Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Résultat pour “effet secondaire en attente”

Minnesota : des infirmières parlent

3 Septembre 2021, 18:27pm

Minnesota : des infirmières parlent

Des infirmières s'expriment lors d'une réunion publique au Minnesota sur les effets secondaires des vaccins COVID-19 et l'absence de déclaration au VAERS


Brian Shilhavy Global Research, 03 septembre 2021

https://www.globalresearch.ca/nurses-speak-out-minnesota-town-hall-meeting-covid-19-vaccine-injuries-lack-reporting-vaers/5754837



Erik Mortensen, représentant de l'État du Minnesota, a récemment organisé une réunion publique dans sa circonscription en raison du nombre de travailleurs de la santé qui l'ont contacté au sujet des obligations liées au vaccin COVID-19, la plupart d'entre eux étant sur le point de perdre leur emploi pour avoir refusé de se faire vacciner contre le COVID-19.


Il a également entendu beaucoup de choses de la part de ces infirmières qui n'étaient pas reprises dans les médias aux ordres. La réunion publique a donc été enregistrée et publiée récemment sur AlphaNews.


Certaines de ces infirmières ont rapporté qu'elles travaillent dans leur domaine depuis plus de 20 ans, qu'elles ont été traitées comme des héros l'année dernière en tant que travailleurs de première ligne dans les services COVID, mais qu'elles sont maintenant ridiculisées et ostracisées parce qu'elles ne veulent pas recevoir le vaccin COVID-19.


L'une des raisons pour lesquelles elles ne veulent pas se faire vacciner est qu'elles ont vu de leurs propres yeux comment ces vaccins ont tué et endommagé des gens, y compris des membres de leur famille.


Une infirmière a expliqué que les médias mentent en affirmant que la plupart des travailleurs de la santé sont maintenant complètement vaccinés contre le COVID-19. Elle a déclaré que ce n'était pas vrai et qu'elle connaissait des services qui n'étaient vaccinés qu'à hauteur de 20 % environ, et que les urgentistes avaient un pourcentage particulièrement faible de travailleurs entièrement vaccinés contre le COVID-19.


"Pourquoi les gens ne demandent-ils pas aux infirmières pourquoi elles ne veulent pas se faire vacciner ?" a-t-elle demandé.


Elle a dit qu'elle dirigeait un service d'urgences et qu'il était tragique de voir autant de crises cardiaques et d'accidents vasculaires cérébraux, et qu'il était évident qu'ils étaient liés aux injections COVID-19.


L'un des quelques hommes présents a déclaré qu'il travaillait dans le domaine de l'informatique pour l'un des plus grands fournisseurs de soins de santé de l'État du Minnesota, et qu'il était en train de perdre son emploi de 17 ans dans le domaine de l'informatique en tant qu'analyste de données, parce qu'ils l'obligeaient à recevoir une injection de COVID-19 pour rester employé, même s'il travaillait à domicile dans son sous-sol 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 et ne se rendait jamais au bureau.


Une infirmière a déclaré qu'elle n'avait jamais reçu de formation sur la manière de soumettre un rapport au VAERS, et qu'elle ne savait même pas qu'il existait jusqu'à ce qu'elle fasse des recherches par elle-même. Il y a une pression pour NE PAS signaler les effets secondaires et les décès dus aux vaccins, et il faut environ 30 minutes pour remplir le rapport, ce que peu font.


Une infirmière a lu une citation directe d'un livre sur les soins infirmiers qu'elle a dû étudier à l'école d'infirmières il y a seulement 4 ans, qui montre que beaucoup de ces infirmières sont aujourd'hui obligées de s'engager dans des activités criminelles, en tant que victime, afin d'apaiser leurs supérieurs et de garder leur emploi.


À l'école d'infirmières, on nous parle de délits intentionnels et de délits civils. Il est dit que les coups et blessures constituent un délit intentionnel. L'agression est la menace d'une action non désirée ou d'un contact corporel. Les coups et blessures sont des agressions qui sont exécutées et comprennent le fait de toucher volontairement, avec colère, violence ou négligence, le corps d'une autre personne, ses vêtements ou tout ce qui lui est attaché. Enlever de force les vêtements d'un patient et lui administrer une injection après qu'il ait refusé sont tous des exemples de coups et blessures.


C'est tiré de mon livre sur les soins infirmiers d'il y a quatre ans. C'est ce qu'ils nous enseignent. Si nous faisions cela à un patient, si vous lui disiez qu'il avait donné son consentement éclairé, et qu'il disait non, et que vous le faisiez quand même, vous iriez en prison, on vous retirerait votre licence d'infirmière, et vous seriez un criminel.


