Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Résultat pour “effet secondaire en attente”

Libération prochaine de Lynda Thyer

1 Décembre 2019, 16:54pm

Libération prochaine de Lynda Thyer

Traduction Ciel voilé

( L'auteur Scott Tips participe aux réunions du Code Alimentarius depuis des années)

 

https://thenhf.com/2019/11/30/news-release-victory-in-nhfs-fight-to-free-the-innocent-lynda-thyer/?fbclid=IwAR1asKtnQp00vDpAqy1GvQBeDnLxhxey1VzwiVr4Y9_HmaKWRk5LwazznMs

 

Scott Tips, le 30 novembre 2019

            Un tribunal parisien, dirigé par un juge sévère mais juste, a ordonné aujourd'hui au gouvernement français de libérer la biochimiste Lynda Thyer de la prison où elle est détenue depuis son enlèvement d'Angleterre en août dernier sur un mandat d'arrêt européen ( MAE) totalement illégal. La Fédération nationale de la santé (NHF) a retenu les services du procureur spécialiste du droit pénal français qui a remporté les débats aujourd'hui en affirmant avec force que le gouvernement français agissait illégalement en vertu du droit de l'Union européenne, en particulier lorsque la Cour de justice européenne contestait la validité du mandat d'arrêt européen parce qu’en France, il est délivré par un procureur et que celui-ci n’est pas un juge indépendant au sens des normes européennes en vigueur.

            Mme Thyer sera libérée le dimanche 8 décembre 2019, à moins que le gouvernement ne se pourvoie en appel devant la Cour d'appel. L’équipe juridique de la NHF, qui a déjà eu gain de cause dans des affaires très médiatisées en France, a bien l’intention de gagner et de forcer le gouvernement à libérer l'innocente Lynda Thyer. Cela pourrait s'avérer être une affaire historique puisque son issue pourrait affecter tous les autres MAE émis par les procureurs français.

La vache à lait a le cancer

            L’industrie du cancer, d’une valeur de 200 milliards de dollars par an, n’a jamais aimé la concurrence. Elle préférerait que les gens soient mutilés, souffrants et meurent plutôt que de perdre cette vache à lait au profit de leurs concurrents avec une solution. GcMAF - un facteur activant les macrophages de glyco-protéines, fabriqué naturellement par tout être humain en bonne santé - est une de ces solutions très efficace.

            Utilisée dans le système médical britannique, elle pourrait sauver 120 000 vies par an. En Amérique du Nord, cela pourrait sauver un nombre beaucoup plus grand de vies. GcMAF a des effets secondaires négligeables ou nuls, n'est pas dangereux et ne coûte que 1% des coûts de la chimiothérapie. Au Royaume-Uni, les sociétés pharmaceutiques gagnent 40 000 £ par chimiothérapie empoisonnée (100 fois le coût d'une injection de GcMAF); et les organismes de réglementation du monde entier protègent ces énormes profits aux dépens de la vie humaine et même animale.

            Le GcMAF a été découvert dans le corps humain dans les années 1980 par une vingtaine de scientifiques et a fait l'objet de recherches dans les années 1990 par le Dr Yamamoto. À l’exception de la Fédération nationale de la santé, qui a annoncé l’existence du GcMAF dès l’automne 2008, puis a continué à suivre cette histoire importante par la suite, le grand public n'a reçu aucune information depuis environ 25 ans. Pourtant, GcMAF est l'une des grandes histoires du siècle. Il y a maintenant 300 scientifiques, 150 articles de recherche scientifiques revus par des pairs (dont la moitié sont republiés en ligne par la Bibliothèque nationale de médecine des États-Unis), 350 médecins, 9 000 patients guéris.


            Malheureusement, l'Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé du Royaume-Uni (MHRA) et l'Office français de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (OCLAESP), tous deux contrôlés par les sociétés pharmaceutiques, sont déterminés à enrayer l'utilisation de GcMAF, car ils craignent que GcMAF mette fin à la chimiothérapie et aux autres « traitements » contre le cancer.

