtrail » existe pourtant bel et bien et reste la plus probable solution actuelle selon certains scientifiques. Epandre le plus possible de particules chimiques en altitude permet effectivement de lutter contre le réchauffement climatique. L'aluminium ainsi dispersé dans l'atmosphère va réfléchir les rayons du soleil et donc refroidir la planète.


En février 1998, le Parlement européen a tenu une série d'auditions sur les effets néfastes de cette géo-ingénierie. Les plaintes et les interrogations de centaines d'associations dans le monde s'érigeant contre des épandages chimiques prenant parfois la forme de filaments blanchâtres retombant sur les habitants furent donc prises en considération.


Il est également remarquable que pour une soi-disant théorie issue de cerveaux farfelus, la question des chemtrails se retrouve tant au Parlement européen que dans un rapport du GIEC !

Le Parlement interrogea le gouvernement américain sur l'utilisation d'épandages sur le territoire européen mais Washington n'apporta aucune réponse. No comment.


Ensuite, on parla d'expériences limitées, de projets militaires et d'expérimentations scientifiques ... Bref, pas de quoi en informer le vulgus populi, qui de toute façon ne comprend jamais rien selon nos élites.

 

Le billard américain à trois bandes.


Les chemtrails sont issus d'expériences militaires américaines consistant à poursuivre des recherches de contrôle du climat à des fins militaires. Les chemtrails sont souvent associés d'ailleurs à l'utilisation de HAARP, du nom de cette curieuse installation jouant sur l'ionosphère qui fait l'objet de très nombreuses interrogations.


Un rapport très détaillé de l'US air Force datant de 1996 (Weather as a Force Multiplier: Owning the Weather in 2025) démontre que les Etats-Unis travaillent depuis des décennies en vue de manipuler et maîtriser le climat, y compris pour des « opérations internationales» (sic).


En 1997, Edward Teller préconise « la mise en place d'un bouclier pour renvoyer les rayons solaires» Or, M. Teller n'est pas un climatologue mais un des « pères » de la bombe H et un défenseur du projet de « guerre des étoiles » du Président Reagan encore plus d'actualité sous la législature Obama.


Enfin en septembre 2002, c'est Colin Powell qui admet lors d'un sommet des Nations Unies sur le développement durable que « nous (les USA) sommes engagés dans un programme de plusieurs milliards de dollars pour développer et déployer des technologies de pointe pour atténuer l'effet des gaz à effet de serre».


Des technologies de pointe, des milliards de dollars ?


Alors, partant du principe qu'un réchauffement climatique serait apocalyptique à terme, des scientifiques se mettent naturellement à chercher des solutions, des plans « B ». Jusque là, rien d'étonnant.

Dans un second temps, la solution technique préconisée et déjà expérimentée coïncide exactement avec des projets militaires de domination climatique menés par les américains depuis au moins 20 ans.

Sans s'avancer trop dans les spéculations, nous nous contenterons d'admirer le triptyque : Réchauffement climatique- solution scientifique- usage militaire. Coïncidence? Hasard ? Récupération par les militaires d'une réalité climatique ? Gigantesque manipulation de l'opinion publique ?  Chacun aura sa vérité.

Par contre, la géo-ingénierie en tant que solution à un changement climatique est sur la table. Des arbres Monsanto à l'épandage chimique en passant par le déversement de sulfate de fer dans les océans, rien ne nous sera épargné si la météo venait à perdre le Nord. Sale temps sur la planète.

 

Voir les commentaires

Uruguay : 30 000 moutons tués par la tempête

6 Octobre 2013, 22:00pm

Publié par Ciel Voilé

 

 

Nature Alerte - Le 2 octobre 2013

 

 

 

index.jpg

 

«  Je n'ai jamais rien vu de pareil », rapporte Walter Galliazzi un producteur ovin qui a subi d'énormes pertes lors de la tempête qui a touché le nord de l'Uruguay,  à la mi-septembre.

