Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Résultat pour “effet secondaire en attente”

Josefina Fraile fait appel du rejet de la pétition européenne

2 Décembre 2016, 20:15pm

Publié par Ciel Voilé

Josefina Fraile fait appel du rejet de la pétition européenne

Voici l'appel que Joséfina Frailé lance aux députés européens qui ont clôturé le dossier suite à la consultation de la Commission Européenne :

http://www.cielvoile.fr/2016/10/demande-d-enquete-sur-les-epandages-chimiques-aeriens-clandestins-trois-ans-plus-tard-la-commission-europeenne-repond-non.html

 

Parlement Européen

Rue Wiertz - B-1047 Bruxelles

Commission des Pétitions

APPEL contre le rejet de la Pétition 0964/2013

Mesdames et Messieurs les députés,

 

I. Les associations Terra SOS-tenible* et Alternativa accusent réception de la notification de clôture de la pétition présentée le 10 Mai 2013 à la Commission des Pétitions pour que le Parlement Européen, compte tenu de ses compétences, mène une investigation indépendante, sur les épandages aériens clandestins effectués dans le ciel européen depuis plus d´une décennie, sans information ni consentement des citoyens, dans le cadre d’activités illégales de manipulation du climat (géoingénierie), avec impact sur l´environnement et la santé publique ; et (2) un débat parlementaire à ce sujet. —Cette pétition a été soutenue par plus de 6.000 signatures de citoyens de 25 pays européens, envoyées dans les temps impartis à la Commission des Pétitions, sans compter les nombreuses signatures de citoyens des États Unis, du Canada et d’Amérique Latine.

II. En mars 2014 la Commission des Pétitions nous a informés que notre pétition avait été admise considérant que le sujet relevait de la sphère des activités de l´Union Européenne. Et qu´elle demandait à la Commission Européenne en fonction de la norme 216 (6) de réaliser une recherche préliminaire des différents aspects du problème.

III. La Commission des Pétitions a déclaré la clôture de la pétition ci-dessus mentionnée, en s’alignant sur l´opinion de la Commission Européenne, émise le 29 avril 2016, en flagrante contradiction avec sa déclaration d´admissibilité de 2014.

IV. Après deux ans de « réflexion », la Commission Européenne conclut …, que les pétitionnaires demandent exclusivement l´exécution d´une Résolution sur l´Environnement, la Sécurité et la Politique étrangère, évitant de faire référence à la Résolution du Parlement Européen A4-005/99, adoptée le 14/01/1999 par le Comité des Affaires Etrangères, de la Défense et de la Sécurité, et par le Comité de l´Environnement, de la Santé Publique et de la Protection du Consommateur, qui cite la manipulation du climat comme une arme de destruction massive, en centrant le sujet uniquement sur les aspects militaires de la pétition, lesquels par chance ne relèvent pas de son domaine de compétences, comme ne le sont donc pas non plus les directives européennes telles la 2001/42/EC, la Convention d´Aarhus et la Convention de Nagoya sur la Biodiversité, auxquelles la pétition a recours.

 

  1. La Commission Européenne devra en effet expliquer les raisons pour lesquelles elle a mis deux ans à répondre et a sabré une pétition claire et urgente des citoyens européens pour enquêter sur les activités de géoingénierie qui violent leurs droits fondamentaux, ce qui démontre un manque total d´intérêt vis-à-vis des préoccupations vitales des citoyens européens. D´autre part, si l'on considère la clarté de notre pétition et la réponse reçue, arbitraire et biaisée sur le militaire, il est nécessaire que l'on nous précise (1) si les activités de géoingénierie qui ont lieu dans l´Union Européenne ont une composante militaire. Et (2) comment conclut-on que les épandages aériens clandestins dans les cieux européens, que nous dénonçons, sont des aérosols, étant donné que ce terme ne figure pas dans notre texte (voir ligne 6 de son résumé de la pétition) - Lapsus mentis?

 

  1. De son côté le Parlement Européen devra également expliquer (1) son manque d´exigence quant au délai de réponse disproportionné étant donné l´urgence du sujet (2) pourquoi il considère acceptable une réponse qui ne répond absolument pas aux points exposés dans la pétition, et, (3) pourquoi en a-t-elle décrété la clôture compte tenu des points mentionnés ci-dessus, en flagrante contradiction avec son propre engagement écrit de 2014.

V. Ce qui est préoccupant dans la décision du clôturer notre pétition, ce n´est pas la réponse de la Commission Européenne qui insulte l´intelligence humaine, mais que le Parlement Européen devienne complice et agent d´une institution – sans légitimité démocratique - au service exclusif du complexe militaire et des intérêts financiers globaux, avec le TTIP comme dernier exemple. Ce parlement ne peut ignorer que la Commission Européenne contribue par défaut et sous couvert à la géoingénierie en Europe, en faisant une législation ad hoc dans les domaines concernés s’applicant entre autres, dans les Programmes FP, Horizon, SESAR et un grand nombre d´agences en particulier l´Agence Spatiale Européenne.

VI. Mesdames et Messieurs les députés, le nouveau scénario politique aux États Unis, suggère que le futur de l’Union Européenne ne peut être assuré que si les droits fondamentaux et inaltérables de la citoyenneté, inscrits dans les Traités, sont respectés et défendus. C’est pourquoi nous insistons dans notre pétition pour enquêter sur l’ingénierie climatique en Europe ; dans l’espoir que ce Parlement et la Commission Européenne reviennent urgemment sur leur passivité face à la menace pour la vie que représente la géoingéniérie ; dans le cas contraire vous comprendrez que les européens, le moment venu, exigeront des responsabilités au niveau pénal, ainsi que la dissolution / refondation de ces institutions qui ne servent pas le bien commun.

Sur la base de tout ce qui est exprimé ci-dessus et CONSIDÉRANT la gravité du sujet et la violation des droits fondamentaux prévus dans les traités, tels que la sécurité et la santé, nous souhaitons manifester notre désaccord sur la clôture de la pétition et FAIRE APPEL pour les raisons suivantes :

  1. L´opinion de la Commission Européenne ignore de façon délibérée aussi bien les fondements de fait que les fondements de droit, d´une pétition dédiée à la manipulation du climat dans l´Union Européenne, avec des conséquences évidentes pour l´environnement et la santé publique des citoyens européens, droits fondamentaux recueillis dans les Traités.

  1. La pétition présentée incluait également l´exigence de tenir un débat sur ce sujet au sein du Parlement Européen, débat pour lequel nous proposons de représenter la société civile contre la géoingénierie; en presque quatre ans, ce débat, sur lequel la Commission européenne n'a aucune autorité, n'a pas eu lieu non plus.

NOUS DEMANDONS FORMELLEMENT

  1. Que la Commission des Pétitions du Parlement Européen confirme cette objection à la clôture de la Pétition 0964/2013 et reconsidère sa décision ; qu’elle demande à la Commission Européenne de revoir son opinion en initiant une enquête indépendante sur les activités de géoingénierie en Europe, afin de répondre de façon concrète et urgente aux points précis exposés dans la Pétition présentée par les associations Terra SOS-tenible et Alternativa en mai 2013, et admise par la Commission des Pétitions en mars 2014.

2. D’être informés (1) du nom de l´expert de la Commission qui a émis ce rapport ;(2) les opinions de la Commission sont-elles contraignantes pour le Parlement Européen? et d’ (3) obtenir une copie du compte-rendu de la session du 20-21 juin de la Commission des Pétitions, de la partie concernant notre pétition.

Et pour mémoire, je signe la présente, à Velilla del Rio Carrión, Palencia, le 22 novembre 2016.

Josefina Fraile

Présidente de Terra SOS-tenible

__________

 

* Terra SOS-tenible, est une Association Espagnole enregistrée sous le nº 170352. En 2012 elle a créé les plateformes civiques GUARDACIELOS et SKYGUARDS afin de chercher, de dénoncer, divulguer et promouvoir l´opposition internationale aux programmes courants de manipulation du climat ( Géoingénierie-HAARP ). Guardacielos accueille la participation de citoyens de la plupart des pays d´Amérique Latine et Skyguards se compose d´associations et d´activistes de 22 pays d´Europe.- Terra SOS-tenible et ses plateformes ont le soutien de scientifiques et de professionnels internationaux : physiciens, chimistes, biologistes, médecins, ingénieurs, pilotes, etc. ainsi que des organisations d´agriculteurs.

Voir les commentaires

Les téléphones cellulaires ne sont pas là pour durer

5 Novembre 2021, 10:35am

Les téléphones cellulaires ne sont pas là pour durer

Arthur Firstenberg le 4 novembre 2021

Le jour où le service de téléphonie cellulaire numérique a été lancé à New York, j'étais loin de chez moi pour une conférence juridique de trois jours. Le jour de mon retour, j'ai eu des vertiges. Quelques jours plus tard, j'étais également nauséeux et j'avais des tremblements incontrôlables. J'ai eu la première crise d'asthme de ma vie. J'avais l'impression que mes globes oculaires étaient bombés, mes lèvres étaient sèches, grasses et gonflées, je ressentais une pression dans la poitrine et la plante de mes pieds me faisait mal. Je suis devenu si faible que je ne pouvais pas soulever un livre. Ma peau est devenue si sensible que je ne supportais pas d'être touché et je supportais à peine de porter mes vêtements. Ma tête grondait comme un train de marchandises. Après le quatrième jour, je ne pouvais ni dormir ni manger. Au cours de la sixième nuit, mon larynx a eu trois spasmes. Chaque fois que cela s'est produit, je n'ai pu ni inspirer ni expirer et j'ai cru que j'allais mourir. J'ai quitté la maison le lendemain matin, pour ne jamais y revenir.

Cela n'est pas arrivé qu'à moi, ou qu'à quelques personnes. À partir du 14 novembre 1996, le jour où Omnipoint Communications a allumé toutes ces tours cellulaires, des centaines de milliers de New-Yorkais sont tombés soudainement malades. Beaucoup ont pensé qu'ils avaient une crise cardiaque, une attaque ou une dépression nerveuse. Le département de la santé a appelé cela une épidémie de grippe, et cela a duré jusqu'au mois de mai suivant. Ils ne se sont pas demandé pourquoi elle ne touchait que New York et pas les villes voisines à cette époque. Les statistiques hebdomadaires de mortalité du Centre de contrôle des maladies ont révélé une augmentation de 17% de la mortalité
dans la ville à partir de la semaine du 17 novembre, qui a duré 11 semaines et a tué 2 300 personnes.

2
L'épidémie n'a frappé Boston que l'année suivante, lorsque Sprint a commencé à desservir la ville le 12 novembre 1997. Le taux de mortalité a augmenté de 15,5 % pendant 16 semaines. L'épidémie a frappé San Diego lorsque Pacific Bell y a commencé à desservir la ville le 1er novembre 1996. Elle a duré 17 semaines et la mortalité a augmenté de 14,5 %. Elle n'a pas touché la ville voisine de Los Angeles avant l'été suivant, lorsque Pacific Bell a commencé à la desservir le 3 juillet 1997, et la mortalité a augmenté de 30 % pendant les 15 semaines suivantes. Elle a touché Philadelphie au printemps, lorsque Sprint y a commencé le service le 3 avril 1997, et Détroit à l'automne, lorsque Sprint y a commencé le service le 15 octobre 1997. Jacksonville, en Floride, avait été touchée l'automne précédent, lorsque Powertel avait commencé à y offrir des services le 15 octobre 1996. Il a touché Chicago, Milwaukee, Austin, San Antonio, Fort Worth, Houston, Atlanta, Fresno, Spokane, Portland, Sacramento, Charlotte et Tulsa, en commençant dans chaque ville le jour où le service de téléphonie cellulaire numérique y est devenu disponible.

J'ai appris, en 1996, que les niveaux de puissance n'ont pas d'importance. Après que les micro-ondes m'aient presque tué à Brooklyn après seulement six jours d'exposition, j'étais sûr que les niveaux de rayonnement devaient être très élevés, et j'ai engagé un ingénieur professionnel, Stuart Maurer, pour qu'il se rende chez moi avec son analyseur de spectre afin de mesurer le rayonnement. Je suis descendu pour la journée de ma chambre de motel dans le nord de l'État de New York pour le surveiller. À mon grand étonnement, le niveau le plus élevé qu'il a mesuré, n'importe où dans ma maison, était de 0,0001 microwatts par centimètre carré. Il est clair que j'avais encore beaucoup à apprendre sur les micro-ondes, et que beaucoup de choses que je croyais savoir étaient fausses.

La même chose se produit aujourd'hui avec la 5G, sauf que cette fois, au lieu d'accuser un virus de la grippe, la société accuse un coronavirus. Et cette fois, cela se produit partout à la fois au lieu d'une ville à la fois. Le 13 octobre 2020, Verizon a publié un communiqué de presse annonçant la disponibilité de son réseau 5G dans tous les États-Unis, et le même jour, Apple a publié un communiqué de presse annonçant le lancement de son téléphone 5G, l'iPhone 12. L'iPhone 12 et 12 Pro étaient disponibles en magasin le 23 octobre, et les iPhone Mini et Max étaient disponibles début novembre. Et dans chaque État sauf deux, la mortalité a commencé à augmenter soudainement la semaine du 24 octobre ou peu après, et au plus tard la semaine du 21 novembre. Les deux exceptions sont le Wisconsin, où le pic de mortalité a commencé la semaine du 17 octobre, et Hawaï, qui n'a pas connu de hausse significative des décès l'hiver dernier. Au niveau national, la mortalité a augmenté en moyenne de 25 % pendant 20 semaines, et 300 000 personnes sont mortes. Le phénomène se produit partout à la fois, y compris pour les oiseaux, les insectes, la faune et la flore. Un correspondant de Knoxville, dans le Tennessee, m'a écrit la semaine dernière :

3
"Ces deux derniers mois, j'ai remarqué 5 bourdons maintenant sur nos fleurs qui m'ont paru paralysés. Nous avons malheureusement la 5G Ultra Wideband de Verizon très proche de notre maison, qui n'est disponible qu'à l'extérieur, et je pense qu'ils sont impactés par cela. Nous en avons amené 4 à l'intérieur de notre maison, chacun à des moments différents, et 3 des 4 se sont ranimés en 5 minutes environ, je les ai alors relâchés à l'extérieur. Le quatrième a mis un peu plus d'une heure à se ranimer avant de pouvoir s'envoler."

 

Un autre observateur, à East Dover, Vermont, a écrit, il y a quelques jours :
"Nous cultivons 3 acres de cassis, 200 buissons de myrtilles (11 variétés) et une poignée d'autres plantes à baies originales. Notre petite ferme est certifiée biologique avec 3,24 ha ouverts certifiés (seulement 3 plantés) et le reste des 12,54 ha est boisé. Les cassis sont précoces et nos 4 variétés fleurissent toutes à quelques jours d'intervalle. Il y a tellement d'insectes pollinisateurs différents qui viennent dans les champs, y compris un certain type de bourdon avec un milieu rouge. C'est merveilleux de voir et d'entendre tous ces insectes de formes différentes travailler bruyamment.

"Ce printemps, alors que je marchais le long des rangées et que j'admirais toutes les fleurs du champ de devant, je me suis soudain arrêtée car le silence était presque total. Il y avait deux bourdons parmi les 2 225 cassissiers et leur bourdonnement était très perceptible parce que tout était si silencieux. Lorsque j'en ai parlé à un pomiculteur de cinquième génération, il m'a dit que non seulement il n'y avait pas de pollinisateurs cette année, mais que le moment était mal choisi. Par exemple, ses asperges étaient en avance de deux semaines (les nôtres aussi). Par rapport à 2020, la floraison de nos cassis était en avance de deux semaines cette année. Le printemps a été froid, mais j'aurais pensé que cela aurait pu retarder la floraison. C'est donc une autre raison pour laquelle les insectes n'étaient pas encore là. Deux semaines, c'est un délai énorme ! Les myrtilles étaient aussi généralement en avance et la succession habituelle des floraisons à travers les variétés a été modifiée.

"Le lendemain, j'ai couru chez Forever Wild, un éleveur d'abeilles, et j'ai obtenu une palette de quatre ruches. Il faisait trop froid pour qu'elles puissent voler, elles sont donc restés dans leurs ruches au milieu d'une magnifique floraison de cassis. Apparemment, les bourdons volent lorsqu'il fait moins de 10°C, mais les abeilles domestiques ont besoin d'une température d'au moins 15°C. L'éleveur d'abeilles a dit qu'elles pollinisaient un quart de l'État (Vermont) et que tous les gars du nord (surtout les pommes) parlaient de la même chose : pas de pollinisateurs et surtout pas de bourdons.

"Une autre curiosité cette année a été le fait que nous avons eu très peu de scarabées japonais. Cela pourrait être dû au fait que l'année a été extrêmement humide, mais il est intéressant de noter que les scarabées et les bourdons hivernent tous deux sous terre. De plus, lorsque j'ai rendu visite à mes parents en septembre à Concord, MA, ma mère a fait remarquer que tous les chênes avaient des taches sombres. Toutes les feuilles de nos arbres ont les mêmes taches ici, dans le sud du Vermont, en particulier celles des hêtres et des trembles. J'ai planté nos premiers plants de baies en 2014, je n'ai donc pas une vaste expérience personnelle de la possession et de la gestion d'une ferme, mais j'espère continuer mes observations et je prévois de recréer cette expérience avec le grillage en aluminium que Katie Haggerty a faite, sauf avec des cassis."

Une naturaliste grecque, Diana Kordas, a écrit en octobre un rapport détaillé depuis l'île de Samos, en Méditerranée orientale : "Je vis à la campagne à quelques kilomètres de la capitale de Samos, Vathi, qui se trouve au fond d'une grande baie, et en face du village touristique de Kokkari. En juillet de cet été 2021, une tour cellulaire 5G pilote a été mise en service au-dessus de Kokkari. Cette tour cellulaire est de l'autre côté de la baie, l'un de ses deux panneaux pointe directement vers nous, et elle est à la même hauteur au-dessus du niveau de la mer que notre propriété. Elle se trouve à environ 6 kilomètres.

