Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Résultat pour “effet secondaire en attente”

Un médecin canadien ose dire la vérité sur les effets des vaccins Covid

27 Avril 2021, 14:34pm

Un médecin canadien ose dire la vérité sur les effets des vaccins Covid

Un médecin canadien défie son obligation de silence et raconte au public comment les injections de Moderna COVID ont tué et handicapé de façon permanente des autochtones de sa communauté.

Brian Shilhavy Rédacteur en chef, Health Impact News 26 avril 2021


Charles Hoffe est médecin depuis 28 ans dans la petite ville rurale de Lytton, en Colombie-Britannique (Canada). La ville est composée de nombreux groupes autochtones et des "Premières nations".


Lorsque le Dr Hoffe a reçu 900 doses d'injections de COVID-19 expérimental de Moderna, il a administré les doses par l'intermédiaire de la clinique médicale de Lytton à ceux qui le souhaitaient.


Il a choisi de ne pas recevoir l'injection lui-même.


Le Dr Hoffe rapporte que le résultat de l'injection de 900 personnes au sein de la communauté autochtone des Premières Nations a été que deux personnes ont subi un choc anaphylactique, une personne est décédée et plusieurs autres ont souffert de ce qui semble être des handicaps permanents. Il raconte que l'une de ses patientes souffre tellement qu'elle préfère la mort à la vie.


En revanche, personne dans la communauté n'est décédé ou n'a souffert d'un handicap permanent à cause du virus Covid-19 au cours de l'année écoulée.


Le Dr Hoffe a signalé ces effets indésirables par courrier électronique au personnel médical de sa communauté responsable du déploiement des injections de Moderna, qui comprenait des pharmaciens, des infirmières et des médecins de sa région, soit environ 18 personnes au total, selon lui.


Dans son courriel, il exprimait sa vive inquiétude quant aux effets secondaires qu'il constatait et demandait s'il ne fallait pas interrompre les injections pendant un certain temps.


Il rapporte que, dans les 48 heures, il a reçu une réprimande très sévère de ses supérieurs de l'Interior Health Authority, l'accusant de provoquer une "hésitation à se faire vacciner" et qu'ils allaient le dénoncer au BC College of Physicians and Surgeons.


Ils lui ont interdit de dire quoi que ce soit de négatif sur les vaccins Moderna en lui imposant une obligation de silence.


Le Dr Hoffe explique qu'il s'agit d'une méthode d'intimidation utilisée contre d'autres médecins qui ont trop peur de s'exprimer, car le College of Physicians and Surgeons a le pouvoir de mettre fin à la carrière des médecins ou de leur infliger de lourdes amendes.


La semaine suivante, alors qu'il continuait à voir de plus en plus de dommages, il s'est mis en colère à cause de son interdiction de parler. On lui a dit que s'il avait des inquiétudes au sujet des injections, il devait contacter le médecin hygiéniste responsable du déploiement de Moderna.


C'est ce qu'il a fait, mais comme il n'a pas reçu de réponse, il a décidé d'écrire une lettre ouverte directement au Dr Bonnie Henry, médecin hygiéniste de la province de la Colombie-Britannique, en défiant directement l'obligation de silence qui lui avait été imposée puisqu'il l'a rendu publique.


Voici une copie de la lettre.


Dr Charles D. Hoffe, BSc, MB, BCh, LMCC
Clinique médicale de Lytton
Lytton BC V0K 1Z0
5 avril 2021
Dr Bonnie Henry
Agent de santé provincial de la Colombie-Britannique
Ministère de la Santé
1515, rue Blanchard
Victoria, BC, V8W 3C9


Chère Dr. Henry,


La première dose du vaccin Moderna a maintenant été administrée à certains de mes patients de la communauté de Lytton, en Colombie-Britannique. Cela a commencé avec les membres des Premières Nations de notre communauté à la mi-janvier 2021. 900 doses ont maintenant été administrées.


J'ai été assez alarmé par le taux élevé d'effets secondaires graves de ce nouveau traitement.


Sur ce nombre relativement faible de personnes vaccinées jusqu'à présent, nous avons eu.. :

  1. De nombreuses réactions allergiques, avec deux cas d'anaphylaxie.

 

2.Une mort subite (présumée) induite par le vaccin, chez un patient de 72 ans souffrant de BPCO. Ce patient s'est plaint d'être plus essoufflé en permanence après avoir reçu le vaccin, et est décédé de façon très soudaine et inattendue le 24e jour après le vaccin. Il n'avait pas d'antécédents de maladie cardiovasculaire).

 

3.Trois personnes présentant des déficits neurologiques permanents et invalidants, et des douleurs chroniques associées, persistant pendant plus de 10 semaines après leur premier vaccin. Ces déficits neurologiques comprennent : des vertiges continus et invalidants, une faiblesse neuromusculaire généralisée ou localisée, avec ou sans perte sensorielle. La douleur chronique chez ces patients est soit généralisée, soit régionale, avec ou sans maux de tête.

 

En résumé, dans notre petite communauté de Lytton, en Colombie-Britannique, nous avons une personne décédée et trois personnes qui semblent devoir être handicapées de façon permanente, après avoir reçu leur première dose du vaccin Moderna. L'âge des personnes touchées varie de 38 à 82 ans.