La tempête qui a frappé le pays mi-septembre a eu des conséquences dramatiques, elle a laissé une véritable hécatombe de moutons derrière elle, plus de 30 000 têtes de moutons ont succombé au froid, au vent et à la pluie. La température est passée de 38 ° C à moins de 10 ° en quelques minutes *, accompagnée de vents forts et de plus de 200 millimètres de pluie.


Adolfo Casaretto, le responsable régional de la coopérative uruguayenne de laine (la SUL), a déclaré que le taux de mortalité des moutons dans les départements de Salto, Tacuarembó, Paysandu et Artigas, pourrait atteindre plus de 30.000 têtes. Il a exhorté les producteurs à signaler leurs pertes à la police et il a averti la population à ne surtout pas consommer la viande des animaux tués par la tempête.


«Nous savons qu'il y a des petits éleveurs qui n'ont pas les moyens de déclarer leurs pertes, de sorte que le chiffre pourrait s'avérer beaucoup plus élevé », a déclaré à El Pais le président de l'Association rurale de l'Uruguay (ARU), Ruben Echeverria.


Par exemple, dans la seule région de Salto, 9769 plaintes ont été enregistrées, et on dénombrait 1.850 moutons morts rien que chez un seul de ces éleveurs.


© Nature Alerte / subrayado.com.uy

 

http://naturealerte.blogspot.be/2013/10/02102013-uruguay-30000-moutons-tues-par.html 

  * Selon un autre article, en espagnol, le changement de température ne se serait pas produit en quelques minutes mais en moins de 10 heures : " abruptamente en menos de diez horas"

 

Voir les commentaires

Monsanto s’offre un leader des données climatiques

6 Octobre 2013, 21:49pm

Publié par Ciel Voilé

Par Karl de Meyer | 02/10/13 | Correspondant des échos à New-York


Le numéro un mondial des semences de maïs, de soja et d’autres cultures génétiquement modifiées a annoncé qu’il achetait The Climate Corporation pour quelque 930 millions de dollars.


C’est la plus grosse acquisition de Monsanto en sept ans. Le numéro un mondial des semences de maïs, de soja et d’autres cultures génétiquement modifiées a annoncé mercredi qu’il achetait The Climate Corporation pour quelque 930 millions de dollars. Il s’agit pour le géant américain de compléter l’offre de services aux agriculteurs rassemblée dans son unité Integrated Farming System Business. Cette division propose de nombreuses données aux agriculteurs, sur la nature des sols et les conditions météorologiques pour leur permettre d’optimiser à la fois la sélection des semences, l’organisation des semis et les conditions de récolte. Un marché évalué à 20 milliards de dollars par les dirigeants du groupe.


Des anciens de Google


The Climate Corporation, basée à San Francisco, a été fondé par des anciens de Google et d’autres sociétés de haute technologie de la Silicon Valley. La société vend aussi des polices d’assurance agricoles, et elle est autorisée à distribuer la police d’assurance des récoltes publiques. Monsanto est en concurrence frontale avec DuPont Pioneer dans le secteur des services de données aux agriculteurs, qui en dépendent pour maximiser leurs rendements. « La fourniture de données représente la prochaine grande avancée dans le domaine de l’agriculture », proclame le communiqué de Monsanto.


Une récolte record de maïs


Monsanto a en outre annoncé pour l’exercice 2012-2013, clos au 31 août, un bénéfice net en hausse de 21 %, à 2,5 milliards de dollars. Cela correspond à 4,56 dollars par action, quand le marché attendait 4,58 dollars par titre. Monsanto promet pour l’exercice 2013-2014, qui a débuté le 1er septembre, un bénéfice par action compris entre 5 et 5,20 dollars, alors que les investisseurs tablaient jusqu’ici sur 5,33 dollars par action. Après la récolte record de maïs de cette année, les prix ont chuté et il y a fort à parier que les agriculteurs en planteront moins l’an prochain. Le titre Monsanto a du coup marqué le coup, reculant de plus de 2 % à la mi-séance, hier.