            En Angleterre, David Noakes et sa société (Immuno Biotech Ltd.) sont tous deux devenus impuissants pour aider les patients atteints de cancer lorsque leurs comptes bancaires ont été fermés par la MHRA et que l'entreprise a été fermée à la mi-2015. Au moins 200 patients sont décédés lorsque leur réserve de GcMAF a été soudainement interrompue. David a lui-même servi pendant cinq mois dans la prison de Wandsworth (Londres) jusqu'à sa libération, fin avril 2019. Il fait actuellement l'objet d'une ordonnance d'extradition illégale vers la France, mais n'a pas encore été extradé.

Une femme innocente

            La biochimiste Lynda Thyer, experte et scientifique hautement qualifiée du GcMAF, a fait l’objet d’une enquête menée par la MHRA pour son implication dans Immuno Biotech, mais elle n’a jamais été poursuivie en justice parce qu’elle était manifestement innocente. En fait, Lynda Thyer est totalement innocente de toutes les accusations en France et en Angleterre, mais cela n’a pas empêché le gouvernement français de porter des accusations sans fondement de toute façon.

            La MHRA a clairement ordonné à l'OCLAESP et au juge d'instruction français Jean-Luc Gadaud d'intenter des poursuites contre David Noakes et Lynda Thyer. Nous le savons parce que dans le mandat d'arrêt européen lancé par le juge Gadaud, l'OCLAESP admet avoir été contacté pour la première fois par la MHRA à propos de David et Lynda. L’enquête de Gadaud aurait dû révéler que la société opérant en France était Duurzaam Gezond Producties BV des Pays-Bas et que ni David Noakes ni Lynda Thyer n’avaient rien à voir avec la France, si ce n’est que Lynda avait loué une ferme de vacances près de Cherbourg.

            Cependant, dans un abus judiciaire flagrant, le juge Gadaud a inventé neuf fausses accusations contre David Noakes, puis les a copiées pour Lynda Thyer, mot à mot, avec le même numéro de dossier de David. Gadaud devrait purger cinq ans de prison en vertu du code pénal français pour ce faux témoignage. Ni Lynda ni David n’avaient rien à voir avec GcMAF en France.

            Avant d'être kidnappée en Angleterre et emmenée de force en France, Lynda a comparu devant trois juges anglais, la juge Rebecca Crane, le juge Sir Michael Supperstone et le juge Michael Cox, dans une vaine tentative de justice. Au lieu de cela, ces juges ont agi comme il leur avait probablement été ordonné et ils ont ordonné l'extradition de Lynda en vertu du mandat d'arrêt européen illégal, même s'ils devaient savoir qu'elle était innocente.

            En août 2019, l'innocente Lynda Thyer, bien que très malade, a été extradée et envoyée dans une prison française de la région parisienne. Cette prison, Fleury-Mérogis, est la plus grande d'Europe. Elle a été construite pour 2 855 prisonniers mais en contient plus de 4 100. Les prisons françaises sont parmi les pires de l'Union européenne.

            N'oubliez pas que Lynda est en attente d'une enquête. Elle n'a été reconnue coupable de rien du tout! Le système français permet aux accusés de pourrir en prison pendant que les juges prennent le temps de constituer un dossier pour poursuivre l'accusé. Cela peut souvent prendre des années. Pendant ce temps, de nombreuses âmes innocentes languissent en prison. C'est un véritable crime contre l'humanité.

            Lynda Thyer est dans une prison française pour femmes depuis maintenant quatre mois. elle est en grève de la faim et a perdu beaucoup de poids. Elle entend les autres prisonnières protester contre leurs mauvais traitements, de vrais cris d’angoisse et de larmes, et la situation de Lynda n’est pas différente. Grâce aux donateurs, la NHF a obtenu l'expertise juridique de Lynda qui lui a valu cette victoire aujourd'hui et nous espérons la faire sortir de prison le 8 décembre. La NHF a également obtenu l'assistance d'un avocat français pour David dans le cadre de sa propre affaire d'extradition. Et rappelez-vous que Lynda doit encore être jugée.

            Il s’agit d’un abus du système du mandat d’arrêt européen et du droit anglais et français. C'est avant tout une injustice incroyable pour une femme qui n'a fait de mal à personne et n'a fait que de bonnes choses pour ceux qui, à l'approche de la mort, n'avaient plus d'espoir.