" Là où nous vivons, nous sommes entourés de tours cellulaires et de boosters (14 au total) fonctionnant à des fréquences 2G, 3G et 4G. On a constaté une diminution progressive de la vie des insectes et des oiseaux ces dernières années, surtout depuis 2014, date à laquelle la 4G est arrivée ici. De nombreuses espèces sont touchées ; nous avons perdu les dernières lucioles (nous en avions beaucoup) il y a deux étés. Cela fait des années que nous n'avons pas eu d'insecte éclaboussé sur le pare-brise de la voiture alors que nous roulions. Mais depuis que cette tour cellulaire 5G a été mise en service de l'autre côté de la baie, nous avons perdu presque tous les pollinisateurs et bien d'autres choses encore.

"Au début de l'été, nous avions un grand nombre de pollinisateurs : bourdons, abeilles domestiques, plusieurs sortes d'abeilles sauvages, abeilles charpentières, guêpes de toutes sortes et syrphes. Nous avons tendance à les remarquer car nous cultivons tous nos propres fruits et légumes.

Nos cultures du début de l'été ont été pollinisées sans problème, mais les melons, les tomates et les courgettes que nous avons plantés au début du mois de juillet ont produit très peu de fruits car ils n'ont pas reçu beaucoup de pollinisateurs malgré les nombreuses fleurs. Pas une seule courgette n'a été pollinisée et les tomates n'ont produit que 3 fruits ; les melons (pas autant que nous l'aurions espéré) semblent avoir été pollinisés par de minuscules papillons de nuit.

5
"Nous possédons un terrain d'un hectare et demi, ce qui est une grande propriété pour l'île. Il comporte de nombreux grands arbres (pins, cyprès, caroubiers, pistachiers sauvages, oliviers, amandiers et un bosquet de gommiers mastic extrêmement rare) et quelques arbres fruitiers (abricots, prunes et poires) ainsi que des champs d'herbes et de plantes sauvages. Je tiens à préciser que nous n'utilisons aucun pesticide et que nos voisins n'en utilisent pas non plus. De plus, la plupart des terres qui nous entourent sont sauvages, tant en amont de la montagne qu'en aval de la mer. Notre propre terre n'a jamais reçu de pesticides et je dirais qu'il en va de même pour la plupart des terres qui nous entourent. Ce n'est PAS un problème de pesticides.

"Nous gardons également nos terres aussi sauvages que possible, et à l'exception des parcelles que nous cultivons, les plantes sauvages sont autorisées à pousser librement : herbes, fleurs (beaucoup d'orchidées), et beaucoup de fenouil sauvage. Il y a beaucoup de buissons et de haies (je ne connais pas les noms anglais de ces plantes). Beaucoup d'arbres ont plus de 100 ans, et certains cyprès ont plus de 300 ans.

"Lors de la plantation, nous avons tendance à faire des cultures intercalaires et à planter également des basils et des zinnias à fleurs, qui attirent les pollinisateurs, parmi les autres plantes. Nous mettons également des soucoupes d'eau pour qu'ils puissent s'y abreuver - les abeilles ont soif. Nous avons habituellement beaucoup d'abeilles, de papillons, de syrphes, de guêpes, etc., de nombreuses espèces, et nous avions beaucoup de pollinisateurs jusqu'à récemment. Le déclin a commencé en juillet, lorsque la tour a été mise en service.

"Les abeilles et autres pollinisateurs, et en fait la plupart des insectes, ont maintenant presque tous disparu. Nous le savons pour plusieurs raisons : l'une est ce que nous voyons (ou ne voyons pas) sur les plates-bandes de légumes, l'autre est ce que nous voyons généralement (ou ne voyons pas, c'est-à-dire presque rien) et la plus importante est ce que nous ne voyons pas sur les caroubiers. Chaque année à cette époque, les caroubiers mâles fleurissent abondamment et attirent des centaines de pollinisateurs : abeilles de toutes sortes, guêpes, frelons et syrphes. On ne peut pas s'approcher de ces arbres sans entendre un fort bourdonnement, et les insectes s'affairent sur eux toute la journée. Ces arbres fleurissent pendant environ un mois, ils sont en pleine floraison, et jusqu'à présent, il n'y a pratiquement rien eu sur eux : un bourdon, une abeille domestique, quelques frelons, quelques mouches de différentes espèces, un couple de minuscules abeilles sauvages. Nous vérifions plusieurs fois par jour, tous les jours.

"Ce n'est pas non plus dû à la météo. Depuis que les caroubiers sont en fleur, nous avons eu des conditions météorologiques variées, des vents forts du nord aux vents assez forts du sud, entrecoupés de nombreux jours calmes. Il a plu une fois.

6
Les températures sont dans la moyenne pour cette période de l'année. Qu'il y ait du vent ou non, qu'il fasse chaud ou frais, il n'y a pratiquement aucun pollinisateur sur les caroubes.

"Un jour, nous avons également vérifié la présence d'abeilles sur tous les caroubiers mâles que nous avons pu trouver entre ici et Kokkari, et nous n'avons trouvé aucun insecte sur aucun autre caroubier en fleur - ou aucun insecte du tout, à part quelques mouches.

"Les caroubiers en fleurs sont un bon indicateur des pollinisateurs car ils en attirent beaucoup. Les caroubiers en fleurs sont un bon indicateur de la présence de pollinisateurs, car ils en attirent un grand nombre. Certaines plantes ont un effet bénéfique, comme le traveller's joy/cat's claw, une vigne grimpante épineuse qui a des fleurs très odorantes et qui fleurit en cette saison (nous n'avons pas vu de pollinisateurs sur elles non plus) et les fleurs d'oignon, qui attirent tous les types de guêpes et de frelons (mais pas les abeilles). Nous n'avons pas de fleurs d'oignon en ce moment, mais les fois précédentes où nous en avons eu, nous avons eu un grand nombre de guêpes et de frelons, y compris de nombreuses espèces que nous ne reconnaissions pas.

"Sur nos terres, au moment où j'écris ces lignes, nous avons perdu non seulement les abeilles mais aussi toutes sortes d'autres insectes : des coléoptères de toutes sortes, y compris des hannetons et des coccinelles, des araignées qui tissent des toiles, des mantes, des papillons de nuit et des papillons (nous avons toujours de grandes nuées d'ombres sur les pins en juillet-août, mais presque pas cette année), des libellules de toutes sortes, des sauterelles et des grillons. Octobre est la saison des libellules, et nous avons actuellement le temps chaud et calme où elles arrivent par milliers. Cette année, nous avons peut-être 1/100e du nombre habituel. Nous avons quelques frelons (pas autant que d'habitude), des taons (moins que d'habitude) et des mouches (qui semblent de tous les insectes être les moins touchés).

"Nous avons encore des moustiques, mais je crois que la raison en est qu'ils se reproduisent dans notre citerne, qui a des murs de pierre de 61 cm d'épaisseur et un toit en ciment - elle est protégée des champs électromagnétiques. Les moustiques pénètrent par le tuyau de trop-plein et les minuscules interstices dans les pierres qui recouvrent les trous d'évacuation. Notre voisin, qui a une citerne à toit ouvert et qui avait des milliers de larves de moustiques dans l'eau (et un gros problème de moustiques) plus tôt dans l'été, n'a maintenant aucun moustique. J'ai vérifié, et il n'y a plus de larves dans l'eau de sa citerne.

"Je ne peux que penser que la tour cellulaire 5G est à l'origine de ces événements, car rien d'autre ne peut expliquer la chute soudaine et importante du nombre d'insectes ici. La tour a été mise en service en juillet et les pertes que nous constatons sont survenues depuis juillet. Je pense également que nous assistons à une baisse du nombre de petits rongeurs : rats, souris et campagnols. Nous ne perdons pas de fruits et légumes à cause des souris ou des rats, comme c'est toujours le cas. De plus, sur un terrain sauvage comme celui-ci, on a tendance à trouver leurs traces, ou à attraper des queues qui s'envolent dans le faisceau d'une torche la nuit, ou à les entendre (les rats des arbres peuvent être assez bruyants), et il semble qu'eux aussi soient partis ou s'en aillent. Mon voisin ne cesse de trouver des rats morts, mais il ne les empoisonne jamais, donc ils ne sont pas morts empoisonnés.

 

"Nous constatons également des changements dans le comportement des animaux. Nous nourrissons un certain nombre de chacals dorés qui ont des difficultés à chasser en raison du manque d'animaux sauvages dans la région. La baie de Samos est déjà entourée de nombreuses tours et amplificateurs cellulaires, en plus de la nouvelle tour cellulaire 5G, et la faune, y compris les insectes et les oiseaux, est en déclin depuis des années. Cependant, au cours des dernières semaines, le nombre de chacals qui viennent nous voir a triplé et ils présentent des symptômes d'anxiété extrême, Ils nous suivent le soir et commencent à apparaître dans la journée (ils sont principalement nocturnes). Il s'agit d'animaux sauvages que nous ne traitons pas comme des animaux de compagnie, mais certains d'entre eux deviennent carrément collants, s'approchant à quelques mètres et restant assis pendant des périodes de temps à quelques mètres de nous. Certains d'entre eux, qui n'étaient pas agressifs auparavant, ont commencé à devenir très agressifs avec d'autres chacals et des bagarres éclatent constamment.

 

"La région connaît également des problèmes avec les sangliers, qui sont également à la recherche de nourriture. Nous avons eu plusieurs rencontres trop rapprochées avec ces grands et dangereux animaux (qui apparaissent aussi à des moments où ils ne devraient pas, avant le coucher du soleil) et qui creusent de grandes portions de nos terres la nuit. J'ai été chargée par l'un d'eux et mon mari aussi. De nombreuses personnes les voient de jour, et ils ont creusé des jardins, des bosquets et les bords de la route. Cela ne s'était jamais produit auparavant.

 

"Le nombre d'oiseaux diminue. Nous avons encore un assez grand nombre de mésanges charbonnières et de fauvettes sardes, qui ont tendance à se réfugier dans la couverture profonde des haies épaisses et des grands arbres, mais nous avons perdu toutes les mésanges et les pinsons. Nous avons quelques merles, mais cela fait longtemps que nous n'avons pas vu de mésange charbonnière ou de troglodyte. Les rouges-gorges ne sont pas encore arrivés du nord, alors qu'ils devraient l'être maintenant. Nous avons un couple de chouettes hulottes mais les petites chouettes ont disparu. Nous avons des geais et des corbeaux, quelques colombes à collier (en diminution) et des pigeons ramiers, qui sont devenus peu nombreux ces derniers temps. Le nombre de goélands (goélands à pattes jaunes) est en baisse et les mouettes qui étaient toujours présentes sur la plage en contrebas de nos terres ont complètement disparu.

 

Les rapaces sont moins nombreux - nous avons habituellement des éperviers, des faucons d'Éléonore, des autour des palombes, des buses et des aigles à bec court, mais ils évitent cette zone maintenant bien que nous les voyions ailleurs, ainsi que des corbeaux.

 

"Nous n'avons pratiquement pas vu d'oiseaux migrateurs dans cette zone cet automne : quelques moucherons, quelques pies-grièches écorcheuses et une bande de mouettes rieuses volant vers la mer, c'est tout. Nous avons entendu mais pas vu une volée de guêpiers, qui ne se sont pas arrêtés ici comme ils le font habituellement.

 

"En conclusion, les tours cellulaires en général ont diminué le nombre d'insectes et de pollinisateurs dans cette zone, ainsi que le nombre d'oiseaux et la faune en général. La nouvelle tour cellulaire 5G a eu un effet dévastateur en très peu de temps, mais il est impossible d'en connaître toutes les conséquences avant le printemps prochain au plus tôt."

 

Ceux d'entre vous qui se souviennent des pare-brise de voitures éclaboussés d'insectes, des jardins embrasés de papillons et bourdonnant d'abeilles, des chœurs bruyants de grillons sur la terre ferme et de grenouilles dans les étangs, et des épaisses volées d'oiseaux chanteurs chantant leur joie de vivre, comprendront ce que je vais dire. Les téléphones portables ne sont pas là pour rester. La question de savoir si les gens sont prêts à les abandonner est une autre question.

 

Si les gens acceptent d'abandonner les téléphones portables, l'amélioration soudaine et spectaculaire de la santé et du bien-être de chacun, ainsi que le retour de toutes les espèces cousines perdues et en voie de disparition qui essaient encore de partager la Terre avec nous, redonneront de l'espoir à l'espèce humaine et catalyseront d'autres changements qui deviendront soudainement possibles.[...]

 

Si les gens ne renoncent pas volontairement aux téléphones portables, alors notre planète n'a plus beaucoup de temps à vivre, et les téléphones portables mourront avec la Terre. Dans tous les cas, ils ne sont pas là pour rester. S'il vous plaît, rejoignez-moi pour travailler à la restauration de notre maison. Si vous ne l'avez pas encore signé, signez l'Appel international pour stopper la 5G sur Terre et dans l'espace.

Références : dans le pdf au-dessus de l'article

 

Voir les commentaires

ONU et Forum économique mondial derrière la « guerre mondiale contre les agriculteurs »

1 Août 2022, 15:11pm

ONU et Forum économique mondial derrière la « guerre mondiale contre les agriculteurs »

Des experts disent que les objectifs de développement de l’Agenda 2030 sont à la base des politiques de durabilité qui pourraient conduire à des pénuries alimentaires

 

 Alex Newman 26 juillet 2022 Mise à jour : 27 juillet 2022

 

https://www.theepochtimes.com//un-and-world-economic-forum-behind-global-war-on-farmers-experts_4622598.html

 

 

L’escalade de l’attaque réglementaire contre les producteurs agricoles des Pays-Bas et des États-Unis au Sri Lanka et au-delà est étroitement liée aux objectifs de développement durable de l’Agenda 2030 des Nations Unies et aux partenaires de l’ONU au Forum économique mondial (WEF), ont déclaré de nombreux experts à The Epoch Times.

 

En effet, plusieurs des 17 objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU sont directement impliqués dans des politiques qui compriment les agriculteurs, les éleveurs et les approvisionnements alimentaires du monde entier.

 

Des membres de haut niveau du Parti communiste chinois (PCC) au sein du système des Nations Unies ont aidé à créer les ODD et aident actuellement à diriger la mise en œuvre du plan mondial par l’organisation, a déjà documenté The Epoch Times.

 

Si rien n’est fait, selon plusieurs experts, les politiques de durabilité soutenues par l’ONU en matière d’agriculture et de production alimentaire entraîneraient des ravages économiques, des pénuries de biens essentiels, une famine généralisée et une perte dramatique des libertés individuelles.


Déjà, des millions de personnes dans le monde sont confrontées à de dangereuses pénuries alimentaires, et les responsables du monde entier disent que celles-ci vont s’aggraver au fil de l’année.

 

Il y a un programme derrière tout cela, ont déclaré des experts à The Epoch Times.

Même la propriété foncière privée est dans la ligne de mire, alors que la production alimentaire mondiale et l’économie mondiale sont transformées pour atteindre les objectifs mondiaux de durabilité, selon des documents de l’ONU examinés par The Epoch Times.

 

Comme l’explique l’ONU sur son site Web consacré aux ODD, les objectifs adoptés en 2015 « s’appuient sur des décennies de travail des pays et de l’ONU ». L’une des premières réunions définissant le programme de « durabilité » a été la Conférence des Nations Unies sur les établissements humains connue sous le nom d’Habitat I, qui a adopté la Déclaration de Vancouver.

 

L’accord stipulait que « la terre ne peut pas être traitée comme un bien ordinaire contrôlé par des individus » et que la propriété foncière privée est « un instrument principal d’accumulation et de concentration de la richesse, contribuant donc à l’injustice sociale ».

 

« Le contrôle public de l’utilisation des terres est donc indispensable », a déclaré l’ONU, un prélude à la désormais tristement célèbre « prédiction » du Forum économique mondial selon laquelle d’ici 2030, « vous ne posséderez rien ».

 

De nombreuses agences et responsables de l’ONU ont exposé leur vision de la « durabilité » depuis lors, y compris des appels à des restrictions drastiques sur l’énergie, la consommation de viande, les voyages, l’espace de vie et la prospérité matérielle.

 

Les experts interrogés par The Epoch Times affirment que certains des chefs d’entreprise les plus riches et les plus puissants du monde travaillent avec les communistes en Chine et ailleurs dans le but de centraliser le contrôle de la production alimentaire et d’écraser les agriculteurs et les éleveurs indépendants.

 

Le WEF, un réseau de grandes entreprises multinationales qui collabore étroitement avec le PCC, est un « partenaire stratégique » de l’ONU pour l’Agenda 2030.

 

La réglementation croissante de la production alimentaire et même les efforts visant à fermer de nombreuses fermes et ranchs interviennent alors que des responsables du monde entier tels que le président américain Joe Biden et le chef du Programme alimentaire mondial des Nations Unies, David Beasley, mettent en garde contre les pénuries alimentaires imminentes dans le monde entier.

Mais au lieu d’assouplir les restrictions et d’encourager une plus grande production, les gouvernements occidentaux et de nombreux gouvernements dépendant de l’aide répriment encore plus durement.

 

Les agriculteurs néerlandais, déjà au point de rupture, ont réagi cet été par des manifestations massives à l’échelle nationale. Cela faisait suite à de violents troubles au Sri Lanka liés à des pénuries alimentaires causées par la politique gouvernementale.

 

Les gouvernements et les organisations internationales ont cité divers prétextes pour ces politiques, allant de l’augmentation de la « durabilité » et de la protection de la flore et de la faune diverses, à la promotion de la « justice économique » et même à la restitution des terres aux peuples autochtones.

 

Selon les critiques des politiques, cependant, l’objectif n’est pas du tout de préserver l’environnement ou de lutter contre le changement climatique. Au lieu de cela, les experts avertissent que le récit de la « durabilité » et les autres justifications sont un outil pour prendre le contrôle de l’alimentation, de l’agriculture et des personnes.

 

« L’objectif final de ces efforts est de réduire la souveraineté des nations et des peuples », a déclaré Craig Rucker, président du Comité pour un avenir constructif (CFACT), un organisme de politique publique spécialisé dans les questions environnementales et de développement.

 

« L’intention de ceux qui poussent ce programme n’est pas de sauver la planète, comme ils le prétendent, mais d’accroître le contrôle sur les gens », a-t-il déclaré à Epoch Times, ajoutant que l’objectif était de centraliser le pouvoir au niveau national et même international.