J'ai donc quelques questions et commentaires :
1. Ces effets secondaires à long terme sont-ils considérés comme normaux et acceptables pour une thérapie de modification génétique ? À en juger par les rapports médicaux du monde entier, notre expérience à Lytton n'est pas inhabituelle.
2. Avez-vous une idée des processus pathologiques qui ont pu être initiés pour produire ces symptômes neurologiques permanents ?
3. Avez-vous des suggestions sur la façon dont je devrais traiter la faiblesse neurologique induite par le vaccin, les vertiges, la perte sensorielle et les syndromes de douleur chronique chez ces personnes, ou devraient-elles simplement être envoyées chez un neurologue ? Je prévois que beaucoup d'autres suivront, au fur et à mesure que le vaccin sera déployé. Ce n'était que la première phase, et la première dose.
4.
En contraste frappant avec les effets délétères de ce vaccin dans notre communauté, nous n'avons pas eu à prodiguer de soins médicaux, quels qu'ils soient, à des personnes atteintes du Covid-19. Donc, selon notre expérience limitée, ce vaccin est clairement plus dangereux que le Covid-19.
5. Je suis conscient que toute thérapie médicale a un rapport risque-bénéfice, et qu'une maladie grave appelle une médecine grave. Mais nous savons maintenant que le taux de guérison du Covid-19, est similaire à celui de la grippe saisonnière, dans toutes les catégories d'âge. De plus, il est bien connu que les effets secondaires d'une seconde injection sont bien pires que ceux de la première. Le pire est donc encore à venir.
6. Il faut souligner que ces personnes n'étaient pas malades et traitées pour une maladie dévastatrice.
Il s'agissait de personnes auparavant en bonne santé, auxquelleson a proposé une thérapie expérimentale, aux effets secondaires à long terme inconnus, pour les protéger contre une maladie dont le taux de mortalité est le même que celui de la grippe. Malheureusement, leur vie est maintenant ruinée.
7. Il est normalement considéré comme un principe fondamental de l'éthique médicale d'interrompre un essai clinique si un préjudice important est démontré par le traitement à l'étude.
8. Ma dernière question est donc la suivante : Est-il médicalement éthique de poursuivre le déploiement de ce vaccin, compte tenu de la gravité de ces effets secondaires qui altèrent la vie, après seulement la première injection ? À Lytton, en Colombie-Britannique, nous avons une incidence d'un cas sur 225 d'effets secondaires graves qui changent la vie, suite à cette thérapie expérimentale de modification génétique.
 

J'ai également remarqué que ces effets secondaires induits par les vaccins ne sont presque jamais signalés par les responsables de la distribution des vaccins. Je suis conscient qu'il s'agit d'un problème fréquent avec les vaccins en général et que les effets secondaires tardifs des vaccins sont parfois qualifiés de "coïncidences", la causalité étant souvent difficile à prouver. Cependant, étant donné qu'il s'agit d'un traitement expérimental, sans données de sécurité à long terme, je pense que cette question devrait également être abordée.
 

En outre, j'ai remarqué que le formulaire provincial de déclaration des dommages liés aux vaccins, qui a été clairement conçu pour les vaccins conventionnels, ne comporte même pas d'espace pour signaler les dommages liées aux vaccins de la nature et de la gravité que nous constatons avec cette nouvelle thérapie ARNm.
 

Il est maintenant évident, grâce à des preuves médicales provenant du monde entier, que les profils d'effets secondaires des diverses thérapies de modification génétique contre le Covid-19 ont été largement sous-estimés par leurs fabricants, qui étaient impatients de prouver leur sécurité.
 

Je vous remercie de l'attention que vous porterez à cette question de santé publique d'une urgence cruciale.
 

Je vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, l'expression de mes sentiments distingués,
Dr Charles Hoffe

 

L'IH (Interior Health) a répondu publiquement à sa lettre, qui a été publiée dans le Ashcroft Cache Creek Journal, alors qu'ils tentaient de limiter les dégâts et d'attaquer le Dr Hoffe.
 

L'IH affirme que les vaccins COVID-19 sont sûrs malgré les affirmations du médecin de Lytton.
 

Le médecin fait des déclarations non fondées sur les effets secondaires graves du vaccin Moderna.
 

par BARBARA RODEN
 

Interior Health (IH) rassure les résidents de Lytton et de la région sur l'innocuité des vaccins COVID-19, après qu'un médecin de cette communauté ait partagé une lettre dans laquelle il affirmait que le décès d'un résident de Lytton était lié au vaccin Moderna.
 

Dans une lettre adressée à l'agente de santé provinciale, la Dre Bonnie Henry, le 5 avril, le Dr Charles Hoffe a affirmé qu'il y avait eu de " nombreuses " réactions allergiques - dont deux cas d'anaphylaxie - chez des personnes de Lytton et de la région qui avaient reçu le vaccin Moderna. Il a également affirmé que trois personnes présentaient des déficits neurologiques "continus et invalidants".
 

Hoffe a également affirmé que le décès d'un patient de 72 ans souffrant de BPCO, 24 jours après que l'homme ait été vacciné, était "présumé" être induit par le vaccin. Le médecin n'a produit aucun élément prouvant que l'un de ces événements était dû au vaccin.
 

