Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Feu vert pour le massacre de millions d'animaux sauvages

21 Juillet 2019, 06:05am

Feu vert pour le massacre de millions d'animaux sauvages

Malgré 65% d’avis négatifs, la France donne son feu vert au massacre de millions d’animaux sauvages

https://www.aspas-nature.org/actualites/malgre-65-davis-negatifs-la-france-donne-son-feu-vert-au-massacre-de-millions-danimaux-sauvages/

 

09/07/2019

Commençons par les bonnes nouvelles. En 2015, seulement 2000 commentaires avaient été déposés sur la plateforme de consultation publique pour le précédent projet d’arrêté sur le classement des « espèces susceptibles d’occasionner des dégâts ». En 2019, il y en a eu… 53 853 ! Un sursaut citoyen nettement marqué par une opposition à ce nouveau projet d’arrêté, dont le but est de renouveler pour 3 années supplémentaires l’autorisation de « destruction » (c’est le terme officiel) de renards, putois, belettes, martres, fouines, pies, geais, étourneaux sansonnets, corbeaux freux et corneilles noire, et ce, sans tenir compte de leur état de conservation.

L’appel à mobilisation lancé par l’ASPAS, à travers notamment sa campagne photo « Je suis en voie de destruction », a permis de sensibiliser de nombreuses personnes étrangères à l’existence de ce classement des animaux autrefois qualifiés de « nuisibles », une liste noire qui octroie un permis de tuer aux chasseurs et piégeurs agréés pour « détruire » des millions d’animaux au motif qu’ils nuisent aux activités humaines.

Cette nette victoire de l’opinion publique est le signe d’une époque de plus en plus sensible à la souffrance animale, à l’urgence de la protection de la biodiversité, et de l’évolution générale des mentalités humaines vers davantage d’empathie et de respect du vivant, sous toutes ses formes.

Hélas. Malgré 65% d’avis négatifs émanant de citoyens soucieux de préserver la nature, l’État français persiste et signe : jusqu’en 2022, ce sont à nouveau près de 2 millions d’animaux sauvages* qui vont pouvoir être « détruits » par tir, piégeage ou déterrage.

Seule modification apportée au texte, pleine d’hypocrisie : la prise en compte de la « souffrance animale » dans l’exercice du déterrage, avec l’interdiction de capturer des renards par des chiens pour « limiter les souffrances des animaux qui sont capturés »… Or les déterreurs avouent eux-mêmes qu’ils ont du mal à contrôler leurs chiens engouffrés dans les terriers, et quand bien même les chiens ne s’attaqueraient pas aux animaux pris au piège sous terre, ces derniers continueront dans tous les cas à endurer des heures de souffrance psychologique et de stress intense.

L’ASPAS, qui se bat depuis presque 40 ans pour les animaux sauvages et en particulier les mal-aimés, réitère son opposition à cet arrêté mortifère et regrette profondément que l’État préfère encore, en 2019, se ranger derrière les lobbies chasse et agricole, sans tenir compte des études scientifiques qui n’ont de cesse de démontrer l’inutilité de la destruction illimitée d’espèces animales autochtones. Ces destructions portent par ailleurs atteinte aux équilibres écosystémiques et sont à l’origine de souffrances eu égard aux modes d’abattage et aux périodes d’abattage autorisées (pièges non sélectifs et mutilants, déterrage pour le renard, abattage en période d’élevage des jeunes, etc.).

Concernant cet arrêté, l’ASPAS demande toujours :

  • l’interdiction du déterrage du renard,
  • l’arrêt total du piégeage et du tir de la belette et du putois dans les rares départements qui l’autorisent encore,
  • l’interdiction de tuer les animaux pendant la période d’élevage des jeunes,
  • la reconnaissance du rôle bénéfique de toutes ces espèces dans les écosystèmes et vis-à-vis des activités humaines,
  • une refonte de la procédure de classement qui est une instruction à charge menée par les chasseurs et dont les données sont invérifiables,
  • l’impossibilité de tuer ces espèces pour satisfaire les intérêts liés à la chasse,
  • la mise en œuvre de méthodes alternatives à la destruction pour toutes les espèces,
  • l’impossibilité de tuer un animal sauvage si aucun dégât important n’a été causé à proximité, et de manière générale, l’impossibilité de tuer ces animaux dans les zones où aucun dégât n’est susceptible d’être commis.

