Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Articles avec #actualite

Négligence coupable du gouvernement : saisie de la cour de justice de la République

22 Mars 2020, 10:35am

Voir les commentaires

Le coronavirus, les vaccins et la Fondation Gates

22 Mars 2020, 09:50am

Le coronavirus, les vaccins et la Fondation Gates


F.William Engdahl - Global Research - 20 mars 2020

https://www.mondialisation.ca/le-coronavirus-et-la-fondation-gates/5643088

 

On peut dire que personne n'a été plus actif dans la promotion et le financement de la recherche sur les vaccins destinés à lutter contre le coronavirus que Bill Gates et la Fondation Bill et Melinda Gates. Du parrainage d'une simulation de pandémie mondiale de coronavirus, quelques semaines seulement avant l'annonce de l'épidémie de Wuhan, au financement de nombreux investissements de la part des entreprises pour trouver un nouveau vaccin contre le virus apparemment nouveau, la présence de Gates est là. Qu'est-ce que cela implique réellement?

 


Nous devons admettre qu'à tout le moins, Bill Gates est prophétique. Il a prétendu pendant des années qu'une pandémie mondiale de tueurs allait survenir et que nous n'y sommes pas préparés. Le 18 mars 2015, Gates a donné une conférence TED sur les épidémies à Vancouver. Ce jour-là, il a écrit sur son blog: "Je viens de faire un bref exposé sur un sujet sur lequel j'ai beaucoup appris ces derniers temps - les épidémies. L'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest est une tragédie - au moment où j'écris ceci, plus de 10 000 personnes sont mortes. » Gates a ensuite ajouté: «Aussi terrible que soit cette épidémie, la prochaine pourrait être bien pire. Le monde n'est tout simplement pas prêt à faire face à une maladie - une grippe particulièrement virulente, par exemple - qui infecte très rapidement un grand nombre de personnes. De toutes les choses qui pourraient tuer 10 millions de personnes ou plus, de loin la plus probable est une épidémie. »


La même année, en 2015, Bill Gates a écrit un article pour le New England Journal of Medicine intitulé «La prochaine épidémie: les leçons d'Ebola». Là, il a parlé d'une classe spéciale de médicaments qui «consiste à donner aux patients un ensemble de constructions particulières à base d'ARN qui leur permet de produire des protéines spécifiques (y compris des anticorps). Bien que ce soit un domaine très nouveau, il est prometteur car il est possible qu' une thérapie sûre puisse être conçue et mise en production à grande échelle assez rapidement. Une recherche plus fondamentale ainsi que les progrès de sociétés comme Moderna et CureVac pourraient à terme faire de cette approche un outil clé pour stopper les épidémies. » Moderna et CureVac reçoivent aujourd'hui des fonds de la Fondation Gates et mènent la course pour développer un vaccin approuvé COVID-19 basé sur l'ARNm.


2017 et fondation du CEPI


Une pandémie mondiale de grippe est en fait quelque chose que Gates et sa fondation bien dotée ont passé des années à préparer. En 2017, lors du Forum économique mondial de Davos, Gates a lancé quelque chose appelé CEPI, la coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies, en collaboration avec les gouvernements de Norvège, d'Inde, du Japon et d'Allemagne, ainsi que le Wellcome Trust du Royaume-Uni. Son objectif déclaré est «d'accélérer le développement des vaccins dont nous aurons besoin pour contenir les épidémies», de futures épidémies. Il a noté à l'époque qu' « Un domaine prometteur de la recherche sur le développement de vaccins consiste à utiliser les progrès de la recherche sur le génome pour cartographier l'ADN et l'ARN des agents pathogènes et fabriquer des vaccins. » Nous y reviendrons.


Événement 201


En 2019, Bill Gates et sa fondation se sont lancés dans une danse effrénée avec leurs scénarios de pandémie. Il a créée une vidéo Netflix qui imagine un scénario étrange. La vidéo, qui fait partie de la série «Explained», imagine un marché humide en Chine où des animaux vivants et morts sont empilés et un virus hautement mortel éclate et se propage dans le monde entier. Dans la vidéo,Gates apparaît comme un expert pour avertir: «Si vous pensez à quelque chose qui pourrait tuer des millions de personnes, une pandémie est notre plus grand risque.» Il a dit que si rien n'était fait pour mieux se préparer aux pandémies, le temps viendrait où le monde regarderait en arrière et souhaiterait avoir investi davantage dans des vaccins potentiels. C'était des semaines avant que le monde n'entende parler des chauves-souris et d'un marché humide en direct à Wuhan en Chine.
 

En octobre 2019, la Fondation Gates s'est associée au Forum économique mondial et au Johns Hopkins Center for Health Security pour adopter ce qu'ils ont appelé une simulation de scénario «fictif» impliquant certaines des plus grandes personnalités mondiales de la santé publique. Il s'intitulait Événement 201.


Comme leur site Web le décrit, l'événement 201 a simulé l' «apparition d'un nouveau coronavirus zoonotique transmis de chauves-souris à des porcs à des personnes qui finit par devenir efficacement transmissible d'une personne à l'autre, conduisant à une grave pandémie. Le pathogène et la maladie qu'il provoque sont largement calqués sur le SRAS, mais il est plus transmissible en milieu communautaire par les personnes présentant des symptômes bénins. »

 

Pandémie de coronavirus : une urgence sanitaire mondiale

 

Dans le scénario de l'événement 201, la maladie provient d'une exploitation porcine au Brésil, se propage dans les régions à faible revenu et finit par exploser en épidémie. La maladie est transmise par voie aérienne au Portugal, aux États-Unis et en Chine et au-delà au point où aucun pays ne peut la contrôler. Le scénario suppose qu'aucun vaccin possible n'est disponible au cours de la première année. «Étant donné que toute la population humaine est sensible, au cours des premiers mois de la pandémie, le nombre cumulé de cas augmente de façon exponentielle, doublant chaque semaine.»
 

Le scénario se termine alors après 18 mois lorsque le coronavirus fictif a fait 65 millions de morts. «La pandémie commence à ralentir en raison du nombre décroissant de personnes sensibles. La pandémie se poursuivra à un certain rythme jusqu'à ce qu'il y ait un vaccin efficace ou jusqu'à ce que 80 à 90% de la population mondiale soit exposée. »


Les participants à l'évènement 201


Aussi intéressant que soit le scénario fictif « prémonitoire » de l'événement 201 Gates-Johns Hopkins d'octobre 2019, la liste des panélistes qui ont été invités à participer à la réponse mondiale imaginaire est tout aussi intéressante.


