Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Le réchauffement climatique coûtera cher aux contribuables

29 Août 2019, 20:23pm

Lutter contre le réchauffement climatique va coûter 1000 dollars par an et par habitant

Par LEXPRESS.fr avec AFP ,

C'est ce qu'a déclaré le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, vendredi, pour demander "une mobilisation de toutes les organisations internationale" et des États.

Tenir les objectifs de l'accord de Paris sur le climat coûtera 1000 dollars par an et par habitant, a déclaré ce vendredi le ministre français de l'Économie, Bruno Le Maire, qui demande pour cela un refinancement du Fonds vert pour le climat

"Le réchauffement climatique coûte cher. L'évaluation qui est la nôtre si on veut tenir les objectifs de l'accord de Paris, c'est 1000 dollars par an (898 euros), par habitant, dans les années qui viennent", a expliqué le ministre au palais présidentiel de l'Élysée après avoir rencontré des acteurs économiques. 

Ne ratez pas la suite sur l'Express

A propos du Fonds Vert ( 11')

 

Voir les commentaires

Macron et l'écologie

29 Août 2019, 19:21pm

Voir les commentaires

Disparition catastrophique des abeilles et des insectes dûe aux cendres volantes de charbon de la géo-ingénierie

28 Août 2019, 18:14pm

Publié par Marvin Herndon

Traduction : Association Ciel voilé

                                    

                                     Asian Journal of Biology

6(4): 1-13, 2018; Article no.AJOB.43268

ISSN: 2456-7124

______________________________________________________________________________________________

           FACTEURS POTENTIELS PRÉCÉDEMMENT NON RECONNUS DANS

LA DISPARITION CATASTROPHIQUE DES ABEILLES ET DES INSECTES

RÉSULTANT DE LA GÉO-INGÉNIERIE PAR CENDRES VOLANTES DE CHARBON

 

 

 

Mark Whiteside and J. Marvin Herndon

 

Contributions des auteurs

 

Ce travail découle d’un effort conjoint entre les auteurs dans le cadre d'une collaboration continue visant à fournir des données scientifiques, médicales, et de santé publique, ainsi que des preuves liées aux pulvérisations de cendres volantes de charbon en aérosol utilisées par une géo-ingénierie secrète quasi journalière et quasi mondiale. L’auteur MW est principalement responsable des données entomologiques. L'auteur JMH est le principal responsable pour les considérations minéralogiques et géophysiques. Les deux auteurs ont lu et approuvé le manuscrit final.

 

Information sur l’article

 

DOI: 10.9734/AJOB/2018/43268

Editeur(s):

  1. Paola Angelini, Département de Chimie, Biologie et Biotechnologie, Université de Pérouse, Pérouse, Italie.

(2) P. Dhasarathan, Département de Biotechnologie, Prathyusha Engineering College, Anna University, Inde.


 

Réviseurs:

  1. Manoel Fernando, Federal University of Grande Dourados, Brésil.

  2. Yahya Ahmed Shaban Al Naggar, Tanta University, Egypte.

  3. Sainudeen Pattazhy, S.N.College, University of Kerala, Inde.

  4. S. Basavarajappa, University of Mysore, Inde

 

Historique complet de l'évaluation par les pairs : http://www.sciencedomain.org/review-history/25994

 

 

Article de recherche inédit

Received 13th June 2018

Accepted 13th June 2018

Published 25th August 2018

 

SOMMAIRE

Objectifs : Nous avons précédemment étudié des facteurs potentiellement importants jusqu'à lors non reconnus dans la mortalité mondiale des abeilles et des insectes, résultant des pulvérisations de cendres volantes de charbon (CVC) en aérosol pour la manipulation secrète du climat et des conditions météorologiques. Nous présentons également des preuves légales selon lesquelles les CVC sont la principale matière utilisée dans les opérations de géo-ingénierie par pulvérisations atmosphériques.

Méthodes : Nous avons mené des recherches approfondies dans la littérature et utilisé en outre la spectrométrie de masse à plasma à couplage inductif.

Résultats : Les principaux composants des CVC, silicium, aluminium et fer, constitués en partie de magnétite (Fe3O4), présentent tous une toxicité potentielle importante pour les insectes. Bon nombre d’oligo-éléments présents dans les CVC sont nocifs pour les insectes ; nombre d'entre eux (par exemple l'arsenic, le mercure et le cadmium) sont utilisés en tant qu’insecticides. Les particules toxiques et les métaux lourds présents dans les CVC contaminent l'air, l'eau et le sol et ont donc un impact sur toute la biosphère. Il a été démontré que les composants des CVC, y compris l'aluminium extractible sous une forme chimiquement mobile, sont nocifs pour les insectes dans les environnements terrestre, aquatique et aérien. Les éléments primaires et les oligo-éléments provenant des CVC ont été trouvés sur, dans et autour des insectes et des plantes dont ils se nourrissent dans les régions polluées du monde entier. La magnétite des CVC peut potentiellement perturber la réception magnétique des insectes. Le chlore et certains autres constituants des CVC pulvérisés en aérosol peuvent détruire l'ozone atmosphérique, exposant ainsi les insectes à des degrés élevés de mutagénèse et des niveaux létaux du rayonnement solaire UV-B et UV-C.

Conclusions : Il est nécessaire de dénoncer et d’arrêter la géo-ingénierie par aérosols atmosphériques afin d’empêcher une contamination plus importante de la biosphère. Au fur et à mesure que les populations d'insectes diminueront, les populations d'oiseaux diminueront également, ainsi que les populations animales et les populations humaines. Le retour progressif des insectes suite à l'arrêt des pulvérisations aériennes sera la meilleure preuve que les CVC pulvérisées en aérosol sont en fait l’une des principales causes du déclin inexorable actuel de la population et de la diversité des insectes.

Mots-clés: dépérissement d'insectes; biodiversité; géo-ingénierie; cendres volantes de charbon; toxicité de l'aluminium; effondrement des colonies; magnétite.

 

  1. INTRODUCTION

 

Le public est sensibilisé et préoccupé [1] par le déclin de la population de l'abeille domestique occidentale, Apis mellifera, le principal pollinisateur agricole au monde [2]. Les populations de bourdons (Bombus sp.), pollinisateurs secondaires mais néanmoins importants, sont également en déclin en Amérique du Nord et en Europe [3-5]. Evans et al. [6] ont étudié 61 variables quantifiées, telles que les niveaux de pesticides et les charges d'agents pathogènes chez l’Apis mellifera et ont rapporté : « Aucune mesure n'apparaît comme étant la cause probable responsable de l’effondrement des colonies ». Comme l'a noté Watanabe [7], « Il n'y a pas de preuve irréfutable ».

 

Une étude récente a documenté le déclin alarmant, une réduction de 75% des populations d'insectes (biomasse) dans les aires protégées allemandes au cours des trois dernières décennies [8]. Cette perte spectaculaire de l’abondance et de la diversité des insectes a de profondes répercussions sur le réseau trophique mondial et les écosystèmes. Dans cette étude, ni le changement climatique ni l’utilisation des terres ne pouvaient être liés à cette diminution effrayante des insectes, bien que les pratiques agricoles et l’utilisation des pesticides ne puissent pas être exclues comme facteurs contributifs. Tout comme pour le déclin des abeilles mellifères occidentales, il n’existe pas de cause facilement identifiable, pas de «preuve irréfutable».

 

Des déclins de biodiversité ont été signalés ailleurs dans d'autres espèces. Par exemple, Brooks et al. [9] au Royaume-Uni ont rapporté sur une période de 15 ans que les trois quarts des espèces de carabes étudiées avaient considérablement diminué. Des déclins similaires ont été signalés pour les macro-papillons communs [10] et les papillons britanniques [11]. Au cours des 40 dernières années, il y a eu un déclin de 45% des invertébrés, un déclin qui comprend tous les principaux ordres d'insectes [12]. Aucune cause identifiable de ces déclins n'a été identifiée.

 

Ces études mettent clairement en évidence une cause à grande échelle de la disparition des insectes et soulignent un besoin urgent de découvrir la ou les causes sous-jacentes réelles de ce déclin d'insectes. Toutefois, il est fort probable que les cendres volantes de charbon (CVC) délibérément pulvérisées en aérosols, un sous-produit toxique et mondial de la combustion du charbon, contribuent potentiellement et grandement à la disparition mondiale des insectes.

 

Lorsque le charbon est brûlé, principalement dans les centrales à charbon qui produisent de l'électricité, les cendres lourdes se déposent, tandis que les cendres légères, formées dans les gaz au-dessus du brûleur, sortiraient des cheminées si elles n'étaient pas piégées et enfermées tel que les règlementations modernes l'exigent. Les cendres volantes sont l'un des plus importants flux de déchets industriels au monde. L'élimination des CVC est problématique; elles sont souvent simplement déversées dans des bassins de surface ou placées dans des décharges, ce qui pose des problèmes de contamination des eaux souterraines et de pollution de l'environnement [13,14]. Cependant, dans de nombreux pays, y compris les États-Unis, un pourcentage important des cendres volantes de charbon est recyclé en matériau de construction et en produits tels que le béton [15]. Les cendres volantes du charbon sont également utilisées dans les additifs pour le sol et les engrais [16].

 

Des rapports disponibles montrent que les CVC sont utilisées comme matériau de base pour les pulvérisations par avions des opérations secrètes de manipulation du climat (Fig. 1) [17,18]. Les CVC sont constituées de particules dont la largeur varie de moins de 0,1 µm à 50 µm et nécessitent donc peu de traitement supplémentaire pour être utilisées comme aérosols pour altérer le climat. Pulvérisées dans l'atmosphère, ces particules réfléchissent un peu la lumière du soleil, mais elles absorbent également l'énergie qui est transférée dans l'atmosphère par collision moléculaire. Les particules bloquent également la chaleur qui quitte la surface de la Terre. Les particules en aérosol bloquent les précipitations en empêchant les gouttelettes d’eau de s’assembler et de tomber sous forme de pluie. L'effet est de provoquer la sécheresse, mais finalement, l'atmosphère devient tellement chargée d'humidité que des tempêtes se produisent avec des pluies diluviennes. Ces pulvérisations aériennes secrètes aggravent le réchauffement climatique et perturbent intégralement les conditions météorologiques naturelles [19].

 

 

Fig. 1. Traînées de particules pulvérisées par avion pour manipuler les conditions météorologiques. (Photographes avec autorisation) Dans le sens des aiguilles d'une montre en partant du coin supérieur gauche: Karnak, Egypte(auteur JMH); Londres (Angleterre) (Ian Baldwin); Genève, Suisse (Beatrice Wright); Chattanooga, TN, États-Unis (David Tulis); San Diego, Californie, États-Unis (auteur JMH); Jaipur, Inde (auteur JMH)

 

Dans le cadre de la présente enquête, des efforts sont déployés pour décrire et démontrer que les CVC sous forme d'aérosols produisent des éléments toxiques qui contaminent l'environnement et peuvent potentiellement contribuer de façon importante à la disparition des insectes. Ceci inclut en particulier, les conséquences des diffusions de toxines des CVC dans les eaux pluviales et les effets des composants particulaires des CVC sur la viabilité des insectes. En outre, nous discutons des conséquences néfastes d’une augmentation du rayonnement solaire UV-B et UV-C résultant simultanément de la réduction de l’ozone dans l’atmosphère du fait des pulvérisations en aérosols de CVC.

 

2. MÉTHODES

 

Face aux pulvérisations évidentes de particules dans l'air, il existe un effort concerté pour tromper le public et la communauté scientifique pour nier ces faits et leurs conséquences néfastes sur la santé humaine et environnementale [20]. Les CVC sont un matériau idéal pour leur utilisation dans des opérations de géo-ingénierie à l'échelle mondiale, pour les raisons suivantes : (1) Il s'agit d'un résidu industriel majeur; (2) Il est produit à la taille requise sans grand traitement supplémentaire; et (3) Les installations de sa production sont déjà en place, hors de vue et utilisent le transport ferroviaire.

