Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Résultat pour “effet secondaire en attente”

Lettre ouverte au média Ouest-France: Alerte sur les impacts négatifs de la politique Covid-19

12 Septembre 2022, 17:38pm

Lettre ouverte au média Ouest-France: Alerte sur les impacts négatifs de la politique Covid-19

Jacques Sauzeau – 11 septembre 2022 – mondialisation.ca

 

A Monsieur Philippe Richard (et à la rédaction de Ouest-France)

 

Votre article du six septembre intitulé “l’impact de la pandémie sur les suicides” rappelle à juste titre que la politique sanitaire menée depuis plus de deux ans a eu des effets dramatiques sur l’équilibre psychique de très nombreux jeunes et enfants. [Avec la pandémie de Covid-19, les gestes suicidaires ont fortement augmenté, surtout chez les jeunes, Ouest-France, le 6 septembre 2022]

 

C’est bien qu’aujourd’hui vous en parliez et que l’observatoire national du suicide le signale. Néanmoins il faut savoir que des spécialistes tirent la sonnette d’alarme depuis longtemps.

 

Je vous joins une vidéo sur laquelle en 2021, Marie Estelle Dupont , psychothérapeute fait part de sa colère et de sa révolte devant l’explosion des tentatives de suicides et l’hospitalisation de nombreux jeunes et enfants.

 

Deux autres spécialistes de renom international eux aussi s’efforcent d’alerter le pouvoir, les médias et les politiques sur les effets destructeurs de la politique sanitaire actuelle.

 

Dre Nicole Delépine et Dr Gérard Delépine tous deux scientifiques ( Nicole oncologue et pédiatre; Gérard oncologue, chirurgien et statisticien) décrivent avec une précision “chirurgicale” les dégâts physiques et psychiques de la politique actuelle.

 

Leur ouvrage remarquable intitulé “Les enfants sacrifiés du covid”; isolement, masques et vaccins » (ed Fauves) nous apprend que des enfants de 9 ans et parfois moins se sont suicidés ce qui ne s’est jamais vu auparavant.

 

On y apprend aussi que ce sont les pays les plus vaccinés (statistiques à l’appui) qui comptent le plus de décès. Exemple Madagascar dont la population est seulement vaccinée à 2% compte 50 fois moins de morts que la France !

 

 

https://www.mondialisation.ca//lettre-ouverte-au-media-ouest-france-alerte-sur-les-impacts-negatifs-de-la-politique-covid-19/5671075

Voir les commentaires

Les injections géniques sont inefficaces et dangereuses

28 Juillet 2022, 06:41am

Les injections géniques sont inefficaces et dangereuses

Dre Nicole Delépine – Le 27 juillet 2022 – Mondialisation.ca

 

Comment nier en juillet 2022 l’inefficacité des injections géniques et leurs dangers ?

 

Comment le mensonge mondial a-t-il perverti les plus vigilants et leur a-t-il fait accepter ces injections toxiques aux effets divers et variés, en particulier cognitifs ?

Même Philippe Bas, sénateur dévoué à la cause vaccinale depuis longtemps (et qui a d’ailleurs participé à imposer le pass en août 2021), avoue lors de la commission paritaire préalable au second vote de la loi au Parlement, un effet vaccinal plutôt désagréable. Cela devrait en surprendre quelques-uns, lui qu’il est difficile de traiter de complotiste !

Changements de mentalité, quand le réel revient au galop

Les propos stupéfiants de Philippe Bas sur les vaccinés : à contre-courant de la doxa covid imposée par le pouvoir depuis plus de deux ans :

« Tous les jours, des personnes meurent encore en France de cette maladie, dont une grande partie est d’ailleurs vaccinée, mais vulnérable au virus ».[1]

Cette phrase inattendue de Philippe Bas en dit long sur le retournement de situation depuis l’introduction du vaccin :

« Mais à y regarder de plus près, j’ai constaté que le vaccin était de moins en moins efficace non pas pour prévenir les formes graves de la maladie, mais pour faire barrière aux contaminations. En France, ce sont aujourd’hui très majoritairement des personnes vaccinées qui contractent la maladie et la transmettent. Le vaccin fait barrage dans un tiers des cas. Le test présente donc actuellement une efficacité supérieure. C’est la raison — et la seule raison ! — pour laquelle la commission des lois du Sénat, puis le Sénat dans son ensemble ont décidé que, dans cette circonstance exceptionnelle, seul un test négatif soit exigé, plutôt qu’une preuve de vaccination à jour. La durée du test dépendra du nouveau variant — soixante douze heures, trente-six heures, vingt-quatre heures…

 

 

https://www.mondialisation.ca/les-injections-geniques-sont-inefficaces-et-dangereuses/5670098

Voir les commentaires

Effets graves des vaccins Covid: l’heure de vérité?

12 Août 2022, 06:55am

Effets graves des vaccins Covid: l’heure de vérité?

Covid hub – Le 11 août 2022 – mondialisation.ca

 

Révélations, enquêtes publiqes, procès, déclarations officielles se multiplient. Encore peu reprises dans les médias, les dénonciations d'experts et de politiciens perturbent pharmas et gouvernements. Echantillon parmi de nombreux exemples dans le monde.

 

  • Costa Rica: l’Etat mène une enquête sur les contrats de vaccins Pfizer et AstraZeneca

 

Encore une autre mauvaise nouvelle pour les pharmas. Moins d’une semaine après la menace brandie par la justice baléare d’obtenir du gouvernement espagnol tous les contrats signés avec les laboratoires, c’est au tour d’un autre pays de menacer d’ouvrir une enquête sur l’achat de vaccins.

Ainsi, le nouveau président du Costa Rica Rodrigo Chaves, en place depuis le 8 mai, a déclaré: “Nous allons mener une enquête sur les raisons qui ont poussé (le gouvernement antérieur) à acheter autant de doses alors qu’il disposait des informations confirmant que le marché était saturé”. Le chef de l’Etat a déploré que son pays ait dépensé des millions de dollars en vaccins au moment où le taux de vaccination était en chute libre.

 

Dans la foulée, la ministre de la santé Jocelyn Chacón a annoncé la suppression de l’obligation vaccinale imposée par le précédent gouvernement.

article de FranceSoir

article du Courrier du Soir

  • Des assureurs américains prévoient d’attaquer les fabricants de vaccins Covid

 

Suite à une explosion des prestations pour décès en 2021 (1ère année de la vaccination C0VlD), plusieurs assureurs seraient sur le point d’intenter une action en justice contre les fabricants de vaccins, indique la chaîne en ligne Just the News en citant un épidémiologiste réputé de l’Université de Yale, le Dr Harvey Risch

 

La compagnie OneAmerica a constaté en décembre 2021 une hausse de 40% des décès parmi ses assurés en âge de travailler. La société Lincoln National rapporte avoir dû augmenter ses prestations de 163% en 2021: 1,4 milliard de dollars contre 548 millions en 2020.

 


https://www.mondialisation.ca/effets-graves-des-vaccins-covid-lheure-de-verite/5670436

 

 

Voir les commentaires

Les globules rouges des mammifères endommagés par les toxines Bt Cry

18 Mai 2013, 11:16am

Publié par Ciel Voilé

 bloo648


Fritz Kreiss, le 6 mai 2013


Des études démontrent que les toxines Bt trouvées dans les cultures de Monsanto sont dangereuses pour le sang des mammifères, elles endommagent les globules rouges et plus encore. Les globules rouges apportent l'oxygène à tous nos tissus par le flux sanguin.