            Pendant des décennies, la NHF a eu pour objectif d’aider les pratiquants et les personnes persécutés par des autorités aveugles qui dansent au son de leurs maîtres. Tel est le cas ici. David et Lynda aidaient tous deux des personnes condamnées à mort pour cancer. Des recherches approfondies et une vaste expérience clinique montrent que le GcMAF peut éliminer la plupart des cancers et pour une infime partie du coût des traitements « classiques ».

 

Scott C. Tips
Président
Fédération nationale de la santé
www.thenhf.com



P.S. La NHF est le groupe de défense de la liberté de la santé le plus ancien et le mieux respecté qui se bat pour ses choix en matière de santé, d'accès aux suppléments diététiques, d'aliments nutritifs et pour la préservation de vos droits à la santé. Avec votre aide, nous pouvons nous développer pour aider à préserver la liberté de santé en Amérique, au Canada, en Europe et dans le monde entier.

Voir les commentaires

“Efficacité entre 19% et 29%”Voici l’étude qui analyse les données réelles des vaccins Pfizer et Moderna

21 Janvier 2021, 14:24pm

“Efficacité entre 19% et 29%”Voici l’étude qui analyse les données réelles des vaccins Pfizer et Moderna

19 janvier 2021 Rédaction Strategika

Source : Ilgiornale.It – Roberta Damiata – 13 janvier 2021

Traduction et présentation : strategika.fr


 

Une véritable bombe médiatique est lancée sur les vaccins Pfizer et Moderna par le professeur Peter Doshi, qui a analysé les données de la demande d’approbation des deux sociétés pharmaceutiques, constatant que leur efficacité est bien inférieure aux données publiées.


 

Au fur et à mesure que les jours passent depuis la sortie du vaccin Pfizer et maintenant également du vaccin Moderna, apparaissent de plus en plus d’informations sur leur efficacité et sur les éventuels effets secondaires qu’ils pourraient avoir.


 

Une véritable bombe a été lancée dans le British Medical Journal par Peter Doshi, un associé de l’Université du Maryland chargé de recherche sur les services de santé pharmaceutiques; auteur qui, dans un article daté du 26 novembre, avait déjà posé quelques réserves sur l’efficacité présumée du vaccin.


 

À l’époque, avec les données en sa possession sur des deux vaccins concernés, Doshi avait pu déceler des différences évidentes avec ce qui était alors affirmé par l’ensemble de la communauté scientifique. Dans le British Medical Journal il avait fortement critiqué les vaccins Covid : “Il y a un manque de transparence sur les données. Il n’est pas clair s’ils fonctionnent ou pas, et il n’y a pas eu suffisamment de personnes âgées, de personnes immunodéprimées et d’enfants scolarisés testés pour analyser leurs effets sur une période moyenne à longue.

J’ai soulevé des questions sur les résultats des essais du vaccin Covid-19 par Pfizer et Moderna, car tout ce que l’on en connaissait était les protocoles d’étude réalisés par les firmes elles-mêmes et quelques communiqués de presse”, avait déclaré le professeur.

Voir les commentaires

100% RISQUES – ZÉRO BÉNÉFICES : protégeons nos enfants contre la « vaccination »

30 Juin 2021, 11:34am

100% RISQUES – ZÉRO BÉNÉFICES : protégeons nos enfants contre la « vaccination »

 

Jean-Dominique Michel  - Le 29 juin 2021

 

Qui veut aller loin ménage sa monture dit-on…

Au front depuis 18 mois, votre serviteur se fait parfois l’impression d’être une vieille mule fourbue… mais tenace, comme on en prête la qualité à l’animal !

Sentant qu’il ne fallait plus trop tirer sur la corde, elle se trouve en altitude à refaire des forces, consciente hélas que l’automne sera rude et que la faillite du « vaccin » (dont l’inutilité spectaculaire se double d’un taux d’effets secondaires, graves et moins graves comme fatals, très fortement supérieur à ce qui avait été estimé) sera simplement recyclée dans le narratif délirant qui prévaut chez ces autres asinés – ceux qui sont hélas aux commandes.

