Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Résultat pour “effet secondaire en attente”

Effets secondaires en attente...

6 Février 2021, 11:27am

Voir les commentaires

Dr Denis Agret : Effets secondaires suite vaccinations Covid

10 Mars 2021, 21:56pm

Voir les commentaires

Un mort sur mille en Norvège après le vaccin Pfizer

16 Janvier 2021, 18:23pm

Publié par Ciel Voilé

Un mort sur mille en Norvège après le vaccin Pfizer

16 janvier 2021


Des dizaines de morts en Norvège : Juste le début du génocide vaccinal ?


ON NE PEUT PAS VOUS FORCER À PRENDRE UN VACCIN EXPÉRIMENTAL "AUU" ! [1]

Rima E. Laibow, MD, directrice médicale, Natural Solutions Foundation

 

http://www.opensourcetruth.com/dontyoudare-1-1000-dead-in-norway-after-pfizer-vaccine/


Apparemment, nous sommes maintenant dans un monde où, lorsque le "vaccin" expérimental à ARNm COVID-19 de Pfizer tue un peu plus d'une personne sur 1 000 - 23 personnes sur 25 000 vaccinées, et que tous les receveurs sont des personnes âgées médicalement fragiles, c'est acceptable. [2]


Et bien que dans les 13/23 décès qui ont été autopsiés, tous montrent le même schéma d'effets secondaires liés au vaccin causant la mort, leurs décès ne "pourraient" être liés qu'au vaccin :


"Les rapports pourraient indiquer que les effets secondaires courants des vaccins à ARNm, tels que la fièvre et les nausées, ont pu entraîner la mort de certains patients fragiles", a noté le médecin en chef Sigurd Hortemo de l'Agence norvégienne des médicaments". [3]


Mais ne vous inquiétez pas. Pfizer étudie le vaccin de Pfizer, ce qui inspire une confiance écrasante dans le résultat. Dans une lettre à Bloomberg, Pfizer a assuré à cette publication à vocation financière qu'elle n'était pas du tout concernée.

 

Selon Pfizer :


"Pfizer et BioNTech collaborent avec l'organisme de réglementation norvégien pour enquêter sur les décès survenus en Norvège", a déclaré Pfizer dans une déclaration envoyée par courrier électronique, nous rassurant sur le fait que l'agence a constaté que "le nombre d'incidents à ce jour n'est pas alarmant, et conforme aux attentes...". [4]
Les attentes de qui ? Une personne âgée sur 1000 est morte dans les heures qui ont suivi le coup de feu.  Est-ce que c'est ce à quoi on vous a amené à vous attendre ? On m'a fait croire que Pfizer et Moderna étaient censés protéger ces personnes âgées et fragiles de la pandémie prétendument mortelle. 

 

Oh, attendez : le "vaccin" est mortel, il tue les personnes âgées dont le traitement médical est coûteux. Lorsqu'un médecin de 53 ans, auparavant en parfaite santé, meurt en Floride 16 jours après l'injection de Pfizer, à la suite d'une réaction vaccinale si évidente qu'un professeur de l'école de médecine de l'université Johns Hopkins déclare qu'il s'agit bien d'un décès lié au vaccin, apparemment Pfizer pense que c'est également acceptable.


L'Europe est un peu plus prudente en matière de vaccins que les États-Unis, qui viennent d'abaisser l'âge auquel les gens peuvent se faire vacciner contre le COVID-19 sans qu'aucune donnée scientifique ne vienne étayer ce changement.

 

Emer Cooke, le nouveau directeur de l'Agence européenne des médicaments, a déclaré que le suivi de la sécurité des vaccins COVID, en particulier ceux qui reposent sur de nouvelles technologies telles que l'ARN messager, serait l'un des plus grands défis à relever une fois que les vaccins seront largement diffusés. Il n'en reste pas moins que, sans grande rigueur scientifique, M. Cooke est prêt à continuer à vacciner. [4]


Après 23 décès post-vaccin en Norvège, ce pays, mais pas Pfizer, conseille maintenant aux personnes âgées et fragiles de ne pas se faire vacciner car c'est trop dangereux pour elles : "Si vous êtes très fragile, vous ne devriez probablement pas être vacciné", a déclaré Steinar Madsen, de l'Agence norvégienne des médicaments, lors d'un webinaire sur le vaccin corona destiné aux journalistes jeudi [6].


Attendez ! Quoi ? La cible principale de la "protection" du vaccin n'était-elle pas censée être les personnes âgées [très coûteuses] et échouer ? N'est-ce pas pour cela que nous nous précipitons pour les vacciner dans les établissements de soins ?


