Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ciel Voilé

Les scientifiques réduisent le rayonnement solaire et capturent le dioxyde de carbone pour refroidir la planète

27 Août 2017, 09:24am

Publié par Ciel Voilé

 

 

26 juillet 2017 – Traduction Ciel voilé

 

http://www.reuters.com/article/us-climatechange-geoengineering-idUSKBN1AB0J3

 

OSLO (Reuters) - Les scientifiques capturent le dioxyde de carbone de l'air à l'aide de ventilateurs géants et se préparent à libérer des produits chimiques d'un ballon pour réduire le rayonnement solaire dans le cadre d'une « expérience » d'ingénierie climatique pour refroidir la planète.


Ces partisans affirment que des projets risqués, souvent coûteux, sont nécessaires de toute urgence pour trouver les moyens de respecter les objectifs de l'accord de Paris sur le climat pour freiner le réchauffement climatique que les chercheurs ont accusé d'avoir causé plus de vagues de chaleur, la baisse des cours d'eau et l'élévation croissante des niveaux des océans.


Les Nations Unies affirment que les objectifs sont loin d'être atteints et ne le seront pas simplement en réduisant les émissions, par exemple celles des usines ou des voitures - en particulier après la décision du président américain Donald Trump de sortir du pacte de 2015.


Ils demandent d'autres façons de réduire les températures.


À la campagne près de Zurich, la société suisse Climeworks a commencé à capturer les gaz à effet de serre de l'air en mai avec des ventilateurs et des filtres géants dans un projet de 23 millions de dollars qu'elle appelle la première «usine commerciale de capture de dioxyde de carbone».


Dans le monde entier, la recherche de « capture directe » par une poignée d'entreprises telles que Climeworks a recueilli des dizaines de millions de dollars ces dernières années de différentes sources, y compris des gouvernements, du fondateur Microsoft Bill Gates et de l'Agence spatiale européenne.


Si elles étaient enterrées sous terre, d'importantes quantités de gaz à effet de serre extraites de l'air contribueraient à réduire les températures mondiales, une étape radicale au-delà des réductions des émissions qui sont au cœur de l'Accord de Paris.


Selon Climeworks, cela coûterait environ 600 $ d'extraire une tonne de dioxyde de carbone de l'air et la capacité totale de l'usine prévue pour fin 2017 ne représente que 900 tonnes par an. Cela équivaut aux émissions annuelles de seulement 45 Américains.


Et Climeworks vend le gaz, à perte, aux serres voisines comme engrais pour faire pousser des tomates et des concombres et a un partenariat avec le constructeur automobile Audi, qui espère utiliser du carbone dans des carburants plus verts.


Jan Wurzbacher, directeur et fondateur de Climeworks, affirme que la société a l'ambition d'agir pour la planète en réduisant les coûts à environ 100 dollars la tonne et en capturant 1% des émissions mondiales de carbone d'origine anthropique par an d'ici 2025.


« Depuis l'accord de Paris, la situation a considérablement changé », a t-il déclaré, avec un changement d'intérêt des investisseurs et des actionnaires qui s'éloignent des utilisations industrielles du carbone et veulent freiner le changement climatique.


Mais les pénalités pour les usines, les centrales électriques et les voitures qui émettent du dioxyde de carbone dans l'atmosphère sont faibles ou inexistantes. Cela coûte 5 euros (5,82 USD) la tonne dans l'Union Européenne.


Et l'isolement du dioxyde de carbone est complexe car ce gaz ne représente que 0,04% de l'air. Le dioxyde de carbone pur livré par camion, utilisé dans des serres ou pour faire des boissons gazeuses, coûte jusqu'à environ 300 $ la tonne en Suisse.


Les autres entreprises impliquées dans la capture directe d'air comprennent Carbon Engineering au Canada, Global Thermostat aux États-Unis et Skytree aux Pays-Bas, un dérivé de l'Agence spatiale européenne initialement conçu pour trouver des moyens de filtrer le dioxyde de carbone exhalé par les astronautes dans les engins spatiaux.


Ce n'est pas de la science fiction


L'accord de Paris vise à limiter une hausse des températures mondiales durant ce siècle à moins de 2°Celsius (3.6°Fahrenheit), idéalement 1.5°C (2.7°F) au-dessus des temps préindustriels.


Mais les données de l'ONU montrent que les plans actuels pour les réductions des émissions seront insuffisants, en particulier sans les États-Unis, et que le monde devra passer aux «émissions négatives» nettes durant ce siècle en capturant le carbone de la nature.


Des solutions de «géo-ingénierie» plus risquées pourraient être la réduction du rayonnement solaire, le déversement de fer dans les océans pour absorber le carbone, ou la création de nuages.


Parmi les nouvelles recherches universitaires, un projet de géo-ingénierie de Harvard de réduction du rayonnement solaire pour refroidir la planète lancé en 2016 qui a recueilli 7,5 millions de dollars auprès de donateurs privés. Il prévoit une première expérience en plein air en 2018 au-dessus de l'Arizona.