Bacillus thuringiensis (Bt) est une bactérie communément utilisée comme pesticide. C’est un micro-organisme qui fabrique des produits chimiques toxiques. On le trouve dans l'environnement, généralement isolé à partir du sol, des insectes et des surfaces végétales. Avant cette étude, on pensait qu’il n’était toxique que pour les insectes, mais cette étude prouve le contraire.


Dr. Mezzomo et son équipe de scientifiques du service de Génétique et  Morphologie de l'Institut des sciences biologiques à l'Université de Brasilia a récemment publié une étude impliquant Bacillus thuringiensis (toxine Bt) et ses effets sur le sang des mammifères. Selon l'étude, les toxines « Cry » que l'on trouve dans les cultures OGM de Monsanto comme le maïs et le soja, sont beaucoup plus toxiques pour les mammifères qu'on ne le pensait précédemment. L'étude a été publiée dans le Journal d’Hématologie et de maladies thromboemboliques (1).


Nous ne sommes pas favorables à l'expérimentation animale, nous pensons qu'elle est inutile. Il est évident que les cultures OGM causent des dommages importants à la santé humaine. Les études qui ne nécessitent pas de tests sur les animaux ont déjà démontré les dangers de la consommation d'OGM. La présente étude a malheureusement nécessité l'utilisation de souris albinos suisses pour évaluer les toxines Bt correctement. Dans le même temps, nous savons que l'existence des OGM est complètement inutile.


Les progrès du génie génétique promettent l'expression de multiples toxines Cry en plantes Bt, appelées gènes pyramidaux. Par conséquent, des études sur les espèces non-cibles font partie des exigences des protocoles internationaux pour vérifier les effets néfastes de ces toxines, et assurer la sécurité sanitaire humaine et la protection de l’environnement.


En raison de son utilisation croissante dans les activités agricoles, les toxines Bt Cry sont déjà présentes dans l’environnement, dans  le sol et l'eau. Par conséquent, la disponibilité biologique des protéines Cry a augmenté, et pour des raisons de sécurité biologique, leurs effets indésirables doivent être étudiés, principalement pour les organismes non-cibles. Des études sont donc nécessaires pour évaluer la toxicité Bt sur les organismes non-cibles; la persistance de la toxine Bt et sa stabilité dans les milieux aquatiques. Egalement les risques pour les humains et les animaux exposés à des niveaux potentiellement toxiques de Bt par leur alimentation. (1)


Ainsi, nous avons cherché à évaluer, chez des souris albinos suisses, la toxicité hématologique et la toxicité génétique des quatre Bt Cry ...


 Des scientifiques ont testé des niveaux allant de 27 mg à 270 mg sur une période de sept jours, il était remarquablement évident que les toxines Cry étaient toxiques pour le sang, même aux doses les plus faibles administrées. Les hémotoxines détruisent les globules rouges,  perturbent la coagulation du sang et provoquent la dégénérescence des organes et des lésions tissulaires.


Le nombre des globules rouges, ainsi que leur taille, a considérablement diminué, et dans la même proportion les niveaux d'hémoglobine disponibles pour fixer l'oxygène. Tous les facteurs caractéristiques des globules rouges ont subi des dommages à tous les niveaux de toxine administrés et pour toutes les protéines Cry. Les essais ont clairement démontré que les protéines Cry résultant de la toxine Bt étaient toxiques pour les cellules de moelle osseuse. Des études montrent sans exception, que ces protéines tuent les cellules sanguines en ciblant les membranes cellulaires des globules rouges.


Cry1Ab (la protéine commune au maïs Bt et au soja Bt) a induit une anémie hypochrome microcytaire chez la souris, même à la dose testée la plus basse de 27 mg / kg, et cette toxine a été détectée dans le sang de femmes non enceintes, de femmes enceintes et de leur fœtus   au Canada, supposés exposés par leur régime alimentaire. Ces données, ainsi que l'augmentation de ces toxines dans l'environnement, renforcent la nécessité de recherches plus poussées, d'autant plus que peu d’informations sont disponibles sur les effets néfastes des toxines Bt Cry sur les espèces non-cibles. (1)


Dr. Mezzomo et son équipe ne sont pas le seul groupe de scientifiques à découvrir les effets nocifs des toxines Bt. Le Professeur Joe Cummins, professeur émérite de génétique à l'Université de Western Ontario les a également étudiés (2) (3) (4). Il a conclu qu'il y a suffisamment de preuves que la toxine Bt a un impact direct sur la santé humaine en endommageant l'iléon, dernière partie de l'intestin grêle responsable de l'absorption de la vitamine B12. Il souligne également qu’il n’a pas été prouvé que le gène de la toxine Bt Cry soit le même que le gène bactérien naturel. Comme mentionné dans le premier paragraphe, ce dernier est naturellement présent dans l'environnement, habituellement isolé à partir du sol, des insectes et des surfaces végétales.


Chaque jour apporte de nouveaux renseignements sur les OGM. Nous avons tellement de preuves que ces aliments sont dangereux, et pourtant ils continuent d'être produits en masse et les sociétés qui les développent sont constamment protégées. La vérité perdure, vous avez toujours le choix de ce que vous ingérez. J'encourage chacun à la lecture de cet article à poursuivre ses recherches. La plupart des « industries » que nous avons aujourd'hui sur la planète ne sont pas vraiment nécessaires, mais on veut nous faire croire qu’elles le sont.


Fritz Kreiss est fondateur de  OccupyMonsanto. Parcours professionnel dans le domaine de la santé : nutrition, phytothérapie, médecine orientale, acupuncture, kinésiologie, physiologie,  de nombreuses années de pratique en tant que kinésithérapeute professionnel et enseignant.

bloo648.jpg

Sources:

http://gmoevidence.com/wp-content/uploads/2013/05/JHTD-1-104.pdf (1)
http://www.biotech-info.net/bt_cummins.html  (2)
http://www.i-sis.org.uk/Bt-toxin.php (3)

http://www.gefree.org.nz/assets/pdf/joecummins.pdf  (4)
http://occupymonsanto360.org/2013/05/06/new-study-proves-bt-toxins-in-gmos-toxic-to-mammalian-blood/
http://www.nationofchange.org/new-study-proves-bt-toxins-gmos-toxic-mammalian-blood-1367936953 

+ en français :   * Qu’est-ce qu’une plante Bt ? : http://www.infogm.org/spip.php?article961  

                          *Toxine Cry : http://www.symposcience.org/exl-doc/colloque/ART-00000787.pdf  

 

Voir les commentaires

Pourquoi la géo-ingénierie attire-t-elle la Chine ?

23 Mars 2013, 14:29pm

Publié par Ciel Voilé

 

Pékin veut réduire ses émissions sans nuire à sa croissance mais aussi éviter la révolte d'une population soumise à des évènements météorologiques extrêmes


Clive Hamilton - The Guardian - Le  22 Mars 2013 - Traduction Ciel voilé

 

Geoengineering-or-climate-006.jpg


L'une des solutions de la géo-ingénierie au changement climatique consiste à blanchir les nuages au-dessus de la mer en y  pulvérisant des gouttelettes d'eau de mer pour qu’ils réfléchissent davantage les rayons du soleil. Photo: NASA


Le dilemme politique de la géo-ingénierie entre une intervention délibérée et à grande échelle  sur le système climatique pour lutter contre le réchauffement global et l’atténuation de certains de ses effets,  sera peut-être plus aigu en Chine.


