Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Articles avec #actualite

Ecouvillon et barrière hémato-encéphalique

10 Août 2020, 05:22am

Voir les commentaires

Manifestation à Lyon le 19 septembre 2020 contre la 5G et le tout numérique

9 Août 2020, 20:19pm

Manifestation à Lyon le 19 septembre 2020 contre la 5G et le tout numérique

CONTRE LA 5G ET LE TOUT NUMÉRIQUE

Publié le 9 août 2020 par Résistance verte


Manifestation à partir du Centre International
de la Recherche contre le Cancer (1), le samedi 19 septembre à Lyon

Avec les interventions d’Annie Sasco (chercheuse épidémiologiste), Félix
Tréguer (La Quadrature du Net), Nicolas Bérard et d’autres, des ateliers...

STOP À LA 5G ET AU TOUT NUMÉRIQUE

Plusieurs mobilisations sont engagées contre le déploiement des compteurs-capteurs communicants (Linky, Gazpar, eau) et du réseau mobile 5G. Ils induisent la mise en circulation exponentielle d’objets connectés, de voitures autonomes…, le tout s’articulant dans nos quartiers et communes selon les concepts de « villes sûres ou intelligentes » (smart et safe city).
Ce choix sociétal du tout numérique, imposé par nos gouvernants sous la pression des industriels, renforce la destruction du vivant et de notre environnement.
L’ensemble de ces technologies va augmenter le brouillard électromagnétique (électro-smog) générateur de problèmes de santé. Or, les normes actuelles ne protègent pas par rapport aux risques encourus. Les effets à long terme, notamment biologiques, n’ont pas été mesurés scientifiquement.
Ces transformations irréversibles impacteront les générations futures, ainsi que la faune et la flore.

EST-CE VRAIMENT CE QUE NOUS VOULONS COMME FUTUR ?

Les industriels, soutenus par les pouvoirs publics, justifient ces technologies par la maîtrise énergétique, mais c’est l’inverse qui va advenir : les consommations d’énergie vont exploser avec la multiplication des data centers, objets connectés, portables et antennes (satellites, terrestres), voitures électriques autonomes. Tous nécessitent par ailleurs l’emploi de matériaux rares extraits dans des pays pauvres au mépris des droits humains et dans des conditions d’extrême pollution. De plus, ils rendront obsolètes des produits en état de fonctionnement.
L’usage de ces technologies intensifiera la surveillance de masse et le contrôle des individus par les États et les grandes entreprises : nos faits et gestes seront tracés dans nos domiciles par les capteurs communicants et les objets connectés ; dans l’espace public par les technologies des smart-cities ; à travers nos déplacements en voitures, vélos et trottinettes connectées… Leur déploiement ira de pair avec des risques de piratage de grande ampleur.
La généralisation des algorithmes et des systèmes robotisés est présentée par les industriels et les États comme une promesse de croissance économique et de simplification administrative qui va en réalité supprimer massivement des emplois et rendre l’humain esclave de procédures automatisées.

La suite sur résistance verte

 

 

Voir les commentaires

François Ruffin : 5G, le mensonge de Macron

9 Août 2020, 12:50pm

Mise en ligne le 2 juillet 2020

Voir les commentaires

Téléphone portable et radar

8 Août 2020, 10:23am

Voir les commentaires

Effets du téléphone portable sur le cerveau d'un enfant

8 Août 2020, 10:22am

Voir les commentaires

Soros et la censure sur FaceBook

7 Août 2020, 07:20am

Soros et la censure sur FaceBook

Le conseil de vérification des faits médiatiques de FaceBook reçoit beaucoup de "coups de cœur" de Soros

 

https://www.realclearinvestigations.com/articles/2020/08/04/factcheck_sidebar_factcheck_sidebar_factcheck_sidebar_factcheck_sidebar__124710.html

 

 

Sharyl Attkisson, RealClearInvestigations - 4 août 2020

 

En annonçant la formation d'un conseil de surveillance indépendant ayant le pouvoir d'autoriser ou de retirer du contenu de Facebook et d'Instagram, les quatre coprésidents du conseil ont souligné la diversité de l'organisme.

