Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Résultat pour “effet secondaire en attente”

Risques nucléaires : à quand la fin du monopole des experts internationaux producteurs d'ignorance?

28 Avril 2021, 11:36am

 

Coordination anti-nucléaire Sud Est - vendredi 23 avril 2021

  •  

experts.jpgDeux chercheuses, Christine Fassert (Socio-anthropologue, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Tatiana Kasperski (Chercheure associée au Département des Humanités, Universitat Pompeu Fabra) ont étudié et analysé comment depuis l’accident de Tchernobyl la monopolisation de l’autorité du savoir sur les radiations ionisantes a été instrumentalisé par un ensemble restreint d’organisations (l’Agence internationale de l’énergie atomique/AIEA, la Commission internationale de radioprotection/CIPR et le Comité scientifique des Nations unies pour l’étude des effets des rayonnements ionisants/UNSCEAR). Par un jeu d’alliances et de cooptations, ces organisations se constituent en un ensemble monolithique sur le risque radiologique. À partir de ce moment, les points de vue différents portés par des individus, des scientifiques « dissidents » parfois au coeur même de l’Organisation mondiale de la Santé pour l’Europe ou appartenant à des organisations indépendantes sont systématiquement délégitimés et renvoyés à une forme de marginalité péjorative militante.

__

En décembre 2020, vingt ans après la fermeture définitive de la centrale (ndlr: atomique de Tchernobyl), le ministère de la Culture de l’Ukraine a annoncé son intention de préparer la demande d’inscription de certains objets dans la zone d’exclusion autour de Tchernobyl sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Le ministère prévoyait de soumettre sa demande au printemps 2021, une façon de marquer le 35e anniversaire de l’accident, le 26 avril. Ce projet permettrait de mettre en place un dispositif de préservation du site, mais surtout de mettre en valeur son importance historique universelle.

Sur la liste de l’Unesco

2000_sarcophage_au-dessus-ruines_centrale-Tchernobyl_Ukraine.pngDeux sites liés au passé sombre du nucléaire figurent déjà sur la liste de l’Unesco : le Mémorial de la paix d’Hiroshima et le Site d’essais nucléaires de l’atoll de Bikini. Le site de Tchernobyl symboliserait, lui, la longue histoire des accidents qui ont marqué l’âge de l’atome, de Kyshtym à Windscale (1957) et de Three Mile Island (1979) à Fukushima (2011), dont on a marqué le dixième anniversaire cette année.

Qui plus est, l’accident de Tchernobyl marque un moment particulier de cette histoire, à savoir le début de l’institutionnalisation de la gestion internationale des conséquences des accidents nucléaires, dont on a pu pleinement mesurer l’emprise au moment de l’accident de Fukushima.

Un ensemble restreint d’organisations

Si les origines des accidents sont le plus souvent expliquées par des facteurs liés au développement de l’industrie nucléaire et de ses instances régulatrices à l’échelle nationale, la « gestion » de leurs conséquences dépasse progressivement les frontières nationales.

 

 


 

Voir les commentaires

Covid : la validité de l'imposition du port du masque s'effondre à son tour !

29 Avril 2021, 17:40pm

Covid : la validité de l'imposition du port du masque s'effondre à son tour !

Jean-Dominique Michel - mardi 27 avril 2021 16h11

Après donc les mesures de confinement (dont tout confirme la nocivité et l’inutilité) voilà que s’effondre à son tour l’autre grande mesure soi-disant sanitaire qui nous est imposée : le port du masque. Comme pour le confinement, ce ne sera une surprise que pour les naïfs ou les fanatiques : nous savions depuis des décennies que le port du masque n’est d’aucune utilité face aux viroses respiratoires, et qu'il est de toute manière inefficace (sauf contre certaines formes de pollution aérienne comme les particules fines) en population générale.

Il s’agissait donc d’une telle évidence que la seule surprise est que des personnes a priori éduquées et capables de réfléchir aient adhéré à une telle absurdité. Ceci, nous sommes nombreux (à nouveau) à l’avoir dit depuis des mois. Que l’on ait pu imposer une telle mesure, évidemment nocive, à la population et même des groupes vulnérables comme les enfants ou les jeunes restera comme une ignominie de plus dans cette lamentable crise sanitaire.