 

Objectifs de développement durable des Nations Unies – Agenda 2030

 

Les objectifs de développement durable de l’ONU, souvent appelés Agenda 2030, ont été adoptés en 2015 par l’organisation et ses États membres comme guide pour « transformer notre monde ». Salués comme un « plan directeur pour l’humanité » et une « déclaration d’interdépendance » mondiale par de hauts responsables de l’ONU, les 17 objectifs comprennent 169 cibles impliquant toutes les facettes de l’économie et de la vie.

 

« Tous les pays et toutes les parties prenantes, agissant en partenariat collaboratif, mettront en œuvre ce plan », déclare le préambule du document, notant à plusieurs reprises que « personne ne sera laissé pour compte ».

Entre autres éléments, le plan de l’ONU appelle à une redistribution nationale et internationale de la richesse dans l’objectif 10, ainsi qu’à « des changements fondamentaux dans la façon dont nos sociétés produisent et consomment des biens et des services ».

 

L’utilisation du gouvernement pour transformer toute l’activité économique est un élément essentiel des ODD, l’objectif 12 exigeant des « modes de consommation et de production durables ».

Parmi les cibles spécifiques énoncées dans l’objectif 12 figurent plusieurs d’entre elles sont directement liées à des politiques agricoles qui sapent la production alimentaire. Il s’agit notamment de « la gestion durable et de l’utilisation efficace des ressources naturelles ».

 

Peut-être plus important encore, le document exige « une gestion écologiquement rationnelle des produits chimiques et de tous les déchets tout au long de leur cycle de vie, conformément aux cadres internationaux convenus ».

 

En conséquence, les gens et en particulier les agriculteurs doivent « réduire considérablement leur rejet dans l’air, l’eau et le sol afin de minimiser leurs impacts négatifs sur la santé humaine et l’environnement ».

 

D’autres ODD qui sont directement liés à ce que les critiques ont appelé la « guerre contre les agriculteurs » comprennent l’objectif 14, qui traite de « la pollution marine de toutes sortes, en particulier des activités terrestres, y compris ... pollution par les nutriments. » L’ONU décrit régulièrement l’agriculture et la production alimentaire comme une menace pour l’océan.

 

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), dirigée par l’ancien vice-ministre de l’Agriculture et des Affaires rurales du PCC, Qu Dongyu, aide à mener la charge.

Dans son rapport de 2014 « Building a Common Vision for Sustainable Food and Agriculture: Principles and Approaches », l’agence des Nations Unies appelle à des restrictions drastiques sur l’utilisation des engrais, des pesticides, des émissions et de l’eau dans le secteur agricole.

 

À titre d’exemple de la façon dont l’agriculture doit être réformée pour être considérée comme durable par l’ONU, le rapport de la FAO déclare que « l’utilisation excessive d’engrais azotés est une cause majeure de pollution de l’eau et d’émissions de gaz à effet de serre ».

 

La FAO, basée à Rome, n’a pas répondu à une demande de commentaire.

 

Un autre des 17 ODD ayant un impact direct sur l’agriculture et la production alimentaire est l’Objectif 2, avec ses appels à « l’agriculture durable » et à la « production alimentaire durable ».

L’objectif 6, quant à lui, appelle à une « gestion durable de l’eau », qui comprend diverses cibles impliquant l’utilisation de l’eau à des fins agricoles et le ruissellement.

 

Parce que les dirigeants de l’ONU considèrent l’agriculture et la production alimentaire comme des contributeurs clés à ce qu’ils appellent le changement climatique d’origine humaine, l’objectif 13 est également important. Il appelle les gouvernements à « intégrer les mesures relatives au changement climatique dans les politiques, les stratégies et la planification nationales ».

 

L’objectif 15, qui traite de l’utilisation durable des écosystèmes terrestres, a également de multiples cibles qui affectent l’agriculture et la production alimentaire.

 

Partout dans le monde, les gouvernements nationaux et régionaux travaillent avec les agences des Nations Unies pour mettre en œuvre ces objectifs de durabilité dans l’agriculture et d’autres secteurs.

 

Par exemple, en réponse aux accords des Nations Unies sur la biodiversité, l’Union européenne a adopté divers programmes de biodiversité soutenus par l’ONU, tels que Natura 2000 et la Stratégie de l’UE pour la biodiversité à l’horizon 2030, qui ont été cités par le gouvernement néerlandais et d’autres dans leurs politiques agricoles.

 

L’ONU se vante également publiquement de son rôle dans l’imposition des ODD au Sri Lanka et dans d’autres pays souffrant de pénuries alimentaires et de calamités économiques liées aux mêmes programmes mondiaux de durabilité.

 

Partout dans le monde, presque tous les gouvernements nationaux disent qu’ils incorporent les ODD dans leurs propres lois et règlements.

 

Forum économique mondial 'Partenariat'

 

Aux côtés de l’ONU se trouvent diverses « parties prenantes » qui sont essentielles à la mise en œuvre de politiques de développement durable par le biais de « partenariats public-privé ».

Au cœur de cet effort se trouve le WEF, World Ecomomic Forum, qui depuis 2020 pousse à une transformation totale de la société connue sous le nom de « Grande Réinitialisation ». En 2019, le WEF a signé un « partenariat stratégique » avec l’ONU pour faire progresser l’Agenda 2030 au sein de la communauté mondiale des affaires.

 

L’accord officiel définit « des domaines de coopération pour approfondir l’engagement institutionnel et accélérer conjointement la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030 ».

 

De nombreux responsables clés de l’Agenda 2030, y compris de hauts dirigeants de l’ONU tels que l’actuel secrétaire général António Guterres – un socialiste autoproclamé – travaillent également avec le WEF depuis des décennies.

 

Pendant ce temps, le WEF a été clair quant à ses objectifs. Il a récemment lancé une « Food Action Alliance » (FAA) qui reconnaît sur son site Web que l’Agenda 2030 « informe l’ambition de la FAA de fournir une plate-forme durable et à long terme pour une action multipartite sur les systèmes alimentaires afin d’atteindre les ODD ».

 

Parallèlement au « Sommet des systèmes alimentaires » de l’ONU en septembre 2021, la FAA du WEF a publié un rapport décrivant son propre « programme de leadership pour la collaboration multipartite afin de transformer les systèmes alimentaires ».

 

Entre autres éléments, le document résume les idées de la FAA sur « le soutien aux partenariats transformateurs du système alimentaire et sa proposition de valeur au-delà du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires 2021 vers la réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies ».

 

La préoccupation publique du WEF pour la transformation de l’agriculture et de l’approvisionnement alimentaire remonte au moins à plus d’une décennie.

 

En partenariat avec diverses entreprises, le WEF a publié un rapport de 2010 décrivant une « nouvelle vision pour l’agriculture » qui comprenait une « feuille de route pour les parties prenantes ». Bon nombre des plus grandes entreprises alimentaires du monde qui dominent le marché et possèdent d’innombrables marques populaires sont impliquées.

 

Le site Web du WEF regorge d’informations censées justifier une transformation totale de l’approvisionnement alimentaire par les « parties prenantes ».

 

« Alors que les systèmes alimentaires mondiaux deviennent de plus en plus interconnectés, une coordination efficace entre un ensemble diversifié de parties prenantes sera nécessaire », déclare le WEF sur sa plate-forme « Strategic Intelligence », citant fréquemment la FAO comme source.

« Le potentiel d’élaborer de nouvelles approches systémiques des systèmes alimentaires qui incluent un large éventail de parties prenantes présente des opportunités pour aider à nourrir durablement le monde à l’avenir. »

 

Les références fréquentes de l’organisation aux « parties prenantes » se réfèrent aux gouvernements, aux entreprises et aux soi-disant organisations non gouvernementales qui sont souvent financées par ces mêmes entreprises et gouvernements. Ils travaillent tous ensemble sur la question.

 

Par exemple, le WEF se vante d’avoir amené des géants tels que Coca-Cola et Unilever dans le giron de la promotion d’un « avenir plus durable ».

 

La Fondation Rockefeller, qui a récemment publié un rapport sur la façon de « réinitialiser la table » et de « transformer le système alimentaire américain », est également un acteur clé. Les « Food Innovation Hubs » du WEF dans le monde entier devraient jouer un rôle majeur dans cette transformation mondiale.

 

S’adressant au Forum économique mondial sur « la transformation des systèmes alimentaires et de l’utilisation des terres » lors de la Semaine de l’agenda de Davos de l’année dernière, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a annoncé que les Pays-Bas accueilleraient le « Secrétariat mondial de coordination des Pôles d’innovation alimentaire de l’économie mondiale ».

 

Le secrétariat, a-t-il dit, « connectera tous les autres pôles d’innovation alimentaire » afin de faciliter la création « des partenariats dont nous avons besoin ».

 

Ni le WEF ni la Fondation Rockefeller n’ont répondu aux demandes de commentaires sur leur rôle dans l’Agenda 2030 et sur les politiques agricoles menées dans le monde.

 

D’autres organisations et entités impliquées dans la poussée comprennent de puissantes fondations exonérées d’impôt telles que la Fondation Gates, les gouvernements régionaux de style européen qui prolifèrent dans le monde entier et divers groupes financés par elles.

 

Faire pression sur les agriculteurs et l’approvisionnement alimentaire

 

Partout dans le monde, les politiques gouvernementales alignées sur les ODD de l’ONU font pression sur les agriculteurs, en particulier les petits producteurs indépendants incapables d’absorber les coûts supplémentaires de la réglementation et du contrôle supplémentaires.

 

Célébrant les idées de durabilité de l’ONU, le président sri-lankais récemment évincé Gotabaya Rajapaksa a annoncé lors du sommet de l’ONU sur le climat COP26 en 2021 que son gouvernement interdisait les engrais chimiques et les pesticides.


« Le Sri Lanka a récemment restreint les importations d’engrais chimiques, de pesticides et de désherbants en raison de problèmes de santé publique, de la contamination de l’eau, de la dégradation des sols et des impacts sur la biodiversité », a déclaré Rajapaksa aux dirigeants mondiaux, acclamés par tous.

 

« Bien que les lobbies bien établis s’y opposent, cela a créé des opportunités d’innovation et d’investissement dans l’agriculture biologique qui seront plus saines et plus durables à l’avenir. »

En réalité, même si elles ont été rapidement annulées, les politiques ont produit des pénuries alimentaires catastrophiques, une faim généralisée et, finalement, une révolte populaire qui a évincé le président et son gouvernement.

 

En 2019, le gouvernement socialiste sri-lankais s’est également associé au Programme des Nations Unies pour l’environnement pour établir la Campagne mondiale de l’ONU sur l’azote, qui promeut les politiques soutenues par l’ONU sur l’azote qui prolifèrent maintenant dans le monde entier.

 

Aux Pays-Bas, siège du secrétariat du « Food Innovation Hub » du WEF, les autorités imposent des politiques en matière d’azote qui devraient décimer le secteur agricole hautement productif du pays. Les plans comprennent également l’expropriation généralisée des fermes.

 

« Les plans d’expropriation du cabinet sont une déclaration de guerre pure et simple au secteur agricole », a déclaré le député néerlandais Gideon van Meijeren, du parti Forum pour la démocratie, cité par De Dagelijkse Standaard. « Sous de faux prétextes, les agriculteurs sont dépouillés de leurs terres, des fermes séculaires sont démolies et les familles des agriculteurs sont totalement détruites. »

Les experts ont mis en garde contre les conséquences dangereuses découlant de ces politiques de durabilité, notamment les pénuries alimentaires, la flambée des prix, les troubles sociaux, etc.

« Vous pouvez entrevoir l’avenir vert et durable en contemplant la Hollande et le Sri Lanka maintenant », a déclaré Bonner Cohen, chercheur principal au National Center for Public Policy Research, à The Epoch Times.

 

Et pourtant, l’ordre du jour se répand rapidement. La semaine dernière, les autorités fédérales canadiennes ont annoncé des restrictions similaires sur les engrais et l’azote après la mise en place de restrictions sur la production d’énergie, suscitant l’indignation des responsables provinciaux et des agriculteurs.

 

En Irlande, au Royaume-Uni et dans d’autres pays européens, diverses entités gouvernementales s’efforcent également de réduire la production agricole dans le cadre de programmes de durabilité.

Pendant ce temps, en plus de poursuivre les politiques qui paient les agriculteurs pour ne pas cultiver de nourriture, l’administration Biden cherche à imposer des mesures « environnementales, sociales, de gouvernance » soutenues par le WEF et à rendre compte aux entreprises par l’intermédiaire de la Securities and Exchange Commission des États-Unis.

 

Les associations agricoles et plus de 100 membres du Congrès soutiennent que le plan mettrait en faillite les propriétaires de petites et moyennes exploitations agricoles incapables de se conformer aux exigences en matière de rapports climatiques pour faire des affaires avec des entreprises publiques, alors même que le monde se dirige vers des pénuries alimentaires généralisées.

 

En partie, les experts disent que l’insistance sur ce genre de politiques est due au fait que ceux qui les imposent sont en grande partie isolés des dommages qu’elles causent.

 

« Les élites mondiales au sein du gouvernement, des organisations transnationales, des conseils d’administration d’entreprises – bien représentées au sein du WEF – sont tellement prises dans leur signal de vertu climatique, dont beaucoup espèrent bénéficier financièrement grâce à des investissements dans l’énergie verte, qu’elles sont lentes à remarquer qu’elles sont complètement détachées de la réalité », a déclaré Cohen du National Center for Public Policy Research, spécialisé dans les questions environnementales.

 

« Peu de ceux qui imposent des règlements aux agriculteurs ont jamais mis les pieds dans une ferme. En vertu du pouvoir et de la richesse que ces gens ont déjà, ils sont protégés des conséquences des politiques malavisées qu’ils imposent au reste du monde. Ce fardeau est supporté par les gens ordinaires du monde entier, dont la foule de Davos et leurs partenaires dans le crime ne savent rien. »

 

Petites exploitations indépendantes à risque : experts

 

La catastrophe du Sri Lanka offre un aperçu de ce qui arrivera aux États-Unis et à l’Europe si les décideurs politiques continuent de suivre le programme de durabilité de l’ONU, selon Sterling Burnett, titulaire d’un doctorat en éthique environnementale et dirigeant le Centre Arthur B. Robinson sur le climat et la politique environnementale de l’Institut Heartland à but non lucratif.

« Ce n’est pas une guerre contre l’agriculture ; c’est une guerre contre les petits agriculteurs et les agriculteurs indépendants », a-t-il déclaré à Epoch Times. « C’est une guerre en soutien à l’élite des grandes industries agricoles. »

 

Même si les ODD de l’ONU parlent d’aider les « petits producteurs d’aliments », Burnett a fait valoir que les fermes et les ranchs indépendants sont dans la ligne de mire de l’ONU pour aider à consolider le contrôle de l’approvisionnement alimentaire.

 

Les décideurs politiques sont « dans la poche » des principaux intérêts des entreprises, notamment Conagra, BlackRock, State Street, Vanguard et d’autres, a-t-il déclaré.

 

« Ils verraient tout aussi vite tous leurs petits concurrents mettre la clé sous la porte », a-t-il déclaré, faisant écho aux préoccupations exprimées par de nombreux autres experts.

 

Le PDG de BlackRock, Larry Fink, dont l’entreprise gère plus d’argent que toute autre entreprise dans le monde, « veut imposer ses valeurs aux entreprises qui utilisent l’argent des autres », a déclaré Burnett.

 

Fink, qui siège au conseil d’administration du puissant Council on Foreign Relations et travaille en étroite collaboration avec le WEF, est l’un des principaux architectes de la volonté d’imposer des mesures « environnementales, sociales et de gouvernance » aux entreprises américaines.

 

« Ce sont les super-riches qui imposent leurs valeurs au reste d’entre nous », a déclaré Burnett, désignant ceux qu’il dit heureux de travailler avec les communistes sur l’effort.

 

« En ce qui concerne le Forum économique mondial, vous ne pouvez pas avoir une grande réinitialisation si vous ne réinitialisez pas l’approvisionnement alimentaire, car la nourriture est nécessaire à tout le monde », a-t-il déclaré. Staline l’a reconnu : celui qui contrôle la nourriture contrôle le peuple. Pareil avec l’énergie.

 

Alors que les prix montent en flèche et que les agriculteurs font faillite, les grandes entreprises, de concert avec les gouvernements et les organisations internationales, vont recoller les morceaux.

En attendant, comme on l’a vu récemment au Sri Lanka, les personnes affamées poussées au bord du gouffre sont susceptibles de réagir.

 

« Les gens ne mouraient pas de faim le 6 janvier », a déclaré Burnett, faisant référence à la manifestation et à la brèche du 6 janvier 2021 au Capitole des États-Unis. « La crise de la chaîne d’approvisionnement est en train de se produire, les étagères sont déjà vides et quand les gens ont faim, ils ne restent pas assis et ne font rien. »

 

Le fondateur et président de l’American Policy Center, Tom DeWeese, un éminent expert et critique des notions de durabilité de l’ONU, a averti que la guerre contre les agriculteurs faisait partie d’un programme plus large visant à priver les gens de liberté.

 

« Toujours dans le passé, lorsque des forces tyranniques voulaient gouverner le monde, elles construisaient des armées et envahissaient, brisaient des choses, tuaient des gens et forçaient l’assujettissement », a déclaré DeWeese à Epoch Times. « Nous avons maintenant affaire à une force diabolique qui a trouvé un moyen de nous amener à renoncer volontairement à nos libertés et à les aider à nous subjuguer.

 

« Qu’est-ce qui pourrait être un outil aussi puissant ? La menace de l’Armageddon environnemental », a-t-il déclaré, citant le récit du changement climatique comme le meilleur exemple.

 

Citant de nombreux responsables et documents de l’ONU, DeWeese affirme que l’ordre du jour n’est pas de sauver le climat, mais de transformer la planète et de centraliser le contrôle de la population.

 

Outre l’ONU et le WEF, de grandes entreprises telles que Vanguard et BlackRock s’efforcent de prendre en charge et de contrôler l’approvisionnement alimentaire, a-t-il déclaré.

 

Déjà, une poignée d’entreprises dans lesquelles ces deux sociétés d’investissement sont les principaux actionnaires dominent l’industrie mondiale des aliments et des boissons. En prenant le contrôle de l’agriculture, ils contrôleront tout.