Donc maintenant, ils nous mettent dans la position de dire que soit vous êtes victime d'un crime volontairement, et l'infirmière qui donne l'injection quand elle sait que vous ne la voulez pas, commet un crime, cette infirmière peut perdre sa licence, et on nous dit d'être victime d'un crime pour garder notre emploi.


Une autre infirmière, éducatrice et titulaire de deux maîtrises, a déclaré :


Je suis à un an et demi de la retraite. Je suis infirmière éducatrice, j'ai deux maîtrises. Ils ont besoin de moi dans mon hôpital. Les infirmières ont besoin de moi, les patients ont besoin de moi.
Si je ne reçois pas le vaccin, je vais perdre mon emploi. Je vais perdre des milliers de dollars de retraite. Je vais perdre mon assurance maladie, mon assurance vie, mes plus de 400 jours d'heures de banque pour maladie prolongée. Je vais perdre beaucoup de choses.


Mais je suis ici parce que je crois en la liberté médicale. Et je crois que si nous ne nous levons pas pour arrêter ces obligations, ils vont continuer à nous tordre le bras, et à nous tordre le bras, et à nous tordre le bras, jusqu'à ce que nous soyons tous cassés.


Et le système ne peut pas le gérer. La crise est mauvaise maintenant. La dotation en personnel est mauvaise maintenant.


On n'a encore rien vu. Et une infirmière non vaccinée est bien mieux que pas d'infirmière du tout.

 

 

Malheureusement, ce que beaucoup, comme ces infirmières, commencent à comprendre, c'est que notre gouvernement ne se soucie pas de nous. Notre gouvernement est dirigé par des milliardaires et des banquiers qui nous voient à travers leurs lunettes d'eugénistes comme des "bouches inutiles" qui polluent et tuent la planète, et que par conséquent toutes ces morts sont nécessaires pour sauver la terre.


Il suffit de regarder le mépris total de la vie diffusé chaque jour depuis l'Afghanistan pour se rendre compte que votre gouvernement ne se soucie pas de votre vie. Et ceci est une question non partisane. Voir mon article sur l'Afghanistan ici, qui montre que c'est une question non partisane.
Je sais que c'est un concept très difficile à saisir pour les Américains. La pensée que notre gouvernement a un plan réel pour éliminer la plupart d'entre nous dans un but plus grand qu'ils peuvent définir, n'est pas une théorie de conspiration.


Cela se passe sous nos yeux, mais bien sûr les médias aux ordres n'en parlent pas, parce qu'ils servent leurs maîtres de Wall Street, et donc la plupart des gens sont encore endormis.


Se réveilleront-ils à temps pour sauver leur vie, celle de leurs enfants et des générations futures ?
L'enregistrement vidéo de cette réunion publique est sur YouTube, pour le moment. Nous l'avons également mis sur nos chaînes Rumble et Bitchute.



 

Voir les commentaires

Non à la légalisation de l'euthanasie pour les seniors atteints par le covid 19

10 Avril 2020, 12:04pm

Non à la légalisation de l'euthanasie pour les seniors atteints par le covid 19

Pétition lancée par Bruno Lafontaine

M. Le Premier ministre EDOUARD PHILIPPE, M. Le ministre des solidarités et de la santé, OLIVIER VÉRAN,

 


Votre décret en date du 28 mars 2020 autorise la délivrance de Rivotril© hors AMM (Autorisation de Mise sur le Marché). Il rend accessible à tout médecin dans sa forme injectable (à la différence de la forme orale), la prescription de Rivotril© . 

Ce médicament est un anticonvulsivant non barbiturique qui appartient à la famille des benzodiazépines. Selon vos préconisations, ce traitement a pour objectif la prise en charge palliative des patients confrontés à un état asphyxique et ne pouvant être admis en réanimation ou pour lesquels une décision de limitation de traitements actifs a été prise.

Cette décision d'administration de Rivotril pouvant être prise hors de toute collégialité présente un risque de perversion de la législation française interdisant l'euthanasie active.

L'euthanasie demeure interdite, selon la loi Leonetti de 2005, cette loi autorise, après avis collégial et autorisation des proches ou du patient, à appliquer un traitement anti-douleur «qui peut avoir pour effet secondaire d’abréger sa vie», mais non de provoquer la mort.

Il serait utile au demeurant de revenir sur les raisons qui interdisent l'accès en réanimation pour les personnes plus âgées dont plusieurs cas de guérison sont connus après avoir contracté le COVID-19. 

La défaillance de l'état dans la gestion des capacités de soin doit-il se traduire par le sacrifice de nos parents ?

Tenant à vous alerter sur les risques de nombreuses dérives  éthiques que votre décret comporte, je reste attentif aux précisions du cadre légal que vous voudrez bien lui apporter.


 

 

Mise à jour du 09/04/2020

Merci à chacun de vous pour sa mobilisation !