* Estimation réalisée à partir des bilans de piégeage réalisés au cours de la saison 2015-2016 sur 97 % des départements

Voir les commentaires

Géo-ingénierie contre panneaux solaires : 35% de baisse de rendement

19 Juillet 2019, 14:49pm

Géo-ingénierie contre panneaux solaires : 35% de baisse de rendement

auteur Tanker Enemy - Le 16 juillet 2019

http://www.tankerenemy.com/2019/07/impianti-fotovoltaici-e-geoingegneria.html#.XTHLBns6_tQ

Traduction Ciel voilé, avec l'aimable autorisation de Tanker Enemy

 

L'image de couverture montre deux diagrammes représentant le rendement quotidien moyen d'un système photovoltaïque de 3 KW / h. Ce sont deux schémas purement illustratifs, mais l’appareil et son rendement dans différentes conditions météorologiques sont surveillés tous les jours depuis plus de deux ans et les données ont été collectées, ce qui crée une statistique qui ne laisse aucun doute sur les opérations de géo-ingénierie illégales qui affectent l'efficacité globale des installations photovoltaïques, entraînant une baisse du rendement annuel de plus de 35%.

Cela est dû à la présence des "chemtrails" omniprésents, appelés "traînées chimiques" et, par conséquent, à l'obscurcissement artificiel provoqué par les chemtrails. Et, cependant, il est important de souligner que même les soi-disant "beaux jours", décrits par les météorologues comme étant "sereins" et "ciel clair", sont en réalité « artificiels ». Ce sont des cieux anormalement sans nuages, complètement «plats» d’un point de vue chromatique. Le ciel n'est plus bleu cobalt comme il était, mais bleu pâle, sinon blanc. À l'horizon, entre autres, vous pouvez voir clairement le brouillard des retombées .

Ce ne sont pas des cieux naturels, mais ils sont le résultat "d'opérations de maintenance", car les avions ne créent pas de traînées persistantes et donc clairement visibles. La dispersion de particules dans l'atmosphère (brevet Welsbach [1]), en plus d'avoir des conséquences sur la santé de la population (maladies respiratoires, tumeurs, maladies neurodégénératives), d'endommager les plantes, de faciliter les incendies de forêt, d'augmenter les températures, etc., provoque des dommages mesurables à la production d’électricité photovoltaïque, entraînant une baisse importante de l’efficacité des installations. En effet, les produits chimiques dispersés 24 heures sur 24, faisant largement appel à l’aviation civile, créent un écran entre la Terre et le Soleil, aux conséquences inévitables.

La différence de rendement de l’installation photovoltaïque examinée, égale en moyenne à plus de 700 W / h, indique indirectement la présence massive de nanoparticules pulvérisées par avion (lesquelles jouent le rôle de filtre) même pendant les jours apparemment caractérisés par l’absence d'opérations de géo-ingénierie illégales. Il n’est pas vrai que les soi-disant "chemtrails persistants" soient le seul signe de l’activité des aérosols dans notre ciel. Si tel était le cas, en effet, les appareils de production d'énergie électrique à l'aide de l'énergie solaire ne devraient pas subir une baisse de rendement aussi importante les jours où les cumulus ne se forment plus par beau temps. Si l'atmosphère était vraiment propre, l'inverse devrait être vrai ! La concomitance de ces deux facteurs (absence totale de nuages naturels et diminution considérable du rendement photovoltaïque) constitue la démonstration claire et sans équivoque de la présence dans l'atmosphère d'un écran de nanoparticules constamment déversées par l'aviation civile et militaire.

[1] En répandant des tonnes de particules par avion, l'atmosphère de la planète se charge électriquement et convient donc aux projets militaires. L'air que nous respirons est rempli de fibres d'amiante et de métaux toxiques, notamment de sels de baryum, d'aluminium et, comme déjà signalé en 2008, de thorium radioactif. Ces substances réagissent sous forme d'électrolytes pour améliorer la conductivité de l'air, pour les radars militaires et les ondes radio.