 

« L’objectif est d’avoir un contrôle total sur la production alimentaire », a-t-il déclaré, notant qu’ils cherchent à posséder toutes les semences et même à cultiver de la viande synthétique dans des installations déjà soutenues financièrement par Bill Gates et d’autres milliardaires.

 

Les cultures génétiquement modifiées figurent également en bonne place à l’ordre du jour.

 

L’ONU, le WEF et d’autres vont également de l’avant avec la promotion des insectes et des mauvaises herbes comme nourriture. Dans tout le monde occidental, les installations de production de protéines d’insectes apparaissent rapidement.

 

Mais cela devient encore plus sombre, dit DeWeese. « Si les gens meurent de faim, ils sont beaucoup plus faciles à subjuguer », a-t-il déclaré, ajoutant que le dépeuplement et le contrôle de l’humanité étaient à l’ordre du jour des élites mondiales depuis des décennies.

 

La « guerre contre les agriculteurs » intervient également au milieu de ce que les critiques ont décrit comme une « guerre contre l’énergie » soutenue par le gouvernement qui affecte l’agriculture et pratiquement tous les autres secteurs.

 

Cela comprend la limitation de l’exploration énergétique, la fermeture des centrales électriques, la facturation de frais et de taxes spéciaux et d’autres politiques qui ont entraîné une augmentation rapide des coûts dans le monde occidental, mais pas dans des endroits comme la Chine.

 

Les experts interrogés par The Epoch Times ont exhorté les Américains à résister à la guerre contre les agriculteurs et aux politiques de durabilité soutenues par l’ONU en utilisant divers moyens. Il s’agit notamment de s’impliquer politiquement, d’adopter différentes habitudes d’achat, de trouver d’autres sources de nourriture telles que les agriculteurs locaux et d’autres mesures.

 

Les responsables de l’ONU n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

 

Alex Newman

 

Alex Newman est un contributeur indépendant. Newman est un journaliste, éducateur, auteur et consultant international primé qui a co-écrit le livre « Crimes of the Educators: How Utopians Are Using Government Schools to Destroy America’s Children ». Il est directeur exécutif de Public School Exit, PDG de Liberty Sentinel Media et écrit pour diverses publications aux États-Unis et à l’étranger.

Voir les commentaires

Non aux vaccins obligatoires à tout âge pour les citoyens de l'Union Européenne !

28 Juillet 2018, 13:59pm

Appel de Pierre Lefèvre

 

     Ils veulent transformer l'Union Européenne en dictature au service de l'industrie pharmaceutique qui engrange des milliards de profits sur le dos de nos charges sociales et de nos impôts, ne les laissons pas faire !

 

 Vytenis ANDRIUKAITIS, docteur Hyde de l'Union Européenne.

Connaissez-vous le docteur Vytenis ANDRIUKAITIS ?

 

Il veut transformer l'Union Européenne en dictature à l'entière disposition de l'industrie pharmaceutique vaccinale mondiale.

   

     C'est le commissaire Européen, et lituanien, à la santé et à la sécurité alimentaire de l'Union Européenne. Hors indemnités et avantages divers, il touche tous les mois 19 909,89 € net de salaire. Comme tous les commissaires, il n'a jamais été élu par qui que ce soit pour nous représenter et agir en notre nom au sein de la Commission Européenne. 

     Son projet ? Il veut rendre obligatoire la vaccination dans toute l'Union Européenne, et à tous les âges de la vie !

 

     En effet, on apprend grâce à un courrier de Jean-Pierre Auffret au président de la Commission Européenne, Jean-Claude Juncker, que ce docteur ANDRIUKAITIS, dans une résolution du 19 avril 2018, « prépare une Initiative pour renforcer la « coopération » en ce qui concerne les maladies susceptibles d'être prévenues par vaccination. Toujours en l'absence de risque épidémique avéré, ce projet s'oriente nettement pour la systématisation à l'échelle de l'Europe d'un grand nombre de vaccinations au-delà de la petite enfance et tout au long de la vie (point 18 de la résolution) selon un calendrier européen indiquant les doses et les âges d'administration (communiqué du 26 avril). » (Pour télécharger la lettre, cliquez ici : Lettre de JP Auffret)

      

     Mieux encore, souligne l'auteur de la lettre : « les orientations « pédagogiques » affichées dans la Résolution du 19 avril et le communiqué du 26 » visent à :

« - condamner la propagation d'informations non fiables, fallacieuses ou sans caractère scientifique sur la vaccination », « lutter contre la propagation de telles informations trompeuses et renforcer les campagnes de sensibilisation et d'information visant à rétablir la confiance dans les vaccins […], y compris au moyen d'une plate­forme européenne destinée à élargir la couverture vaccinale et à lutter contre la désinformation (point 23) ;

- neutraliser les informations non fiables, fallacieuses ou sans caractère scientifique au sujet de la vaccination (point 24) ;

- élaborer un plan d'action global et complet de l'Union, qui aborde le problème social de la réticence à la vaccination (point 32) ;

- fournir des données en ligne, objectives, transparentes et actualisées sur les bénéfices et l'innocuité des vaccins ;

- réunir une coalition pour la vaccination " pour lutter contre les idées reçues" … »

 

     Notre apprenti dictateur, Vytenis ANDRIUKAITIS, souhaite donc imposer une « vérité scientifique » aux citoyens de l'UE.


     Le problème, c'est quelle vérité scientifique ?

     Où ce docteur Hyde ira-t-il puiser cette « Vérité » ?

 

     N'en doutons pas une seconde, dans les études tronquées et biaisées des laboratoires pharmaceutiques qui nous affirment sans arrêts que leurs produis sont sans danger !

 

     Sans danger, sans doute à l'image du Mediator (1800 morts), de la Dépakine (4100 victimes) du Vioxx (40 000 morts aux USA et 60 000 ailleurs dans le monde), des vaccins contre la grippe H1N1 ou contre la dengue (le vaccin français aux 65 morts d'enfants en mars 2018 aux Philippines).

 

Au sujet de la vaccination de masse obligatoire (où l'on injecte plus de 73 antigènes – 73 vaccins auxquels s'ajoutent de nombreux produits neurotoxiques, à des nourrissons qui ont entre 8 semaines (!) et 18 mois), nous voyons bien que les autorités politiques, administratives et judiciaires françaises ne reconnaissent pas notre droit fondamental d'être humain, et celui des enfants dont nous avons la responsabilité, à ne pas subir contre notre volonté le moindre traitement médical ou pharmaceutique.

 

Pourtant, ce droit fondamental est inscrit dans notre droit interne et dans différentes conventions internationales dont la France est signataire :

CODE CIVIL, « DU RESPECT DU CORPS HUMAIN » :

- Art. 16-1 : Chacun a droit au respect de son corps. Le corps humain est inviolable.

- Art. 16-3 : Il ne peut être porté atteinte à l'intégrité du corps humain qu'en cas de nécessité médicale pour la personne. Le consentement de l'intéressé doit être recueilli préalablement.

- Art. 16-4 : Nul ne peut porter atteinte à l'intégrité de l'espèce humaine.

CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE :

- Art. L.1111-4 : Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment.

CHARTE DES DROITS FONDAMENTAUX DE L'UNION EUROPÉENNE :

- Chap. 1, Art. 3 : Toute personne a droit à son intégrité physique et mentale. Dans le cadre de la médecine et de la biologie, doit notamment être respecté le consentement libre et éclairé de la personne concernée, selon les modalités définies par la loi.

CONVENTION D'OVIEDO DE 1997, RATIFIÉE PAR LA FRANCE EN 2012 :

- Art. 2 – « Primauté de l'être humain » : L'intérêt et le bien de l'être humain doivent prévaloir sur le seul intérêt de la société ou de la science.

 

Le classement sans suite de notre plainte pénale, signée par plus de 2000 personnes et l'omerta médiatique dont elle fait l'objet nous ont convaincus d'ajouter à notre combat judiciaire le combat politique.

Pour cela, nous avons transformé le collectif « Libre Consentement Éclairé » en association loi 1901 afin de profiter des prochaines échéances électorales pour essayer de nous faire entendre de nos concitoyens et faire reconnaître ces droits fondamentaux d'êtres humains qui sont bafoués par nos dirigeants corrompus et à la solde de Big Pharma.

 

Nous invitons donc tous ceux qui partagent nos valeurs, celles de la Déclaration universelle des droits de l'homme et du citoyen, et notre refus de nous transformer en esclaves de l'industrie pharmaceutique et des lubies de hauts fonctionnaires et dirigeants politiques, à nous rejoindre dans ce nouveau combat de résistance.

 

Face à Big Pharma and Co, n'hésitons pas, regroupons-nous et présentons une liste aux prochaines élections européennes, portons notre parole et nos propositions aux suffrages de nos concitoyens.

 

Lors de sa transformation en mouvement politique, le collectif a inscrit dans ses statuts les huit objectifs suivants :

1. Obligation vaccinale : Libre Consentement Éclairé souhaite la fin de l'obligation vaccinale en France et dans les États membres de l'Union européenne qui l'imposent, car cette dernière est un véritable anachronisme médical et n'est fondée sur aucune nécessité de santé publique mais sur la défense des seuls intérêts de l'industrie pharmaceutique vaccinale.

2. Médecines naturelles : Libre Consentement Éclairé souhaite que l'enseignement et l'accès aux médecines naturelles en France et dans les États membres de l'Union européenne (médecine et pharmacopée chinoises, homéopathie, herboristerie, etc.) soient reconnus d'utilité publique et que ces médecines bénéficient des mêmes modalités de prise en charge sociale que la médecine conventionnelle occidentale.

3. Ordre des médecins : Libre Consentement Éclairé souhaite la suppression de l'Ordre des médecins en France, véritable anachronisme social et médical créé sous le régime collaborationniste de Vichy avec l'occupant nazi en 1940 (loi du 7 octobre 1940, publiée au Journal officiel de la République française le 26 octobre).

4. Miviludes : Libre Consentement Éclairé souhaite la suppression de la Miviludes, véritable officine de police politique de la pensée médicale dont les décisions absurdes ont été sanctionnées par la justice administrative par un arrêt du Conseil d'État du 7 décembre 2017 et un jugement du tribunal administratif de Paris du 20 avril 2018 qui considère que « l'absence de reconnaissance ou d'évaluation officielle d'une pratique thérapeutique n'impliquait pas, par elle-même, un risque de dérive sectaire ».

5. Compteurs Linky : Libre Consentement Éclairé souhaite que soit supprimée l'obligation de remplacer les compteurs électriques par les compteurs Linky.

6. Agriculture : Libre Consentement Éclairé souhaite que l'agriculture, en France et dans les États membres de l'Union européenne, réponde aux normes de la production intégrée biologique (moyens biologiques et produits phytosanitaires naturels de protection des cultures, minimisation maximale des pesticides et produits chimiques, interdiction de recourir à des produits menaçant la biosphère ou une espèce animale ou végétale précise, rotation des cultures, jachère, assolements, travail du sol sans labour, etc.).

7. Alimentation biologique et collectivités : Libre Consentement Éclairé souhaite que l'alimentation biologique soit imposée dans les cantines scolaires et autres lieux publics de restauration (hôpitaux, maisons de retraite, etc.).

8. Référendum d'initiative citoyenne : Libre Consentement Éclairé souhaite l'instauration, en France et dans les États membres de l'Union européenne, de référendums d'initiative citoyenne sur pétition de 2 % des inscrits sur les listes électorales concernées, que ce soit au niveau des municipalités, des départements, des régions ou des États.

 

Le libre consentement éclairé, droit fondamental de tout être humain,

ne se négocie pas avec Big Pharma !

 

Avec nous, vous pensez qu'aucun gouvernement, aucun État, aucun médecin ou aucun fonctionnaire ne doit pouvoir nous imposer ou imposer à nos enfants un traitement médical, curatif ou préventif, ou une expérimentation médicale ?

 

Rejoignez-nous pour rappeler à nos dirigeants qu'en matière médicale et thérapeutique le libre consentement éclairé, issu du deuxième procès de Nuremberg qui a jugé les médecins nazis auteurs des pires atrocités commises au nom de la science et des bienfaits de l'humanité, ne se négocie pas ! Ni avec Big Pharma, ni avec ses valets, qu'ils soient hauts fonctionnaires, responsables politiques ou « experts scientifiques » !

 

Aucun vaccin ne doit être imposé aux familles, aux parents et à leurs enfants ou encore aux adultes. Rappelons qu'aux USA et au Canada, chaque citoyen peut s'opposer à la vaccination obligatoire au nom de sa liberté de conscience.

 

Comme le soulignent nos huit objectifs initiaux, la liberté thérapeutique et le libre consentement éclairé épousent la question plus globale de la citoyenneté et des décisions arbitraires qui nous sont imposées par les hauts fonctionnaires et les responsables politiques qui ne mettent jamais en œuvre, une fois qu'ils sont élus, leurs belles promesses électorales (qui n'engagent que ceux qui y croient, disaient avec tout le cynisme de la classe politique dirigeante, feu l'ancien ministre de l'intérieur Charles Pasqua).

 

Ces huit objectifs initiaux méritent d'être complétés, commentés, débattus, n'hésitez pas à nous envoyer vos suggestions et propositions par e-mail à l'adresse suivante : contact@libre-consentement-eclaire.fr.

 

Nous envisageons de tenir un symposium fondateur à la rentrée avec ceux qui vont nous rejoindre afin de compléter nos huit objectifs principaux et de les faire valider par un plus grand nombre.

 

Mais d'ores et déjà, nous avons besoin de vous pour :

  1. Constituer notre liste, rejoignez-nous afin d'être candidat (il faudra en principe une parité hommes-femmes), les professions médicales et paramédicales doivent être représentées dans cette liste, alors si vous êtes un professionnel de santé qui partage nos inquiétudes et nos objectifs, n'hésitez pas à nous contacter. Cette liste doit également être le reflet de la diversité sociale de notre pays, alors, quel que soit votre statut social et professionnel, l'important est d'être en accord avec les huit objectifs initiaux ; que vous soyez enseignant, ouvrier, cadre, militaire, etc., nous avons besoin de votre participation.

  2. Administrer notre futur site web, si vous savez mettre un site en ligne et que vous êtes disponible pour assurer sa conception graphique et être webmaster, vous êtes le bienvenu.

  3. Intervenir sur les réseaux sociaux, Facebook, Twitter, et autres réseaux sociaux n'a aucun mystère pour vous, mettez vos talents au service de notre combat citoyen pour le respect de notre liberté et de nos droits d'êtres humains.

  4. Riposter à la propagande étatique et médiatique pro-vaccinale, répondre rapidement et avec de bons arguments aux campagnes de propagande pro-vaccinale est important, si la communication de riposte vous inspire, n'hésitez pas à nous le faire savoir.

  5. Imaginez les slogans de la future compagne électorale, si vous avez l'esprit alerte et le sens du slogan, mettez vos dons au service de nos objectifs…

  6. Être militants, un combat politique est un combat militant, rejoignez-nous et devenez militant de Libre Consentement Éclairé.

  7. Financer nos actions, la cotisation annuelle des adhérents a été fixée à 50 euros, adhérez à Libre Consentement Éclairé en nous faisant parvenir un chèque de 50 euros à « Libre Consentement Éclairé », 91, rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris, FR.

Cliquez ici pour adhérer à Libre Consentement Éclairé.

Résistons !

Pierre Lefevre

europe2019@libre-consentement-eclaire.fr 

Voir les commentaires

Glyphosate, aluminium et autisme

30 Septembre 2014, 18:53pm

Publié par Ciel Voilé

pesticides field mask crop toxics-263x164

 
Christina Sarich – Le 15 septembre 2014 – Traduction Ciel voilé

 

http://www.globalresearch.ca/vaccines-and-monsantos-roundup-cause-autism-mit-scientist-exposes-consequence-of-glyphosate-and-aluminum-cocktail/5401955

 

En 2025, la moitié des enfants nés aux Etats-Unis seront diagnostiqués autistes,
selon le Dr Stephanie Seneff,  chercheuse scientifique et responsable de recherche au la boratoire d'Intelligence Artificielle et d’informatique de l’Institut de technologie du Massachusetts. Comme beaucoup d'autres, elle avance que l'autisme n'est pas seulement génétique - il est presque exclusivement dû à des facteurs environnementaux. Parmi eux le RoundUp de Monsanto ( glyphosate) et une forte exposition à un cocktail de métaux lourds comprenant l'aluminium.


Le docteur Seneff n'est pas respectée par les tours d'ivoire du paradigme de la médecine pharmaceutique ou de l'agriculture industrielle, mais elle a quelque chose à dire au sujet de l'autisme. Au départ, informaticienne elle s’est ensuite spécialisée en biologie et en toxicologie, aussi certains se plaisent-ils à attaquer ses lettres de créance. Mais ce que le Dr Seneff affirme est décisif, et de nombreux autres chercheurs traditionnels ont « négligé » de faire connaître ces découvertes.

 
Elle a étudié l'autisme depuis plus de 7 ans, ainsi que les facteurs environnementaux qui conduisent à la maladie. Une diminution de l'exposition au soleil, une mauvaise alimentation, les vaccins (en particulier l'aluminium et le mercure), ainsi que des toxines telles que le glyphosate du  Roundup sont à l'origine de la flambée des taux de l'autisme. Elle l’explique dans un exposé de deux heures donné récemment sur la chaîne Autisme One.


Aluminium et glyphosate


L’aluminium et le glyphosate interrompent spécifiquement le fonctionnement de la glande pinéale (sulfate de mélatonine), et conduisent à des taux élevés d'autisme. Elle présente le détail de sa recherche ici.


En outre, le glyphosate chélate le manganèse. Le docteur Seneff estime que le manque de manganèse en  quantités suffisantes  peut provoquer l'autisme. Le glyphosate favorise également l'absorption d'aluminium dans nos tissus, et interrompt une voie importante de l'absorption des acides aminés appelé la voie shikimique, dans nos intestins.


« Comment agit le glyphosate : il interrompt la voie du shikimate, une fonction métabolique des végétaux qui leur permet de créer des acides aminés essentiels. Lorsque cette fonction est interrompue, les plantes meurent. Les cellules humaines n'ont pas de voie shikimique, les scientifiques et les chercheurs en concluent que l'exposition au glyphosate serait sans danger pour l’être humain. »


En fait, les demandes industrielles concernant le RoundUp ne sont pas scientifiques. On l’utilise souvent estimant que c’est l'un des « plus sûrs » de tous les herbicides. Cette affirmation de Monsanto et d'autres revendeurs de produits chimiques, s'avère fausse : le Roundup est l'un des herbicides les moins sûrs sur le marché.