Plus de 35 700 signatures de soutien rassemblées en une semaine. Il s’agit d’un signe fort, du trouble jeté par le décret promulgué par M. Edouard PHILIPPE (Premier Ministre) et M. Olivier VERAN (Ministre des Solidarités et de la Santé) en date du 28 mars 2020.

De nombreuses dénégations ont été publiées dans la presse, notamment par le biais de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (que vous pouvez interpeller) https://sfgg.org/nous-contacter/ qui est à l’initiative de ce décret et affirme que le Rivotril ne sert pas à précipiter les décès, qu’il est prescrit dans des cas spécifiques et encadrés.

Nous l’avons tous compris, ce décret, au regard des drames qui se déroulent actuellement en France et de la gestion gouvernementale chaotique de cette crise, présente un risque de perversion de la législation française qui encadre avec précision les soins palliatifs et interdit l'euthanasie active. Ce décret mis en cause, y compris par de nombreux médecins comme le Dr Nicole Delépine (ancien chef de service d’oncologie pédiatrique de l’hôpital de Garches) https://www.youtube.com/watch?v=QDLNScOavf4 comporte un risque de dérive éthique ainsi que de possible déviances. Ces interrogations ont d’ailleurs été portées par plusieurs députés lors de la dernière séance de questions au Gouvernement - Mardi 7 avril 2020.http://videos.assemblee-nationale.fr/video.8931812_5e8c9193c6f28.questions-au-gouvernement---mardi-7-avril-2020-7-avril-2020

Nous devons rester vigilants et mobilisés en vue d’introduire une requête auprès du Conseil d’Etat pour faire abroger ce décret, ceux et celles parmi vous ayant des compétences juridiques sont les bienvenus.

 

 

Voir les commentaires

Procédure nationale canadienne contre l’OMS et ses alliés

3 Janvier 2021, 22:12pm

Procédure nationale canadienne contre l’OMS et ses alliés

France-Soir – le 2 janvier 2021


 

Le fantôme de la liberté se lève grâce aux juristes : nous partageons ici un résumé de la procédure publiée à Ottawa le 21 décembre 2020, contre l’OMS et Cie présentée par l'avocat Me Swinwood.

Les jours se suivent et commencent à apporter de l’espoir pour sortir de cette vaste tragicomédie pour laquelle un pauvre virus a été instrumentalisé pour faire trembler le monde depuis un an.

Après que la commission extraparlementaire allemande organisée en juillet 2020 par Reiner Fuellmich[1] et sa collègue Viviane Fischer et coll. ait évoqué le Nuremberg du Covid et que son groupe ait déposé une plainte contre la forfaiture des tests PCR le 23 Novembre à Berlin, nous avons commencé à apercevoir une petite lumière au bout du tunnel.  

La plainte directe contre C. Drosten[2] en décembre 2020, l’homme des tests PCR de Mme Merkel et de l’OMS a fait remonter notre moral, mieux que tous les antidépresseurs dont la vente se multiplie depuis des mois.
D’autres actions ont suivi comme le jugement de la cour d’appel de Lisbonne
[3] qui a mis clairement en évidence l’escroquerie des tests PCR - qui servent de prétexte à tous les gouvernements totalitaires pour priver leurs peuples de liberté, organiser la ruine des petits commerces et désespérer leurs populations causant une véritable épidémie de suicides-.

D’autres procédures ont été efficaces, comme en Italie où le tribunal civil de Rome a jugé illégaux car anticonstitutionnels les décrets du premier ministre Conte, comme en Bosnie Herzégovine dont la cour constitutionnelle déclare anticonstitutionnelle la privation de la liberté de circuler, ou en Autriche dont la Cour constitutionnelle a déclaré ce 23 décembre que le port obligatoire du masque à l’école et l’enseignement en alternance étaient illégaux.

L’eau se réchauffe et on ne la voit pas encore bouillir avant les premières bulles, mais la colère gronde de plus en plus au fur et à mesure des contradictions accumulées qui ne passent plus pour de l’incompétence, mais apparaissent chaque jour davantage comme de la manipulation perverse.

La dernière séquence du scénario qu’Hollywood eusse refusé pour incohérence est évidemment celle du vaccin génique, non testé, ni sur son efficacité, ni sur ses potentiels effets secondaires. La rage monte mais a besoin d’être encadrée et organisée, si les peuples veulent échapper aux violences dont les conséquences n’auraient aucune commune mesure avec celles du petit virus.

Nous sommes optimistes, car nous espérons comme beaucoup que la guerre déclarée par le président français en mars (à qui ? à un virus ou au peuple et à ses libertés ?) se termine, que l’année 2021 sera celle des juristes constitutionnalistes et que le Nuremberg 2 viendra clore cette séquence tragique de l’histoire.