 

Les méthodes pour démontrer que les particules pulvérisées en aérosols correspondent aux CVC sont doubles: (1) elles montrent que les quantités relatives d’éléments dissous dans l’eau de pluie sont similaires aux quantités d’éléments des CVC diluées dans l’eau lors des études de lixiviation en laboratoire [21]; et, (2) elles confirment que les quantités relatives d'éléments apportées par la neige, d'une manière analogue à la technique de co-précipitation [17], sont similaires aux quantités relatives d'éléments trouvés dans les CVC [21]. Les mesures précédemment publiées et présentées sont ici faites par spectrométrie de masse à plasma à couplage inductif.

 

  1. RÉSULTATS ET DISCUSSION

 

Depuis au moins le début du 21ème siècle et même avant, de nombreux citoyens du monde entier sont témoins de pulvérisations aériennes formant des traînées de particules dans le ciel [22]. N’ayant aucune information fiable sur la composition chimique et les risques potentiels pour la santé de la substance pulvérisée en aérosols, des citoyens concernés ont prélevé des échantillons d'eau de pluie après pulvérisation et les ont envoyés à des laboratoires commerciaux pour les analyser. En règle générale, seule l'analyse de l'aluminium était demandée, parfois le baryum et le strontium également. Lorsque les pulvérisations aériennes sont devenues clairement une activité quasi quotidienne à San Diego (USA), l’un d’entre nous (JMH) a entamé une série d’études pour déterminer la composition des particules en aérosols. Le protocole courant pour des analyses d'eau certifiées en laboratoire nécessite une filtration pour éliminer les particules avant les mesures; par conséquent, l'eau de pluie avait assurément dissout ces trois éléments à partir de matières particulaires facilement lixiviables avant qu'elles ne tombent au sol.

 

En exprimant les données sous forme de ratios par rapport à un élément commun tel que le baryum, les conséquences des divers degrés de dilution sont éliminées. La comparaison entre ces résultats analytiques, exprimés en ratios par rapport au baryum, et les analyses expérimentales correspondantes de lixiviation des cendres volantes de charbon (CVC), a fourni la première preuve scientifique que les CVC sont la principale substance polluante utilisée par la géo-ingénierie troposphérique en cours [23].

 

Afin de comprendre le processus chimique en cause, prenons comme exemple hypothétique des feuilles de thé en poudre fine qui seraient pulvérisées dans la troposphère. L'humidité atmosphérique «infuserait» le thé, diluerait le tanin et d'autres produits chimiques qui tomberaient sous forme de pluie, avec la signature chimique du thé; la pluie serait du thé, très dilué. Les cendres volantes de charbon (CVC) se forment principalement par condensation dans les gaz de combustion chauds dans la cheminée située au-dessus de la chambre de combustion des centrales électriques au charbon, contrairement à celles généralement rencontrées dans la nature et consiste en un assemblage déséquilibré de matière typiquement anhydre [24]. L'eau est capable d'absorber rapidement de nombreux éléments toxiques des CVC [21]. Lorsque les CVC sont pulvérisées dans la troposphère, l'eau atmosphérique absorbe de nombreux éléments toxiques par lessivage, qui sont ensuite dissous dans l'eau de pluie et constituent une signature chimique des CVC. Plus il y a d'éléments mesurés dans l'eau de pluie, plus la signature devient précise et unique. C’est une signature significative car les sables et les sols sur lesquels souffle le vent ne sont pas facilement ni rapidement lessivés par l'eau de pluie.

 

La figure 2. compare des analyses d’eaux pluviales aux séries de données de lixiviation de CVC en laboratoire. À l'exception des données de Bangor, Maine (États-Unis), les autres données ont été publiées et sont reproduites avec autorisation [18]. La dilution est un facteur variable qui peut être compensé dans les comparaisons d'analyses en utilisant des ratios. Dans de nombreux cas, la dilution empêche les éléments les moins abondants situés sous les limites d’être détectés dans les laboratoires d'analyse commerciaux. Les données de Bangor, Maine (USA), illustrées à la Fig. 2, sont particulièrement importantes d’autant plus que le facteur de dilution était faible et que des analyses significatives d’oligo-éléments requises ont pu être déterminées.

 

La figure 3, reproduite avec la permission de [18], montre des analyses de particules pulvérisées tombées avec la neige, le résidu par évaporation et le résidu piégé sur la moisissure sous-jacente lorsque la neige a fondu. Cette figure et la figure 2. montrent la gamme d'éléments toxiques qui contaminent l'environnement, étant donné que les CVC sont les principales particules utilisées pour la manipulation du climat.

 

 

Valeurs de ratios

Fig. 2. Ratios des éléments mesurés dans de l'eau de pluie et de neige filtrées après pulvérisations avec permission [18], et avec de nouvelles données sur l’eau de pluie à partir de 2011 à Bangor, Maine, USA, avec l’aimable autorisation de Russ Tanner

 

La composition de base des CVC est variable et dépend de la composition des charbons utilisés et de la dynamique du brûleur à charbon. Sur les figures 2 et 3, les gammes de compositions de base des CVC provenant d’échantillons de CVC européens sont indiquées par des lignes rouges, les gammes de compositions de base des CVC américaines sont signalées par des lignes bleues.

 

Les CVC en aérosol se mélangent à l'air que nous respirons et tombent sur la Terre, d'où la nécessité de pulvérisations quasi quotidiennes. Par conséquent, les CVC utilisées pour la

manipulation/l’intervention climatique contaminent lourdement la biosphère avec des CVC particulaires toxiques et des toxines des CVC diluées dans l'eau de pluie [17,18,22].

 

Les principaux éléments des CVC sont les oxydes de silicium, d’aluminium, de fer et de calcium, et des quantités moindres de magnésium, de soufre, de sodium et de potassium. Les principaux composants des CVC sont les aluminosilicates et une fraction du fer (magnétique) qui contient de la magnétite, Fe3O4. Les cendres volantes de charbon sont principalement composées de particules sphériques, également des sphérules d'aluminosilicate et de magnétite [24]. Les configurations sphériques sont dues à la tension superficielle des matières fondues lors de la condensation et de l'agglomération dans le gaz chaud au-dessus du brûleur à charbon [18]. Parmi les nombreux oligo-éléments présents à l'origine dans le charbon, présents dans les CVC, on peut citer l'arsenic (As), le baryum (Ba), le béryllium (Be), le cadmium (Cd), le chrome (Cr), le plomb (Pb), le manganèse (Mn), le mercure (Hg), le nickel (Ni), le phosphore (P), le sélénium (Se), le strontium (Sr), le thallium (Tl), le titane (Ti), le vanadium (V) et le zinc (Zn). De petites quantités de matière organique et même des radionucléides, l'uranium (U), le thorium (Th) et leurs isotopes radioactifs se trouvent dans les CVC [21,25].

 

Les premières études sur les effets néfastes de la pollution atmosphérique sur les insectes ont porté sur les émissions volatiles, notamment les gaz contenant du fluorure, du soufre (SO2), des oxydes d'azote et de l'ozone [26]. Il est maintenant reconnu qu'une exposition prolongée aux particules fines de la pollution atmosphérique est une cause majeure de morbidité et de mortalité dans le monde [27]. Les cendres volantes de charbon sont l'une des principales sources de pollution anthropique particulaire à l'échelle mondiale [28]. Les opérations de géo-ingénierie par aérosols troposphériques dont la portée et l’intensité ont augmenté ces dernières années, représentent une forme délibérée de pollution atmosphérique par particules fines générées par les cendres volantes de charbon qui contaminent également le sol et l’eau. Ce type de pollution particulaire peut affecter les insectes par la respiration, l'ingestion et le contact direct. Les particules présentes dans les CVC, dont les métaux et les métalloïdes, sont difficiles à éliminer par les organismes et sont toxiques pour les arthropodes à diverses concentrations et de manières différentes [29].

 

 

Valeurs de ratio

Fig. 3. Ratios d'éléments mesurés après pulvérisation dans les résidus de neige après évaporation, et dans la moisissure sous la neige fondante, de [18] avec permission

 

La pollution causée par les CVC peut affecter les insectes par le sol ( le bas) (par exemple par la qualité du sol ou de la plante hôte) ou par l'air (le haut) (par exemple, contact direct ou effets sur les prédateurs ou les agents pathogènes). Une revue complète a montré que la condition physique des insectes herbivores était généralement influencée par des facteurs ascendants. Des études moins poussées ont été effectuées sur les facteurs descendants, mais il a été démontré que la pollution de l'air affecte la dynamique des populations d'insectes par des effets différentiels sur les herbivores et leurs prédateurs naturels [30]. Les polluants s'accumulent souvent chez les insectes prédateurs. Les particules de pollution en suspension dans l'air recouvrent les feuilles et les plantes, affectant la chimie des plantes, la photosynthèse et, par conséquent, la nutrition des herbivores. La contamination du sol permet l'absorption par la plante de nombreux éléments qui sont à leur tour consommés par les herbivores [31]. Les cendres volantes de charbon ajoutées aux engrais ou au sol peuvent entraîner des accumulations d'éléments potentiellement toxiques, dont l'arsenic [32].

 

Les composants principaux des CVC, Si, Al et Fe ont tous des effets toxiques sur les insectes. Le dépôt de Si sur les tissus végétaux constitue une barrière contre le sondage, l'alimentation et la pénétration des insectes dans les tissus végétaux [33]. Les composants contenant du silicium enlèvent la couche cireuse des insectes qui préserve leur humidité, les tuant ainsi par déshydratation [34].

 

L'humidité peut diluer l'aluminium des CVC sous une forme chimiquement mobile [21]. L'aluminium ne se trouve généralement pas dans le monde naturel sous une forme chimiquement mobile, il y a donc une absence de mécanismes de défense; l'aluminium est un métal qui n’est pas essentiel et qui n’a aucune fonction biologique. L'aluminium se trouve dans les insecticides tels le phosphure d'aluminium, un matériau hautement toxique utilisé pour la conservation des graines. L'aluminium s'est révélé toxique (provoquant des déformations) chez les larves de phryganes, avec un effet accru en milieu acide [35].

 

Des études in vitro ont démontré la toxicité de l'aluminium chez la drosophile [36]. L'aluminium ingéré nuit au butinage et à d'autres comportements chez les abeilles [37].

 

Tout comme d'autres organismes, les insectes doivent équilibrer les propriétés opposées du fer ionique, celui d'un nutriment essentiel et d'une toxine puissante. Le fer doit être utilisé comme catalyseur du métabolisme oxydatif, mais il doit être étroitement régulé pour éviter les réactions oxydatives destructrices [38]. Le fer ionique est l'un des polluants atmosphériques les plus réactifs. Un effet biologique commun à de nombreuses particules de pollution de l'air ambiant est la perturbation de l'homéostasie du fer dans les cellules et les tissus [39]. Le fer est connu pour jouer un rôle catalytique dans la génération de radicaux libres d'oxygène in vitro. Des mouches domestiques buvant de l'eau additionnée de chlorure ferreux ont eu leur durée de vie raccourcie avec des signes de stress oxydatif [40]. Le fer s'accumule dans les insectes, provoquant une peroxydation lipidique et provoquant une réaction antioxydante [41].

