Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Paris : gestion du rayonnement solaire ?

28 Janvier 2018, 19:21pm

Publié par Ciel Voilé

Paris, le 23 janvier 2018 au matin
Paris, le 23 janvier 2018 au matin
Paris, le 23 janvier 2018 au matin
Paris, le 23 janvier 2018 au matin
Paris, le 23 janvier 2018 au matin
Paris, le 23 janvier 2018 au matin
Paris, le 23 janvier 2018 au matin

Paris, le 23 janvier 2018 au matin

Voir les commentaires

Linky sur France 5 dimanche 28 janvier 2018

27 Janvier 2018, 10:37am

Publié par Ciel Voilé

Linky sur France 5 dimanche 28 janvier 2018

La question des compteurs Linky sera traitée dans l'émission                     « C politique » sur France 5 , dimanche 28 janvier 2018 à 18h35, avec comme invité José Mercier, maire de BOVEL

https://www.ouest-france.fr/bretagne/bovel-35330/bovel-la-commune-mobilisee-contre-les-compteurs-linky-jusqu-au-bout-5521252

 

 


 

Voir les commentaires

Le président Trump lance une BOMBE NUCLÉAIRE sur l'obligation vaccinale

26 Janvier 2018, 19:51pm

Publié par Kent Heckenlively, JD

Le président Trump lance une BOMBE NUCLÉAIRE sur l'obligation vaccinale

de Kent Heckenlively, JD

http://bolenreport.com/president-trump-drops-nuclear-bomb-vaccine-mandates/


Les alliances politiques font gagner des guerres. Si notre camp veut encore gagner, nous devons comprendre ce simple fait.

Ce ne sont pas les différences avec vos alliés qui devraient vous inquiéter, mais la DESTRUCTION que votre ennemi commun a prévue pour tous ceux de votre camp, même s'ils sont éloignés.


Avec la création jeudi du service de la conscience et de la liberté religieuse au sein du bureau des droits civils et de santé (HHS), Trump a préparé le terrain pour briser tous les vaccins et transformer BIG PHARMA en LITTLE PHARMA.


Ne pensez-vous pas que ce nouveau service de Conscience et de Liberté Religieuse chez HHS soit un grand défi ?


Réfléchissez. Il fournit à de nombreux groupes différents une couverture pour se défendre. Je pense qu'il est temps que les chrétiens et les libertaires, et les gens d'autres confessions religieuses se rendent compte que nous avons un intérêt commun dans la lutte contre une industrie pharmaceutique fâchiste.

Oui, nous devrions protéger les nonnes catholiques qui ne veulent pas adhérer à un régime d'assurance qui prévoit le contrôle des naissances. Et nous devrions protéger les infirmières qui ne veulent pas prendre part à des avortements. Et nous devrions protéger ceux qui ne veulent pas de vaccins contenant des tissus humains avortés pour leurs enfants, les musulmans et les juifs orthodoxes qui ne veulent pas de vaccins contenant des produits porcins, les végétaliens qui ne veulent pas de vaccins contenant des produits animaux ou le parent consciencieux qui fait sa propre recherche et arrive à la conclusion que TOUS LES VACCINS SONT UNE IDÉE VRAIMENT MAUVAISE.


Est-ce clair, au moment où je crois que vous êtes tous capables de tirer vos propres conclusions sur les vaccins ? J'ai ma propre opinion et je suis heureux de partager, mais je n'imposerai pas ma volonté à une autre personne.


Voilà pourquoi c'est un si grand défi


Le chef de la majorité à la Chambre, Kevin McCarthy (R - Californie) est l'une des personnes qui ont travaillé sur ce projet. Pensez-vous qu'il ne soit pas au courant de l'obligation vaccinale draconienne en Californie, laquelle a supprimé les exemptions religieuses et philosophiques (de conscience)?


Ce nouveau service chez HHS est un HOME RUN pour tous ceux qui croient en la liberté dans le choix des soins.


Dans un communiqué de presse publié jeudi par le Bureau des droits civils du HHS, le directeur Roger Severino a déclaré:


« Les lois protégeant la liberté religieuse et les droits de la conscience ne sont que des mots vides sur le papier si elles ne sont pas mises en application. Personne ne devrait être forcé de choisir entre aider les personnes malades et vivre selon ses convictions morales ou religieuses les plus profondes, et le nouveau service aidera à garantir la justice aux victimes de discrimination illégale.

Pendant trop longtemps, les gouvernements, grands et petits, ont traité les revendications de conscience avec hostilité au lieu de les protéger, mais le changement arrive et il commence ici et maintenant. »

 

Dans un article pour TownHall, le leader de la majorité à la Chambre, Kevin McCarthy, était très explicite : « Dans le passé, cet organisme envoyait comme message : «  Il n'est pas temps d'être libre, il est temps pour vous de vous conformer. Quelle différence en une année ! »


Le Dr Everett Piper de l'Université Oklahoma Wesleyan a fait écho à ces commentaires et a fait rire le groupe en notant combien il était difficile de remercier Santé et Services Humains plutôt que de les poursuivre en justice.


Le secrétaire intérimaire à la santé et aux services sociaux, Eric Hargan, a également eu quelques mots remarquables:


« Pendant trop longtemps, trop de ces professionnels de la santé ont été victimes d'intimidation et de discrimination en raison de leurs croyances religieuses et de leurs convictions morales, laissant nombre d'entre eux se demander s'ils avaient un avenir dans notre système de santé. Quand des américains de confiance sont victimes d'intimidation sur la place publique et hors du service public, quand le fanatisme est autorisé à se répandre, nous perdons tous. »
("Les membres du Congrès expliquent le besoin d'un nouveau sercice de la conscience religieuse et de la liberté religieuse", par Lauretta Brown, TownHall, 18 janvier 2018.)


L'avocat en moi reconnaît un langage juridique expansif et le cœur de mon petit plaideur se réjouit des arguments que je peux en tirer.


Qu'en est-il des droits de confidentialité de la HIPPA des infirmières qui refusent le vaccin contre la grippe et qui sont tenues de porter des masques, montrant ainsi leur position sur la vaccination ?

Qu'en est-il des infirmières qui ont le choix de se faire vacciner ou de perdre leur emploi ?


Le nouveau site internet du service de la conscience et de la liberté de religion dispose même d'un portail pratique pour déposer une plainte et encourage toute personne qui estime que ses droits religieux ou sa conscience ont été violés à porter plainte.


Qu'en est-il de tous les parents californiens vivant sous l'obligation vaccinale pour leurs enfants? Leurs droits religieux et de conscience ne sont-ils pas violés?


Le président Trump nous a donné un outil à utiliser contre la tyrannie. Mes chers frères et sœurs, il est temps de se saisir de cette arme et de l'utiliser contre notre ennemi commun.


LA TEMPÊTE ARRIVE  !!!!

 

 

 

Voir les commentaires

Plainte pénale 11 vaccins obligatoires : plus complète

26 Janvier 2018, 19:30pm

Publié par Ciel Voilé

Plainte pénale 11 vaccins obligatoires : plus complète

Mise à jour :


La plainte pénale a été complétée par maître Serge Lewisch après de nombreuses consultations de divers spécialistes. Elle est envoyée ce jour à notre base de données de 160 000 emails.Compte tenu des compléments apportés à la plainte initiale, contrairement à ce que nous pensions, nous ne pouvons plus nous contenter de votre accord par email pour la valider et il y a maintenant deux solutions :

Première solution : solution la plus simple, maître Serge Lewisch transmet au procureur de la République la plaine que vous avez signée, cela ne pose aucun problème et cette plainte est tout à fait valable ;

Deuxième solution : vous préférez signer la plainte complétée et diffusée ce jour, il vous faut signer la dernière plage de la plainte, nous la retourner à l’adresse de maître Lewisch ou par email à cette adresse : « vaccination-plainte-penale-1801@gcpww.org » avec de nouveau
la photocopie de votre pièce d’identité.

Vous trouverez également, en plus de la plainte complétée, un formulaire et deux textes que vous pouvez diffuser à votre convenance à vos contacts (plainte, formulaire et textes) en leur
proposant de nous rejoindre en envoyant la dernière page de la plainte signée accompagnée de la photocopie de leur pièce d’identité et du formulaire rempli par :
- Email : « vaccination-plainte-penale-1801@gcpww.org »
- Voie postale : Maître Serge Lewisch, 132 boulevard du Montparnasse –FR 75014 Paris

Précisions : notre petite équipe et totalement bénévole et Maitre Serge Lewisch nous représente pro bono (gratuitement) jusqu’au dépôt des plaintes au Procureur.