En tous cas, une bombe juridique nous arrive du Canada et nous avons du mal à en croire nos yeux. Nous tenterons ici d’en rapporter les principaux éléments, laissant au lecteur assidu le loisir de consulter la procédure in extenso avec toutes les références bibliographiques.

 

 

 

Voir les commentaires

11 vaccins obligatoires : vote du 27 octobre 2017 à l'Assemblée Nationale !

29 Octobre 2017, 19:47pm

63 votes "pour" sur 577 députés !

Nous publions le commentaire très documenté de la fée bleue. Merci à elle.

" Une mauvaise fée sous influence jupitérienne s'est penchée sur les berceaux de nos enfants. La guerre est déclarée contre nos nourrissons si fragiles pour affaiblir leur système immunitaire avec des injections inutiles, et la dictature en marche enlève aux parents le droit de consentir à un acte médical invasif, pouvant causer des décès ou de lourds handicaps à leurs petits. Il y a un défaut total de transparence sur les risques encourus alors que depuis la commercialisation, il y a suffisamment de recul pour donner et publier les vrais chiffres sur les décès et les lourds effets secondaires. C'est une atteinte totale aux libertés individuelles et aux droits constitutionnels.

Il est choquant de voir qu'il existe des conflits d'intérêts puisque deux ministres ont travaillé pour les laboratoires dont un qui commercialise ces vaccins, et on connaît l'influence de ce lobby.

On sacrifie les nourrissons pour engraisser les multinationales, comme toujours l'argent avant l'humain, sous prétexte de bons sentiments. Les petits recevront 10 injections entre 2 et 18 mois. Comment réagira leur organisme face à l’inoculation de pareilles doses massives de poison?

Cet excellent business des vaccins pour ces industriels cotés au CAC40 permet l'augmentation de leur chiffre d'affaires, le tout avec la complicité de nos élus. Les vaccins , c'est bon pour la santé des labos...

Lors du vote de l'article 34 totalitaire de ce projet de loi, il n'y avait à l'assemblée que 75 députés au lieu des 577 élus et seuls 3 députés(dont Dupont Aignan+2 députés LREM) ont voté contre l'extension vaccinale. Donc seuls 3 députés protègent nos bébés face au lobby ! C'est absolument sidérant.

Les vaccins sont distribués par Sanofi, GSK, Pfizer. Un petit tour sur leur business : les chiffres parlent d'eux-mêmes.

-En 2016, la branche GSK Vaccines a réalisé 4,59 milliards de livres de CA (5,09 milliards d’euros), soit 16,5 % du chiffre d’affaires global du groupe qui a atteint 27,9 milliards de livres (30,9 milliards d’euros).

-Du côté de Sanofi, les vaccins comptent pour près de 13,5 % du chiffre d’affaires : 4,58 milliards d’euros sur 33,8 milliards de CA global.

-Tandis que chez Pfizer, ce chiffre est de 11,5 % soit 6,07 milliards de dollars (5,12 milliards d’euros) pour un CA global de 52,8 milliards de dollars (44,6 millions d’euros).

source : www.ouest-france.fr/sante/medicaments/les-vaccins-c-est-la-sante-pour-les-laboratoires-aussi-5307991/amp

En jouant sur les peurs, on pourrait aussi nous contraindre à vacciner nos enfants à titre préventif contre toutes les maladies existantes 10.000, 20.000 shoots? cela fera les affaires du lobby qui ouvrira en plus sa filiale funéraire avec la commercialisation de petits cercueils en plastique recyclable (green business). Ce monde est fou."

 

Documents

Voir les commentaires

Nouvelle étude du professeur Séralini : les rats de laboratoires nourris aux OGM

19 Juin 2015, 18:45pm

Nouvelle étude du professeur Séralini  : les rats de laboratoires nourris aux OGM

http://france3-regions.francetvinfo.fr/basse-normandie/2015/06/18/nouvelle-etude-de-ge-seralini-les-tests-de-laboratoire-sont-fausses-750233.html

Le professeur caennais - Gilles-Eric Séralini - révèle ce jeudi 18 juin une nouvelle étude selon laquelle les aliments, utilisés pour les rats de laboratoire sont contaminés. En analysant, lui et son équipe ont détecté des traces de pesticides, de métaux lourds et d'OGM. Son interview dans le JT.

Contexte de l'étude : la réponse du berger à la bergère

Lorsqu'il a publié son étude tonitruante en 2012 sur la toxicité des OGM sur les rats, ses détracteurs lui avaient rétorqué que les rats présentaient naturellement des tumeurs mammaires et que son étude ne prouvait rien du tout. Alors, le professeur caennais a voulu comprendre pourquoi ces animaux de laboratoire sont prédisposés à développer de nombreuses pathologies :

- 13 à 71% des animaux eux présenteraient spontanément ou naturellement des tumeurs mammaires

- 26 à 93% des tumeurs hypophysaires

- Le fonctionnement des reins de ces animaux serait fréquemment déficient

L'origine de ces pathologies est-elle génétique ou bien relève-t-elle de l'influence de l'environnement ?