 

L'organisation « progressiste », fortement représentée au sein du conseil de surveillance de Facebook, affirme que M. Soros a donné plus de 32 milliards de dollars de sa fortune personnelle pour financer son travail dans le monde entier. Open Society Foundations/Wikimedia :

 

"Les membres du conseil d'administration sont issus de différents milieux professionnels, culturels et religieux et ont des points de vue politiques variés", ont-ils écrit dans un article du New York Times du 6 mai. "Certains d'entre nous ont critiqué publiquement Facebook, d'autres non.

 

Des articles de presse contemporains ont renforcé ce message, en indiquant que les membres du conseil d'administration, qui sont très divers sur le plan idéologique et géographique, croisent le spectre idéologique.

 

Un examen plus approfondi révèle cependant que 18 de ses 20 membres ont collaboré ou sont liés à des groupes ayant reçu des fonds de l'Open Society Foundations de George Soros - qui est l'une des organisations progressistes les mieux financées et les plus influentes du pays.

 

La portée de l'Open Society est si vaste que le simple fait de recevoir un soutien de l'institution n'est pas un indicateur de tendances politiques - un membre a reçu le soutien de Soros et de la Fondation Charles Koch. Mais le fait que 90 % des membres du conseil d'administration aient des liens avec ce groupe progressiste soulève des questions dans un environnement où les conservateurs se plaignent de la partialité des grandes technologies et de la censure d'Internet.

 

Article principal : Un fait troublant : les vérificateurs de faits médiatiques ont tendance à pencher à gauche

 

Voici la liste des membres du conseil de surveillance :

- Afia Asantewaa Asare-Kyei : Responsable de programme à la Fondation pour une société ouverte de Soros en Afrique de l'Ouest.

- Evelyn Aswad (Université de l'Oklahoma) : Professeur de droit américain. Bénéficiaire d'une subvention de la Fondation Knight, qui s'est associée aux Fondations Soros pour une société ouverte. Selon Mme Aswad, les entreprises devraient aligner leurs "codes de parole sur le droit international des droits de l'homme" et se laisser guider par "le droit international sur la liberté d'expression".

- Endy Bayuni : rédacteur en chef du Jakarta Post. Au conseil d'administration de l'Institut pour l'analyse politique des conflits à Jakarta, dirigé par un "président praticien invité de George Soros" qui a travaillé auparavant dans un groupe fondé par Soros.

- Catalina Botero-Marino (co-présidente) : Doyenne d'une école de droit colombienne qui a reçu 1,3 million de dollars sur deux ans de la part des Fondations Soros pour une société ouverte. Elle fait partie d'un groupe d'experts du Dialogue interaméricain, financé en partie par les Fondations Soros pour une société ouverte. Elle est également expert pour le projet mondial de liberté d'expression de l'université de Columbia, financé en partie par les Open Society Foundations. A été membre du conseil d'administration d'Article 19, qui a reçu 1,7 million de dollars des Open Society Foundations sur deux ans.

- Katherine Chen : Professeur universitaire, journaliste. Elle transmet des tweets critiquant Donald Trump et soutenant Barack Obama.

- Nighat Dad : Fondateur et directeur exécutif de la Digital Rights Foundation, qui reçoit de l'argent des Fondations Open Society de Soros, et est un projet de Artists at Risk Connection, un projet de Pen America, qui est sponsorisé en partie par les Fondations Open Society de Soros. A siégé au conseil d'administration du Dangerous Speech Project, financé par Soros. Conseiller du conseil en technologie et droits de l'homme d'Amnesty International, financé en partie par les Fondations Soros pour une société ouverte.

- Jamal Greene (co-président) : Professeur à la faculté de droit de l'université de Columbia. (La famille Soros et les Fondations sont des bailleurs de fonds et des partenaires bien connus de l'Université de Columbia). Il a récemment aidé la sénatrice californienne Kamala Harris, qui compte Soros parmi ses donateurs. Son compte Twitter montre qu'il a pris fermement parti contre le président Trump.

- Pamela Karlan : Professeur de droit à l'université de Stanford. Membre de l'American Constitution Society, fondée et financée par Soros, qui adopte une vision "progressiste" de la Constitution des États-Unis. Elle a soutenu la destitution de Trump et a contribué à l'émergence de candidats démocrates, dont Hillary Clinton et Elizabeth Warren.