"Cela a été un défi pour nous de mener une enquête approfondie et de prendre les rapports au sérieux", a déclaré le Dr Carol Fenton, médecin hygiéniste de l'IH. Dans une déclaration écrite publiée le 14 avril, Mme Fenton affirme qu'"il n'y a eu aucun décès ou effet indésirable durable lié aux vaccins Moderna/Pfizer, ou à tout vaccin COVID-19, à Lytton, à Interior Health ou en Colombie-Britannique à l'heure actuelle".
 

La déclaration ajoute qu'IH sait sans équivoque que les vaccins sont plus sûrs que le Covid-19 lui-même, et qu'il a été démontré que les vaccins sont sûrs et efficaces à tous les niveaux des essais cliniques.
 

"Il existe un processus détaillé d'examen de tous les effets indésirables suivant les vaccinations, et tous les événements graves sont enregistrés et signalés au niveau provincial et national afin de surveiller les signaux de sécurité qui pourraient être manqués au niveau local. D'après les informations dont nous disposons sur le déploiement du vaccin jusqu'à présent, les vaccins Covid-19 sont très sûrs."

Mme Fenton explique au Journal que, même s'il y aura toujours des divergences entre les médecins, il est important, lorsqu'il s'agit de la sécurité des vaccins, d'examiner les rapports consensuels des personnes formées dans ce domaine.

 

"Ces personnes sont les experts des experts", dit-elle. "Je peux répondre à la plupart des questions sur les vaccins, mais je ne me considère pas comme un expert en vaccins. Les décisions et les analyses sont définies par des personnes ayant les compétences et l'expertise nécessaires pour analyser les informations dont nous disposons."

 

Les cliniques de vaccination gérées par IH ont des vaccinateurs formés sur place pour surveiller et répondre aux réactions allergiques et anaphylactiques, qui sont rares, mais peuvent se produire avec n'importe quel vaccin ou médicament.

 

"La sécurité des habitants des nations Lytton, Nlaka'pamux et Northern St'at'imc et de toutes les communautés est la priorité absolue, et nous recommandons que tous les individus se fassent vacciner lorsqu'ils sont admissibles ", indique la déclaration. (Article complet ici.)

 

En gros, c'est la même chose que ce que nous voyons dans le reste du monde lorsque des médecins honnêtes se manifestent et rapportent la vérité.

 

Les autorités sanitaires mentent. Pas de science, pas de statistiques, juste un appel à l'autorité. "Nous savons de quoi nous parlons, mais pas ce médecin".

 

Une animatrice de talk-show locale et indépendante au Canada, Laura-Lynn Tyler Thompson, a retrouvé et interviewé le Dr Hoffe. L'émission originale dure une heure et est disponible sur sa page Facebook, ainsi que sur son site Web.

 

https://healthimpactnews.com/2021/canadian-doctor-defies-gag-order-and-tells-the-public-how-the-moderna-covid-injections-killed-and-permanently-disabled-indigenous-people-in-his-community/

 

 

Voir les commentaires

Denis Rancourt : lettre aux vaccinés

30 Août 2021, 19:18pm

Denis Rancourt :  lettre aux vaccinés

Dr Angela Durante, Prof. Denis Rancourt, et al. Global Research, 30 août 2021

https://www.globalresearch.ca/letter-vaccinated/5754379


Après leur "Lettre ouverte aux non-vaccinés", un groupe de plus en plus important d'universitaires canadiens a écrit une lettre destinée aux "vaccinés".

 

Les auteurs exposent le caractère diviseur du statut de la vaccination et dénoncent le fossé qui en résulte dans la société.


Renoncer aux libertés civiles en échange d'un faux sentiment de sécurité est futile. Nous ne devons pas accepter une descente vers l'apartheid médical au Canada et dans le monde.


La lettre s'adresse à la fois à ceux qui ont choisi de se faire vacciner et à ceux qui y ont été contraints. Elle réfléchit aux implications plus larges de nos actions dans le but de collaborer à une voie constructive pour l'avenir.
 


Lettre ouverte aux personnes vaccinées


Le premier ministre Trudeau a récemment averti qu'"il y aura des conséquences" si les employés fédéraux ne se conforment pas aux obligations de vaccination. C'est une voix de la tyrannie qui a réverbéré la peur et augmenté l'agitation à travers notre pays. Elle a plongé notre nation dans une profonde division autour de la vaccination de masse et a fait basculer notre rétablissement collectif face à cette pandémie.

 

En fait, cela nous oblige, en tant que pays, à nous demander enfin : en effet, quelles sont ces conséquences ?


Quelles sont les conséquences sociétales d'une division en fonction du statut vaccinal ? Quelles sont les conséquences de rendre obligatoire une intervention médicale aussi peu testée ? Comment tout cela est-il censé bien se terminer ?
Les conséquences seront terribles, c'est certain. Et les conséquences nous affecteront tous, les vaccinés comme les non-vaccinés.


Au cours des six derniers mois, beaucoup d'entre nous ont pris la décision d'accepter le vaccin en toute bonne foi - en faisant ce qu'il fallait pour pouvoir travailler, voyager et rendre visite aux personnes que nous aimons.

 

Malheureusement, certains d'entre nous ont subi des pressions ou des contraintes. Et maintenant, des preuves de plus en plus nombreuses dans le monde entier montrent que ces vaccins ne peuvent pas arrêter la transmission du virus et de ses variants, et pourtant les obligations de vaccination se poursuivent.