L'étude sur l'alimentation des rats de laboratoire

Le Professeur Gilles-Éric Séralini et son équipe, soutenus par le CRIIGEN, ont donc analysé, avec l'aide de laboratoires accrédités, la nourriture des animaux de laboratoire. Cette alimentation, provenant des cinq continents, est habituellement considérée comme équilibrée et hygiénique. Or, sur 13 échantillons communs de croquettes pour rats, provenant de 9 pays, l'équipe a trouvé des traces de :

- 262 pesticides

- 4 métaux lourds

- 17 dioxines et furanes

- 18 PCB et 22 OGM

Les résidus du Roundup et ses génériques, ont été détectés dans 9 des 13 régimes, et 11 d'entre eux contenaient des OGM avec lesquels ce Roundup est amplement utilisé.

"On se rend compte que la nourriture donnée aux rats est extrêmement contaminée." Gilles-Eric Seralini

Gilles-Eric Séralini était notre invité dans le journal de midi

Quelles conclusions en tirer ?

L'étude de G.E Séralini jette le discrédit sur toutes celles faites sur les rats avant la commercialisation de tels ou tels produits chimiques. G.E Séralini : "La composition de cette nourriture augmente le bruit de fond à un tel niveau que ça cache tous les effets secondaires des produits testés."

Qu'en pense le docteur et journaliste Dominique Dupagne ? (assez critique par le passé avec G.E Séralini). Invité à la tête au Carré sur France inter, il affirme :

"C'est une étude remarquable. (..) Là il démontre que les études des industriels sont faites avec une rigueur absolument nulle. Et moi honnêtement, je trouve qu'on devrait rétracter toutes les études de Monsanto"

Retard de la publication : lobby ?

La revue PLOS ONE qui avait accepté et mis en forme l'étude de Gilles-Eric Séralini a décidé à la veille de sa publication de la reporter. A noter que par deux fois, dans Food and Chemical Toxicology et Biomed Research Int, des personnes liées à l'industrie étaient intervenues pour faire annuler leurs parutions, sans y parvenir pour Biomed Research Int.

Reportage d'Erwan de Miniac et Emilien David :

Intervenants:

- Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l'université de Caen

- Corinne Lepage, ancienne ministre de l'environnement et présidente d'honneur du CRIIGEN

Voir les commentaires

Consentement éclairé, désinformation sur la vaccination et traitements alternatifs ?

21 Mars 2021, 21:46pm

Consentement éclairé, désinformation sur la vaccination et traitements alternatifs ?
Consentement éclairé, désinformation sur la vaccination et traitements alternatifs ?

Publié le 21/03/2021 à 19:19 – France Soir


 

Dans le cadre de la campagne de vaccination contre la covid-19 le ministère de la Santé a mis au point un guide de 45 pages d’information.  La section qui nous intéresse plus particulièrement est la section II « consultation pré-vaccinale et le recueil du consentement éclairé » afin de comprendre les recommandations faites au sujet du recueil du consentement et l’information fournie.

La consultation pré-vaccinale, son rôle, qu’en attendre ?

Au paragraphe II.1 décrit la consultation pré-vaccinale La vaccination comme un acte médical qui  repose sur deux piliers :

1 Le respect des dispositions générales du code de la santé publique concernant l’information des usagers et l’expression de leur consentement

2 L’estimation au cas par cas des bénéfices et des risques pour le patient. Il est indispensable d’assurer la traçabilité du recueil du consentement. L'ensemble de la procédure (consultation pré-vaccinale, consentement, vaccination, suivi) est inscrit dans le dossier médical du résident et retracé dans le système d’information de suivi de la vaccination (VACCIN-COVID).

L’objectif de la consultation pré-vaccinale est donc d’identifier l’absence de contre-indication temporaire ou définitive à la vaccination et de déterminer le bénéfice risque de la vaccination pour les patients ou résidents. Elle recherchera en particulier les antécédents d’allergie, les épisodes infectieux en cours, ainsi que la date de vaccination antigrippale (celle-ci devant avoir eu lieu au moins 3 semaines avant la vaccination contre la Covid-19) ; d’apporter les éléments d’informations nécessaires (bénéfice/risque, effets secondaires connus, etc) pour que la personne puisse exprimer son choix de se faire vacciner ou non.

De son côté,  la HAS (Haute Autorité de la santé) recommande de :

- ne pas réaliser de sérologie avant vaccination ;

- ne pas tenir compte d’une éventuelle sérologie positive ou négative pour décider de la vaccination.

Cette position sera revue en fonction de l’évolution des connaissances, notamment au regard des résultats complets des essais de phase 3 de chaque candidat vaccin et des données épidémiologiques.