Pour rendre les eaux plus troubles, songez qu'Emer Cooke, le nouveau directeur de l'Agence européenne des médicaments, a déclaré que le suivi de la sécurité des vaccins Covid, en particulier ceux qui reposent sur de nouvelles technologies telles que l'ARN messager, serait l'un des plus grands défis à relever une fois que les vaccins seront largement diffusés. [7]


N'oubliez pas que vous et vos proches âgés ne pouvez pas être obligés de prendre les vaccins de l'autorisation d'utilisation d'urgence (AUU) ! C'est exactement ce que la FDA a dit.  [8]


"La FDA doit s'assurer que les destinataires du vaccin dans le cadre d'une AUU sont informés ... des avantages (sic) et des risques connus et potentiels, de la mesure dans laquelle les avantages et les risques sont inconnus, qu'ils ont la possibilité d'accepter ou de refuser le vaccin, et de toutes les alternatives disponibles …"


Faites valoir votre droit au consentement éclairé pour dire "Ne t'avise pas !

 

https://tinyurl.com/AVDcard


—–
[1] http://www.opensourcetruth.com/fda-admits-your-right-to-refuse-covid-eua-vax/


[2] 23 personnes âgées sont mortes en Norvège après avoir reçu l'injection expérimentale d'ARNm de COVID de Pfizer (vaccineimpact.com)

 

[3] L'Agence norvégienne des médicaments établit un lien entre 13 décès et les effets secondaires des vaccins. Ceux qui sont morts étaient âgés et frêles - La Norvège aujourd'hui
 

[4] Effets secondaires du vaccin Covid-19 : La Norvège met en garde contre les risques pour les patients malades de plus de 80 ans - Bloomberg
 

[5] Le chef de l'agence européenne du médicament met en garde contre les problèmes de sécurité des vaccins contre les coronavirus | South China Morning Post (scmp.com)
 

[6] 23 personnes âgées sont mortes en Norvège après avoir reçu l'injection expérimentale d'ARNm de COVID de Pfizer (vaccineimpact.com)
 

[7] https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-11-16/europe-s-new-drug-agency-head-warns-of-vaccine-safety-challenges


[8] https://www.fda.gov/vaccines-blood-biologics/vaccines/emergency-use-authorization-vaccines-explained




 

Voir les commentaires

Plus de file d'attente à l'IHU

2 Octobre 2020, 12:10pm

Voir les commentaires

Covid-19 : Rapport d’expertise sur les vaccins ayant recours aux technologies OGM

23 Novembre 2020, 10:04am

Covid-19 : Rapport d’expertise sur les vaccins ayant recours aux technologies OGM

Rapport de 14 pages de Christian Velot

CRIIGEN – Le 12 octobre 2020

 

https://criigen.org/rapport-dexpertise-sur-les-vaccins-genetiquement-modifie/

 

 

Le règlement européen 2020/1043 vient modifier la règlementation OGM. Il permet à tout essai clinique de médicaments contenant des OGM, ou consistant en de tels organismes destinés à traiter ou à prévenir la Covid-19, d’échapper aux évaluations préalables sur la santé et l’environnement. Six associations et groupes de citoyens, représentés par Maitre TUMERELLE, ont déposé un recours en annulation de ce règlement. En appui à cette procédure, le Dr VÉLOT, généticien moléculaire à l’Université-Paris-Saclay et Président du Conseil scientifique du CRIIGEN, a rédigé un rapport d’expertise grand public sur les risques sanitaires et environnementaux que peuvent présenter les candidats vaccins contre la Covid-19 actuellement en cours d’essais cliniques. Il montre ainsi en quoi ce règlement européen est dangereux. Nous tenons à préciser qu’il ne s’agit là d’aucune prise de position anti ou pro-vaccinale, mais simplement d’une analyse objective des risques en fonction des différents types de vaccins à l’étude. Au regard d’une future campagne de vaccination qui se veut massive et mondiale, une telle carence d’évaluation est en total désaccord avec le principe de précaution qui devrait s’imposer en termes de santé publique.