On en voit poindre les consternantes (il)logiques : si les vaccinés sont en danger du fait des non-vaccinés et se retrouvent aujourd’hui par exemple au Royaume-Uni majoritaires parmi les hospitalisés, c’est bien entendu la preuve que ce vaccin est magnifiquement efficace ! Et donc faisons toujours plus de la même chose, (« et pourtant elle tourne ! ») comme le barrissait d’auto-satisfaction un ministre cantonal romand de la santé, pendant qu’un autre traitait d’irresponsable et de dangers publics les réticents à cette expérimentation génique indéfendable, appelant même à les vacciner de force…

C’est dire si votre mule fidèle se doit en effet de reprendre des forces pour la bataille qui se profile. Nous ne sommes pas au bout de nos peines dira-t-on sobrement.

Elle reste cependant à temps partiel sur le pont en participant au fil d’actualités de Covidhub.ch (n’hésitez pas à vous abonner pour recevoir un florilège hebdomadaire des nouvelles qui comptent – celles que vous ne trouverez évidemment pas dans la presse prostituée par l’état et les pharmas, littéralement !)

Elle a aussi récemment signé cet appel solennel, initié par des éveilleurs en prévision d’une monstre manifestation devant le Ministère de la Santé à Paris le 30 juin – initiative à répéter à la rentrée pour la protection des enfants contre cette cabale génique délirante. Dont voici le texte et la liste des premiers signataires :

 

 

Voir les commentaires

Soutien à Denis Agret

30 Septembre 2021, 12:26pm

Soutien à Denis Agret

Denis Agret a envoyé ceci hier le 29 septembre à 23 h 36 et Silvano Trotta l’a relayé sur Telegram

 

Bonsoir, 

 

C'est Denis Agret qui vous écrit. J'ai besoin du soutien de tous les français éveillés! Aujourd'hui la police en voiture banalisée était devant chez moi à Montpellier pendant plus de 4h à me harceler, à sonner en continue. Ils veulent obéir à des "ordres", me mettre en prison, prétextant que j'ai menacé de mort alors que ça n'a jamais été le cas! J'ai juste voulu prévenir ces personnes qui n'écoutent pas mon message depuis des mois.

 

Ils veulent, si ce n'est pas déjà fait enfoncer la porte de mon domicile. Une infirmière de Montpellier en a été témoin. Ils lui ont dit "on obéit"!!!

 

Cela fait des mois que j'informe à partir des données publiques de l'ANSM sur les effets indésirables graves et les décès après vaccination. Je ne suis pas un criminel. Je me suis "réfugié" ce soir pour pouvoir vous informer parce que mon compte FB est bloqué pour encore 24 jours. 

 

J'ai déjà eu deux gardes à vue politiques, oui POLITIQUES. L'OPJ Christophe Bromer l'a dit devant l'avocate commis d'office Corinne Ferrer qui pourra en témoigner le jour J. 

 

GAV politique, cela veut dire qu'il n'y a plus de séparation des pouvoirs et que par conséquent nous sommes dans une dictature! 

Des policiers et leur ministre de l'intérieur veulent emprisonné un médecin qui a fait plus de 15 ans de médecine d'urgence publique dans le service publique, praticien des hôpitaux, au service des citoyens!

 

Depuis des mois et encore ces derniers jours, ils se sont permis de poster ceci https://twitter.com/AgretDenis/status/1441702941971259395...

La dictature avance tous les jours dans notre pays, soit disant une "République". 

 

J'ai besoin du soutien de tous les médecins (vaccinés ou non) qui ont pris conscience de la folie politique qui a envahi notre pays La France pour qu'ils témoignent publiquement des constats de ces effets secondaires.

J'ai besoin du soutien des policiers, des gendarmes, des militaires qui ne sont pas soumis à des ordres insensés, iniques...

 

Alors demain matin, j'irais à leur rencontre car je ne me défile pas. 

Venez nombreux pour me soutenir. Vous aurez les informations du lieu sur les réseaux "sous terrains"

 

De grâce réveillez vous ! 

 

Mon Dieu, Priez pour nous ....


