Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Résultat pour “effet secondaire en attente”

Retrouvons-nous aux 13èmes rencontres écocitoyennes de Mérindol (84) les 15 et 16 septembre 2012

3 Septembre 2012, 22:25pm

Publié par Ciel Voilé

Merindol.jpg

 NB : Y ALLER EN COVOITURAGE ? C'EST POSSIBLE ! 

Le Comité de Bassin d'Emploi du pays d'Apt a en effet mis en place un maillage efficace pour répondre aux besoins de mobilité.

Le numéro vert du covoiturage en pays d'Apt

Il est accessible par le site internet www.zapt.fr

ou par le numéro vert 0 805 202 203.

Voir les commentaires

Loi renseignement : le retour en pire

28 Mai 2021, 13:44pm

Loi renseignement : le retour en pire

La quadrature du net - Le 27 mai 2021

Le 28 avril 2021, le gouvernement a proposé un nouveau projet de loi renseignement, complété le 12 mai par de nouveaux articles tirant les conséquences de notre défaite devant le Conseil d’État (relire notre réaction).

L’objectif premier du texte sera de faire définitivement entrer dans le droit commun les mesures de l’état d’urgence débuté en 2015 (assignation à résidence, perquisitions administratives…) ainsi que les mesures expérimentales de la loi renseignement de 2015 (surveillance automatisée du réseau par des « algorithmes »). L’objectif secondaire sera d’inscrire dans la loi française les violations du droit européen actées par le Conseil d’État le mois dernier afin de défendre à tout prix la surveillance de masse française. Toutefois, la menace la plus grave pourrait se situer entre les lignes : une multitude d’ajustements d’apparence sommaire qui semblent cacher un bouleversement dramatique du rapport de force entre le gouvernement et la population.

Dans cette première analyse, nous prenons le temps d’examiner l’ensemble des modifications apportées par ce projet de loi en matière de renseignement. Le texte qui vient d’être validé par la commission des lois de l’Assemblée nationale sera étudié en hémicycle à partir du 1er juin prochain.

Perquisitions administratives de matériel informatique (article 4)

Les perquisitions administratives appelées « visites domiciliaires » en novlangue sécuritaire, se voient dotées d’une nouvelle possibilité. Toujours sans contrôle d’un juge, l’article 4 offre à la police la possibilité d’exiger l’accès sur place à du matériel informatique. Si la personne perquisitionnée refuse, son matériel pourra être saisi et analysé par un laboratoire de la police.

Voir les commentaires

Une nouvelle étude de l'IHU Méditérranée : l'HCQ continue d'obtenir des résultats positifs

7 Juin 2021, 12:56pm

Une nouvelle étude de l'IHU Méditérranée : l'HCQ continue d'obtenir des résultats positifs

France Soir Publié le 04/06/2021 à 15:13

 

Hier, c’était une étude du Pr Montastruc de l’Hôpital Cochin, publiée dans la revue CMI (Clinical microbiology and infection), qui attirait l’attention sur l’effet toxique du remdesivir, notamment sur la cardio toxicité – un tweet du professeur Raoult en tirait la quintessence.

Aujourd’hui, c’est une nouvelle étude de l’IHU qui passe au comité de lecture avant publication. Les auteurs y montrent que sur la série de 2 111 patients hospitalisés à l’IHU en 2020, 1200 ont été traités avec la bithérapie HCQ+AZM (hydroxychloroquine et azithromycine). La mortalité est diminuée de 30% et c’est un effet significatif. 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Indication d'une volonté délibérée de provoquer le réchauffement planétaire et la fonte des glaciers

17 Février 2017, 09:44am

Publié par Marvin Herndon

Traduction Ciel voilé

Publié dans Le journal international de géographie, de l'environnement et des sciences de la terre

9(1):1-11,2017 ; Article N° JGEESI.30834 – ISSN : 2454-7352 – www.sciencedomain.org

J. Marvin Herndon, Transdyne Corporation, 11044 Red Rock Drive, San Diego, CA 92131, Etats-Unis

Contribution de l'auteur : Manuscrit conçu, analysé, interprété, préparé par l'auteur seul

Informations sur l'article :

DOI : 10.9734/JGEESI/2017/30834

Editeur : Anthony R. Lupo, département du sol, science de l'environnement et de l'atmosphère, Université du Missouri, Columbia, Etats-Unis.

Comité de lecture :

Nicola Scafetta, Université Frédéric II de Naples, Italie.

Mohammed Suleiman, Université Umaru Musa Yar'adua, Katsina, Nigéria.

Olawale Abiye, Université Obafemi Awolowo, Nigéria.

Historique complet de la revue par des pairs : http://www.sciencedomain.org/review-history/17665

 

Article de recherche, reçu le 2 décembre 2016, accepté le 24 janvier 2017, publié le 29 janvier 2017

 

Résumé

 

Objectifs : Autour du 14 février 2016, une substance d'apparence huileuse et cendreuse a été accidentellement relâchée par un avion et est tombée sur sept résidences et des véhicules de la municipalité d'Harrison ( Michigan – Etats-Unis). Les objectifs de cette étude sont d'analyser cette substance tombée et, des résultats obtenus, déduire l'usage visé de cette substance.

Méthodologie : Analyse au spectroscope de masse à plasma à couplage inductif (ICP-MS) et au microscope à balayage électronique (SEM) et aux rayons X (EDX) de la substance tombée.

Résultats : La substance tombée est constituée d'un assemblage de matière végétale mélangée à des cendres volantes de charbon et du sel. La forme des éclaboussures sur les véhicules, le sol et les toits ressemble aux trous de cryoconite observés sur les glaciers qui disparaissent dans le monde entier. La substance tombée ressemble, dans une certaine mesure, à la cryoconite naturelle et paraît l'imiter avec des cendres volantes de charbon qui lui donnent cette couleur gris sombre laquelle absorbe la lumière solaire, fait fondre la glace des glaciers et contribue au réchauffement planétaire.

Conclusions : Les résultats de cette étude apportent la preuve qu'il s'agit d'une volonté délibérée d'accélérer la fonte des glaciers et par conséquent d'accélérer le réchauffement planétaire. Ainsi, cette étude confirme le net effet des pulvérisations quotidiennes d'aérosols dans la troposphère, observées dans le monde entier. Par ailleurs, l'auteur a prouvé que la matière première employée lors de ces pulvérisations dont l'effet évident est d'augmenter le réchauffement planétaire est constituée de cendres volantes de charbon. Les scientifiques du monde entier devraient lancer un appel et vraiment exiger, une enquête complète et ouverte sur ces activités de géo-ingénierie clandestine dont les impacts potentiels sur le système climatique de la Terre, l'intégrité du biote terrestre et la santé humaine pourraient s'avérer extrêmement dangereux.

 

1.Introduction

 

La vie sur Terre existe dans un état fragile et complexe d'équilibre dynamique de dépendance mutuelle entre et au sein des différents milieux de vie et l'environnement physique. Toute perturbation de ce délicat équilibre est susceptible de le bouleverser et d'entraîner des conséquences potentiellement dévastatrices pour de nombreuses espèces, y compris les êtres humains.

Depuis le début de l'ère industrielle, nous, êtres humains, avons, par inadvertance, matériellement altéré notre planète. Très tôt, les effets ont été localisés, comme par exemple la pollution des villes partout dans le monde et les déforestations régionales tout autour du globe. A mesure que le progrès technologique s'accroît, notre capacité à détruire l'environnement s'amplifie (1). Dans beaucoup de villes actuellement l'air que nous respirons est mauvais pour la santé, les déchets plastiques inondent les océans, les produits de combustion du kérosène et leurs additifs polluent l'atmosphère, les villes ne cessent de s'étendre sur les terres, on continue à éliminer les forêts, et la combustion d' énergies fossiles produit une chaleur artificielle et des gaz d'échappement. Cette liste n'est pas exhaustive. Collectivement, nous, êtres humains, n'avons pas encore appris à vivre en harmonie avec notre planète.

En plus de ces attaques involontaires, il en existe une, intentionnelle, connue sous le nom de géo-ingénierie, qui est potentiellement plus dangereuse que toutes les autres réunies. La géo-ingénierie peut être définie comme « la manipulation délibérée à grande échelle de l'environnement planétaire y compris la manipulation du temps et du climat. » Les débuts de la géo-ingénierie proviennent des expérimentations sur l'ensemencement des nuages dans les années 1946-1947. On a découvert qu'ajouter de la glace sèche ( du C02 gelé) ou de l'iodure d'argent aux nuages pouvait favoriser la nucléation de pluie ou de neige. Le développement de la technologie pour contrôler le temps, comme une arme de guerre, a commencé avec cette découverte[2,3] et s'est dès lors poursuivi dans la clandestinité. De 1967 à 1972, l'opération Popeye impliquait l'ensemencement des nuages avec l'intention de prolonger la mousson sur le route d'Ho Chi Minh pour empêcher le transport des troupes et des fournitures pendant la guerre du Vietnam [4,5]. Mais utiliser les nuages pour aggraver la pluie ou la neige, plus ou moins à volonté, n'était que la première étape. Les militaire voulaient contrôler complètement le temps, comme arme de guerre, comme cela a été décrit plus tard en 1996, dans le document de l'US Air Force : « Le temps comme multiplicateur de force : posséder le temps en 2025[5] ».