Au dernier trimestre de l’exercice 2012-2013, la perte nette s’est montée à 249 millions de dollars, contre 229 millions de dollars seulement au même trimestre de 2012. Le dernier trimestre de l’exercice décalé est généralement faible, car c’est la période où les agriculteurs nord-américains et européens moissonnent et n’achètent pas encore de semences ou d’herbicides pour les semis de l’année suivante.


http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/industrie-lourde/actu/0203042986220-monsanto-s-offre-un-leader-des-donnees-climatiques-612851.php

Voir les commentaires

Altertaviba à Bayonne samedi 5 octobre 2013

30 Septembre 2013, 11:36am

Publié par Ciel Voilé

J-5 Alternatiba


Les 150 places de l'amphithéâtre de l'IUT de Bayonne où aura lieu le Forum du changement climatique ce samedi 5 octobre étaient déjà toutes réservées ce vendredi 27 septembre.

Victime de son succès, Alternatiba doit donc en changer l'emplacement et il aura finalement lieu à l'amphi 400 places de la Faculté de Bayonne.

Les inscriptions pour ce Forum sont donc ré-ouvertes (au 05 59 25 65 52 ou à alternatiba2013@bizimugi.eu).

Voici le programme de ce Forum dont l'entrée est gratuite et qui sera présenté et animé par Geneviève Azam, Sophie Chapelle et Gilles Lemaire :

10H00-12H00 :
Le défi climatique

 

-Le 5ème rapport du GIEC sur le changement climatique, par Christophe Cassou, (climatologue, chercheur (CNRS) au Centre européen de recherche et de formation avancées en calcul scientifique (Cerfacs) )

-Le changement climatique en Aquitaine, présentation par Peggy Kançal, élue déléguée au plan climat Région Aquitaine du rapport aux décideurs du travail C2A coordonné par Hervé le Treut, 

-Climat, agriculture et forêts en Pays Basque par Iker Elosegi (Euskal Herriko Laborantza Ganbara)

-Relever le défi climatique, par Hervé Kempf, auteur de "Fin de l'Occident, naissance du monde"

 

14H30-17H00 : Le changement climatique, première question planétaire à solidarité obligatoire. Ne pas se tromper de solutions.

 

Le point sur les négociations internationales, par Celia Gautier, en charge des Politiques européennes au Réseau Action Climat-France

 

L'enjeu Nord/Sud, par Christophe Aguiton, ATTAC, membre du Conseil d'administration de Focus on the Global South

 

Les banques financent t'elles le dérèglement climatique ?, par Lucie Pinson, en charge de la Finance privée et Coface aux Amis de la Terre

 

Fausses solutions, danger  par Cyrille Cormier, chargé de campagne Energie et climat à Greenpeace

 

Les alternatives au changement climatique et le monde dont elles sont porteuses, par Patrick Viveret (Philosophe et ancien conseiller référendaire à la Cour des Compte)

PS : A consulter sur Mediapart, l'Appel de Mme Christiane Hessel à Alternatiba : http://blogs.mediapart.fr/blog/alternatiba/280913/lappel-de-mme-hessel

 

 

Voir les commentaires

Ciel voilé à la foire de Montfroc les 5 et 6 octobre 2013

21 Septembre 2013, 20:40pm

Publié par Ciel Voilé

 

 

L’association Ciel voilé

sera présente à la

Foire de Montfroc

517.jpg

 samedi 6 et dimanche 7 octobre 2013

et animera un débat après la

Projection du film «  Bye bye blue sky »

samedi 5 octobre à 17h30

Toutes les informations

Voir les commentaires

Refroidissement ou réchauffement planétaire : qu'en est-il ?