Nous avons reçu de nombreux dons et nous vous en remercions. Afin d’alléger notre travail, nous n’enverrons désormais des reçus qu’à ceux qui en feront la demande (merci pour votre compréhension). Nous avons à ce jour récolté 2650 €, ce qui qui nous permet de financer en partie les nouveaux envois de notre newsletter. Merci à tous les donateurs, petits et grands. Vos dons, même à 1 €, comme vos signatures, nous encouragent à continuer la résistance. C’est nécessaire face à cette dictature médicale qui se met en place et qui va nous  transformer en cobaye et en esclaves de l’industrie pharmaceutique et de ses complices.


Rappel :
Notre action est soutenue par MEDECINE & PHARMACOPEE CHINOISES FRANCE
qui se met bénévolement à notre service pour la gestion administrative de notre collectif - Vous pouvez soutenir notre action en faisant un don par virement bancaire, même pour 1 euro !
Coordonnées bancaires :
IBAN : FR76 1820 6002 5765 0396 8037 242 – BIC : AGRIFRPP882
RIB : BANQUE : 18206 GUICHET : 00257 N° de COMPTE : 65039680372 CLÉ : 42
DOMICILIATION : PARIS ORDENER (00257)
TITULAIRE DU COMPTE : ASSOC. MÉDECINE ET PHARMACOPÉE CHINOISE FRANCE

Ou par chèque à l’ordre de « ASSOC. MÉDECINE ET PHARMACOPÉE CHINOISE
FRANCE » adressée à :

M&PCF
C/O Maître Serge Lewisch
132 bld du Montparnasse
75014 Paris

 

Voir les commentaires

Derrière Hillary Clinton ?

24 Janvier 2018, 20:16pm

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

Pour prévenir et guérir la Malaria: les Armoises d’Artémis ou les vaccins chimériques de la Pharmacratie? Dossier n°2.

17 Janvier 2018, 18:38pm

Publié par Dominique Guillet

 

Les armoises pour guérir la malaria: de la Médecine Traditionnelle Eurasienne

aux découvertes de Pamela Weathers

Dans ce second dossier sur la Malaria, et sur les qualités médicinales antipaludiques des espèces du genre Artemisia, je présente tout d’abord l’utilisation médicinale plurimillénaire de ces Armoises dans les Médecines Traditionnelles Européenne et Chinoise. Je présente, ensuite, les découvertes de Pamela Weathers ainsi que trois annexes dont l’une est une traduction partielle d’une publication de cette biologiste, datant de 2014.

Pamela Weathers – qui est professeur de biologie et de biotechnologie – travaille dans son laboratoire, au Worcester Polytechnic Institute dans le Massachusetts, sur la malaria et Artemisia annua depuis plus de 25 années. Elle a publié de très nombreuses études… dont aucune n’a eu le moindre écho communiqué par la presse ou par la communauté scientifique Française travaillant sur la malaria. Pourquoi? Parce que Pamela Weathers affirme que l’on peut soigner la malaria avec de simples remèdes sous forme de tablettes de feuilles séchées et comprimées de variétés d’Artemisia annua à haute teneur en artémisinine. Il semble très patent que l’Industrie Pharmacratique et l’Industrie de la Recherche Française (financée par les fonds publics) n’ont que faire des découvertes de Pamela Weathers. Ces découvertes ne sont, d’ailleurs, que des redécouvertes ou des confirmations des propriétés médicinales des multiples espèces au sein du genre Artemisia – qui sont des Plantes Médicinales Maîtresses que les tradipraticiens connaissent depuis des millénaires, tout autant pour la malaria, que pour le cancer ou l’avortement.

Pamela Weathers est ostracisée en France parce que ses travaux prouvent que la malaria peut être soignée par des plantes médicinales, et dans ce cas précis par l’espèce Artemisia annua, qui peuvent être cultivées dans tous les jardins de l’Afrique et qui peuvent être processées, localement, par les populations – en toute autonomie.

L’autonomie alimentaire – par la production de nourriture saine et des semences afférentes – et l’autonomie médicinale – par la production de plantes médicinales et de semences afférentes – sont deux concepts qui sont, inéluctablement, combattus par tous les vecteurs mafieux du Terrorisme Alimentaire et Pharmacratique: les multinationales, la presse à la botte, une grande partie de la communauté scientifique et les valets d’Etat corrompus.

Pamela Weathers confirme, par ses travaux pratiques et cliniques, les conclusions de Karen P. Day – la Doyenne des Sciences de l’Université de Melbourne en Australie – que j’ai déclinées dans mon premier dossier sur la malaria. Cette chercheuse s’appuie sur l’analyse génomique du parasite pour prouver comment la diversité génétique du Plasmodium lui permet de contourner les résistances du système immunitaire et d’induire une infection chronique. Ses conclusions majeures sont, premièrement, qu’il existe vraisemblablement des centaines, sinon des milliers, de souches de Plasmodium et, secondement, que la vingtaine de vaccins – dans les tuyaux – sont tous, d’ores et déjà, voués à un échec patent. Elle affirme, catégoriquement, qu’il faut repenser fondamentalement la théorie du contrôle de la malaria.

A savoir que tout ce qui s’est fait avec les armoises – en termes de synthétisation, d’extraction et de chimérisation – depuis les années 1970, pour lutter contre la malaria ainsi que tout ce que la Mafia Pharmacratique nous promet – en nuances diverses et variées de chimérisation de type soft – comme étant dans leurs tuyaux d’innovation, dessert strictement la même destinée: les tuyaux d’échappement vers les oubliettes de l’histoire de la démence humaine, pour leurs inventions génocidaires, et les Tribunaux, pour les inventeurs criminels, afin que leurs méfaits ne sombrent pas dans les oubliettes de l’Histoire.

Les seules recensions rédigées, sur les recherches de Pamela Weathers, l’ont été par Pierre Lutgen dans son blog personnel sur le site internet de Malariaworld.org. Pierre Lutgen est le fondateur de l’Association IFBV-BELHERB qui oeuvre à la protection à l’encontre des maladies tropicales depuis plus d’une dizaine d’années en promouvant l’usage des plantes médicinales. Son association oeuvre, en Afrique, en partenariat avec l’Association La Maison de l’Artemisia animée par Lucile Cornet-Vernet. [37]  Tous deux sont des intervenants majeurs dans le documentaire récemment présenté, en décembre 2017, par le réalisateur Bernard Crutzen, avec le chanteur Stromae et Juliette Binoche: Malaria Business[34] Ce film accusateur ne va pas être très apprécié par l’Industrie du vaccin chimérique. Dans ses articles, Pierre Lutgen qualifie, d’ailleurs, l’OMS de “Vatican de la Malaria” alors que je le qualifie de “Organisation des Menteurs de la Santé”. La chasse aux prédateurs pharmacratiques est résolument ouverte.

******************************************

Les Armoises dans la Médecine Européenne Traditionnelle.

Dans l’ouvrage “Diagnoses in Assyrian and Babylonian Medical Analyses”, il est stipulé que l’Armoise était utilisée, en application externe, par les Assyriens pour soigner diverses pathologies. Il s’agissait probablement d’Artemisia judaica et d’Artemisia absynthium. Dans l’ouvrage “Ancient Egyptian Medicine: The Papyrus Ebers”, les auteurs écrivent que le “Papyrus Ebers” évoque des prescriptions d’Armoise, en Egypte, en tant que tonique, pour chasser les vers, pour guérir les blessures, pour les problèmes de digestion, pour les maux de tête, pour les hémorragies, pour l’arthrite, etc.

 

Le pharmacien Grec du premier siècle EC, Dioscorides, évoque, pour la sphère gynécologique, les qualités médicinales, et abortives de plusieurs espèces d’Artemisia: Artemisia absynthium, Artemisia abrotanum, Artemisia campestris et Artemisia arborescens: «Lorsqu’en décoction, ces espèces sont adéquates pour utiliser en bains de siège pour stimuler les règles, pour les suites de l’accouchement, pour les embryons et les foetus, pour les inflammations et occlusions utérines, pour dissoudre les calculs rénaux et pour la rétention urinaire. L’application libéralle de la plante, sur la partie inférieure de l’abdomen, permet de déclencher les règles. Ses jus, triturés avec de la myrrhe et appliqués localement, favorisent l’expulsion d’autant de choses de l’utérus que les bains de siège. Une infusion de trois drachmes de feuilles peut être également prescrite pour favoriser ce type d’expulsion».