- Tawakkol Karman : Son organisation, "Femmes journalistes sans chaînes", reçoit des fonds de l'Open Society Foundations de Soros. Elle siège au conseil consultatif de Transparency International, qui reçoit également des fonds du groupe de Soros.

- Maina Kiai : Directrice de l'initiative Alliances et partenariats de Human Rights Watch, qui a reçu 100 millions de dollars des Open Society Foundations. Elle a été la fondatrice de la Commission des droits de l'homme du Kenya, qui a reçu 615 000 dollars de Soros sur deux ans.

- Sudhir Krishnaswamy : Vice-chancelier de la faculté de droit. Co-fondatrice du Centre de recherche sur le droit et les politiques, organisation à but non lucratif et progressiste, qui reçoit des fonds importants du Centre pour les droits « reproductifs », financé par Soros, et du groupe de défense des droits des lesbiennes Astrea ; rédactrice en chef de l'International Journal of Communications Law & Policy (IJCLP), qui a reçu des subventions de l'Open Society Foundations. Il est également lié au Comité sur la pensée globale de l'Université de Columbia, soutenu par Soros.

- Ronaldo Lemos : Professeur de droit brésilien. Co-fondateur de l'Institut pour la technologie et la société, soutenu par Soros. Il siège au conseil d'administration de la Fondation Mozilla, financée par l'Open Society. A été membre du conseil d'administration de l'organisation Access Now, financée par Soros.

- Michael McConnell (co-président) : Professeur de droit à l'université de Stanford. Responsable du Centre de droit constitutionnel, financé par les fondations Soros Open Society - American Constitution Society.

- Julie Owono (Université de Stanford, Université de Harvard) : Responsable d'Internet Sans Frontières, membre de l'Initiative de réseau mondial financée par Soros.

- Emi Palmor : Ancien chef du ministère israélien de la justice.

- Alan Rusbridger : Ancien rédacteur en chef du Guardian. Membre du Comité pour la protection des journalistes, financé par l'Open Society Foundation.

- Andas Sajo : Professeur. L'un des fondateurs de l'Université d'Europe centrale de Soros. Ancien membre du conseil d'administration de l'Open Society Justice Initiative de Soros à New York. Ancien juge de la Cour européenne des droits de l'homme, critiqué pour ses prétendus conflits d'intérêts et ses liens avec Soros. (Une enquête a révélé que presque tous les juges de la cour ont reçu des fonds des Fondations Soros pour une société ouverte).

 

- John Samples : Fondateur du Center for Representative Government du Libertarian Cato Institute, fondé par l'ancien membre du Congrès Lee Hamilton (D) qui était à la tête du Woodrow Wilson Center, qui est financé en partie par les Fondations Open Society de Soros. Cato s'oppose aux positions de Trump sur l'immigration clandestine et est d'accord avec Soros, qui a contribué à Cato par le biais des Open Society Foundations. Cato est également financée par Google, la Fondation Ford et les intérêts libertaires de Koch, qui sont également favorables à une plus grande ouverture des frontières.

- Nicolas Suzor : Professeur de droit à l'Université de technologie du Queensland, qui a collaboré et cofinancé des projets avec les Fondations pour une société ouverte de Soros.

- Helle Thorning-Schmidt (co-présidente) : Ancienne première ministre socialiste du Danemark qui prône une démocratie "repensée". Membre du Conseil européen des relations extérieures, financé par les Fondations pour une société ouverte. Membre du conseil d'administration de l'International Crisis Group, financé par l'Open Society Foundation, où siègent George et Alexander Soros. Membre du conseil consultatif du Conseil Atlantique financé par les Open Society Foundations-. Siège également au conseil consultatif international du Conseil atlantique, qui a reçu environ 325 000 dollars du Center for Global Development, financé par les Open Society Foundation.

 

Facebook n'a pas répondu à une demande d'interview du PDG Mark Zuckerberg ou d'un représentant envoyée par courriel.

 

 

Voir les commentaires

Comment répondre à quelqu'un qui vous traite de complotiste ?