 

Il existe actuellement des preuves plus directes des dommages causés par la pollution aux insectes, provenant des principaux composants des CVC. Exley et al. [42] ont rapporté que les bourdons pupae se trouvant dans les zones urbaines et rurales étaient fortement contaminés par l'aluminium. Cette teneur en aluminium était supérieure à celle considérée comme nocive pour l'homme et était associée à des bourdons pupae plus petits. Des niveaux élevés d'aluminium et d'autres éléments présents dans les cendres volantes de charbon (Cd, Co, Cr, Cu, Mn, Se, Sr, Ti et V) ont été mesurés chez les abeilles mellifères provenant de zones polluées [43,44]. Des niveaux élevés d'aluminium, de fer et de nombreux autres oligo-éléments, notamment As, Pb et Ba, ont été détectés dans le pollen d'abeille récolté dans des zones polluées [45-47]. Le pollen d’abeille est un mélange de pollen de fleur, de ses propres sécrétions et de nectar. On peut supposer que les abeilles absorbent une quantité importante de pollution par les métaux et les métalloïdes à partir d'un mécanisme «ascendant» par ingestion de produits végétaux et de sources d'eau potable contaminés. Dans le cas du pollen d’abeille, ce matériel est ramené à la ruche sur les pattes des insectes et constitue l’une de leurs principales sources de nutrition [45].

 

Outre les abeilles, d’autres insectes font figure de bio-indicateurs de la pollution par les métaux lourds, y compris les oligo-éléments présents dans les CVC. Au Pakistan, des concentrations significatives de Cd, Cu, Cr, Zn et Ni ont été détectées dans la libellule libellulid, dans une sauterelle acridienne et un papillon nymphalide. Les plus hauts niveaux de ces éléments ont été trouvés près des zones industrielles polluées et les valeurs les plus basses (mais toujours présentes) sur un site éloigné de l'activité industrielle [48]. L'accumulation de Cd, Co, Cu, Fe, Mn, Ni et Pb a été documentée chez des sauterelles (Orthoptera, Acrididae) qui ont été prises près d'une mine de cuivre en Bulgarie. Le cadmium et le plomb étaient fortement concentrés dans les sauterelles sur les sites les plus contaminés [49]. Des concentrations de Pb> Cd> Hg ont été trouvées dans des plantes alimentaires et des sauterelles prélevées dans une prairie de montagne à 1200 m au-dessus du niveau de la mer en Grèce, suggérant une source anthropique de pollution dispersée dans l'atmosphère [50].

 

En tant que bio-indicateurs de la pollution, les abeilles sont également utilisées comme échantillonneurs de particules en suspension dans l'air. Tel que rapporté par Negri et al. [51], les abeilles butinant dans les zones polluées recueillent de nombreuses particules de pollution inorganiques, principalement concentrées dans les ailes antérieures, la région de la tête et les pattes arrière. Ces particules anthropiques, dont le diamètre varie de 500 nm à 10 µm, présentent une morphologie « sous-sphérique » et ont été caractérisées par l'EDX comme étant des particules riches en Fe ou des aluminosilicates. Le plomb et le baryum (tous deux présents dans les CVC) ont également été détectés sur le corps de l'abeille [51].

 

Les cendres volantes de charbon sont une source considérable d’une pollution de taille nanoparticulaire. Les nanoparticules et bio-nanoparticules sont de plus en plus étudiées et utilisées pour lutter contre les insectes. Des nanoparticules d'aluminium, de silicium, de zinc et de titane (tous des composants des CVC) sont en cours de développement pour lutter contre les ravageurs des cultures [52]. Par exemple, la poussière de nanoparticules d’alumine peut être modifiée par synthèse pour cibler différentes espèces d’insectes [53]. Le nano-fer fabriqué chimiquement est en cours de développement en tant que pesticide efficace. Il a été démontré que les nanoparticules de fer et d'oxyde de fer sont hautement toxiques pour le Culex quinquefasciatus, le moustique de la région australe [54].

 

Récemment, une pollution aux nanoparticules sphériques de magnétite, les mêmes que celles des CVC, et différentes des particules de magnétite biogéniques, ont été trouvées en abondance dans les tissus cérébraux des humains atteints de démence [55]. De nombreux insectes (par exemple les abeilles, les fourmis, les termites) renferment de la magnétite biogénique et l'utilisent pour la magnéto réception [56-58]. Par exemple, les abeilles mellifères utilisent des granules de fer magnéto récepteurs situés dans leur abdomen tel un aimant de magnétite pour détecter le champ magnétique de la Terre [57]. Il est donc probable que des particules de pollution magnétiques exogènes puissent perturber ces fonctions.

 

Les mesures magnétiques de la poussière atmosphérique déposée constituent un paramètre supplémentaire pour évaluer la pollution de l'environnement. Des échantillons de cette pollution atmosphérique particulaire contiennent de la magnétite ayant une forme sphérique, similaires aux particules de la fraction magnétique des cendres volantes de charbon [59]. Les particules de magnétite biogènes et exogènes sont connues pour être extrêmement sensibles aux champs électromagnétiques externes [60]. Les insectes sont continuellement exposés aux champs électromagnétiques, radioélectriques ayant des fréquences différentes. La gamme de fréquences utilisées dans les systèmes de communication sans fil augmentera bientôt de 6 GHz à 120 GHz (5G). Il est à présent avéré que les insectes absorbent l’énergie électromagnétique des radiofréquences en fonction de la fréquence de 2 GHz à 120 GHz [61]. Il est de plus en plus évident que l'exposition aux radiations induit un stress et peut entraîner des changements comportementaux et biochimiques chez les abeilles domestiques [62].

 

Les centrales thermiques (centrales au charbon) ont une longue histoire d’impacts sur l’environnement en raison de leurs émissions de particules, de polluants organiques et inorganiques. Les abeilles mellifères des ruchers qui se nourrissent près des centrales thermiques accumulent de grandes quantités de constituants primaires (Al/Fe) et d’oligo-éléments (Cr, Ba, Cu, Li et Ni) provenant des cendres volantes de charbon comparées aux abeilles des zones rurales [63 ]. On a étudié le déclin des populations d'abeilles mellifères à cause des pesticides, mais le rôle des polluants présents dans le sol sur la survie des abeilles n'a été examiné que récemment. En ce qui concerne le polluant du sol, le sélénium (Se), le pollen recueilli par les abeilles sur les plantes poussant dans les cendres volantes de charbon des centrales thermiques contenait 14 mg de Se par kg [64]. Dans une zone urbaine moins polluée de Pologne, les abeilles butineuses mellifères prélevées dans les ruches fixes contenaient 7,03 mg de Se par kg [65]. Il a été démontré par la suite que le sélénium en quantité excessive avait un effet négatif sur le comportement et la survie des abeilles mellifères. Les abeilles qui butinaient le nectar avaient des taux élevés de sélénium (en particulier le sélénate), elles étaient intoxiquées et leur population diminuait à cause de ce polluant présent dans le sol [66].

 

Les cendres volantes de charbon ont été elles-mêmes utilisées comme pesticide contre de nombreux types d’insectes [16]. Bon nombre des oligo-éléments présents dans les CVC sont très toxiques pour les insectes. Avant la mise au point de pesticides organiques/synthétiques, des produits chimiques et des éléments inorganiques tels que l'arsenic, le mercure, le cadmium et le bore étaient utilisés comme insecticides. L'arsenic, le cadmium, le mercure et le plomb n'ont aucune fonction utile dans les organismes vivants et peuvent être toxiques à n'importe quelle dose [67]. Un modèle d'insecte utilisé pour évaluer la toxicité du mercure a mis en évidence que le mercure induit un stress oxydatif chez les insectes, tout comme chez les vertébrés [68]. Le chlorure de cadmium (CdCl2), le chlorure mercurique (HgCl2) et le chlorure méthymercurique (MeHgCl) ont tous provoqué une toxicité marquée, notamment la mort cellulaire dans les cellules des Aedes albopictus (moustiques) avec MeHgCl> HgCl2> CdCl2 [69]. Nous avons démontré que la manipulation du climat à l'aide de cendres volantes de charbon pulvérisées est probablement une source mondiale de contamination au mercure dans la biosphère [18].

 

La contamination de l'eau dans les lacs, les rivières et autres masses d'eau par des polluants chimiques est l'une des menaces les plus importantes pour toutes les espèces sauvages, y compris les insectes. Les éléments toxiques des CVC pénètrent facilement dans l'eau où ils se concentrent dans les plantes aquatiques et les insectes. Le sélénium, l’un de ces éléments, est un oligo-élément essentiel qui devient toxique en quantités plus élevées. Le développement et la survie des insectes herbivores peuvent être affectés par des concentrations de sélénium, aussi faibles à modérées soient-elles, à travers la pollution des plantes [70]. Des niveaux élevés de cuivre, de zinc, de fer, de manganèse, de plomb, de cobalt et de cadmium ont été détectés dans des échantillons d’eau et de corps d’insectes aquatiques provenant de sites pollués [71]. Il a été démontré que ces polluants provoquent à la fois un stress oxydatif et une génotoxicité (par exemple, des cassures/dommages chromosomiques) dans les contaminations aquatiques. De petites quantités de métaux lourds peuvent même modifier les caractéristiques physicochimiques de l'eau et affecter considérablement le métabolisme des insectes [71].

 

Un autre facteur important contribuant à la disparition des insectes dans le monde entier est le niveau élevé de rayonnement UV-B et UV-C à ondes courtes qui a pénétré la surface de la Terre et qui est largement inavoué [72-75]. Nous avons suggéré que cette augmentation des rayonnements UV-B et UV-C mortels est en partie causée par la géo-ingénierie utilisant les CVC qui insuffle des substances chimiques appauvrissant la couche d'ozone (par exemple le chlore) dans l'atmosphère [75]. Les spectres d'action de la mutagénèse et de la létalité de la lumière solaire présentent deux maxima, à la fois dans les régions UV-B et UV-C [76]. Les insectes sont très sensibles aux changements de la lumière UV-B et les UV-B solaires ont un effet direct et indirect (par transfert végétal) important sur les arthropodes [77]. Il a été récemment démontré que les UV-B influencent et perturbent la métamorphose des insectes [78]. Le rayonnement UV-C (100-290 nm) est bien connu pour être mortel pour les insectes [79].

 

Le tableau 1 présente un bref aperçu des effets toxiques des composants des cendres volantes de charbon (CVC).

_____________________________________________________________

Composants primaires des cendres volantes de charbon (CVC) :

_____________________________________________________________

Silicium (Si) - Son dépôt dans les plantes crée une barrière pour l'alimentation/le sondage des insectes et la pénétration dans les tissus végétaux. Les composants contenant du silicium enlèvent/détruisent la couche cireuse des insectes provoquant une dessiccation.

_____________________________________________________________

Aluminium (Al) – Les CVC sont les principales sources d’aluminium chimiquement mobile. L’aluminium n'a pas de fonction biologique chez les insectes et est utilisé dans les insecticides (Al-phosphure). Les toxicités de l'aluminium comprennent des déformations et des changements défavorables dans le comportement/la recherche de nourriture (abeilles). Les particules anthropogéniques d’aluminosilicates des CVC « recouvrent » les insectes, y compris les abeilles.

_____________________________________________________________

Fer (Fe) - Le fer ionique est l’un des polluants atmosphériques les plus réactifs. Biologiquement, l'excès de fer provoque un stress oxydatif et une peroxydation lipidique. Les particules de pollution à la magnétite (Fe3O4) « recouvrent » les insectes et sont extrêmement sensibles aux champs électromagnétiques externes; elles peuvent interférer avec la magnéto-réception des insectes.

_____________________________________________________________

Nanoparticules (abondantes dans les CVC) - On suppose raisonnablement que les nanoparticules dans les CVC sont nuisibles aux insectes car des nanoparticules de Al, Si et Fe fabriquées chimiquement sont en cours de développement pour lutter contre les insectes.

_____________________________________________________________

Oligo-éléments dans les cendres volantes de charbon:

_____________________________________________________________

L'arsenic (As), le cadmium (Cd), le mercure (Hg) et le bore (B) ont été utilisés comme insecticides. L'arsenic, le cadmium, le mercure et le plomb (Pb) n'ont aucune fonction utile connue dans les organismes vivants et peuvent être toxiques à n'importe quelle dose.