Je repose la question aux sceptiques et à mes détracteurs : trouvez-moi un seul plan de lutte contre les pandémies respiratoires virales qui ait prévu d'imposer le port du masque à la population en bonne santé et je vous offre le champagne !

Nous savions, comme pour le confinement, que cela ne servait à rien en plus d’infliger des dommages graves, avec un élément qu’il faut être inconscient pour ne pas remarquer : ces mesures, sans utilité sanitaire avérée, sont des mesures puissantes de contrôle social et d’humiliation.

Elles polarisent de surcroît la population entre ceux qui ont cru de bonne foi aux bêtises avancées par nos autorités et ceux qui ont gardé un esprit critique. Avec, le cas échéant, un objectif à ce sujet : les dociles et les soumis devenant des multiplicateurs de la contrainte absurde et les petits soldats de la dérive totalitaire.

Ce trait, comme de nombreux autres, est caractéristique. Je sais que les mots relatifs à la dérive en cours (comme totalitaire ou dictature) font ricaner nombre de bien-pensants qui n’ont toujours pas compris que nous avions déjà basculé hors de l’état de droit.

Lors de la conférence de presse du 15 avril organisée par les Amis de la Constitution, M. Nicolas Rimoldi, co-président de l’association Mass-voll, a rappelé qu’à l’heure actuelle, 23 articles de notre Constitution sont suspendus ou violés par les diktats pseudo-sanitaires sans justification solide. On peut en effet ricaner mais il ferait plutôt sens d'y réfléchir.

La suite

 

 

Voir les commentaires

Vaccin Pfizer, la Rolls-Royce des poisons?

5 Mai 2021, 17:55pm

Vaccin Pfizer, la Rolls-Royce des poisons?

4 mai 2021 Philippe Huysmans - Le vilain petit canard


 

En cette époque où le pouvoir, les médias à la botte et les vedettes stipendiées essayent à toute force de nous vendre le vaccin comme s’il s’agissait de la panacée, puisqu’il n’existe aucun remède contre le covid (mantra), je crois qu’il serait bon de s’arrêter deux minutes pour réfléchir, avant de commettre l’irréparable.

Se faire inoculer un vaccin n’a rien d’anodin, surtout qu’en l’espèce, on ne peut pas vraiment parler de vaccins, mais bien de thérapies géniques n’ayant jamais été expérimentées sur l’homme, dont on ne connaît rien des effets à long terme, et qui restent, quoi qu’on en dise, au stade expérimental de phase III jusqu’en 2023 au moins.  On a oublié de vous le dire, ça?  Ce sont pourtant des données publiques fournies par les fabricants et centralisées sur le site https://clinicaltrials.gov/.

D’ailleurs ces thérapies n’ont jamais fait l’objet d’une autorisation de mise sur le marché autre qu’une AMMC, soit une autorisation de mise sur le marché conditionnelle.  La condition sine qua non pour qu’un traitement encore en phase de test puisse être mis sur le marché étant qu’il n’existe aucun traitement reconnu contre la maladie.  Vous commencez à comprendre l’empressement des États, des Diafoirus de plateau et des lobbies qui leur graissent la patte pour nier l’efficacité des nombreux traitements qui ont pourtant fait la preuve de leur efficacité?  Ceci est aujourd’hui attesté par des dizaines d’études scientifiques publiées dans des revues à comité de lecture.

Exit donc l’hydroxychloroquine, déclarée substance vénéneuse de classe II par Agnès Buzin en date du 13 janvier 2020, soit trois mois avant les premiers cas de covid en France.  Je ne sais trop ce qu’elle vaut comme médecin, mais en tout cas elle aurait pu faire une belle carrière comme voyante extra-lucide.  Exit aussi l’Ivermictine récemment déclarée tout aussi dangereuse et inefficace contre le covid.

Pourquoi se faire vacciner?