15 Septembre 2013, 14:19pm

Publié par Ciel Voilé

cooling-warming-earth-which1-300x211.jpg

 

Dane Wigington – Le 12 septembre 2013   

 

http://www.geoengineeringwatch.org/global-cooling-or-global-warming-which-is-it/


Fait-il vraiment plus froid ? Que disent les données scientifiques incontestées ? Les enjeux ne pourraient être plus élevés et notre réalité collective plus désastreuse. Ceci étant, beaucoup sont prêts à mentir sur la réalité et la liste de leurs raisons est longue. Beaucoup d'autres sont trop prompts à croire les mensonges sans aucune enquête objective, surtout si les mensonges sont ce qu'ils veulent croire.

Je tiens à clarifier un point : mon objectif en signalant des faits précis, des graphiques et des détails est avant tout d'attirer l'attention sur la géo-ingénierie climatique. Je ne dis pas que la géo-ingénierie est la seule source du chaos climatique et de la désintégration atmosphérique qui se déroule sous nos yeux, de nombreux facteurs en sont la cause, mais j’estime que les données indiquent que la géo-ingénierie est le plus important facteur de perturbation du climat. (Sans parler de l'empoisonnement de toute vie sur terre dans le processus).

Lorsque des articles sur le refroidissement global et leurs conclusions sont adoptés par des militants anti- géo-ingénierie et leurs sites internet, sans véritable enquête, ces militants et leurs sites internet sont alors complètement discrédités dans de nombreux cercles qui s’empressent de « jeter le bébé avec l'eau du bain ». Le sujet de la géo-ingénierie passe par la fenêtre avec le « déni du changement climatique » qui ne peut être rationnellement refusé à ce stade si l'on examine les données brutes. Si nous voulons dénoncer la géo-ingénierie, nous ne pouvons pas nous permettre de telles positions. Il est impératif que nous fassions tous un effort pour rassembler, et non ouvrir de nouveaux fronts de bataille dans des directions qui ne sont pas soutenues par des informations vérifiables.


Alors, fait-il plus froid ?

 

La calotte glaciaire arctique augmente-t-elle vraiment ? Non, elle est en constante et rapide diminution, le bombardement actuel de mathématiques est : l’étendue de glace est de 60 % supérieure à l'année dernière, laquelle est la plus basse jamais enregistrée. 2013 sera la quatrième plus faible étendue de glace jamais enregistrée. « Étendue » se réfère à la surface seulement, pas à la « masse de glace », je vais y venir. Le volume total de glace est de loin le facteur le plus révélateur de ce qui survient dans l'Arctique.

 

Screen-Shot-2013-09-06-at-8.39.21-PM.png

Le volume total de glace arctique bat tous les records de baisse, il est au plus bas et continue de baisser. Il a diminué de plus de 80 % par rapport à la moyenne historique.

 

Screen-Shot-2013-09-07-at-10.46.03-AM.png

 


Quelles sont les dix années les plus chaudes : elles sont toutes dans les 15 dernières années ?

http://www.wunderground.com/blog/JeffMasters/2012-earths-10th-warmest-year-on-record-and-warmest-with-a-la-nia

Qu'en est-il des 362 records de température élevée aux États-Unis en 2012, aucun record de température basse, aucun. 2012 est aussi l'année la plus chaude jamais enregistrée aux Etats-Unis.


http://thinkprogress.org/climate/2013/01/05/1394711/2012-saw-362-all-time-record-high-temperatures-in-us-but-zero-all-time-record-lows/ 


Un autre facteur  très important est à prendre en compte : toutes les données climatiques / les relevés de température sont radicalement faussés à la baisse. Dans les régions où nous avons enquêté, il semble que la « lecture officielle » pour un jour donné soit régulièrement 3, 4 ou même 5 degrés en dessous de ce qui s'est réellement produit au sol.