_____________________________________________________________

Il a été démontré que le sélénium (Se) se concentre dans les plantes cultivées dans les centres volantes de charbon et s’accumule avec une toxicité chez les insectes (par exemple les abeilles) en quête de nourriture ou qui se nourrissent de ces plantes. Le sélénium en excès s'est révélé toxique pour de nombreux organismes du milieu aquatique, y compris les insectes.

_____________________________________________________________

 

 

CONCLUSION

 

Les cendres volantes de charbon, y compris leur utilisation dans des opérations secrètes d’ingénierie climatique (non divulguées), constituent un suspect de premier plan dans le déclin mondial des insectes. Les CVC sont une source mondiale de pollution connue pour être toxique pour les insectes et qui contaminent l'air, l'eau et le sol. En fait, nous pensons que parmi les nombreuses menaces qui pèsent sur les insectes, à savoir la perte/dégradation de l’habitat, les pesticides, les espèces étrangères et les maladies, la géo-ingénierie atmosphérique, en particulier les CVC, pourrait être la cause la plus grave de la perte catastrophique d’insectes à l’échelle mondiale. Les données précédemment publiées et mises à jour dans cette étude concordent avec le fait que les CVC sont les principales particules des pulvérisations aériennes secrètes utilisées dans la géo-ingénierie troposphérique. Les cendres volantes de charbon affectent les insectes dans les milieux aérien, terrestre et aquatique. Les cendres volantes de charbon sont impliquées dans le déclin dramatique des insectes, car ses principaux composants (aluminosilicates et fer) ainsi que de multiples oligo-éléments se trouvent dans, sur et autour des insectes prélevés dans les zones polluées du monde entier. Il est impératif d’authentifier et d'étendre ces résultats, de rechercher les « empreintes » des CVC dans les eaux pluviales, les insectes et leur environnement, dans des zones éloignées des sites industriels mais impactées par les pulvérisations de CVC. Les CVC utilisées dans la géo-ingénierie atmosphérique contribuent

probablement à l'irradiance croissante par rayonnement UV-B et UV-C qui est mortel pour les insectes.

 

À ce jour, aucune cause statistiquement significative n'a été identifiée pour expliquer la disparition des insectes [1-12]. Le principe de précaution, proposé comme nouvelle ligne directrice dans la prise de décision en matière d’environnement [80], comprend quatre éléments centraux: 1) prendre des mesures préventives face à l’incertitude; (2) transférer la charge de la preuve aux promoteurs d'une activité (dans ce cas, les pulvérisations aériennes de particules ); (3) explorer un large éventail d'alternatives à des actions potentiellement dangereuses; et (4) accroître la participation du public à la prise de décisions, qui, en matière de disparition à grande échelle des insectes, devrait à juste titre inclure les scientifiques. C’est dans cet esprit que nous avons révélé des causes primaires, mais non encore reconnues, du déclin catastrophique des insectes. Il est nécessaire d’exposer et de stopper la géo-ingénierie des pulvérisations atmosphériques afin d’empêcher toute nouvelle contamination de la biosphère. Une fois les pulvérisations aériennes stoppées, le retour progressif des insectes sera la meilleure preuve que les CVC pulvérisées sont en fait l’une des principales causes du déclin drastique actuel de la population et de la diversité des insectes.

 

CONFLITS D'INTÉRÊTS

 

Les auteurs ont déclaré n'avoir pas de conflits d'intérêts.

RÉFÉRENCES

 

1. Cox-Foster D, VanEngelsdorp D. Saving the honey bee. Scientific American. 2009;300(4):40-7.

2. Council NR. Status of pollinators in North America: National Academies Press; 2007.

3. Grixti JC, Wong LT, Cameron SA, Favret C. Decline of bumble bees (Bombus) in the North American Midwest. Biological conservation. 2009;142(1):75-84.

4. Goulson D, Lye GC, Darvill B. Decline and conservation of bumble bees. Annu Rev Entomol. 2008;53:191-208.

5. Cameron SA, Lozier JD, Strange JP, Koch JB, Cordes N, Solter LF, et al. Patterns of widespread decline in North American bumble bees. Proceedings of the National Academy of Sciences. 2011;108(2):662-7.

6. Evans JD, Saegerman C, Mullin C, Haubruge E, Nguyen BK, Frazier M, et al. Colony collapse disorder: a descriptive study. PLoS ONE. 2009;4(8):e6481.

7. Watanabe ME. Colony collapse disorder: many suspects, no smoking gun. BioScience. 2008;58(5):384-8.

8. Hallmann CA, Sorg M, Jongejans E, Siepel H, Hofland N, Schwan H, et al. More than 75 percent decline over 27 years in total flying insect biomass in protected areas. PLoS ONE. 2017;12(10):e0185809.

9. Brooks DR, Bater JE, Clark SJ, Monteith DT, Andrews C, Corbett SJ, et al. Large carabid beetle declines in a United Kingdom monitoring network increases evidence for a widespread loss in insect biodiversity. Journal of Applied Ecology. 2012;49(5):1009-19.

10. Conrad KF, Warren MS, Fox R, Parsons MS, Woiwod IP. Rapid declines of common, widespread British moths provide evidence of an insect biodiversity crisis. Biological conservation. 2006;132(3):279-91.

11. Thomas J. Monitoring change in the abundance and distribution of insects using butterflies and other indicator groups. Philosophical Transactions of the Royal Society of London B: Biological Sciences. 2005;360(1454):339-57.

12. Dirzo R, Young HS, Galetti M, Ceballos G, Isaac NJ, Collen B. Defaunation in the Anthropocene. Science. 2014;345(6195):401-6.

13. Deonarine A, Bartov G, Johnson TM, Ruhl L, Vengosh A, Hsu-Kim H. Environmental impacts of the Tennessee Valley Authority Kingston coal ash spill. 2. Effect of coal ash on methylmercury in historically contaminated river sediments. Environmental Science & Technology. 2013;47(4):2100-8.

14. Harkness JS, Sulkin B, Vengosh A. Evidence for coal ash ponds leaking in the southeastern United States. Environmental Science & Technology. 2016;50(12):6583-92.

15. Environmental Protection Agency EPA: https://www.epa.gov/coalash/coal-ash-reuse Accessed June 4, 2018.

16. Basu M, Pande M, Bhadoria PBS, Mahapatra SC. Potential fly-ash utilization in agriculture: A global review. Progress in Natural Science. 2009;19(10):1173-86.

 

17. Herndon JM, Whiteside M. Further evidence of coal fly ash utilization in

tropospheric geoengineering: Implications on human and environmental health. J Geog Environ Earth Sci Intn. 2017;9(1):1-8.

18. Herndon JM, Whiteside M. Contamination of the biosphere with mercury: Another potential consequence of on-going climate manipulation using aerosolized coal fly ash J Geog Environ Earth Sci Intn. 2017;13(1):1-11.

19. Herndon JM. Evidence of variable Earth-heat production, global non-anthropogenic climate change, and geoengineered global warming and polar melting. J Geog Environ Earth Sci Intn. 2017;10(1):16.

20. Shearer C, West M, Caldeira K, Davis SJ. Quantifying expert consensus against the existence of a secret large-scale atmospheric spraying program. Environ Res Lett. 2016;11(8):p. 084011.

21. Moreno N, Querol X, Andrés JM, Stanton K, Towler M, Nugteren H, et al. Physico-chemical characteristics of European pulverized coal combustion fly ashes. Fuel. 2005;84:1351-63.

22. Herndon JM. Aluminum poisoning of humanity and Earth's biota by clandestine geoengineering activity: implications for India. Curr Sci. 2015;108(12):2173-7.

23. Chen Y, Shah N, Huggins FE, Huffman GP. Transmission electron microscopy investigation of ultrafine coal fly ash particles. Environ Science and Technogy. 2005;39(4):1144-51.

24. Thomas W. Chemtrails Confirmed. Carson City, Nevada (USA): Bridger House Publishers; 2004.

 

25. Fisher GL. Biomedically relevant chemical and physical properties of coal combustion products. Environ Health Persp. 1983;47:189-99.

26. Alstad D, Edmunds Jr G, Weinstein L. Effects of air pollutants on insect populations. Annual Review of Entomology. 1982;27(1):369-84.

27. Forouzanfar MH, Alexander L, Anderson HR, Bachman VF, Biryukov S, Brauer M, et al. Global, regional, and national comparative risk assessment of 79 behavioural, environmental and occupational, and metabolic risks or clusters of risks in 188 countries, 1990–2013: a systematic analysis for the Global Burden of Disease Study 2013. The lancet. 2015;386(10010):2287-323.

28. State of Global Air https://www.stateofglobalair.org Accessed June 4, 2018.

29. Jensen P, Trumble JT. Ecological consequences of bioavailability of metals and metalloids in insects. Recent Res Dev Entomol. 2003;42:1-17.

30. Butler CD, Trumble JT. Effects of pollutants on bottom-up and top-down processes in insect–plant interactions. Environmental Pollution. 2008;156(1):1-10.

31. Trumble JT, Vickerman DB. Pollution and Terrestrial Arthropods. Encyclopedia of Entomology: Springer; 2004. p. 1787-9.

32. Brake S, Jensen R, Mattox J. Effects of coal fly ash amended soils on trace element uptake in plants. Environmental Geology. 2004;45(5):680-9.

33. Calatayud P, Njuguna E, Juma G. Silica in Insect-Plant Interactions. Entomol Ornithol Herpetol. 2016;5:e125.

34. Mucha-Pelzer T, Debnath N, Goswami A, Mewis I. Comparison of different silicas of natural origin as possible insecticides. Communications in agricultural and applied biological sciences. 2008;73(3):621-8.

35. Vuori KM. Acid‐induced acute toxicity of aluminium to three species of filter feeding caddis larvae (Trichoptera, Arctopsychidae and Hydropsychidae). Freshwater Biology. 1996;35(1):179-88.

36. Kijak E, Rosato E, Knapczyk K, Pyza E. Drosophila melanogaster as a model system of aluminum toxicity and aging. Insect science. 2014;21(2):189-202.

37. Chicas-Mosier AM, Cooper BA, Melendez AM, Pérez M, Oskay D, Abramson CI. The effects of ingested aqueous aluminum on floral fidelity and foraging strategy in honey bees (Apis mellifera). Ecotoxicology and Environmental Safety. 2017;143:80-6.

38. Nichol H, Law JH, Winzerling JJ. Iron metabolism in insects. Annual Review of Entomology. 2002;47(1):535-59.

39. Ghio AJ, Cohen MD. Disruption of iron homeostasis as a mechanism of biologic effect by ambient air pollution particles. Inhalation Toxicology. 2005;17(13):709-16.

40. Sohal R, Allen R, Farmer K, Newton R. Iron induces oxidative stress and may alter the rate of aging in the housefly, Musca domestica. Mechanisms of ageing and development. 1985;32(1):33-8.

41. Ferrero A, Torreblanca A, Garcerá MD. Assessment of the effects of orally administered ferrous sulfate on Oncopeltus fasciatus (Heteroptera: Lygaeidae). Environ Sci Pollut Res. 2017;24(9):8551-61.

42. Exley C, Rotheray E, Goulson D. Bumblebee pupae contain high levels of aluminum. PLoS ONE. 2015;10(6):e0127665.

43. van der Steen JJ, de Kraker J, Grotenhuis T. Spatial and temporal variation of metal concentrations in adult honey bees (Apis mellifera L.). Environmental Monitoring and Assessment. 2012;184(7):4119-26.