Rétrospectivement, ce document aurait dû sonner l'alarme. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les militaires américains n'ont eu qu'une obsession, sans aucune notion de responsabilité pour le bien-être des populations civiles ou de l'environnement. Par exemple, dans leur poursuite d'une technologie de guerre nucléaire, les explosions dans l'atmosphère de plus de cent bombes nucléaires ont été menées, en général sans égard pour la santé des résidents exposés[6] ; sans égard pour l'environnement comme le prouve l'explosion d'une bombe à fission nucléaire dans la ceinture de Van Hallen, et à un niveau plus personnel, en faisant croire à des femmes enceintes qu'on leur administrait des vitamines alors qu'il s'agissait de fer radioactif, ou en injectant à des nouveaux-nés de l'iode 131 radioactif [6,9].

Après avoir appris comment faire pour que les nuages produisent de la pluie ou de la neige, plus ou moins à la demande, l'étape technologique suivante a été d'apprendre comment empêcher la pluie pour provoquer sécheresse et famine au sein d'une nation supposée ennemie. Pendant au moins trente ans des expérimentations ont été conduites dans la basse atmosphère (troposphère), à l'aide d'avions pulvérisant des substances inconnues qui laissent des traînées de particules dans le ciel [10] observées par des millions de témoins (Fig.1). Ces traînées ressemblent au début superficiellement à des traînées de condensation, qui sont des cristaux de glace formés par les gaz d'échappement des avions. Cependant les traînées de condensation ne se forment que dans un environnement très humide, à des températures assez basses pour supporter une pression de vapeur saturante permettant le gel, et avec une humidité suffisante dans les gaz d'échappement[11,12]. Les traînées de condensation deviennent rapidement invisibles du fait de l'évaporation, alors que les traînées de particules s'étalent et parfois rapidement forment des nuages artificiels à l'aspect de cirrus, avant de s'étendre pour former une brume blanchâtre dans le ciel.

 

Fig. 1	Photographies de particules de matière utilisée en géo-ingénierie déposées dans la troposphère au-dessus des États-Unis, de la France, de l’Angleterre et de l’Égypte. De façon caractéristique, les traînées de particules épandues par des avions diffusent rapidement, devenant des nuages artificiels, qui se transforment ensuite en brume blanche dans le ciel, parfois si dense que le ciel semble couvert, parfois avec une teinte brunâtre Photos de Patrick Roddie et de Deborah Whitman, avec leur aimable autorisation. Egypte:photo de l’auteur.

Fig. 1 Photographies de particules de matière utilisée en géo-ingénierie déposées dans la troposphère au-dessus des États-Unis, de la France, de l’Angleterre et de l’Égypte. De façon caractéristique, les traînées de particules épandues par des avions diffusent rapidement, devenant des nuages artificiels, qui se transforment ensuite en brume blanche dans le ciel, parfois si dense que le ciel semble couvert, parfois avec une teinte brunâtre Photos de Patrick Roddie et de Deborah Whitman, avec leur aimable autorisation. Egypte:photo de l’auteur.

Le principe pour empêcher la pluie de tomber est très simple depuis les études sur la pollution. Les particules de pollution de l'ordre du micron ou en dessous, quand elles sont pulvérisées dans une zone où les nuages se forment, empêchent les gouttes d'humidité de se réunir pour former des gouttes suffisamment lourdes pour tomber en pluie ou en neige. A l'occasion, les nuages remplis d'humidité doivent relâcher leur charge d'eau causant potentiellement des orages et des averses. Les implications militaires cachées sont claires : pulvériser des particules dans l'air au-dessus d'un ennemi supposé, détruire la production agricole, décimer les élevages et provoquer souffrance et famine[1].

Si les activités de pulvérisation de particules dans l'atmosphère étaient uniquement prévues pour développer cette technologie militaire, les expérimentations seraient limitées dans le temps et dans l'espace. Mais cela ne correspond pas à ce qui a été observé par des millions d'individus à travers le monde [14,19]. Au cours des dernières années, les pulvérisations de particules dans la troposphère sont devenues une activité quasi-quotidienne, dans une majeure partie du monde, sans reconnaissance officielle, et sans le consentement éclairé de ceux qui respirent un air contaminé aux particules fines. Clairement, c'est un programme clandestin mis en œuvre par diverses nations, incluant, sans s'y limiter, les Etats-Unis, le Canada et d'autres nations du Commonwealth, les pays de l'Union Européenne, le Japon, la Russie, le Brésil, la Corée du Sud, l'Egypte et l'Inde. Aucune information officielle n'est disponible publiquement, ni la raison pour laquelle des gouvernements et des organisations mènent cette attaque aérienne contre notre planète. Aucune information officielle n'existe sur son but, les substances pulvérisées dans la troposphère, les implications géophysiques ou les conséquences sur la santé publique et l'environnement. En principe, la communauté des scientifiques de la Terre dispose des instruments et de la compréhension pour vérifier les réponses à certaines de ces questions. Mais, les scientifiques universitaires ont collectivement fermé l'oeil, restant silencieux, ou chantant le mantra du GIEC qui dit que dans le futur il sera peut être nécessaire de déposer en altitude, dans la stratosphère, des substances bloquant le soleil pour contrer le supposé réchauffement planétaire. Récemment, un journal scientifique, qui fut prestigieux, est devenu complice de la tromperie délibérée du public sur les pulvérisations aériennes.

J'estime que les scientifiques, du fait de leur savoir-faire et de leurs connaissances, ont la responsabilité d'être bénéfiques à l'humanité et au progrès de la civilisation. J'ai donc choisi d'appliquer des méthodes scientifiques pour certifier la nature de la principale substance pulvérisée dans la troposphère et j'ai découvert trois modes de preuves indépendants selon lesquelles, la pollution aux particules fines de la troposphère par la géo-ingénierie est essentiellement constituée de cendres volantes provenant de la combustion du charbon. Lorsque le charbon est brûlé dans les usines de production d'électricité, les cendres lourdes tombent et les cendres légères s'élèvent dans les cheminées, mais dans les pays occidentaux, elles sont capturées électro-statiquement et stockées car ce type de cendres contient la plupart des métaux toxiques déjà présents dans le charbon. Quand les cendres volantes de charbon sont pulvérisées dans la troposphère, elles empêchent la pluie ou la neige de tomber, absorbent l'humidité atmosphérique, augmente la conductivité électrique de l'humidité atmosphérique, réchauffent l'atmosphère et bloquent les radiations émises par la surface du globe et qui devraient partir vers l'espace. Quand les cendres volantes de charbon d'une couleur gris sombre typique tombent sur terre, elles absorbent la lumière solaire et modifient l'albédo de la neige et de la glace ce qui provoque leur fonte. En d'autres termes, en plus de provoquer la sécheresse, quand elles sont pulvérisées presque tous les jours, et presque partout, comme actuellement, les cendres volantes de charbon réchauffent la planète provoquant délibérément un réchauffement climatique d'origine anthropique d'un type différent de celui des gaz à effet de serre.

Les avions qui pulvérisent des cendres volantes de charbon dans la troposphère font partie d'un programme clandestin, presque mondial et opèrent à partir de bases aériennes non révélées. Autour du 14 février 2016, un avion probablement de la base aérienne de la Garde Nationale du Michigan ( Etats-Unis) à Selfridge, a momentanément relâché une petite portion de son chargement, qui, comme l'ont rapporté les résidents, est tombée sur la commune d'Harrison ( Michigan- Etats-Unis). Le 14 février, un résident de la municipalité d'Harrison a remarqué une substance étrange, apparemment tombée d'un avion de passage, et qui s'est déposée au moins sur sept propriétés et plusieurs voitures ( Fig 2). «  C'était une substance ressemblant à de la cendre de consistance grasse. » a déclaré le chef des pompiers d'Harrison, Michael Lopez à ABC News. «  C'est apparemment tombé directement. » a-t-il ajouté, remarquant que la substance n'a été trouvée que sur les toits des voitures et des maisons et qu'elle n'a pas tout éclaboussé. 

Fig. 2	Exemples évidents d’éclaboussures de substance tombée sur des véhicules et des  résidences.

Fig. 2 Exemples évidents d’éclaboussures de substance tombée sur des véhicules et des résidences.

Suspectant qu'il s'agissait là d'un dégazage accidentel d'une activité de géo-ingénierie clandestine, j'ai obtenu des échantillons de la substances de l'un des résidents dont la propriété avait été touchée (Fig 2) et je les ai faits analyser. Cette substance a aussi été échantillonnée et analysée par les fonctionnaires du service de la qualité de l'environnement du Michigan. Je rapporte ici les résultats de ces analyses qui apportent la preuve d'une opération délibérée destinée à faire fondre la glace et la neige, ce qui confirme l'hypothèse que les cendres volantes de charbon sont utilisées en aérosols pour délibérément augmenter le réchauffement planétaire [13,22,23].