En décembre dernier, le pays a listé  parmi ses priorités de recherche en géosciences, la géo-ingénierie, un revirement remarqué dans le paysage international du changement climatique, par deux spécialistes de la Chine, Edney Kingsley et Jonathan Symons.


D'une part, la rapide croissance économique chinoise a provoqué une escalade massive de ses émissions de gaz à effet de serre, lesquelles ont dépassé, il y a 5 ans ( 2007) celles des États-Unis. La croissance soutenue du PIB fournit au parti communiste chinois sa seule justification de légitimité, son « mandat du ciel ». Les efforts déployés par la Chine pour limiter la croissance de ses émissions ont été considérables, et dépassent de loin ceux de nombreux pays développés.


Pourtant, les efforts de la Chine, et ceux des autres pays au cours des deux ou trois prochaines décennies  risquent de ne pas suffire à ralentir le réchauffement de la planète, ni à arrêter le dérèglement climatique qui s’en suivra. Les émissions mondiales n'ont ni baissé ni même ralenti. En fait, elles s'accélèrent. Même la Banque Mondiale, critiquée pendant des années pour sa promotion du développement intensif du marché carbone, avertit maintenant que nous sommes en bonne voie pour 4°C de réchauffement, ce qui changerait tout.


La Chine est très vulnérable aux pénuries d'eau dans le nord, à la baisse des rendements et à la flambée des prix agricoles, aux tempêtes et aux inondations dans l'est et le sud. Les catastrophes liées aux intempéries en Chine sont déjà une source majeure d'instabilité sociale, et Pékin craint à juste titre que les impacts du changement climatique dans les provinces ne renversent le gouvernement dans la capitale. Les catastrophes naturelles mettent en péril son mandat.


Alors, que peut faire le gouvernement chinois? Poursuivre la croissance des émissions de gaz à effet de serre est une condition de son maintien au pouvoir, mais le dérèglement climatique qui en résultera, menacera de le déstabiliser.


La géo-ingénierie séduit immédiatement comme un moyen de sortir de ce dilemme. Une variété de technologies pour capturer le carbone de l'air ou de « gérer » le rayonnement solaire sont à l'étude, pourtant, à l'heure actuelle, l'intervention de loin la plus probable consisterait à couvrir  la planète Terre d’une couche de particules de sulfate pour renvoyer une partie du rayonnement solaire incident.


La pulvérisation d’aérosols sulfatés pourrait masquer le réchauffement et le refroidissement de la planète en quelques semaines, mais ne résoudrait pas le problème de base : l’excès de dioxyde de carbone dans l'atmosphère et les océans.


Les scientifiques et les décideurs politiques en Chine ont suivi de près le débat sur la géo-ingénierie qui se déroule aux États-Unis et en Europe où il y a eu un boom dans la discussion et la recherche depuis la levée du tabou en 2006, par le prix Nobel Paul Crutzen appelant à la recherche d’un  « plan B ».


Aux États-Unis, plusieurs rapports de haut niveau plaident pour davantage de recherche sur la géo-ingénierie - le Conseil National de la Recherche, le comité pour la science et la technologie de la Chambre des Représentants et la «  Cour des comptes » américaine. D’influents groupes de réflexion Beltway, et le Bipartisan Policy Center, ont rejoint la mêlée. Le Plan B est en cours de discussion à la Maison Blanche ( John Holdren, 2009), et l'armée garde un droit de regard, et peut-être plus.


La décision de la Chine de lancer un programme de recherche pourrait être motivée par rien d'autre qu'une volonté de développer une capacité nationale à se tenir au courant de ce qui se passe dans le reste du monde. Certes, il y a une bonne dose de scepticisme à l’égard de la géo-ingénierie au sein de la communauté scientifique chinoise.


Pourtant, alors que le monde reste paralysé par l'ampleur de la crise du réchauffement, et attend des solutions, la capacité à mettre en œuvre une intervention d'urgence sera de plus en plus attrayante. Et dans une situation d'urgence mondiale - une sécheresse paralysante, l'Amazonie en feu, l’effondrement du Groenland, le regard se focalise sur l’urgence à l'exclusion de tout le reste, y compris les intérêts de nations moins puissantes dont la situation s’aggraverait si une grande puissance décidait de réglementer le système climatique terrestre.


Les pays occidentaux ne sont pas gouvernés par un parti étatique déterminé à se maintenir au pouvoir à tout prix, mais, la tyrannie du système économique n'est pas moins absolue. La crise financière de 2008 et ses suites ont montré que les structures de pouvoir qui sous-tendent le système - les banques, les marchés, les grandes entreprises et leurs liens avec le système politique - sont extrêmement résistants, peut-être tout aussi résistants au changement que le parti communiste chinois.


Après tout, quand il s'agit de répondre à tous les bouleversements climatiques, chaque rapport ou recommandation, le rapport Stern ou le GIEC, - suppose que les mesures visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre tiennent compte de l'impératif premier : le maintien de la croissance économique, même si c’est elle qui intensifie les émissions de gaz à effet de serre.


Voici donc un scénario plausible pour 2035. Face à la révolte d'une population soumise à des intempéries extrêmes, le gouvernement chinois rechercherait le consentement du gouvernement des États-Unis pour refroidir la planète en pulvérisant des aérosols sulfatés dans la stratosphère. Les protestations populaires empêcheraient Washington d’approuver ce plan, mais accepteraient tacitement de ne pas abattre les avions de la Chine. Ce serait suffisant, le point de non- retour serait atteint.


Clive Hamilton, professeur d'éthique publique, Université Charles Sturt à Canberra et auteur de : «  Les maîtres de la Terre : L'aube de l'ère du génie climatique », publié par Yale University Press.


http://www.guardian.co.uk/environment/2013/mar/22/geoengineering-china-climate-change 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Nanoparticules de carbone dans les poumons

29 Octobre 2015, 06:24am

Publié par Pièces et Main d'oeuvre

Nanoparticules de carbone dans les poumons

Des nanos dans les poumons (on vous l’avait bien dit)

dimanche 25 octobre 2015 - Pièces et main d’œuvre

http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=759

Les technocrates nous diront comme d’habitude que le risque zéro (alias dysfonctionnement, effet pervers, etc) n’existe pas. Nous vous disons qu’à partir du moment où l’on développe les nanotechnologies, on crée les pollutions et les accidents nanotechnologiques.

La revue médicale en ligne Ebiomedicine vient de publier un article intitulé « Des nanotubes de carbone anthropogènes trouvés dans les voies respiratoires d’enfants parisiens » (Anthropogenic Carbon Nanotubes Found in the Airways of Parisian Children).(1)

Ayant étudié les poumons d’enfants parisiens asthmatiques, et trouvé des nanotubes de carbone dans tous les échantillons examinés, les neuf auteurs américains et français concluent : « Ces résultats suggèrent fortement que les humains d’aujourd’hui sont exposés de façon routinière aux nanotubes de carbone provenant de sources anthropogènes. »

À Paris, et sans doute dans toutes les villes, nous respirons des nanotubes de carbone issus de la pollution industrielle. C’est la moindre des choses, puisque ces nanoparticules infestent tous les écrans électroniques, les pneus, les cadres de vélo modernes et de multiples marchandises.