7 Août 2020, 06:43am

Publié par Inner Work

Voir les commentaires

ADN, vaccins et transhumanisme

7 Août 2020, 06:14am

ADN, vaccins et transhumanisme

ADN, vaccins et transhumanisme


Dr Cherry Tenpenny – Le 10 avril 2020


https://vaxxter.com/dna_vaccines_transhumanism/



Le transhumanisme est un concept futuriste où l'homme et la technologie se mêlent, donnant naissance à des machines intelligentes sans âme. C'est un mouvement qui favorise l'évolution d'une nouvelle espèce d'humain grâce à l'utilisation de circuits intégrés. Appelés "amélioration de l'homme pour l'ère post-humaine", les transhumanistes partent du principe que l'humanité ne sera améliorée que par les machines. Aucun dommage. Pas de dégradation. Et aucune possibilité de coercition ou de domination. Dans un monde post-humain, l'humanité telle que nous la connaissons sera obsolète.


En 2012, le pionnier de l'intelligence artificielle Ray Kurzweil est devenu directeur de l'ingénierie et futuriste en chef chez Google. Il a été engagé pour travailler sur des projets visant à apprendre aux machines à apprendre. M. Kurzweil prévoit que d'ici 2030 (il y a encore cette date), les progrès technologiques permettront à de minuscules nanorobots de pénétrer dans le sang par injection. De là, ils traverseront la barrière hémato-encéphalique et s'intégreront au cerveau. Le cerveau humain pourra alors se connecter au "nuage", atteignant un niveau de brillance jamais imaginé.

 

Ainsi, essentiellement, les êtres biologiques deviendront des "entités non biologiques". Dans son livre : « La singularité est proche : quand les humains transcendent la biologie », Kurzweil déclare : « Dans le futur, il n'y aura plus de distinction entre l'homme et la machine, ou entre la réalité physique et virtuelle. »


Mais si notre cerveau peut se connecter au nuage, cela n'a de sens que si ce qui est dans le nuage peut être poussé vers le bas dans notre cerveau. La question se pose donc : Qui contrôle les informations spécifiques que nous sommes autorisés à exploiter ? Qui détermine les téléchargements que nous obtiendrons ? La vision troublante de milliers - ou de millions - de candidats mandchous nous vient à l'esprit.


La quête du contrôle du cerveau humain


Dans son discours sur l'état de l'Union de 2013, l'ancien président Obama a annoncé son plan d'investissement dans les technologies de cartographie du cerveau. En avril de cette année-là, une initiative de plus de 100 millions de dollars a été lancée, appelée BRAIN, qui signifie Brain Research through Advancing Innovative Neurotechnologies (recherche sur le cerveau par le biais de l'avancement des neurotechnologies innovantes). De nombreux partenariats public-privé ont été financés, notamment l'Institut Allen pour la science du cerveau, l'Institut médical Howard Hughes, l'Institut Salk pour les études biologiques, et la Fondation et les instituts Kavli. L'argent de nos impôts a également financé ce projet, y compris les allocations gouvernementales :


20 millions de dollars à la National Science Foundation pour étudier comment les grandes données pourraient être utilisées pour comprendre la capacité du cerveau à générer des pensées, des émotions et des souvenirs ;


40 millions de dollars aux National Institutes of Health (NIH) pour développer des outils et des ressources de formation afin de soutenir l'initiative BRAIN ; et


50 millions de dollars à la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) pour développer des outils de capture et de traitement des activités dynamiques neuronales et synaptiques.


Grâce à ces fonds - et à d'autres - la DARPA a annoncé en 2016 qu'elle développerait le programme NESD (Neural Engineering System Design). Considéré comme l'interface cerveau-ordinateur (BCI) de niveau supérieur, le système NESD est conçu pour transformer l'activité cérébrale en code binaire, permettant aux humains de communiquer avec les machines sans fil, par la simple pensée.


Le côté obscur de la recherche


Bien que de nombreuses utilisations médicales étonnantes puissent découler de cette recherche, du traitement du stress post-traumatique et des lésions cérébrales traumatiques, à la manipulation d'exosquelettes* activés par le cerveau et des membres prothétiques, il n'y a pas besoin de beaucoup d'imagination pour se rendre compte que cette recherche pourrait rapidement devenir obscure.


Et si le monde post-humain impliquait la domination d'humanoïdes mécaniques forts, avec des améliorations conçues pour profiter aux institutions, au détriment de l'individu ?


Les moteurs de la création d'humains bioniques seront-ils l'efficacité économique, la modification culturelle et la domination militaire ?