 

2 Méthodologie

 

Les échantillons de la substance relâchée ont été recueillis par Paul Schlutow sur sa propriété d'Harrison au Michigan ( Etats-Unis). Il a généreusement fait don de ces échantillons à l'auteur pour les faire analyser. Des échantillons de cette substance ont été envoyés au service du Lac du Nord, au laboratoire d'analyses et aux services de l'environnement, à un laboratoire classique pour des analyses au spectromètre de masse à plasma à couplage inductif (ICP-MS). Un échantillon a été envoyé à RJ Lee Group Inc pour une analyse au microscope à balayage électronique (SEM) et à dispersion aux rayons X (EDX).

 

 

3 Résultats et discussion

 

La figure 3 montre des images à faible grossissement de la substance tombée du ciel que le service de la qualité de l'environnement du Michigan a examiné au microscope : « Elle est constituée d'un mélange de particules réunis en groupes noirs qui morphologiquement ressemblent à des morceaux de plantes, incluant des feuilles, des grains et des peaux de fruits qui forment l'essentiel de l'échantillon. » Clairement la substance tombée du ciel n'est pas de la cendre volante de la combustion du charbon, mais comme le montrent les traces, les cendres volantes de charbon sont un matériau couramment utilisé en géo-ingénierie. Quand les cendres volantes de charbon tombent sur la Terre, leur couleur caractéristique gris sombre absorbe la lumière du soleil et augmente le réchauffement planétaire. Donc, la question qui se pose naturellement est de savoir si ces gouttes sombres tombées du ciel contiennent des cendres volantes de charbon. Pour répondre à cette question, trois échantillons de la substance tombée ont été analysés de façon indépendante, au spectromètre de masse, y compris un échantillon recueilli et analysé par le service de la qualité de l'environnement du Michigan. Les résultats d'analyses exprimés en ratios de masse d'éléments sont comparés, Fig 4 aux ratios des masses de 23 échantillons de cendres volantes de charbon européens [25]analysés et publiés et aux 12 échantillons de cendres volantes de charbon américain [26]. Pour des comparaisons ultérieures, les données des ratios ICP-MS sont aussi indiqués pour quatre échantillons de poussière recueillis sur des filtres à air extérieurs, de haute qualité pendant trois mois, en Californie ( Etats-Unis) et en Arizona ( Etats-Unis) en des lieux éloignés de toute installation industrielle au charbon [13,23]. Les données ICP-MS, exprimées en ratios de masse, sont aussi indiquées pour cinq échantillons de fibres recueillis à Laona dans le Wisconsin ( Etats-Unis), sur l'herbe après que la neige ait fondu (Fig.5). Des substances fibreuses blanches, ont été observées tombant sur Terre pendant ou après des pulvérisations d'aérosols dans la troposphère [27,30] on suppose qu'il s'agit d'un sous-produit involontaire formé lorsque la substance aux cendres volantes de charbon et ses additifs rencontre l'environnement de combustion de l'avion où le mélange et la transformation en filaments se produisent.

 

Fig. 3	Images à faible grossissement de la substance tombée

Fig. 3 Images à faible grossissement de la substance tombée

Aucune déduction ne peut être faite de l'observation de la Fig.4 si tous les ratios ne figurent pas pour chaque échantillon mesuré; c'est principalement la conséquence des différentes analyses requises, et secondairement le résultat de différentes limites de détection des laboratoires impliqués. Parmi les résultats présentés il existe une variation, mais qui était prévisible. Les variations par élément chimique étaient attendues car le charbon de différentes sources comprend différentes quantités relatives d'oligoéléments. Les variations d'éléments dans les cendres volantes de charbon peuvent aussi provenir des différents modes de combustion du charbon. Des variations ultérieures, au moins concernant les filaments peuvent provenir d'un mécanisme de production inattendu de fibres. Le traitement statistique des comparaisons de ratios mesurés n'est pas approprié car la comparaison ne porte pas sur la même famille de données, mais sur un groupe d'ensembles indépendants de populations potentiellement variables. Néanmoins, la prépondérance de correspondances sur un grand nombre de ratios d'éléments constitue une preuve solide du fait que les cendres volantes de charbon sont un composant de la substance tombée du ciel, et de même pour les poussières sur filtres ou les filaments.

Fig. 4	Ratios en éléments chimiques, mesurés sur les échantillons de substance tombée indiqués par les symboles X: vert : département de la qualité environnementale du Michigan, rouge : Northern Lake Service et bleu : Basic Laboratory. À titre de comparaison, les lignes rouges et bleues sont respectivement les proportions des éléments mesurés sur des échantillons de cendres volantes européennes [25]et américaines[26] ; les cercles sont des ratios en éléments des échantillons de fibres ( Fig.5) trouvés sur l'herbe à la fonte de la neige à Laona, Wisconsin (USA) le 19 mars 2015, et les triangles sont les ratios en éléments mesurés sur la poussière recueillie sur les filtres à air extérieurs, de haute qualité, par périodes de trois mois [13,23].

Fig. 4 Ratios en éléments chimiques, mesurés sur les échantillons de substance tombée indiqués par les symboles X: vert : département de la qualité environnementale du Michigan, rouge : Northern Lake Service et bleu : Basic Laboratory. À titre de comparaison, les lignes rouges et bleues sont respectivement les proportions des éléments mesurés sur des échantillons de cendres volantes européennes [25]et américaines[26] ; les cercles sont des ratios en éléments des échantillons de fibres ( Fig.5) trouvés sur l'herbe à la fonte de la neige à Laona, Wisconsin (USA) le 19 mars 2015, et les triangles sont les ratios en éléments mesurés sur la poussière recueillie sur les filtres à air extérieurs, de haute qualité, par périodes de trois mois [13,23].

Les figues 6-8 sont des images au microscope à balayage électronique d'un échantillon de la substance tombée. Le rectangle blanc marqué sur chaque image indique la zone où a été déterminée l'analyse spectrale. Les valeurs numériques des éléments mesurés sont réunies dans le tableau 1.

 

Fig. 5 Fibres supposées formées durant la géo-ingénierie troposphérique. En haut : fibres observées sur l'herbe lors de la fonte de la neige et échantillonnées pour analyses (photo de Robert West, avec son aimable autorisation). En bas : aspect typique des fibres, ici prises sur du matériel agricole dans le village d'Argujillo en Castille-Léon, région d’Espagne (photo de Guardacielos – Skyguards, avec leur aimable autorisation).

Fig. 5 Fibres supposées formées durant la géo-ingénierie troposphérique. En haut : fibres observées sur l'herbe lors de la fonte de la neige et échantillonnées pour analyses (photo de Robert West, avec son aimable autorisation). En bas : aspect typique des fibres, ici prises sur du matériel agricole dans le village d'Argujillo en Castille-Léon, région d’Espagne (photo de Guardacielos – Skyguards, avec leur aimable autorisation).

Tableau 1. Composition des éléments analysés aux EDX dans les zones sélectionnées Figs.6-8

 

Elément        Fig.4                                     Fig.5                                       Fig.6

          % Poids      % Atome           % Poids        % Atome          % Poids          % Atome

C           52.21          67.02               46.83             60.53               91.68                94.22

O          19.64          18.93                26.08             25.31                6.64                  5.12

Na          7.85            5.27                   9.93              6.71                0.40                  0.22

Mg         0.11             0.07                  0.58               0.37                0.04                  0.02

Al           0.69             0.39                  0.00              0.00                0.01                  0.00

Si           0.08             0.05                  0.17              0.10                0.03                  0.01

P            0.56            0.28                  0.06               0.03                0.09                  0.03

S            0.48            0.23                  0.75               0.36                0.01                  0.00

Cl         13.26            5.77                10.24               4.48                0.51                  0.18

K            2.87           1.13                   3.17               1.26                0.22                  0.07

Ca         2.25            0.87                  2.19                0.85                0.38                 0.12

 

Total   100.00                                100.00                                    100.00

A l'examen des données des figures 6-8 et du tableau 1, il est clair que la substance larguée est constituée de matières végétales transformées, additionnées d'un peu de cendres volantes de charbon et d'un peu de sel, ce qui est indiqué par les valeurs du sodium et de la chlorine dans la tableau 1. Malheureusement, rien n'a été fait pour vérifier la nature du liant huileux initialement observé dans les échantillons fraîchement tombés ou pour déterminer si des organismes vivants viables étaient présents à l'origine. Dans le contexte des données présentées ici, et de la distribution observée sur la substance tombée, à quoi peut bien servir cette substance qui a été relâchée accidentellement sur la municipalité d'Harrison autour du 14 février 2016 ?

Des motifs en forme de trous presque circulaires, parfois appelés «  trous de cryoconite » sont observés sur toutes les surfaces de glaciers dans le monde (Fig 9) ; ces trous ressemblent au motif de distribution de la substance tombée montrée Figure 2. Selon Cook et al. [31], « La cryoconite est un sédiment granulaire trouvé à la surface des glaciers, qui comprend à la fois des matières minérales et biologiques. Du fait de sa couleur noire, la cryoconite absorbe efficacement la lumière solaire et creuse des trous presque circulaires jusqu'à des dizaines de centimètres de profondeur dans la glace des glaciers. ». La figure 10 est une image de cryoconite au microscope à balayage électronique. Bien qu'ayant un grossissement dix fois plus grand, l'image de cryoconite de la figure 10 ressemble à l'image de substance tombée de la figure 6. Je fais l'hypothèse que la substance tombée est une cryoconite synthétique ou proto-cryoconite, dont le but est de faire fondre la glace des glaciers. Cette explication est cohérente avec la pulvérisation à présent presque quotidienne, presque mondiale d'une substance particulaire, qui, la preuve en est faite, est formée de cendres volantes de charbon, dans la troposphère, ce qui a pour effet de causer un réchauffement planétaire.