 

 

Voici la conclusion du rapport de Christian Velot :

 

  1. Considérations générales relatives à l’évaluation des risques liés à ces vaccins

 

Le recours à des vaccins délivrant du matériel génétique viral (ADN ou ARN) est nouveau ou récent. L’utilisation de virus génétiquement modifiés comme vecteurs, notamment à des fins de thérapie génique ou d’immunothérapie a montré à quel point les effets indésirables sont variés, non maitrisés et peuvent être graves. Si les tentatives de l’immunothérapie sont relativement récentes, les échecs de la thérapie génique depuis près de 35 ans sont là pour nous le rappeler. Ces échecs s’expliquent en grande partie par la recherche du scoop au détriment de l’efficacité et/ou la biosécurité. Une telle démarche ne permettra jamais de répondre à l’attente et aux besoins en terme de soin.CRRGEN

Note d’expertise vaccins GM Dr C. Vélot Septembre 2020 10 Mais l’utilisation de ces mêmes vecteurs à des fins de vaccination revêt encore une autre dimension. En effet, la thérapie génique ou l’immunothérapie concernent non seulement un nombre limité de personnes mais des personnes gravement malades. Par conséquent, non seulement les éventuels effets secondaires concernent un nombre restreint d’individus mais la gravité de leur état de santé et la situation durgence sanitaire dans laquelle ils se trouvent permet sans doute d’accepter une certaine prise de risques. Dans le cas de vaccins, nous sommes dans une démarche de prévention. Cela concerne donc un nombre considérable de personnes dont la grande majorité est en bonne santé (en tout cas vis-à-vis de la pathologie de laquelle le vaccin est censé nous protéger). Des effets secondaires non maitrisés auraient donc des retombées considérables, surtout dans une campagne de vaccination de masse telle que celle destinée à lutter contre la Covid-19. Ces retombées pourraient être désastreuses sur le plan sanitaire bien sûr mais également sur le plan environnemental (dans le cas par exemple de la propagation de nouveaux virus recombinants : voir section IV.3.1.). Et le fait qu’il s’agisse d’une démarche de prévention n’autorise aucune prise de risque.Par conséquent, ces candidats vaccins nécessitent une évaluation sanitaire et environnementale approfondie incompatible avec l’urgence, qu’il s’agisse de celle résultant de la pression des autorités décisionnelles et sanitaires ou celle des profits des industries pharmaceutiques embarquées dans cette course au vaccin. Dans sa note de cadrage du 23 juillet 2020 sur la stratégie vaccinale contre la Covid-19 [35], la Haute Autorité de Santé (HAS) déclare : « Dans le cadre de la pandémie de Covid-19, l’enjeu est donc de concevoir un vaccin le plus efficace et le plus sûr possible en un temps record ». Cette allégation est un non sens et une aberration de la part d’une autorité telle que la HAS. Les dangers liés aux caractéristiques des vecteurs viraux génétiquement modifiés ou à leur éventuelle dispersion ou dissémination doivent être traités dans le cadre d’une évaluation des risques environnementaux extrêmement contraignante. Au contraire, les articles 2 et 3 du tout récent règlement européen 2020/1043 selon lesquels tout essai clinique de médicaments contenant des OGM ou consistant en de tels organismes et destinés à traiter ou à prévenir la Covid-19 échappe aux évaluations préalables sur la santé et l’environnement ouvre la porte au plus grand laxisme en terme d’évaluation et va totalement à l’encontre du principe de précaution.De plus, ce règlement, remet en cause, de fait, la législation de confinement qui s’applique aux micro-organismes et aux virus génétiquement modifiés. Cette règlementation définit 4 niveaux de confinement (identifiés de 1 à 4, le confinement étant d’autant plus contraignant que le chiffre est plus élevé). La manipulation de virus pathogènes exige un confinement minimal de 2, très souvent de 3, voire 4. Les dispositions du règlement 2020/1043 ouvrent la porte à un confinement zéro avant même d’avoir apporté la preuve de la sécurité sanitaire et environnementale des virus génétiquement modifiés en question.

 

Voir les commentaires

Zéro indemnité : Les grandes entreprises pharmaceutiques ne seront PAS tenues responsables des effets secondaires du vaccin Covid

4 Août 2020, 06:45am

Zéro indemnité : Les grandes entreprises pharmaceutiques ne seront PAS tenues responsables des effets secondaires du vaccin Covid

Zéro indemnité : Les grandes entreprises pharmaceutiques ne seront PAS tenues responsables des effets secondaires du vaccin Covid


31 juil. 2020 - https://on.rt.com/anc1



Par Peter Andrews, journaliste scientifique et écrivain irlandais basé à Londres. Il a une formation en sciences de la vie et est diplômé de l'université de Glasgow en génétique.


Un cadre supérieur du géant pharmaceutique AstraZeneca a confirmé que sa société ne peut faire l'objet d'une action en justice pour tout effet secondaire potentiel causé par son vaccin Covid. Les personnes concernées n'auront aucun recours juridique.