44. Zhelyazkova I. Honey bees–bioindicators for environmental quality. Bulg J Agric Sci. 2012;18(3):435-42.

45. Altunatmaz SS, Tarhan D, Aksu F, Barutcu UB, Or ME. Mineral element and heavy metal (cadmium, lead and arsenic) levels of bee pollen in Turkey. Food Science and Technology (Campinas). 2017(AHEAD):0-.

46. Kostić AŽ, Pešić MB, Mosić MD, Dojčinović BP, Natić MM, Trifković JĐ. Mineral content of bee pollen from Serbia/Sadržaj minerala u uzorcima pčelinjega peluda iz Srbije. Archives of Industrial Hygiene and Toxicology. 2015;66(4):251-8.

47. Sattler JAG, De-Melo AAM, Nascimento KS, Mancini-Filho J, Sattler A, al. e. Essential minerals and inorganic contaminants (barium, cadmium, lithium, lead and vanadium) in dried bee pollen produced in Rio Grande do Sul State, Brazil. Food Science and Technology (Campinas). 2016;36(3):505-9.

48. Azam I, Afsheen S, Zia A, Javed M, Saeed R, Sarwar MK, et al. Evaluating insects as bioindicators of heavy metal contamination and accumulation near industrial area of Gujrat, Pakistan. BioMed Research International. 2015;2015.

49. Karadjova I, Markova E. Metal accumulation in insects (Orthoptera, Acrididae) near a copper smelter and copper-flotation factory (Pirdop, Bulgaria). Biotechnology & Biotechnological Equipment. 2009;23(sup1):204-7.

50. Devkota B, Schmidt G. Accumulation of heavy metals in food plants and grasshoppers from the Taigetos Mountains, Greece. Agriculture, ecosystems & environment. 2000;78(1):85-91.

51. Negri I, Mavris C, Di Prisco G, Caprio E, Pellecchia M. Honey bees (Apis mellifera, L.) as active samplers of airborne particulate matter. PLoS ONE. 2015;10(7):e0132491.

52. Kitherian S. Nano and Bio-nanoparticles for Insect Control. Res J Nanosci Nanotechnol. 2017.

53. Buteler M, Sofie S, Weaver D, Driscoll D, Muretta J, Stadler T. Development of nanoalumina dust as insecticide against Sitophilus oryzae and Rhyzopertha dominica. International journal of pest management. 2015;61(1):80-9.

54. Murugan K, Dinesh D, Nataraj D, Subramaniam J, Amuthavalli P, Madhavan J, et al. Iron and iron oxide nanoparticles are highly toxic to Culex quinquefasciatus with little non-target effects on larvivorous fishes. Environ Sci Pollut Res. 2018;25(11):10504-14.

55. Maher BA, Ahmed IAM, Karloukovski V, MacLauren DA, Foulds PG, et al. Magnetite pollution nanoparticles in the human brain. Proc Nat Acad Sci. 2016;113(39):10797-801.

56. Acosta-Avalos DL, Wajnberg E, Oliveira PS, Leal I, Farina M, Esquivel DM. Isolation of magnetic nanoparticles from Pachycondyla marginata ants. Journal of Experimental Biology. 1999;202(19):2687-92.

57. Liang C-H, Chuang C-L, Jiang J-A, Yang E-C. Magnetic sensing through the abdomen of the honey bee. Scientific Reports. 2016;6:23657.

58. Maher BA. Magnetite biomineralization in termites. Proceedings of the Royal Society of London B: Biological Sciences. 1998;265(1397):733-7.

59. Petrovský E, Zbořil R, Grygar TM, Kotlík B, Novák J, Kapička A, et al. Magnetic particles in atmospheric particulate matter collected at sites with different level of air pollution. Studia Geophysica et Geodaetica. 2013;57(4):755-70.

60. Kirschvink JL. Microwave absorption by magnetite: A possible mechanism for coupling non-thermal levels of radiation to biological systems. Bioelectromag. 1996;17:187-94.

61. Thielens A, Bell D, Mortimore DB, Greco MK, Martens L, Joseph W. Exposure of Insects to Radio-Frequency Electromagnetic Fields from 2 to 120 GHz. Scientific Reports. 2018;8(1):3924.

62. Kumar NR, Sangwan S, Badotra P. Exposure to cell phone radiations produces biochemical changes in worker honey bees. Toxicology international. 2011;18(1):70.

63. Zarić N, Ilijević K, Stanisavljević L, Gržetić I. Metal concentrations around thermal power plants, rural and urban areas using honey bees (Apis mellifera L.) as bioindicators. International journal of environmental science and technology. 2016;13(2):413-22.

64. De Jong D, Morse RA, Gutenmann WH, Lisk DJ. Selenium in pollen gathered by bees foraging on fly ash-grown plants. Bulletin of environmental contamination and toxicology. 1977;18(4):442-4.

65. Roman A. Levels of Copper, Selenium, Lead, and Cadmium in Forager Bees. Polish journal of environmental studies. 2010;19(3).

66. Hladun KR, Smith BH, Mustard JA, Morton RR, Trumble JT. Selenium toxicity to honey bee (Apis mellifera L.) pollinators: effects on behaviors and survival. PLoS ONE. 2012;7(4):e34137.

67. Tchounwou PB, Yedjou CG, Patlolla AK, Sutton DJ. Heavy metal toxicity and the environment. EXS. 2012;101:133-64.

68. Zaman K, MacGill R, Johnson J, Ahmad S, Pardini R. An insect model for assessing mercury toxicity: effect of mercury on antioxidant enzyme activities of the housefly (Musca domestica) and the cabbage looper moth (Trichoplusia ni). Archives of Environmental Contamination and Toxicology. 1994;26(1):114-8.

69. Braeckman B, Raes H, Van Hoye D. Heavy-metal toxicity in an insect cell line. Effects of cadmium chloride, mercuric chloride and methylmercuric chloride on cell viability and proliferation in Aedes albopictus cells. Cell biology and toxicology. 1997;13(6):389-97.

70. Trumble JT, Kund G, White K. Influence of form and quantity of selenium on the development and survival of an insect herbivore. Environmental Pollution. 1998;101(2):175-82.

71. Shonouda M, El-Samad L, Mokhamer H, Toto N. Use of oxidative streess and genotoxic biomarkers of aquatic beetles Anacaena globulus (Coleoptera: Hydrophilidae) as biomonitors of water pollution. J Entomol. 2016;13:122-31.

72. Cabrol NA, Feister U, Häder D-P, Piazena H, Grin EA, Klein A. Record solar UV irradiance in the tropical Andes. Frontiers in Environmental Science. 2014;2(19).

73. Córdoba C, Munoz J, Cachorro V, de Carcer IA, Cussó F, Jaque F. The detection of solar ultraviolet-C radiation using KCl:Eu2+ thermoluminescence dosemeters. Journal of Physics D: Applied Physics. 1997;30(21):3024.

74. D'Antoni H, Rothschild L, Schultz C, Burgess S, Skiles J. Extreme environments in the forests of Ushuaia, Argentina. Geophysical Research Letters. 2007;34(22).

75. Herndon JM, Hoisington RD, Whiteside M. Deadly ultraviolet UV-C and UV-B penetration to Earth’s surface: Human and environmental health implications. J Geog Environ Earth Sci Intn. 2018;14(2):1-11.

76. Ravanat J-L, Douki T, Cadet J. Direct and indirect effects of UV radiation on DNA and its components. Journal of Photochemistry and Photobiology B: Biology. 2001;63(1):88-102.

77. Ballare CL, Caldwell MM, Flint SD, Robinson SA, Bornman JF. Effects of solar ultraviolet radiation on terrestrial ecosystems. Patterns, mechanisms, and interactions with climate change. Photochemical & Photobiological Sciences. 2011;10(2):226-41.

78. Sang W, Yu L, He L, Ma W-H, Zhu Z-H, Zhu F, et al. UVB radiation delays Tribolium castaneum metamorphosis by influencing ecdysteroid metabolism. PLoS ONE. 2016;11(3):e0151831.

79. Hori M, Shibuya K, Sato M, Saito Y. Lethal effects of short-wavelength visible light on insects. Scientific Reports. 2014;4:7383.

 

80. Kriebel D, Tickner J, Epstein P, Lemons J, Levins R, Loechler EL, et al. The precautionary principle in environmental science Environ Healt Perspec. 2001;109(9):871-6.

 

Article en anglais : http://www.nuclearplanet.com/whin.pdf

 

 

© 2018 Whiteside and Herndon; Ceci est un article Open Access distribué selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution (http://creativecommons.org/licenses/by/4.0

), qui permet une utilisation, une distribution et une reproduction illimitées sur tout support, à condition que l’œuvre originale soit correctement citée.

Historique de l'examen par les pairs:

L'historique de l'évaluation par les pairs pour cet article peut être consulté ici: http://www.sciencedomain.org/review-history/25994

 

                         Whiteside and Herndon; AJOB, 6(4): 1-13, 2018; Article no.AJOB.43268

 

email : mherndon@san.rr.com

Voir les commentaires

Action déconnexion

27 Août 2019, 22:21pm

Action déconnexion

Voir les commentaires

Tim Ball gagne en justice contre Michael Mann

27 Août 2019, 21:59pm

Voir les commentaires

Michael Mann, alarmiste climatique, prix nobel, condamné pour fraude

27 Août 2019, 08:42am

La fraude du réchauffement climatique s'effondre alors que la Cour suprême de Colombie-Britannique a rejeté le procès en diffamation contre le faux «bâton de hockey»de Michael Mann


https://climate.news/2019-08-26-climate-change-hoax-collapses-as-michael-mann-bogus-hockey-stick-graph.html

 

26/08/2019 - Mike Adams - Traduction Ciel voilé
 


Au cours des deux dernières décennies, l'hystérie du réchauffement de la planète - qui a été rebaptisée par la suite «changement climatique» - repose en grande partie sur le graphique dit du «bâton de hockey» produit par Michael Mann. Le graphique, présenté ci-dessous, a été utilisé par le GIEC, les médias et les gouvernements pour propulser l'hystérie du réchauffement climatique au point de provoquer une maladie mentale généralisée, où les candidats démocrates à la présidence prétendent que l'humanité n'a plus que 12 ans avant qu'une apocalypse climatique détruise d'une manière ou d'une autre la planète.


Mais le graphique du bâton de hockey est une fraude. Un algorithme de logiciel fabriqué par l'homme l'a généré, et l'algorithme est conçu pour produire une forme de bâton de hockey, quelles que soient les données saisies. Comme tout ce qui se trouve dans le monde truqué de la «science du climat», le graphe du bâton de hockey était une fraude dès le jour de sa conception.


Michael Mann n’a pas aimé être traité de fraudeur par ses critiques, il les a donc poursuivis en justice pour diffamation. Et en fin de semaine dernière, la Cour suprême de Colombie-Britannique (Canada) a conclu une de ces poursuites, qui a abouti au rejet de l’action de Mann contre le Dr Tim Ball. Mais il y a plus. Selon Principia-Scientific:


Non seulement le tribunal a-t-il accueilli la demande de Ball visant à faire rejeter le procès de neuf ans, qui s’élevait à plusieurs millions de dollars, mais il a également pris la mesure supplémentaire d’octroyer les dépens à Ball. Une déclaration publique détaillée du climatologue sceptique de renommée mondiale est attendue dans les meilleurs délais.


Ce résultat extraordinaire devrait entraîner de graves répercussions juridiques pour le Dr Mann aux États-Unis et pourrait s'avérer fatal à la science du climat, qui prétend que les températures modernes sont «sans précédent».