On peut raisonnablement supposer que le largage apparemment accidentel et momentané de cette substance sur la commune d'Harrison ne constitue pas un événement unique en son genre, mais n'est qu'une part d'une bien plus grande opération systématique destinée à faire fondre la glace des glaciers. Du temps, du travail et des dépenses considérables ont été nécessaires pour étudier la substance tombée que je désigne comme de la cryoconite synthétique, ou proto-cryoconite. De même, du temps, du travail et des dépenses considérables ont été nécessaires pour étudier et analyser le mécanisme de l'avion qui disperse cette substance de manière systématique et efficace.

Fig. 6	Photographie au microscope à balayage électronique d'un échantillon de substance tombée. Le rectangle blanc indique la zone où l'analyse EDX a été effectuée. Les valeurs EDX numériques sont réunies dans le tableau 1.

Fig. 6 Photographie au microscope à balayage électronique d'un échantillon de substance tombée. Le rectangle blanc indique la zone où l'analyse EDX a été effectuée. Les valeurs EDX numériques sont réunies dans le tableau 1.

Fig. 7 Photographie au microscope à balayage électronique du même échantillon de substance tombée. Le rectangle blanc indique la zone où l'analyse EDX a été effectuée. Les valeurs EDX numériques sont réunies dans le tableau 1.

Fig. 7 Photographie au microscope à balayage électronique du même échantillon de substance tombée. Le rectangle blanc indique la zone où l'analyse EDX a été effectuée. Les valeurs EDX numériques sont réunies dans le tableau 1.

Depuis au moins quinze ans, des activités clandestines de modification du temps/climat se sont déroulées, à une échelle et une fréquence en augmentation constante, qui comprennent la pulvérisation de particules polluantes dans la troposphère. La communauté scientifique a fait preuve d'une grossière négligence en ignorant les pulvérisations à présent presque quotidiennes, dans presque le monde entier, de particules de pollution dans la troposphère, et la preuve en a été faite : il s'agit de cendres volantes de charbon, une substance contenant des toxines préjudiciables à pratiquement tous les êtres vivants, y compris les êtres humains. Non seulement les pulvérisations contaminent l'environnement, mais l'altitude de dispersion de ces particules de pollution provoque le réchauffement planétaire et perturbe les systèmes météorologiques ce qui peut porter atteinte ou endommager la santé humaine et même provoquer la perte de vie, interrompre la production agricole, créer un environnement pestilentiel devenant insalubre à l'échelle planétaire.

Pourtant les conséquences de cette activité de géo-ingénierie climatique quasi-mondiale n'ont été prises en compte par aucun des modèles de changement climatique évalués par le GIEC, ce qui remet en question non seulement les conclusions de cette organisation, mais aussi son autorité morale. A partir des preuves présentées ici, j’affirme qu’il existe une autre activité de géo-ingénierie clandestine en cours dont l'objectif semble être d'accroître encore le réchauffement climatique en faisant fondre la glace des glaciers. La composante de cendres volantes de charbon du matériau à épandre pollue davantage l'environnement avec des métaux lourds toxiques.

 

Fig. 8	Photographie au microscope à balayage électronique d'un autre échantillon de substance tombée. Le rectangle blanc indique la zone analysée. Les valeurs EDX numériques sont réunies dans le tableau 1.

Fig. 8 Photographie au microscope à balayage électronique d'un autre échantillon de substance tombée. Le rectangle blanc indique la zone analysée. Les valeurs EDX numériques sont réunies dans le tableau 1.

Fig. 9 	Trous de cryoconite sur la banquise du Groenland (photo de Joseph Cook, avec son aimable autorisation).

Fig. 9 Trous de cryoconite sur la banquise du Groenland (photo de Joseph Cook, avec son aimable autorisation).

Fig. 10 Image au microscope à balayage électronique de cryoconite de la banquise du Groenland montrant un réseau de filaments cyanobactériens autour des fragments minéraux (photo de Joseph Cook, avec son aimable autorisation).

Fig. 10 Image au microscope à balayage électronique de cryoconite de la banquise du Groenland montrant un réseau de filaments cyanobactériens autour des fragments minéraux (photo de Joseph Cook, avec son aimable autorisation).

 

4. Conclusion

 

Les résultats de cette enquête fournissent la preuve manifeste d'une volonté délibérée d'accélérer la fonte des glaciers et par conséquent d'accélérer le réchauffement planétaire. Du temps, du travail et des dépenses considérables ont été nécessaires pour étudier cette substance tombée, que je nomme cryoconite synthétique ou proto-cryoconite et pour étudier et vérifier la technologie de dispersion de cette substance d'une manière systématique et efficace; par conséquent, il paraît peu probable qu'il s'agisse d'une simple opération locale. Ainsi cette enquête, renforce l'intention présumée des pulvérisations d'aérosols dans la troposphère, observées partout dans le monde, qui ont pour conséquence de provoquer le réchauffement planétaire. Par ailleurs, l'auteur a fourni la preuve que les cendres volantes de charbon sont la matière première principale utilisée lors de ces pulvérisations d'aérosols dont l'effet très net est d'augmenter le réchauffement planétaire. Curieusement, l'un des composants de la substance étudiée, déduit ici des résultats analytiques, est formé de cendres volantes de charbon. Les scientifiques qui étudient les glaciers devraient être conscients de la preuve présentée ici et devraient vérifier si une telle matière est de la cryoconite synthétique ou proto-cryoconite, qui pourrait avoir été épandue.

Les scientifiques du monde entier devraient lancer un appel et vraiment exiger, une enquête complète et ouverte sur ces activités de géo-ingénierie clandestine dont les impacts potentiels sur le système climatique de la Terre, l'intégrité du biote terrestre et la santé humaine pourraient s'avérer extrêmement dangereux.

 

Conflit d'intérêts : L'auteur a déclaré n'avoir aucun conflit d'intérêts.

Références

1. NcNeill JR. Something new under the sun: An environmental history of the twentieth-century world. W. W. Norton: New York; 2000.

2. Bertell R. Planet earth, the latest weapon of war: A critical study into the military and the environment. The Women's Press: London; 2000.

3. Fleming JR. Fixing the sky: The checkered history of weathe and climate control. Columbia University Press: New York; 2010.

4. NYTNS. Rainmaking used as weapon of war in se asia. Daytona Beach Morning Journal. May 19; 1974.

5. House TJ, Near JB, Shields WB, Celentano RJ, Husband DM, Mercer AE, Pugh JE. Weather as a force multiplier: Owning the weather in 2025. US Air Force; 1996.

6. Goliszek A. In the name of science: A history of secret programs, medical research, and human experimentation. St. Martin's Press: New York; 2003.

7. Cole LA. Clouds of secrecy: The army's germ warfare tests over populated areas. Rowman & Littlefield Publishers, Inc.: Oxford; 1988.

8. Hornblum AM, Newman JL, Dober GJ. Against their will: The secret history of medical experimentation on children in cold war America Palgrave Macmillan: New York; 2013.

9. Loue S. Textbook of research ethics: Theory and practice. Springer: US; 2000.

10. Thomas W. Chemtrails confirmed. Bridger House Publishers: Carson City, Nevada (USA); 2004.

11. Jiusto JE. Prediction of aircraft condensation trails, project contrails. Cornell Aeronautical Laboratory Report No. VC-1055-P-5. 1961;26.

12. Schumann U. On conditions for contrail formation from aircraft exhausts. Meteorologisch Zeitschrift. 1996;N.F.5:4-13. Herndon JM. Adverse agricultural consequences of weather modification. AGRIVITA Journal of Agricultural Science. 2016;38:213-221.

14. Available: http://globalskywatch.com (Accessed December 27, 2016)

15. Available: http://www.cielvoile.fr (Accessed December 27, 2016)

16. Available:http://www.geoengineeringwatch.org (Accessed December 27, 2016)

17. Available: http://socalskywatch.net (Accessed December 27, 2016)

18. Available: http://www.tankerenemy.com (Accessed December 27, 2016)

19. Available: http://www.guardacielos.org (Accessed December 27, 2016)

20. Shearer C, West M, Caldeira K, Davis SJ. Quantifying expert consensus against the existence of a secret large-scale atmospheric spraying program. Environ. Res. Lett. 2016;084011.

21. Herndon JM. Some reflections on science and discovery. Curr. Sci. 2015;108:1967-1968.

22. Herndon JM. Aluminum poisoning of humanity and earth's biota by clandestine geoengineering activity: Implications for India. Curr. Sci. 2015;108:2173-2177.

23. Herndon JM. Obtaining evidence of coal fly ash content in weather modification (geoengineering) through analyses of post-aerosol spraying rainwater and solid substances. Ind. J. Sci. Res. and Tech. 2016;4:30-36.