Cette falsification massive des données contribue à masquer la véritable ampleur du réchauffement. En outre, « les agences officielles » comme NOAA ( NOAA est en lien avec «  Raytheon », entrepreneur en géo-ingénierie), et National Weather Service (NWS est en lien avec Lockheed Martin, entrepreneur en géo-ingénierie) etc, semblent enregistrer des relevés de température d’un évènement « à froid » plutôt que des zones de chaleur de la même masse de terre . Cela biaise encore les données vers le bas.

En plus de tout cela, ajoutons le facteur « géo-ingénierie » : la  nucléation artificielle et chimique de la glace, les épandages chimiques aériens, etc, qui provoquent des anomalies temporaires de refroidissement utilisées abondamment par les organismes ci-dessus dans le but de réduire l'image globale des températures en hausse.

J'espère que nous allons tous prendre le temps d'examiner l'ensemble des données avant de nous précipiter vers des conclusions. Rien de tout cela ne concerne « Al Gore » ou ses arnaques, mais plutôt une dure réalité vérifiable. Toutes les conclusions doivent tenir compte de l’altération massive des données et encore plus des programmes de géo-ingénierie globaux et de leurs effets.


Même en tenant compte de tout cela, les données scientifiques disponibles vérifiées par des pairs, indiquent clairement que non seulement notre planète se réchauffe mais qu’elle est en crise. La géo-ingénierie climatique est probablement le principal facteur alimentant ce feu.


D'autres facteurs importants sont décrits dans l'article que vient de publier The Guardian*. Bien sûr, il n'est pas fait mention de l'éléphant dans la pièce qu’est la géo-ingénierie mondiale et ses effets sur l'équilibre global, mais beaucoup d'autres erreurs de la notion de « refroidissement global » et  de ceux qui y poussent sont clairement abordées.


http://www.theguardian.com/environment/climate-consensus-97-per-cent/2013/sep/09/climate-change-arctic-sea-ice-delusions


* Traduction de l’article du Guardian : à venir.

 

 

Voir les commentaires

Retour record de la calotte glaciaire arctique : +60% en un an ! Et maintenant, c'est le refroidissement global !

13 Septembre 2013, 18:24pm

Publié par Ciel Voilé

  Avertissement  : lire aussi : Refroidissement ou réchauffement planétaire : qu'en est-il ?

 

• Près de 2 383 000 km2 de plus d’océan couverts de glace qu’en 2012.
• La BBC, en 2007, a annoncé que le réchauffement climatique provoquerait la disparition de la glace, en été, sur l’Arctique, d'ici 2013.
• La publication d'un rapport de l’ONU sur ​​le changement climatique suggérant que le réchauffement climatique est causé par l'homme, est repoussée à plus tard ce mois-ci.

 

David Rose - The Dailymail - le 8 septembre 2013.

Un été froid sur l’Arctique a transformé près de 2 383 000 km2 d'océan en glace par rapport à la même période l'an dernier - soit une augmentation de 60 %.


Ce rebond après la baisse record de 2012 se produit six ans après que la BBC ait annoncé que le réchauffement climatique pourrait faire disparaître la glace de l’Arctique en été, d'ici 2013.


Au lieu de cela, quelques jours avant le refroidissement automnal annuel, une couche de glace ininterrompue, grande comme plus de la moitié de l'Europe s'étend déjà des îles canadiennes aux côtes du Nord de la Russie.

 

article-2415191-1BAEE1D0000005DC-503_640x366.jpg


Le Passage du Nord-Ouest, de l'Atlantique au Pacifique est resté bloqué par la banquise toute l'année. Plus de 20 yachts qui avaient prévu d’y naviguer, ont été bloqués dans la glace et un bateau de croisière qui tentait le passage, a été contraint de rebrousser chemin.


Certains éminents scientifiques croient maintenant que notre planète se dirige vers une période de refroidissement qui ne se terminera pas avant le milieu du siècle – selon ce processus, les prévisions informatiques d’un réchauffement catastrophique imminent seraient dangereusement trompeuses.