Pendant ce temps, les sociétés pharmaceutiques gagnent des milliards de dollars d'argent public et font pression pour accélérer l'approbation des vaccins, sans procédure régulière ni débat public. Il est tout à fait clair que lorsque l'argent et la politique s'entremêlent, la science et l'éthique passent au second plan.


Peut-être avez-vous déjà reproché à ceux qui hésitaient à se faire vacciner de ne pas faire leur part du travail, mais il est peut-être temps de considérer que nous sommes tous devenus les passagers d'un même train en marche.

 

La signification de "pleinement vacciné" évolue rapidement, car les dirigeants exigent le prochain rappel et menacent de nous évincer des espaces publics si nous n'obtempérons pas. Ainsi, si vous faites partie des "pleinement vaccinés" aujourd'hui, demain vous ferez peut-être partie des "insuffisamment vaccinés" et serez contraints de vous faire vacciner à nouveau.


Si l'on en croit l'histoire, cela ne se limitera pas à interdire l'accès aux concerts ou aux bars. Lorsque vous ne pourrez plus acheter de nourriture, accéder aux services bancaires, voter en personne ou traverser une frontière provinciale, il sera clair comme de l'eau de roche que les mêmes pratiques discriminatoires que vous espérez abolir seront de plus en plus fermement établies. Les conséquences réelles nous attendent tous.


Vous avez peut-être déjà reçu toutes les doses et vous vous demandez maintenant si vous devez continuer à le faire, compte tenu du nombre alarmant d'infections parmi les personnes vaccinées. Ou peut-être connaissez-vous quelqu'un qui a subi les effets secondaires d'un vaccin ou êtes-vous préoccupé par le nombre croissant de décès liés aux vaccinations.


Nous nous demandons sans cesse : "Pourquoi les données ne peuvent-elles pas être examinées et pourquoi les experts indépendants sont-ils censurés s'ils tentent de le faire ?" Il est incompréhensible, et décidément non canadien, de voir des médecins et des scientifiques de la santé très réputés être réduits au silence dans notre pays et dans le monde entier.


L'histoire nous a appris que les arguments unilatéraux et l'interdiction de la dissidence sont les signes d'un totalitarisme qui guette au seuil de la porte. Bientôt, poser des questions fera de vous un ennemi de l'État. Rendre les vaccins obligatoires est un point de rupture. " Mon corps, mon choix " a été l'une des caractéristiques d'une société libre et démocratique, mais cela est en train de changer. Les canadiens sont privés de la possibilité de prendre des décisions personnelles.


Avec des fermetures déjà programmées pour l'automne et des amplificateurs prêts à intervenir, nous entrons dans un moment décisif. Sommes-nous tous prêts à continuer à recevoir des injections indéfiniment ? Dans les provinces canadiennes et dans le monde entier, les passeports vaccinaux témoignent de notre nouvelle relation à long terme avec la coercition médicale en échange de libertés fondamentales. Jusqu'à présent, on a promis que chaque traitement serait le dernier, mais il est clair qu'il n'y a pas de fin en vue.


Et maintenant, ils s'en prennent à nos enfants.

 

Avec un risque extrêmement faible de tomber malade et pratiquement aucun risque de mourir du Covid-19, la vaccination massive des enfants et des adolescents reste injustifiée.

 

La mise en attente de nos enfants en bonne santé pour un traitement médical n'a jamais fait partie de l'accord. Le plus inquiétant, c'est que l'on nous prépare à des campagnes de vaccination de masse dans nos écoles qui ne nécessitent pas le consentement des parents. Le gouvernement décide-t-il de ce qui est le mieux pour nos enfants ? Sans aucun doute, les liens familiaux qui nous unissent sont en train de se défaire. À juste titre, les parents sont consternés par cet excès sans précédent et envisagent de retirer leurs enfants des écoles.


Malgré nos meilleures intentions, les familles sont meurtries, les amis sont divisés et les partenaires sont en désaccord les uns avec les autres. Nous avons été affaiblis par nos divisions et manipulés par la peur.


Jusqu'où allons-nous permettre que cela aille ? Certains d'entre nous déclarent "jusqu'au bout". Mais "jusqu'au bout" est un endroit que nous n'atteindrons jamais. Nous devons mettre un terme à cette catastrophe médicale et regarder la vérité en face : il ne s'agit pas de notre santé, mais de politique et de contrôle.


Les conséquences de suivre les ordres actuels du premier ministre Trudeau sont plus importantes que les conséquences dont il nous a menacés. Nous nous sommes engagés dans cette voie les uns pour les autres, pas pour nos politiciens. Nous avons fait ce que nous estimions devoir faire, et maintenant nous devons dire : "C'est assez, c'est terminé !


Angela Durante, PhD
Denis Rancourt, PhD
Jan Vrbik, PhD
Laurent Leduc, PhD
Valentina Capurri, PhD
Amanda Euringer, Journaliste
Claus Rinner, PhD
Maximilian C. Forte, PhD
Julie Ponesse, PhD
Michael Owen, PhD
Donald G. Welsh, PhD





 

Voir les commentaires

Vaccin Covid-19 et femme enceinte – de la "harcelosphère" à "l'hubrisosphère"

22 Octobre 2021, 10:00am

Vaccin Covid-19 et femme enceinte – de la "harcelosphère" à "l'hubrisosphère"

Publié le 22/10/2021 à 09:38 Le Collectif citoyen, avec FranceSoir

 

TRIBUNE — À l’heure où la pandémie faiblit, et où l’on observe une franche et rapide descente du pic de malades, pour une faible mortalité, la campagne vaccinale bat son plein. Nous ne reviendrons pas longuement sur les différents aspects du vaccin, nous bornant à rappeler qu’il y a plus de questions que de certitudes.