24. Available:http://abcnews.go.com/US/mysterious-oily-substance-coats-homes-michigan-neighborhood/story?id=37004318 (Accessed December 27, 2016)

25. Moreno N, Querol X, et al. Physico-chemical characteristics of european pulverized coal combustion fly ashes. Fuel. 2005;84:1351-1363.

26. Suloway JJ, Roy WR, Skelly TR, Dickerson DR, Schuller RM, Griffin RA. Chemical and toxicological properties of coal fly ash. Illinois Department of Energy and Natural Resources: Illinois; 1983.

27. Available:https://www.Youtube.Com/watch?V=qpysapxrxye (Accessed December 27, 2016)

28. Available:https://www.Youtube.Com/watch?V=kjmgydexwjq (Accessed December 27, 2016)

29. Available:https://www.Youtube.Com/watch?V=q5t4kcm5gb4 (Accessed December 27, 2016)

30. Available:https://www.Youtube.Com/watch?V=8klu2katavq&feature=youtu.Be (Accessed December 27, 2016)

31. Cook J, Edwards A, Takeuchi N, Irvine-Flynn T. Cryoconite: The dark biological secret of the cryosphere. Prog. Phys. Geog. 2015;1-46.

 

© 2017 Herndon; This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License (http://creativecommons.org/licenses/by/4.0), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

email : mherndon@sann.rr.com

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rapport 5G et santé : L’Anses entre confusion et incohérence !

20 Avril 2021, 17:46pm

Rapport 5G et santé : L’Anses entre confusion et incohérence !
Rapport 5G et santé : L’Anses entre confusion et incohérence !

par Equipe Phonegate 20 Avr 2021 Communiqué Scientifique

Le rapport tourne le dos à l’inquiétude sur le déploiement de la 5G, manifestée par de nombreux scientifiques, professionnels de santé, nos organisations et les citoyens tant en France qu’en Europe.

Selon l’ANSES, « l’exposition aux champs électromagnétiques qui en résulte (du déploiement de la 5G) n’est aujourd’hui pas représentative de ce qu’elle sera dans le futur ». L’agence reste dans la confusion en ce qui concerne les différents modes d’exposition, portables, antennes, objets connectés. Elle n’aborde aucunement l’effet de cumul dû à une exposition à l’ensemble des fréquences, proposant uniquement une analyse différenciée par bandes.

Se soumettant directement aux lignes directrices de l’ICNIRP, dont les conflits d’intérêt sont de notoriété publique, l’agence retient uniquement comme effets sanitaires les effets thermiques, ignorant volontairement les effets biologiques.

Elle s’appuie dans un même temps sur les données de l’ANFR, citant des valeurs d’exposition plus que contestables de 1,5V/m, pour confirmer l’absence d’effets sanitaires de la 5G. L’agence ne tient aucun compte de l’exposition permanente en tous lieux générés par l’ensemble des nouveaux dispositifs nécessaires au fonctionnement des milliards d’objets connectés.

Nos organisations s’inquiètent de ce revirement de l’ANSES quant aux avis donnés dans de précédents rapports 2016, 2019, notamment celui intitulé « Téléphones mobiles portés près du corps et santé », rapport totalement occulté aujourd’hui. Elles n’ont pas trouvé de réponses à leur questionnement, ni sur les différents scénarios d’exposition ni sur les stratégies de protection et de prévention qu’elles exigeaient dans leur courrier du 19 avril dernier au Directeur Général Roger GENET. Elles seront très vigilantes quant à la proposition de l’agence de « mettre en place un programme de surveillance de l’exposition aux champs électromagnétiques », notamment quant aux protocoles mis en œuvre, tout particulièrement pour l’exposition aux téléphones portables, premières sources d’émission sans oublier les nouveaux objets connectés.

Le rapport sur la 5G est mis, ce 20 avril, en consultation publique pour six semaines et a donc, a priori, vocation à être modifié. Nos organisations feront tout dans ce sens et seront extrêmement attentives quant aux données scientifiques et techniques fournies ainsi qu’à l’avis final formulé.

https://www.phonegatealert.org/communique-rapport-5g-et-sante-lanses-entre-confusion-et-incoherence


 

 

Voir les commentaires

Traînées de condensation sur la péninsule du Jutland

5 Juin 2013, 20:03pm

Publié par Ciel Voilé

Earth Snapshot


Danemark - 4 Juin 2013

 

 

20130604-denmark-full.jpg

 

 

denmark-map.gif

 

 

Les traînées de condensation créent des lignes entrecroisées sur la péninsule du Jutland (au centre), la partie nord appartient au Danemark et la partie sud à l'Allemagne. Selon la température et l'humidité en altitude, les traînées peuvent être visibles seulement quelques secondes ou minutes, ou bien persister pendant des heures et s’étaler sur des kilomètres de large. On estime que les traînées persistantes ont un effet significatif sur le climat mondial.


Les traînées de condensation, en affectant le bilan radiatif de la Terre, agissent comme un forçage radiatif. Des études ont montré que les traînées piègent le rayonnement thermique émis par la Terre et l'atmosphère (forçage radiatif positif) à un taux supérieur à celui auquel elles réfléchissent le rayonnement solaire entrant (forçage radiatif négatif).


Le forçage radiatif global a été calculé à partir des données de ré-analyse, des modèles climatologiques et des codes de transfert radiatif. Il est estimé à 0,012 W/m2 pour 2005, avec une marge d'incertitude de 0,005 à ,0026 W/m2, et avec un faible degré de compréhension scientifique. Par conséquent, l'effet net global des traînées est un forçage radiatif positif, c'est-à-dire un effet de réchauffement.


Cependant, l'effet varie chaque jour et chaque année, et surtout l'ampleur du forçage n'est pas bien connue: globalement (pour les conditions de circulation aérienne de 1992), les valeurs vont de 3,5 à 17 mW/m2. D'autres études ont établi que les vols de nuit sont les principaux responsables de l'effet de réchauffement: ils représentent seulement 25% du trafic aérien quotidien, mais ils contribuent de 60 à 80% au  forçage radiatif des traînées. De même, les vols d'hiver ne représentent que 22% du trafic aérien annuel, mais contribuent pour moitié au forçage radiatif annuel.


 

Traduction Ciel voilé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Documentaire 5G l'onde d'un doute Fr 2 jeudi 12 novembre à 22h55

11 Novembre 2020, 18:40pm

Documentaire 5G l'onde d'un doute Fr 2 jeudi 12 novembre à 22h55

Pourrons-nous le voir cette fois ?

VIDEO. 5G : sommes-nous protégés par les valeurs limites d'exposition aux ondes électromagnétiques ? Qui les fixe ?


 

En dessous de certaines valeurs limites d'exposition, les ondes électromagnétiques sont inoffensives, affirme l'OMS. Quelles sont ces valeurs limites ? Suffisent-elles à nous protéger ? Par qui sont-elles fixées ? "Complément d'enquête" a compilé des études scientifiques et s'est interrogé sur certains risques de conflits d'intérêts... 


 

Selon l'OMS (Organisation mondiale de la santé), en dessous de certaines valeurs limites d'exposition, les ondes électromagnétiques sont inoffensives. Quelles sont ces valeurs limites ? Pour ses antennes-relais, par exemple, la France (comme les Etats-Unis, l'Allemagne ou le Brésil) fait partie des pays qui établissent ces seuils entre 28 et 61 volts par mètre (V/m) selon les fréquences. Ils sont censés nous protéger des seuls effets reconnus par tous les scientifiques : les effets thermiques.

En l'absence de consensus sur la question des autres effets éventuels des ondes électromagnétiques, "Complément d'enquête" s'est adressé à une ONG australienne indépendante. Avec son aide, les journalistes ont compilé plus de 2 000 études publiées dans des revues médicales de référence. Résultat : près de 68% de ces travaux concluent à la présence d'effets biologiques (démontrés, mais ne déclenchant pas tous des pathologies graves) en dessous des valeurs limites d'exposition.

L'ICNIRP, gardien du temple des valeurs limites 


 

Ces valeurs limites protègent-elles vraiment notre santé ? Si l'on en croit trois des auteurs de ces études, "ces limites n'ont rien à voir avec la santé publique". "Il y a neuf effets biologiques qui se produisent en dessous des seuils réglementaires. L'un d'entre eux est le cancer", précise le biochimiste américain Martin Pall. Selon Dariusz Leszczynski, spécialiste de biologie moléculaire, ces valeurs limites auraient "été adoptées à un niveau très haut, davantage pour aider l'industrie à se développer rapidement et à un meilleur coût que pour protéger la santé des utilisateurs de téléphones portables".

Par qui sont fixées ces valeurs limites ? Les recommandations que diffuse l'OMS depuis 1998 émanent de l'ICNIRP (en français Commission internationale pour la protection contre les rayonnements non ionisants), créée en 1992 par Mike Repacholi, un biologiste australien... proche de l'industrie des télécoms. 