Michael Mann refuse de communiquer les données de calcul du graphique, insistant sur le secret plutôt que sur la transparence


Cette décision judiciaire aurait découlé du fait que Michael Mann a refusé de remettre au tribunal «les chiffres de la régression R2», ce qui révéle les manipulations de données ayant conduit à la modification du graphique du bâton de hockey. Cette réticence à divulguer l’algorithme du graphique et les points de données révèle le manque total de transparence et d’intégrité scientifique qui entache le travail supposé de «science» de Mann depuis des décennies. Comme l'explique « le penseur américain »:


La vraie science, et non la version «consensuelle» factice, nécessite un accès ouvert aux données, afin que les sceptiques (qui jouent un rôle clé en science) puissent vérifier si les résultats sont reproductibles.


Plus de Technocracy.news:


Le mépris de Mann, maintenant prouvé, pour le tribunal, signifie que Ball a le droit de faire condamner Mann. Les sanctions pour mépris pourraient raisonnablement inclure le juge qui a déclaré que la déclaration de M. Ball selon laquelle Mann «appartenait au tribunal national, et non à l’État de Pennsylvanie » est une affirmation de fait précise et vraie. En effet, sous la "défense de la vérité" unique du Canada, il est maintenant prouvé que Mann a volontairement caché ses données, de sorte que le tribunal peut décider qu'il les a cachées parce que ce sont des faux. En tant que tel, le tribunal doit alors rejeter l’ensemble de la procédure de diffamation de Mann, les dépens étant attribués à Ball et à son équipe.


La montée et la chute spectaculaires de l'ancien golden boy de l'alarmisme climatique est une bataille judiciaire qui comporte encore plus de ramifications que le tristement célèbre Scopes Monkey Trial de 1925. En grande pompe à l'époque, Mann avait poursuivi Ball pour avoir osé publier le commentaire accablant : «  Il appartenait au tribunal national, pas à l’État de Pennsylvanie ». Le Dr Ball a brillamment décrit la fraude du réchauffement climatique, une escroquerie internationale sophistiquée, dans son livre étonnant : « La corruption délibérée de la science du climat » .


Dans ses livres, ses articles, ses apparitions à la radio et à la télévision, M. Ball a été résolu dans sa guerre qui a duré toute une génération contre ceux qui ont corrompu le domaine de la science auquel il avait consacré sa vie de façon désintéressée. Maintenant âgé de 79 ans, Ball est sur le point de faire valoir ses droits. Malgré les tensions qui pèsent lourdement sur lui-même et sur sa famille, Tim est resté à l'avant-garde des scientifiques qui exigent plus d’ouverture et de transparence de la part des chercheurs financés par le gouvernement.


«La communauté scientifique du climat en crise»


Technocracy.news poursuit en expliquant les conséquences ultimes de cette décision de justice:
Une défaite amère et embarrassante pour le soi-disant «prix Nobel» qui a agi comme s’il était l’incarnation de la vertu, ce résultat est une honte non seulement pour Michael Mann, mais pour la communauté scientifique du climat. Plusieurs centaines d’articles examinés par des pairs citent le travail de Mann, qui est maintenant effectivement mis au rebut. Malgré la présence de soutiens très puissants désireux et capables de nourrir son ego en tant que porte-parole attitré contre les sceptiques, la crédibilité de Mann en tant que défenseur de l’écologie est en ruine. Mais cela empire pour le professeur litigieux de Penn State. Le Dr Ball est soutenu par le célèbre écrivain Mark Steyn. Steyn se défend également contre un autre des procès de la courbe du bâton de hockey de Mann - cette fois à Washington DC. Steyn affirme hardiment que Mann « a perverti les normes de la science à l'échelle industrielle ». Judith Curry, éminente climatologue américaine, a présenté à la cour un mémoire en justice « Amicus Curiae » dénonçant Mann. Le monde peut maintenant voir que ses six années de manoeuvres juridiques visant à faire taire ses critiques les plus efficaces et à refroidir le débat scientifique se sont retournées contre Mann de manière spectaculaire.


Principia-Scientific.org indique également qu'une "enquête criminelle" sur Mann est maintenant probable aux États-Unis suite à des allégations selon lesquelles Mann aurait commis une fraude scientifique en simulant sa courbe de bâton de hockey:


« Le spécialiste du climat » de l’état de Pennsylvanie,Michael Mann, «  bâton de hockey », a commis un outrage au tribunal dans le procès du siècle de la science du climat. Un éminent alarmiste défie de manière choquante le juge et refuse de remettre des données à un tribunal. Seule issue possible: l'humiliation de Mann, sa défaite et probablement une enquête criminelle aux États-Unis.


L’inculpé dans le procès pour diffamation, le climatologue canadien âgé de 79 ans, le Dr Tim Ball (ci-dessus, à droite) devrait donner pour instructions à ses avocats de Colombie-Britannique de prononcer des sanctions punitives obligatoires, y compris une décision selon laquelle Mann aurait agi avec une intention criminelle lorsque utilisant des fonds publics pour commettre une fraude sur les données climatologiques. La défaite imminente de Mann est sur le point d’envoyer des ondes de choc dans le monde entier au sein de la communauté scientifique spécialisée dans les sciences du climat, qui se traduira par une justification juridique et scientifique des affirmations du président américain Donald Trump selon lesquelles les histoires alarmistes liées au climat sont un «canular».


Comme on peut le voir sur les graphiques ci-dessous; La version choisie par la science de Mann fait disparaître la période chaude médiévale (MWP) et montre une partie ascendante prononcée à la fin du 20ème siècle (la lame de son « bâton de hockey »). En dessous, le graphique de Ball, qui utilise des données publiques plus fiables et plus largement disponibles, montre une période chaude médiévale avec des températures plus élevées qu’aujourd’hui et des températures actuelles se situant bien dans les variations naturelles.

L’auteur de la plus grande «agression scientifique» criminelle est maintenant démasqué: le Dr Mann, condamné pour son mépris de l’ordonnance de la Cour pour présenter ses données douteuses.


Il ne fait aucun doute que, suite à la décision de la Cour suprême de la Colombie-Britannique selon laquelle Mann aurait commis une fraude sur les données, à Washington DC, Scott Pruitt de l'EPA ressentira une pression intense exercée par les sceptiques pour ouvrir une enquête complète sur Mann, son université et tous ceux qui conspirent pour imposer une taxe sur les émissions de dioxyde de carbone de centaines de milliards de dollars sur les contribuables.

Voir nos vidéos de Mark Steyn ( 6'52'') et Judith Curry ( 4'58'') :

Voir les commentaires

François Ruffin : le dolder

26 Août 2019, 19:01pm

Emmanuel Macron a été élu le 14 mai 2017. La loi sur l'obligation vaccinale de 11 vaccins a été votée le 27 octobre 2017.

Voir les commentaires

La géo-ingénierie est le cheval de Troie de la politique climatique

24 Août 2019, 14:58pm

https://www.eco-business.com/opinion/geoengineering-is-the-trojan-horse-of-climate-action/

 

Par Silvia Ribeiro - Mardi 20 août 2019 – Traduction Ciel voilé

 

(Avertissement de Ciel voilé : L’ETC groupe dont fait partie l’auteur de l’article, ne reconnaît pas que la géo-ingénierie soit déjà en cours.)

 

 


Pour les entreprises de combustibles fossiles, la promesse de la géo-ingénierie est l’ ​​excuse idéale pour poursuivre leurs activités comme d’habitude. Plutôt que de permettre à l'industrie de continuer à agir dans son propre intérêt, le monde devrait mettre en place un mécanisme de réglementation fort et démocratique, prévoyant notamment la possibilité d'interdire certaines technologies.


 Les technologies de séquestration du carbone telles que la géo-ingénierie pourraient être nécessaires pour maintenir la planète à un réchauffement moins ambitieux que 2 degrés Celsius, selon les scientifiques.


Bien que les effets du changement climatique deviennent de plus en plus apparents, les progrès accomplis en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre restent plus décevants que jamais, amenant certains à vanter les nouvelles solutions technologiques qui pourraient soi-disant sauver la situation.


David Keith de l’Université de Harvard, par exemple, voudrait que nous envisagions la géo-ingénierie, c’est-à-dire des interventions délibérées, à grande échelle et très risquées dans le système climatique de la Terre.


En mars dernier, lors de la conférence des Nations Unies sur l’environnement à Nairobi, le Kenya, les États-Unis et l’Arabie Saoudite se sont opposés à la volonté de contrôler la géo-ingénierie et ses implications pour la gouvernance internationale.


Dans le même temps, l’expérience de perturbation contrôlée de la stratosphère (SCoPEx) de Keith aux États-Unis, qui vise à tester une forme de géo-ingénierie connue sous le nom de gestion du rayonnement solaire (GRS), semble aller de l’avant.


Les GRS reposent sur l’injection dite stratosphérique d’aérosols, dans laquelle un ballon à haute altitude pulvérise de grandes quantités de particules inorganiques dans la stratosphère dans le but de réfléchir une partie de la lumière solaire dans l’espace. SCoPEx enverrait un ballon équipé d'instruments scientifiques à une vingtaine de kilomètres du sol pour tester la réflectivité de diverses substances.


Mais ces aspects techniques de l'expérience sont beaucoup moins importants que ses implications politiques, sociales et géopolitiques. Après tout, les risques de la géo-ingénierie ne pourraient être plus graves. S'ils sont déployés à grande échelle, les GRS pourraient perturber la mousson en Asie et provoquer des sécheresses en Afrique, affectant l'approvisionnement en nourriture et en eau de deux milliards de personnes.


L’utilisation de l’acide sulfurique - l’option la plus étudiée et celle que SCoPEx avait initialement prévue de tester - pourrait encore appauvrir la couche d’ozone. (Plus récemment, SCoPEx n'a mentionné que des carbonates.)


Le lancement récent d'un comité consultatif indépendant pour SCoPEx semble viser à conférer une légitimité à une sorte d'expérience que le reste du monde a jugée trop dangereuse pour l’autoriser.


De plus, la composition du groupe est exclusivement basée aux États-Unis et principalement liée à des institutions d’élite, ce qui soulève des questions quant aux intérêts véritables de celles-ci.


Si elle est déployée à grande échelle, la gestion du rayonnement solaire pourrait perturber la mousson en Asie et provoquer des sécheresses en Afrique, affectant l’approvisionnement en nourriture et en eau de deux milliards de personnes.


Ces préoccupations sont renforcées par le fait que le lancement de SCoPEx est fondamentalement une manipulation. Les résultats d'une expérience «à petite échelle» ne constitueraient pas une évaluation crédible des effets du déploiement de la GRS à l'échelle nécessaire pour la géo-ingénierie.


Comme l'ont clairement expliqué les climatologues, le seul moyen de savoir comment la GRS (ou toute autre technique de géo-ingénierie) affecterait le climat est de la déployer sur plusieurs décennies à grande échelle. Autrement, ses effets ne pourraient être distingués des autres variables climatiques et du «bruit climatique».


Étant donné que la géo-ingénierie est, par nature, incontrôlable, toutes les expériences comme SCoPEx peuvent créer une dynamique pour des expériences plus vastes et plus longues. Une fois que des millions de dollars ont été consacrés à la création des institutions pertinentes et à l'emploi d'un grand nombre de personnes, il devient plus facile de faire valoir que davantage de données devraient être collectées et, enfin, que la technologie devrait être déployée.


En ce sens, des projets tels que SCoPEx créent un nouveau et dangereux précédent pour la mise en œuvre unilatérale de technologies de géo-ingénierie par des milliardaires et leurs intérêts acquis.

 

Comme le soulignent le Centre pour le droit international de l’environnement et le récent rapport de la Fondation Heinrich Böll, Fuel to Fire, les entreprises du secteur des combustibles fossiles investissent dans la géo-ingénierie depuis des décennies.


Pour eux, la promesse d’une autorisation exempte de peine de prison est un prétexte idéal pour poursuivre leurs activités destructrices et très rentables.