AstraZeneca est l'une des 25 sociétés pharmaceutiques dans le monde qui testent déjà leurs vaccins Covid sur des humains, en vue de les injecter à des centaines de millions de personnes. Il s'agit d'une période de grande affluence pour la plus grande société pharmaceutique britannique, qui vaut quelque chose comme 70 millions de livres sterling. Elle vient d'annoncer des bénéfices exceptionnels de 12,6 milliards de dollars pour les six derniers mois seulement.


Mais malgré son bilan sain, AstraZeneca ne veut pas être tenue responsable des effets secondaires potentiels de son "prometteur" candidat vaccin. En d'autres termes, la société est entièrement protégée, ou indemnisée, contre les poursuites judiciaires intentées par des personnes qui se sont fait injecter leur vaccin et qui en subissent les effets négatifs, quelle que soit leur gravité ou leur durée.


Les avocats de la société ont exigé que des clauses à cet effet soient insérées dans leurs contrats avec les pays où AstraZeneca a accepté de fournir son vaccin Covid. La société affirme que, sans ces garanties d'indemnisation, elle ne serait pas incitée à produire le médicament. Et il semble que la plupart des pays aient cédé à cette demande.


Fait dans l'intérêt national ?


Ruud Dobber, un cadre supérieur d'AstraZeneca, a déclaré à Reuters : "Dans les contrats que nous avons mis en place, nous demandons une indemnisation. Pour la plupart des pays, il est acceptable de prendre ce risque sur leurs épaules parce que c'est dans leur intérêt national". Pour "intérêt national", lire "intérêt du gouvernement". La question de savoir si ce qui se passe est bon pour les populations des pays vaccinés reste, pour ne pas dire plus, une question ouverte.


Dobber a refusé de nommer les pays qui ont passé commande pour le vaccin de la firme, bien que de nombreuses grandes démocraties occidentales soient susceptibles de figurer sur la liste. Le gouvernement britannique s'est lancé dans une course aux dépenses de vaccins, en achetant 250 millions de doses auprès de diverses grandes entreprises pharmaceutiques. Les États-Unis, quant à eux, ont une longueur d'avance dans ce domaine : ils disposent d'un cadre juridique spécial dans lequel aucune entreprise pharmaceutique ne peut être poursuivie pour les effets secondaires des vaccins en cas d'"urgence de santé publique". Cette législation, connue sous le nom de PREP Act, est le fruit d'un effort de lobbying massif de la part de l'industrie pharmaceutique américaine, et a été introduite malgré la vigoureuse opposition des groupes de consommateurs. À moins que le fabricant de vaccins ne vous tue ou ne vous blesse intentionnellement - faute intentionnelle - vous ne pouvez pas le poursuivre en justice.


Comme de hauts fonctionnaires de l'Union européenne l'ont déclaré à Reuters cette semaine, ils s'engueulent avec les fabricants de vaccins sur les prix, les délais de paiement et, surtout, la responsabilité. Il n'est guère surprenant que personne ne veuille être tenu responsable. Remplir une population d'un vaccin expérimental pour l'"immuniser" contre une maladie qui est inoffensive pour la plupart des gens, et être ensuite tenu responsable des conséquences ? Je ne pense pas qu'il en soit ainsi. Les dirigeants des grandes entreprises pharmaceutiques ne gagnent pas les salaires à sept chiffres qu'ils touchent pour être tombés dans de tels pièges.

 

Dobber a également ajouté : "C'est une situation unique dans laquelle nous, en tant qu'entreprise, ne pouvons tout simplement pas prendre le risque si dans ... quatre ans, le vaccin présente des effets secondaires". Oh... d'accord alors. Alors, qui prend la responsabilité ? L'OMS ? Non. Les politiciens ? Ne me faites pas rire. Personne ? Je t'ai eu.


Qui paie ?


Parce qu'il existe une garantie virtuelle selon laquelle, dans le cadre d'un programme de vaccination important, certaines personnes seront lésées, voire tuées, par le vaccin, certains pays ont mis en place des fonds publics spéciaux pour indemniser les personnes touchées. L'OMS soutient ce modèle de dédommagement financé par le contribuable pour les demandeurs de vaccins.


Les États-Unis disposent d'un tel fonds, tout comme de nombreux pays européens, dont le Royaume-Uni, l'Allemagne, la Suède et l'Italie. Il peut être utile de consulter le système en vigueur dans votre pays si vous êtes inquiet au sujet du vaccin. Une chose est sûre cependant : en ce qui concerne le Covid-19, les capitaux privés ont décidé qu'ils ne voulaient rien avoir à faire avec les conséquences à long terme de leurs vaccinations.
 