 


 


 


 

Voir les commentaires

Un système d'arme développé par les américains pourrait provoquer le réchauffement climatique

21 Juillet 2016, 20:39pm

Publié par Press Trust of India

Un système d'arme développé par les américains pourrait provoquer le réchauffement climatique

HAARP est un chauffage ionosphérique très puissant qui peut provoquer le réchauffement de la planète et a un effet de réchauffement global, a déclaré le ministre de l'Environnement indien

Press Trust of India | New Delhi Le 18 juillet 2016 - Traduction Ciel voilé

http://www.business-standard.com/article/pti-stories/us-developed-weapon-system-may-cause-global-warming-govt-116071800897_1.html

Un système d'arme développé par les américains, frappant l'atmosphère avec un faisceau électromagnétique focalisé peut provoquer le réchauffement climatique, a déclaré lundi le gouvernement indien, et il a reconnu que le changement climatique est susceptible de réduire le rendement des principales cultures comme le blé et le maïs en Inde.

"Les USA ont développé un type d'arme appelée HAARP. Il frappe la haute atmosphère avec un faisceau électromagnétique focalisé et orientable", a déclaré le ministre de l'Environnement, Anil Madhav Dave Rajya Sabha dans une réponse écrite.

"HAARP est un modèle avancé de chauffage ionosphérique super puissant qui peut provoquer le réchauffement du globe et a un effet de réchauffement global ", a-t-il dit.

Dave répondait à la question de savoir si le gouvernement est conscient de HAARP, et de ses effets dévastateurs possibles sur le climat de la planète, y compris celui de l'Inde et qui conduit à une déstabilisation des systèmes agricoles et écologiques.

Il a déclaré qu'une étude menée par le Conseil indien de la recherche agricole a fait des projections sur l'impact du changement climatique, lesquelles seraient défavorables en termes de réduction du rendement des principales cultures, notamment le blé, le maïs, la moutarde, la pomme de terre et le sorgho.

Reconnaissant l'impact négatif du changement climatique, le ministre a dit que le gouvernement a lancé le Plan d'action national sur le changement climatique (PNACC) en juin 2008 pour traiter des questions liées aux changements climatiques.

NAPCC comprend huit missions dans les domaines de l'énergie solaire, l'efficacité énergétique accrue, l'habitat, l'eau, la préservation des écosystèmes de l'Himalaya, la foresterie, l'agriculture et la connaissance stratégique du changement climatique.

Il aborde également les questions relatives à l'atténuation des gaz à effet de serre et l'adaptation aux effets néfastes des changements climatiques sur l'environnement, la forêt, l'habitat, les ressources en eau et l'agriculture.

Dave a dit que 32 Etats et territoires de l'Union (UTS) ont également préparé un plan d'action national sur les changements climatiques (SAPCC).

Voir les commentaires

La peur assure l'obéissance dans la guerre contre le COVID-19

24 Octobre 2020, 17:40pm

La peur assure l'obéissance dans la guerre contre le COVID-19

Analyse du Dr Joseph Mercola – Le 24 octobre 2020


Aperçu de l'histoire


Les scientifiques, les juristes, les professionnels de la santé et les universitaires reconnaissent de plus en plus que la campagne de peur délibérée qui a maintenu la pandémie de COVID-19 en vie menace de remplacer la démocratie par des modèles de gouvernement totalitaires fascistes
 

Au cours des dernières années, la menace du bioterrorisme et des virus en général a été mise en évidence comme l'une des plus graves menaces pour l'humanité, mais nous continuons à financer de dangereuses recherches sur des gains de recherche fonctionnelle - la source et le fondement même de cette menace
 

Les données nous indiquent que le SRAS-CoV-2 n'est pas la menace existentielle qu'on lui prête. La situation mondiale qui se dessine semble indiquer une direction, à savoir la mise en œuvre d'un plan de longue date visant à instaurer et à établir de manière permanente une société technocratique
 

En quelques mois seulement, nous sommes passés de façon spectaculaire d'un état de liberté à un état de totalitarisme, et cela s'est fait par l'ingénierie sociale, qui implique une manipulation psychologique, dont les deux outils sont la propagande basée sur la peur et la censure
 

Il semble que les opérateurs de téléphonie mobile fournissent déjà des données aux gouvernements des États à des fins de quarantaine et de recherche des contacts à votre insu et sans votre consentement, même si on nous a dit que les applications de suivi et de localisation seraient volontaires
 

Une citation célèbre de Franklin D. Roosevelt est "La seule chose que nous devons craindre est la peur elle-même". Il a compris que la peur est en fin de compte ce qui nous prive de nos droits humains et pousse une société au totalitarisme, et que la seule façon de contourner un tel destin est de résister courageusement à la peur. Aujourd'hui, l'une des plus grandes menaces (c'est du moins ce qu'on nous raconte) serait une pandémie mondiale.
 

Aujourd'hui, nous disposons également de quelque chose qu'aucun tyran précédent n'a eu, à savoir la technologie permettant de suivre, de localiser, de contrôler et de manipuler les individus où qu'ils se trouvent. La plupart des gens sont entourés d'appareils électroniques et de dispositifs sans fil qui récoltent tous les points de données imaginables sur leur vie personnelle. La monnaie numérique est prête à compléter le filet de la tyrannie.
 

Contagion fabriquée
 

J'ai écrit de nombreux articles passant en revue les preuves scientifiques qui soutiennent l'affirmation selon laquelle le SRAS-CoV-2 est une création de laboratoire. Que l'agent pathogène ait été libéré accidentellement ou intentionnellement est probablement moins important que d'établir la vérité sur son origine.


La raison pour laquelle je dis cela est que l'intention serait difficile à prouver, alors que le fait que nous sommes toujours en train de concevoir des armes biologiques est incontestable - et, tant que nous poursuivrons des recherches dangereuses sur les gains de recherche fonctionnelle, le résultat final ne pourra être que plus identique. D'autres épidémies. Plus de pandémies. Plus de peur. Plus de contrôle. Plus de restrictions. Moins de libertés.


L'hystérie est contagieuse. Nous nous transformons en une mousse dans laquelle nous exagérons la menace et cessons de nous demander si le remède ne serait pas pire que la maladie. ~ Lord Sumption, Juge à la Cour suprême


Si nous voulons démanteler la version de la menace bioterroriste, nous devons nous pencher sur les recherches qui font de cette menace une possibilité en premier lieu. La vidéo ci-dessus présente la journaliste indépendante Whitney Webb, qui donne un aperçu des recherches qu'elle a accumulées au cours de la rédaction d'articles sur le bioterrorisme.


Son article du 25 septembre 2020 1 "Engineering Contagion : UPMC, Corona-Thrax et "The Darkest Winter" (L'hiver le plus sombre), examine comment le complexe industriel de bio défense travaille déjà sur une forme d'anthrax turbocompressée.


Des documents obtenus via la FOIA révèlent que l'anthrax, un pathogène déjà mortel, est génétiquement manipulé pour exprimer la protéine de pointe SARS-CoV-2, la partie du virus qui lui permet d'accéder aux cellules humaines. Il est clair que cela n'a pas grand-chose à voir avec le fait de garder une longueur d'avance sur la nature, car les bactéries ne sont pas susceptibles de se mélanger à un virus et d'en prendre les caractéristiques si elles sont laissées à elles-mêmes. Je vous encourage à regarder la vidéo et/ou à lire son article si ce sujet vous intéresse.


La démocratie menacée


Comme l'a fait remarquer le Dr Reiner Fuellmich2 - cofondateur de la commission d'enquête extra-parlementaire allemande sur la Corona3,4 qui prépare le plus grand recours collectif de l'histoire5,6,7,8 - les scientifiques, les avocats, les professionnels de la santé et les universitaires reconnaissent de plus en plus que les campagnes de peur délibérées qui ont maintenu la pandémie de COVID-19 bien au-delà de sa date d'expiration menacent de remplacer la démocratie par des "modèles de gouvernement totalitaires fascistes".


Heureusement, ils sont de plus en plus nombreux à se rendre compte qu'ils doivent s'exprimer, avant qu'il ne soit trop tard. C'est le cas de l'article 9 de Stephen Thompson et Eric C. Ip, tous deux de l'université de Hong Kong, paru dans le Journal of Law and the Biosciences et intitulé "COVID-19 Emergency Measures and the Impending Authoritarian Pandemic", dont voici un extrait :


"Cet article démontre - à l'aide de divers exemples tirés du monde entier - qu'il y a des régressions indubitables vers l'autoritarisme dans les mesures gouvernementales pour contenir le virus. Malgré la nature sans précédent de ce défi, il n'y a pas de justification solide pour une érosion systémique des idéaux et des institutions démocratiques protectrices des droits au-delà de ce qui est strictement exigé par les exigences de la pandémie.


L'approche "tout ou rien" de Wuhan en matière d'endiguement du virus crée un dangereux précédent pour les pandémies et les catastrophes futures, la réaction mondiale des imitateurs indiquant une "pandémie" imminente d'une autre nature, celle de la normalisation de l'autoritarisme.


Avec un tribut gratuit infligé à la démocratie, aux libertés civiles, aux libertés fondamentales, à l'éthique des soins de santé et à la dignité humaine, cela pourrait déclencher, à long terme, des crises humanitaires non moins dévastatrices que le COVID-19".


La version du bioterrorisme utilisée pour alimenter la peur


Au cours des dernières années, la menace du bioterrorisme et des virus en général a été mise en évidence comme l'une des plus graves menaces pour l'humanité. Bill Gates, qui investit dans les vaccins contre les pandémies et en tire profit, fait craindre depuis des années l'émergence de maladies mortelles au public.