 

Voir les commentaires

Suisse : droits fondamentaux et passeport vaccinal : un collectif d'avocats interpelle le Conseil fédéral

7 Juin 2021, 13:29pm

Suisse : droits fondamentaux et passeport vaccinal : un collectif d'avocats interpelle le Conseil fédéral

Jean-Dominique Michel dimanche 06 juin 2021 20h23

 

Alors que la votation sur la loi Covid-19 nous fond dessus comme un rapace sur sa proie (elle sera très probablement acceptée hélas avec comme conséquences de banaliser dans la durée des atteintes graves et sans précédents au droit constitutionnel et aux libertés fondamentales), un collectif juridique romand donne de la voix pour mettre le gouvernement, les parlementaires mais aussi le peuple devant leurs responsabilités.

Le projet de passeport vaccinal (déjà abandonné aux États-Unis et en Grande-Bretagne, pays à la vigilance plus solide que le nôtre en ce qui a trait aux dites libertés fondamentales) est en effet non seulement une absurdité de plus dans la gestion calamiteuse de la situation sanitaire, mais un recul grave sur certains principes qui nous paraissaient acquis - comme l'interdiction de toute discrimination ou la nécessaire proportionnalité des mesures portant atteinte aux droits constitutionnels.

D'une manière qui vaut peut-être la peine qu'on s'y intéresse, l'ancien ministre français Philippe de Villiers affirmait récemment que le projet de passeport vaccinal était en fait prêt depuis septembre 2019, soit bien avant l'apparition de la "pandémie".

Quoi qu'il en soit de cette affirmation, le fait est que tout le petchi dans lequel nous trouvons aujourd'hui montre bel et bien tous les signes croisés d'une préméditation et d'une instrumentalisation volontaire (fraudes et mensonges à l'appui) d'une situation sanitaire certes un peu tendue mais en rien exceptionnelle comme on s'évertue à le faire croire.

Et il n'y a plus que la mauvaise presse pour encore invoquer le disqualificatif du "complotisme" pour continuer à esquiver les vraies questions désormais sur la table. Ce pli indigne lui explosant actuellement au visage avec l'incertitude évidente quant à l'origine réelle du nouveau coronavirus et la publication des emails du Dr Anthony Fauci, soulevant bien des questions quant à la probité des agissements des autorités de santé. Ce dont les lectrices et lecteurs du présent blog étaient informés de longue date, contrairement à celles et ceux qui se seront contentés de lire la presse de grand chemin...

Plongeons donc dans l'argumentaire acéré des avocats et juristes de l'association "Le virus des libertés" tel qu’énoncé dans leur Lettre ouverte au Conseil fédéral...

 

 

Voir les commentaires

L'obligation vaccinale "en sursis" pour Maître Krikorian : "tant qu'il y a du droit"...

19 Août 2021, 07:17am

L'obligation vaccinale "en sursis" pour Maître Krikorian : "tant qu'il y a du droit"...

France Soir - le 18/08/2021 à 21:37


 

ENTRETIEN - "Gageons qu'au pays des Lumières et tant qu'il y aura du Droit, la dictature sanitaire n'est pas pour demain !" C'est ainsi que se conclut le communiqué de Maître Philippe Krikorian, avocat au barreau de Marseille, qui explique qu'au regard de la Constitution, l'extension du passe sanitaire a effectivement été validée (le Conseil constitutionnel ayant approuvé pour l'esssentiel la loi n°2021-1040 du 5 août 2021, relative à la gestion de la crise sanitaire), mais que cela ne signifie pas pour autant qu'elle l'a été du point de vue des normes supranationales. La mise en perspective de la loi avec les normes supranationales, à l'occasion de la contestation de certaines de ses mesures d'application, pourrait ne pas être favorable au dispositif que le Parlement vient d'adopter.

Il est, en effet, arrivé que l'appréciation du Conseil constitutionnel et celle de la Cour européenne des droits de l'homme divergent. La loi française, bien que validée dans sa constitutionnalité, pourrait très bien être écartée dans son application à des espèces particulières, comme étant "incompatible avec certaines stipulations de la Convention européenne des droits de l'homme". Il sera dès lors possible à toute personne soumise au dispositif de « vaccination obligatoire », de présenter devant la juridiction saisie de certaines mesures, générales ou individuelles d'application de la loi, une question prioritaire de constitutionnalité (QPC), c'est-à-dire de soutenir qu’une disposition législative porte atteinte aux droits et libertés que la Constitution garantit.