Par ailleurs, les scientifiques se sont trompés sur l’absence de voie shikimique humaine :
notre corps a besoin d’elle pour de nombreuses fonctions importantes, y compris se débarrasser de substances toxiques comme le Roundup ainsi que d'autres herbicides et pesticides.


« Le problème est que les bactéries ont une voie shikimique et nous abritons des millions de bonnes bactéries dans nos  intestins : notre flore intestinale. Ces bactéries sont  essentielles à notre santé. Notre système intestinal n'est pas seulement responsable de la digestion, mais aussi de  notre système immunitaire. Lorsque le glyphosate y pénètre, il détruit notre système intestinal et par conséquent, notre système immunitaire. »


Elle affirme : « Les effets sont insidieux. Vous ne verrez pas quand vous mangez un aliment qui contient du glyphosate, mais au fil du temps, vous vieillirez avant l’âge. »


Il est temps de réformer la chimie


Bien que les découvertes du Dr Seneff n’en soient qu’au stade de la recherche, beaucoup de familles ayant des enfants autistes ont choisi de changer radicalement l'alimentation de leurs enfants, en éliminant tous les pesticides, les herbicides et autant de neurotoxines que possible tout en mangeant de la nourriture biologique. Ils font souvent l’expérience de résultats incroyables : ils observent l'amélioration des habitudes de paroles de leurs enfants, de leurs capacités cognitives et de leurs compétences sociales en semaines et non en années. Cela peut paraître une preuve accessoire, mais cela conforte les découvertes du docteur Seneff.


Le taux de croissance de maladies telles que l'autisme, la maladie de Parkinson, la maladie d'Alzheimer et d'autres explose comme jamais on ne l’a jamais vu depuis 50 ans. Vous ne pouvez pas simplement écarter ce phénomène comme le résultat d’un « meilleur dépistage ou diagnostic. » Au cours des 5 dernières années seulement, le taux d'autisme a bondi de 1 sur 150 à 1 sur 50. Il s'agit d'une épidémie due à l'environnement, ce n'est pas génétique.


Quand on réalise que les niveaux de glyphosate présents dans le lait maternel des femmes sont dix fois supérieurs à ceux autorisés dans l'eau potable en Europe, que du glyphosate a été retrouvé dans le sang d’habitants de 18 pays différents, il faut s'interroger sur l’explosion de l'autisme d’un  point de vue autre que génétique, et faire des liens. Le glyphosate travaille en synergie avec d'autres causes de l'autisme - comme les vaccins (controversés, je sais).


« D'ordinaire, le corps est capable de se débarrasser de l’aluminium. L'intestin n’absorbera que  très peu de l’aluminium dans l'alimentation ... à supposer que vous ayez une bonne santé intestinale. Le glyphosate  affaiblit l’intestin, ce qui permet à  l'aluminium d’y entrer. Ce dont je me rends compte à présent c’est que l'aluminium dans les vaccins est beaucoup plus toxique si du glyphosate est aussi présent dans le sang. Les deux agissent en synergie, car le glyphosate forme une cage autour de l'aluminium et l'empêche d’être expulsé. L'aluminium finit par s'accumuler, et se trouver piégé par le glyphosate. L'aluminium se retrouve dans la glande pinéale, et ravage le sommeil, provoquant une cascade de problèmes dans le cerveau. Le glyphosate et de l'aluminium ensemble sont beaucoup plus toxiques que s'ils agissaient seuls. »


Le RoundUp est le produit chimique le plus utilisé dans de nombreux lieux de vie tels que les villes comme New York, pas seulement dans les fermes américaines. En seulement dix ans, l'utilisation du RoundUp dans les fermes américaines a augmenté de plus de 89%. Plus de 80 000 tonnes sont actuellement utilisées sur les OGM comme le maïs, le soja et d'autres cultures. Nous sommes massivement empoisonnés. Ce n'est plus l’industrie agroalimentaire contre les masses, cela a tout l’air d’un vrai génocide.


Vous pouvez visionner le discours de M. Seneff  sur la chaîne Autism One.
En outre, tous les articles du docteur  Seneff peuvent être étudiés pour corroborer ses affirmations selon lesquelles le glyphosate et l'aluminium, entre autres toxines environnementales, agissant en synergie, entraînent l'autisme :

  •  “Anthony Samsel and Stephanie Seneff, “Glyphosate’s Suppression of Cytochrome P450 Enzymes and Amino Acid Biosynthesis by the Gut Microbiome: Pathways to Modern Diseases” Entropy 2013, 15(4), 1416-1463; doi:10.3390/e15041416 (Download)

  • Robert M. Davidson, Ann Lauritzen and Stephanie Seneff, “Biological Water Dynamics and Entropy: A Biophysical Origin of Cancer and Other Diseases” Entropy 2013, 15, 3822-3876; doi:10.3390/ e15093822 (Download)
  • Stephanie Seneff, Ann Lauritzen, Robert Davidson and Laurie Lentz-Marino, “Is Encephalopathy a Mechanism to Renew Sulfate in Autism?” Entropy 2013, 15, 372-406; doi:10.3390/e15010372 (Download)
  • Stephanie Seneff, Ann Lauritzen, Robert Davidson and Laurie Lentz-Marino, “Is Endothelial Nitric Oxide Synthase a Moonlighting Protein Whose Day Job is Cholesterol Sulfate Synthesis? Implications for Cholesterol Transport, Diabetes and Cardiovascular Disease.” Entropy 2012, 14, 2492-2530; doi:10.3390/e14122492 (Download)
  • Stephanie Seneff, Robert M. Davidson and Jingjing Liu, “Is Cholesterol Sulfate Deficiency a Common Factor in Preeclampsia, Autism, and Pernicious Anemia?” Entropy 2012, 14, 2265-2290; doi:10.3390/e14112265 (Download)
  • Samantha Hartzell and Stephanie Seneff, “Impaired Sulfate Metabolism and Epigenetics: Is There a Link in Autism?” Entropy 2012, 14, 1953-1977; doi:10.3390/e14101953 (Download)
  • Stephanie Seneff, Robert M. Davidson, and Jingjing Liu, “Empirical Data Confirm Autism Symptoms Related to Aluminum and Acetaminophen Exposure,” Entropy 2012, 14, 2227-2253; doi:10.3390/e14112227 (Download)
  • Robert M. Davidson, and Stephanie Seneff, “The Initial Common Pathway of Inflammation, Disease, and Sudden Death,” Entropy 2012, 14, 1399-1442; doi:10.3390/e14081399 (Download)
  • Stephanie Seneff, Glyn Wainwright, and Luca Mascitelli, “Nutrition and Alzheimer’s Disease: The Detrimental Role of a High Carbohydrate Diet,” European Journal of Internal Medicine 22 (2011) 134-140; doi:10.1016/j.ejim.2010.12.017 (Download)
  • Stephanie Seneff, Glyn Wainwright, and Luca Mascitelli, “Is the Metabolic Syndrome Caused by a High Fructose, and Relatively Low Fat, Low Cholesterol Diet?” Archives of Medical Science, 2011; 7, 1: 8-20; doi:10.5114/aoms.2011.20598 (Download)
  • Stephanie Seneff, Robert Davidson, and Luca Mascitelli, “Might cholesterol sulfate deficiency contribute to the development of autistic spectrum disorder?” Medical Hypotheses, 8, 213-217, 2012(Download)

 
En savoir plus:
http://naturalsociety.com/dr-stephanie-seneff-mit-scientist-explains-synergistic-effect-aluminum-glyphosate-poisoning-cause-skyrocketing-autism/#ixzz3DtspSBe5

 

Liens :

1/   http://naturalsociety.com/30-jump-autism-rate-begs-chemical-reform/

2 / http://people.csail.mit.edu/seneff/

3/ http://fr.wikipedia.org/wiki/Acide_shikimique

4 / https://www.youtube.com/watch?v=h_AHLDXF5aw&feature=youtu.be

5 / http://wyebrookfarm.com/an-interview-with-jeffery-smith-and-dr-stephanie-seneff-glyphosate/

6/ https://au.tv.yahoo.com/sunrise/factsheets/article/-/7013716/mum-i-em-cured-em-my-sons-em-autism-em-with-em-diet-em/

7/ http://naturalsociety.com/roundup-breast-milk-moms-say/

8/ http://www.alternet.org/food/meet-controversial-mit-scientist-who-claims-have-discovered-cause-gluten-sensitivty?paging=off&current_page=1#bookmark

9/ http://www.epa.gov/opp00001/pestsales/07pestsales/usage2007_2.htm#3_6

10/ https://www.youtube.com/watch?v=a52vAx9HaCI

 

 

Voir les commentaires

L'agriculture moderne est militarisée

4 Mai 2021, 16:24pm

L'agriculture moderne est militarisée

 

Dr Joseph Mercola 13 avril 2021

 

https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2021/04/13/militarized-agriculture.aspx

 

 

L'histoire en un coup d'œil

 

En 2019, l'Iowa comptait 3 963 exploitations d'alimentation animale concentrées (CAFO), c'est-à-dire celles comptant 1 000 animaux ou plus, contre 789 en 1990.

 

En tant que leader des États producteurs de porcs, l'Iowa comptait plus de 22,7 millions de porcs en 2017, qui produisent 30,844 millions de tonnes de fumier par an - au moins 68 fois la quantité de déchets fécaux produits par les 3,15 millions d'habitants de l'Iowa.

 

Les bassins versants du nord-ouest de l'Iowa sont massivement pollués par les nitrates, résultat de l'expansion incontrôlée des exploitations agricoles.

 

En décembre 2020, les associations Iowa Citizens for Community Improvement et Food & Water Watch ont intenté un procès à l'État pour ne pas avoir protégé le droit des habitants à une eau propre, arguant que le nombre croissant d'exploitations porcines, soumises à peu de restrictions en matière de pollution, contaminait la rivière Raccoon par le ruissellement du fumier et des engrais.

 

En agissant à titre individuel pour être des agents du changement, nous pouvons tous faire des vagues qui éloignent l'agriculture de la militarisation industrielle et l'orientent vers des pratiques régénératives qui ont un réel potentiel pour nourrir le monde et guérir la planète.

 

S'il y avait un exemple parfait de tout ce qui ne va pas dans l'agriculture moderne, l'Iowa serait un bon favori. En 2019, l'État comptait 3 963 grandes exploitations d'alimentation animale concentrées (CAFO) - qui désignent celles comptant 1 000 animaux ou plus - contre 789 en 1990.1 La grande CAFO porcine moyenne de l'Iowa compte au moins 2 500 porcs, tandis que certaines en hébergent 24 000.

 

En tant que leader des États producteurs de porcs, l'Iowa comptait plus de 22,7 millions de porcs en 2017, qui produisent 30,844 millionss de tonnes de fumier par an - au moins 68 fois la quantité de déchets fécaux produits par les 3,15 millions d'habitants de l'Iowa, selon l'Environmental Working Group.2

 

D'ici 2021, le nombre de porcs dans l'Iowa sera passé à 25 millions, selon un éditorial d'Art Cullen, rédacteur en chef du Storm Lake Times3, qui fait remarquer que "pour nourrir ces porcs, nous cultivons 92 % des acres de l'État pour cultiver du maïs et du soja, le plus grand nombre de tous les États."

 

Si l'on ajoute les quantités massives d'engrais, de pesticides et de déchets qui s'écoulent, ce système d'agriculture industrielle - qui existe non seulement dans l'Iowa mais aussi dans le monde entier - est responsable de l'exploitation et de la destruction de l'environnement.

 

Nous ne pouvons pas supporter cette charge

 

Cullen détaille les atrocités de l'agriculture moderne, qui pollue les rivières et ruine les réserves d'eau. Aux États-Unis, l'agriculture représente la plus grande menace pour la qualité de l'eau et est responsable à elle seule de la dégradation des réserves d'eau potable dans tout le pays. Les principaux coupables sont l'azote, les phosphates et d'autres toxines qui s'écoulent des terres cultivées industrielles (maïs et soja génétiquement modifiés) et des exploitations agricoles abandonnées.

 

Dans le Midwest, l'Iowa est au cœur de la tempête, car il est le leader de la production de maïs et de soja aux États-Unis et l'un des principaux producteurs de porcs, d'œufs, de bovins et de poulets issus d'élevages industriels. En fait, plus de 85 % des terres de l'Iowa sont utilisées pour l'agriculture4, dont une grande partie en bordure de cours d'eau importants.

 

Plus de la moitié (58 %) des rivières et des ruisseaux de l'État ne respectent pas les normes fédérales de qualité de l'eau, ce qui les rend impropres à la baignade et à la pêche, tandis que 23 % sont "potentiellement altérés "5.

 

Le département des ressources naturelles de l'Iowa affirme que 92 % de l'azote et 80 % des phosphates présents dans les cours d'eau sont le résultat des exploitations agricoles industrielles et des CAFO.6 L'Agence américaine de protection de l'environnement affirme également que le fumier issu de l'agriculture industrielle est la principale source d'azote et de phosphore dans les cours d'eau américains.7

 

Les dommages qui en résultent comprennent un excès de nutriments qui entraîne une prolifération d'algues, appauvrissant l'eau en oxygène et tuant les poissons et autres formes de vie marine dans des zones mortes étendues.

 

Ce phénomène, combiné à l'excès d'engrais appliqués aux monocultures comme le maïs et le soja, envoie un flux constant d'azote et de phosphore vers les eaux de surface et souterraines, propageant au passage des organismes potentiellement pathogènes et des quantités insoutenables de nutriments. Cullen a fait remarquer8

"Avec l'Illinois, nous contribuons le plus à la mort lente du golfe du Mexique, asphyxié par un excès d'engrais azotés. Nous tuons les mauvaises herbes avec des produits chimiques cancérigènes pour faire pousser le maïs qui nourrit les porcs qui polluent les rivières, et c'est un article de foi que nous ne pouvons rien y faire.

 

... Le législateur a fait en sorte que personne ne puisse suivre les élevages ou leurs plans de gestion du fumier. Le coordinateur de l'État pour l'alimentation confinée a été supprimé. L'inspection se fait sur plainte. C'est ainsi qu'elle est prévue. Il n'y a pas de limite au nombre de porcs qui peuvent entrer. Ils ne cessent d'arriver... Nous ne pouvons pas gérer cette charge".

 

Les expansions de CAFO dans l'Iowa ruinent les bassins versants

 

Les bassins versants du nord-ouest de l'Iowa sont accablés par la pollution par les nitrates, résultat d'une expansion incontrôlée des exploitations agricoles. Les régions où la densité de bétail est la plus élevée présentent les niveaux de nutriments les plus élevés dans les cours d'eau, notamment dans la rivière Raccoon9.

 

En décembre 2020, Iowa Citizens for Community Improvement et Food & Water Watch ont intenté un procès à l'État pour ne pas avoir protégé le droit des résidents à une eau propre et ont fait valoir que le nombre croissant d'élevages porcins, soumis à peu de restrictions en matière de pollution, contaminait la rivière par ruissellement du fumier et des engrais.10 Le bassin versant de North Raccoon comptait 261 CAFO en 2006, chiffre qui est passé à 619 en 2021.11

 

Bien que les nouveaux CAFO soient tenus de déposer un plan de gestion du fumier auprès du comté, les agriculteurs sont légalement autorisés à épandre jusqu'à 240 livres d'azote par acre, soit 70 % de plus d'azote que ce dont la plupart des corps de maïs ont besoin.12

 

Selon Cullen, "le complexe industriel agricole, étroitement lié par la chimie au complexe militaire ... laisse l'agriculteur, l'ouvrier, la terre et la communauté comme des actifs à exploiter. C'est ce qui s'est passé dans l'Iowa "13.

 

En 1949, Aldo Leopold, originaire de l'Iowa, a publié un essai intitulé "The Land Ethic", qui appelle les gens à être moralement responsables du monde naturel14 .

 

"Tout ce qu'il imaginait se réalise : les rivières ont perdu leur vie d'antan, le sol les emporte et en dominant le paysage, nous nous diminuons nous-mêmes. Il a suggéré que nous vivions en tant que citoyens de la terre plutôt qu'au-dessus d'elle", a déclaré Cullen.15 Mais si les efforts pour soutenir l'agriculture régénérative se multiplient, de nombreux obstacles se dressent encore sur le chemin.

 

Gates Ag One : l'agriculture numérique

 

Tout en prétendant sauver le monde par le biais de la philanthropie, Bill Gates se lance dans tous les domaines qui ont trait au maintien de la vie mais qui, depuis plus d'une décennie, sapent la vitalité sous toutes ses formes, dans le but d'en prendre le contrôle et d'en tirer profit. Dans mon entretien avec Vandana Shiva, docteur en philosophie, elle a parlé de Gates Ag One16, dont le siège est à St. Louis, dans le Missouri, où se trouve également le siège de Monsanto.

 

" Gates Ag One, c'est un [type] d'agriculture pour le monde entier, organisé de haut en bas. Elle a écrit à ce sujet. Nous avons une section entière sur ce sujet dans notre nouveau rapport17, "Gates to a Global Empire", a-t-elle déclaré. Cela inclut l'agriculture numérique, où les agriculteurs sont surveillés et exploités pour leurs données agricoles, qui sont ensuite reconditionnées et revendues.

 

Jusqu'à présent, l'organisation de Shiva a réussi à empêcher Gates de lancer une start-up de surveillance des semences, où les agriculteurs ne seraient pas autorisés à cultiver des semences à moins d'être approuvés par le système de surveillance de Gates. L'exploration des données, selon Shiva, est nécessaire parce qu'ils ne connaissent pas vraiment l'agriculture.

 

C'est pourquoi Gates finance le contrôle des agriculteurs. Il doit exploiter leurs données pour apprendre comment l'agriculture est réellement pratiquée. Ce savoir est ensuite reconditionné et revendu aux agriculteurs. C'est le génie du mal à son extrême.