Le médecin Grec Soranus conseillait un bain de siège avec des armoises (Artemisia absynthium, Artemisia abrotanum et Artemisia vulgaris) pendant 2 ou 3 jours pour induire un avortement.

Pline transféra une pléthore d’informations concernant les espèces d’Artemisia, y compris la confection d’un vin médicinal à partir d’Artemisia pontica – à raison de 500 grammes de matière sèche pour 20 litres de vin.

Pour Emilius Macer, Artemisia absynthium constituait son “herbarum matrum”, sa plante mère, sa plante première, avec en seconde position, Artemisia abrotanum. Les grands médecins Juifs et Arabes vantèrent tout autant les propriétés des diverses espèces d’Armoises – tels qu’Al-Kindī, Maimonides, Ibn Sīnā, Constantin l’Africain… Hildegarde de Bingen considérait l’absinthe comme la plante maîtresse, pour les femmes, à l’encontre de tous leurs épuisements: «est principalis magistra ad omnes languores». Au 16ème siècle, les écrivains et botanistes Hieronymus Bock, Otto Brunfels et Leonhart Fuchs l’appelaient également la “Mère de toutes les plantes”.

John Riddle explique dans ses divers ouvrages (Eve’s Herbs) que les Artemisias ont été utilisées pour l’avortement de l’antiquité à nos jours même si certains auteurs classiques n’ont pas voulu le reconnaître et surtout même si la littérature moderne n’en souffle mot. Il existe d’ailleurs, souvent, une correspondance entre les propriétés anthelmintiques et les propriétés abortives d’une plante.

L’Artemisia maritima/Artemisia cina s’appelle “l’Armoise barbotine”, la “Sémentine” et “Semenzina” en Italien pour petite semence. Le terme Sémentines s’applique également aux célébrations des semences ou Paganalia – un festival pour honorer la Terre Mère et protéger ses semences. Elle est également appelée la “Santonine” et la “Santonique” – les Santons étaient un peuple Celte. C’est du nom de ce peuple Gaulois qu’est issu le terme Santonine – qui est également l’un des composants majeurs de certaines espèces d’Armoises. La santonine est réputée être très abortive ainsi que le précise l’ouvrage “Meyler’s Side Effects of Drugs” (page 730).

Une autre appellation de cette plante est “Semen contra”, supposément une contraction de “Semen contra vermes”, la “semence contre les vers”. L’appellation “Semen contra” est également donnée à l’Epazote, Dysphania ambrosioides (anciennement Chenopodium ambrosioides), une plante très efficace, également, à l’encontre des vers et de la malaria. Cependant, le terme “semen” en latin est tout autant nominatif qu’accusatif. Ainsi, il se pourrait fort bien que l’expression “Semen contra” ne soit  strictement pas une contraction, de l’expression ci-dessus, mais qu’elle signifie, purement et simplement, “contre la semence” – de par ses propriétés extrêmement abortives. Et l’Epazote, dans tous les Amériques Latines, est tout autant réputée pour ses propriétés vermifuges qu’abortives. La définition pour “Semen contra” dans certains ouvrages est un mélange de capitules de nombreuses espèces d’Artemisias. Au milieu du 19ème siècle, il existait commercialement, par exemple, du Semen contra d’Aleppo et du Semen contra de Barbarie.

En 1649, Nicholas Culpepper, dans son ouvrage “Pharmacopoeia Londinensi”, affirme que l’Artemisia abrotanum, en sus de ses qualités médicinales à l’encontre des poisons, des insectes, des vers, etc, est également un aphrodisiaque.

Culpepper était déjà, en son temps, un Kokopelli des plantes médicinales. Il refusait le monopole croissant des pharmaciens, les “Apothicaires” – un nom signifiant ceux qui stockent – dont l’obsession n’était pas tant de soigner que d’amasser des gains. A cette époque, déjà, les pharmaciens concoctaient des complexes secrets alors que le contre-mouvement de Culpepper avait pour objectif de développer l’usage familial des simples médicinales provenant de la nature ou des jardins.

De 1844 à 1847, l’armée Française prescrivait de l’absinthe à ses troupes lors de la colonisation de l’Algérie – afin de lutter contre la malaria.

 

Voir les commentaires

Victoire des opposants à l'aéroport Notre Dame des Landes

17 Janvier 2018, 18:11pm

Publié par Reporterre

Victoire des opposants à l'aéroport Notre Dame des Landes

Notre-Dame-des-Landes : le projet d’aéroport est abandonné

Reporterre, le 17 janvier 2018

EN DIRECT DE LA ZAD

  • 16 h - Toutes les composantes de la lutte anti-aéroport ont donné une déclaration commune reprenant leur communiqué et rappelant « l’importance de construire l’avenir de la Zad ». « Une déclaration où se mêle la joie et le soulagement », d’après notre journaliste, qui a également constaté, « face à la ruée violente et à la mêlée ouverte des journalistes » au moment de la déclaration, que ses confrères « n’étaient décidément pas prêts pour l’autogestion ».
  • 14 h 30 - L’annonce a été écoutée à la Rolandière par une quarantaine de zadistes, à l’écart des journalistes. Dans le même temps, une banderole a été préparée et installée sur le Phare, affichant : « Et toc ! Rendez-vous le 10 février. » Ce groupe a ensuite quitté la Rolandière pour aller à la Wardinne afin de préparer la conférence de presse. Également, une grande banderole « Merci ! » est en préparation : elle sera ensuite emmenée par les habitants de la Zad de ferme en ferme, pour aller saluer et remercier les agriculteurs « historiques », et célébrer avec eux cette victoire.
  • Le mouvement anti-aéroport s’est donné rendez-vous ce mercredi à 18 h à La Vache rit. D’après notre journaliste présent sur place, « un hélicoptère de la police survole la zone ».
  • Sur le site internet des habitants de la Zad, les opposants « demandent à toutes les personnes qui souhaitent [les] soutenir de rester vigilant.e.s et d’attendre un appel clair de [leur] part avant de venir sur la Zad. »
Dans le village de Notre-Dame-des-Landes, les militants de l’Acipa attendent la décision