Le communiqué complet (PDF)

Entretien exclusif avec son auteur, qui fait part de son analyse combative :

 

France Soir : Contrairement à ce que beaucoup pensent, la partie ne serait pas finie sur le plan juridique et judiciaire ?

 

 

Voir les commentaires

Extension du passe: Deux banquiers pour liquider Paris et Rome

25 Septembre 2021, 10:52am

Extension du passe: Deux banquiers pour liquider Paris et Rome

Marc Gabriel Draghi – Mondialisation.ca – Le 25 septembre 2021

 

Mario Draghi et Emmanuel Macron, les deux valets de l’oligarchie en Europe continentale, ont-ils pour mission de liquider la France et l’Italie avant un éventuel cataclysme financier dès cet automne-hiver 2021/2022 ?

Vaccination quasi obligatoire

Nous pouvons légitimement nous poser la question quand on observe l’agenda politique de ces derniers jours dans ces deux grands pays latins.

En effet, il y a quelques jours le 16 septembre 2021 le gouvernement italien sous la férule de l’ancien directeur de la BCE Mario Draghi, a annoncé l’extension « finale » du green Pass (pass sanitaire) à l’ensemble des salariés italiens.

Ainsi, afin de se protéger d’une éventuelle nouvelle vague dans les prochaines semaines, l’Italie par cette mesure, espère vacciner « tout le capital humain du pays ». Et pour y parvenir, ce « green Pass » (tout est dans ce nom anglophone et vert) va devenir obligatoire sur l’ensemble des lieux de travail à compter du 15 octobre.

Et oui comme pour la France, mais avec encore une plus grande agressivité, le gouvernement de l’ancien de Goldman Sachs souhaite passer à la vitesse supérieure. Le pass sanitaire italien, va être imposé aussi bien au secteur public que privé, comme l’a déclaré le ministre de la Santé, Roberto Speranza :

« Nous étendons l’obligation du ‘green pass’ pour deux raisons essentielles : rendre ces lieux plus sûrs et rendre encore plus forte notre campagne de vaccination ».

Ce nouveau dispositif en vigueur à partir du 15 octobre n’exclut donc que les retraités, les femmes au foyer et les chômeurs.

Voir les commentaires

La mortalité en Europe. Comprendre les données de mortalité européenne pour prendre les bonnes décisions.

16 Juin 2021, 15:35pm

La mortalité en Europe. Comprendre les données de mortalité européenne pour prendre les bonnes décisions.

La nécessité de s’affranchir des biais de perception

Par Pierre C.  Mondialisation.ca, 15 juin 2021

 

Cet article a pour objectif d’analyser les données de mortalité de 33 pays européens afin de comprendre les dynamiques en jeu depuis plus d’un an.

 

Toutes les données utilisées proviennent de sources officielles :

 

    Eurostat pour les décès et la population par âge des pays européens

    Insee pour les données détaillées françaises

    Ourworldindata pour les données de malades, décès et vaccination en lien avec la Covid 19

    Médicam pour les données des médicaments délivrés les les pharmacies de ville

    Ecdc pour les données des mesures prises par les différents pays

 

Toutes les données de mortalité utilisées dans cet article, sont des données de mortalité toutes causes confondues et pas uniquement des données de mortalité de la seule cause Covid-19. En effet pour considérer qu’une maladie est mortelle, il faut qu’elle ait un impact sur la mortalité générale, et pas uniquement compter les décès de personnes qui en sont porteuses. Chacun conviendra que cela n’aurait aucun sens statistique de compter les décès survenus après la dégustation d’une glace à la vanille. Pourtant en le faisant nous verrions une forte augmentation de ces décès l’été, uniquement parce qu’en France 1500 personnes décèdent tous les jours l’été, et qu’à cette période, elles dégustent plus souvent des glaces à la vanille. Il s’agit de ce que l’on appelle un biais de perception.

 

Le fait de présenter en permanence des statistiques de mortalité de personnes porteuses de la Covid induit un biais de perception. Il laisse imaginer que ce virus est la seule cause de mortalité aujourd’hui sans jamais confronter ces décès au nombre de décès habituels de chaque pays. Dans ce contexte, il est impossible de réaliser une recherche raisonnable des causes de décès depuis mars 2020 : c’est la Covid-19 qui s’impose et rien d’autre n’est envisageable. C’est le contraire d’une démarche scientifique.