 

https://www.rt.com/news/496801-pharma-not-accountable-vaccine-effect/

 

Voir les commentaires

Vaccin Pfizer : étude bidouillée et conclusions douteuses

18 Janvier 2021, 16:45pm

Vaccin Pfizer : étude bidouillée et conclusions douteuses

Jean-Dominique Michel - dimanche 17 janvier 2021


 

Dans l’acte où nous nous trouvons de cette triste tragicomédie collective, les zautorités et les médias se gargarisent de notre « unique planche de salut vaccinale ». Dans ce rétrécissement de la pensée caractéristique des uns et des autres, on nous explique que l’efficacité du vaccin est de 95%, qu’il n’a pas d’effets secondaires graves, que les normes de sécurité ont été respectées et que seuls des irresponsables et des inconscients (suivez notre regard !) peuvent encore s’entêter à poser quelques questions…

Le narratif officiel a en effet l’air cohérent :

  1. Nous sommes face à une épidémie d’une gravité sans précédents depuis la terrible grippe espagnole de 1918.

  2. Cette épidémie tue massivement.

  3. Il n’y a pas de remèdes pour soigner les personnes infectées avant qu’elles aient éventuellement besoin d’être hospitalisées aux soins intensifs.

  4. Tout notre espoir repose donc sur la perspective d’un vaccin.

  5. Le virus est tout, donc il ne sert à rien de perdre son temps avec des mesures autres que vaccinales (prévention, promotion de la santé et soutien à l’immunité).

  6. Des équipes scientifiques ont réalisé la prouesse de réaliser un vaccin en un temps record.

  7. Malgré cette vitesse, toutes les étapes de sécurité ont été respectées grâce à l’immensité des moyens mis à disposition.

  8. Les résultats montrent que le vaccin est sûr, efficace et avec très peu d’effets secondaires.

  9. Il est donc urgent de vacciner la population dans son ensemble, en commençant par les groupes les plus à risque.

  10. Ceux qui s’opposent ou mettent en doute le vaccin sont dangereux pour la collectivité puisqu’ils risquent de mettre en échec notre seule planche de salut.

  11. Contrairement à ce qui est avancé par ces « irresponsables » et même si on n’a pas de recul quant à leur usage, les vaccins géniques à ARN sont sûrs et ne peuvent en rien endommager notre ADN.

  12. Vaccinons, vaccinons, vaccinons et nous reviendrons (enfin !) à la vie d’avant.

 

Le problème ? C’est que chacun des items de cette liste est faux.

 

 

Voir les commentaires

Pourquoi le vaccin contre le coronavirus de Pfizer doit-il être stocké à -70C ?

19 Novembre 2020, 03:51am

Pourquoi le vaccin contre le coronavirus de Pfizer doit-il être stocké à -70C ?

... parce qu'il contient des composants nanotechnologiques expérimentaux qui n'ont JAMAIS été utilisés dans des vaccins auparavant...

Mercredi 18 novembre 2020 - Mike Adams -

 

https://www.distributednews.com/475569.html



(Natural News) Vous voyez les reportages partout aux actualités : Le nouveau vaccin contre les coronavirus de Pfizer doit être stocké à -70C (-94F), ce qui est beaucoup plus froid que le pôle Nord. S'il n'est pas stocké à cette température, ses ingrédients commencent à se décomposer et il ne fonctionne pas. Actuellement, Pfizer affirme, sans preuve, que son vaccin est "efficace à 90%". Mais cette affirmation n'est rien d'autre que de la propagande d'entreprise destinée à faire monter le prix des actions par de fausses projections.

Mais d'abord, pourquoi ces vaccins doivent-ils être maintenus à -70C ?

La réponse est qu'ils contiennent des ingrédients potentiellement dangereux qui n'ont jamais été utilisés dans des vaccins auparavant.

Comme l'a expliqué Children's Health Defense dans un article du 6 août, « les vaccins à ARNm soumis aux essais cliniques du Covid-19, y compris le vaccin Moderna, reposent sur un « système porteur » à base de nanoparticules contenant un produit chimique synthétique appelé polyéthylène glycol (PEG) ».

CHD poursuit en expliquant :

L'utilisation du PEG dans les médicaments et les vaccins est de plus en plus controversée en raison de l'incidence bien documentée des réactions immunitaires indésirables liées au PEG, y compris l'anaphylaxie qui met la vie en danger.

Environ sept américains sur dix pourraient déjà être sensibilisés au PEG, ce qui pourrait entraîner une réduction de l'efficacité du vaccin et une augmentation des effets secondaires indésirables.

Si un vaccin à ARNm contenant du PEG pour Covid-19 obtient l'approbation de la FDA, la hausse de l'exposition au PEG sera sans précédent - et potentiellement désastreuse.