Parmi les «joueurs» sélectionnés, comme on les appelait, il y avait George Fu Gao. Notamment, le professeur Gao est directeur du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies depuis 2017. Sa spécialisation comprend la recherche sur «la transmission interspécifique du virus de la grippe (saut de l'hôte)… Il s'intéresse également à l'écologie du virus, en particulier la relation entre le virus de la grippe et la migration des oiseaux ou les marchés de volailles vivantes et la biologie moléculaire dérivée des virus de chauves-souris. »L'écologie du virus dérivé des chauves-souris…


Le professeur Gao a été rejoint entre autres, dans ce panel, par l'ancien directeur adjoint de la CIA pendant le mandat d'Obama, Avril Haines. Elle a également été assistante d’Obama auprès du président et conseiller principal adjoint à la sécurité nationale. Un autre des acteurs de l'événement Gates était le contre-amiral Stephen C. Redd, directeur du Bureau de la préparation et de la réponse de la santé publique des Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Le même CDC est au centre d'un énorme scandale pour ne pas avoir de tests de fonctionnement adéquats disponibles pour tester les cas de COVID-19 aux États-Unis. Leur préparation était tout sauf louable.


Le groupe était complété par Adrian Thomas, le vice-président de Johnson & Johnson, une société médicale et pharmaceutique géante. Thomas est responsable de la préparation à une pandémie chez J&J, y compris le développement de vaccins contre Ebola, la dengue, le VIH. Et il y avait Martin Knuchel, responsable de la gestion des crises, des urgences et de la continuité des activités, pour Lufthansa Group Airlines. Lufthansa a été l'une des principales compagnies aériennes à réduire considérablement les vols pendant la crise pandémique COVID-19.


Tout cela montre que Bill Gates a été extrêmement préoccupé par la possibilité d'une épidémie de pandémie mondiale qui, selon lui, pourrait être encore plus importante que les décès présumés de la mystérieuse grippe espagnole de 1918, et met en garde depuis au moins cinq ans ou plus. La Fondation Bill & Melinda Gates a également été impliquée dans le financement du développement de nouveaux vaccins utilisant l'édition de gènes CRISPR à la pointe de la technologie et d'autres technologies.


Les vaccins contre le coronavirus


L'argent de la Fondation Gates soutient le développement de vaccins sur tous les fronts. Inovio Pharmaceuticals de Pennsylvanie a reçu 9 millions de dollars du CEPI, pour développer un vaccin, l'INO-4800, qui est sur le point de tester sur les humains en avril, un délai étrangement rapide. En outre, la Fondation Gates vient de donner à la société 5 millions de dollars supplémentaires pour développer un dispositif intelligent exclusif pour l'administration intradermique du nouveau vaccin.


De plus, les fonds de la Fondation Gates via le CEPI financent le développement d'une nouvelle méthode de vaccination radicale appelée messengerRNA ou mRNA.


Ils cofinancent la société de biotechnologie de Cambridge, Massachusetts, Moderna Inc., pour développer un vaccin contre le nouveau coronavirus de Wuhan, maintenant appelé SARS-CoV-2. L’autre partenaire de Moderna est le National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID) des États-Unis, qui fait partie des National Institutes of Health (NIH). Le chef du NIAID est le Dr Anthony Fauci, la personne au centre de la réponse d'urgence au virus de l'administration Trump. Ce qui est remarquable, c'est que le vaccin contre le coronavirus Fauci-Gates Moderna, l'ARNm-1273, a été déployé en quelques semaines, et non en quelques années, et le 24 février, il est allé directement au NIH de Fauci pour des tests sur des cobayes humains, pas sur des souris comme à la normale. Le conseiller médical en chef de Moderna, Tal Zaks, a fait valoir: « Je ne pense pas que prouver cela sur l'animal soit le bon chemin critique pour un essai clinique. »


Un autre aveu notable de Moderna sur son site Web est l'avertissement légal, «Note spéciale concernant les déclarations prospectives:… Ces risques, incertitudes et autres facteurs incluent, entre autres:… le fait qu'il n'y a jamais eu de produit commercial utilisant la technologie ARNm approuvé pour utilisation ». En d'autres termes, totalement non approuvé pour la santé et la sécurité humaines.

Une autre société de biotechnologie travaillant avec une technologie d'ARNm non approuvée pour développer un vaccin pour le COVID-19 est une société allemande, CureVac. Depuis 2015, CureVac a reçu de l'argent de la Fondation Gates pour développer sa propre technologie d'ARNm. En janvier, le CEPI soutenu par Gates a accordé plus de 8 millions de dollars pour développer un vaccin à ARNm pour le nouveau coronavirus.


Ajoutez à cela le fait que la Fondation Gates et des entités connexes telles que le CEPI constituent les plus grands bailleurs de fonds de l'entité public-privé connue sous le nom de l'OMS, et que son directeur actuel, Tedros Adhanom, le premier directeur de l'OMS dans l'histoire qui ne soit pas médecin, a travaillé pendant des années sur le VIH avec la Fondation Gates lorsque Tedros était ministre du gouvernement en Éthiopie, et nous voyons qu'il n'y a pratiquement aucun domaine de la pandémie actuelle de coronavirus où les empreintes omniprésentes de Gates ne soient pas. Le temps nous dira si c'est pour le bien de l'humanité ou s'il faut s'en inquiéter.

 

F. William Engdahl

 

Note aux lecteurs: Transférez cet article à vos listes de diffusion.

.
F. William Engdahl est consultant en risques stratégiques et conférencier, il est titulaire d'un diplôme en politique de l'Université de Princeton et est un auteur à succès sur le pétrole et la géopolitique, exclusivement pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook » où cet article a été initialement publié. Il est associé de recherche au Centre de recherche sur la mondialisation.

 

Voir les commentaires

Confinement, mesure sanitaire ou politique ?

21 Mars 2020, 19:54pm

Publié par Ciel Voilé

Confinement, mesure sanitaire ou politique ?

Dr Delépine - 21 mars 2020 - Agoravox

http://docteur.nicoledelepine.fr/

 

 
 

 

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/confinement-mesure-sanitaire-ou-222478

 

 Le confinement total, une catastrophe économique mais aussi sociale.

Ce confinement total qui n’en est pas un (les travailleurs doivent aller bosser sans protection avant de se confiner le soir !) est toxique pour la santé des confinés et ses effets pervers sont bien connus.