En 2015, il a averti son auditoire du TED Talk que la prochaine grande menace pour l'humanité serait "un virus hautement infectieux" pour lequel "nous ne sommes pas prêts "10 et, en 2017, il a prédit que des dizaines de millions de personnes pourraient être tuées par des armes biologiques11.


"La prochaine épidémie pourrait naître sur l'écran d'ordinateur d'un terroriste qui aurait l'intention d'utiliser le génie génétique pour créer une version synthétique du virus de la variole ... ou une souche de grippe super contagieuse et mortelle", avait alors déclaré Gates.12


Bien entendu, M. Gates a également co-organisé la simulation de préparation à une pandémie d'octobre 2019, connue sous le nom d'Event 201, avec le Johns Hopkins Center for Health Security et le Forum économique mondial. L'événement a sinistrement prédit ce qui allait se passer 10 semaines plus tard, lors de l'apparition de COVID-19.


Cet exercice sur table, scénarisé, comprenait tout ce que nous voyons aujourd'hui se dérouler dans le monde réel, de la pénurie d'EPI, du confinement et de la suppression des libertés civiles aux campagnes de vaccination obligatoires, en passant par les émeutes, les troubles économiques et l'effondrement de la cohésion sociale. Ils ont même trouvé le bon type de virus : un "nouveau coronavirus".


Le document de travail détaillé13 "Bioterrorisme et bio criminalité : The Illicit Use of Biological Agents Since 1900", publié initialement en 1998 et révisé en 2001, passe en revue quelque 270 incidents de guerre biologique présumés enregistrés.


Étant donné que ce document a maintenant près de 20 ans, cette liste est probablement encore plus longue aujourd'hui. Cette liste pourrait même inclure le SRAS-CoV-2, si l'on en croit Francis Boyle, qui a rédigé la loi anti-terroriste sur les armes biologiques de 1989, et d'autres.


La montée de la technocratie


Le Dr Lee Merritt, chirurgien orthopédique spécialisé dans la colonne vertébrale et exerçant à Logan, dans l'Iowa, est un autre professionnel de la santé qui parle désormais ouvertement de la pandémie de COVID-19 comme d'une prise de pouvoir effrontée de l'élite technocratique.14


Le 16 août 2020, elle a prononcé un discours lors de la convention «  Docteurs pour la préparation aux catastrophes15 à Las Vegas, Nevada, présenté dans "Comment la technocratie médicale a rendu la plandémie possible", dans lequel elle a disséqué les nombreux mensonges alarmistes qu'on nous a racontés sur cette pandémie.


Lorsqu'on examine les données et les statistiques disponibles et qu'on les compare à ce que nous disent les responsables gouvernementaux et les médias, il devient évident qu'il existe un fossé entre les deux. Les données nous indiquent que le SRAS-CoV-2 n'est pas la menace existentielle qu'on lui prête. Ce qui pose la question : "Pourquoi veulent-ils que nous vivions dans la peur ? Il doit y avoir une raison à cela".


Bien sûr qu'il y en a une, et elle n'a rien à voir avec le fait de s'assurer que vous et votre famille restiez en bonne santé et à l'abri de l'infection. La situation globale qui se dessine semble aller dans une direction, à savoir la mise en œuvre d'un plan de longue date visant à instaurer et à établir de manière permanente une société technocratique.


En résumé, la technocratie16,17 est une idéologie économique construite autour d'un régime totalitaire par des dirigeants non élus. Un technocrate est une personne qui exerce un pouvoir sur vous à partir de ses connaissances. En tant que système économique, la technocratie est basée sur les ressources. Dans ce système, on dit aux entreprises quelles ressources elles sont autorisées à utiliser, quand et pour quoi, et on dit aux consommateurs quoi acheter.


L'ingénierie sociale est en plein essor


Le système technocratique exige également une ingénierie sociale, qui repose sur la collecte massive de données et l'utilisation de l'intelligence artificielle. Les technocrates ont fait avancer ce programme en silence et sans relâche depuis les années 1930, et les signes de sa mise en œuvre sont de plus en plus visibles.


En quelques mois seulement, nous sommes passés de façon spectaculaire d'un état de liberté à un état de totalitarisme, et la façon dont cela s'est fait a été l'ingénierie sociale, qui implique bien sûr une manipulation psychologique.


La censure et la propagande ne sont que deux stratégies qui façonnent et modèlent une population. Le "tableau de la coercition "18,19 du professeur de psychiatrie Albert Biderman comprend également les méthodes suivantes, qui peuvent toutes être clairement liées à la réponse au COVID-19 :


Techniques d'isolement - Quarantaine, distanciation sociale, isolement des proches et isolement cellulaire


Monopolisation de la perception - Monopolisation du cycle de l'information 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, censure des opinions dissidentes et création d'environnements stériles par la fermeture des bars, des gymnases et des restaurants


Techniques de dégradation - Tromper, humilier (ou même attaquer physiquement) ceux qui refusent de porter un masque ou de prendre leurs distances sociales, ou qui choisissent généralement la liberté plutôt que la peur


Débilité induite - Être obligé de rester à la maison et de ne pas pouvoir faire d'exercice ou de se socialiser


Menaces - Menace de retrait de vos enfants, quarantaine prolongée, fermeture de votre entreprise, amendes pour non-respect des règles relatives aux masques et à la distanciation sociale, vaccination forcée, etc.


Démonstration de la toute-puissance/omniscience - Fermer le monde entier, revendiquer l'autorité scientifique et médicale


Exécution de demandes insignifiantes - Par exemple, les membres de la famille sont obligés de se tenir à un mètre de distance à la banque alors qu'ils sont arrivés ensemble dans la même voiture, de porter un masque lorsque vous entrez dans un restaurant, même si vous pouvez l'enlever dès que vous vous asseyez, ou de porter un masque lorsque vous marchez seul sur la plage


Indulgence occasionnelle - Réouverture de certains magasins et restaurants mais seulement à une certaine capacité, par exemple. Une partie du plan de coercition est que les indulgences sont toujours reprises, cependant, et ils disent déjà que nous pourrions devoir fermer le monde à nouveau cet automne


Le piétinement de la vie privée et des droits de l'homme


Les empreintes digitales de la technocratie sont également évidentes dans les programmes de traçage et de traçage invasif qui ont été mis en place dans le monde entier, ainsi que dans l'avertissement répété selon lequel, à moins que chaque homme, femme et enfant ne soit vacciné contre le SRAS-CoV-2, la vie ne reviendra jamais à la normale.


La vérité est que les technocrates n'ont aucune intention de nous laisser revenir à la normale. Le plan consiste à modifier la société de façon permanente. Une partie de cette modification consiste à supprimer les libertés civiles et les droits de l'homme, et cela se produit maintenant à une vitesse vertigineuse.


Comme l'a rapporté Alex Berenson dans un post Twitter du 30 septembre 2020 20 , l'expérience du monde réel suggère que les opérateurs de téléphonie mobile, dont AT&T et Verizon, fournissent déjà des données aux gouvernements des États à des fins de quarantaine et de recherche des contacts sans que vous le sachiez ou y consentiez, même si on nous a dit que les applications de recherche des contacts seraient volontaires.


Nous sommes également bombardés de reportages qui nous disent de nous préparer à retrousser nos manches et à nous faire vacciner dès qu'un vaccin COVID-19 sera disponible - ou sinon.


Un article 21 paru le 1er octobre 2020 dans le prestigieux New England Journal of Medicine déplore un sondage qui a révélé que seulement 49 % des Américains prévoient de se faire vacciner contre le COVID-19 lorsqu'il sera disponible. La réponse, suggère l'article, est de le rendre obligatoire pour tous.


Rédigé par des avocats de la faculté de droit de Stanford et d'autres experts en politique de santé, l'article présente ce que les auteurs considèrent comme "six critères de fond" qui permettraient de défendre le premier vaccin jamais rendu obligatoire pour les adultes, en dehors du vaccin antigrippal pour les travailleurs de la santé.


Reconnaissant que ce sont les États (Etats-Unis), et non le gouvernement fédéral, qui seraient chargés de l'homologation, les auteurs passent également en revue les mesures que les États devraient mettre en œuvre pour obtenir une obligation vaccinale.


"Les obligations vaccinales des États ne devraient pas être structurées comme une vaccination obligatoire (exigences absolues) ; au lieu de cela, le non-respect devrait entraîner une sanction", affirment les auteurs, ajoutant que cette sanction devrait être "substantielle", sous la forme d'une suspension d'emploi ou d'une interdiction de séjour à domicile. Si le refus d'un vaccin vous prive d'un revenu et vous oblige à rester à la maison, alors ce n'est pas vraiment volontaire, n'est-ce pas ? C'est aussi obligatoire que possible.


Avec M. Gates, le Dr Anthony Fauci a également sensibilisé le public à la pandémie en l'avertissant que, sans vaccin, nous ne pourrons jamais revenir à la normale.22 Tout ce discours porte sur la vaccination forcée, malgré l'absence totale de garantie que les candidats vaccins sont sûrs.