En fait, la société de Keith, Carbon Engineering, a récemment reçu 68 millions USD de Occidental Petroleum, de Chevron et du géant du charbon BHP (Billiton) pour mettre au point une autre approche potentiellement dangereuse en géo-ingénierie: Direct Air Capture, qui prélève du CO2 dans l’atmosphère. utilisé ou stocké. La société de financement des sables bitumineux N. Murray Edwards (ainsi que Bill Gates) figure parmi les bailleurs de fonds de la société.


Le fait de permettre à de tels projets de progresser sans mandat politique ni supervision institutionnelle pourrait enraciner un système d’auto-réglementation tout à fait inadéquat pour des technologies aussi importantes que la géo-ingénierie.

Voir les commentaires

Climat: la géo-ingénierie au coeur des futures normes industrielles?

23 Août 2019, 20:55pm

 Climat: la géo-ingénierie au coeur des futures normes industrielles?

AFP, publié le vendredi 23 août 2019 à 15h30

Lutter contre le réchauffement climatique grâce à des technologies expérimentales? L'organisme ISO chargé d'élaborer les normes internationales pousserait les entreprises dans cette direction, au risque de menacer les efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, selon un document que s'est procuré l'AFP.

L'organisation internationale pour la standardisation (ISO), qui comprend 160 Etats membres, élabore les normes internationales pour répondre aux besoins des industries dans une multitude de secteurs.

L'organisme travaille à l'élaboration d'une nouvelle norme destinée à permettre aux entreprises de mesurer leur action climatique. Le texte, à l'état d'ébauche et obtenu par l'AFP, sera examiné lors d'une réunion de travail à Berkeley, en Californie, pour voir "s'il existe un consensus", a fait savoir un porte-parole d'ISO à l'AFP, confirmant l'existence du document.

Selon ce document, les entreprises doivent travailler à "la gestion du forçage radiatif", c'est-à-dire l'équilibre entre le rayonnement solaire et les émissions de rayonnements infrarouges sortant de l'atmosphère, pour stabiliser le climat, mais sans évoquer une température précise.

- Imiter les volcans -

L'accord de Paris sur le climat de 2015 vise à limiter le réchauffement à +2°C par rapport à l'ère pré-industrielle, voire à +1,5°C. Le texte de l'ISO qualifie ces objectifs de "problématiques".

Le texte évoque les "forceurs climatiques" comme le CO2 et d'autres gaz à effet de serre qui contribuent au réchauffement climatique.

Mais le document parle aussi largement des "réfrigérants climatiques", ce qui comprend des technologies de géo-ingénierie à grande échelle pour modifier le climat. 

Il parle spécifiquement de la "gestion des radiations solaires", qui consisterait à injecter du sulfate dans la stratosphère pour refléter l'énergie solaire et diminuer l'impact sur la planète, imitant le phénomène naturel d'une éruption volcanique.

Des études ont démontré que cette méthode pourrait être efficace et relativement peu coûteuse pour endiguer la hausse des températures. Mais des craintes existent concernant des conséquences inattendues que pourrait avoir une telle manipulation de l'atmosphère terrestre, avec à la clé de potentiels risques sur les modèles climatiques ou encore la sécurité alimentaire.

"Il existe vraiment un grand risque quand vous prenez quelque chose d'aussi expérimental, controversé, volatil politiquement et moralement risqué que la géo-ingénierie et que vous en faites le sujet de normes destinées à l'industrie", avertit Carroll Muffet, de l'organisation juridique CIEL (Centre for International Environmental Law).

L'adoption des normes ISO par une entreprise est considérée comme un gage de sérieux, relève-t-elle aussi.

Pour remplir les objectifs de Paris sur le climat, les experts de l'ONU réunis au sein du Giec recommande une réduction immédiate et drastique du recours aux énergies fossiles, avec en ligne de mire zéro émissions nettes d'ici à 2050.

Dans son rapport clé publié en octobre 2018, le Giec intègre la "gestion des radiations solaires" dans ces modèles climatiques. Si cette technologie pourrait être "en théorie efficace", il existe "de larges incertitudes" et des "risques substantiels", soulignent les scientifiques.

La suite sur Actu Orange

 

Voir les commentaires

Dangers de la 5G - Onze raisons de s'inquiéter

23 Août 2019, 12:55pm

Publié par Ciel Voilé

Dangers liés aux radiations 5G - 11 raisons de s’inquiéter


Publié par Lloyd Burrell le 12 mai 2017 - Article mis à jour en avril 2019.
Traduction : Ciel voilé

https://www.electricsense.com/5g-radiation-dangers/


Vitesses de téléchargement ultra rapides


5G et IoT promettent de nous connecter dans nos maisons, nos écoles, nos lieux de travail, nos villes, nos parcs et nos espaces ouverts à plus de centaines de milliards d'objets dans le monde. Il promet des voitures qui conduisent elles-mêmes, des machines à laver qui commandent leur propre lessive et adoucisseur, ainsi que des téléchargements et des flux super rapides.


Selon Fortune.com, la 5G prendra en charge au moins 100 milliards d’appareils et sera 10 à 100 fois plus rapide que la technologie 4G actuelle (la 4G était déjà environ 10 fois plus rapide que la 3G).


La vitesse de téléchargement atteindra 10 Gigabits par seconde. Cela nous permettrait d'avoir un bâtiment entier de personnes qui s'enverraient des données en un rien de temps, améliorant ainsi la productivité.


Qu'est-ce que la 5G ?


La 5G offre des capacités de données époustouflantes, des volumes d'appels pratiquement illimités et une diffusion de données quasi infinie. Pour ce faire, la 5G utilise une largeur de bande largement inexploitée de l’onde millimétrique (MMW), comprise entre 30 GHz et 300 GHz, ainsi que certaines fréquences basses et moyennes fréquences.


Ce tableau compare les différentes générations de technologies mobiles:

 


Vous devez connaître certaines autres caractéristiques de la 5G:


Antennes cellulaires sans fil à gogo


Les ondes millimétriques traversent mal les bâtiments et ont tendance à être absorbées par la pluie et les plantes. Cela interfère avec le signal. De plus, les ondes haute fréquence telles que les ondes millimétriques ont aussi des longueurs d’onde beaucoup plus courtes qui ne peuvent pas aller très loin.


Pour contrer ce problème, la 5G utilisera des stations de cellules plus petites (et la technologie de formation de faisceaux) qui vont nous brouiller / désembrouiller et rediriger des paquets de données sur un chemin sans interférence. Cela pourrait signifier des antennes sans fil sur tous les lampadaires, poteaux de services publics, maisons et entreprises situées dans des quartiers, des villes et des villages entiers.


Cette courte vidéo donne une explication succincte de ce à quoi vous pouvez vous attendre:



Tours cellulaires miniatures MIMO 5G


Les tours cellulaires 4G actuelles ont environ une douzaine de ports d’antenne pour toutes les communications, les nouvelles plus petites tours 5G (ou bases) 5M seront de type MIMO (Multiple Input Multiple Output) et porteront une centaine de ports. Ces tours auront probablement une hauteur d'environ 4 pieds, contrairement aux tours habituelles de 90 pieds actuellement construites autour de nous. Les cellules seront disponibles dans un rayon de 100 mètres et ces antennes intelligentes seront capables de différencier divers signaux mélangés - tels que des ondes radio et des signaux WiFi - dans l'air et de les retransmettre de manière ordonnée pour ainsi dire.


Pour en savoir plus à ce sujet, je vous suggère de lire mon article sur les dangers des antennes 5G.


Faible latence - Haute efficacité


La 5G décompose les données et les envoie dans des tailles plus petites afin d'offrir des temps de transmission considérablement réduits. Les données seront envoyées avec un délai de 1 milliseconde au lieu d'un délai de 50 millisecondes commun avec la 4G. Grâce à la rapidité de la communication, les machines peuvent communiquer entre elles pratiquement sans risque d'erreur. Comme le commente Marcus Weldon, CTO d’Alcatel Lucent, «jusqu’à présent, nous avons conçu les réseaux pour les personnes et leurs besoins, et maintenons nous les concevons pour les objets.


Étant donné ce que nous savons déjà sur les liens entre les maladies graves, y compris le cancer, et le rayonnement des antennes téléphoniques à partir du réseau cellulaire existant, nous sommes préoccupés.

 

Les dangers de la radiation 5G - 11 raisons de s'inquiéter


Les États-Unis ouvrent actuellement la voie à la 5G. Lors de sa conférence de presse en juin 2016, Tom Wheeler, président de la Commission fédérale de la communication (FCC), a annoncé l’ouverture du spectre des fréquences basses, moyennes et élevées. Il n'y avait aucune mention d'effets sur la santé Mais les dangers sont réels.


Des milliers d'études ont établi un lien entre l'exposition à de faibles niveaux de rayonnement radioélectrique sans fil et une longue liste d'effets biologiques néfastes, notamment :


    • cassures d'ADN simple et double brin
    • dommages oxydatifs
    • perturbation du métabolisme cellulaire
    • augmentation de la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique
    • réduction de la mélatonine
    • perturbation du métabolisme du glucose dans le cerveau
    • génération de protéines de stress


N'oublions pas non plus qu'en 2011, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait classé le rayonnement radiofréquence parmi les substances potentiellement cancérogènes du 2B.


Plus récemment, le programme national de toxicologie, doté de 25 millions de dollars, a conclu que le rayonnement actuellement utilisé par les téléphones cellulaires pouvait causer le cancer.


Mais où se situe la 5G dans tout cela? Étant donné que la 5G est configurée pour utiliser des fréquences supérieures et inférieures aux bandes de fréquences existantes, la 5G se situe au milieu de tout cela. Mais la tendance (variable d’un pays à l’autre) est que la 5G utilise les bandes de fréquences les plus élevées. Ce qui suscite des préoccupations particulières. Voici mon examen des études effectuées à ce jour - 11 raisons de s’inquiéter du rayonnement 5G.


# 1 - Une soupe plus dense d'électrosmog


Nous allons être bombardés par de très hautes fréquences à des intensités faibles et à courte portée, créant ainsi une soupe encore plus complexe d'électrosmog - comme le montre ce diagramme.

 


Source: Dernières nouvelles sur le spectre 5G - EMFields Ltd.


Pour fonctionner avec la plage d'ondes millimétriques plus élevée en 5G, les antennes requises sont plus petites. Certains experts parlent de 3 mm sur 3 mm. La faible intensité est un gage d'efficacité et permet de gérer les perturbations du signal dues à des obstacles naturels ou créés par l'homme.


# 2 - Effets sur la peau


La plus grande préoccupation est de savoir comment ces nouvelles longueurs d'onde affecteront la peau. Le corps humain possède entre deux et quatre millions de canaux de transpiration. Le Dr. Ben-Ishai de l'Université hébraïque d'Israël explique que nos canaux sudoripares agissent comme «un ensemble d'antennes hélicoïdales exposés à ces longueurs d'onde», ce qui signifie que nous devenons plus conducteurs. Une récente étude réalisée à New York sur les ondes à 60 GHz a révélé que «les analyses de la profondeur de pénétration montrent que plus de 90% de la puissance transmise est absorbée par les couches de l'épiderme et du derme».


Les effets des ondes millimétriques étudiés par le Dr Yael Stein de l'Université hébraïque seraient également responsables de douleurs physiques chez l'homme lorsque nos nocicepteurs se manifesteraient en reconnaissance du fait que la vague était un stimulus dommageable. Nous examinons donc les possibilités de nombreuses maladies de la peau et de cancers ainsi que les douleurs physiques à la peau.


# 3 - Effets sur les yeux


Une étude de 1994 a révélé que le rayonnement micro-ondes millimétrique de faible intensité produisait chez les rats une opacité liée à la production de cataractes.