Ce confinement de la population est catastrophique pour le pays conduit tout droit vers la récession[1]. Sans preuve d’efficacité médicale réelle, Il ruine l’économie. Il menace à court terme l’existence même des artisans, professions libérales, petits commerçants soumis à de nombreuses charges fixes (loyers, salaires, charges sociales) qu’ils ne pourront plus honorer faute d’activité et de leurs nombreux salariés jetés au chômage[2].

De plus ses complications sanitaires ne sont pas négligeables.

 

[1] D’après AFP : En Chine depuis le confinement La production industrielle a connu un repli de 13,5% sur un an, contre +6,9% en décembre. Les ventes de détail, reflet de la consommation, ont pour leur part chuté de 20,5% par rapport aux deux premiers mois de 2019

[2] L’artisanat, les petits commerces « non essentiels » et les professions libérales constituent le premier employeur de France

Confinement, mesure sanitaire ou politique ?

 Par Gérard Delepine chirurgien oncologue, statisticien et Nicole Delépine pédiatre cancérologue

 

« Si on était vraiment en guerre, on prendrait une branlée en quelques jours » [1]

« La seule stratégie qui fasse sens est de dépister massivement, puis confiner les positifs et/ou les traiter, tout comme les cas à risques »

 

Le président Macron a déclaré la guerre ! mais véritablement à qui ? Au virus ou aux français ? Il a instauré la ligne Maginot genre Macron, faisant mine d’oublier les leçons du passé. L’histoire semble se répéter. S’agit-il d’incompétence généralisée ou d’une mise en scène d’un Machiavel de génie au service de la finance et seulement de la finance ? Hypothèse…

 

 La drôle de guerre

En 1940, l’ennemi était allemand ; aujourd’hui c’est un virus. Mais dans les deux cas, les gouvernants se sont montrés menteurs, incompétents, apparemment imprévoyants, rejetant sur nos compatriotes la faute de l’échec de leurs décisions désastreuses. A moins que … Machiavel ? Les aveux de l’ex-ministre Buzyn font planer un sacré doute sur leur supposée incompétence. En tous cas, ils SAVAIENT depuis fin janvier 2020, au moins ! INCOMPETENCE OU MACHIAVELISME DE HAUT VOL ?

En 1938, après Munich nos dirigeants ont endormi la population en présentant le monstre nazi comme susceptible de respecter ses engagements et n’ont pas utilisé le sursis honteusement obtenu pour moderniser nos armements et préparer nos armées. Ensuite pendant la drôle de guerre, entre la déclaration de guerre de septembre 39 et le début véritable de la guerre, les français ont -il espéré que le vent belliqueux s’arrêterait à leurs frontières comme peut-être à l’occasion du COVID nos gouvernants pourtant clairement informés ? Plus les jours passent, plus l’hypothèse de l’incompétence cède à celle de la manipulation bien mal enrobée de papier de soie.

 Aujourd’hui le chef de l’état nous répète selon la façon anaphorique de son maitre Hollande, nous sommes en guerre  ! Mais il arrête l’essentiel de l’activité économique sans protéger efficacement ceux qui vont au travail. PAS DE MASQUES lorsqu’ils prennent les transports en commun, haut lieu de contamination possible, négation de leur utilité [2] et refus de commande encore le 1 er mars ! Toujours pas de tests de dépistages facilement accessibles et minimisation de leur utilité malgré les prescriptions de l’Organisation Mondiale de la Santé[3].

 

Période d’hypnose de la population : tout va très bien, Mme la Marquise

En décembre 2019, alors que le virus faisait ses premières victimes chinoises, nos dirigeants ont eux aussi rassuré la population. Pourtant le caractère nouveau du virus retrouvé chez un patient chinois dès octobre 2019 était reconnu, et l’imprévisibilité de son évolution évidente.

Ont-ils fait fabriquer des masques, du gel hydroalcoolique, des surblouses, etc. ? Non.

Ont-ils demandé à nos chercheurs de mettre au point des tests de diagnostic rapide ? Non

 Ont-ils accordé aux hôpitaux les crédits indispensables pour rouvrir des lits et des services et embaucher le personnel nécessaire (alors que les soignants étaient en grève depuis 11 mois pour les alerter sur l’état critique du service de santé et demander des moyens) ? Non.

Ont-ils envisagé de fermer les frontières à tous ceux qui pouvaient venir de Chine, puis d’Italie ? Non.

Ils feignaient de croire que le virus s’arrêterait à nos frontières et répétait, concernant les hôpitaux, « nous sommes prêts  » sur l’air de « tout va très bien madame la marquise, tout va très bien, tout va très bien ». Pire, nous sommes allés chercher le virus à Wuhan par avion direct sans respecter aucune mesure de prévention sur le personnel navigant.

 

Le mythe mondialiste contre l’évidence

Si on avait voulu stopper ou ralentir l’épidémie, la bataille des frontières aurait pu être efficace comme l’ont montré la Corée du Sud, Taiwan, Singapour et le Japon qui ont limité très fortement la dissémination du virus par la quarantaine des malades et des contacts à risque reconnus grâce au dépistage généralisé, mais jamais de confinement global de la population.

En France, cette bataille des frontières a été perdue, parce qu’elle n’a pas été livrée, au nom du tout puissant dogme mondialiste « l’ouverture des frontières n’apporte que du bien. » Et s’il n’en reste qu’un, ce sera notre président. Ce jour 19 Mars 2020, A Merkel ne s’occupe plus que de l’Allemagne et ne cite plus l’UE.

 

La Corée du Sud, le modèle à suivre !

En Corée du Sud, la guerre des frontières a été menée vigoureusement associant rapidement dès les premiers cas, restriction des voyages à l’étranger, port généralisé de masques, et dépistage très large pour mettre en quarantaine très tôt les malades et les porteurs sains. Elle a permis, sans confinement de la population, de limiter la mortalité à seulement 82 coréens [4] (pour 50 millions d’habitants) dont une grande majorité a été infectée par les membres d’une secte religieuse qui revenaient de Wuhan et l’avaient caché.

 

Mais aussi Singapour, Taiwan, le Japon

A Singapour, les mêmes mesures[5] ont permis sans confinement de la population d’éviter tout mort de coronavirus [6] parmi ses plus de 4 millions d’habitants.

A Taiwan, dès le 31 décembre 2019, les Centers for Disease Control de Taïwan ont mis en œuvre des mesures d'inspection pour les vols en provenance de Wuhan, en Chine.

Le 20 janvier 2020, le gouvernement a estimé que le risque posé par l'épidémie était suffisant pour activer le Centre de commandement central des épidémies, qui a mobilisé des fonds gouvernementaux et du personnel militaire pour faciliter la production de masques faciaux en envoyant dès février des soldats dans les usines des principaux fabricants de masques pour doter en personnel les 62 lignes de production de masques supplémentaires en cours d'installation.