Rappelons simplement que ce vaccin pourrait être utile pour les sujets ayant des facteurs de risques élevés (âge et comorbidités), avec une balance bénéfice/risque positive ; rappelons que le vaccin n’empêche pas la maladie, ne réduirait pas, selon certaines études, la contamination, que son efficacité semble diminuer avec l’apparition de variants (ces derniers pourraient être sélectionnés par le vaccin) et qu'un phénomène ADE (anticorps facilitants) à venir cet hiver (en cas d'un nouveau variant) n'est pas exclu en France, comme il est probable qu'il ait pu avoir eu lieu en Israël et aux États-Unis, où la vague du variant delta a provoqué une mortalité notable environ quatre à six mois après vaccination d'une très large proportion des populations (exacerbation paradoxale de la maladie par les anticorps facilitant induits par le vaccin).

Les effets secondaires du vaccin sont par ailleurs mal connus ; le rappot des effets indésirables lors de la pharmacovigilance n’est évidemment pas exhaustif et le lien de causalité toujours difficile à établir. Néanmoins, il y a probablement lieu de toujours s’interroger sur la balance bénéfice/risque, eu égard aux effets adverses rapportés.

Voir les commentaires

« Derrière l’idéologie de la vaccination intégrale, trafics d’influence et phénomènes de cour » par Laurent Mucchielli

25 Juin 2022, 09:57am

« Derrière l’idéologie de la vaccination intégrale, trafics d’influence et phénomènes de cour » par Laurent Mucchielli

Le 25/06/2022 par Laurent Mucchielli – QG

 

En France comme dans beaucoup d’autres pays, des médecins interviennent quotidiennement dans les médias pour soutenir la politique gouvernementale du tout-vaccin. Leurs discours, toujours présentés « au nom de la science », sont en réalité souvent viciés par des conflits d’intérêts, ainsi que par des phénomènes de cour. Derrière la « Science », se cachent aussi l’argent des industries pharmaceutiques et la zone grise qui entoure la proximité d’avec le pouvoir politique. De fait, nombre de ces discours manquent totalement d’impartialité, certains étant même purement et simplement mensongers.

 

Une tribune pro-vax publiée par le journal Le Parisien le 9 janvier 2022 explique que la vaccination ARN/ADN est une solution miraculeuse. Elle permettrait en effet « la diminution massive des risques de transmission d’un sujet vacciné à un autre individu », « la diminution drastique des formes graves de la Covid-19 », le tout avec de « rarissimes effets secondaires indésirables » qui seraient « largement dépassés par les effets bénéfiques et positifs des vaccins ». Les auteurs en concluent qu’il faudrait voter une loi permettant d’entamer des poursuites pénales « à l’encontre de ceux qui transmettraient le virus alors même qu’ils pourraient l’éviter via une vaccination ». Et ils comparent les non-vaccinés à des personnes porteuses du virus du Sida qui « en pleine conscience auraient eu des rapports sexuels non protégés et ayant contaminé leur partenaire ». En un mot, des criminels.

 

 

 

Voir les commentaires

Vaccin Pfizer : étude bidouillée et conclusions douteuses

18 Janvier 2021, 16:45pm

Vaccin Pfizer : étude bidouillée et conclusions douteuses

Jean-Dominique Michel - dimanche 17 janvier 2021


 

Dans l’acte où nous nous trouvons de cette triste tragicomédie collective, les zautorités et les médias se gargarisent de notre « unique planche de salut vaccinale ». Dans ce rétrécissement de la pensée caractéristique des uns et des autres, on nous explique que l’efficacité du vaccin est de 95%, qu’il n’a pas d’effets secondaires graves, que les normes de sécurité ont été respectées et que seuls des irresponsables et des inconscients (suivez notre regard !) peuvent encore s’entêter à poser quelques questions…

Le narratif officiel a en effet l’air cohérent :

  1. Nous sommes face à une épidémie d’une gravité sans précédents depuis la terrible grippe espagnole de 1918.

  2. Cette épidémie tue massivement.

  3. Il n’y a pas de remèdes pour soigner les personnes infectées avant qu’elles aient éventuellement besoin d’être hospitalisées aux soins intensifs.

  4. Tout notre espoir repose donc sur la perspective d’un vaccin.

  5. Le virus est tout, donc il ne sert à rien de perdre son temps avec des mesures autres que vaccinales (prévention, promotion de la santé et soutien à l’immunité).

  6. Des équipes scientifiques ont réalisé la prouesse de réaliser un vaccin en un temps record.

  7. Malgré cette vitesse, toutes les étapes de sécurité ont été respectées grâce à l’immensité des moyens mis à disposition.