LESACTIONS DES OPPOSANTS À L’AÉROPORT

  • Pour la Confédération paysanne, cet abandon est « aussi une victoire pour les générations futures. Au XXIe siècle, les terres nourricières ne peuvent plus être le réservoir sans fond de projets d’artificialisation ». Le syndicat demande un moratoire pour la suite de la gestion des lieux afin de se donner du temps : « Il faut maintenant mettre les acteurs autour de la table pour pouvoir pérenniser les lieux de vie car les activités agricoles foisonnent sur place, mais aussi pour que la vie retrouve son cours. » Il espère également que ce dénouement servira de leçon à l’avenir : « Au vu du nombre de projets d’artificialisation des terres agricoles en cours, il faut en faire un nouvel impératif de prise de décision quant à l’opportunité de ces projets face au gaspillage des terres agricoles. »
  • Pour Michel Dubromel, président de France nature environnement, « cette décision courageuse montre que, loin de s’entêter dans un projet du passé, le gouvernement change de logiciel, intègre les enjeux d’aujourd’hui et, via une méthode innovante, sort par le haut de ce dossier complètement enlisé », explique-t-il dans un communiqué. Concernant la gestion des terrains prévus pour l’ex-projet d’aéroport, France nature environnement demande au gouvernement « de prendre le temps de coconstruire un projet de territoire, basé sur les atouts de celui-ci. Et ce avec l’ensemble des habitants et des parties prenantes. L’avenir de ce territoire ne doit pas être une urbanisation et une agriculture intensive destructrices, mais passe notamment par l’agroécologie pour aménager ce territoire de manière durable et développer, en circuits courts et de proximité, des activités et des pratiques compatibles avec la préservation de l’environnement ».
  • Jointe par Reporterre, Geneviève Coiffard, membre de la coordination du mouvement anti-aéroport se réjouit d’une « formidable victoire collective », « reconnue et ressentie comme telle par tous, habitants de la Zad, agriculteurs historiques, associatifs, naturalistes ». Elle décrit comment jeunes habitants et agriculteurs ont célébré l’annonce de l’abandon du projet, en dansant ensemble. Chacun sait ce qu’il doit aux autres composantes : « Si les historiques n’avaient pas tenus, on n’en serait pas là. Si les nouveaux habitants n’étaient pas venus, on n’en serait pas là non plus. » Cette intelligence collective caractérise d’après elle la lutte de Notre-Dame-des-Landes : « Cette lutte est inouïe et complètement hors norme quant à sa durée, la diversité et le nombre de personnes, et la diversité des tactiques. » Et maintenant ? « Il est urgent de s’occuper de la route D281, dite “route des chicanes”. Ce problème doit être résolu par le mouvement et au sein du mouvement, sans attendre la Saint-Glinglin, mais sans intervention des forces de l’ordre. Mais, vu qu’il n’y a plus de projet d’aéroport, il n’y a pas de raison pour que cette route reste dans l’état actuel », c’est-à-dire encombrée et donc difficile d’accès. Quant à l’avenir de la Zad et des terres, elle espère qu’une structure légale issue du mouvement pourra gérer les terres revenues sous le giron du conseil général, par exemple sous la forme d’un bail emphytéotique. Cette structure pourrait ensuite redistribuer les terres aux personnes qui souhaitent la cultiver, de manière conventionnelle ou hors cadre (sans cotiser auprès de la Mutualité sociale agricole). « On craint que les terres ne soient vendues pour créer de grandes exploitations », explique-t-elle. En tout état de cause, « tout ceci va prendre du temps, pour penser les structures juridiques et les projets agricoles, il ne faut pas nous précipiter ». Le rassemblement du 10 février devrait permettre d’impulser une nouvelle page de l’avenir de la Zad.
  • Dans un communiqué commun, l’ensemble des composantes du mouvement anti-aéroport salue « une victoire historique face à un projet d’aménagement destructeur » rendue « possible grâce à un long mouvement aussi déterminé que divers ». Dans le futur, « ce territoire doit pouvoir rester un espace d’expérimentation sociale, environnementale et agricole ».
    En ce qui concerne l’avenir de la Zad, l’ensemble du mouvement réaffirme dès aujourd’hui :
  1. La nécessité pour les paysans et habitants expropriés de pouvoir recouvrer pleinement leurs droits au plus vite ;
  2. Le refus de toute expulsion de celles et ceux qui sont venus habiter ces dernières années dans le bocage pour le défendre et qui souhaitent continuer à y vivre ainsi qu’à en prendre en soin ;
  3. Une volonté de prise en charge à long terme des terres de la Zad par le mouvement dans toute sa diversité — paysans, naturalistes, riverains, associations, anciens et nouveaux habitants.
    Le mouvement s’engage à rouvrir la route D281, fermée à la circulation depuis 2013. « La présence ou l’intervention policières ne feraient donc qu’envenimer la situation », précisent les opposants.
  • Selon Marie Toussaint, présidente de l’ONG Notre affaire à tous :

La résistance à NDDL fut légitime car ce projet n’aurait jamais dû exister. C’est précisément l’inadéquation de notre droit et de notre démocratie qui a mené à son déploiement, et donc à l’occupation des terres. En 2017, 312 défenseurs des droits humains et environnementaux ont été tués dans 27 pays. Après la décision de non-lieu pour Rémi Fraisse, la France ne peut contribuer à l’augmentation de ce chiffre terrifiant. »


LESACTIONS DES FEMMES ET HOMMES POLITIQUES

  • Interrogée par Reporterre à l’Assemblée nationale, la députée LREM Barbara Pompili se félicite de cette annonce : « On se donne deux mois pour travailler sur ce territoire, pour qu’il revienne à l’agriculture et pour trouver des solutions apaisées avec ceux qui y sont. » La députée a salué « une décision courageuse et intelligente » par laquelle « le gouvernement met en adéquation ses paroles et ses actes sur le développement durable ». Quant à l’avenir des habitants de la Zad, elle les invite « à expérimenter et à travailler ensemble avec les autorités plutôt que de se braquer ». Enfin, quant à la question de voir des Zad se multiplier, c’est d’après elle un « fantasme » : « On a avancé sur le fait de pouvoir réfléchir au projet en amont, en discuter avec les populations et avoir une recherche d’alternatives. »
  • Pour Matthieu Orphelin, député LREM opposant à l’aéroport, « ce n’est pas la victoire des uns contre les autres ». Il parle d’une bonne décision, apaisante, qui permet une sortie par le haut. Le choix du gouvernement va plus loin que le rapport des médiateurs, qui proposait une réserve foncière au cas où l’on voudrait faire aéroport plus tard. On va faire de Notre-Dame-des-Landes un grand projet agricole pour le XXIe siècle. Sur la méthode, « le gouvernement a été irréprochable », selon lui. Qu’en est-il de l’avenir de la Zad ? « Sans délai, les routes doivent être entièrement nettoyées, et c’est aux opposants de prendre cette responsabilité », insiste-t-il, tout en se disant « soulagé » de savoir que ce soir, « il n’y aura pas des centaines de policiers » dans le bocage nantais. Enfin, il balaie l’hypothèse de « créer un précédent et pousser à la création de Zad » : « Ce qui crée un précédent, c’est que plus jamais en France, un projet d’aménagement ne sera mené sans que les alternatives aient été étudiées. En ce sens, il y aura un avant et un après Notre-Dame-des-Landes. »
  • Dans un communiqué, le groupe de la France insoumise à l’Assemblée nationale se félicite de la décision, qui « confirme et valide la résistance sans faille qui s’est organisée depuis cinquante ans sur place avec des réseaux de sympathie active dans le pays ». Tout en refusant une expulsion de la Zad, les députés insoumis espèrent que Notre-Dame-des-Landes deviendra « une terre d’expérimentation concrète de la transition écologique ».
  • Pour l’écologiste Julien Bayou, « cette victoire est à savourer ». Sur Twitter, il espère que cette décision créera « un précédent important pour que développement économique rime avec préservation de l’environnement et du vivant ». Il en appelle à la discussion sur la Zad, car dit-il, « l’évacuation dans la violence serait contreproductive ».
  • Bruno Retailleau, ex-président du conseil régional des Pays de la Loire et sénateur de Vendée, partisan historique du projet d’aéroport, dénonce la « capitulation » et la « trahison » d’Emmanuel Macron. Il détaille sa position sur son site personnel : « Emmanuel Macron vient de capituler en rase campagne. Les Zadistes ont gagné. L’État vient de donner raison aux voyous et de désavouer le vote des citoyens. C’est un scandale démocratique qui nous emplit de colère et d’amertume. Désormais, chacun sait qu’en France il suffit d’un chantage à la violence pour faire plier l’État. Mais on ne gagne jamais la paix en capitulant ; on contraire, en capitulant, on légitime et on encourage la violence. Je souhaite que la Zad soit évacuée mais Emmanuel Macron prend la très lourde responsabilité d’exposer pour rien la vie des forces de l’ordre. »

La suite de l'article sur le site Reporterre ...

 

Notre-Dame-des-Landes : le projet d’aéroport est abandonné

Voir les commentaires

Trump s'attaque au trafic d'êtres humains

17 Janvier 2018, 08:14am

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

Mes chers confrères, parlons vaccins

10 Janvier 2018, 15:15pm

Mes chers confrères, parlons vaccins
Mes chers confrères, parlons vaccins
Mes chers confrères, parlons vaccins
Mes chers confrères, parlons vaccins

Mes chers confrères, parlons vaccins

C'est une petite lettre ouverte à l'ensemble de mes confrères médecins, mais dont les lecteurs d'Agoravox pourront profiter utilement, si on ne fourgue pas ce travail aux oubliettes. J'y explique comment et pourquoi les médecins croient faire du bon travail, en toute bonne foi, alors qu'en fait ils créent une longue litanie de pathologies qui vont alimenter leur clientèle de longues années durant.

Mes chers confrères. 

Vous croyez en l'efficacité des vaccins. Pourquoi ? Parce qu'on vous l'a dit. En fait, bien peu d'entre vous les ont étudiés sérieusement par eux-mêmes, et ceux-là ont généralement renoncé aux vaccins. Les autres seraient pourtant bien en peine de dire si leur patient, s'il n'a pas la polio, le doit au vaccin. C'est pourtant, aujourd'hui, bien plus un acte de foi qu'une certitude, cette maladie ayant disparu sous nos cieux, et vraisemblablement pas grâce au vaccin, mais parce que c'est le destin habituel des épidémies de disparaître spontanément.
Vous croyez aussi en l'innocuité des vaccins. Là, l'explication de votre cécité est plus complexe.