 

 

Voir les commentaires

Nikola Tesla, Wilhelm Reich et l'Ether

18 Juillet 2019, 13:28pm

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

Parafoudres radioactifs : plainte contre Orange

16 Juillet 2019, 15:23pm

Parafoudres radioactifs : plainte contre Orange

Parafoudres radioactifs: mise en danger de la vie d’autrui

 

L’association Henri Pézerat et la Fédération CGT des agents des postes et télécommunication FAPT-CGT-Auvergne portent plainte auprès du Procureur de la République à Clermont Ferrand.

 

Ce dépôt de plainte sera suivi d’une Conférence de presse en présence de Maître François Lafforgue et Madame Annie Thébaud-Mony(association Henri Pézerat) Eric Chanut (secrétaire du syndicat FAPT-Cantal),Franck Refouvelet et Yves Colombat(CGT-Orange)

 

Maison du Peuple, Place de la Liberté

Clermont Ferrand

Mardi 16 juillet à 11H30

 

Cette plainte vient au terme de l’enquête engagée début 2007 par les élus CGT du CHSCT France-Télécom UI Auvergne 03, 15, 43. De nombreux cancers et décès des personnels de France Télécom et de la Poste (abrités dans le même bâtiment) ont été recensés, cette année là, par les élus CHSCT sur le site de Riom-ès-Montagnes.

 

Cette situation faisait suite à d’autres également préoccupantes, chez les agents de ligne en particulier, à Saint Nazaire, Tulle en Corrèze, La pointe des Grives (Guadeloupe), Lyon, Béziers....En 2008 la CGT FAPT du Cantal prend contact avec Henri Pézerat, avec lequel une première conférence de presse a lieu mettant en cause les parafoudres radioactifs, interdits depuis1978, mais présents sur toutes les lignes du réseau téléphonique français, par dizaines de millions.

 

Les agents chargés de leur maintenance sont exposés aux rayonnements ionisants émis par les sources radioactives, au radium, au tritium et autres radionucléides contenus dans ces parafoudres ou parasurtenseurs. Trois expertises CHSCT, menées en 2010, 2015 et 2017, confirment tout à la fois l’existence d’un risque grave et les conditions de travail dangereuses des travailleurs (agents Orange et sous-traitants), y compris dans le cadre d’une «mission parafoudre» visant au retrait de ces dispositifs radioactifs.

 

C’est seulement en septembre 2015 que l’ASN (Autorité de sûreté Nucléaire) autorisera Orange à manipuler et détenir des sources radioactives scellées à la seule fin d’en faire le retrait.Or, les conditions de retrait et de stockage mettent de fait les salariés en contact avec des sources radioactives non scellées. Les conséquences graves de l’irradiation externe et de la contamination radioactive interne sont connues.

 

La réglementation en matière d’exposition aux rayonnements ionisants aurait dû être appliquée et ne l’a pas été.En outre le risque persiste, à l’échelle régionale et nationale, sachant qu’à ce jour aucun recensement précis n’a été mené.En n’organisant aucun plan de sécurisation des parafoudres usagés, ce sont donc des millions de sources radioactives que l’entreprise Orange (ex-France Télécom) a disséminés dans la nature, ce qui constitue un scandale tant sanitaire qu’écologique.

La suite sur Association Henri Pézerat

 

Voir les commentaires

L'Arcep dévoile son cahier des charges de la 5G

16 Juillet 2019, 15:03pm

L'Arcep dévoile son cahier des charges de la 5G
Stéphane Moussie |

La 5G commence à prendre forme en France. L’Arcep a publié hier son projet de modalités et conditions d’attribution du « cœur » des fréquences 5G. La procédure d’attribution aura lieu cet automne et l’ouverture commerciale par les opérateurs démarrera l’année prochaine.

Ce cahier des charges porte seulement sur les fréquences 3,4 à 3,8 GHz, la « bande cœur » de la 5G qui offre un compromis entre couverture et débit. Les ondes millimétriques, dans la bande des 26 GHz, beaucoup plus rapides mais beaucoup moins porteuses, feront l’objet d’une attribution ultérieure.

Graphique Arcep.

L’Arcep a identifié quatre objectifs autour de la 5G. Le premier, c’est bien évidemment l’aménagement du territoire, avec un réseau de 5e génération qui devra non seulement désaturer les réseaux existants dans les zones les plus denses, mais aussi bénéficier à l’ensemble du territoire.