Le consentement éclairé qu'est-ce ?

La section II.2 explique le recueil du consentement de la personne qui s’effectue dans le cadre du droit et des règles habituelles, connues et pratiquées par les médecins en vertu du code de la santé publique et du code de déontologie : délivrance d’une information loyale, claire et appropriée ; respect du consentement libre et éclairé de la personne. Un document annexé a pour objectif de rappeler les règles en vigueur et de faire état de certaines spécificités liées à la traçabilité de la campagne de vaccination contre le SARS-COV2, dans le respect des recommandations émises par le comité consultatif national d’éthique (CCNE) dans son avis du 21 décembre 2020.

 


 

Voir les commentaires

Priartem : communiqué de presse du 29 septembre 2020

2 Octobre 2020, 14:08pm

Priartem : communiqué de presse du 29 septembre 2020

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU 29/09/2020

Mardi 29 septembre marque une étape décisive dans le dossier 5G avec le lancement officiel par l’ARCEP de la procédure d’enchères des fréquences, permettant aux quatre opérateurs déjà assurés d’obtenir un accès minimal à la 5G, d’acquérir plus de fréquences.

Côté société civile, cette date symbolise l’incapacité de l’Etat à respecter les règles qu’il s’impose à lui-même en matière d’environnement et à tenir compte des attentes de la société.

Pour François Lafforgue, avocat des associations, « le dossier de la 5G est conduit en dépit du bon sens, s’affranchissant des règles de droit, prévoyant une évaluation environnementale. Faute d’évaluations sérieuses et malgré leurs alertes, les associations n’ont d’autres choix que de saisir le Conseil d’État ».

Pour Ginette Vastel, de France Nature Environnement, « il est maintenant clair que la Convention citoyenne sur le Climat qui a demandé un moratoire le temps d’évaluer la 5G, est totalement désavouée. Les maires demandant un débat ont été raillés. Dans ces conditions, comment croire encore à un dialogue environnemental honnête et contradictoire fondé sur des données objectives ? »

Sophie Pelletier, présidente de PRIARTEM, condamne l’inconséquence avec laquelle le volet sanitaire a été traité : « L’État contrevient aux recommandations de réduction des expositions aux ondes radiofréquences émises de longue date par son agence sanitaire.

Le rapport commandité dans l’urgence aux inspections cet été n’a d’autre objectif que de garantir une sorte d’immunité aux décideurs en concluant qu’il n’y a pas de risque avéré et que si des risques existent la preuve formelle sera difficile à établir ». Elle s’insurge contre ce pari fou à l’encontre de la santé de la population : « Effet suspecté sur les cancers, effet avéré sur l’activité cérébrale, normes inadéquates pour les enfants, personnes devenues électrosensibles vivant un enfer... pendant combien de temps encore servirons-nous de cobayes ? ».

Stephen Kerckove, délégué général d’Agir pour l’Environnement va plus loin : « Incapable de justifier ses choix technologiques et stratégiques dans le contexte de crise écologique autrement que par des arguments approximatifs voire mensongers, l’État passe en force en misant sur le dénigrement des voix s’y opposant. Aujourd’hui, il récolte une levée de boucliers y compris dans des milieux a priori technophiles ». Dans cette situation, les associations continuent à plaider pour un véritable débat public mené en toute indépendance. Elles appellent les citoyens et les maires à amplifier la mobilisation afin de bloquer le développement de la 5G tant qu’une évaluation sérieuse n’aura pas été conduite dans les règles de l’art.

Face à l’entêtement du gouvernement, les associations poursuivent leur action judiciaire devant le Conseil d’État, afin notamment d’obtenir la suspension, en référé, puis l’annulation de l’attribution des fréquences. Elles entendent obtenir une véritable évaluation environnementale permettant d’évaluer sérieusement les effets écologiques et sanitaires de la 5G.

 

P.R.I.A.R.T.EM - Association Loi de 1901
Boite 64 - 206 quai de Valmy - 75010 Paris
Tél : 01 42 47 81 54 - Fax : 01 42 47 01 65 - Contactez-nous
 

 

Voir les commentaires

Effets des vaccins covid sur le sang

22 Août 2021, 10:45am

Voir les commentaires

Sans éthique la géo-ingénierie n'est pas viable

5 Août 2014, 09:55am

Publié par Ciel Voilé

 

chemtrail-hell-300x198

Un philosophe de l'environnement prévient que les grandes questions éthiques, politiques, juridiques et sociales liées à la géo-ingénierie doivent être résolues

Graham Readfearn à Sydney   - Traduction Ciel voilé

theguardian.com - jeudi 31 Juillet 2014

 

    Geoengineering--satellite-009
La géo-ingénierie: vue satellite de la mer Méditerranée et du bassin du Nil de nuit -La géo-ingénierie ou la modification du climat, se divise en deux catégories - l'élimination du dioxyde de carbone ou la gestion du rayonnement solaire. Photo: ISS / NASA

La recherche sur les moyens de manipuler le climat de la Terre comme dernière solution au réchauffement climatique ne sera pas viable si les enjeux éthiques qu'elle soulève ne sont pas résolus au préalable, met en garde un philosophe de l'environnement.