 

Pour cette raison, cet article se base uniquement sur les décès toutes causes et met en lien les différents évènements et choix qui ont été pris dans les différents pays, afin de chercher des causes de décès sans biais préalable.

 

 

 

Voir les commentaires

Protéine Spike et protéine à prion - Stéphanie Seneff

18 Septembre 2021, 09:51am

Protéine Spike et protéine à prion - Stéphanie Seneff


Sott.net mar., 14 sept. 2021 14:41 UTC

 

Voici la traduction en français réalisée en exclusivité par Sott.net de la transcription d'une interview de très grande importance menée en mai dernier par le Dr Joseph Mercola avec pour invitée le professeur Stephanie Seneff. Nous avons publié une autre interview de Stephanie Seneff menée par FranceSoir, qui dure une trentaine de minutes. Cette interview-ci dure une heure et demie et s'avère donc bien plus dense et précise que la précédente. Rappelons que Stephanie Seneff est chercheuse scientifique confirmée au MIT, et qu'elle y est affiliée de façon continue depuis plus de cinq décennies.

 

Après avoir obtenu quatre diplômes du MIT (B.S. en biophysique, M.S., E.E., et Ph.D. en génie électrique et informatique), Stephanie Seneff a mené des recherches sur les réseaux à commutation de paquets, la modélisation informatique du système auditif humain, le traitement du langage naturel, les systèmes de dialogue parlé et l'apprentissage d'une seconde langue. Spécialisée dans la modélisation et l'analyse du système auditif humain pour améliorer la communication entre humains et ordinateurs, elle fait des recherches et publie également sur des sujets liés à la biologie et à la médecine.

Nous ajoutons que Stephanie Seneff a écrit un livre
Toxic Legacy — How the Weedkiller Glyphosate Is Destroying Our Health and the Environment Héritage toxique — Comment le glyphosate désherbant détruit notre santé et l'environnement » qui n'a pas été traduit en français - NdT] ou Le Printemps silencieux de notre temps.
 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bon Sens : lettre aux sénatrices et sénateurs

12 Octobre 2021, 17:14pm

Bon Sens : lettre aux sénatrices et sénateurs
Publiée le 12 octobre 2021

 

Madame la Sénatrice, Monsieur le Sénateur

Suite à la publication sur le site du Sénat de l’exposé des motifs de la proposition de loi relative à l’obligation vaccinale pour tous, nous avons relevé de nombreuses erreurs que nous souhaitons corriger afin que l’ensemble des sénateurs et sénatrices aient des informations loyales en leur possession pour décider de leur vote.

Cet exposé annonce ceci :

« C’est pourquoi, nous maintenons que la vaccination contre le covid-19 de toutes les Françaises et de tous les Français est la seule décision publique qui :
–      Protège sa propre santé et liberté mais aussi celles des autres ;
–      Correspond à une démarche de santé publique claire, assise sur nos connaissances médicales et scientifiques ;
–      Constitue une démarche de lutte contre les inégalités territoriales et sociales, car elle crée un devoir de l’État d’aller vers les publics les plus éloignés de la vaccination ;
–      Évite le « glissement vers des pratiques de surveillance sociale générale » pointé par la Défenseure des droits et l’extension attentatoire aux libertés du pass sanitaire à tous les gestes de la vie quotidienne ;
–      Dispense de transformer en agents de sécurité sanitaire les professionnels accueillant du public.
La vaccination obligatoire est le seul chemin à ce jour pour sortir d’une politique de sécurité sanitaire et entrer enfin dans une politique de santé publique clairement assumée. Elle est la manifestation de la primauté de l’intérêt général sur les tentations individualistes, de la clarté face à l’obligation masquée que représente le passe sanitaire, de l’égalité face au « chacun pour soi », de la solidarité face à l’égoïsme. Le choix du Gouvernement a été un choix par défaut et de défausse, qui le désengageait de ses responsabilités.»   https://www.senat.fr/leg/exposes-des-motifs/ppl20-811-expose.html

Nous allons donc essayer de vous donner des informations plus précises et documentées

SOMMAIRE

1)      EST-CE QUE LA VACCINATION DE TOUS « PROTÈGE SA PROPRE SANTÉ ET LIBERTÉ MAIS AUSSI CELLES DES AUTRES » ?