Les documents et publications de Moderna indiquent que l'entreprise est bien consciente des risques de sécurité associés au PEG et à d'autres aspects de sa technologie d'ARNm, mais qu'elle se préoccupe davantage de ses résultats.


Les nanoparticules lipidiques provoquent des réactions hyper inflammatoires dans l'organisme, entraînant des réactions graves, une hospitalisation et potentiellement la MORT.

Pourquoi les LNP (nanoparticules lipidiques) sont-elles utilisées dans ces vaccins ? Comme l'explique plus en détail CHD :

Les LNP « encapsulent les constructions d'ARNm pour les protéger de la dégradation et favoriser l'absorption cellulaire » et, en outre, renforcent le système immunitaire (une propriété que les scientifiques du vaccin décrivent d'ordinaire comme les "propriétés adjuvantes inhérentes" des LNP).

En d'autres termes, les LNP sont des adjuvants, c'est-à-dire qu'ils sont conçus pour provoquer des réactions hyper inflammatoires chez les êtres humains, une fois injectés. Ceci est fait dans le but d'induire la création d'anticorps qui permettent ensuite au fabricant de vaccins de revendiquer des taux d'"efficacité" élevés, même lorsque ces mêmes adjuvants provoquent des réactions indésirables graves.

Selon les récents essais de vaccins menés par Moderna, 100% des sujets humains du groupe d'essai des vaccins à forte dose ont subi des réactions indésirables.

Le gouvernement britannique se prépare à une vague de décès liés aux vaccins

Les réactions indésirables causées par les vaccins à ARNm contre les coronavirus sont si répandues que le gouvernement britannique a récemment admis qu'il s'attendait à une vague massive de "réactions indésirables" / effets secondaires des vaccins contre les coronavirus. Comme je l'ai décrit dans mon précédent article, "Vague de morts par vaccin : le gouvernement britannique lance un appel d'offres pour un système d'IA afin de traiter le flot attendu de blessures et d'effets secondaires du vaccin COVID-19 décrit comme une « menace directe à la vie des patients »" :

Le gouvernement britannique a publié un appel d'offres et un avis d'attribution de marché, recherchant un système d'intelligence artificielle (IA) capable de traiter le flot attendu de lésion et d'effets secondaires du vaccin COVID-19.

Cette offre explique, selon les propres termes du gouvernement :

Le MHRA recherche d'urgence un outil logiciel d'intelligence artificielle (IA) pour traiter le volume élevé attendu d'effets indésirables du vaccin Covid-19 et s'assurer qu'aucun détail de la description des réactions n'est oublié.

En d'autres termes, ils savent déjà que ces vaccins vont tuer un grand nombre de personnes.

David Knight a présenté aujourd'hui dans son émission un lanceur d'alerte britannique qui a révélé que les adjuvants des vaccins contre les coronavirus présentent un taux de stérilité de 97 % chez les femmes qui prennent le vaccin. C'est ce qui se produit lorsque vous confiez la synthèse de vos protéines à des sociétés malveillantes qui poursuivent un programme mondial de dépopulation :

Les décès dûs aux vaccins contre les coronavirus seront classés comme des décès dûs au covid-19 pour que l'escroquerie continue

Plus important encore, comme les gens commenceront à mourir des vaccins contre les coronavirus, l'establishment médical classera tous ces décès dans la catégorie « décès covid-19 » afin de prétendre que la pandémie s'aggrave.

Cela créera un tout nouveau cycle de mort, d'hystérie médiatique et de politiques de vaccination obligatoire. Ceux-ci, à leur tour, tueront encore plus de personnes, alimentant ainsi la même boucle de rétroaction qui fait que davantage de personnes seront vaccinées et tuées.


En fin de compte, les vaccins eux-mêmes finiront probablement par tuer plus de gens que le coronavirus. Et nous aurons atteint le cauchemar médical autoritaire de George Orwell où le « traitement » maintient la pandémie à perpétuité, alors que l'ensemble de l'escroquerie est utilisé pour écraser la liberté humaine et asservir les gens dans leurs propres maisons et appartements, partout dans le monde.


C'est ce qui se passe lorsque vous laissez les grandes entreprises pharmaceutiques s'associer à l'État profond pour écraser la liberté humaine et travailler à leur objectif ultime de génocide de masse contre la race humaine.


Bill Gates est sans doute en train de le célébrer en ce moment même, avant même que les morts en masse ne commencent.


Si vous voulez survivre à tout cela, résistez à tout prix au vaccin contre le coronavirus. Résistez à la violence du vaccin avec tous les moyens d'autodéfense dont vous disposez, ou vous serez tué.