Le Professeur Stephen Gardiner, de l'Université de Washington, à Seattle, a déclaré au Guardian que ce que l'on appelle la géo-ingénierie risque d'empirer la situation pour les générations futures.

Le Professeur Gardiner était à Sydney pour un colloque de deux jours visant à s'attaquer aux conséquences morales et éthiques de la géo-ingénierie ou manipulation du climat.

Cette année, l'Académie Nationale des Sciences aux États-Unis doit publier un rapport-clé sur la « faisabilité technique » d'un certain nombre de méthodes de géo-ingénierie réparties en deux catégories.

L'élimination du dioxyde de carbone (CDR) tente de réduire les niveaux de gaz à effet de serre dans l'atmosphère et de le stocker, par exemple, dans les arbres, les algues ou sous terre.

Une deuxième catégorie, appelée gestion du rayonnement solaire tente de réduire la quantité d'énergie en provenance du soleil entrant dans l'atmosphère de la Terre, par exemple : pulvériser des particules de sulfate dans la stratosphère ou blanchir les nuages​​.

Gardiner a déclaré que l'inertie politique était l'une des raisons pour lesquelles le monde n'avait pas répondu de façon significative aux changements climatiques et à la hausse des émissions de GES.

« La génération actuelle, en particulier dans les pays riches, est tentée de profiter des avantages à court terme et de répercuter les coûts sur les générations à venir », a t-il dit.

« On peut dire que c'est l'une des grandes raisons pour lesquelles nous avons échoué jusqu'ici dans la politique climatique parce que nous avons succombé à cette tentation ».

« Mais quand il s'agit de la géo-ingénierie, l'un de mes plus grands soucis, c'est que nous intervenions en reproduisant ce modèle ».

« Nous pourrions essayer et adopter une solution technologique rapide, mais elle provoquerait les pires conséquences pendant des décennies sans beaucoup d'attention à ce qui se passerait après. Ce qui se passerait après pourrait être encore pire que si nous laissions se déployer les impacts climatiques négatifs à court terme ».

Il a dit qu'il était temps de s'engager sur les questions éthiques et morales, maintenant que les grandes institutions scientifiques et un groupe croissant de chercheurs commencent à envisager l'utilisation de la géo-ingénierie.

« Nous en sommes encore aux premiers stades et très peu de gens ont écrit à ce sujet ou en ont discuté. La bonne nouvelle, c'est que les principaux rapports scientifiques signalent généralement qu'il y a des problèmes majeurs éthiques, politiques, juridiques et sociaux à résoudre. L'essentiel est de savoir si nous passons outre ou si réellement nous affrontons ces conséquences ».

« Si ces problèmes sociaux et politiques ne sont pas résolus, alors tout type de géo-ingénierie serait non-viable de toute façon - ou du moins toute approche sans éthique serait non-viable ».

En 2009, un rapport de la Royal Society a appelé à davantage de recherches sur la géo-ingénierie et a conclu que les techniques CDR « doivent être considérées comme préférables ».

Une expérience consistant à vaporiser des particules dans la haute atmosphère à l'aide d'un ballon et d'un tuyau d'un kilomètre de long a été annulée en 2012 après qu'on ait découvert que deux des scientifiques impliqués avaient présenté des demandes de brevets similaires aux techniques proposées.

Une étude parue en début d'année dans la revue Nature Communications compare cinq méthodes différentes de génie climatique et estime qu'elles sont toutes « relativement inefficaces » tout en comportant « des effets secondaires potentiellement graves» et difficiles à arrêter.

Le Professeur Jim Falk de l'Université de Melbourne, de l'Institut pour une société durable, a déclaré au symposium, qu'existaient plus de 40 méthodes distinctes qui pourraient être décrites comme de la géo-ingénierie, y compris la plantation d'un grand nombre d'arbres et la peinture des toits en blanc.

Il a dit: « Il y a un grand éventail d'idées qui vont de l'échelle locale à l'échelle intermédiaire et à l'échelle mondiale. L'échelle, les impacts et les risques vont tous de pair ».