 

Grâce à son financement, Gates contrôle désormais aussi l'approvisionnement mondial en semences et son financement de la recherche sur l'édition de gènes a sapé les lois sur la biosécurité dans le monde entier. Comme l'explique Shiva, les États-Unis sont le seul pays à ne pas avoir de lois sur la biosécurité. "Le reste du monde en a, car nous avons un traité appelé le protocole de Carthagène sur la biosécurité", dit-elle.

 

"Alors qu'il a créé l'apparence de la philanthropie, ce qu'il fait, c'est donner des petits bouts d'argent à des institutions très vitales. Mais avec ces petits bouts d'argent, il attire l'argent du gouvernement, qui faisait fonctionner ces institutions. Maintenant, grâce à son influence, il prend le contrôle de l'agenda de ces institutions. Dans le même temps, il pousse le brevetage, que ce soit pour les médicaments, les vaccins ou les semences."

 

Le sommet alimentaire de l'ONU s'incline devant la technologie des multinationales,

Gates est également lié au Sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires de 2021, que des centaines d'agriculteurs et de groupes de défense des droits de l'homme boycottent en raison de sa domination par les intérêts des multinationales. Le Sommet prétend se réunir pour "lancer de nouvelles actions audacieuses pour transformer la façon dont le monde produit et consomme les aliments", mais les critiques disent qu'il favorise les intérêts de l'agrobusiness, les fondations d'élite et l'exploitation des systèmes alimentaires africains19.

 

Agnes Kalibata, l'ancienne ministre rwandaise de l'agriculture, aujourd'hui présidente de l'Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA), une organisation financée par la Fondation Bill & Melinda Gates,20 a été nommée à la tête de l'événement.

 

L'AGRA est essentiellement une filiale de la Fondation Gates, et si certains de ses projets semblent être bénéfiques, la plupart de ses objectifs sont centrés sur la promotion de la biotechnologie et des engrais chimiques. L'AGRA a été lancée en 2006 grâce à un financement de la Fondation Gates et de la Fondation Rockefeller.

Après plus d'une décennie, l'influence de l'AGRA a considérablement aggravé la situation dans les 18 nations africaines ciblées par cette entreprise "philanthropique". Sous la direction de l'AGRA, la faim a augmenté de 30 % et la pauvreté rurale a connu une hausse spectaculaire.21

 

Shiva a également parcouru le monde pour mettre en garde d'autres pays, y compris ceux d'Afrique, contre les plans visant à déplacer les agriculteurs ruraux afin que les investisseurs puissent transformer les terres en fermes industrielles pour exporter les produits de base. Elle a déclaré :22

 

"Une poignée de sociétés multinationales ... est à l'origine de l'extinction des espèces. Les poisons qu'elles ont déployés poussent à la disparition des abeilles, à la disparition des pollinisateurs, à la disparition des insectes, à la disparition de la biodiversité.

 

L'agriculture industrielle ne détruit pas seulement la biodiversité, elle détruit les sols et libère de grandes quantités de gaz à effet de serre dans l'atmosphère ... Ce n'est pas un système alimentaire. Ce n'est pas un système écologique. C'est une recette pour la destruction de la santé de la planète et la destruction de notre santé."

 

Vivre avec la terre est la clé

 

L'agriculture et l'élevage régénératifs sont les étapes suivantes et supérieures de l'alimentation et de l'agriculture biologiques - exemptes de pesticides toxiques, d'OGM, d'engrais chimiques et de CAFO, et régénératrices en termes de santé du sol, de l'environnement, des animaux et des agriculteurs ruraux.

 

Comme l'a dit Shiva, "l'agriculture régénératrice apporte des réponses à la crise des sols, à la crise alimentaire, à la crise climatique et à la crise de la démocratie".23

 

Cullen espère également qu'un changement positif est à portée de main, même en Iowa:24

 

"Nous avons l'occasion de revenir à une éthique qui peut nous soutenir. La conversation est en train de changer pour savoir comment nous pouvons vivre avec la terre. Les rendements de maïs et la production porcine ont augmenté de façon fantastique au cours du dernier demi-siècle. Pourtant, nous nous sommes rabaissés dans le processus.

 

... L'éthique de la terre de Leopold a une chance, et elle pourrait faire renaître tant de choses qui sont mortes à cause d'un système anti-vie construit pour le profit de quelques-uns, pris à la multitude... Les agriculteurs de tout l'Iowa retrouvent cette voie en adaptant les pratiques durables comme ils le peuvent."

 

À petite échelle, vous pouvez aider en soutenant vos agriculteurs biologiques et régénératifs locaux en achetant leurs produits sur les marchés de producteurs locaux ou en achetant votre viande et vos produits laitiers directement auprès de votre ferme locale. Un nombre croissant de propriétaires convertissent également leur jardin en un aménagement paysager comestible en utilisant des méthodes biologiques et régénératrices.

 

En agissant au niveau individuel pour être des agents du changement, nous pouvons tous faire des vagues qui éloignent l'agriculture de la militarisation industrielle et l'orientent vers des pratiques régénératrices qui ont un réel potentiel pour nourrir le monde et guérir la planète.

Voir les commentaires

Des scientifiques de renommée mondiale voient leur laboratoire fermé après une découverte inquiétante

4 Mai 2021, 18:24pm

Des scientifiques de renommée mondiale voient leur laboratoire fermé après une découverte inquiétante

Ces deux scientifiques sont le Dr Gatti et le Dr Molinari

17 avril 2018

https://www.collective-evolution.com/2018/04/17/world-renowned-scientists-have-their-lab-shut-down-after-troublesome-vaccine-discovery/

 

Récemment, la police italienne a fait une descente à leur domicile, la police a pris tous les actifs numériques qui appartenaient aux deux scientifiques "nano-pathologistes", y compris les ordinateurs portables, les ordinateurs, et les flash-drives, essentiellement des années de travail et de recherche.

 

James Grundvig, via le World Mercury Project, décrit très bien ce qui s'est passé :

"Parce que Gatti et Montanari ont porté leurs recherches sur les nanopoussières et les nanoparticules, de l'in-vivo (effectué dans un organisme vivant) et in-vitro (effectué dans un tube à essai) à ce qu'une contamination invisible pourrait résider dans les vaccins en 2016, ils sont passés sous le microscope des autorités américaines, européennes et italiennes.

 

Ils osaient touché la troisième vache à lait de la médecine. Ils avaient franchi la zone interdite, le crime supposé étant la recherche et la découverte scientifiques. En découvrant une nano-contamination dans des vaccins choisis au hasard, Gatti et Montanari ont révélé pour la première fois ce que personne ne savait : les vaccins ne contenaient pas seulement des adjuvants à base de sels d'aluminium, du Polysorbate-80 et d'autres produits chimiques inorganiques, mais aussi de l'acier inoxydable, du tungstène, du cuivre et d'autres métaux et éléments rares qui n'ont rien à faire dans des vaccins administrés à des fœtus, des femmes enceintes, des nouveau-nés, des bébés et des enfants en bas âge qui développent leurs poumons, leur système immunitaire et leur système nerveux".

 

Les scientifiques ont publié leurs travaux en janvier 2017, sous le titre New Quality-Control Investigations on Vaccines : Micro- et nano-contamination. Si la science n'était pas rongée par la corruption, une enquête aurait dû être lancée, les agences de santé se seraient impliquées et les politiques de sécurité des vaccins auraient fait l'objet d'un examen approfondi, mais cela n'est jamais arrivé.

 

Vous trouverez ci-dessous une interview récente des deux personnes, réalisée par Surêté Vaccins, dont la description rapide de la vidéo est la suivante,

 

"Deux chercheurs italiens ont découvert que les nanoparticules polluent presque tous les vaccins. La petite taille de ces particules leur permet de pénétrer dans nos cellules et d'avoir un effet inflammatoire permanent. Mme Gatti était sur le point de témoigner dans le cadre d'une enquête parlementaire sur les dommages causés par les vaccins des cours militaires italiens, mais les deux chercheurs ont fait l'objet d'une descente de police et tout leur matériel a été confisqué".

 

Les nanoparticules sont de très petits morceaux de matière, et elles peuvent pénétrer dans le corps humain, comme l'ont découvert ces deux scientifiques dans les années 90. C'est pourquoi nous disposons de tant de recherches publiées établissant un lien entre divers produits chimiques, comme les agents de nettoyage, et la destruction de la santé humaine.

 

Ces nanoparticules sont produites par les incinérateurs de déchets, la circulation automobile et de nombreuses autres façons. Comme elles flottent dans l'air, nous pouvons les inhaler, ce qui signifie qu'elles pénètrent dans nos poumons et passent ensuite dans le sang en quelques minutes. Cela entraîne un certain nombre de problèmes.

 

Ces particules sont transportées par le sang vers toutes les parties du corps, comme l'explique la vidéo ci-dessous. Lorsqu'elles pénètrent dans les tissus, le corps ne peut pas s'en débarrasser. Ces particules restent donc là pour toujours et sont à l'origine de diverses maladies que nous observons aujourd'hui.

 

Ils expliquent comment ils ont analysé et étudié les vaccins au cours des 15 dernières années.

 

"Autant dans le vaccin que dans le tissu touché par les particules contenues dans les vaccins. Nous avons découvert que ces vaccins étaient pollués par des particules, ces particules étaient contenues de manière égale dans le vaccin et dans le tissu, donc nous avons commencé à analyser les vaccins."

 

Ils poursuivent en expliquant, en ce qui concerne leur étude la plus récente sur les vaccins ,

 

"Après un certain temps, une université italienne nous a envoyé une étudiante pour sa thèse, et nous avons analysé 19 vaccins différents avec elle, trouvant qu'ils étaient tous pollués par des micro et nano particules. Puis nous avons continué à les analyser et maintenant nous avons analysé environ 30 vaccins avec de nombreux échantillons de chaque vaccin, et, nous avons découvert qu'ils étaient tous pollués..."

 

Au final, ils ont analysé 44 vaccins différents. Tous contenaient ces particules nocives, qui sont des corps étrangers entrant dans le corps humain. Chaque fois que cela se produit, le corps a une réaction, et ce n'est pas bon.

 

"Ces corps étrangers, ces particules, sont comme une balle. Si je tire sur quelqu'un, et que la balle fait un trou dans le cœur, peu importe que la balle soit en acier inoxydable, en titane, en fer ou autre, l'important est qu'elle ait fait un trou dans le cœur."

 

Ils y parlent un peu de l'étude et de ce qui se passe actuellement.

C'est tout simplement la vérité sur la science moderne qui continue d'être ignorée.

Il y a trois citations que j'aime utiliser pour illustrer au mieux ce que j'essaie de faire comprendre ici,

Dans le cas de la médecine, beaucoup d'informations ont émergé montrant à quel point la corruption est présente dans l'industrie.. Les rédacteurs en chef de plusieurs grandes revues médicales n'ont pas mâché leurs mots, l'un des meilleurs exemples étant sans doute celui du Dr Richard Horton, actuel rédacteur en chef du Lancet, qui déclare :

"L'argument contre la science est simple : une grande partie de la littérature scientifique, peut-être la moitié, peut tout simplement être fausse."

 

Le Dr Marcia Angell, médecin et rédactrice en chef de longue date du New England Medical Journal (NEMJ), également considéré comme l'une des revues médicales à comité de lecture les plus prestigieuses au monde, aux côtés du Lancet, a déclaré ce qui suit :

 

"Il n'est tout simplement plus possible de croire une grande partie des recherches cliniques publiées, ni de se fier au jugement de médecins de confiance ou à des directives médicales faisant autorité. Je ne prends aucun plaisir à cette conclusion, à laquelle je suis parvenu lentement et à contrecœur au cours de mes deux décennies en tant que rédacteur en chef du New England Journal of Medicine."

 

John Ioannidis, épidémiologiste à la faculté de médecine de l'université de Stanford, a publié un article intitulé "Pourquoi la plupart des résultats de recherche publiés sont faux", qui est ensuite devenu l'article le plus consulté de l'histoire de la Public Library of Science (PLoS). (source)

 

Voici une autre excellente citation d'Arnold Seymour Relman (1923-2014), professeur de médecine à Harvard et ancien rédacteur en chef du New England Medical Journal :

 

"La profession médicale est en train d'être achetée par l'industrie pharmaceutique, non seulement en termes de pratique de la médecine, mais aussi en termes d'enseignement et de recherche. Les institutions universitaires de ce pays se permettent d'être les agents rémunérés de l'industrie pharmaceutique. Je pense que c'est honteux".

 

Autres exemples de corruption

 

En 2016, un groupe de scientifiques du CDC nommé, SPIDER (Scientists Preserving Integrity, Diligence and Ethics), a publié une liste de plaintes sous la forme d'une lettre au chef de cabinet du CDC, où ils disent ,

 

"Il semble que notre mission soit influencée et façonnée par des parties extérieures et des intérêts malhonnêtes... et que l'intention du Congrès pour notre agence soit contournée par certains de nos dirigeants. Ce qui nous préoccupe le plus, c'est que cela devient la norme et non l'exception rare."

 

Cette affaire a été couverte par plusieurs militants, de Robert F. Kennedy Jr. à un autre article du Huffington Post, mais elle n'a malheureusement reçu que peu ou pas d'attention de la part des médias grand public.

 

Peu de temps avant, et peut-être de manière encore plus choquante, on trouve le témoignage d'un scientifique chevronné du CDC, auteur de plusieurs études communément citées qui ne montrent aucun lien entre le vaccin ROR et l'autisme. En fait, l'une de ses études, publiée en 2004, est l'étude la plus souvent citée pour réfuter le lien entre le vaccin ROR et l'autisme.

 

Il s'agit du Dr William Thompson, qui a courageusement déclaré au monde entier que c'était "le point le plus bas" de sa carrière qu'il ait "approuvé ce document". Il a déclaré que les auteurs "n'ont pas fait état de résultats significatifs" et qu'il a "complètement honte" de ce qu'il a fait, qu'il a été "complice et a suivi le mouvement, et qu'il regrette d'avoir "fait partie du problème." (source)(source)(source)

 

Voici une déclaration officielle du Dr Thompson décrivant la situation dans ses propres termes. Il s'agit peut-être de la meilleure source d'information concernant cette affaire.

 

Ce ne sont là que quelques exemples parmi tant d'autres.

Et alors ?

 

Nous vivons à une époque de grande transparence, de nombreuses informations nouvelles sortent qui contredisent complètement ce que l'on nous a dit, et des exemples plutôt effroyables de fraude scientifique ont été donnés, et pas seulement pour les vaccins.

 

Ce genre d'information peut malheureusement créer un clivage au sein de la population, les uns crachant leur venin sur les autres en utilisant des termes comme "anti-vax" ou "pro-vax". En fin de compte, ces étiquettes et la façon dont nous nous disputons à leur sujet ne résolvent pas grand-chose. Si tout ce que nous faisons est de réagir avec des émotions lorsqu'il s'agit de sujets aussi importants, nous pourrions tout aussi bien ne pas avoir de conversation à leur sujet.

 

Nous devons tous nous réveiller et réaliser que rien n'est figé, et que la façon dont nous faisons les choses ici change constamment. On ne peut nier le fait que les médias financés par les entreprises et les gouvernements sont gravement frauduleux et ne présentent qu'un seul côté de la médaille.

 

Les médias ne prêtent absolument aucune attention aux recherches sur les vaccins qui ne correspondent pas au discours de leurs propriétaires. Quelque chose ne tourne pas rond ici, et il y a plus d'occasions qu'il n'en faut pour le voir.

 

L'essentiel est de diffuser l'information de manière pacifique et de ne pas oublier que vous avez toujours le choix quant aux décisions que vous prenez concernant votre santé et celle de votre enfant.

 

N'ayez pas peur de penser par vous-même.

 

"La principale raison pour laquelle nous prenons tant de médicaments est que les compagnies pharmaceutiques ne vendent pas de médicaments, elles vendent des mensonges sur les médicaments. C'est ce qui rend les médicaments si différents de toute autre chose dans la vie... Pratiquement tout ce que nous savons sur les médicaments est ce que les compagnies ont choisi de nous dire, à nous et à nos médecins... la raison pour laquelle les patients font confiance à leurs médicaments est qu'ils extrapolent la confiance qu'ils ont dans leurs médecins dans les médicaments qu'ils prescrivent.

 

Les patients ne réalisent pas que, même si leurs médecins en savent beaucoup sur les maladies, la physiologie et la psychologie humaines, ils en savent très, très peu sur les médicaments qui ont été soigneusement concoctés et habillés par l'industrie pharmaceutique... Si vous ne pensez pas que le système est hors de contrôle, envoyez-moi un courriel et expliquez-moi pourquoi les médicaments sont la troisième cause de décès... Si une épidémie aussi meurtrière avait été causée par une nouvelle bactérie ou un nouveau virus, ou même un centième de ceux-ci, nous aurions fait tout notre possible pour la maîtriser."

 

Dr. Peter Gotzsche, co-fondateur de la Collaboration Cochrane

 

Voir les commentaires

Le climat et la piste de l'argent

29 Septembre 2019, 08:51am

Publié par F.William Engdahl

Le climat et la piste de l'argent


F. William Engdahl, Global Research, 25 septembre 2019

https://www.globalresearch.ca/climate-money-trail/5690209


Climat. Maintenant, qui y réfléchit. Les gigantesques méga-entreprises et les méga-milliardaires à l'origine de la mondialisation de l'économie mondiale au cours des dernières décennies, dont la recherche de gain pour les actionnaires et la réduction des coûts ont gravement endommagé notre environnement, tant dans le monde industrialisé que dans les économies sous-développées d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, sont les principaux bailleurs de fonds du mouvement de décarbonisation en Suède jusqu’en Allemagne, en passant par les États-Unis et au-delà.


S'agit-il d'une crise de conscience ou pourrait-il s'agir d'un programme plus élaboré de financiarisation de l'air que nous respirons et plus encore?


Quoi que l’on pense des dangers du CO2 et du réchauffement de la planète, qui entraîneraient une augmentation moyenne de la température de 1,5 à 2 degrés Celsius au cours des 12 prochaines années, il convient de noter qui promeut le flot actuel de propagande et d’activisme pour le climat.


La finance verte


Plusieurs années avant qu'Al Gore et d'autres ne décident d'utiliser une jeune écolière suédoise pour devenir l'affiche de l'urgence climatique, ou aux États-Unis, l'appel d'Alexandria Ocasio-Cortez pour une réorganisation complète de l'économie autour du Green New Deal, les géants de la finance ont commencé à concevoir des systèmes permettant de débloquer des centaines de milliards de fonds pour des entreprises «climatiques» souvent vaines.