Rappel aux nouveaux venus : dès 2004, nous avons signalé les inquiétudes des toxicologues à propos des nanotubes de carbone, qui provoquent des effets semblables à ceux de l’amiante. À l’époque, les rats exposés à ces nanoparticules dans les labos de la Nasa, de la Rice University ou de l’industriel DuPont, et les lapins de chez L’Oréal ne faisaient pas de vieux os et présentaient, nous disait-on « des lésions atypiques ».(2)

À l’époque, Louis Laurent et Jean-Claude Petit, du département de recherche sur l’état condensé, les atomes et les molécules (Drecam) du Commissariat à l’énergie atomique, s’étaient fendus d’une « réflexion » destinée à contrer les luddites, intitulée : « Nanotechnologies : nouvel Age d’or ou Apocalypse ? »(3)

Mesurez la profondeur de la « réflexion » : « La structuration à l’échelle nanométriques est la règle depuis que l’Homme utilise des matériaux : le bois, les textiles naturels, les os, les roches, le ciment. De même la plupart des aliments que nous ingérons sont structurés à l’échelle moléculaire ! Les nanoparticules errantes ne nous sont pas non plus étrangères. Elles sont générées par la nature en centaines de millions de tonnes par an (embruns, volcanisme, poussières désertiques) mais aussi par l’industrie, par exemple le noir de carbone (production de 8 millions de tonnes par an) ou le dioxyde de titane (2 millions de tonnes par an) et la combustion (dizaines de millions de tonnes par an), en particulier celle qui a lieu dans les moteurs qu’ils soient diesel ou à essence. D’une certaine façon, tout processus de combustion est de la nanotechnologie ! (…) On ne peut donc diaboliser un produit sous prétexte qu’il est associé au préfixe « nano ». »

À l’époque, lorsque nous interpellions les nanocrates lors de leurs conférences, ils répondaient avec un large sourire : « Mais les nanoparticules existent depuis la nuit des temps ! Elles sont présentes dans les peintures des Mayas, les vitraux et dans les fumées de diesel, c’est vous dire s’il n’y a pas lieu de s’inquiéter. » On cite de mémoire Jean-Louis Pautrat, le premier VRP des nanotechnologies envoyé par le CEA pour séduire les foules. Le physicien Pautrat, chargé de la communication de Minatec, nous traitait d’obscurantistes dans Télérama. (4) Il n’a pas écrit la suite de son ouvrage de propagande Demain le nanomonde. Dommage. Le nanomonde, nous y sommes, et il ne dément aucune de nos alertes depuis plus d’une décennie.

En 2004, les chercheurs assénaient cet argument-massue : les nanoparticules ne sont pas plus dangereuses que les particules fines du diesel. Dans le même temps, en bons cyniques scientistes, ils vantaient devant les autorités susceptibles de les subventionner l’intérêt des nanoparticules… pour limiter la pollution des moteurs diesel. Les marchands de mort de chez Rhodia (ex-Rhône Poulenc) faisaient ainsi de la retape devant le Sénat : « Vous introduisez dans le gas-oil des nanoparticules d’oxyde de cérium pour diviser par un facteur de 100 environ la production de suies et ce pendant plus de 80 000 km. Peugeot développe cela avec nos produits. » (5)

Non seulement le diesel tue plus de 40 000 personnes par an en France, mais on l’enrichit de nanoparticules dont les effets, révélés au compte-gouttes, sont tout aussi désastreux. Admirez le progrès : l’oxyde de cérium utilisé pour rendre « plus propre » la combustion du diesel attaque nos poumons tout autant que les nanotubes de carbone, selon deux études publiées en 2014 et le 1er octobre 2015 : l’inhalation d’émissions de diesel additionné de nanoparticules d’oxyde de cérium induit des effets nuisibles. Les rats exposés développent entre autres des inflammations et des fibroses pulmonaires. (6) Quelqu’un en a-t-il informé le Sénat ? Mais pas de panique, les nanoparticules existent depuis la nuit des temps.

Résumons. En octobre 2011, le CEA avouait que, conformément à que nous écrivions depuis dix ans, les nanoparticules de dioxyde de titane pouvaient provoquer des inflammations cérébro-vasculaires et perturber certaines fonctions cérébrales. (7) Une aubaine pour Clinatec et la recherche en neurotechnologies, un vaste marché en expansion pour les dispositifs neuro-électroniques.

En octobre 2015, nous apprenons que les nanotubes de carbone, réputés pour leurs effets voisins de ceux de l’amiante, envahissent nos poumons. Une aubaine pour les nanotechnologues du rayon « Cancer », un vaste marché en expansion pour leurs futures molécules innovantes à base de nanoparticules et autres nanorobots tueurs de tumeurs.

En somme, rien de neuf sous le soleil de l’innovation.

Pièces et main d’œuvre

Grenoble, le 25 octobre 2015

NOTES
(1) À lire sur www.piecesetmaindoeuvre.com/... Merci à la lectrice qui nous a signalé la parution de cette étude.
(2) Voir Aujourd’hui le nanomonde n°1 (2003) et 9 (2004).
(3) Juillet 2004
(4) 7/01/04
(5) Rencontres internationales de prospective du Sénat : « Les nanotechnologies : vivier du futur. Pour une prise de conscience des enjeux écologiques », 20/06/02
(6) Inhaled diesel emissions generated with cerium oxide nanoparticle fuel additive induce adverse pulmonary and systemic effects, étude publiée dans la revue Toxicological Science (2014), et Inhaled diesel emissions generated with cerium oxide nanoparticle fuel additive induce adverse pulmonary and systemic effects, étude publiée le 1/10/15 par Europe PubMed Central : http://europepmc.org/articles/pmc4579046
(7) Lire On vous l’avait bien dit – Les nanoparticules, c’est bon pour l’industrie de la contrainte, PMO, 27/10/11

Voir les commentaires

Trois bonnes raisons d'abandonner le papier d'aluminium

14 Mars 2021, 20:26pm

Trois bonnes raisons d'abandonner le papier d'aluminium

Liivi Hess – Le 14 mars 2021

 

https://www.thealternativedaily.com/3-scary-reasons-ditch-aluminum-foil/

 

Vous commencez probablement à en avoir un peu assez des gens qui vous disent que les choses que vous mangez ou utilisez depuis des années sont mauvaises pour votre santé. Vous en avez acceptées certaines : vous faites de votre mieux pour éviter le gluten et vous mangez bio quand vous le pouvez. D'autres que vous avez stratégiquement choisies d'ignorer ; votre crème glacée préférée à base de produit laitier, par exemple, ou cette poêle à frire anti-adhésive prétendument toxique qui permet de faire les meilleures crêpes.

 

 

Mais en voici une que vous devriez probablement éviter comme la peste : le papier d'aluminium. Croyez-le ou non, chaque fois que vous utilisez du papier d'aluminium dans la cuisine, vous nuisez gravement à votre santé. Voici trois raisons de ne pas utiliser de papier d'aluminium dans votre cuisine, et quelques alternatives plus saines à utiliser à la place.

 

  1. Le papier d'aluminium est une neurotoxine

 

L'aluminium est depuis longtemps étudié par la communauté scientifique pour son rôle potentiel de neurotoxine. Les chercheurs soutiennent qu'en raison du fait que l'aluminium n'a aucun rôle physiologique dans le corps humain, il peut avoir des effets néfastes importants lorsqu'il est consommé.