On vous confie des enfants en parfaite santé, vous les vaccinez, et vous constatez qu'ils ne sont pas plus malades que les enfants que vous avez vaccinés les années précédentes. Et vous avez tout à fait raison : les nouveaux vaccinés ne deviennent ni plus ni moins malades que les anciens.

Ainsi, considérant qu'il est normal que 10% des enfants soient asthmatiques, vous jugez que les nouveaux vaccinés ne présentent pas cette pathologie davantage que vos anciens petits patients.

Et vous avez encore raison.

Et cela vous rassure.

Et cela vous conforte.

Les laboratoires vaccinaux ne font pas autre chose. Ils comparent un nouveau vaccin à un ancien, et constatent que le nouveau ne fait pas plus de dégâts que l'ancien, sauf certains, comme l'Hexavac et le Rotatec par exemple, qu'on retire du marché en catimini peu après les avoir chaudement recommandés, quand ils ont occasionné quelques décès. D'autres, comme le Méningitec, parviennent encore à s'accrocher, malgré 240 plaintes au tribunal de Clermont-Ferrand (et peut-être 550). "Petits" problèmes liés aux nanoparticules, semble-t-il : présence de poussières d’acier inoxydable, de plomb, de zinc, de titane, et même de zirconium, un composé « légèrement radioactif », composants qui pénètrent les cellules et n'en sortiront jamais.
Pour eux comme pour vous, en dehors de ces petits détails vite étouffés par les media, tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Aucune raison, donc, de vous remettre en question. Les vaccins sont efficaces, puisque vous ne diagnostiquez plus ni rougeoles ni polios.

Ils sont inoffensifs, puisque vous ne constatez pas plus de pathologies qu'il y a dix ans. Sauf peut-être, peut-être, en cherchant bien, davantage de cas d'autismes régressifs, environ 300 fois plus de cas qu'il y a 50 ans, mais nous en reparlerons un jour.

Alors, pourquoi est-ce que je viens jouer les éléphants dans votre beau magasin de porcelaine ?

Tout simplement parce qu'il y a un biais cognitif dans vos observations.

Vous comparez ce qui paraît comparable, mais la comparaison n'est pas la bonne. Pourtant, vous auriez du constater que là où on voyait un enfant asthmatique sur 100 enfants il y a 30 ans, on en observe dix aujourd'hui, et comme la grenouille qu'on met dans la casserole d'eau froide et qui ne s'aperçoit pas que la température monte, et qu'elle va bouillir, parce que c'est insidieux, progressif, vous n'avez rien vu venir. Même si les plus anciens ont constaté ce quasi décuplement, ils l'attribuent commodément à la pollution.

La bonne comparaison , qui n'est plus guère facile aujourd'hui puisqu'on vaccine tout le monde à tour de bras, consiste à comparer des enfants vaccinés avec des non-vaccinés. Mais la mauvaise santé est devenue la norme, et il n'y a plus rien à comparer. Cela parait pourtant élémentaire, d'étudier cette comparaison, mais elle n'a jamais été faite sur un plan national ou mondial. 

Elle n'est pas faite parce qu'on ne veut pas la faire. Et on ne veut pas la faire parce que ses résultats seraient tout bonnement effroyables. Ils rendraient les population furieuses, et les médecins tremblants de honte.

Comme prétexte pour ne pas les faire, on avance qu'il serait criminel de priver des bienfaits de la vaccination ces pauvres enfants qui serviraient de témoins, vierges de tout vaccin, et de les mettre ainsi en danger.

C'est bien commode...

Parce que ces études, elles ont tout de même été faites, sans que vous en ayez entendu parler. Il existe des communautés où on ne vaccine pas. Et on a pu faire ces comparaisons. Toutes ces études vont dans la même direction, aboutissent aux mêmes conclusions.

Et en voici les résultas.

Sur 1000 petits patients que vous vaccinez, vous voyez, avec des taux de gravité divers, 36 épilepsies. Ca vous parait la norme. Mais chez les non-vaccinés, il n'y en aurait que trois.

Vous voyez, avec des taux de gravité divers, 53 scolioses. Ca vous parait la norme. Mais chez les non-vaccinés, il n'y en aurait que cinq. (Oui, cela paraît curieux : il semble que les toxiques vaccinaux provoquent une souffrance neurologique qui contracte anarchiquement les muscles para-vertébraux, provoquant cette déformation).

Vous voyez, avec des taux de gravité divers, 180 asthmes et bronchites récidivantes. Mais chez les non-vaccinés, il n'y en aurait que vingt-trois.

Vous voyez 80 hyperactifs. Mais chez les non-vaccinés, il n'y en aurait que vingt.

La où vous voyez 70 maladies auto-immunes, vous n'en verriez que quatre.

La où vous voyez 150 sinusites, vous n'en verriez que sept.

La où vous voyez 20 diabètes de type1, vous n'en verriez que sept.

J'arrête ici, vous verrez le reste sur le schéma qui suit.

Mais est-ce que vous vous rendez compte que par votre vaccin, sur 1000 enfants, vous avez créé de toutes pièces, 48 scolioses, 33 épilepsies, 60 hyperactivités, 157 asthmes et bronchites, 143 sinusites, 66 maladies auto-immunes, 13 diabètes de type 1, qui n'auraient jamais existé si vous n'aviez pas vacciné ?

Vous pouvez pinailler sur ces chiffres, prétendre même qu'ils sont exagérés d'un facteur 2, si ça vous fait plaisir et bien que ce soit faux : ça ne résoudra pas votre problème : vous faites du mal aux enfants en croyant les protéger, et il est urgent d'en prendre conscience.

Et Mme Buzyn, qui attend la fin de son mandat de Ministre pour aller pantoufler dans les conseils d'administration des grands laboratoires en remerciement de ses services, comme bien d'autres avant elle et bien d'autres après, qui vient dire, en pleine Assemblée Nationale, que les vaccins sont absolument sans dangers, devant une cour de députés ignorants qui applaudissent en choeur, c'est à vomir...

Vérifiez par vous-mêmes, et vous aboutirez à cette même conclusion : avec ces vaccins, pour la plupart aujourd'hui inutiles, vous abimez les enfants qu'on vous confie en bonne santé.

Vous échangez des coqueluches contre des asthmes et des rougeoles contre des autismes. Si les premières durent quelques jours et protègent à vie, les seconds perdurent toute une existence.

C'était par ignorance, ce sera, maintenant que vous savez, par entêtement ou fanatisme. On peut même trouver bien pire comme qualificatif. 

Vous savez qu'il meurt chaque année en France 250 enfants de Mort Subite du Nourrisson. Inexplicables, vous dit-on. L'expérience japonaise de 1975 à 1980, où le Japon reculé à deux ans l'âge des premières vaccinations, a montré un recul de 90% des cas.

 En France, cela ferait 225 MSN en moins. Alignés, ça fait environ 150 mètres. Représentez-les vous visuellement. Puisse mon cynisme délibéré vous déchirer les tripes et ouvrir vos yeux.

N'attendez pas d'être responsable de la prochaine MSN, on en relève tout de même près d'une par jour en France, et ça pourrait tomber sur vous (si j'ose dire).

Ne soyez plus complices.

https://web.archive.org/web/20150323123915im_/http://www.vaccineinjury.info/images/stories/comparison%20vaccinated-unvaccinated.jpg

J'en profite pour ajouter un article précédemment refusé, qui complète utilement celui-ci :

La dernière étude publiée est tout à fait éloquente et date de cette année.

http://www.cmsri.org/wp-content/uploads/2017/05/MawsonStudyHealthOutcomes5.8.2017.pdf

L'étude pilote du Dr Mawson concerne environ 700 enfants scolarisés à la maison. C'est un reproche qui est souvent fait par les vaccinalistes, ce qui est d'un cynisme rare, quand on sait qu'on ne peut plus mettre un enfant à l'école s'il n'est pas vacciné : dès lors, où trouverait-on des sujets d'étude ? Seulement chez les opposants à la vaccination qui sont contraints d'éduquer leurs enfants chez eux pour leur éviter les vaccins, non sans de bonnes raisons, comme on va le voir.

De la page 5 à 8, on trouve des colonnes de chiffres, que j'ai partiellement résumés ici :

 

C'est vrai, il y a du positif :  

  Vaccinés Non vaccinés

Varicelle 7,9%  25,3%

Coqueluche 2,5% 8,4%

Rubéole 0,3% 1,9% 


 

La belle affaire....