.
Ces informations arrivent 11 mois après que le « Mail on Sunday »  ait déclenché un débat politique et scientifique intense en révélant que le réchauffement climatique serait

 « suspendu » depuis début 1997 - un événement que les modèles informatiques utilisés par les experts du climat n'ont pas réussi à prédire.


En Mars, ce journal a en outre révélé que les températures sont sur ​​le point de descendre en dessous du niveau que les modèles prévoient avec « 90 % de certitude ».


La « pause » - qui a été acceptée comme réelle par tous les grands centres de recherche sur le climat - est déterminante, parce que les modèles informatiques qui prédisaient des températures mondiales toujours en hausse, ont provoqué le détournement de milliards de livres sterling, par de nombreuses économies dans le monde, dans des « mesures vertes » destinées à lutter contre le changement climatique.


Ces prévisions semblent désormais gravement douteuses.

 

Plus de glace du tout ! Voilà le chaos que prédisait la BBC en 2007.

 

 Il y a seulement six ans, la BBC annonçait qu’il n’y aurait plus de glace sur l’Arctique en été d'ici 2013, citant un scientifique des États-Unis qui estimait cette prévision « sûre ». Peut-être  est-ce cette confiance qui a conduit plus de 20 yachts à tenter de naviguer sur le Passage du Nord-Ouest, de l'Atlantique au Pacifique cet été ? La semaine dernière, tous ces navires étaient coincés dans la glace, certains à l'extrémité orientale du passage dans le détroit du Prince-Régent, d'autres plus à l'ouest du cap Bathurst.


Les experts en navigation ont déclaré que le seul moyen de libérer ces navires était les brise-glace de la Garde côtière canadienne. Selon le site officiel du gouvernement du Canada, le Passage du Nord-Ouest est resté glacé et impraticable pendant tout l'été.


Le rapport de la BBC de 2007 cite le scientifique et professeur Wieslaw Maslowski, lequel fonde son point de vue sur les modèles informatiques et le fait que « nous utilisons un modèle régional à haute résolution pour l'océan Arctique et la banquise ».

 

Il estimait ses résultats « beaucoup plus réalistes » que les autres projections, qui « sous-estimaient la quantité de chaleur fournie à la glace en mer ». Était également cité un expert de l’Université de Cambridge, le professeur Peter Wadhams. Il a soutenu le professeur Maslowski , affirmant que son modèle était « plus efficace » que d'autres, car il « tenait compte des processus qui se produisent à l'intérieur de la glace ».


Il a ajouté : " Ce n'est pas un cycle, pas seulement une fluctuation. Au final, la banquise fondra subitement."


article-2415191-1BAED5FF000005DC-408_638x431.jpg

Le scandale persistant causé par « The Mail on Sunday », les révélations qui vont maintenant être amplifiées par le retour de la calotte glaciaire arctique – ont contraint l’organisme de l’ONU sur le changement climatique à tenir une réunion de crise.


Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) devait publier en Octobre son cinquième rapport d'évaluation - une énorme étude en trois volumes publiée tous les six ou sept ans. Il va maintenant procéder à un pré-sommet à Stockholm, au plus tard ce mois-ci.


Les documents divulgués montrent que les gouvernements qui soutiennent et financent le GIEC exigent plus de 1500 modifications dans « le rapport pour les décideurs ». Ils disent que le projet actuel n'explique pas correctement la « pause ».


Au cœur de la dispute : deux questions: dans quelle mesure les températures augmenteront avec les niveaux de dioxyde de carbone ? et quelle part du réchauffement au cours des 150 dernières années - jusqu'ici, en tout 0.8°C – serait imputable aux gaz à effet de serre d’origine anthropique et quelle autre part à la variabilité naturelle ?
 