 

Cette théorie a été prouvée sans équivoque lorsqu'une étude de 2014 a montré qu'un homme de 66 ans décédé de la maladie d'Alzheimer avait une teneur en aluminium significativement élevée dans le cerveau, après huit ans d'exposition professionnelle. Bien que l'étude ait noté que c'était le système respiratoire qui était exposé à la poussière d'aluminium, nous savons maintenant qu'il existe un lien direct entre l'ingestion d'aluminium et la maladie d'Alzheimer, un trouble neurologique débilitant.

 

Il n'en reste pas moins que le papier d'aluminium n'est pas totalement inerte ; il a été démontré que les aliments cuits ou préparés dans ce matériau présentaient des niveaux d'aluminium nettement plus élevés que s'ils avaient été préparés dans un autre support. La conclusion est simple : le papier d'aluminium peut avoir des effets neurotoxiques, notamment la maladie d'Alzheimer.

 

  1. Le papier d'aluminium peut contribuer aux maladies osseuses

 

Les recherches montrent que l'aluminium provenant de sources comme le papier d'aluminium peut augmenter le risque de développer une maladie osseuse. Une étude qui a examiné l'effet de l'hémodialyse, qui entraîne une accumulation d'aluminium dans le sang, a révélé que 37 % des patients sous dialyse avaient développé une maladie osseuse associée à l'aluminium. Les auteurs de l'étude ont conclu que "l'apport oral d'aluminium à long terme chez les patients hémodialysés entraîne une prévalence élevée de maladies osseuses associées à l'aluminium". L'hypothèse est que l'aluminium a un impact direct ou indirect sur la production d'ostéoblastes, ce qui entraîne une perte osseuse.

 

La clé ici est cette petite déclaration sur "l'absorption orale d'aluminium à long terme". Nombreux sont ceux qui affirment que l'utilisation régulière de papier d'aluminium pendant des années équivaut à une absorption orale d'aluminium à long terme. Cela signifie que l'utilisation de papier d'aluminium dans la cuisine peut contribuer aux maladies osseuses.

 

  1. Le papier d'aluminium peut favoriser la fibrose pulmonaire

 

L'utilisation de papier d'aluminium pour préparer, conserver ou cuire des aliments peut augmenter le risque de fibrose pulmonaire, une forme de maladie pulmonaire. Une étude qui a analysé les tissus pulmonaires de neuf travailleurs exposés à l'oxyde d'aluminium a révélé des niveaux alarmants d'aluminium dans les tissus pulmonaires, suggérant que l'exposition à l'aluminium a contribué au développement de leur fibrose pulmonaire.

 

Même si le papier d'aluminium ne contribue pas aux maladies pulmonaires au même rythme que l'inhalation d'oxyde d'aluminium, le risque que la cuisson dans du papier d'aluminium provoque une fibrose pulmonaire et d'autres maladies des poumons reste bien réel.

 

Pourquoi l'aluminium peut s'infiltrer dans les aliments que vous mangez ?

 

Dans une étude de 2012, une équipe de la faculté d'ingénierie de l'université d'Ain Shams au Caire a examiné les différentes façons dont le papier d'aluminium et d'autres ustensiles de cuisine interagissent avec les aliments. La lixiviation de composés d'aluminium nocifs était de loin la plus élevée lorsque des aliments acides comme le jus de citron ou les tomates entraient en contact avec le papier d'aluminium, et ce phénomène était souvent exacerbé par l'utilisation d'épices.

 

En substance, le papier d'aluminium n'est pas inerte. Lorsqu'il est exposé à certains aliments, il a été démontré qu'une partie de ses composés métalliques s'infiltre dans les aliments, qui sont ensuite ingérés. À partir de là, il peut s'accumuler dans le sang, les muscles et les organes et contribuer à toutes sortes de problèmes de santé. La science commence tout juste à comprendre à quel point ces conséquences peuvent être négatives.

 

 

La solution est simple : n'utilisez pas de papier d'aluminium à la cuisine et tenez-le éloigné des aliments que vous consommez. Voici quelques alternatives plus saines pour cuisiner et conserver vos aliments, qui n'auront pas d'effets néfastes sur la santé.

 

Des alternatives plus saines au papier d'aluminium

 

Personnellement, je n'ai jamais été un grand fan du papier d'aluminium et des ustensiles de cuisine en aluminium. Si je veux conserver des aliments dans le réfrigérateur ou le garde-manger, j'utilise presque toujours des récipients en verre. Le verre est totalement inerte et ne transmet aucun produit chimique ou métal nocif aux aliments, même s'ils sont acides. De cette façon, nous minimisons également les déchets, car le verre peut être utilisé à l'infini... contrairement au papier d'aluminium !

 

Pour la cuisine, là où l'on utilise du papier d'aluminium pour faire cuire des pommes de terre au four ou du poisson, j'utilise simplement un plat en céramique avec un couvercle. L'effet est exactement le même, sauf que la céramique ne libère pas de composés dans nos aliments ! Pour la cuisson, j'utilise soit des ustensiles en verre, soit des ustensiles en silicone de haute qualité qui ne nécessitent aucun revêtement. Ces matériaux sont beaucoup plus agréables à utiliser, produisent généralement des plats de meilleure qualité et ne créent pas de déchets excessifs. C'est tout bénéfice, si vous voulez mon avis !

 

 

Voir les commentaires

Veolia siphonne légalement nos taxes

21 Novembre 2018, 08:34am

Publié par Marc Laimé

Veolia siphonne légalement nos taxes
Toulouse : quand les taxes sur le diesel tombent dans les poches de Veolia

par Marc Laimé, 19 novembre 2018

http://www.eauxglacees.com/Toulouse-quand-les-taxes-sur-le?var_mode=calcul

Les "gilets jaunes" n’en croiraient pas leurs yeux. L’effet combiné de deux des mesures fiscales les plus inégalitaires de la période, la création du CICE sous François Hollande, censée “relancer la compétitivité des entreprises”, puis l’augmentation de la TICPE, ardemment défendue par Emmanuel Macron, Edouard Philippe… et Nicolas Hulot, sous couvert (fallacieux), de privilégier la "transition écologique", conduisent à procurer, au cas d’espèce, une rente d’argent public à Veolia, qui l’utilise pour faire du dumping et gagner un nouveau contrat de délégation de service public, en affichant un tarif défiant toute concurrence, au détriment de celui d’une gestion en régie publique… Au regard du droit européen ces privilèges fiscaux dont joue le géant français des services à l’environnement pourraient être considérés comme une “aide d’état” déguisée, pratique honnie, comme on le sait, par les thuriféraires de la “concurrence libre et non faussée”…

La martingale est aussi imparable que scandaleuse.

Ici, bien noter que nous ne reprochons pas à Veolia d’avoir commis quoi que ce soit d’illégal.

Non, ici, le scandale est que tout ce qui suit est, en apparence, parfaitement "légal"...

- Le CICE, péché originel en forme de reniement du quinquennat de François Hollande ("Mon ennemie c’est la finance"), qui - sous couvert de favoriser l’emploi -, a procuré une rente annuelle de 20 milliards d’euros d’argent public aux entreprises qui, loin d’embaucher, en ont profité pour reconstituer leurs marges, est financé par le budget de l’état.

- Le budget de l’état a, lui, été alimenté, à hauteur de 24,5 milliards d’euros en 2014, par la TICPE, et donc les fameuses taxes sur le diesel (assortie de la taxe carbone, alpha et omega de la galaxie écolo BCBG), au coeur de la contestation des “gilets jaunes”. En 2018 nous en sommes déjà à 34 milliards d’euros.