 

Car côté négatif :


 

Otites 19,8% 5,8% (x 3,41)

Pneumonies 6,4% 1,2% (x 5,33)

Rhinites allergiques. 10,4% 0,4% (x 26)

Allergies 22,2% 6,9% (x 3,22)

Hyperactivité 4,7% 1% (x 4,7)

ASD(autisme et spectre) 4,7% 1,0% (x 4,7)

Eczema 9,5% 3,6% (x 2,64)

Difficultés. Apprent. lecture 5,7% 1,2% (x 4,75)

Desordres. Devel. Neuro : 10,5% 3,1% (x 3,39)

Toutes affections chroniques. 44% 24,9% (x 1,77)


 

On pourrait s'arrêter là, et conclure à l'évidence.

D'autant que cette étude ne parle ni d'épilepsie (x 11), ni de diabète (x3), ni de troubles de la fonction thyroïdienne (x17), ni de nombreuses autres pathologies comme je vous le montrerai dans un graphique en fin d'article.

Maintenant, cette étude est-elle isolée ? Pas du tout. On en trouve quelques dizaines, qui aboutissent toutes aux mêmes conclusions. 

Avec la permission de ma très récente et pourtant très chère amie Françoise Berthoud et des Editions Jouvence, je vais citer quelques pages de son livre "La Bonne santé des enfants non vaccinés", qui concerne ces études.

 

Angleterre

Michel Odent s’est intéressé au devenir des enfants non vaccinés contre la coqueluche. Dans le JAMA en 1994, il étudie 450 enfants allaités longtemps au sein dans le cadre de La Leche Ligue (groupe de soutien à l’allaitement animé par des femmes ayant elles-mêmes allaité leur bébé). 10,69 % des enfants vaccinés contre la coqueluche souffrent d’asthme contre 1,97 % chez les enfants non vaccinés.

Le même auteur étudia en 1997 des enfants d’une école Steiner : sur 125 enfants vaccinés contre la coqueluche, 18,4 % sont sujets à de l’asthme, contre 4,02 % chez 149 enfants non vaccinés. Dans les deux études, le risque de souffrir d’asthme est donc environ cinq fois plus élevé chez les vaccinés.

Hollande

En Hollande, le groupe NPKV a étudié en 2004 un groupe de 635 enfants non vaccinés. Ils étaient globalement nettement moins malades que les enfants vaccinés et présentaient cinq fois moins d’asthme et trois fois moins de troubles du comportement que les sujets contrôles vaccinés.

Europe centrale 

Un groupe de pédiatres12 a étudié 14 893 enfants d’écoles Steiner de cinq pays (Autriche, Allemagne, Hollande, Suède et Suisse) en comparant la santé des enfants élevés dans le style de vie des anthroposophes avec un groupe témoin. Ces enfants sont moins vaccinés que la population générale et ont donc encore l’occasion de « faire leurs maladies d’enfance ». Les auteurs signalent que ces enfants sont globalement en très bonne santé et moins souvent malades que les enfants des populations vaccinées.

Allemagne

Avant la chute du mur de Berlin en 1989, une des pédiatres de l’étude précédente, Erika von Mutius, avait comparé les deux populations séparées à l’époque par le mur.

À l’Est, on décrit des familles plus nombreuses, une plus grande promiscuité, davantage de chats et de chiens... et une faible couverture vaccinale.

Cette population souffrait alors de moins d’allergies qu’à l’Ouest.

La différence s’est effacée à la chute du mur.

Trop protéger les petits contre tout type d’infections les empêche de créer une immunité solide. Une étude montre que les enfants placés tôt en collectivité sont moins malades plus tard dans l’enfance. Ce type d’observation a fait dire à David Strachan, épidémiologiste fameux : « Donnez-nous aujourd’hui nos germes quotidiens...13 »

Espagne

Xavier Uriarte et J. Manuel Marín ont publié à Barcelone en 1999 une étude portant sur 314 enfants non vaccinés suivis pendant 25 ans (1975-2000). On observe dans ce groupe :

- une majorité d’accouchements naturels à la maison ou en maison de naissance,

- un allaitement prolongé,


-  pas de vaccinations,


-  l’utilisation de thérapies douces en cas 
de maladies,

- un apprentissage d’autogestion de la santé.
Les quelques maladies observées 
(7 coqueluches, 4 diphtéries, 8 rougeoles, 10 oreillons, 2 rubéoles, 1 hépatite A) n’ont laissé aucune séquelle. Les parents trouvent que leurs enfants vont très bien.

D’après les chiffres officiels des épidémiologistes, 20 % des enfants de la population générale souffrent d’allergies et d’asthme, ce pourcentage ne cessant de croître chaque année. Dans ce groupe des 314 enfants, on n’en retrouve que 3,33 %.

Nous avons donc là six à sept fois moins d’allergies chez les enfants non vaccinés.

Ces chiffres sont donc encore plus probants que ceux de Michel Odent (ce dernier n’avait étudié que des enfants avec ou sans vaccin coqueluche). Ici, il n’y a eu aucune vaccination dans le groupe étudié.

On observe en outre que les frais de santé sont réduits : pas de vaccinations (coût du vaccin et de la consultation) peu de maladies et hospitalisations courtes (le plus souvent pour des traumatismes).

États-Unis

Je cite deux observations : les Amish et l’expérience de Homefirst.

Les Amish

L’histoire de ce groupe humain remonte à l’an 1693, lors d’un schisme de l’église anabaptiste, en Suisse centrale. Beaucoup d’entre eux traversèrent l’Atlantique au début du XVIIIe siècle et s’appelèrent alors les Mennonites. Ils sont connus pour leur mode de vie simple, agricole, leur manière antique de se vêtir et leur réticence 

quant aux « bienfaits technologiques » du monde moderne.

Ils parlent des dialectes allemands ou suisses allemands.

En 2000, on en comptait 165 000 au Canada et aux États-Unis, puis 227 000 en 2008. C’est le groupe humain américain du Nord ayant le plus fort taux de natalité (6,8 enfants par famille)... ils refusent en effet en bloc avortement et contraception. Les Amish pratiquent la non-violence et refusent toute intégration à l’armée. Ils subissent parfois des pressions du monde extérieur dans les domaines du travail des enfants et de l’âge où se termine la scolarité obligatoire (ils ont leurs propres écoles, primaires seulement). Au niveau des obligations vaccinales, très sévères aux États-Unis, ils parviennent à passer entre les gouttes.

Depuis 2005, le journaliste d’investigation Dan Olmsted étudie l’épidémie d’autisme14 et ses liens avec des facteurs environnementaux, en particulier le mercure contenu dans les vaccins. En 2007, il écrit The Age of Autism, ouvrage bien sûr largement controversé par la médecine conventionnelle et vaccinatrice. Lors de son enquête chez les Amish de Pennsylvanie, il trouve quatre enfants autistes alors que, dans une population standard aux États-Unis, de même importance numérique, on aurait dû statistiquement en trouver 140. L’un de ces quatre enfants avait été exposé à un environnement chargé de métaux lourds, et les trois autres avaient été vaccinés avant d’être adoptés dans la communauté.

Dr Frank Noonan, médecin de famille dans le comté de Lancaster, Pennsylvanie, qui a travaillé dans la communauté Amish pendant un quart de siècle déclare : « Je n’ai pas vu d’autisme chez les Amish. »

HomeFirst

À Chicago, depuis les années 1970, les services médicaux HomeFirst pra- tiquent des accouchements à domicile et suivent beaucoup d’enfants non vac- cinés, l’état d’Illinois étant relativement permissif quand aux obligations vaccinales. Son directeur médical, le Dr Mayer Eisenstein15, n’a pas connaissance de cas d’autisme dans sa clientèle. Nous le citons : « Nous avons une assez grande pratique. Nous suivons au fil des ans 30 000 à 35 000 enfants (dont 15 000 nés à domicile par nos soins) et je ne pense pas que nous ayons un seul cas d’autisme chez les enfants qui n’ont jamais reçu de vaccins. Ce diagnostic est évident, il est difficile à manquer. »

Dans la clientèle de Homefirst, on ne trouve pratiquement pas non plus d’enfants asthmatiques. Le Dr Eisenstein et ses confrères pensaient d’abord que c’était grâce à l’allaitement maternel, mais ils réalisèrent plus tard que ce sont surtout les vaccinations qui entrent en jeu.