Les post-humains vivront plus longtemps et seront des citoyens du monde. L'avenir offrira un mélange unique d'humains et d'identité apolitique. Le tout sous le contrôle des Nations unies et du programme mondial de développement durable. Les humains bioniques n'auront pas besoin de se connecter, même avec des créatures de leur espèce. Les progrès réalisés dans les technologies du clonage animal et des cellules souches embryonnaires rapprochent le clonage humain de la réalité, éliminant ainsi la nécessité de procréer. Cela répond aux préoccupations des mondialistes concernant la surpopulation planétaire. Besoin de plus d'abeilles ouvrières ? Créez-les à l'usine. Elles n'ont besoin ni d'avantages, ni de vacances, et peuvent travailler 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.


Vaccins ADN : Manipulation permanente des humains et des animaux

Les vaccins à ADN, une sorte d'ingénierie génétique, ont été bricolés pour la première fois au début des années 1990. Un petit bout d'ADN, provenant par exemple d'un virus de l'herpès, est injecté dans une "bulle" bactérienne appelée plasmide. Lorsque le vaccin chargé de plasmide est injecté, le système immunitaire cellulaire se prépare à éliminer la protéine étrangère (plasmide + fragment d'ADN viral). Et en même temps, le système immunitaire humoral crée des anticorps contre l'ADN viral. Lorsqu'un virus de l'herpès pénètre dans l'organisme, les lymphocytes T et les lymphocytes B de la mémoire travaillent ensemble pour attaquer le virus étranger. Cela permet d'éliminer le virus et d'éviter l'infection. 


Ce processus n'est pas sans problèmes.


Le petit bout d'ADN peut s’incorporer dans l’ADN de l’hôte, entraînant une instabilité chromosomique. L'effet mutagène peut activer les oncogènes et désactiver les gènes suppresseurs de tumeurs, conduisant au cancer.


L'expression génétique est le processus par lequel les gènes créent des protéines. La surexpression génétique se produit lorsque le processus «se dérobe» et produit des quantités massives de protéines étrangères, détruisant les tissus humains via une inflammation aiguë et chronique.


Souvent, le plasmide utilisé est résistant aux antibiotiques; la même résistance aux antibiotiques peut être transférée à l'hôte.


L’ADN du plasmide peut sembler très similaire à l’ADN du receveur du vaccin. Les anticorps anti-ADN peuvent attaquer les organes humains ayant des séquences d'ADN similaires. Il en résulte une auto-immunité, clairement identifiée comme la cause de près de 100 maladies différentes et soupçonnée d'être à l'origine d'au moins 40 autres affections chroniques et potentiellement mortelles.

 

Vaccins à ADN chez les animaux


Une préoccupation qui ressemble à de la science-fiction est l'utilisation de vaccins à ADN chez les animaux producteurs d'aliments. L'ADN étranger peut s'incorporer dans l'ADN d'un animal et se retrouver dans l'alimentation humaine. L'ADN plasmidique peut perturber la microflore de l'animal, et même potentiellement transformer la microflore environnementale lorsque les animaux défèquent. 



Ce niveau de manipulation génétique fait des vaccins à ADN un outil de rêve pour les transhumanistes. Avec une multitude d'entreprises travaillant sur des parties biotiques du corps humain et la DARPA qui travaille à la construction de robots tueurs, la conception de vaccins à ADN pour améliorer l'ADN humain n'est qu'à un pas. En fait, Editas Medicine, une société américaine, a annoncé en novembre 2015 que les essais sur les premiers humains dont l'ADN a été génétiquement modifié, étaient bien avancés.

Si les robots pouvaient penser, sentir et avoir une conscience, cela les rendrait-il humains ? Ou bien, le manque de matériel génétique les rendrait-il toujours non humains ? L'utilisation de la combinaison de l'intelligence artificielle, de la nanotechnologie et des vaccins à ADN pour insérer des gènes et des caractéristiques humaines dans des machines n'est plus seulement réservée au cinéma. À quel moment les humains ne sont-ils plus des humains ?

Alors que les recommandations en matière de vaccins deviennent obligatoires - et que 30 États font maintenant pression pour des vaccins obligatoires, utiliserez-vous votre droit de refuser ?