2)      EST-CE QUE LA VACCINATION OBLIGATOIRE « CORRESPOND A UNE DEMARCHE DE SANTE PUBLIQUE CLAIRE, ASSISE SUR NOS CONNAISSANCES MEDICALES ET SCIENTIFIQUES » ?

3)      EST-CE QUE CES VACCINS GENETIQUES SONT OUI OU NON EN PHASE EXPERIMENTALE ?

4)      ACTIVITES DE PHARMACOVIGILANCE SUPPLEMENTAIRES EN COURS ET PRÉVUES PAR L’EMA

5)      PHARMACOVIGILANCE PFIZER ET FDA

6)      RISQUES DETECTÉS EN PHARMACOVIGILANCE DE L’ANSM ET RISQUES IDENTIFIÉS PAR l’EMA

7)      ETUDES SCIENTIFIQUES PUBLIEES SUR LES EFFETS INDESIRABLES GRAVES DES VACCINS GENETIQUES

8)      EFFICACITÉ DES VACCINS

9)      SECURITE DES VACCINS

10)        FOCUS SUR LA VACCINATION DES MINEURS

11)        ETUDE EPIPHARE UNE ETUDE D’AUTO VALIDATION DU MINISTRE DE LA SANTE

12)        NOUS NE SOMMES PAS ANTI-VAX MAIS ANTI-SPIKE

 

 

 

Voir les commentaires

La discrimination vaccinale à l'épreuve de la Constitution indienne : Dipali Ojha de retour

10 Septembre 2021, 13:08pm

La discrimination vaccinale à l'épreuve de la Constitution indienne : Dipali Ojha de retour

L'avocate indienne Dipali Ojha FranceSoir Publié le 09/09/2021 à 19:57

 

 

Retour de Dipali Ojha, avocate devant le Tribunal de grande instance de MumbaÏ et à la Cour suprême de l'Inde, ainsi que membre de l'Indian Bar Association.

L'IBA conteste depuis août 2021 des circulaires officielles interdisant à toute personne n'ayant pas reçu deux doses de vaccin de fréquenter les centres commerciaux, travailler depuis son bureau ou utiliser les chemins de fer qui sont fondamentaux pour la région de Mumbai. Ces circulaires discriminatoires violent la Constitution.

Or, les Hautes Cours des États du nord-est de l'Inde se sont prononcées contre une telle discrimination entre vaccinés et non-vaccinés, en reconnaissant que les premiers sont aussi porteurs du virus, éventuels “super-propagateurs”, et obligés à faire usage des gestes-barrière.

Par ailleurs, seule une toute petite minorité d'Indiens – 9% - ont pris deux doses de vaccin, et 50% une première dose. On discrimine donc en faveur d'une minorité minuscule. Eu égard aux effets indésirables, des millions d'Indiens ne croient plus au récit officiel et ne veulent plus entendre parler de la deuxième dose. L'IBA est bombardée de demandes d'assistance juridique pour contester les tentatives de vaccination forcée. La semaine dernière, par exemple, un groupe d'enseignants de l'État du Maharashtra est venu voir l'IBA avec un circulaire qui leur a été présenté vers le 27 août les sommant à faire une deuxième injection avant le 5 septembre.

L'ivermectine est massivement prescrite par les médecins en Inde, en dépit d'une campagne de propagande hostile qui fait qu'ils en parlent peu.

Pour ce qui de la plainte contre un groupe de haut fonctionnaires de l'OMS dont le Chief Science Officer Soumya Swaminathan, portée par une ONG et soutenue par l'IBA, une copie a été envoyée au Président et au Premier Ministre de l'Inde qui en a confirmé réception et suivi par un haut fonctionnaire.

Désormais l'IBA coopère avec une ONG, Awaken India Movement, et avec Doctors for Truth qui exige l'arrêt immédiat de la campagne de vaccination

Un debriefing proposé en partenariat avec BonSens.org :

Version française [doublage : Jeanne Traduction]

 

 

Voir les commentaires