Noter ici, pour en finir avec les "fake news" des REMouleurs, dont les chevaux-légers sont envoyés ces jours-ci à l’abattoir sur les chaines infos (les caïds se planquent...), qu’en vérité à peine 2 milliards d’euros des 34 milliards d’euros qu’atteint désormais la TICPE en 2018 sont réellement affectés à la "transition écologique", à strictement parler...


 


 


 

TICPE 2019

Affectation des recettes de la TICPE en 2017, 2018 et 2019

(Rapport général de l’Assemblée nationale sur le PLF 2019)

https://www.lejdd.fr/Politique/carb...

Une Madofferie à la française

- Par ailleurs le directeur financier de Veolia a dû reconnaître, comme l’y contraint la loi, devant le Comité central d’entreprise qui s’est tenu les 5 et 6 juillet dernier, que l’entreprise avait reçu de l’état 21 613 918 euros d’argent public en 2017, au titre du CICE.

Et le Directeur financier Eau France de rappeler que le CICE a été instauré aux fins de réduire le coût du travail en France.

Avant d’ajouter :

En réalité, une partie significative du montant perçu au titre du CICE a été « restituée » par le biais de révisions tarifaires. Sur certains contrats, l’Entreprise a pu conserver le CICE. En revanche, sur 56 % des contrats, elle a dû restituer ce gain aux collectivités délégataires.

"En même temps", au terme de son 4ème "Plan de sauvegarde de l’emploi" (PSE) en un peu moins de 5 ans, Veolia s’est débarrassé de 5000 salariés en France. C’est dire l’effroyable pantalonnade du désormais tristement célèbre CICE...

"En même temps", si l’on récapitule, l’ingénieux "corporate crowdfunding" de Veolia, c’est-à-dire le racket opéré, via le CICE, sur les impôts des Français, lui aura rapporté un pognon de dingue : 100 millions d’euros de 2014 à 2018. Largement de quoi se livrer à un dumping d’enfer quand il s’agit de renouveler un contrat de délégation de service public...

Le ruissellement pour les riches

Au cas d’espèce de Toulouse, cette martingale scandaleuse permet dès lors à la multinationale française Veolia d’obtenir, grâce à un colossal dumping, le renouvellement d’un précédent contrat qui lui a déjà rapporté une fortune depuis 1990, en proposant un prix de l’eau défiant toute concurrence, écartant dès lors toute hypothèse d’un retour en gestion publique, comme s’en félicitait le 15 novembre dernier, Jean-Luc Moudenc, président centralo-macroniste de Toulouse Métropole :

« Je suis heureux de pouvoir permettre aux habitants un gain de pouvoir d’achat. » Jean-Luc Moudenc a tranché. Hier, un jour après avoir exposé la comparaison entre gestion publique de l’eau dans les 37 communes de Toulouse Métropole et gestion confiée à une entreprise, le président de la collectivité, dans un entretien exclusif à La Dépêche du Midi, a révélé avoir choisi la délégation de service public. Un choix sans surprise vu la différence de 51 centimes en faveur des industriels. Le 13 décembre, il proposera aux élus de signer le contrat de l’eau avec Veolia, concessionnaire à Toulouse depuis 1990, et le contrat de l’assainissement avec Suez.

https://www.ladepeche.fr/article/20...

Références

1. La TICPE

La taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE), TVA non comprise, a rapporté 24,5 milliards d’euros aux finances publiques en 2014 :

« La fiscalité des produits pétroliers en 2014 », sur developpement-durable.gouv.fr,

En termes de recettes, elle se place donc derrière la taxe sur la valeur ajoutée (192,6 milliards d’euros en 2015), la contribution sociale généralisée (91,5 milliards d’euros en 2014), l’impôt sur le revenu (76,0 milliards d’euros en 2015), et l’impôt sur les sociétés (59,3 milliards d’euros en 2015).

La hausse du prix des carburants hors taxes tend à accroître les recettes de la TVA perçue sur ce produit, et réduit légèrement les recettes de la TICPE en raison de la baisse des volumes. Par ailleurs, elle pèse sur d’autres recettes fiscales : la TVA sur les autres produits (les ménages réduisent leurs achats d’autres produits) et l’impôt sur les sociétés (les carburants sont une dépense pour les entreprises) :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Taxe_...

2. Le CICE

Le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (ou CICE) est une mesure du gouvernement de Jean-Marc Ayrault visant à soutenir les entreprises françaises.

Le CICE a été proposé par Jean-Marc Ayrault dans le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi qu’il a présenté le 6 novembre 2012 après la remise du « Rapport sur la compétitivité française ».

Elle a ensuite été votée dans la loi de finance rectificative pour 2012 et est entrée en vigueur le 1er janvier 2013. Son montant est de 20 milliards d’euros par an.

D’après la loi, les entreprises doivent utiliser le CICE pour investir, embaucher ou conquérir de nouveaux marchés et ne doivent pas l’utiliser pour augmenter les salaires des dirigeants ou les dividendes des actionnaires.

Néanmoins, les instructions transmises à l’administration fiscale en juillet 2013 stipulent que le report de l’utilisation du CICE dans les comptes annuels de l’entreprise est une possibilité et non une obligation et que l’utilisation du CICE ne sera pas contrôlée par l’administration fiscale.

En juillet 2016, le rapport d’informations de la sénatrice Marie-France Beaufils critique fortement le dispositif dont elle souligne le coût important pour les finances publiques (i.e. un manque à gagner de 19 milliards d’euros) face à des effets sur l’emploi très incertains.

Le rapport 2016 du Comité de suivi publié au mois de septembre de la même année confirme l’absence d’effet du CICE.

En comparant les entreprises plus fortement ciblées par le dispositif et les entreprises moins fortement ciblées pour les années 2013 et 2014, le Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP) de l’Institut d’études politiques de Paris montre qu’il n’y a pas d’effet avéré du dispositif sur les exportations, les investissements et l’emploi.

En revanche, l’analyse met en avant des effets sur le résultat net des entreprises et sur les salaires. L’analyse de l’OFCE, centrée sur les effets sur les exportations et la compétitivité, montrent que le CICE n’a pas eu d’effet à court terme sur les exportations mais suggère néanmoins qu’il pourrait y avoir des effets positifs à moyen terme.

Selon le rapport d’évaluation du CICE de 2016, des entreprises auraient reconstitué leur marges en utilisant une importante partie du CICE mais sans certitude.

« L’impact du CICE sur la masse salariale versée par les entreprises, somme de l’effet sur l’emploi et sur les salaires, apparaît mesuré, et ne correspond qu’à une fraction des créances pour 2013 et 2014. Cela suggère que les entreprises ont consacré une partie importante du CICE à la reconstitution de leurs marges.

Pourtant, les travaux d’évaluation peinent à faire apparaître de façon robuste un effet différencié sur l’évolution du taux de marge des entreprises, selon que celles-ci ont bénéficié plus ou moins fortement du dispositif ».

https://fr.wikipedia.org/wiki/Créd...

3. L’utilisation du CICE par Veolia

Compte rendu du Comité centrale d’entreprise de Veolia Eau France, tenu les 5 et 6 juillet 2018 :

« (…)

- Information sur les sommes perçues au titre du CICE 2017 et sur leur utilisation

(…) Le montant 2017 est de 21 613 918 euros, sur 2018, le CICE reste ramené à un taux de 6 % contre 7% en 2017. Il sera supprimé au 1er janvier 2019, pour être remplacé par un dispositif d’allègement des charges patronales.