  8. Les résultats montrent que le vaccin est sûr, efficace et avec très peu d’effets secondaires.

  9. Il est donc urgent de vacciner la population dans son ensemble, en commençant par les groupes les plus à risque.

  10. Ceux qui s’opposent ou mettent en doute le vaccin sont dangereux pour la collectivité puisqu’ils risquent de mettre en échec notre seule planche de salut.

  11. Contrairement à ce qui est avancé par ces « irresponsables » et même si on n’a pas de recul quant à leur usage, les vaccins géniques à ARN sont sûrs et ne peuvent en rien endommager notre ADN.

  12. Vaccinons, vaccinons, vaccinons et nous reviendrons (enfin !) à la vie d’avant.

 

Le problème ? C’est que chacun des items de cette liste est faux.

 

 

Voir les commentaires

Mensonge des autorités sanitaires : l'appel du Dr Bhakdi

1 Mai 2021, 15:31pm

Publié par France Soir

Mensonge des autorités sanitaires : l'appel du Dr Bhakdi

France Soir le 30/04/2021 à 21:41

Le Dr Sucharit Bhakdi, médecin spécialiste en infectiologie et microbiologiste, a travaillé en tant qu'enseignant-chercheur pendant de nombreuses années, notamment au « Max Plank Institute », avant de prendre sa retraite. Depuis le début de la crise sanitaire, il appelle à l’éthique de la part des médecins et dénonce les mensonges de l’EMA (Agence européenne du médicament) et de la FDA (Federal drug agency).

En mars 2020, il écrit le livre « Corona fausse alerte ? », où il s'interroge sur le bien-fondé des mesures sanitaires et notamment du confinement. Il y évoque la crise, les tests PCR, le dosage d’hydroxychloroquine et son surdosage dans certaines études. Il parle aussi de la vaccination de masse et des risques liés aux effets secondaires pris par les autorités. Pour lui, les faux tests PCR ont engendré des décisions de politiques sanitaires erronées.


 


 

 


 

Voir les commentaires

Le docteur Denis Agret en garde à vue : de l'acharnement ?

7 Octobre 2021, 11:11am

Le docteur Denis Agret en garde à vue : de l'acharnement ?

Publié le 06/10/2021 à 17:00 – France Soir

 

Le docteur Denis Agret est en garde à vue depuis hier 16h30. Il a été interpellé à son domicile alors qu’il se rendait chez son avocat pour préparer sa défense dans la perspective d’une audience qui devait se tenir ce mercredi à 14h30 à Montpellier ; il devait notamment répondre de photographies d'enfants sans masque, prises sans autorisation de leurs parents. L’affaire a dû être renvoyée au 23 février 2022.

Denis Agret a depuis fin 2020 alerté sur les effets secondaires indésirables de la vaccination Covid-19, en intervenant à des manifestations ou en tournant de nombreuses vidéos pour les réseaux sociaux.

Ce jour, le docteur Agret pouvait compter sur des soutiens rassemblés devant le commissariat de Montpellier : 

Voir les commentaires

France Soir interviewe Robert Malone, pionnier des vaccins ARNm

8 Juillet 2021, 17:32pm

France Soir interviewe Robert Malone, pionnier des vaccins ARNm
Robert Malone, pionnier des vaccins ARNm: "je déclare que la protéine native Spike est toxique"
Publié le 08/07/2021 à 17:30

Robert Malone, biologiste moléculaire, épidémiologiste, spécialiste des maladies infectieuses et inventeur de la technologie de l’ARN messager, est notre invité pour un nouveau debriefing. Il est également consultant pour l’industrie et le gouvernement américain notamment pour le ministère de la défense.

Depuis la pandémie de Sars-CoV2 et surtout depuis la mise en œuvre de la vaccination, le docteur Robert Malone reçoit beaucoup de messages du monde entier venus de scientifiques qui attirent son attention sur des phénomènes inquiétants que provoquent les différentes thérapies vaccinales génétiques contre le virus. Estimant qu’en tant qu’inventeur de la technologie de l’ARN messager, il a une certaine responsabilité morale, il décide d’accepter de répondre à la presse, aux médecins mais également aux patients victimes d’effets secondaires graves.

Voir les commentaires

Quand les instances veulent vacciner à marche forcée

27 Août 2021, 18:04pm

Quand les instances veulent vacciner à marche forcée

Publié le 27/08/2021 à 18:13 FranceSoir

 

Quand les instances de santé demandent aux centres de ne pas informer les patients

 

« Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment », peut-on lire dans l’article de loi n°2002-303 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé. Un concept qui semble échapper à l’agence régionale de santé (ARS) de Bretagne.

Celle-ci a fait retirer la fiche d’information sur le vaccin Pfizer que le centre de vaccination de Quimper donnait aux patients avant de recevoir l’injection. Cette fiche rappelait simplement des éléments de base primordiaux avant de faire le choix, à savoir que le vaccin était en phase trois d’essai clinique, que les effets secondaires ne sont pas connus à ce jour, que l’efficacité du produit est relative, etc.