En 2013, après des années de préparation minutieuse, Vasakronan, une société immobilière suédoise, a émis la première « obligation verte ». Elle a été suivie par d'autres sociétés, notamment Apple, la SNCF et la grande banque française Crédit Agricole. En novembre 2013, Tesla Energy, en proie à des problèmes épineux, a publié la première garantie adossée à des actifs solaires. Selon ce que l’on appelle la Climate Bonds Initiative, plus de 500 milliards de dollars d’obligations vertes sont exceptionnelles. Les créateurs de l’idée d’obligation déclarent que leur objectif est de conquérir une part importante des 45 milliers de milliards de dollars d’actifs « gérés » dans le monde, qui se sont engagés de manière symbolique à investir dans des projets «respectueux du climat».


Le Prince Charles, futur monarque du Royaume-Uni, ainsi que les finances de la Banque d'Angleterre et de la City de Londres ont promu les «instruments financiers écologiques», dirigés par Green Bonds, afin de réorienter les régimes de retraite et les fonds mutuels vers des projets écologiques. Le directeur sortant de la Banque d'Angleterre, Mark Carney, est un acteur clé dans le rapprochement des institutions financières mondiales et de l'Agenda vert. En décembre 2015, le Conseil de stabilité financière (FSB) de la Banque des règlements internationaux, présidé à l'époque par Carney, a créé le Groupe de travail sur la divulgation d'informations financières liées au climat (TCFD), dans le but de conseiller «les investisseurs, les prêteurs et les assurances sur les risques liés au climat». C’était certainement un objectif étrange pour les banquiers centraux du monde.

En 2016, la TCFD, la City de Londres et le gouvernement du Royaume-Uni ont lancé l'Initiative de finance verte, dans le but de consacrer des milliards de dollars à des investissements «verts». Les banquiers centraux du FSB ont désigné 31 personnes pour former le TCFD. Présidé par le milliardaire Michael Bloomberg du secteur financier, il comprend des personnalités de JP Morgan Chase; de BlackRock, l’un des plus importants gestionnaires d’actifs au monde, avec près de 7 000 milliards de dollars;la banque Barclays; HSBC, la banque Londres-Hong Kong condamnée à une amende à plusieurs reprises pour blanchiment de drogue et autres fonds noirs; Swiss Re, la deuxième plus grande compagnie de réassurance au monde; la banque chinoise ICBC; Tata Steel, ENI Oil, Dow Chemical, le géant minier BHP Billington et David Blood d’Al Gore, Generation Investment LLC. En fait, il semblerait que les renards rédigent les règles du nouveau poulailler vert.


Carney, de la Banque d’Angleterre, a également joué un rôle clé dans les efforts visant à faire de la ville de Londres le centre financier de la finance verte dans le monde. Philip Hammond, chancelier sortant de l'Echiquier, a publié en juillet 2019 un livre blanc intitulé «Stratégie en matière de finance verte: transformer la finance pour un avenir plus vert». Le document indique que «l'une des initiatives les plus influentes à émerger est celle du Conseil de stabilité financière». Groupe de travail du secteur privé sur les informations financières liées au climat (TCFD), appuyé par Mark Carney et présidé par Michael Bloomberg. Cela a été approuvé par des institutions représentant 118 000 milliards d'actifs dans le monde. »Il semble y avoir un plan ici. Le plan est la financiarisation de l'économie mondiale dans son ensemble, en utilisant la crainte d'un scénario de fin du monde pour atteindre des objectifs arbitraires tels que «les émissions nettes de gaz à effet de serre».
 

Goldman Sachs, un acteur clé


Goldman Sachs, la banque omniprésente de Wall Street, qui a notamment donné naissance au président sortant de la BCE, Mario Draghi, et au président de la Banque d'Angleterre, Carney, vient de dévoiler le premier indice mondial des valeurs environnementales de premier plan, réalisé avec le CDP, basé à Londres. Carbon Disclosure Project. Le CDP, notamment, est financé par des investisseurs tels que HSBC, JPMorgan Chase, Bank of America, Merrill Lynch, Goldman Sachs, American International Group et State Street Corp.


Le nouvel indice, appelé CDP Environment EW et CDP Eurozone EW, vise à attirer les fonds d'investissement, les systèmes de retraite publics tels que le CalPERS (système de retraite des employés publics de la Californie) et CalSTRS (système de retraite des enseignants de l'État de Californie) + milliards d’actifs, à investir dans des cibles soigneusement choisies. Parmi les entreprises les mieux notées dans l’indice figurent Alphabet, qui possède Google, Microsoft, le Groupe ING, Diageo, Philips, Danone et, de manière pratique, Goldman Sachs.


Entrent Greta, AOC et compagnie.


À ce stade, les événements prennent un tour cynique alors que nous sommes confrontés à des activistes du climat extrêmement populaires comme la suédoise Greta Thunberg ou Alexandria Ocasio-Cortez, 29 ans, de New York, et au Green New Deal. Aussi sincères que puissent être ces militantes, il existe une machine financière bien huilée derrière leur promotion.


Greta Thunberg fait partie d'un réseau bien connecté lié à l'organisation d'Al Gore, elle est commercialisée de manière cynique et professionnelle et utilisée par des agences telles que l'ONU, la Commission européenne et les intérêts financiers qui sous-tendent le programme climatique actuel. En tant que chercheur canadien et activiste pour le climat, Cory Morningstar, décrit dans une excellente série d'articles, l'enjeu est un réseau bien établi, lié à un investisseur américain dans le climat et un profiteur du climat extrêmement riche, Al Gore, président du groupe Generation Investment.


Le partenaire d’Al Gore, l'ancien responsable de Goldman Sachs, David Blood, est membre du TCFD créé par la BRI. Greta Thunberg et son ami américain du climat, Jamie Margolin, âgé de 17 ans, ont été nommés «conseillers spéciaux pour la jeunesse et administrateurs» de l’ONG suédoise We Don’t Have Time, fondée par son PDG, Ingmar Rentzhog. Rentzhog est membre des leaders de l’organisation Climate Reality d'Al Gore et fait partie du groupe de travail européen sur la politique climatique. Il a été formé en mars 2017 par Al Gore à Denver et à nouveau en juin 2018 à Berlin. Le « projet de réalité climatique » d’Al Gore est partenaire de We Don’t Have Time.


La députée Alexandria Ocasio-Cortez (AOC), qui a fait sensation lors de ses premiers jours au Congrès américain pour avoir dévoilé un «New Deal vert» destiné à réorganiser complètement l'économie américaine à un coût d'environ 100 000 milliards de dollars, n'est pas sans conseils avisés . AOC a ouvertement admis qu'elle s'était présentée au Congrès sous l'impulsion d'un groupe appelé « Justice Democrats ». Elle a confié à un intervieweur: «Je n’aurais pas été candidate sans le soutien de « Justice Démocrats » et de « Brand New Congress ». Humm, en fait, ce sont ces organisations qui, toutes les deux, m’ont demandé de me présenter à la première place. Ce sont elles qui m’ont appelée il y a un an et demi… » Désormais, en tant que membre du Congrès, les conseillers d’AOC comprennent le cofondateur de Justice Démocrats, Zack Exley. Exley était un membre de l’Open Society et a reçu des fonds, entre autres, des fondations Open Society et de la Fondation Ford, afin de créer un "prédécesseur" de Justice Democrats pour recruter des candidats.


Le véritable agenda est économique


Les liens entre les plus grands groupes financiers du monde, les banques centrales et les grandes entreprises mondiales, en faveur d’une stratégie climatique radicale visant à abandonner l’économie de combustibles fossiles au profit d’une économie verte, vague et inexpliquée semblent, peu concernés par la volonté de notre société de faire de notre planète un environnement propre et sain à vivre. Il s’agit plutôt d’un programme intimement lié à l’Agenda 2030 des Nations Unies pour une économie «durable» et à la création de milliards de dollars en nouvelles richesses pour les banques mondiales et les géants financiers qui constituent les véritables pouvoirs.


En février 2019, à la suite d’un discours prononcé devant la Commission européenne à Bruxelles par Greta Thunberg, Jean-Claude Juncker, alors président de la Commission européenne, après avoir embrassé galamment la main de Greta, semblait être passé à l’action réelle. Il a déclaré à Greta et à la presse que l'UE devrait dépenser des centaines de milliards d'euros pour lutter contre le changement climatique au cours des 10 prochaines années. Juncker a proposé qu'entre 2021 et 2027, "chaque euro dépensé dans le budget de l'UE serve à lutter contre le changement climatique". Ce que Juncker, sournois, n'a pas dit, c'est que cette décision n'avait rien à voir avec le plaidoyer de la jeune militante suédoise. Il avait été réalisé conjointement avec la Banque mondiale une année complète auparavant, le 26 septembre 2018, lors du Sommet One Planet, aux côtés de la Banque mondiale, des fondations Bloomberg, du Forum économique mondial et autres. Juncker avait habilement utilisé l'attention médiatique donnée à la jeune suédoise pour promouvoir son programme climatique.


Le 17 octobre 2018, quelques jours après l’accord conclu lors du Sommet One Planet, l’UE de Juncker a signé un protocole d’entente avec Breakthrough Energy-Europe dans lequel les sociétés membres de Breakthrough Energy-Europe auraient un accès préférentiel à tout financement.
Parmi les membres de Breakthrough Energy figurent Richard Branson de Virgin Air, Bill Gates, Jack Ma d’Alibaba, Mark Zuckerberg de Facebook, SAR le Prince Al-Waleed bin Talal, Ray Dalio de Bridgewater Associates; Julian Robertson du géant des fonds de couverture, Tiger Management; David Rubenstein, fondateur du groupe Carlyle; George Soros, président de Soros Fund Management LLC; Masayoshi Son, fondateur de Softbank, Japon.


Ne vous trompez pas. Lorsque les sociétés multinationales les plus influentes, les plus grands investisseurs institutionnels au monde, dont BlackRock et Goldman Sachs, les Nations Unies, la Banque mondiale, la Banque d'Angleterre et d'autres banques centrales de la BRI se sont ralliés au financement d'un soi-disant Agenda vert, appelez Green New Deal vert ou autre, il est temps de chercher derrière la surface des campagnes publiques de militants pour le climat. L’image qui en ressort est la tentative de réorganisation financière de l’économie mondiale fondée sur le climat, le soleil et son énergie ont bien plus à faire que l’humanité ne le pourrait jamais - pour tenter de convaincre les gens ordinaires de faire des sacrifices indescriptibles pour «sauver notre planète ».


En 2010, le Dr Otmar Edenhofer, président du Groupe de travail 3 du Groupe d’experts intergouvernemental sur les changements climatiques des Nations Unies, a déclaré à un intervieweur: «… nous devons dire clairement que nous redistribuons de facto la richesse mondiale par la politique climatique. Il faut se libérer de l'illusion que la politique climatique internationale soit une politique environnementale. Cela n'a presque plus rien à voir avec la politique environnementale, avec des problèmes tels que la déforestation ou le trou dans la couche d'ozone ». Depuis lors, la stratégie de politique économique s'est beaucoup développée.

F. William Engdahl est consultant en risques stratégiques et conférencier. Diplômé en politique de l'Université de Princeton, il est un auteur à succès en matière de pétrole et de géopolitique, exclusivement pour le magazine en ligne «New Eastern Outlook». Il collabore régulièrement avec Global Research.

 

Voir les commentaires

Michèle Rivasi et les verts défendent l'industrie du vaccin

29 Mars 2019, 21:03pm

Publié par Ciel Voilé

9 février 2017.  'Vaccins, leur sûreté en question'.  Débat censuré au parlement européen et déplacé dans une salle privée.  Rivasi, Montagnier, Wakefield, Montanari

9 février 2017. 'Vaccins, leur sûreté en question'. Débat censuré au parlement européen et déplacé dans une salle privée. Rivasi, Montagnier, Wakefield, Montanari

La trahison de Michèle Rivasi et la complicité des « Verts » à la monstrueuse politique vaccinale française

Lettre du 27 mars 2019

 

Bonjour,

Pour répondre aux scandaleuses déclarations de la députée sortante des Verts au parlement européen, Michèle Rivasi, qui n'hésite pas à trahir les victimes de la vaccination pour retrouver son confortable fauteuil, et les avantages qui vont avec, de député au parlement européen, nous publions une heureuse mise au point de la journaliste Senta Depuydt.

Bonne lecture à vous.

Résistons.

Pierre Lefevre.

Les regrets de Michèle Rivasi à propos de Wakefield

Par Senta Depuydt

Attaquée par la ministre de la Santé Agnès Buzyn et le docteur-animateur télé Michel Cymes, l'eurodéputée EELV a récemment exprimé sur son blog des regrets concernant l'invitation du médecin et réalisateur Andrew Wakefield à un débat sur la sécurité des vaccins.

 

"J'ai malheureusement commis une erreur regrettable en invitant il y a 2 ans dans un débat M. Wakefield. Si c'était à refaire, je ne le referais pas : son étude « dépubliée » par The Lancet et son film ne m'ont pas convaincue. L'indigence des arguments avancés suffit à discréditer la thèse et l'auteur. Cette invitation malheureuse et inappropriée a donné une occasion en or aux lobbys de la santé de m'attaquer directement ou indirectement.  "

 

C'est tout simplement moche, triste et lamentable d'être acculée à faire de telles déclarations.   Michèle Rivasi sait pertinemment bien que le thème du film Vaxxed, dont la projection a été annulée au Parlement européen en février 2017, traite avant tout des aveux de William Thompson, un scientifique du CDC américain, sur la manipulation des données auxquelles il a été contraint par sa hiérarchie,  afin de maquiller des résultats indiquant un lien entre autisme et vaccination.  Elle sait aussi que l'étude 'dépubliée' du Lancet' n'entendait pas 'convaincre' ou démontrer un lien causal entre l'autisme et la vaccination, mais était une simple présentation de douze cas soulevant d'importantes questions de santé publique. L'objectif était d'interpeller la communauté scientifique pour initier de plus amples recherches sur le lien entre l'autisme et des troubles intestinaux, survenus suite à l'utilisation d'un vaccin ROR combiné, ayant déjà été retiré deux fois du marché.

ll n'y a donc absolument pas « d'indigence d'arguments ». 

Il n'y a que des faits présentés à la face d'une société, d'une classe politique et scientifique, qui tous, ferment les yeux et se bouchent les oreilles pour ne rien savoir.  Il y a des aveux, des preuves matérielles montrées dans un film. Il y a des présentations de cas et des questions soulevées dans une publication et non une « thèse ».

Rien ne discrédite les propos d'Andrew Wakefield, si ce n'est la pourriture et le pouvoir titanesque de la mafia pharmaceutique, qui contrôle le monde financier, politique et médiatique de la planète.

L'invitation de Madame Rivasi était plus qu'appropriée, elle était intelligente, courageuse, indispensable. C'était un acte responsable et honorable dans un paysage politique constitué de lâches.   Certes, l'attaque des lobbys a été d'une ampleur et d'une violence inouïe.  Qui se doutait que de Washington à Londres, Paris ou Rome, la presse déballerait une telle avalanche d'insultes et de mensonges pour empêcher la tenue de ce débat ?   Que la ministre italienne de la Santé Béatrice Lorenzin irait jusqu'à faire un communiqué officiel pour demander au président du parlement européen l'annulation de l'événement ?  Qu'à Paris, Anne Hidalgo ferait elle aussi pression pour interdire la projection du film à la salle de la mairie du 2e

Que les infâmes journalistes de la BBC refuseraient d'entrer dans la salle et de regarder le film ou le débat, encore moins de mentionner le sujet dont il traite, attendant simplement dans les couloirs de se jeter sur Wakefield tels des rapaces, afin de le clouer une fois de plus au pilori ? 

Qui aurait imaginé qu'un prix Nobel de médecine nommé Luc Montagnier, intervenant dans le film et le débat, serait ensuite traîné dans la boue pour oser poser les mêmes questions ?  Qu'un autre chercheur Stefano Montanari, se verrait menacé et retirer l'accès à ses instruments de recherche à son retour de l'événement ?  Que le spécialiste mondial de l'aluminium Chris Exley, serait lui aussi discrédité pour avoir osé parler de la sécurité des adjuvants ?  

Qui aurait pensé que le groupe des verts allait collectivement lâcher la députée, plutôt que de la soutenir face à ce tsunami ?

Ce qui est éminemment regrettable, ce n'est pas d'avoir invité Wakefield. C'est de faire volte-face et de rejoindre le mutisme d'Europe Ecologie Les Verts sur la sécurité des vaccins.

La fraude du CDC dénoncée dans le film Vaxxed ?  Rien, zéro, nada.

Les nanoparticules dans les vaccins? Rien, zéro, nada. 

L'aluminium dans les vaccins ? Rien, zéro, nada.

L'absence d'études placébo ?  Rien, zéro, nada.

L'absence d'études sur les effets cancérigènes ?  Rien, zéro, nada.

La présence de glyphosate dans certains vaccins ?  Rien, zéro, nada.

L'absence de recherches indépendantes ?

Le rapport de la commission parlementaire italienne sur le décès et les cancers chez des militaires liés à l'administration de vaccins combinés ? 

Les liens d'intérêts entre l'Agence Européenne du Médicament et l'industrie ?  

Les preuves de l'inutilité, l'inefficacité et la dangerosité du vaccin Gardasil ?

 

RIEN, ZERO, NADA.

 

Et pourtant, ils ont tous les parlementaires français et européens, reçu quantité de dossiers, de livres, de liens vidéo.  Ils ont été contactés par des experts dont ils ignorent complètement les témoignages et les publications.  

« La vaccination sauve chaque année des millions de vies », voici ce qu'ils ânonnent en chœur en fermant les yeux. 

Combien de vies a-t-elle aussi prises ?  Combien de morts subites du nourrisson, de scléroses en plaques, de cas d'épilepsie, de paralysie flasque, de cancers, d'encéphalite, de troubles neurologiques ou de cas d'autisme ont été provoqués ou aggravés par une politique de vaccination aveugle ?  Pourquoi les verts n'ont-ils par exemple jamais demandé une étude indépendante comparant la santé des vaccinés et des non vaccinés ?