Le taux de cotisation patronale maladie diminuera de six points. Le gain réalisé sur les charges patronales pour un emploi au SMIC est estimé à 9,90 %. Pour l’année 2018, le CICE continuera de s’appliquer aux rémunérations inférieures à 2,5 fois le SMIC.

(…)

Le Directeur Financier Eau France rappelle que le CICE a été instauré aux fins de réduire le coût du travail en France.

Avant d’ajouter :

En réalité, une partie significative du montant perçu au titre du CICE a été « restituée » par le biais de révisions tarifaires. Sur certains contrats, l’Entreprise a pu conserver le CICE. En revanche, sur 56 % des contrats, elle a dû restituer ce gain aux collectivités délégataires.

Il conviendra d’examiner les nouvelles règles de manière détaillée afin de continuer à bénéficier de cet apport.

(…)

(Un) représentant de la CGT déplore que le CICE n’ait pas été utilisé par l’Entreprise pour développer l’emploi et accroître le pouvoir d’achat des salariés.

Force est de constater que cela n’est pas le cas. Il s’indigne que 150 milliards d’euros d’exonérations aient été accordés aux entreprises, pour un résultat économique nul. »

http://www.eauxglacees.com/Pour-le-...

- Lire aussi :

- La première jacquerie de la crise écologique :

https://blogs.mediapart.fr/guillaum...

Mediapart, 19 novembre 2018.

- "Gilets jaunes" : un peuple qui vient ?

https://www.liberation.fr/debats/20...

Libération, 20 novembre 2018.

 

Voir les commentaires

Wi-Fi : une menace pour l'avenir de l'espèce, invisible et omniprésente

9 Juillet 2014, 17:24pm

Publié par Ciel Voilé


 de Jim Fetzer – Le 5 juillet 2014 - Traduction Ciel voilé

 

http://www.veteranstoday.com/2014/07/05/wifi-an-invisible-but-ubiquitous-threat-to-the-future-of-the-species/ 

 

 « 47.7 % des femmes exposées aux micro-ondes ont fait des fausses couches avant la 7e semaine de grossesse » selon le Professeur John R. Goldsmith, Consultant International / Conseiller pour la communication sur les ondes, l'épidémiologie et les sciences à l'OMS

Aujourd'hui j'ai fait l'une des interviews radiophoniques les plus troublantes de ma vie en accueillant dans l’émission « La vraie question  », le physicien britannique et expert de la guerre électronique, Barrie Trower.


Barrie-Trower


A la fin de son service militaire, Barrie avait acquis une grande expérience dans le domaine des micro-ondes et il a étendu ses recherches aux systèmes électroniques courants, y compris les téléphones cellulaires, les iPods, les jeux informatiques et les fours à micro-ondes.

 

 

                               Vidéo en anglais :

 


 

 

 

Il a été consterné de découvrir que le rayonnement micro-ondes est omniprésent et extrêmement dangereux, surtout pour les femmes enceintes et les jeunes enfants. Les risques sont si grands que l'utilisation du Wi-Fi, qui est extrêmement répandu, peut conduire à des dommages génétiques permanent chez vos enfants et les enfants de vos enfants. Voici son avertissement personnel et ses propres mots:

« Au tout début des années 1960, j’ai été formé dans l’armée à la guerre des micro-ondes. J'ai observé tous les aspects de cette guerre et quand mon temps de service dans l'armée s’est achevé, parce que j'avais beaucoup de connaissances dans le domaine des micro-ondes, on m'a demandé si je voulais poursuivre cette recherche. Nous sommes dans une nouvelle guerre froide et c'est pourquoi les pays développent les micro-ondes. Le nombre d’émetteurs de micro-ondes ne cesse d’augmenter partout dans le monde : quelqu'un, s'il le voulait, pourrait les utiliser pour d'autres effets. Le système est en marche.

Il y a des années, notre gouvernement a demandé à nos scientifiques : «  A propos des micro-ondes, vous ne parlez de rien d’autres que de chaleur : c'est tout ! ». Donc, ils n’ont même pas discuté de quoi que ce soit d'autre. Ils nieront tout ce qui n'a rien à voir avec la chaleur. Ils nient même l'ensemble de leurs 40 ans de recherche où ils ont découvert que cela peut causer le cancer et bien des dommages. Ils diront que non, ce n’est pas possible. « Nous faisons des recherches seulement sur la chaleur et la chaleur seule compte. ». Donc, ces quarante dernières années, le gouvernement anglais a menti à la population. Et en Amérique, au Canada, en Australie, les gouvernements ont menti aussi à leurs citoyens. Ils ont menti pour protéger l'industrie, pour protéger leurs bénéfices, pour se protéger contre les poursuites.

Donc, ce sont vraiment des menteurs et c’est prouvé par l'Organisation Mondiale de la Santé, sans l'ombre d'un doute. Ce sont les mêmes personnes qui siègent sur ​​le certificat de l’ICNAP (International Conference on Nuclear and Atomic Physics), qui font partie des organismes gouvernementaux de protection de la santé, de l'OMS, ce sont les mêmes personnes. Elles ne sont probablement pas plus de vingt. Mais, oui, elles vont, à mon avis, commettre le pire génocide que cette planète ait jamais connu, pas seulement sur les personnes, mais sur les animaux et sur les plantes. Elles vont probablement causer plus de destruction qu’une guerre mondiale. Et dans plusieurs centaines d'années, les gens, du moins les survivants, chercheront dans le passé pour voir ce que nous avons essayé de faire pour arrêter ce génocide ».
 
Wi-Fi, micro-ondes et conséquences sur notre santé
 
Les personnes les plus fortement touchées sont les femmes enceintes, les enfants, les femmes en général, les personnes âgées, les moins touchés : les hommes et ceux en bonne forme physique. Certaines personnes semblent être invulnérables à l'exposition, mais un pourcentage significatif de 47,7% à 57,7%, semble être particulièrement vulnérable, même si la plupart d'entre nous considérons que de  faibles doses représenteraient un risque minime. Pourtant, c’est le contraire en réalité.


La femme humaine naît avec 400.000 follicules dont environ 400 deviendront finalement à échéance des œufs potentiellement fécondables par le sperme pour produire un zygote, qui se développera en un embryon puis en fœtus et, dans des conditions favorables, se traduira par une naissance vivante. C’est durant les 4 à 6 premières semaines de la grossesse que l'embryon est le plus vulnérable, en particulier parce que la femme peut ne pas savoir qu'elle est enceinte et qu’elle ne prend pas de précautions.

Les risques d'exposition au Wi-Fi

Comme Trower l’a expliqué, parce que les tissus du cerveau et de la moelle osseuse des enfants ont des propriétés de conductivité électrique différentes de celles des adultes, l'absorption du rayonnement micro-ondes par un enfant peut être dix fois plus élevée que celle d'un adulte. Même une faible exposition de fréquence de rayonnement  micro-ondes peut être extrêmement dommageable et induire l'oxydation et des formes de stress « nitrosatif » (NO), ce qui peut provoquer des dommages irréversibles au matériel génétique mitochondrial qui se manifesteront en fausses couches, enfants morts- nés ou en malformations congénitales.