 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Karine Lacombe sera devant un juge pour diffamation et dénigrement envers l'IHU

8 Septembre 2021, 18:47pm

Karine Lacombe sera devant un juge pour diffamation et dénigrement envers l'IHU

Publié le 08/09/2021 à 13:30 FranceSoir

 

La Pr Karine Lacombe, cheffe de service des maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Antoine à Paris, le 10 novembre 2020


 

Une conférence de presse s'est tenue hier à Paris à l'hôtel Castille, rue Cambon, avec notamment le Dr Marty et le Pr Lacombe, afin de dénonçer les "violences" et "menaces" envers certains médecins qui ont pris une place médiatique importante dans les grands médias depuis maintenant 18 mois.

FranceSoir avait demandé à assister à l'événement, puisque ses organisateurs entendaient entre autres dénoncer une tribune publiée sur le panorama et la gestion catastrophique de la crise. Une tribune suivie d'un éditorial de mise au point, dans lequel nous avions formulé cette demande.

Voir aussi : "Veuve" et effets secondaires imaginaires : corrélation n’est pas causalité

Demande qui n'a pas été acceptée, selon une conception toute particulière du débat public. Nous avions notamment des questions pour la professeure Lacombe qui était un des intervenants. Était-ce une volonté de n'avoir que des questions autorisées ? Ces questions lui ont donc été envoyées par la suite par courriel, sans réponse à cette heure.


 

Lors de la conférence, Karine Lacombe, qui par ses prises de position s'est retrouvée depuis plus d'un an au coeur de la controverse scientifico-médiatique, et qui a été la cible d'attaques comprenant ici des reproches fondés, là des attaques personnelles malvenues, s'est levée à plusieurs reprises pour dénoncer la violence subie, et répondre aux questions.

Cependant à aucun moment, elle n'a fait mention pour l’auditoire et les journalistes présents
qu’elle faisait elle-même l’objet d’une plainte de l'IHU. En effet, l'infectiologue de l’AP-HP (Assistance Publique-Hôpitaux de Paris) a été entendue dans le cadre de la plainte déposée par l’IHU Méditerranée-Infections du Pr Raoult pour diffamation.

Rappelons que Karine Lacombe avait notamment accusé le professeur Raoult de donner aux Français « un faux espoir de guérison » et d’être « en-dehors de toute démarche éthique ».

 

 


 

Voir les commentaires

Le Comité Consultatif National d’Ethique valide la vaccination anti-Covid-19 chez les 5 à 11 ans malgré les risques potentiels de myocardites et d’effets secondaires à long terme du vaccin

19 Décembre 2021, 19:11pm

Le Comité Consultatif National d’Ethique valide la vaccination anti-Covid-19 chez les 5 à 11 ans malgré les risques potentiels de myocardites et d’effets secondaires à long terme du vaccin

Candice Vacle Mondialisation.ca, 19 décembre 2021

 

Bonjour à toutes et à tous,

La vaccination anti-Covid-19 chez les enfants de 5 à 11 ans se met en place rapidement. L’Agence Européenne des Médicaments (EMA) a autorisé le 25 novembre 2021 l’usage du vaccin anti-Covid-19 ARNm Comirnaty de Pfizer chez les enfants âgés de 5 à 11 ans. (1)

Cinq jours plus tard, le 30 novembre 2021, « la Haute Autorité de Santé rend un premier avis sur la vaccination des enfants de cette classe d’âge et la recommande pour tous ceux qui présentent un risque de faire une forme grave de la maladie et de décéder et pour ceux vivant dans l’entourage de personnes immunodéprimées ou vulnérables non protégées par la vaccination. » Comme il s’agit d’un premier avis, d’autres avis devraient être émis. (1)

Suite au Conseil de Défense du 6 décembre 2021, le Premier Ministre J. Castex a annoncé la vaccination des enfants de 5 à 11 ans dits « à risque » à partir du 15 décembre 2021. (2)

Le Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE) a rendu le 16 décembre 2021 un avis favorable à la vaccination des enfants de 5 à 11 ans sous conditions. « Le CCNE insiste sur le fait que cet avis est rendu dans l’urgence, alors que de  nombreuses incertitudes persistent en ce qui concerne les effets à long terme du vaccin. » Ce comité « insiste sur le fait que cette vaccination des enfants doit être une proposition et non une obligation, et ne doit pas être incluse dans un pass-sanitaire. » « Cette mesure devra préalablement être discutée et approuvée par la Haute Autorité de Santé. » (3) (page 12) 