 

 

Voir les commentaires

UE au 11 septembre 2021 : 24 526 décès et 2 317 495 effets secondaires

15 Septembre 2021, 18:46pm

UE au 11 septembre 2021  : 24 526 décès et 2 317 495 effets secondaires
UE au 11 septembre 2021  : 24 526 décès et 2 317 495 effets secondaires
UE au 11 septembre 2021  : 24 526 décès et 2 317 495 effets secondaires

24 526 décès et 2 317 495 effets secondaires consécutifs aux injections de COVID signalés sur la base de données de l'Union Européenne sur les effets indésirables des médicaments
 

Brian Shilhavy Global Research, 15 septembre 2021

La base de données de l'Union Européenne des déclarations d'effets indésirables des médicaments s'appelle EudraVigilance, et elle fait état de 24 526 décès et de 2 317 495 effets indésirables suite à des injections anti COVID-19.


Un abonné européen de Health Impact News nous a rappelé que cette base de données gérée par EudraVigilance ne concerne que les pays européens faisant partie de l'Union européenne (UE), qui compte 27 pays. Le nombre total de pays en Europe est beaucoup plus élevé, presque deux fois plus, soit environ 50. (Il existe quelques divergences d'opinion quant aux pays qui font techniquement partie de l'Europe).


Ainsi, aussi élevés que soient ces chiffres, ils ne reflètent PAS toute l'Europe. Le nombre réel de personnes décédées ou atteintes d'effets secondaires à la suite des injections de COVID-19 en Europe serait bien plus élevé que celui que nous indiquons ici.

La base de données EudraVigilance indique que jusqu'au 11 septembre 2021, 24 526 décès et 2 317 495 effets secondaires ont été signalés suite à l'injection de quatre vaccins expérimentaux anti-COVID-19 :

 

COVID-19 MRNA VACCINE PFIZER-BIONTECH
LE VACCIN COVID-19 MRNA MODERNA (CX-024414)
VACCIN COVID-19 ASTRAZENECA (CHADOX1 NCOV-19)
VACCIN COVID-19 JANSSEN (AD26.COV2.S)


Sur le total des effets secondaires enregistrés, près de la moitié (1 126 869) sont des effets graves.


"La gravité fournit des informations sur l'effet indésirable suspecté ; il peut être classé comme "grave" s'il correspond à un événement médical qui entraîne la mort, met en danger la vie du patient, nécessite une hospitalisation, entraîne une autre affection médicalement importante ou la prolongation d'une hospitalisation existante, entraîne un handicap ou une incapacité persistante ou importante, ou constitue une anomalie congénitale/défaut de naissance."


Un abonné de Health Impact News en Europe a regroupé les déclarations pour chacune des quatre injections anti-COVID-19 que nous incluons ici. C'est un travail considérable que d'établir un tableau de chaque réaction avec les effets indésirables et les décès, car il n'y a pas d'endroit sur le système EudraVigilance que nous avons trouvé pour établir un tableau de tous les résultats.


Depuis que nous avons commencé à publier ces données, d'autres personnes en Europe ont également calculé les chiffres et confirmé les totaux*.

 

[ Définition : syndrome médiastinal : envahissement de la plèvre par du pus, à la suite d'un abcès profond du poumon ou des ganglions lymphatiques médiastinaux ou de l'entrée de la poitrine (Gardin,Guide vétér.,1944, p.112). ]

 

 


Voici le résumé des données jusqu'au 11 septembre 2021


Total des réactions pour le vaccin

ARNm Tozinameran (code BNT162b2,Comirnaty) de BioNTech/ Pfizer

11 711 décès et 980 474 effets secondaires jusqu'au 11/09/2021


26 634 Troubles du sang et du système lymphatique, dont 156 décès
26 940 Troubles cardiaques dont 1 745 décès
253 Troubles congénitaux, familiaux et génétiques dont 21 décès
13 005 Troubles de l'oreille et du labyrinthe dont 9 décès
728 Troubles endocriniens dont 5 décès
15 314 Troubles oculaires dont 28 décès
87 239 Troubles gastro-intestinaux dont 489 décès
256 117 Troubles généraux et affections du site d'administration dont 3 330 décès
1 098 Troubles hépato-biliaires dont 55 décès
10 351 Troubles du système immunitaire dont 64 décès
32 834 Infections et infestations dont 1 141 décès
12 714 Blessures, empoisonnements et complications procédurales dont 179 décès
24 765 Investigations dont 368 décès
7 178 Troubles du métabolisme et de la nutrition dont 210 décès
130 077 Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif dont 149 décès
757 Tumeurs bénignes, malignes et non spécifiées (y compris kystes et polypes) dont 67 décès
173.079 Troubles du système nerveux dont 1.278 décès
1 211 Grossesse, puerpéralité et conditions périnatales dont 36 décès
168 Problèmes liés aux produits, dont 1 décès
17 756 Troubles psychiatriques dont 156 décès
3 348 Troubles rénaux et urinaires dont 198 décès
19 084 Troubles de l'appareil reproducteur et du sein dont 3 décès
43 232 Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux dont 1 376 décès
47 012 Troubles de la peau et du tissu sous-cutané dont 105 décès
1 805 Circonstances sociales dont 14 décès
887 Interventions chirurgicales et médicales dont 31 décès
26 888 Troubles vasculaires dont 497 décès

 