Australie

« Les enfants de Hopewood, les gosses en meilleure santé d’Australie16. »

En 1942, 85 enfants dont les mères ne pouvaient s’occuper correctement furent reçus dans une grande demeure à la campagne. Les bébés recevaient du lait de chèvre et les plus grands du lait de vache au début, remplacés plus tard par des jus de légumes et de fruits frais, qui produisaient moins de mucus. Leur alimentation était constituée de fruits, de légumes racines et de légumes verts, d’œufs, de noix, de riz, de porridge, de pain et de biscuits complets, de fruits secs, de beurre non salé, de lentilles et de soja. L’eau qu’ils buvaient était pure, exempte de chlore. Les « bonbons de Hopewood » se composaient de caroube, noix de coco, fruits secs et miel.

Le Service de Santé officiel, inquiet, exigea un jour qu’on leur donnât de la viande, mais les enfants la refusèrent. Les nutritionnistes qui analysèrent alors leur régime le trouvèrent adéquat et même supérieur au régime orthodoxe quant à la richesse en protéines, en hydrates de carbone, graisses et minéraux. On oublia la viande...

Dans ce groupe d’enfants, on ne signala aucune hospitalisation pour maladie ou opération. Aucun médicament ni aucun vaccin n’avait été administré.

Un dentiste les contrôla et trouva vingt fois moins de caries que chez les enfants de la ville. L’oto-rhino-laryngologiste n’avait jamais vu d’amygdales et de végétations aussi tranquilles, et le psychologue parla d’enfants remarquablement heureux et autonomes, malgré le fait que beaucoup d’entre eux n’avaient pas été nourris au sein ni maternés par leur mère.

Nouvelle-Zélande

Dans un livre publié par la société néo- zélandaise de réflexion sur les vaccins17 sont rapportées deux études, faites en 1992 et 1999. La bonne santé des enfants non vaccinés est claire : moins d’allergies, mais aussi moins d’otites, d’angines, de rhumes persistants, d’amygdalectomies, d’épilepsie et de troubles du comportement, l’hyperactivité en particulier.

Japon, et l’âge où l’enfant est vacciné

En 1975, le Japon décida de retarder l’âge des vaccinations à 2 ans plutôt que 2 mois, en relation avec les risques de mort subite des nourrissons attribués au vaccin de la coqueluche par des auteurs de plus en plus nombreux.

L’étude, publiée dans Pediatrics montre que les taux de mortalité infantile devinrent alors les plus bas au monde.

- de 1970 à janvier 1975, on avait indemnisé au Japon 57 cas de séquelles permanentes dont 37 morts.

Il n’existe malheureusement pas d’étude sur le suivi de ces enfants.

- de février 1975 à août 1981, alors que le vaccin était donné à 24 mois : 8 cas de séquelles permanentes dont 3 morts.

Ces chiffres nous démontrent clairement que la maturation du système immunitaire de l’enfant (qui n’est à son maximum qu’à l’âge de 5 ans), joue un grand rôle dans la possibilité de l’enfant de se défendre contre les agressions vaccinales.

Actuellement, et depuis les années 1990, le calendrier vaccinal japonais s’est « normalisé ». Nous pouvons imaginer sous quelles pressions cette décision a été prise.

Une étude à propos de l’âge où le vaccin est injecté, parue dans le Journal of Allergy and Clinical Immunology, arrive aux mêmes conclusions18. Sur 11 531 enfants, on observe les résultats suivants : À l’âge de 7 ans, le nombre d’enfants asthmatiques est de moitié moins important si la première injection du vaccin contenant la valence coqueluche est retardée. Parmi les enfants vaccinés à l’âge de 2 mois, 13,8 % ont développé un asthme, chez les enfants vaccinés entre 2 et 4 mois 10,3 % et chez les enfants vaccinés après 4 mois 5,9 %.

Voilà, chers confrères, où je voulais en venir. Ne croyez pas que je veuille détruire la médecine : j'ai au contraire le sentiment de la servir. Puisse ce petit texte vous aider à réfléchir et à remettre votre pratique en question, et en particulier à retarder le plus possible l'âge des premiers vaccins, si je n'ai pas réussi à vous y faire renoncer. Il y faudra sans doute un peu de temps, mais vous y viendrez un jour. Il vaudrait mieux que cela vienne de vous, et non de la colère du peuple, si vous m'en croyez.

 

Je ne remercierai jamais assez François Berthoud pour m'avoir autorisé à recopier ses écrits. Elle dit du reste de nombreuses autres choses dans son livre, que je recommande chaudement, et présente par exemple ces schémas qui démontrent sans aucun doute possible que l'introduction des vaccins n'a nullement changé le cours des épidémies, et qu'il s'agit-là d'un terrible mensonge :

 

 

 


 


 

 

Voir les commentaires

Vaccins et aluminium : ce danger que l’État refuse de voir

7 Janvier 2018, 22:09pm

Publié par Fabrice Nicolino

Vaccins et aluminium : ce danger que l’État refuse de voir
Vaccins et aluminium : ce danger que l’État refuse de voir
Vaccins et aluminium : ce danger que l’État refuse de voir

3 janvier 2018 / Fabrice Nicolino (Reporterre)

https://reporterre.net/Vaccins-et-aluminium-ce-danger-que-l-Etat-refuse-de-voir

 

L’extension de l’obligation vaccinale de 3 à 11 vaccins au 1er janvier suscite un vif débat. En cause notamment, l’utilisation de l’aluminium comme adjuvant des vaccins, pratique à l’origine d’une maladie, la « myofasciite à macrophages », comme l’affirme depuis la fin des années 1990 le professeur Romain Gherardi. Dans un récit en trois volets, Reporterre vous raconte cette découverte, et la réaction des institutions de santé publique.

Cette histoire commence un matin de décembre 1993. Depuis 1965, le Club des neuropathologistes français se réunit deux fois chaque année pour examiner ce que les uns et les autres ont pu trouver dans le cadre de leurs recherches. Ce club réunit la crème des spécialistes. On vient de Marseille ou de Lyon, de Bordeaux ou de Toulouse discuter de cas notables. Et cette fois, la réunion a lieu à Paris, à l’hôpital La Pitié-Salpêtrière.

Quoi de nouveau dans le vaste domaine des affections neurologiques et musculaires ? À la vérité, pas grand-chose. On écoute les intervenants, car on est courtois, et les minutes passent, sans provoquer le moindre émoi. Mais voilà qu’arrive sur l’estrade Michelle Coquet, du CHU (Centre hospitalier universitaire) de Bordeaux. Elle est fort réputée pour la qualité inégalée de ses clichés de microscopie électronique.

De quoi parle-t-elle ce matin-là ? S’excusant presque de ce qu’elle ne comprend pas encore, elle passe à ses collègues les images d’une biopsie musculaire. L’une de ses patientes se plaint de pesantes douleurs dans les muscles, devenues handicapantes. Elle souffre en outre d’une immense fatigue. Sur l’écran apparaissent de grosses cellules immunitaires, dites macrophages. Elles sont connues, bien sûr, mais pas dans cet ordre, pas dans ce dispositif, pas à cette place. La discussion commence entre scientifiques, et elle n’est pas terminée un quart de siècle plus tard.

L’évolution de la vie, si imaginative pourtant, si créatrice, a constamment dédaigné l’aluminium 

Parmi les médecins présents, un certain Romain Gherardi, du CHU Henri-Mondor de Créteil. Revenu en son laboratoire, il retrouve les mêmes concentrations de macrophages dans la lésion d’un deltoïde, ce muscle situé en haut du bras. Le cas présenté par Michelle Coquet n’était pas unique. Il y en a deux, puis trois, puis dix. Avec les mêmes symptômes.

Le 1er août 1998, Gherardi publie avec des collègues un article sensationnel dans l’une des références mondiales de la presse scientifique, The Lancet. Il y décrit une nouvelle pathologie appelée « myofasciite à macrophages », qu’il croit infectieuse. La première équipe qui trouvera le mystérieux germe sera célébrée dans le monde entier et pourra prétendre à quelque prix prestigieux. Le problème, c’est qu’il n’y a pas de germe. Tandis que Gherardi est invité par les radios, y compris la BBC, tandis qu’il croit avoir trouvé, Michelle Coquet a pris une décision qui va tout changer. Elle a confié de son côté des échantillons de biopsies contenant des macrophages à un laboratoire ultraspécialisé. Le 23 octobre 1998, elle reçoit la réponse : dans le muscle lésé, on trouve un métal. Et ce métal, c’est de l’aluminium.