 

 

Voir les commentaires

Valeur juridique et portée du Code de Nuremberg: lettre à l'Académie nationale de médecine

2 Février 2022, 18:27pm

Valeur juridique et portée du Code de Nuremberg: lettre à l'Académie nationale de médecine

Me Virginie de Araujo-Recchia, pour FranceSoir – Le 2 février 2022

 

TRIBUNE — L'Académie nationale de médecine française a fixé le programme concernant l’utilisation des tests ainsi que la « vaccination » par la mise en place du passe sanitaire (qui a tout de politique et rien de sanitaire), et s’est prononcée en faveur de l'obligation vaccinale le 19 juillet 2021, jour de présentation en Conseil des ministres du projet de loi n°2021-1040 du 5 aout 2021.

Celle-ci appelle désormais à « ne plus hésiter » en ce qui concerne l’accélération de la campagne d’injection de substances géniques expérimentales pour les 5-11 ans, en dépit du fait que la Covid-19 n’est pas une maladie pédiatrique, d’après de nombreux experts sans conflit d’intérêts, et que les effets secondaires et décès observés au niveau international depuis plusieurs mois chez les « vaccinés » de gré ou de force, devraient au contraire nous amener à la plus grande prudence face à un tel danger.

Je cite l’avis du 25 janvier 2022 publié par l’Académie nationale de médecine :

 

« Le bénéfice individuel doit être clairement expliqué aux parents : c’est un bénéfice direct incontestable par l’induction d’une immunité qui sera plus forte que celle induite par l’infection seule, ou qui la renforcera, et protègera les enfants en réduisant le risque de formes graves lié à de nouveaux variants, à court et moyen termes. La rareté des effets indésirables post-vaccinaux doit être mise en balance avec l’existence de formes sévères (PIMS, myocardite, Covid long) dont la fréquence risque d’augmenter avec la recrudescence des cas symptomatiques actuellement observés chez l’enfant.

Les bénéfices collectifs de la vaccination des enfants doivent aussi être rappelés dans plusieurs domaines (scolaire, familial, état psychique, social, …), ainsi que le renforcement de l’immunité collective, nécessaire pour réduire la propagation des virus et limiter la possible émergence de nouveaux variants. »

 

 

 

Voir les commentaires

Les enfants sont à haut risque des complications de l’inutile injection anticovid : il faut l’interdire !

19 Août 2022, 06:19am

Les enfants sont à haut risque des complications de l’inutile injection anticovid : il faut l’interdire !

Dre Nicole Delépine – Le 18 août 2022 – mondialisation.ca

 

AFFICHONS-LE PARTOUT : 1 accident cardio-vasculaire (myocardite, péricardite) ou autre (angio œdème, accident vasculaire cérébral, paralysie faciale) pour 100 injections !

 

Personne ne peut plus affirmer que l’injection génique expérimentale serve à un quelconque effet médical bénéfique. Elle ne protège ni des contaminations, ni des formes graves, ni de la mort. Même le président de l’ex-conseil scientifique qui conseillait E. Macron l’a avoué dans son mea culpa de fin juillet 22.[1] Les complications des injections sont avouées par de nombreux médecins et officiels même si le plus souvent le nombre en est minimisé. Néanmoins is avouent. Même l’ANSM !

 

Parents, enseignants, philosophes, politiques, sapeurs-pompiers, et surtout professionnels de santé, infirmiers, aides-soignants, médecins de toute spécialité, kinésithérapeutes, pharmaciens, etc..

 

COMBIEN DE TEMPS ALLONS-NOUS SUPPORTER DE DÉCOUVRIR CHAQUE JOUR DE NOUVEAUX TÉMOIGNAGES DES ACCIDENTS DES PSEUDOVAX ?

 

Et en dépit de la censure extrême de Google… qui ne nous permet pas de retrouver un article connu, sauf si on connaît bien le nom du site ou de l’auteur et le titre exact de la publication. Il y a beaucoup de témoignages qu’ils arrivent à passer tout de même.