Le vaccin AstraZeneca, soit dit en passant, est fabriqué à partir de cellules de fœtus humains avortés provenant d'un bébé mâle de 14 semaines. Donc, si vous vous faites injecter ce vaccin, c'est du cannibalisme médical, et vous soutenez l'industrie qui collecte des parties du corps de bébé à des fins lucratives (c'est-à-dire les ateliers de découpe de bébés du Planned Parenthood).

 

Voir les commentaires

Vaccination : cette note qui décharge les médecins de toute responsabilité pénale au nom de l’urgence

4 Janvier 2021, 09:24am

Vaccination : cette note qui décharge les médecins de toute responsabilité pénale au nom de l’urgence

Commentaire reçu :

"C'est faux, j'ai vérifié ; juridiquement une lettre de Véran n'engage à rien, ce d'autant que son mandat prendra fin au plus tard en 2022 , et les effets secondaires peuvent avoir lieu d'ici plusieurs mois, voire plusieurs années.

L'ONIAM n'intervient que dans des cas strictement limités définis dans le code la santé publique; or l'article encadrant les conditions de garanties n'a pas été modifié depuis 2007; sauf erreur, aucun texte n'a été publié au journal officiel récemment pour modifier cet article depuis la lettre de Véran.

C'est donc une infox visant à inciter le personnel médical à vacciner mais le problème de leur assurance reste entier. Au Canada, ils sont plus responsables et prudents; les législateurs canadiens ont spécialement prévu un fond de couverture pour les accidents vaccinaux liés à la vaccination anti-covid.

Article L1142-22 du code de la santé publique (CSP) https://www.oniam.fr/lois-reglements

Il faudrait qu'un avocat ou un collectif interroge directement l'ONIAM par écrit....Qui ment un jour, ment toujours."

VACCIN – Dans un courrier, Olivier Véran a informé les médecins qu’ils ne pourront être tenus responsables d’éventuels effets secondaires liés au vaccin. C’est l’État qui se portera garant d’indemniser d'éventuelles victimes, comme il l'a déjà fait lors de la vaccination contre la grippe H1N1.

31 déc. 2020 - Caroline Quevrain - LCI

À situation exceptionnelle, moyens exceptionnels.  Alors que la campagne de vaccination a débuté en France dimanche 27 décembre, l’objectif est maintenant de vacciner en priorité 15 millions de personnes considérées comme les plus fragiles. Pour ce faire, l’exécutif tient à ce que la campagne se fasse au plus près des Français, par l’intermédiaire des médecins de ville. "Il est souhaitable que le médecin généraliste soit au cœur du dispositif et en particulier le médecin traitant", a souligné Jean Castex en présentant la stratégie française de vaccination. 

De fait, même si Olivier Véran a évoqué la mise en place de centres de vaccination, les médecins de ville vont jouer un rôle central dans la campagne, avec notamment une consultation médicale préalable pour chaque personne vaccinée. Un rôle d’autant plus important dans les Ehpad, où les médecins traitants pourront décider en dernier ressort de la vaccination ou non d’un résident, si celui-ci n’est pas en état de choisir par lui-même et s’il n’a pas de tuteur ou de représentant légal désigné. Cela induit que l’ensemble des professionnels de santé jouent pleinement le jeu de la vaccination. Mais comment le garantir ?


 


 

 


 


 


 

 

Voir les commentaires

Choix des volontaires pour les essais de vaccin contre le Covid-19

6 Novembre 2020, 18:29pm

Publié par kla.tv

Choix des volontaires pour les essais de vaccin contre le Covid-19

La vidéo de kla.tv a été censurée. Ci-dessous le texte de son contenu.

Le caractère scandaleusement insidieux des tests du vaccin contre le coronavirus www.kla.tv/17480

03.11.2020

Le journal DIE WELT (Le Monde allemand) a rapporté le 9 septembre 2020 que la société pharmaceutique AstraZeneca a dû arrêter de tester le vaccin contre le coronavirus en raison de graves effets secondaires. Cela est présenté comme une pure mesure de précaution, mais cela est très discutable. D'autant plus que le vaccin contre le coronavirus est censé être prêt en quelques mois, ce qui est en contradiction avec toutes les règles et les expériences antérieures.

 

Comme l'écrit la revue médicale Arzt & Karriere : « La production d'un vaccin efficace et sûr contre un nouveau virus est un processus long et complexe. En moyenne, on peut s'attendre à une période d'environ dix à douze ans entre la recherche et la validation». Si on examine également les critères de sélection des personnes sélectionnées pour les tests du vaccin, on a l'impression que l'on veut seulement passer la phase de test de la manière la plus positive possible.