Sur ce volet, le régulateur propose d’imposer l’ouverture de la 5G dans au moins deux grandes villes par opérateur avant la fin 2020 (les opérateurs seront libres de choisir les villes qu’ils veulent couvrir en priorité). Autre proposition, le déploiement suivant en 3,4 - 3,8 GHz :

  • 3 000 sites en 2022 ;
  • 8 000 sites en 2024 ;
  • 12 000 sites en 2025.

Voir les commentaires

Alexandre Langlois : la voix de la vérité d'un lanceur d'alerte

15 Juillet 2019, 22:56pm

Voir les commentaires

Linky : vous avez le droit de le refuser

15 Juillet 2019, 18:47pm

Publié par Ciel Voilé

Linky : vous avez le droit de le refuser

Henri Cohen - collectif ACCAD

 

Comme vous le savez déjà, le Conseil d’État, la plus haute juridiction administrative, a, dans son arrêt du 28 juin dernier, dépossédé les communes qui ont transféré leur compétence à un Syndicat Départemental d’Énergie, de leur propriété des compteurs électriques.

Compteur Linky. Un maire breton condamné à payer 3 000 euros à Enedis

Ouest France du 03 juillet 2019

https://www.ouest-france.fr/bretagne/redon-35600/compteur-linky-un-maire-breton-condamne-payer-3-000-eu-enedis-6428743

 

Arrêt du Conseil d’État du 28 juin 2019

Site de Me J.S BODA (avocat du collectif aveyronnais Vallon)

http://www.boda-avocat.com/index.php/component/phocadownload/category/1-ce?download=151:ce-29-juin-2019-commune-de-bovel-n-425975

 

Le 11 juillet 2019, un 2° arrêt du Conseil d’État est venu interdire aux communes de s’opposer au déploiement du Linky pour raisons de santé publique et/ou au nom du principe de précaution

 

Les communes ne peuvent pas s'opposer à l'installation des compteurs Linky

Environnement Magazine du 11 juillet 2019

https://www.environnement-magazine.fr/territoires/article/2019/07/11/125250/les-communes-peuvent-pas-opposer-installation-des-compteurs-linky

 

Arrêt du Conseil d’État du 11 juillet 2019

Site du Conseil d’État

https://www.conseil-etat.fr/ressources/decisions-contentieuses/dernieres-decisions-importantes/conseil-d-etat-11-juillet-2019-compteurs-linky

 

Ces deux décisions du Conseil d’état ne concernent que les communes et en aucun cas les particuliers.

 

Mais les médias surfent sur l’ignorance et la négligence des lecteurs en semant volontairement le trouble et la confusion dans les esprits de tout un chacun. Voici pour exemple cet article au titre délibérément mensonger

Linky : pourquoi vous ne pourrez plus vous y opposer

Planet.fr du 12 juillet 2019

https://www.planet.fr/conso-linky-pourquoi-vous-ne-pourrez-plus-vous-y-opposer.1803294.1404.html?xtor=ES-10-%5BPlanet_Alerte_Infos%5D-20190712-%5BtestA%5D&tgu=nMek5Q&fbclid=IwAR0Ly1AWFvuyW72vQ-z33JwXK6BQ7rsGBG8S-skZX8KDZGHcTc3zA7-sttA

 

Alors ne vous laissez pas abuser, les particuliers ne sont pas du tout concernés par ces deux arrêts et ils ont le droit de refuser le Linky, d’interdire l’accès de leur propriété (logement et jardin clos qu’ils soient propriétaires ou locataires), de barricader leur compteur si celui-ci se trouve à l’extérieur de leur logement (seule manière de ne pas avoir le Linky).

 

Voici le dernier message de Stéphane LHOMME à ce sujet

Date: ven. 12 juil. 2019 à 10:00
ATTENTION ! Après la décision du Conseil d’État, VOUS POUVEZ TOUJOURS REFUSER LE LINKY !

 

 

Bonjour à toutes et tous,

Il est nécessaire de préciser que la décision inepte du Conseil d'État (qui a avalisé sans sourciller le vol des compteurs électriques des communes par les Syndicats départementaux d'énergie) ne concerne que le refus des Linky par les communes. Et encore, celles-ci peuvent-elles continuer le combat sous d'autres angles que celui de la propriété des compteurs.