Dans son projet de rapport, le GIEC affirme « avec un degré de confiance de 95% » que le réchauffement climatique est causé par l'homme - contre 90 % en 2007.


Cette affirmation est déjà vivement contestée. Un expert du climat, le Professeur Judith Curry a annoncé hier soir : « En fait, l'incertitude devient plus grande. Il est maintenant clair que les modèles sont trop sensibles au dioxyde de carbone. Je ne vois aucune raison valable pour que  le GIEC augmente ce niveau de confiance. »


Elle a insisté sur les cycles à long terme de la température de l'océan, qui ont une énorme influence sur le climat et qui laissent supposer que notre planète est peut être proche d'une phase similaire à celle de 1965 à 1975, quand la tendance au refroidissement était claire. Cela a conduit certains scientifiques de l'époque, à prévoir un âge glaciaire imminent.


Le professeur Anastasios Tsonis, de l'Université du Wisconsin, a été l'un des premiers à étudier les cycles océaniques. Il a dit : "Nous sommes déjà dans une tendance au refroidissement, qui je pense, va se poursuivre pendant les 15 prochaines années au moins. Il n'y a aucun doute que le réchauffement des années 1980 et 1990 a cessé."


article-2415191-1BAED746000005DC-112_638x341.jpg
Images satellites de la NASA  montrant la propagation de la glace en mer Arctique le 27 août 2012
article-2415191-1BAED742000005DC-727_638x345.jpg
... Et maintenant, beaucoup plus importante : la même image de la NASA prise en 2013


« Le GIEC affirme que ses modèles montrent qu’on peut s’attendre à une « pause » de 15 ans.  Mais cela signifie qu’après seulement quelques années, il doit reconnaitre qu'il a tort. »


D'autres sont plus prudents. Dr Ed Hawkins, de l'Université de Reading, a présenté le graphique publié par « The Mail on Sunday » du mois de mars, montrant comment les températures mondiales ont divergé des prédictions informatiques. Il a admis que des cycles peuvent avoir causé une certaine partie du réchauffement enregistré, mais a insisté sur le fait que la variabilité naturelle seule ne pouvait expliquer toute la hausse des températures au cours des 150 dernières années.


Néanmoins, la croyance que les glaces de l'Arctique en été  vont disparaître reste un « principe » du  GIEC, souvent jeté au visage des critiques qui évoquent « la pause ».


Pourtant, des preuves concordantes montrent que les niveaux de glace de l'Arctique sont cycliques. Les données révélées par les historiens du climat montrent qu'il y a eu une fonte massive dans les années 1920 et 1930, suivie par d'intenses refroidissements qui ont pris fin seulement en 1979 - l'année où le rétrécissement (de la banquise) aurait commencé selon le GIEC.


Le professeur Curry a déclaré que le comportement de la glace au cours des cinq prochaines années serait crucial, à la fois pour comprendre le climat et pour la politique future. « La banquise arctique est l'indicateur à surveiller » a-t-elle insisté.

 


http://www.dailymail.co.uk/news/article-2415191/Global-cooling-Arctic-ice-caps-grows-60-global-warming-predictions.html#ixzz2ebutlOOn 

 

Traduction Ciel voilé

Voir les commentaires

Manipuler le climat,manipuler la vie - raisons et déraisons des nouvelles technologies

11 Septembre 2013, 20:36pm

Publié par Ciel Voilé

Par Sciences Citoyennes

 

logo.png

 

http://sciencescitoyennes.org/manipuler-le-climat-manipuler-la-vie-raisons-et-deraisons-des-nouvelles-technologies/


 

Conférence-débat co-organisée par la Fondation Sciences Citoyennes, ATTAC, Basta et ETC Group


Lundi 14 octobre à 19h00

à l’auditorium de la Cité des Sciences et de l’Industrie à Paris

Entrée libre et gratuite

Accès : arrêt Porte de la Villette (ligne 7 ; bus 139, 150 ou 152)