Parce que les seules personnes qui peuvent le faire sont celles qui: - pratique l'abstinence ou la contraception pendant au moins 30 jours avant et jusqu'à 60 jours après la dernière vaccination

• - peut présenter un test de grossesse actuel négatif ! (pour les femmes en âge de procréer) • - ne sont pas donneurs de sang ou de sperme,

• - et sont en parfaite santé Les raisons de l'exclusion à la participation aux essais du vaccin controversé sont, par exemple :

• - de prendre des médicaments, des anticoagulants ou de l'aspirine

• - les maladies respiratoires ou les contacts avec des personnes infectées par le coronavirus SRAS-CoV-2

• - la migraine au cours des 5 dernières années

• - les maladies auto-immunes

• - les maladies chroniques du foie, y compris la maladie du foie gras

• - une hypersensibilité ou une réaction allergique à une vaccination antérieure

• - la consommation d'alcool au cours des 6 derniers mois avant la première administration du vaccin

Ces critères, totalement étrangers à la pratique habituelle, garantissent que les tests révèlent le moins d'effets secondaires possible. La période d'observation de quelques semaines n'est en aucun cas suffisante pour exclure des effets tardifs. Pour le dire clairement : Les tests ne tiennent pas compte des effets du vaccin, par exemple en cas de prise de médicaments ou d'alcool, des complications qui peuvent survenir en cas de maladies antérieures ou d'intolérances antérieures à une vaccination, ni de la manière dont la vaccination affecte une grossesse existante et l'enfant à naître.

Cela ne révèle-t-il pas un scandaleux caractère insidieux?

En Allemagne, « les études sur la tolérance aux vaccins chez les femmes enceintes ne sont pas menées, entre autres pour des raisons éthiques ». Mais il n'y a apparemment pas de scrupule à en inoculer à tout le monde après le lancement sur le marché.

Deux grands scandales médicaux méritent d'être rappelés ici : la vaccination contre la grippe porcine a provoqué à elle seule la narcolepsie, une maladie du sommeil, chez 1 300 personnes. Heureusement, à l'époque seulement peu de personnes se sont fait vacciner. Le Contergan, qui contenait de la thalidomide, était par exemple, considéré comme particulièrement sûr à la fin des années 1950. La prise de ce médicament au cours de certaines semaines de la grossesse a entraîné de graves malformations chez les enfants à naître. Même à cette époque, les voix critiques concernant les risques n'ont pas été entendues pendant longtemps. Cette folie n'a pris fin qu'après que des milliers d'enfants gravement atteints et mort-nés ont été mis au monde.

Cependant, la vaccination contre le coronavirus n'est pas seulement un risque sanitaire incalculable, que nous avons également souligné dans l‘émission « Réveil urgent : la vaccination contre le coronavirus intervient dans l'ADN ». Un autre « effet secondaire » grave, tout à fait différent, se fait déjà sentir : la vaccination divisera notre société encore plus profondément que ne le font déjà les mesures coercitives précédentes.

 

Ceux qui sont asservis aux politiciens et aux médias dirigés par les laboratoires pharmaceutiques exerceront une pression massive sur ceux qui ne veulent pas être vaccinés suite à leurs propres recherches approfondies.

Afin d’éviter des conséquences préjudiciables, informez maintenant vos amis et connaissances des risques incalculables associés aux vaccinations prévues contre le coronavirus. Diffusez davantage l‘émission dans les réseaux sociaux afin que chacun puisse en prendre conscience par lui-même.

Liens sources:

 

Durée des tests de vaccins Dauer Impfstofftests https://arztundkarriere.com/forschung/die-entwicklung-impfstoffen/
 
Exigences pour les participants aux essais cliniques Anforderungen an die Teilnehmer der klinischen Erprobung https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT04283461?term=vaccine&cond=covid-19&draw=2
 
Premières entreprises approuvées pour des essais cliniques : Erste für klinische Tests zugelassene Firmen: https://www.youtube.com/watch?v=mfh4vHCEty0
ab 22:38 Min. Tests de vaccins Impfstoffprüfung https://www.aerzteblatt.de/archiv/67275/Impfung-gegen-Influenza-A-H1N1-Impfsurveillance-fuer-Schwangere

 
Antécédents de vaccination avec la grippe porcine : Impfschadensfälle bei der Schweinegrippe: https://www.spiegel.de/gesundheit/diagnose/schweinegrippe-impfstoff-pandemrix-risiken-wurden-ignoriert-a-1229144.html
 

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>