*https://fr.wikipedia.org/wiki/Exosquelette

 

Voir les commentaires

Israël détruit Beyrouth-Est avec une arme nouvelle

7 Août 2020, 04:56am

Le 27 septembre 2018, Benjamin Netanyahu désigne à la tribune de l’Assemblée générale des Nations Unies l’entrepôt qui explosera le 4 août 2020 comme un dépôt d’armes du Hezbollah.

Le 27 septembre 2018, Benjamin Netanyahu désigne à la tribune de l’Assemblée générale des Nations Unies l’entrepôt qui explosera le 4 août 2020 comme un dépôt d’armes du Hezbollah.

 

Thierry Meyssan – Le 6 août 2020 – Réseau Voltaire

 

Le premier Premier ministre israélien a ordonné la destruction d’un entrepôt d’armes du Hezbollah à Beyrouth au moyen d’une arme nouvelle. Celle-ci étant mal connue a provoqué des dégâts considérables dans la ville tuant plus de 100 personnes, en blessant 5 000 et détruisant de nombreux immeubles. Cette fois, il sera difficile à Benjamin Netanyahu de nier.
 

Le premier Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a autorisé une frappe contre un entrepôt d’armes du Hezbollah au moyen d’une arme nouvelle, testée depuis sept mois en Syrie. On ignore si le second Premier ministre, Benny Gantz, a donné son accord.

La frappe a été conduite, le 4 août 2020, à l’emplacement exact désigné par Benjamin Netanyahu lors de son discours aux Nations Unies, le 27 septembre 2018 [1].

On ignore ce qu’est l’arme utilisée. Cependant elle a déjà été testée en Syrie depuis janvier 2020. Il s’agit d’un missile dont la tête comporte une composante nucléaire tactique provoquant un champignon de fumée caractéristique des armes nucléaires. Il ne s’agit évidemment pas d’une bombe atomique au sens stratégique.

 

La suite sur Réseau Voltaire

 

 

 

Voir les commentaires

Gardasil : résultats cancérologiques actuels des vaccins anti HPV

6 Août 2020, 13:29pm

Publié par Dr Gérard Delépine

Gardasil : résultats cancérologiques actuels des vaccins anti HPV

Publié le 05/08/2020 – Dr Gérard Delépine – France Soir


 

TRIBUNE : La pression pour la vaccination obligatoire revient au galop 

Manifestement, le sujet Gardasil, vaccin anti-papillomavirus censé prévenir du cancer du col et d’autres cancers (orl, anus) revient sur le devant de la scène. Il faut rappeler que le gouvernement a inscrit en catimini cette vaccination contestée et contestable sur le calendrier vaccinal 2021 pour filles et garçons pendant le confinement français.

Alors que les français étaient plus préoccupés à remplir correctement leurs ausweiss, autorisations de sortie ou blessés par l’interdiction de rendre visite à leurs ainés en EHPAD et même de leur porter des vêtements propres de rechange, les gouvernements profitaient de cette période « bénie » sans gilets jaunes, ni antivax pour voter des lois iniques comme la modification du droit du travail. Il faut dire que cela dure, puisqu’un 31 juillet ils transformèrent le droit à l’avortement en droit à l’infanticide jusqu’au terme. Autre sujet de honte.

 

Une propagande permanente relayée par toutes les médias et le ministère prétend que la vaccination anti HPV prévient le cancer du col de l’utérus. Aucune preuve scientifique de ces allégations n’existe et la propagande marchande dont on nous abreuve repose uniquement sur des simulations mathématiques reposant sur des hypothèses fausses, comme celles qui ont convaincu nos dirigeants de nous confiner lors de la crise du Covid19 aboutissant à une surmortalité considérable[1] qu’on aurait pu éviter.

 

Un vaccin mis sur le marché sans résultat cancérologique démontré

L’autorisation de mise sur le marché du Gardasil a été obtenue il y a 14 ans (2006) en utilisant des critères substitutifs (évaluation des infections, dysplasies bénignes, en lieu et place du nombre de cancers, objectif visé) sans avoir démontré d’effet préventif sur le cancer invasif, son indication officielle. Cette vaccination, dont on ne connait pas le résultat sur le cancer, car ce cancer est classiquement long à apparaitre au cours de son évolution naturelle, constitue donc depuis 14 ans un traitement expérimental sur des populations entières.

 

La suite sur France-Soir

 

http://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/gardasil-resultats-cancerologiques-actuels-des-vaccins-anti-hpv

 

 

Voir les commentaires