Les preuves émergentes suggèrent en fait que les nouveaux vaccins à ARNm contre le SRAS-CoV-2 pourraient être une catastrophe de santé publique en devenir. Un rapport publié le 1er octobre 2020 23 par CNBC passe en revue les expériences de cinq participants aux essais de vaccins contre le SRAS-CoV-2 de Moderna et de Pfizer. L'un des participants à l'essai du vaccin de Pfizer "s'est réveillé avec des frissons, en tremblant si fort qu'il s'est cassé une dent après avoir pris la deuxième dose", rapporte CNBC24.


Un participant à l'essai de Moderna a déclaré qu'il avait une faible fièvre et qu'il s'était senti "mal" pendant plusieurs jours après sa première injection. Huit heures après sa deuxième injection, il était "cloué au lit avec une fièvre supérieure à 101, des tremblements, des frissons, un mal de tête intense et un essoufflement". Il a dit que la douleur dans le bras où il a reçu la piqûre, ressemblait à "une patte d'oie sur mon épaule". Il n'a pratiquement pas dormi cette nuit-là, enregistrant une température supérieure à 100 degrés pendant cinq heures "25.

 

Deux autres ont signalé des effets secondaires similaires, et un troisième a averti que vous devriez prendre un jour de congé après la deuxième injection. Le CNBC a également noté que "au fur et à mesure que les entreprises progressaient dans les essais cliniques, plusieurs fabricants de vaccins ont abandonné leurs doses les plus élevées suite à des rapports faisant état de réactions plus graves".

 

Les avocats de la commission d'enquête extra-parlementaire allemande sur le Corona 26,27 ne sont pas les seuls à qualifier la pandémie COVID-19 de fraude et de dissimulation d'un programme plus néfaste.

 

Dans la vidéo ci-dessus, Vladimir Kvachkov, un ancien colonel des services de renseignements militaires russes, qualifie le COVID-19 de fausse pandémie, planifiée et mise en œuvre dans le but d'obtenir un contrôle totalitaire sur la population mondiale. Tout a commencé avec le 11 septembre, dit Kvachkov, et le coronavirus est l'étape suivante pour poursuivre la prise de pouvoir.

 

"Tout cela n'est qu'un mensonge et doit être considéré comme une opération spéciale stratégique mondiale", déclare Kvachkov. "Ce sont des exercices de commandement et d'état-major des puissances mondiales, dans les coulisses, pour contrôler l'humanité."

 

En le comparant à un exercice militaire, Kvachkov dit que le but ultime est de réduire la population mondiale à un milliard de personnes "ordinaires" et à seulement 100 millions de ceux qui contrôlent - les gens ordinaires étant là pour servir les 100 millions.

 

En bref, dit-il, le coronavirus "créé artificiellement" et "répandu intentionnellement" a quatre dimensions. La première est la religion et la réduction de la population ; la deuxième est d'établir un contrôle politique sur l'humanité ; la troisième est de dégonfler l'économie mondiale ; et la quatrième est d'éliminer la concurrence géo-économique.

 

Les règles du COVID-19 marquent le "glissement hystérique vers l'État policier".

 

Je terminerai par quelques observations du juge de la Cour suprême britannique Lord Sumption, qui, dans une interview 28 accordée le 30 mars 2020 au Post, a averti que les règles du COVID-19 ouvrent la voie au despotisme - l'exercice du pouvoir absolu de manière cruelle et oppressive.

 

"Le vrai problème est que lorsque les sociétés humaines perdent leur liberté, ce n'est généralement pas parce que des tyrans l'ont enlevée. C'est généralement parce que les gens abandonnent volontairement leur liberté en échange d'une protection contre une menace extérieure. Et la menace est en général réelle mais généralement exagérée.

 

C'est ce que je crains que nous constatons actuellement. La pression sur les politiciens vient du public. Ils veulent que des mesures soient prises. Ils ne s'arrêtent pas pour demander si l'action va fonctionner. Ils ne se demandent pas si le coût en vaudra la peine. Ils veulent quand même agir. Et quiconque a étudié l'histoire reconnaîtra ici les symptômes classiques de l'hystérie collective.

 

L'hystérie est contagieuse. Nous nous transformons en une mousse dans laquelle nous exagérons la menace et cessons de nous demander si le remède ne serait pas pire que la maladie".

 

Il est temps de se poser des questions très pressantes. Est-il raisonnable d'attendre du gouvernement qu'il élimine TOUTE infection et TOUS les décès ? Ils ont prouvé qu'ils ne le peuvent pas, et pourtant nous continuons à renoncer à de plus en plus de libertés et de droits parce qu'ils prétendent que cela permettra à chacun d'être plus en sécurité. C'est un mensonge séduisant, mais un mensonge quand même.

 

Souvenez-vous, ils nous ont vendu les fermetures d'entreprises et les mises en quarantaine à domicile en disant que nous devions simplement aplatir la courbe d'infection pour éviter la surpopulation des hôpitaux. Aujourd'hui, les hôpitaux sont presque vides et les décès sont si peu nombreux qu'ils ne sont même plus signalés. Pourtant, les fermetures d'hôpitaux se poursuivent dans de nombreuses régions et certaines - l'Australie en est un bon exemple - ont atteint de nouveaux sommets choquants.

 

Tôt ou tard, chacun doit décider ce qui est le plus important : la liberté personnelle ou la fausse sécurité ? La bonne nouvelle, c'est que beaucoup commencent à voir l'écriture sur le mur ; ils commencent à voir que nous avons été "eus", et commencent à choisir la liberté plutôt que le totalitarisme brutal au nom de la santé publique.

(Pour les vidéos : voir l'article en anglais)

https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2020/10/24/securing-obedience-through-fear.aspx?cid_source=dnl&cid_medium=email&cid_content=art1ReadMore&cid=20201024Z2&mid=DM686115&rid=994559811

 

Voir les commentaires

Questions à Jean-Loup Izambert

26 Février 2021, 22:13pm

Questions à Jean-Loup Izambert

Le 26 février 2021

Entretien avec Jean-Loup Izambert - Le virus et le Président. Enquête sur l'une des plus grandes tromperies de l'Histoire, IS Editions, Décembre 2020


Jean-Loup Izambert & Claude Janvier,
Le Virus et le Président. Enquête sur l'une des plus grandes tromperies de l'Histoire, IS Editions, Décembre 2020, 268 p., 20 €


Parutions.com : Pouvez-vous nous dire en quelques mots quel a été votre parcours, pour que le lecteur comprenne mieux votre angle d'attaque ?

Jean-Loup Izambert : J’ai fait mes études secondaires dans l’agriculture en travaillant à la ferme ce qui m’a permis d’acquérir un savoir faire certain pour retourner les litières de la grande finance après m’être fait la main avec celles des vaches. Etudes supérieures à Paris à l’Ecole des Hautes Etudes Sociales, des Hautes Etudes Internationales et l’Ecole supérieure de journalisme. J’ai choisi le métier de journaliste car je souhaitais exercer une profession dans laquelle on doit mettre régulièrement ses connaissances à jour, apprendre toujours et faire partager au grand public les choses complexes, principalement de l’économie et de la finance qui sont au cœur de l’activité humaine. J’ai travaillé dans différents métiers de la presse, du secrétariat de rédaction à l’enquête en passant par le reportage et des rédactions en chef. Par ailleurs, j’ai également travaillé comme conseil en communication de collectivités territoriales, de PME-PMI et de grands comptes. Cet autre métier m’a permis de financer mes enquêtes au long cours. En France, les journaux avancent rarement les frais lorsque vous travaillez sur des affaires sensibles. Or, certaines enquêtes se déroulent parfois sur plusieurs mois, voire plusieurs années, et exigent parfois des déplacements et séjours à l’étranger. J’ai travaillé pour des titres très divers comme le mensuel économique et financier du groupe Les Echos, L’Humanité et son hebdomadaire, VSD du temps où, sous la direction de François Siegel, l’enquête y avait encore une place, PME Affaires. J’ai également collaboré avec des médias étrangers allemands, russes, finlandais, anglais et italiens. Les difficultés pour publier mes enquêtes dans la presse m’ont aiguillé vers le livre. Ma rencontre avec Harald Benoliel, fondateur de IS Edition, m’a permis de continuer de publier mon travail aux côtés d’auteurs très différents. Une fois les manuscrits acceptés par le comité de lecture, dans cette petite structure souple et réactive l’auteur peut devenir aussi force de proposition en étant associé aux différents moments de fabrication et de promotion du livre. Cette coopération continue depuis 2015 dans une confiance réciproque a façonné un tandem auteur-éditeur véritable «militant du Livre».

Parutions.com : Dans Crimes sans châtiment et les deux tomes de 56, vous émettez de graves accusations à l'encontre de dirigeants politiques et de grands patrons de sociétés transnationales dans la déstabilisation des pays au Moyen-Orient dont la Syrie par l'intermédiaire des Frères musulmans et d'autres organisations.  Vous mettez en cause une politique économique européenne via les Etats-Unis non seulement pour déposséder les pays de leur souveraineté, mais pour financer le terrorisme (prétendument dénoncé) afin de piller des ressources au Moyen-Orient. Pouvez-vous résumer succinctement l'objectif ?
 

 

 

Voir les commentaires