 
Le professeur Romain Gherardi.

Stupéfaction. De l’aluminium dans le muscle de patients ? Romain Gherardi n’a encore jamais vu cela. Peut-être n’a-t-on encore jamais vu cela. Il faut préciser que l’aluminium, élément chimique dont le numéro atomique est 13, est le métal le plus abondant de l’écorce terrestre. Le monde en produit près de 60 millions de tonnes par an, avec une montée en puissance fulgurante depuis 1940, pour des besoins de guerre. L’industrialisation du monde a vite trouvé de merveilleux usages à l’aluminium. Il y en a désormais dans l’eau du robinet, les dentifrices, le lait maternisé, le matériel de camping, les lignes électriques, les bagnoles, les TGV, les avions, les trottinettes, les frigos, les emballages alimentaires. En réalité, partout.

Ce qui ne manque pas d’étonner, c’est que l’évolution de la vie, si imaginative pourtant, si créatrice, a constamment dédaigné l’aluminium. Nul organisme vivant n’en contient. Nul n’en a jamais eu besoin pour s’imposer. Ni les fleurs et les arbres, ni les moineaux ou les cacatoès, ni les singes, ni les chiens, ni les hommes. Or voilà qu’on en trouve, sous la forme de petites pelotes d’épingles, dans le cytoplasme — l’intérieur de la cellule moins le noyau — des macrophages. Le corps humain, comme celui des autres vivants, parvient très généralement, grâce aux intestins et aux reins, à éliminer ce métal au plus vite. Et heureusement, car l’aluminium est dit « réactogène ». Il réagit fort et déclenche dans le corps des phénomènes d’hypersensibilité.

L’OMS n’est pas une officine du crime industriel, mais il lui est arrivé plus d’une fois d’être son paravent 

Gherardi, qui a conscience d’emblée du problème, établit des dosages d’aluminium dans le sang et les urines des patients atteints de myofasciite : ils sont normaux, et comme aucun trouble rénal, aucune exposition professionnelle ne peut être constaté, le mystère demeure total. D’où peut venir le métal ? Quelques jours après la découverte de Coquet, Gherardi reçoit — le 27 octobre 1998 exactement — un colis qu’il attendait avec impatience : une bible appelée Encyclopedia of Immunology. Gherardi a en effet acheté ce qu’il appelle une petite folie : quatre volumes de 3.000 pages au total, dont les articles ont été écrits par 700 auteurs, et qui rassemble le meilleur des connaissances humaines en immunologie.

Cette discipline scientifique s’intéresse, entre autres, aux intrus qui parviennent à déranger notre ordonnancement intérieur. En règle générale, les virus, bactéries, pollens ou protéines gênants sont combattus et chassés. Mais parfois, l’organisme ne trouve pas de réponse à la présence d’organismes étrangers. Gherardi cherche deux ou trois entrées et puis se concentre sur une seule : à la lettre A, le mot aluminium contient une surprise, et de taille ! Le professeur lit en effet : « Aluminium Hydroxyde as An Adjuvant of Vaccines. » Quoi ? Il y a donc de l’aluminium dans les vaccins ? Personne ne le sait encore, et Gherardi découvre ce jour-là qu’on utilise le métal comme adjuvant, c’est-à-dire pour augmenter l’efficacité des injections de vaccin. Depuis 1926. Un lien existerait-il entre aluminium et myofasciite ? Rien n’est moins sûr, mais le médecin de Créteil préfère en parler à deux responsables de l’Institut de veille sanitaire (InVs). Autant la publication dans The Lancet avait suscité le plus vif intérêt, autant ces nouvelles données désarçonnent les deux responsables de notre sécurité sanitaire. Tout va basculer.

Pour mieux comprendre ce qui suit, trois mots sur la puissante Organisation mondiale de la santé (OMS), agence des Nations unies qui compte 7.000 salariés et 150 bureaux dans le monde. Il était inévitable qu’une telle puissance soit convoitée par les lobbies industriels, qui ont tant à perdre de l’édiction de lois efficaces de protection de la santé. Sans entrer dans des détails, l’OMS est constamment mise en cause pour avoir trop volontiers, dans des affaires importantes, pris le parti de l’industrie. Citons par exemple son rôle trouble dans la définition de la « dose journalière admissible » (DJA) qui empêche de considérer la réalité de la contamination chimique ; ou la gestion de la grippe A (H1N1) de 2009, qui aura au total profité à l’industrie pharmaceutique ; ou encore le fameux accord de 1959 entre l’OMS et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), qui aura permis de camoufler une partie des réalités nucléaires mondiales. L’OMS n’est pas une officine du crime industriel, mais il lui est arrivé plus d’une fois d’être son paravent.

Dans la salle feutrée, le climat est en train de changer

Le 14 septembre 1999, Romain Gherardi est convoqué à Genève, au siège de l’OMS, où il est reçu par le comité consultatif de sécurité vaccinale. Il y a là son président, le Sud-Africain Peter Folb, accompagné par huit conseillers, dont deux États-Uniens qui représentent les incomparables Centers for Disease Control (CDC), ces centres fédéraux pour le contrôle des maladies, dotés outre-Atlantique de très gros budgets. L’initiative de l’OMS est impeccable : constatant qu’un chercheur réputé s’interroge sur les « adjuvants aluminiques » des vaccins, le comité ad hoc a provoqué une audition. Le moment est unique, qui peut lancer un branle-bas de combat planétaire.

 
Le siège de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), à Genève (Suisse).

Gherardi est lui aussi accompagné, on n’ose écrire chaperonné, par plusieurs représentants de l’industrie pharmaceutique et des experts d’agences publiques françaises. Depuis que cette histoire a commencé, il a affûté ses observations, et il arrive à Genève raisonnablement confiant, pour au moins trois raisons.

La première, c’est que 100 % des malades atteints de myofasciite ont été vaccinés au cours des années précédant l’apparition des symptômes, le plus grand nombre contre l’hépatite B. Certes, ce peut être un hasard, mais, deux, des études expérimentales menées avec le concours de Gherardi montrent que l’injection de vaccins à l’aluminium chez des rats provoque l’apparition de myofasciites. Ce qui donnera lieu à publication scientifique en 2001. Oui, mais dans ce cas, pourquoi diable découvre-t-on le problème, alors que l’aluminium est utilisé comme adjuvant vaccinal depuis 1926 ? Troisièmement, après avoir beaucoup cherché, Gherardi trouve : en 1990, on a cessé de vacciner sous la peau, et commencé de piquer dans le muscle lui-même.

Autant dire que Gherardi a des arguments à faire valoir. Au total, quarante personnes sont réunies, qui écoutent avec attention le propos sidérant du professeur français. S’il a raison, un édifice s’écroule, mais il a le malheur de dire qu’il ne sait pas tout, de très loin. Notamment, il ignore combien de temps s’écoule entre l’injection d’aluminium et l’apparition d’une lésion à macrophages. Il faut en toute hypothèse compter en années, ce qui dynamite tous les tests de contrôle des médicaments, qui ne connaissent — il faut aller vite, très vite — que les jours et au mieux les semaines. Dans la salle feutrée, le climat est en train de changer. Certains experts mondialement connus croisent et décroisent leurs jambes, les feuilles se tordent dans des mains qui s’agitent. L’un d’eux, qui travaille pour Pasteur-Mérieux, fabricant de vaccins, conteste Gherardi. Plutôt non, mais ayant travaillé sur des lapins, il assure que la lésion observée disparaît en trois mois au plus. Quel a été son protocole d’étude ? Secret professionnel et commercial. Gherardi (s’)expose, d’autres affirment.

Le rendez-vous de Genève est, dans le même temps et paradoxalement, un triomphe. Oui, il est acquis que les lésions observées par Gherardi sont d’origine vaccinale et oui, elles durent longtemps. Mais, pour le reste, dissensus. Les sommités estiment que la lésion musculaire constatée est une réaction post-vaccinale normale, et passagère. Mais, il y a ce « mais » : l’aluminium est-il responsable de la maladie nouvelle constatée chez certains malades ? L’OMS ne peut trancher cette question, et preuve que la porte n’est pas fermée, elle préconise de nouvelles études. Le malentendu est total.

  • Les autorités médicales vont-elles prendre en compte cette nouvelle donne et multiplier les recherches ? Lire la suite de notre enquête

 

Voir les commentaires

1 2 > >>