Les effets au fil des générations sont cumulatifs, les études de l'OMS ont établi que les femmes exposées à une irradiation de faible dose aux micro-ondes (en dessous du niveau thermique, où c’est ressenti comme de la chaleur) ont un taux de fausses couches de 47,7% avant la septième semaine de gestation. Le niveau d'exposition dans ce cas était de cinq microwatts par centimètre carré, ce qui est inférieur à ce que la plupart des filles de l'école recevront dans une salle de classe avec Wi-Fi à partir de l'âge de cinq ans environ. Les effets peuvent inclure cancer, perte de mémoire et malformations de naissance pour leur descendance.



foetusimages

Pourquoi la situation est-elle si désespérée ?
 
L'ADN mitochondrial est dix fois plus sensible à l'oxydation et au stress « nitrosatif » ( ndt :au monoxyde d’azote) que l'ADN du noyau de la cellule. Mais ces effets sont transmis à chaque génération successive de femmes et, si ces 47.7% deviennent 57,7% ou 67,7%, ce n’est pas une différence significative. La conséquence sera la réduction de moitié environ d'enfants normaux à la naissance, à chaque génération, ce qui représente une catastrophe pour l’espèce.

 
Lors de notre entretien, j'ai expliqué à Barrie que je pensais que les perspectives pour remédier à cette situation sont sombres parce que (1) le public américain est scientifiquement analphabète, (2) que nous aimons la commodité des téléphones cellulaires, des iPods et autres appareils électroniques et (3) les sociétés qui les produisent vont faire tout ce qui est en leur pouvoir pour maintenir leurs marges bénéficiaires. J'encourage donc chacun à considérer son appel à l'aide à la population américaine en diffusant son étude.


Un des aspects les plus déconcertants de cette situation est que, non seulement tout cela était déjà connu et documenté bien avant que les enfants n’aient le WI-FI à l’école, mais que les effets biologiques dangereux ont été cachés au public pour protéger les profits de l'industrie:


wifi2images
L’accord de recherche de l'OMS : « Symposium international » N° 05 - 609-04 (Varsovie  1973) : «  Effets biologiques et dangers pour la santé des rayonnements micro-ondes », souligne dans ses 350 pages: excès de mortalité par irradiation artificielle aux micro-ondes : des effets biologiques sur la santé. La section 28 traite des problèmes concernant la fonction reproductive. Ce document a été classé « Top Secret » et son contenu n’a pas été rendu public par l'OMS et l'ICNIRP (International Commission on Non-Ionizing Radiation Protection).

 

Jim Fetzer : ancien officier du Corps des Marines, professeur émérite à l'Université du Minnesota-Duluth


Liens en français :


http://www.next-up.org/pdf/Biologic_effects_and_health_hazards_of_microwave_radiation_23_04_2010.pdf


http://www.next-up.org/pdf/Telephonie_mobile_et_vraies_pandemies_04_01_2010.pdf


http://www.next-up.org/questionnaire/index.php


http://fr.wikipedia.org/wiki/Wifi


Liens en anglais :


http://rense.com/general96/trower.html


http://www.geoengineeringwatch.org/barrie-trower-wifi-report-humanity-at-the-brink/

 

Voir les commentaires

La poussée de la géo-ingénierie est une terrifiante défaite politique

4 Décembre 2017, 19:28pm

La poussée de la géo-ingénierie est une terrifiante défaite politique
 

4 décembre 2017 / Geneviève Azam et Maxime Combes

 

Estimant que les émissions de gaz à effet de serre sont impossibles à maîtriser, les climatosceptiques de M. Trump et des puissants comme Bill Gates veulent développer la géo-ingénierie. Les auteurs de cette tribune en soulignent les risques et appellent à renforcer le moratoire des Nations unies sur ces techniques désastreuses.

Geneviève Azam est économiste, membre d’Attac France, auteur de Osons rester humain. Les impasses de la toute-puissance (Les liens qui libèrent, 2015). Maxime Combes est économiste, membre d’Attac France, auteur de Sortons de l’âge des fossiles ! Manifeste pour la transition (Seuil, 2015).


Après l’alerte renouvelée des scientifiques et en raison d’un introuvable sursaut politique capable de prendre des mesures courageuses et visionnaires, une tragédie en quatre actes, au dénouement encore incertain, est enclenchée. Une implacable logique, pseudo-rationnelle et certainement pas raisonnable, pour administrer le désastre climatique et en faire le récit apparaît désormais clairement. Il est temps de la stopper.

Acte I – Déclarer forfait et déposer armes et bagages

L’objectif de l’Accord de Paris de maintenir en deçà de 2°C l’augmentation de la température moyenne au cours du siècle, sans même évoquer celui de 1,5°C, ne pourra pas être tenu en l’état actuel des décisions politiques. Un concert de voix de plus en plus nombreuses, les mêmes souvent qui avaient célébré sans retenue l’accord de la COP21, déclare forfait et dépose armes et bagages : l’objectif ne sera pas respecté et il faudrait donc l’enterrer. Les émissions de gaz à effet de serre (GES) ne baisseront pas suffisamment et il faudrait accepter cette « réalité ».

Acte II – Les limites de la « capture » naturelle du CO2

Point final ? Non, car si on ne peut pas faire baisser les émissions, il reste à les compenser et à développer les « émissions négatives ». On parlera de neutralité carbone ou d’émissions nettes. L’article 4 de l’Accord de Paris a tenté d’en préciser la signification en fixant pour objectif « zéro émission nette ». Ajouter « net » à un objectif de réduction d’émission dénature l’objectif initial. La lutte contre le réchauffement climatique est réduite à la maîtrise d’un élément séparé, le carbone, et l’on parle de neutralité carbone en se reposant sur une comptabilité des émissions réelles, des « émissions évitées » (compensation) et des « émissions négatives » (capture). Le plan climat de Nicolas Hulot, présenté en juillet 2017, a ainsi substitué un objectif de neutralité carbone d’ici à 2050 aux habituels objectifs de réduction de 80 à 95 % des émissions de gaz à effet de serre.

Les « émissions négatives » résultent d’une capture et d’un stockage des GES, une fois qu’ils sont relâchés dans l’atmosphère. Or les puits de carbone « naturels », qui assurent cette tâche, se dégradent : les tronçonneuses et les incendies font reculer les forêts qui absorbent un tiers des émissions anthropiques, tandis que le réchauffement réduit la capacité des océans à dissoudre le CO2 alors qu’ils captent un quart de ces mêmes émissions. Soumis à un réchauffement climatique intense, ces puits de carbone, auquel on peut rajouter le pergélisol, ne donnent aucune garantie quant à leur capacité de capture et stockage à long terme. Enfin, la conversion des terres et forêts en puits de carbone pour absorber les émissions fait fi des immenses besoins de terres et forêts pour assurer une alimentation saine pour la population mondiale.

Acte III – Réfracter les rayons du Soleil, ensemencer les océans

Il reste alors la géo-ingénierie, avec deux techniques essentielles mises en avant : le management des radiations solaires (SRM) par pulvérisation d’un nuage à base de sulfates qui réfracterait les rayons solaires et l’ensemencement des océans pour accélérer leur capacité de capture du carbone. Un moratoire, adopté par les Nations unies en 2010 lors d’une réunion de la Convention sur la diversité biologique, interdit l’utilisation de ces techniques.

La suite :

https://reporterre.net/La-poussee-de-la-geo-ingenierie-est-une-terrifiante-defaite-politique

 

Voir les commentaires