 

Ce jour, ce papier arrive sur mon ordinateur via un correspondant attentif : un résumé des effets secondaires de l’UE publié par l’EMA : 2956 avortements spontanés après injection 

 

 

https://www.mondialisation.ca/les-enfants-sont-a-haut-risque-des-complications-de-linutile-injection-anticovid-il-faut-linterdire/5670602

 

Voir les commentaires

La vaccination contre le Sars-CoV-2 favorise-t-elle le développement du cancer ?

11 Août 2022, 06:31am

La vaccination contre le Sars-CoV-2 favorise-t-elle le développement du cancer ?

FranceSoir Publié le 10 août 2022 – 19:30

 

Au début de l’épidémie de coronavirus, les retards de diagnostics et de soins ont eu des conséquences dramatiques sur la pathologie du cancer. De l’aveu même du Dr Hans Kluge, directeur de l’OMS pour l'Europe, « la façon dont la pandémie retarde les soins aux personnes atteintes de cancer et crée des retards accumulés dans les services de santé, est une interaction mortelle ». Aujourd’hui, c’est la vaccination qui préoccupe certains médecins et biologistes. En effet, depuis plusieurs mois, plusieurs scientifiques tirent la sonnette d’alarme et mettent en garde contre les effets secondaires induits par ces thérapies géniques.

 

Les anomalies découvertes par le Dr Ute Kruger, anatomo-pathologiste

Experte dans le diagnostic du cancer du sein, le Dr Ute Kruger qui a occupé des fonctions très importantes en qualité de chef du service de pathologie à Växjö (Suède), exerce actuellement à l’hôpital de Kalmar, qui est en lien avec le département d’oncologie de l’université de Lund en Suède. Son travail d’anatomo-cyto-pathologiste – un nom souvent jugé trop compliqué et remplacé par le mot d’anapath et ou de pathogiste - consiste à établir un diagnostic de maladie à partir de prélèvements de cellules (frottis) ou de tissus (biopsies) dont elle analyse la structure microscopique des cellules qui les composent. Forte d’une longue expérience dans ce domaine, Ute Kruger est également médecin légiste, puisqu’elle réalise des autopsies.

 

Le 26 juillet 2022, interviewée par l’organisation Doctors For Covids Ethics, elle fait part des modifications qu’elle a constatées depuis 2021 dans les échantillons de tissus tumoraux dont les caractères histologiques et macroscopiques sont malins et en détaille les évolutions.

 

https://www.francesoir.fr/la-vaccination-contre-le-sars-cov-2-favorise-t-elle-le-developpement-du-cancer

 

Voir les commentaires

3 573 morts foetales dans le VAERS suite à l'administration de vaccins COVID-19 - augmentation de 1 867 % par rapport aux vaccins non COVID

15 Février 2022, 18:37pm

3 573 morts foetales dans le VAERS suite à l'administration de vaccins COVID-19 - augmentation de 1 867 % par rapport aux vaccins non COVID


Brian Shilhavy - Rédacteur, Health Impact News – Le 13 février 2022

 

3,573 Fetal Deaths in VAERS Following COVID-19 Vaccines – 1,867% Increase Over Non-COVID Vaccines (healthimpactnews.com)


La base de données du Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS) du gouvernement américain a été mise à jour vendredi dernier, le 11 février 2022, et elle rapporte maintenant qu'il y a eu 1 103 893 cas d'effets secondaires et de décès suite aux vaccins COVID-19 depuis décembre 2020, lorsque la FDA a émis des autorisations d'utilisation d'urgence pour les vaccins COVID-19. (Source.)


À titre de comparaison, il y a eu 918 856 cas d'effets secondaires et de décès à la suite de tous les vaccins approuvés par la FDA au cours des 30+ années précédentes, de 1990 à novembre 2020. (Source.)


Il y a donc eu plus d'effets secondaires et de décès enregistrés dans le VAERS au cours des 14 derniers mois après l'administration du COVID-19 que pendant les 30 dernières années combinées après l'administration de tous les vaccins enregistrés dans le VAERS.