 Les autorités taïwanaises ont suspendu les visites en Chine à partir de février 2020, interdiction prolongée jusqu'en avril. Malgré sa proximité avec la Chine et les grands flux humains, Taiwan a enregistré le taux d'incidence par habitant le plus bas dans le monde- environ 1 sur 500 000 personnes[7].

 

Au Japon

(127 millions d’habitants) la bataille des frontières a été spectaculairement illustrée par la stricte quarantaine du paquebot Diamond Princess et de ses 3711 passagers et membres d’équipage, parmi lesquels on comptera plus de 625 contaminés et 7 morts.

 Elle a été complétée par la quarantaine des personnes à risque, des mesures ciblées de restriction de transports et d’entrée sur le territoire et la généralisation des gestes barrière par la population dont l’utilisation de masques, la fermeture des écoles et le report des manifestations publiques, en particulier sportives.

Aucune fermeture d’administrations, ni confinement généralisé de la population n’a été envisagé. Le bilan actuel de cette politique est actuellement satisfaisant puisqu’avec une population double de celle de la France, le Japon ne déplorait que 852 contaminés et 29 morts[8] (mortalité de 0,00067%) au 17/3 contre plus de 148 décès en France (mortalité 0,00994%).

 

Frontières grandes ouvertes et affichettes pour dissuader le virus qui ne savait pas lire le français…

Comme en Italie, que nous prenons curieusement comme modèle malgré l’évolution désastreuse de l’épidémie dans ce pays[9], le gouvernement a laissé arriver de Chine tous ceux qui le voulaient, sans repérage aucun à leur arrivée et encore moins quarantaine de principe.

Il a fallu des critiques répétées sur le manque de détection aux arrivées aéroportuaires pour que la direction générale de la santé annonce très tardivement la mise en place d'une "équipe médicale d'accueil" à l'aéroport de Roissy. Ce sont les syndicats du personnel aérien d‘Air France qui ont imposé d’arrêter la desserte des pays à risques, d’autant qu’aucune quarantaine n’était imposé aux ressortissants des pays infectés ni des voyageurs suspects à l’arrivée à Roissy (aucun filtrage !). De plus, aucune protection des personnels par masques systématiques n’était organisée !

Pourtant l’isolement (la quarantaine) des personnes malades ou porteuses saines du virus (mais pas des autres !) constitue la méthode de base de prévention des pandémies.

Et le virus a pu diffuser tranquillement dans le pays. Encore aujourd’hui des avions arrivent d’Italie ! Des italiens passent en France sans filtre, alors que les français ne peuvent plus passer en Italie !

 

Une « guerre » sans moyens logistiques. Livrer des masques +++ pour tous et partout. Tester tout le monde

La bataille de France est actuellement livrée par des soldats de première ligne en nombre insuffisant et presque sans armes. Toujours pas de masques de protection, ni de solution hydro alcoolique en quantité suffisante même approximative, pour les soignants et les personnels d’urgence et de sécurité, tests diagnostic toujours très rationnés, nombre de lits de réanimation indigne[10] (plus de deux fois inférieur à celui du Japon, de Taiwan et de l’Allemagne[11]).

 Aucune décision d’ouverture de lits d’hôpitaux (encore au 20 Mars), d’embauche de personnels soignants en revalorisant leurs rémunérations, comme de médecins de ville en équilibrant le prix de la consultation sur la moyenne européenne (> 40 €) n’a été annoncée malgré l’ampleur de la catastrophe des hôpitaux en grande crise avant l’arrivée du virus. Les « héros » doivent continuer à travailler moins bien que dans la brousse. Le Titanic tant de fois annoncé dans des tribunes et des manifestations n’en finit pas de couler.

 

Les soignants dans la tourmente, méprisés dans les faits, sans explication

Le président de la fédération des médecins de France, généraliste, JP Hamon lui-même atteint, insiste sur les médias : « nous ne sommes pas de la chair à canon ». Sans effet, en dehors de compliments du genre « vous êtes des héros ». Non, nous médecins ne sommes pas des héros, mais souhaitons faire normalement notre métier dans des conditions de sécurité correctes pour nous et nos malades, ce qui nous est refusé.

Pourquoi ? Des héros pour ramasser les blessés sur les tranchées de Verdun, oui, mais pourquoi maintenant en France, juste parce que le Gouvernement a décidé de nous priver du matériel de protection de base  ! Ils se moquent de nous, ou jouent à la guéguerre avec notre peau et par conséquence avec celle des patients qui nous consultent, privés de masques également. Incompréhensible  ! Dans quel but ?

Des policiers traités comme de la chair à virus envoyés à la quête de la fameuse attestation humiliante[12], contaminante potentielle, sans masque, et pire sans autorisation d’en porter même fabriquée par leur épouse ! il devient « interdit de se protéger ». Pourquoi ?[13] Le virus serait-il dangereux pour le monde entier sauf pour les policiers français ?

 

La classe populaire méprisée 

Elle doit continuer à travailler selon les injonctions du ministère de l’économie, prendre des transports en commun bondés (lorsque la fréquentation diminue la RATP diminue le nombre de ses rames pour que la promiscuité reste égale !), servir les clients en supermarchés etc. SANS MASQUES comme leur répètent chaque soir les autorités !

Injonctions paradoxales en permanence. Rentrés chez eux, donc confinés, c’est tout juste s’ils pourront aller promener leurs chiens et en tous cas seront privés de loisirs, salles de sport, diner avec les amis, un cinéma ou un verre au bar etc. Boulot dodo et basta. Honteux. Le plus sidérant est l’acceptation apparente de la population tellement manipulée qu’elle finit par croire aux mensonges du pouvoir. Soumission….

Est-ce un test de notre résistance à la soumission, qui rappelle cruellement les expériences de Milgram [14] montrant qu’une grande proportion d’une population normale comme tout le monde devient capable sous l’ordre d’un chef de délivrer une dose mortelle d’électricité.

« Mais d’où l’expérimentateur détient-il son pouvoir ? Il n’a aucun réel moyen de coercition.
Le pouvoir est une notion éminemment politique et il faut se tourner vers les appareils idéologiques d’état : ensemble d’institutions publiques et privées qui élaborent, inculquent le système de norme et qui a pour fonction la reproduction des rapports sociaux existants.