MAIS EN AUCUN CAS la décision du Conseil d'État ne change la donne concernant le refus du Linky en tant que particulier : plus que jamais vous pouvez refuser le compteur Linky pour échapper à ses nombreuses tares.

Pour mémoire, il existe deux cas principaux pour empêcher matériellement la pose des Linky

Par ailleurs,  contrairement aux mensonges et rumeurs colportées par Enedis et ses milices privées (sociétés chargées de la pose des Linky en mentant et en intimidant),vous ne risquez RIEN en refusant le Linky et en gardant votre compteur ordinaire : celui-ci a été installé par le service public (EDF ou Erdf puis Enedis), il est parfaitement légal !

Courage, résistez, résistons !

-- 

 

Stéphane Lhomme, conseiller municipal de Saint-Macaire (33)

Animateur du site web http://refus.linky.gazpar.free.fr

 

Stop linky Infos libres 47
*********         **************

 Il n'y a rien de changé : nous avons et nous gardons le droit de refus, le conseil d'état n'a juste confirmé que les contrats de concession donnant exploitation du réseau de distribution à Enedis, ce contrat est l'équivalent d'une convention d'usufruit donc Enedis agit en lieu et place du propriétaire, il en tire bénéfices et paye redevance.

La collectivité reste propriétaire de la “nue-propriété” du matériel, le possède sur le plan comptable mais n'a plus aucun pouvoir décisionnaire sur ce matériel, par contre il garde tout pouvoir si son exploitation est faite en infraction à la loi, il garde le pouvoir de contrôle sur la mission de service public aux termes de l'art. 2224-31 du CGCT et de ce fait engage sa responsabilité en cas de carence de contrôle lors d'infractions lors de l'exploitation et du déploiement des compteurs comme c'est le cas.

Par ce contrat, transfert de compétences, l'autorité représentée par un maire ne peut s'opposer au déploiement (les compteurs Linky devenant des biens de retour) mais il peut imposer le respect des lois et des normes lors de ce déploiement par le principe de prévision du risque et son obligation de prendre les mesures nécessaires.

L'usager, quant à lui, n'est pas tenu par ce contrat, aucune loi ne l'oblige à accepter ; de plus l'art. 341-8 que nous cite Enedis introduit la notion d'exceptions à ces poses puisqu'il ne prévoit pour Enedis qu'une perspective de 100% en 2024 ; une perspective n'est pas une certitude et n'est pas un terme légal. Cela introduit bien des cas de “non-pose” qui ne sont ni définis, ni quantifiés, ni cités ni encadrés par la loi. Donc si aucune loi nous interdit de refuser c'est que la loi nous autorise à le faire ; ainsi va le droit français, de plus le r341-8 du code de l'énergie introduisant des exceptions aux poses sans contrôles ni limitation, nous pouvons tous prétendre en faire partie et ce n'est pas à Enedis qui a le droit de décider à qui il doit l'imposer ou non.

ALORS REFUSEZ CETTE ARNAQUE, N'OUVREZ PAS VOTRE PORTE ET PROTÉGEZ VOS COMPTEURS EXTÉRIEURS.

 

Le site du collectif : https://collectif-accad.fr/site/

 

Voir les commentaires

Arrestation de Stan Maillaud au Vénézuela

14 Juillet 2019, 18:24pm

 Nr compteJanett Seemann, Spardabank Hannover, Allemagne Iban: DE24 2509 0500 0005 2275 00 BIC:GENODEF1S09

Voir les commentaires

Annie Sasco signataire de l'appel international contre la 5G

14 Juillet 2019, 16:24pm

Publié par Ciel Voilé

Appel international demandant l'arrêt du déploiement de la 5G sur Terre et dans l'espace

Annie Sasco, Médecin (deux maîtrises et un doctorat en santé publique et en épidémiologie). Ancien chef du service de la recherche de l ́unité d ́épidémiologie pour la prévention du cancer du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC, Lyon); ancien chef intérimaire du programme de lutte contre le cancer de l ́Organisation mondiale de la santé (OMS); ancien directeur de recherche de l ́Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), France.

Voir les commentaires

5G : les premiers satellites dans l'espace

14 Juillet 2019, 13:49pm

Voir les commentaires