Les décès fœtaux augmentent de 1 867 % après l'administration des vaccins COVID-19
La mise à jour la plus récente du VAERS montre qu'il y a eu 3 573 fœtus morts après l'administration du vaccin COVID-19. (Source.)


Pour arriver au nombre de fœtus morts enregistrés dans le VAERS, j'ai dû tester plusieurs recherches différentes sur les "symptômes" répertoriés, puis voir si les résultats de la recherche documentaient les morts fœtales, puisqu'il n'y a pas de données démographiques pour les "morts fœtales".


Voici la liste actuelle des "symptômes" du VAERS qui révèlent des morts fœtales :
 

Grossesse avortée
Avortement
Avortement complet
Avortement compliqué
Avortement précoce
Avortement incomplet
Avortement provoqué
Avortement provoqué incomplet
Avortement tardif
Avortement manqué
Avortement d'une grossesse extra-utérine
Avortement spontané
Avortement spontané complet
Avortement spontané incomplet
Grossesse ectopique
Interruption de grossesse ectopique
Grossesse extra-utérine avec dispositif contraceptif
Arrêt cardiaque fœtal
Mort fœtale
Mort prématurée du bébé
Accouchement prématuré
Grossesse extra-utérine rompue
Mort à la naissance


Cette liste n'est peut-être pas exhaustive. Mais si nous effectuons exactement la même recherche en utilisant ces symptômes, nous pouvons comparer "des pommes avec des pommes" en examinant les décès fœtaux consécutifs aux vaccins COVID-19 par rapport aux décès fœtaux consécutifs à tous les vaccins non COVID.


En utilisant cette recherche pour tous les vaccins approuvés par la FDA au cours des plus de 30 années précédentes, avant que les vaccins COVID-19 ne reçoivent une autorisation d'utilisation d'urgence en décembre 2020, nous trouvons 2 519 décès fœtaux, dont la grande majorité a été provoquée par des vaccins produits par Merck, ce qui inclut les vaccins Gardasil. (Source.)


Voici les moyennes annuelles :


82 morts fœtales par an suite à des vaccins non-COVID
3063 morts foetales par an suite à des vaccins COVID-19


J'ai obtenu ces moyennes en divisant par 31 le nombre total de morts fœtales consécutives aux vaccins non-COVID et en divisant par 14 le nombre de morts fœtales consécutives aux vaccins COVID-19 pour obtenir la moyenne mensuelle, puis en multipliant par 12.


Pour obtenir un pourcentage plus précis du nombre de morts fœtales consécutives aux vaccins COVID-19 par rapport à tous les autres vaccins approuvés par la FDA, nous devons également prendre en compte le nombre de doses administrées.


La Health Resources and Services Administration (HRSA) du gouvernement américain compile des données sur le National Vaccine Injury Compensation Program, et un rapport qu'elle a publié le 12/01/2021 montre qu'il y a eu plus de 4 milliards (4 092 757 049) de doses de vaccins administrées aux États-Unis entre le 1/01/2006 et le 12/31/2019, un an avant que les vaccins COVID-19 ne reçoivent des autorisations d'utilisation en urgence. (Source.)


En utilisant cette plage de dates, j'ai répété exactement la même recherche pour les morts fœtales enregistrées dans le VAERS pendant cette période, et le VAERS rapporte 1 369 décès parmi ces plus de 4 milliards de doses administrées entre le 1er janvier 2006 et le 31 décembre 2019. (Source.)


Les CDC ont indiqué la semaine dernière que 543 millions de doses de vaccins COVID-19 avaient été administrées au 3 février 2022. (Source.)


Ainsi, de 2006 à 2019, un décès fœtal a été enregistré dans le VAERS pour 2 989 596 doses de vaccins administrées.


De décembre 2020 au 4 février 2022, un décès fœtal a été enregistré dans le VAERS pour chaque 151 973 doses de vaccins COVID-19 administrées.


Cela représente une augmentation de 1 867 % des décès fœtaux enregistrés dans le VAERS suite à l'administration de vaccins COVID-19.


Je suis à court de superlatifs à utiliser dans la langue anglaise pour décrire cela. Et il ne s'agit là que des statistiques publiées par le gouvernement américain, sans même essayer de déterminer quel est le facteur non déclaré.

Voir les commentaires