 


http://www.theguardian.com/environment/2014/jul/31/ethics-geoengineering-solutions-climate-change

Voir les commentaires

Non à la vaccination massive des enfants contre les papillomavirus

3 Octobre 2014, 17:02pm

Publié par Ciel Voilé

vaccin

Appel du professeur Joyeux :

http://petition.ipsn.eu/papillomavirus.php?utm_source=SIGNUPAPP_vdt&utm_medium=Newsletter-gratuite&utm_campaign=201409-29-HPV_VdT

http://www.professeur-joyeux.com/vaccination-massive-enfants-contre-les-papillomavirus/

1/                                         Pétition

à l’attention
du Président de la République Française,
de la Ministre des Affaires sociales et de la Santé,
et de la Ministre de l’Education Nationale.


Monsieur le Président, Madame la Ministre des Affaires Sociales et de la Santé, Madame la Ministre de l’Education Nationale,


Le Haut Conseil de la Santé Publique préconise, dans un avis relayé par la presse, le 15 Septembre 2014 :

  • d’introduire dans les écoles la vaccination contre les papillomavirus (HPV) pour essayer de lutter contre le cancer du col de l’uterus et d’autres infections sexuellement transmissibles ;
  • d’abaisser si nécessaire à 9 ans l’âge de la vaccination, pour les filles comme pour les garçons.

Cette proposition suscite une très vive émotion des citoyens et du monde médical.

Nous sommes très nombreux à redouter que nos écoles servent de paravent pour vacciner les enfants en masse contre les HPV, sans réelle réflexion individuelle ni information transparente sur l'efficacité et la dangerosité de ce vaccin.

Rappelons que l’analyse des données de pharmacovigilance a fait état de 26 675 effets indésirables graves dont 113 cas de sclérose en plaques en lien avec ces vaccins.

Rappelons également que le seul moyen démontré de prévenir le cancer du col de l'utérus est de faire des frottis. Si des lésions précancéreuses sont trouvées, elles peuvent alors être soignées.

Le vaccin, lui, ne protège pas à 100 %, loin de là. Toutes les sources médicales s'accordent sur ce point. Il est très dangereux que les personnes vaccinées aillent imaginer le contraire.

Par la présente pétition, nous vous demandons donc de stopper le projet de vaccination de masse dans les écoles contre les papillomavirus :

  • tant qu'une efficacité raisonnable du vaccin n'aura pas été démontrée ;
  • tant que les effets secondaires du vaccin ne seront pas connus et maîtrisés ;
  • tant que la garantie ne sera pas donnée que ces vaccinations massives ne réduisent pas la vigilance préventive (frottis), seul moyen prouvé de prévenir le cancer du col de l'utérus.

Cela permettra d'éviter d’inutiles accidents et des souffrances considérables à de nombreux enfants. Vous contribuerez ainsi également à maintenir la confiance des parents et la nécessaire sérénité dans les écoles.

Veuillez agréer Monsieur le Président de la République, Madame la Ministre des Affaires Sociales et de la Santé Publique et Madame la Ministre de l’Education Nationale, l’expression de mes salutations respectueuses.

 

SIGNEZ LA PETITION :

http://petition.ipsn.eu/papillomavirus/?utm_source=JOYEUX&utm_medium=Newsletter-gratuite&utm_campaign=201409-24-papillomavirus

 

2/ L’expert Marc Girard sur le même sujet :

Avis du HCSP sur les obligations vaccinales - I. L’heure du coup de force tant redouté ?

jeudi 2 octobre 2014 par Marc Girard

 

http://www.rolandsimion.fr/spip.php?article315

Conclusion provisoire

La gravité des menaces que cet avis du HCSP fait peser sur la sécurité de nos concitoyens, et la nécessité de s’organiser urgemment pour y résister, me conduit à interrompre mon analyse à cet endroit afin de pouvoir, sans tarder davantage [54], la mettre à la disposition du public. Dans une seconde partie à laquelle je vais continuer de travailler de toutes mes forces, je m’attacherai à mettre au jour les déterminants criminels [55] qui sous-tendent cet avis.

3 / Toujours la chimie :

  

« Face à l’industrie chimique, tout le monde est tétanisé »

par Olivier Petitjean 22 septembre 2014 - Santé publique


90 millions de substances : tel est l’héritage, non définitif, que nous lègue l’industrie chimique depuis son inexorable essor, lors de la Première guerre mondiale. Parmi elles, combien de substances toxiques – DDT, phtalates, bisphénol A, cancérogènes et autres perturbateurs endocriniens… ? Pourquoi un tel silence, une telle absence de contrôle ? Dans son livre « Un empoisonnement universel », le journaliste Fabrice Nicolino raconte l’histoire de cette industrie et comment elle a, impunément et littéralement, inondé nos vies de molécules. Une situation dont nous prenons conscience seulement aujourd’hui en constatant ses terribles conséquences, de l’explosion des cancers à celle la maladie d’Alzheimer en passant par le diabète. Entretien.

Lire la suite sur Basta

http://www.bastamag.net/Face-a-l-industrie-chimique-tout

 

 

 

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>