Pour conclure, l’individu est en fait habitué à obéir et à recevoir des récompenses pour cela que ce soit dans le domaine scolaire, familial ou professionnel. La société inculque à l’enfant et dès son plus jeune âge un profond respect de l’autorité.

Le sujet de Milgram (Monsieur tout le monde) agit contre ses convictions et en souffre. Cependant, il va se conformer à ce qu’on attend de lui ».[15]

 

Hypothèse : l’épidémie faux-nez d’un renforcement de l’état policier garant du nouvel ordre mondial[16] au service de la finance ?

Un état policier dont le modèle actuel est le régime chinois

En 1940, la défaite aux frontières a servi de prétexte à une prise de pouvoir par le régime dictatorial de Vichy, et à la suppression des droits fondamentaux des français. En 2020, le président, utilisant l’invasion virale, nous impose un couvre-feu diurne et nocturne, et veut finaliser la suppression les acquis du pacte social hérité de la Résistance et du CNR[17] ? Notons que même le régime nazi n’avait pas imposé ce confinement 24H /24 sans sortie autorisée.

Ainsi la population souffre d’une double peine ; menacée du virus, elle est de plus soumise à un couvre-feu strict, obligée de montrer un « ausweis », un laisser passer de jour lorsqu’elle veut sortir (ce que l’occupant nazi n’a pas fait).[18] Ce confinement a d’ailleurs entraîné un exode des parisiens plus important que celui de 1940 ! Et des concitoyens arrivent à le leur reprocher ! Conditionnement. Rappel des heures sombres encore une fois.

« En ce joli mois de mars 2020, on est heureux d'apprendre que l'Etat chinois, jusqu'ici présenté comme une infâme dictature antidémocratique, peut soudain être pris pour modèle, qui plus est dans une disposition qui foule aux pieds les libertés publiques fondamentales. Evidemment pour la bonne cause, le bien commun et bla-bla-bla.  Ainsi meurt la liberté dans son pays de naissance, dans l’indifférence générale. »[19]

 

Le confinement total : une très mauvaise idée sur le plan sanitaire. Mais est-ce le véritable « projet », comme dirait Macron ?

Dans l’histoire des épidémies, le confinement de la population saine n’a jamais apporté la preuve de son efficacité en situation réelle. Ce sont l’hygiène et le confinement des malades, et seulement des malades qui ont aidé à éradiquer la peste, le typhus ou le choléra.

Les pays qui ont utilisé le confinement de l’ensemble de leur population les premiers (Chine et Italie) ont enregistré le plus grand nombre de morts[20] [21]. La régression du nombre de cas en Chine est trop facilement attribuée à cette mesure, alors que bien d’autres facteurs peuvent être en cause.

Les néo-épidémiologistes modernes autoproclamés, journalistes commentateurs l’affirment, ce qui bien sûr ne prouve rien. Malheureusement ils entretiennent l’angoisse qui vire à la psychose chez certains concitoyens devenus obsessionnels de l’évitement même à plusieurs mètres sur un chemin de campagne isolé. L’Italie dont le gouvernement devenue notre deuxième modèle depuis peu n’est pas un vraiment un bon exemple de gestion sanitaire (lui qui a admis les patients porteurs du virus dans les salles d’attente des urgences au contacts des autres malades, qui a réduit encore davantage que nous le nombre des lits de réanimation, dispose de peu de praticiens rodés, et d’un système de santé encore plus dégradé que le nôtre) et qui comptabilise le plus de morts de la planète.[22]

Le confinement délirant italien actuel ne semble pas efficace, puisque le gouvernement le prolonge. Le coté drastique de son application (peines de prison !) laissera probablement de lourdes séquelles psychiques chez de nombreux confinés. Choisir un tel modèle pour la France est faire preuve de beaucoup d’improvisation, sauf si le but réel était de saisir l’opportunité d’un conditionnement de la population à la perte des libertés publiques.

 

CONFINEMENT GENERAL : quels critères de décision ?

La décision de l’imposer a été prise par nos dirigeants théoriquement sur une simple simulation anglaise du nombre de cas prévisibles, prédiction dont les hypothèses et les calculs restent « secret défense » empêchant toute analyse indépendante. Pourquoi cette impossibilité de vérifier ces calculs ? 

En l’absence de tests diagnostiques généralisés, pourtant fortement conseillés par l’OMS, il est impossible de calculer des fourchettes fiables d’incidence et de mortalité, puisqu’on ne connait pas le nombre réel des malades peu atteints ni celui des porteurs sains ! Les chiffres donnés chaque soir n’ont pas de signification isolément. Peu de médias ont précisé que le nombre actuel d’hospitalisés en réanimation pour grippe saisonnière est du même ordre que celui du coronavirus.

Les services de réanimation sont, chaque année, débordés lors des épidémies de bronchiolites hivernales avec des bébés parisiens transférés à Lille ou Amiens en hélicoptère. Silence médiatique ou presque. Transports dangereux, conséquences directes des fermetures massives de lits par notre gestion bureaucratique et financière aggravée à chaque nouveau président. Souvenez-vous que les hôpitaux étaient en grève depuis 11 mois dans l’indifférence générale de la population. Et nous gouvernants accusent le coronavirus du manque de lits ! Si les malades étouffent, ce n’est pas le cas des politiques qui ne manquent pas d’air.

 Ecoutons cet éminent professeur de Stanford[23]  : Le nouveau coronavirus est une menace sérieuse. Nous devons nous y préparer, non pas en faire de trop.

Pourtant si le système de santé en vient à être submergé, il se peut que la majorité des décès supplémentaires ne soit pas dû au coronavirus mais à d’autres maladies communes et pathologies telles que les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, les traumatismes, les hémorragies et autres qui ne sont pas traités correctement.

 « Avec des confinements durant des mois, voire des années, la vie en grande partie s’arrête, les conséquences à cout-terme et à long-terme sont complètement inconnues, et des milliards de vies, pas seulement des millions, peuvent éventuellement être en jeu.

Si nous décidons de sauter de la falaise, nous avons besoin de données qui nous informent sur la logique d’une telle action et les chances que nous avons d’atterrir sains et saufs quelque part. »[24]

 

 Le confinement total, une catastrophe économique mais aussi sociale

Ce confinement total qui n’en est pas un (les travailleurs doivent aller bosser sans protection avant de se confiner le soir !) est toxique pour la santé des confinés et ses effets pervers sont bien connus.

Ce confinement de la population est catastrophique pour le pays conduit tout droit vers la récession[25]. Sans preuve d’efficacité médicale réelle, Il ruine l’économie. Il menace à court terme l’existence même des artisans, professions libérales, petits commerçants soumis à de nombreuses charges fixes (loyers, salaires, charges sociales) qu’ils ne pourront plus honorer faute d’activité et de leurs nombreux salariés jetés au chômage[26].