En avril 2019, les membres d'Europe Ecologie Les Verts ont voté une résolution sur « les réticences à la vaccination et la baisse de la vaccination en Europe », dans une tentative de museler les critiques sur la vaccination.   Une seule personne a eu le courage de s'y opposer, affirmant que censurer les critiques et le débat scientifique n'était pas la bonne manière pour restaurer la confiance du public et mener des politiques de santé publique : oui, Michèle Rivasi. 

Certes pour tout cela, il faut la remercier et saluer son courage.

Mais en discréditant Wakefield et le film Vaxxed, ou le lien entre l'autisme et la vaccination, pour rallier les positions de son groupe, la députée offre aujourd'hui une victoire triomphale aux lobbies.  Les occasions de soutenir son combat n'ont pourtant pas manqué pour les verts. En septembre dernier, certains députés d'EELV avaient invité l'avocat Robert Kennedy Jr. et ses associés au parlement européen, afin de présenter les preuves obtenues dans un procès historique contre Monsanto. La firme avait non seulement été condamnée à indemniser un jardinier ayant développé un cancer de la peau suite à l'utilisation du Roundup, mais les avocats avaient également pu démontrer les fraudes et les manipulations mises en œuvre par la multinationale pour cacher les risques liés à la santé et produire de fausses études. Il est hallucinant de se dire que lorsqu'il s'agit de s'opposer aux malversations de Monsanto, on est ravi d'écouter Kennedy, mais lorsqu'il fait exactement la même chose au sujet des vaccins, personne ne veut rien savoir. (cfr. le combat de Robert Kennedy contre les lobbies).

Kennedy a pourtant déposé une plainte devant le Congrès américain à propos du manque de sécurité des vaccins apportant aussi de multiples preuves sur les différentes fraudes commises pour rejeter le lien entre l'autisme et la vaccination, notamment lors du procès omnibus regroupant plus de 4500 plaintes pour dommages vaccinaux ayant mené à l'autisme.

Mais, que l'on soit expert, avocat, politique, Nobel ou neveu du plus célèbre président américain, on ne touche pas à la sainte parole vaccinale, encore moins en période électorale.   Les médecins n'ont pas osé affronter leur ordre, les journalistes ont diffusé la voix de leurs maîtres. Youtube, Google, Facebook, Pinterest et Amazon se sont même publiquement engagés à faire taire les « antivaccins ».  Le ministère de la vérité triomphe enfin dans un grand élan d'épuration démocratique. « Abracadra Wakfield Lancet » Et voilà !

Disparues les victimes de la vaccination, il n'y a plus que des idiots complotistes et des fraudeurs qui seront bientôt accusés de « crimes ».

En attendant, avril approche, le mois de l'autisme et de la vaccination.  Est-ce vraiment un hasard ?  Après un véritable lavage de cerveau pour convaincre le public que tous les maux de la terre sont l'œuvre d'un monstre nommé Wakefield, nous allons assister à une belle et émouvante kermesse médiatique, bariolée de rouge pour la rougeole, et de bleu pour l'autisme.

Napoléon affirmait que l'histoire n'est qu'un tissu de mensonges sur lequel on s'accorde.  Oui c'est bien cela. De l'Agence France Presse aux 'décodeurs' du Monde, aux émissions télévisées, tout le monde s'accorde pour « débunker les fake news » et arrêter l'histoire de 'l'étude du Lancet' à l'année 2010 avec les publications mensongères du British Medical Journal sur 'l'Affaire Wakefield'.  Pas un seul journaliste ne mentionnera l'arrêt de la Cour d'appel de Londres du 7 mars 2012 qui a cassé les décisions de l'ordre des médecins et rétabli la vérité sur l'étude du Lancet, et son principal responsable, le professeur John Walker Smith, qui dirigeait l'équipe ayant publié l'étude. Personne ne viendra rétablir la vérité en admettant qu'il n'y a jamais eu la moindre fraude commise par Wakefield ou ses collègues.  Personne ne viendra se battre contre la censure d'un film ou d'un débat sur la sécurité des vaccins. Personne ne viendra demander pourquoi on continue à ignorer les aveux d'un scientifique nommé William Thompson. Personne ne demandera pourquoi les chiffres de l'autisme continuent de croître.  Désormais, l'on regrette même d'en avoir parlé.

Préparons-nous plutôt à « accueillir » le handicap.  Car 1 enfant sur 36 a un diagnostic d'autisme aux États-Unis et l'on estime que cela coûtera entre 500 milliards et un trilliard de dollars chaque année. Heureusement, chez nous, c'est plus commode, car l'on dispose de moins de données et le diagnostic est plus lent.  Et puis Emmanuel et Brigitte se sont tout de même émus de la situation...L'espoir est permis.

Préparons-nous aussi à 'accueillir « la vaccination tout au long de la vie », notamment grâce au concours des verts qui soutiennent les programmes européens de vaccination.

Vaccin annuel contre la grippe, rappels de rougeole, ou de vaccins obligatoires, vaccin contre le zona, ou différents types de cancer pour n'en citer que quelques-uns parmi plus de 280 vaccins en cours de développement. Chaque étape administrative sera bientôt l'occasion de contrôler le « passeport de vaccination numérique » que ce soit pour fréquenter l'école ou l'université, accéder au travail, aux soins de santé ou pour voyager, il faudra mettre à disposition un contrôle et une voie d'accès permanents à notre corps et notre portefeuille.  En Argentine, c'est déjà le cas, même pour obtenir un permis de conduire. 

Des millions de personnes se sont battues durant deux guerres mondiales pour défendre la liberté et la démocratie. Les horreurs de l'expérimentation médicale dévoilées et condamnées à Nuremberg ont forgé la Déclaration des droits de l'homme et le principe du libre consentement éclairé.

La souveraineté du corps, la libre circulation des personnes, la liberté d'expression, le libre accès à l'enseignement, la liberté de la science, la liberté de soigner, voilà tout ce qui est menacé, si l'on se plie aux nécessités politiques et à la puissance du pouvoir pharmaceutique.

À chacun ses choix, le mien est de résister.

Senta Depuydt

 

Voir les commentaires

Chronique du 20 mai 2021 du Pr Marc Henry

1 Juin 2021, 08:12am

Des nouvelles du front…

 
Cela fait environ deux mois que j’envisage de faire une chronique sur les vaccins. Hélas, il y a beaucoup de choses urgentes à faire, même pour un retraité. Tout d’abord, sachez que je vais bien. Je ne porte quasiment jamais le masque. Je n’utilise aucun gel hydro-alcoolique afin de ne pas abîmer mes mains. Bien sûr, je ne me suis pas fait vacciner alors que j’ai plus de 60 ans. Ceci alors que j’ai des tas de co-morbidités (comme ils disent). Je vois mes enfants et petits-enfants quand j’en ai envie sans aucun geste barrière. 

 
Bref, je suis un inconscient (comme ils disent). Il faut dire que depuis le printemps 2020, pas le moindre symptôme de COVID-19 à l’horizon. Aucune grippe et aucun rhume depuis près de deux ans. Pourquoi me sentirais-je concerné et contaminé par la folie ambiante ? Je suis déjà mort à 47 ans. Donc, pas de frayeur particulière à l’idée de partir à nouveau.

 
Quand les modèles font la loi

 
Petite piqûre de rappel. Il y a moins de deux ans, j’étais un être normal. Aujourd’hui certains me considéreront comme un psychopathe ambulant. Il y a moins de deux ans, il fallait présenter des symptômes pour être déclaré malade. Aujourd’hui, on peut être déclaré malade sans le moindre symptôme. Cherchez l’erreur. Elle est assez facile à trouver. Les porteurs sains (comme ils disent), sont en fait des gens qui ont passé un test foireux. C’est aussi simple que cela. Contrairement à beaucoup d’autres, je suis sûr de ma science. Elle me dit que tout ce qui est répété en boucle sur les médias officiels pue l’embrouille à plein nez.

 
Pour des raisons très simples à comprendre, on manipule les chiffres et on joue sur les étiquettes. C’est en fait la rançon du progrès et du développement de l’informatique. Car, agiter des chiffres ne signifie en rien que l’on fait de la science. Les modélisations pullulent, Didier Raoult nous le dit sans ambages. On oublie ainsi dans la foulée que ce ne sont après tout que des modèles. Prendre un modèle pour une réalité est le pire péché qu’un scientifique puisse commettre. C’est aussi la source de tous les abus de pouvoirs et toutes les manipulations machiavéliques. 

 
De la nanotechnologie partout…

 
En moins de deux ans, on vous a privé de tout ce qui faisait votre joie de vivre. Il y a de très fortes chances que ces libertés perdues ne soient jamais retrouvées. Car, il y a les fameux variants qui vont vous obliger à accepter vaccination sur vaccination ad vitam æternam. Il faudra toujours se méfier de son voisin et vivre masqué comme des voleurs. Il est clair aujourd’hui que c’est la vaccination de masse qui est responsable de l’apparition de ces variants. C’est Luc Montagnier, prix Nobel de médecine, qui le dit. Pour avoir travaillé avec lui, je puis vous assurer qu’il a toute sa tête et sait de quoi il parle.

 
Parlons un peu de la vaccination qui est en fait, dans certains cas, une véritable manipulation génétique. Comment être sûr que l’on ne va pas vous injecter à côté des ARN messagers des nanorobots ? Car, les nanotechnologies sont développées depuis au moins 40 ans. Je le sais, car j’ai assisté à leur naissance et à leur essor. Avant de m’intéresser à l’eau, ma spécialité était précisément la fabrication de nanoparticules convenablement fonctionnalisées. J’ai même fait des cours sur ce sujet à des étudiants. Car cela donnait à la médecine du futur des perspectives vraiment intéressantes. Vu la tournure prise par les évènements, je suis bien content de ne plus avoir à enseigner ce genre de choses.

 
Un Graal biologique…

 
Pour les quelques naïfs qui restent, il faut savoir que notre sang est déjà chargé de nanoparticules. Car on en met partout. Dans les aliments, dans les médicaments, dans la literie, dans le frigo, dans les jouets pour bébés, dans les produits cosmétiques. La contamination est massive. Alors quelques nanoparticules de plus ou de moins, on n’est plus à cela près… Sauf que les « nouvelles » peuvent bénéficier de la miniaturisation à outrance des composants électroniques.

 
On atteint là le Graal du délire scientifique. Contrôler les gens à distance et avant leur naissance. Certains bébés ne seront plus comme ceux d’avant. Ils seront plus forts, plus intelligents et surtout plus résistants aux maladies. Pour que cette technologie voit le jour, il faut des cobayes. Humains de préférence. Cela va de soi. Quoi de mieux qu’une vaccination de masse ? Les plus fragiles vont mourir. Le méchant COVID sera là pour expliquer le décès. Car, ils auront évidemment une PCR positive. Certains ne mourront pas, mais développeront plutôt des maladies étranges ou incurables. Certains enfin s’en tireront sans dommages apparents. Mais cela est-il certain ?

 
Complotisme ou réalisme ?

 
Une chose est sûre cependant. Il y aura un tas de gens en blouses blanches qui feront moult statistiques. Les chiffres rendus publics seront manipulés pour être présentables. Les chiffres bruts seront pour leur part tenus secrets. On va enfin pouvoir savoir si l’être humain peut effectivement être manipulé génétiquement avec, on l’espère, une casse minimale. Bien évidemment, un tel scénario fleure bon le complotisme effréné. En tant que scientifique, je ne peux hélas pas affirmer qu’un tel scénario est impossible. Je n’ai aussi aucune idée de sa probabilité de succès. Une chose est cependant sûre. Cette probabilité n’est pas nulle.

 
De plus, l’on parle officiellement de « Grand Reset ». Toutes les sociétés qui fabriquent ces « vaccins » (comme ils disent), ont été lourdement condamnées dans le passé pour corruption voir fraude. Seraient-elles subitement devenues honnêtes et vertueuses ? Mon petit doigt me dit que non. Il y a aussi le fait que l’on réagit beaucoup mieux si l’on anticipe les événements à venir. Ce n’est pas du complotisme, mais simplement du réalisme. Envisager le scénario du pire est un moyen très efficace pour réagir quand il en est encore temps. Il doit quand même bien exister des avocats vertueux aptes à mettre des bâtons juridiques dans les roues de ceux qui clament que la vaccination de masse est la seule porte de sortie. 

 
Vivre avec une pandémie mondiale…

 
Car, revenons à mon modeste cas. Durant toute cette « crise sanitaire » je ne suis pas resté inactif. Si je me moque des gestes barrières et des masques, c’est parce que j’ai agi en préventif. J’ai déjà donné ma recette dans mes chroniques précédentes. Pour ceux qui ont oublié : vitamine C liposomale, bleu de méthylène dosé à 75 mg, mycéliums, zinc en gélules et huile essentielle de Ravintsara. Je sais, tout ceci n’a pas été validé par des essais randomisés en double aveugle. Je m’en fiche complètement. Tout ce qui m’intéresse, c’est d’être infecté. Ceci afin de développer des anticorps de manière naturelle. Je parle ici sous l’autorité scientifique du Professeur Didier Raoult.

 
Tout ceci, avec le minimum de symptômes. Pas de soucis avec les variants, car mon système immunitaire est là pour évoluer au gré des mutations virales. La combinaison que j’ai testée vient de mes connaissances scientifiques. Pas d’un quelconque laboratoire pharmaceutique. J’ai confiance en ces connaissances acquises en quarante ans de labeur acharné. Jusqu’à présent, cela m’a plutôt bien réussi. Certains prétendront que c’est un coup de chance. Pas si sûr. Car, le bleu de méthylène a été testé avec succès contre la COVID-19. De plus, je ne me suis pas contenté de concocter un traitement ad hoc pour ma petite personne. J’ai fait des chroniques pour le grand public. J’ai aussi publié un article scientifique pour que tous les experts soient au courant. Ceci dès le début de la pandémie.

 
Des nouvelles inquiétantes…

 
Je suis intimement persuadé que la « vaccination de masse » (comme ils disent) n’est en rien une porte de sortie. C’est plutôt une prison chimique de laquelle il sera très difficile de ressortir intact. L’avenir est dans une vie normale avec des mesures préventives pour les plus fragiles. Car, je le rappelle, je suis considéré comme une personne à risque avec co-morbidités (comme ils disent). Il y a de la bonne science derrière le bleu de méthylène, l’hydroxychloroquine, les antibiotiques, l’ivermectine et bien d’autres. Ceux qui prétendent le contraire ne font pas de la science, mais du commerce. C’est aussi simple que cela.

 
Bon, d’ailleurs cela bouge, scientifiquement parlant, autour de la vaccination contre la COVID-19. Je ne vais pas relayer ici les multiples alertes qui circulent actuellement sur internet. Il faut garder la tête froide. Ne parler que de ce qui est sûr et certain et bien référencé. C’est la seule manière de lutter efficacement contre la propagande qui fait rage actuellement. On a donc appris très récemment que la protéine S du virus SARS-CoV-2 isolée de la capside virale était responsable d’une sous-expression du récepteur ACE2. Concrètement, cela signifie que toutes les cellules des tissus épithéliaux vasculaires sont gravement endommagées.

 
Toxicité de la protéine S

 
La conséquence est une inhibition de la fonction mitochondriale en raison d’une production massive d’espèces réactives de l’oxygène. Cela entraîne automatiquement un glissement métabolique vers la glycolyse. D’où des cancers et des maladies neurodégénératives qui se profilent à l’horizon. Cela a été clairement expliqué dans l’article disponible ici. Rappelons tout de même le principe de base de la vaccination. Il s’agit de mettre un organisme en contact avec une forme atténuée d’un virus ou d’une bactérie. Ou bien alors de n’utiliser qu’une protéine spécifique de ce même virus ou bactérie. L’inoculation de ce matériel biologique permet de fabriquer des anticorps qui protègent l’organisme vacciné d’une infection ultérieure.

 
Le problème que l’on rencontre ici, c’est que c’est la protéine S qui est toxique par elle-même. Via un vaccin AstraZeneca, par exemple, on vous inocule donc un poison, mortel pour vos mitochondries. C’est là une nouveauté tout à fait imprévue. Car, dans un vaccin classique, la protéine injectée n’a aucun effet par elle-même. Elle ne sert que de marqueur pour le système immunitaire. En ce qui concerne les « vaccins » par ARN messagers, c’est encore pire. Car là on vous injecte un matériel génétique qui fait que vos propres cellules produisent cette protéine S toxique pour les mitochondries. Plus besoin d’être en contact avec le virus SARS-CoV-2.

 
Manipulation du génome humain
En gros, on s’est « suicidé » (comme ils ne disent pas). D’où aucune poursuite judiciaire possible si vous avez signé un papier où vous acceptez l’injection fatale. Un acte tout à fait diabolique. Qui va bien au-delà de ce qui était couramment pratiqué dans les camps de concentration de la Seconde Guerre mondiale. Hélas pour ceux qui se sont déjà fait vacciner, cela n’est pas la fin de la saga. Car on a aussi récemment démontré que l’ARN messager injecté était capable de s’insérer dans un génome humain. D’où une production de la protéine S tueuse de cellules épithéliales de manière permanente (et non plus transitoire).

 
Pour ceux qui ne comprennent pas, vous êtes simplement devenu une bombe biologique. Car celui qui appuie sur le détonateur à chaque division cellulaire n’est plus un agent extérieur. C’est tout simplement vous-même. Là ce n’est plus diabolique, mais tout simplement pervers. Enfin, l’horreur suprême sera atteinte quand on aura démontré qu’un ARN messager est capable de s’insérer dans les gamètes. Car là, en plus de devenir une bombe biologique ambulante, vous pourrez transmettre cette tare mortelle à toute votre descendance. Ceux qui se permettent de jouer ainsi avec votre corps ne sont plus des pervers diaboliques, mais de dangereux psychopathes.

 
Les « vaccins » actuels sont dangereux

 
Désolé d’être aussi brutal, mais l’heure est vraiment grave. Un bon conseil pour conclure. Refusez, dès à présent, toute « vaccination » basée sur la protéine S du SARS-CoV-2. Pour ceux qui sont déjà vaccinés, tout n’est heureusement pas perdu. Cela fera l’objet de ma prochaine chronique.

 

 

 

Voir les commentaires