Total des réactions pour le vaccin

ARNm mRNA-1273 (CX-024414) de Moderna -

6 358 décès et 281 505 effets secondaires au 11/09/2021


5 465 Troubles du sang et du système lymphatique dont 59 décès
8 364 Troubles cardiaques dont 687 décès
113 Troubles congénitaux, familiaux et génétiques dont 2 décès
3 466 Troubles de l'oreille et du labyrinthe dont 1 décès
221 Troubles endocriniens dont 2 décès
4 302 Troubles oculaires dont 18 décès
24 595 Troubles gastro-intestinaux dont 237 décès
75 804 Troubles généraux et affections du site d'administration dont 2 461 décès
458 Troubles hépato-biliaires dont 24 décès
2 485 Troubles du système immunitaire dont 11 décès
8 436 Infections et infestations dont 416 décès
6 013 Blessures, empoisonnements et complications procédurales dont 121 décès
5 460 Investigations dont 120 décès
2 693 Troubles du métabolisme et de la nutrition dont 145 décès
35 728 Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif dont 129 décès
333 Tumeurs bénignes, malignes et non spécifiées (y compris kystes et polypes) dont 37 décès
49 722 Troubles du système nerveux dont 650 décès
538 Grossesse, puerpéralité et conditions périnatales dont 6 décès
59 Problèmes liés aux produits, dont 1 décès
5 316 Troubles psychiatriques dont 110 décès
1 632 Troubles rénaux et urinaires dont 107 décès
3 558 Troubles de l'appareil reproducteur et du sein dont 3 décès
12 150 Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux dont 614 décès
15 102 Affections de la peau et du tissu sous-cutané dont 57 décès
1 188 Circonstances sociales dont 25 décès
905 Interventions chirurgicales et médicales dont 69 décès
7 399 Troubles vasculaires dont 246 décès

 


Total des réactions pour le vaccin

AZD1222/VAXZEVRIA (CHADOX1 NCOV-19) d'Oxford/ AstraZeneca :

5,254 décès et 980,909 effets secondaires au 11/09/2021


11 826 Troubles du sang et du système lymphatique, dont 221 décès.
16 641 Troubles cardiaques dont 603 décès
158 Troubles congénitaux familiaux et génétiques dont 5 décès
11 541 Troubles de l'oreille et du labyrinthe dont 1 décès
504 Troubles endocriniens dont 4 décès
17 332 Troubles oculaires dont 22 décès
96 191 Troubles gastro-intestinaux dont 270 décès
257 766 Troubles généraux et affections du site d'administration dont 1 278 décès
831 Troubles hépato-biliaires dont 51 décès
3 987 Troubles du système immunitaire dont 23 décès
24 674 Infections et infestations dont 330 décès
11 183 Empoisonnement par blessure et complications procédurales dont 141 décès
21 578 Investigations dont 121 décès
11 626 Troubles du métabolisme et de la nutrition dont 73 décès
148 195 Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif dont 74 décès
510 Tumeurs bénignes, malignes et non spécifiées (y compris kystes et polypes) dont 16 décès
204.423 Troubles du système nerveux dont 840 décès
439 Grossesse, puerpéralité et conditions périnatales dont 11 décès
158 Problèmes liés aux produits, dont 1 décès
18 501 Troubles psychiatriques dont 47 décès
3 639 Troubles rénaux et urinaires dont 48 décès
12 993 Troubles de l'appareil reproducteur et du sein dont 2 décès
34 557 Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux dont 629 décès
45 140 Troubles de la peau et du tissu sous-cutané dont 36 décès
1 291 Circonstances sociales dont 6 décès
1 142 Interventions chirurgicales et médicales dont 22 décès
24 083 Troubles vasculaires dont 379 décès

 


Total des réactions pour le vaccin

COVID-19 JANSSEN (AD26.COV2.S) de Johnson & Johnson :

1 203 décès et 74 607 effets secondaires au 11/09/2021


690 Troubles du sang et du système lymphatique dont 31 décès
1 201 Troubles cardiaques dont 120 décès
25 Troubles congénitaux, familiaux et génétiques
560 Troubles de l'oreille et du labyrinthe dont 1 décès
42 Troubles endocriniens dont 1 décès
1 006 Troubles oculaires dont 5 décès
6 822 Troubles gastro-intestinaux dont 56 décès
19 539 Troubles généraux et affections du site d'administration dont 303 décès
96 Troubles hépato-biliaires dont 9 décès
302 Troubles du système immunitaire dont 7 décès
1 679 Infections et infestations dont 66 décès
694 Blessures, empoisonnements et complications procédurales dont 16 décès
3 861 Investigations dont 72 décès
431 Troubles du métabolisme et de la nutrition dont 26 décès
11 861 Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif dont 30 décès
31 Tumeurs bénignes, malignes et non spécifiées (y compris kystes et polypes) dont 2 décès
15 493 Troubles du système nerveux dont 142 décès
26 Grossesse, puerpéralité et conditions périnatales dont 1 décès
20 Problèmes liés aux produits
988 Troubles psychiatriques dont 11 décès
280 Troubles rénaux et urinaires dont 11 décès
863 Troubles de l'appareil reproducteur et du sein dont 4 décès
2 629 Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux dont 136 décès
2 296 Affections de la peau et du tissu sous-cutané dont 5 décès
212 Circonstances sociales dont 4 décès
546 Interventions chirurgicales et médicales dont 38 décès
2.414 Troubles vasculaires dont 106 décès


https://www.globalresearch.ca/24526-deaths-2317495-injuries-following-covid-shots-reported-european-union-database-adverse-drug-reactions/5755877

 

Voir les commentaires