De plus ses complications sanitaires ne sont pas négligeables : dépressions qui persistent dans plus d’un tiers des cas de nombreux mois après sa levée, stress post-traumatique durable dans le temps, obésité, drames familiaux (femmes ou enfants victimes de violences familiales) divorces, retard scolaire, addiction renforcée à l’alcool ou aux écrans…[27]. Et certains groupes de personnes sont encore plus à risque : entendons l’appel des éducateurs d’enfants placés, qui se retrouvent encore plus seuls avec au moins la moitié des encadrants absents. Les enfants battus dont les appels au secours devront attendre la fin de la quarantaine, idem les femmes battues ... Quant aux SDF dont la première mesure de vigilance fut de leur mettre des contraventions pour trainer dans la rue … UBU roi au royaume de France.

« L'histoire de l'invocation de mesures de quarantaine est ternie par des menaces, une peur généralisée, manque de compréhension, discrimination, difficultés économiques et rébellion (...).la mise en quarantaine peut créer de graves problèmes psychologiques, émotionnels et financiers pour certaines personnes ». [28]

Et conclusion de l’article cité : « Nos données montrent que la mise en quarantaine peut entraîner une détresse psychologique considérable sous la forme de SSPT (syndrome de stress posttraumatique) et de symptômes dépressifs. Les responsables de la santé publique, les médecins spécialistes des maladies infectieuses et les psychiatres et psychologues doivent être informés de ce problème.  » Encore ne s’agit-il, dans ce témoignage, que de la quarantaine des personnes confinées malades qui de ce fait comprennent le bien-fondé de la quarantaine… Les séquelles chinoises et encore plus italiennes (population moins conditionnée à la dictature) et françaises sur une population entière n’ont pas fini d’être analysées. Bel avenir pour les psychologues.

Ne vous laissez pas manipuler par le harcèlement quotidien du gouvernement relayé par ses fidèles pseudo-experts et ses journalistes en continu sur les médias. La volonté de protéger la nation serait plausible, si les confinés ne se retrouvaient pas sans protection au marché ou chez le boucher et pire aux urgences, car la vie continue et les infarctus et blessures n’ont pas disparu. Et là, surprise les soignants n’ont pas de masque et sont exposés toute la journée aux postillons virulents. Comme on le voit, cette charge virale répétée les conduit à payer un lourd tribu à cette virose. Mais de façon honteuse en deux mois, on découvre que cette pénurie de masques est bien organisée. Alors fabriquez les vôtres pour vos sorties (nombreux tuto sur internet). Mieux que rien, quoiqu’en dise l’inénarrable Sibeth !

 Et si ce confinement était « de bonne foi » pourquoi interdirait-on aux cyclistes de rouler seuls, aux cavaliers de sortir seuls, aux baigneurs de profiter du soleil seuls sur un coin de plage à distance des autres confinés, à un surfeur de pratiquer, et aux marcheurs de maintenir leurs formes pour ne pas perdre des années d’exercice, aux plaisanciers d’aller avec leurs familles sur les mers...

Il y a une volonté d’humiliation des confinés qui démontre, s’il en était besoin l’absence de bon sens sanitaire et de projet réel de santé. En quoi un promeneur seul en campagne à plus de 500 m de chez lui est-il dangereux ? Vous pouvez multiplier les exemples. Fermer les plages, les parcs est une mesure coercitive non médicale visant à conditionner le peuple à obéir, à se soumettre. Test pour voir jusqu’où un dictateur peut aller trop loin ?

 

 LES VRAIS BUTS ? Hypothèses.

Poursuivre la destruction de tous les acquis du droit du travail dans la « paix sociale » sans manifestation « agaçante », les gilets jaunes et leurs soutiens sont confinés. Bravo !

Nos dirigeants veulent-ils détruire le pays par la gravité de la récession engendrée, et ce dans le cadre d’une volonté mondiale de mise au pas par un gouvernement Mondial revendiqué encore en 2017 par le célèbre mentor du président Macron, Jacques Attali qui attendait une grande pandémie pour y parvenir. Nous y voici.

Etablir une dictature à la chinoise grâce à la panique et l’hystérie entretenue par la propagande sans précédent que diffusent en continu les médias pour une infection dont la mortalité mondiale réelle reste bien inférieure à celle la grippe[29] ? Chaque soir, messe quotidienne oblige, vous apprenez le nombre de morts par coronavirus, mais on oublie de vous dire que 500 personnes sont parties de leur cancer ce même jour (et miracle si on leur trouve un coronavirus, ce dernier sera déclaré responsable du décès) et la psychose est alimentée par des chiffres absolus sans jamais de comparaison à l’ensemble de la population de plus de 65 millions de français. Parle-t-on des vieillards honteusement abandonnés sans droit de visite, sans soins kiné ou orthophonistes, qui s’éteignent très vite, tous attribués au virus bien que non testés.

Pour mettre en perspective les chiffres absolus donnés chaque soir :

 Rappelons :

 « En 2013, 567 078 décès domiciliés en France entière (hors Mayotte) ont été enregistrés. Avec respectivement 163 602 et 142 175 décès en 2013, les tumeurs et les maladies de l’appareil circulatoire constituent les causes de décès les plus fréquentes, tous sexes confondus. »[30]

Les maladies de l’appareil respiratoire et les morts violentes (accidents, suicides et autres causes externes de décès) comptabilisent respectivement 6,6 et 6,5 % de l’ensemble des décès. 

Et l'OMS rappelle que la grippe saisonnière fait 60.000 morts par an en Europe. En France, la grippe saisonnière touche chaque année en moyenne 2,5 millions de personnes et en tue environ 10000. Lors de l’épidémie grippale 2014-2015, la surmortalité hivernale a atteint 18.300 décès. (AFP février 2020).

 Alors pourquoi tout ce chari vari quotidien alors que la mortalité due au covid19 est très inférieure par exemple au nombre de morts journaliers par cancer (environ 500) par exemple. Les cancéreux font partie des sacrifiés au coronavirus, puisqu’on retarde leurs chimiothérapies diminuant ainsi leurs chances de guérison …

 

 Et la loi d’exception a été votée au parlement ce jeudi 19 Mars 2020

La proposition de loi pour soi-disant lutter contre l’infection comporte la suppression de droits sociaux et des restrictions de liberté qui laissent craindre le pire.