« Si vous voulez à coup sûr atteindre 1,5°C, vous devez recourir à la géo-ingénierie solaire », a déclaré David Keith, de Harvard.

 


Une installation pour capturer du CO2 à partir de l'air de Swiss Climeworks AG a été placée sur le toit d'une usine d'incinération des déchets à Hinwil, en Suisse, le 18 juillet 2017.Arnd Wiegmann


L'équipe de Keith vise à disperser environ 1 kilo (ndt : ???) de matériel de réduction du rayonnement solaire, peut-être du carbonate de calcium, à partir d'un ballon en haute altitude au-dessus de l'Arizona, l'année prochaine, lors d'une expérience en pleine air pour voir comment cela affecte la microphysique de la stratosphère.


« J'estime que ce n'est pas de la science-fiction ... pour moi, c'est de la science atmosphérique normale », a-t-il déclaré.


Une certaine recherche laisse supposer que la géo-ingénierie utilisant des produits chimiques pour réduire le rayonnement solaire, par exemple, pourrait affecter les conditions climatiques mondiales et perturber les moussons vitales.


Et de nombreux experts craignent qu'attirer l'attention sur toute technologie de lutte contre le changement climatique ne soit qu'une distraction pour faire oublier les réductions d'émissions causes du réchauffement anthropique de la planète.


« Compter sur de grands déploiements futurs de technologies de capture du carbone, c'est comme manger beaucoup de desserts aujourd'hui, avec de grands espoirs pour la liposuccion demain », a déclaré Christopher Field, professeur de climatologie à l'Université de Stanford, en mai.

Jim Thomas du Groupe ETC au Canada, qui s'oppose à l'ingénierie climatique, a déclaré que la capture aérienne directe pourrait créer «l'illusion d'une solution pouvant être utilisée de manière cynique ou naïve pour divertir des idées stratégiques telles que le« dépassement »des objectifs de Paris.

 

 


 

Mais les gouvernements font face à un dilemme. Les températures moyennes de surface sont déjà d'environ 1°C (1.8°F) au-dessus des niveaux pré-industriels et ont atteint des records le mois dernier.


« Nous sommes en difficulté », a déclaré Janos Pasztor, responsable du nouveau projet de gouvernance de la géo-ingénierie de Carnegie Climate Geoengineering. « La question n'est pas de savoir s'il y aura un dépassement, mais de combien de degrés et pour combien de décennies ».


Face à des choix difficiles, de nombreux experts disent que la capture du carbone de l'atmosphère fait partie des options les moins risquées. Les dirigeants des grandes économies, à l'exception de Trump, ont déclaré lors d'un sommet en Allemagne ce mois-ci que l'accord de Paris était «irréversible».


Cris de fou


Raymond Pierrehumbert, professeur de physique à l'Université d'Oxford, a déclaré que les projets de géo-ingénierie solaire ressemblaient à des «cris de fou ».


En revanche, il a déclaré que « La capture du dioxyde de carbone est un défi technologique, mais mérite un investissement et un essai ».


La manière la plus naturelle d'extraire le carbone de l'air consiste à planter des forêts qui absorbent le gaz à mesure qu'elles poussent, mais cela détourne de vastes étendues de terres de l'agriculture. Une autre option est de construire des centrales qui brûlent du bois et enterrent le dioxyde de carbone libéré.

Carbon Engineering, mis en place en 2009 avec le soutien de Bill Gates et Murray Edwards, président du groupe de pétrole et de gaz Canadian Natural Resources Ltd, a recueilli environ 40 millions de dollars et extrait environ une tonne de dioxyde de carbone par jour avec des turbines et des filtres.

 

«  Nous cherchons principalement à synthétiser les carburants » pour des marchés tels que la Californie avec des prix élevés du carbone, a déclaré Geoffrey Holmes, directeur du développement commercial à Carbon Engineering.


Mais il a ajouté que « l'Accord de Paris contribue » à des options à plus long terme pour capturer de grandes quantités d'air.


Parmi les autres techniques possibles de géo-ingénierie, on peut créer des nuages ​​qui renvoient la lumière du soleil dans l'espace, peut-être en utilisant un brouillard de pulvérisation d'eau de mer. Cela pourrait être utilisé localement, par exemple, pour protéger la Grande Barrière de Corail en Australie, a déclaré Kelly Wanser, directrice principale du projet Marine Cloud Brightening basé aux États-Unis.


Parmi les nouvelles idées, Wurzbacher à Climeworks fait appel aux investisseurs pour ce qu'il dit être la première offre à capturer et à enterrer 50 tonnes de dioxyde de carbone de l'air, pour 500 $ la tonne.


Cela pourrait nécessiter une entreprise souhaitant être à l'avant-garde d'une nouvelle technologie verte, a t-il dit, même si cela n'a pas de sens économique apparent.


Montage d' Anna Willard - Nos normes: le principe Thomson Reuters Trust

 

Commenter cet article