Le sujet


Des nouvelles disciplines scientifiques et techniques comme la biologie de synthèse et la géo-ingénierie, largement financées par des multinationales privées mais aussi, et de plus en plus, par les États, ont beaucoup en commun. Mêmes promesses de technologies miracles arrivant à point nommé pour réparer les dégâts du progrès. Même fuite en avant technologique alors que les risques associés sont mal compris par les scientifiques eux-mêmes et que les mécanismes de réglementation et de surveillance existants sont totalement inadaptés. Même idéologie du rapport à la nature qui est pourtant à la racine de la crise écologique actuelle. Même concentration sans précédent des intérêts économiques.
En quoi consistent précisément ces disciplines techno-scientifiques émergentes ? Quels sont les modèles de développement qu’elles véhiculent ? Les modèles économiques qui les sous-tendent ? De façon plus générale, quels sont leurs impacts sur l’environnement et sur nos vies ?

Les intervenants


Clive Hamilton est un essayiste politique et philosophe australien, spécialiste des questions environnementales. Il a publié plus d’une douzaine d’ouvrages dont Requiem pour une espèce (Presses de Sciences Po, 2013) et Les apprentis sorciers du climat (Le Seuil, 2013). Il est membre de la Royal Society of the Arts et siège à la Climate Change Authority auprès du gouvernement australien.


Pat Mooney est le cofondateur et directeur de l’ONG canadienne ETC Group, qui s’intéresse aux enjeux socio-économiques et écologiques mondiaux des nouvelles technologies. Nanotechnologies, biologie de synthèse, géo-ingénierie font partie des questions sur lesquelles ETC se penche, produit des rapports de grande qualité, et s’engage notamment au niveau international (Nations Unies ; réseaux d’organisations de la société civile).


Geneviève Azam est maître de conférences en économie et chercheuse à l’Université Toulouse II. Elle est par ailleurs militante écologiste et altermondialiste au sein de l’organisation Attac-France. Elle participe régulièrement à la chronique « à contre-courant » de l’hebdomadaire Politis. Elle a récemment co-publié le livre La nature n’a pas de prix – les méprises de l’économie verte (Attac, éditions les liens qui libèrent, 2012). Source : Wikipedia


Catherine Bourgain est généticienne et chargée de recherche au Centre de recherche, médecine, sciences, santé, santé mentale, société (CERMES3) à l’INSERM où elle travaille sur le repositionnement des questions scientifiques, médicales, éthiques et économiques induit par les technologies de la génomique haut débit. Elle est également présidente de l’association pour une Fondation Sciences Citoyennes, et  a cosigné un livre aux éditions du Seuil en 2013 : ADN superstar ou superflic.


Animation : par BASTA

Pat Mooney et Clive Hamilton interviendront en anglais. Une traduction est prévue.

Les interventions seront suivies par une discussion avec la salle.

Pour en savoir plus…


- sur le geo-engineering : 

http://www.bastamag.net/spip.php?page=recherche&recherche=g%C3%A9o-ing%C3%A9nierie&x=0&y=0

http://www.etcgroup.org/fr/issues/climate-geoengineering
http://www.nytimes.com/2013/05/27/opinion/geoengineering-our-last-hope-or-a-false-promise.html?pagewanted=1&_r=1&ref=opinion&

http://www.seuil.com/page-collection-anthropocene.htm

- sur la biologie de synthèse : 

 http://www.etcgroup.org/fr/issues/synthetic-biology

http://sciencescitoyennes.org/biologie-synthetique-questions-autour-de-nouvelles-promesses/

http://www.seuil.com/livre-9782021040944.htm

- sur les NBIC (nano, bio, info, cogno) ou BANG (bits, atoms, neurons, genes) : 

http://www.bede-asso.org/lang/fr/nos_actions/veille_coalition/democratisation_gouvernance/bang.php

Voir les commentaires