Ecoutons le Pr marseillais [31] Raoult sur le confinement et aussi la lueur d’espoir thérapeutique par le Plaquenil qui lui a valu des menaces comme toujours avec les novateurs.

« Confiner l’ensemble de la population sans dépister et sans traiter, c’est digne du traitement des épidémies des siècles passés, et à peu près aussi inopérant.
La seule stratégie qui fasse sens est de dépister massivement, puis confiner les positifs et/ou les traiter, tout comme les cas à risque puisque c’est possible, comme on le voit en Chine et en Corée. »

Comme nos aïeux contre l’occupant nazi, RESISTONS ! Exigeons des masques et des dépistages par des tests diagnostic généralisés qui protègent bien mieux la population que le confinement. Refusons le confinement aveugle qui détruit la vie sociale et l’économie sans bénéfice sanitaire réel. Refusons des lois d’exception injustifiées. RESISTONS !

Et relisons Stanley Milgram et son livre « soumission à l’autorité » pour analyser le mécanisme du conditionnement à la soumission et ne pas devenir les élèves soumis du gouvernement en stigmatisant tel voisin qui ne marche pas assez loin de sa maison ou tel Parisien qui a voulu échapper à la folie du marché Barbès fort bien toléré par les autorités…

 

[1] Valeurs actuelles 19 mars 2020

[2] « On ne doit pas acheter de masques, et d'ailleurs, on ne peut pas en acheter puisque nous avons donné des instructions aux officines de pharmacie pour qu'elles ne distribuent des masques que sur prescription médicale » ou qu'aux professionnels de santé", a déclaré Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, invitée de France Inter mercredi 4 mars.

[3] OMS Coronavirus disease 2019 (COVID-19) Situation Report – 38

[4] Au 19/3/2020 d ’après l’OMS

[5] Vernon J Lee Interrupting transmission of COVID-19 : lessons from containment efforts in Singapore 

[6] OMS 20-covid-19.pdf

[7] Victor (Lin) Pu L'épidémie de coronavirus : comment Taiwan démocratique a surpassé la Chine autoritaire

L'exemple de Taiwan prouve que la libre circulation des informations est le meilleur traitement pour l'épidémie de coronavirus. le diplomat 27 février 2020https://thediplomat.com/2020/02/the-coronavirus-outbreak-how-democratic-taiwan-outperformed-authoritarian-china

[8] Data sourced from Japan Ministry of Health, Labour and Welfare and World Health Organization, as reported from 10:00|CET

[9] Au 19/3/2020 l’Italie est le pays qui totalise le plus grand nombre de décès  : 3405 et la plus forte mortalité (nombre de décès / 100000 habitants) au monde.

[10] Michel La France n'a que trois lits en soins intensifs pour 1.000 habitants pour mener la guerre contre le Covid-19 Cabirol La tribune 17 3 2020

[11] D’après l’OCDE sur 35 pays, la France se classe seulement au 19e rang ; lorsque le Japon bénéficie 7,8 de lits de ranimation, Taiwan de 7 et l’Allemagne de 6, la France n’en possède que 3 et l’Italie 2,6

[12] Même sous l’occupation allemande, aucune attestation sur l’honneur disant qu’on va promener son chien ou chercher son pain n’était exigée. Pire que sous Pétain.

[13] « Je confirme les déclarations du chef d’état-major qui viennent de m’être rappelées par la direction centrale : il est absolument proscrit de porter le masque sur la voie publique ou à l’accueil du public. » Dans la bouche des policiers, il devient « interdit de se protéger ». « Le virus est dangereux pour le monde entier sauf pour les flics français ? », interroge légitimement l’un d’entre eux. Pour le moment, aucune réponse. Pendant ce temps-là, 100.000 masques vont être distribués en prison, difficile de comprendre. » Charlotte d'Ornellas 19/03/2020 Valeurs actuelles

[16] Selon le vœu de Jacques Attali en 2015

[17] Conseil national de la résistance qui a mis en place la sécurité sociale

[18]« Le confinement est un fait inédit dans l'histoire de France, comme le rappelait Le Parisien. Même sous la botte hitlérienne, même sous le régime de Vichy, jamais les Français n'avaient été assignés à domicile du matin au soir. Dans le pays qui a le mot Liberté gravé sur tous ses frontons, pour aussi vertigineux que cela puisse paraître, c'est désormais chose faite. "Grâce" à Emmanuel Macron. » https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/confinement-de-macron-a-le-pen-222384

[20] Nombre de morts recensés par l’OMS au 18/3/2020 : Chine : 3231, Italie : 3526, Corée du sud :81 consultable sur https://www.who.int/docs/default-source/coronaviruse/situation-reports/20200318-sitrep-58-covid-19.pdf

[21] « Les statistiques vont bon train, aux valeurs données dans l'absolu, sans aucune proportion avec les populations. On n'a par ailleurs, jamais donné autant de détails biologiques, épidémiologiques et étiologiques, concernant un microbe. Voilà que tout un chacun est médiatiquement confronté à ses propres ignorances scientifiques, ingénieriques-sociales comme cliniques. L'angoisse. Oui l'angoisse, d'autant plus que la veille, on regardait encore le sixième épisode de la série the Walking Dead ou the Rain sur Netflix, par exemple. L'époque en est là, de s'inventer des apocalypses zombies qui font de l'audimat »… https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/cette-grippe-asiatique-222339

[22] Ils manqueraient de respirateurs et les appareils actuels seraient en panne pour un bon nombre, une pièce cassée fabriquée en Chine serait manquante. UBU italien.

[23] https://www.statnews.com/2020/03/17/a-fiasco-in-the-making-as-the-coronavirus-pandemic-takes-hold-we-are-making-decisions-without-reliable-data/ 
A fiasco in the making ? As the coronavirus pandemic takes hold, we are making decisions without reliable data  John P.A. Ioannidis March 17, 2020

[24] John P.A. Ioannidis est professeur de médecine, d’épidémiologie et de santé des populations, de données de science biomédicale et de statistiques à l’Université de Stanford et codirecteur du Centre d’Innovation de Recherches Meta. Traduit par Jean Bitterlin le 20 mars 2020

[25] D’après AFP : En Chine depuis le confinement La production industrielle a connu un repli de 13,5% sur un an, contre +6,9% en décembre. Les ventes de détail, reflet de la consommation, ont pour leur part chuté de 20,5% par rapport aux deux premiers mois de 2019

[26] L’artisanat, les petits commerces « non essentiels » et les professions libérales constituent le premier employeur de France

[27] Relire Emerg Infect Dis. 2004 juil. ; 10 (7) : 1206-1212.

Contrôle du SRAS et effets psychologiques de la quarantaine, Toronto, Canada

[28] Ibid10

[29] L’OMS estime que la grippe saisonnière est chaque année responsable de plus de 4 millions d’infections et de plus de 500000 morts alors qu’au 15 mars 2020 on ne dénombrait que 169175 personnes infectées par le coronavirus 19 et 6,499 morts

[30] esp2017_5_principales_causes_de_deces_et_de_morbidite.pdf

Voir les commentaires

Détente confinement

21 Mars 2020, 17:51pm

Détente confinement
Détente confinement
Détente confinement
Détente confinement
Détente confinement
Détente confinement

Voir les commentaires

Radio Québec : vers la fin de la pandémie ?

21 Mars 2020, 13:37pm

Voir les commentaires

Fiabilité du test coronavirus

20 Mars 2020, 21:47pm

Publié par kla tv

Voir les commentaires

Mortalité en Italie au 13 mars 2020

20 Mars 2020, 16:22pm

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

Le ministre de la santé autorise des essais de traitement à la chloroquine

20 Mars 2020, 08:50am

Le ministre de la santé autorise des essais de traitement à la chloroquine
Si la chloroquine s’avère être un traitement contre le coronavirus, « on aura de quoi soigner les malades français » assure le ministre de la Santé, Olivier Véran. Mais tant que ce n’est pas confirmé, il ne veut pas en faire « la promotion car ce serait dangereux ».
Le 20 mar 2020
François  Vignal Par François Vignal
3mn

L’examen au Sénat du projet de loi d’urgence de lutte contre le coronavirus a pris, tard dans la nuit de jeudi à vendredi, des allures de questions d’actualité au gouvernement. Répondant à une question du président du groupe LR, Bruno Retailleau, le ministre de la Santé a assuré que le gouvernement avait pris les devants sur la chloroquine. Juste au cas où.

La chloroquine, c’est ce médicament, un antipaludique, qui pourrait être une piste pour guérir les malades atteints de Covid-19. Olivier Véran a assuré devant le Sénat que le « gouvernement (avait) pris les devants, car l’exportation de ce médicament est impossible en France depuis deux semaines, par anticipation, au cas où la nouvelle serait bonne. Mais (il) reste prudent ». La bonne nouvelle, ce serait la confirmation de son efficacité.

« Je ne veux pas en faire la promotion car ce serait dangereux »

« Mais tant que nous n’avons pas la garantie de la sécurité sanitaire (…) et de l’utilité pour les malades de ce traitement, je ne veux pas en faire la promotion car ce serait dangereux », ajoute aussitôt Olivier Véran, « nous l’avons vu il y a un mois quand les Français ont commencé à se jeter sur les boites de chloroquine, ce n’est pas un médicament anodin ».

« Les industriels ont 300.000 boites et une capacité de production de plusieurs millions de boîtes par mois » précise le ministre. Autrement dit, si la chloroquine s’avère être un traitement contre le coronavirus, « on aura de quoi soigner les malades français » assure le ministre de la Santé.

Pour l’heure, les premiers essais encourageants réalisés par le professeur Didier Raoult, à Marseille, vont être prolongés. Olivier Véran a demandé « une étude multicentrique » notamment « à Paris, Lille » sur « quelque centaines de malades ». On croise les doigts. Mais pour l’heure, inutile de se procurer de la chloroquine, tant que son efficacité contre le virus n’est pas confirmée.

Publié le : 20/03/2020 à 00:28 - Mis à jour le : 20/03/2020 à 00:30

Gérard Pandolfo explique le retard de la mise en place du traitement :

« Le professeur Didier Raoult explique comment les journalistes des Décodeurs du Monde l’ont accusé de Fake News, au sujet de l’efficacité du traitement à la chloroquine.

Il a été aussi classé comme « FakeNews » sur le site du Ministère de la Santé avant que ces derniers retirent leur article. Il fait aujourd’hui partie du comité scientifique du ministère de la santé dont il critique d’ailleurs, dans Marianne, l’efficacité car ils font plus de politique que de la médecine. Comme il dit, « J’y dis ce que je pense, mais ce n’est pas traduit en acte. On appelle cela, des conseils scientifiques, mais ils sont politiques. J’y suis comme un extra-terrestre. »

La solution qu’il propose était snobée probablement pour sa simplicité, car elle dérive de l’ancienne nivaquine, bien connue des anciens de l’Afrique, produit imparfait et remplacé dans les années 60 par la malocide. Mais visiblement cela fonctionne dans le cas de ce virus. Je rajoute pour l’anecdote que nous avons partagé les bancs du même lycée à Dakar où lui-même était né. Nous avons en France une vieille tradition de médecine tropicale, à travers la médecine militaire, et je ne comprends pas comment la nouvelle génération de politiques et de hauts fonctionnaires a pu traiter avec autant de mépris ce domaine de compétences, stupidement associé sûrement dans leurs cerveaux bodybuildés mais faibles à notre période coloniale.

Quand cette affaire sera terminée beaucoup se verront présenter la facture et plusieurs devront payer comptant. »
Gerard Pandolfo

Voir les commentaires

Légifrance : l'hydroxychloroquine classée parmi les substances vénéneuses le 13 janvier 2020

19 Mars 2020, 17:43pm

Agnès Buzin et le Pr Salomon responsables de ce classement

Agnès Buzin et le Pr Salomon responsables de ce classement

JORF n°0012 du 15 janvier 2020
texte n° 13




Arrêté du 13 janvier 2020 portant classement sur les listes des substances vénéneuses

NOR: SSAP2001007AELI:


La ministre des solidarités et de la santé,
Vu le code de la santé publique, notamment les articles L. 5132-1, L. 5132-6, L. 5132-7 et R. 5132-1 ;
Vu l'arrêté du 22 février 1990 modifié portant inscription sur les listes I et II des substances vénéneuses définies à l'article L. 5132-6 du code de la santé publique ;
Vu l'avis du directeur général de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail en date du 12 novembre 2019 ;
Sur proposition du directeur général de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé en date du 13 décembre 2019,
Arrête :

Article 1


Est classée sur la liste II des substances vénéneuses l'hydroxychloroquine sous toutes ses formes.

Article 2


Le directeur général de la santé et le directeur général de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.


Fait le 13 janvier 2020.


Pour la ministre et par délégation :

Le directeur général de la santé,

J. Salomon

Voir les commentaires

Barrages, l'eau sous haute tension

19 Mars 2020, 10:26am

Voir les commentaires