Une expérience menée par l'Institut de recherche médicale de l'Université médicale de Kanazawa a révélé que les antennes à ondes millimétriques «60 GHz» peuvent provoquer des lésions thermiques de différents types de niveaux. Les effets thermiques induits par les ondes millimétriques peuvent apparemment pénétrer sous la surface de l'œil. "


Une étude chinoise de 2003 a également révélé des dommages aux cellules épithéliales de la lentille de lapins après 8 heures d'exposition à un rayonnement micro-ondes et une étude menée en 2009 par le Collège des médecins et chirurgiens du Pakistan conclut que les CEM ( champs électro-magnétiques) émis par un téléphone portable provoquent une perturbation de la différenciation rétinienne chez l’embryon de poulet.


# 4 - Effets sur le cœur


Une étude russe de 1992 a révélé que des fréquences comprises entre 53 et 78 GHz (celles que la 5G se propose d'utiliser) avaient une incidence sur la variabilité de la fréquence cardiaque (un indicateur de stress) chez le rat. Une autre étude russe sur des grenouilles dont la peau a été exposée à des ondes millimétriques, a révélé des modifications de la fréquence cardiaque (arythmies).


# 5 - Effets sur le système immunitaire


En 2002, une étude russe a examiné les effets de l'exposition au rayonnement micro-ondes 42HGz sur le sang de souris en bonne santé. Il a été conclu que «l’exposition de tout le corps d’une souris saine à un équipement de mesure à distance de fréquences entre 30 et 300 Ghz de faible intensité a un effet profond sur les indices d’immunité non spécifique».


# 6 - Effets sur les taux de croissance cellulaire


Une étude arménienne de 2016 a observé des ondes millimétriques de faible intensité, reflétant l'environnement futur créé par la 5G. Leur étude menée sur E-coli et d'autres bactéries a révélé que les ondes avaient réduit leur croissance ainsi que «les propriétés et l'activité changeantes» des cellules. La préoccupation est que cela ferait la même chose pour les cellules humaines.

 

# 7 - Effets sur la résistance aux bactéries


La même étude arménienne a également suggéré que les effets des ondes millimétriques concernaient principalement l’eau, la membrane plasmique cellulaire et le génome. Ils ont découvert que l’interaction des ondes millimétriques et des bactéries modifiait leur sensibilité à «différents produits chimiques biologiquement actifs, y compris les antibiotiques». Plus précisément, la combinaison des ondes millimétriques et des antibiotiques montrait qu’elle pouvait conduire à une résistance aux bactéries chez les antibiotiques.


Cette découverte révolutionnaire pourrait avoir un effet considérable sur la santé des êtres humains, car la bande passante est déployée à l'échelle nationale. Le problème est que nous développons une résistance plus faible aux bactéries à mesure que nos cellules deviennent plus vulnérables - et nous devenons plus vulnérables.


# 8 - Effets sur la santé des plantes


L'une des caractéristiques de la 5G est que les ondes millimétriques sont particulièrement susceptibles d'être absorbées par les plantes et la pluie. Les humains et les animaux consomment les plantes comme source de nourriture. Les effets des ondes millimétriques sur les plantes pourraient nous donner des aliments impropres à la consommation.


Pensez aux OGM sur les stéroïdes. L'eau qui tombe du ciel sur ces plantes sera également irradiée. Une étude réalisée en 2010 sur des semis de peuplier faux-tremble a montré que l'exposition aux fréquences radio entraînait l'apparition de symptômes de nécrose sur les feuilles.

 


Source: https://www.hindawi.com/journals/ijfr/2010/83627


Une autre étude arménienne a révélé que les armes de poids moléculaire de faible intensité "provoquent des modifications du spectre des isoenzymes de la peroxydase des pousses de blé". La peroxydase est une protéine de stress existant chez les plantes. Les indications sont que la 5G sera particulièrement nocive pour les plantes - peut-être plus que pour l'homme.


N ° 9 - Effets sur l'atmosphère et l'épuisement des combustibles fossiles


La mise en œuvre du réseau mondial sans fil 5G nécessite le lancement de fusées afin de déployer des satellites pour émettre un rayonnement 5G. Ces satellites ont une durée de vie courte qui nécessiterait beaucoup plus de déploiement que ce que nous voyons actuellement. Selon une étude californienne de 2010, un nouveau type de moteur de fusée à hydrocarbures destiné à propulser une flotte de fusées suborbitales émettrait du noir de carbone, ce qui "pourrait entraîner des modifications importantes de la circulation atmosphérique globale et des distributions d'ozone et de température". Les gaz d'échappement à semi-conducteurs contiennent du chlore qui détruit également l'ozone.


Les effets sur l'ozone seraient plus graves que l'exposition actuelle aux CFC.


On dit que le projet Loon de Google apportera Internet dans des zones rurales et difficiles d'accès en utilisant des ballons à l'hélium. Mais ces ballons n'ont qu'une durée de vie de 10 mois. Nous aurions une grande consommation d’hélium ici, plus importante que toutes les réserves terrestres ?

 

# 10 - Perturbation de l'écosystème naturel


Depuis l'an 2000, des oiseaux ont abandonné leur nid, et ont des problèmes de santé tels que «la détérioration du plumage, les problèmes de locomotion, la réduction du nombre de survivants et la mort», explique le chercheur Alfonso Balmori. Les espèces d'oiseaux qui sont touchées par ces faibles niveaux, le rayonnement micro-ondes non ionisant, sont notamment les moineaux domestiques, les tourterelles des rochers, les cigognes blanches, les tourterelles à collier et les pies.


Mais il n’y a pas que les oiseaux. La population d'abeilles en déclin serait également liée à ce rayonnement non ionisant. Il réduit les capacités de ponte de la reine, ce qui entraîne un déclin de la force de la colonie.


Une étude menée par le Loyola College de Chennai en 2012 a conclu que sur 919 études de recherche effectuées sur les oiseaux, les plantes, les abeilles et d’autres animaux et les humains, 593 d’entre elles ont montré les effets des rayonnements RF-EMF. La 5G ajoutera aux effets de cet electrosmog.


N ° 11 - La plupart des études sur les rayonnements 5G sont biaisées


La 5G utilisera des ondes millimétriques pulsées pour transporter des informations. Mais comme le souligne le Dr Joel Moskowitz, la plupart des études sur la 5G sont trompeuses, car elles n’abordent pas les ondes pulsées. Ceci est important car la recherche sur les micro-ondes nous dit déjà que les ondes pulsées ont des effets biologiques plus profonds sur notre corps par rapport aux ondes non pulsées. Des études antérieures, par exemple, montrent comment des taux d’ondes pulsées ont rendu des gènes toxiques et ont rompu des brins d'ADN.


Rayonnement 5G déjà utilisé dans le contrôle des foules


Cela peut sembler difficile à croire, mais les agences de défense, y compris les États-Unis, la Russie et la Chine, mettent au point depuis plusieurs années le développement des fréquences 5G qui recouvriront bientôt nos quartiers comme moyen de contrôler la foule. L'armée américaine utilise des ondes millimétriques dans des pistolets de dispersion de la foule appelés Active Denial Systems.

 

Le docteur Ben-Ishai explique: «Si vous avez la malchance de rester là quand il vous frappe, vous aurez l'impression que votre corps est en feu."


J'ai également publié un article complet qui répond à la question: la 5G est-elle dangereuse?


5G Live Testing déjà commencé


AT & T ont annoncé la disponibilité de leur 5G Evolution à Austin, au Texas. 5G Evolution permet aux utilisateurs de Samsung S8 et S8 + d’accéder à des vitesses plus rapides. Cela fait partie du plan d’AT & T visant à poser les fondations de la 5G pendant que les normes sont en cours de finalisation. AT & T a des yeux sur 19 autres régions métropolitaines telles que Chicago, Los Angeles, Boston, Atlanta, San Francisco, etc. Avec Indianapolis à suivre.


Charter, le deuxième plus important opérateur de télécommunications aux États-Unis, a été approuvé pour une licence expérimentale de 28 GHz à Los Angeles. Les tests extérieurs utiliseront des émetteurs fixes avec un rayon effectif inférieur ou égal à 1 km.


Qualcomm a déjà présenté un système d'antenne 5G avec un gain d'environ 27 décibels. Selon ABI Research, «environ 10 à 12 db de plus qu'une antenne de station de base cellulaire typique», ce n'est pas bon signe.


De nombreuses autres entreprises du secteur privé telles que HTC, Oracle, Sprint et T-Mobile jouent un rôle dans le développement de plates-formes de test en apportant du temps, des connaissances ou de l'argent.


Au Royaume-Uni, la bande de 3,4 GHz a été réservée à la 5G, avec des contrats attribués à O2, Vodaphone, EE et Three. Alors que la bande de 2,3 GHz, attribuée à l’O2, sera probablement utilisée aussi pour la 5G dans le temps.


Les habitants de Genève en Suisse ont déclaré se sentir «mal du jour au lendemain» à la suite de l'installation d'antennes 5G dans la ville. Les symptômes communs rapportés étaient l'insomnie, les acouphènes et les maux de tête.


Appel à l'action 5G


La recherche et les tests préalables sont généralisés chez les entreprises qui souhaitent exploiter les eaux lucratives de la 5G. Mais peu de gens sont disposés à étudier ses effets sur la santé. Les directives de la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP) demeurent inchangées depuis 1998, ne permettant pas la reconnaissance du rayonnement hyperfréquence à haute fréquence et des micro-ondes millimétriques comme nuisibles sauf en cas d’effet de chauffage. Mais quelques experts parlent.


Dariusz Leszczynski de l’Université d’Helsinki et ancien membre de l’Agence internationale de recherche sur le cancer en fait partie. Il a attiré l'attention sur l'intention de l'ICNIRP de classer la peau en tant que membre. On accorde moins d’attention aux membres lors de la classification des niveaux d’exposition. La recherche indique que les micro-ondes millimétriques affectent le plus la peau et les yeux. Si la peau est classée comme un membre, les géants de l’industrie auront ainsi la possibilité d’introduire des niveaux d’exposition encore plus élevés et de mettre davantage de personnes en danger.


Le syndicat mondial contre le déploiement de radiations à partir de l'espace (GUARD) a adressé une lettre à la FCC en septembre 2016 pour attirer son attention sur les torts que la 5G infligerait. GUARD a averti la FCC que la 5G violait l’article 3 de la Déclaration des droits de l’homme des Nations Unies, selon lequel «toute personne a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne». Ce document est chargé de recherches, d’informations et d’un soutien mondial.


Pour apprendre à écrire, appeler ou envoyer un courrier électronique aux agences concernées pour protester contre le déploiement de la 5G, rendez-vous ici parentsforsafetechnology.org


Ce que les experts disent de la 5G


Voici ce que les experts disent à propos du rayonnement 5G:


«Il est urgent d'évaluer les effets de la 5G sur la santé avant que des millions de personnes soient exposées…. Nous devons savoir si la 5G augmente le risque de maladies de la peau telles que le mélanome ou d'autres cancers de la peau »
-Ron Melnick, scientifique de l'Institut national de la santé, a pris sa retraite


«Parallèlement à la 5G, il y a une autre chose à venir: l'Internet des objets. Si vous regardez cela combiné, le niveau de rayonnement va augmenter énormément et pourtant l'industrie est très enthousiaste à ce sujet…. ils prévoient que les activités 5G / IoT atteindront 7 000 milliards de dollars ».
-Prof. Girish Kumar, professeur au département de génie électrique de l'IIT Bombay


«La nouvelle technologie sans fil 5G implique des ondes millimétriques (fréquences extrêmement élevées) produisant des photons d'une énergie bien supérieure à celle de la 4G et du WiFi. Permettre à cette technologie d'être utilisée sans prouver sa sécurité est extrêmement téméraire, car les ondes millimétriques ont des effets profonds sur toutes les parties du corps humain. "
-Prof. Trevor Marshall, directeur de la Autoimmunity Research Foundation, Californie


«Le projet de nous envoyer de l’espace un rayonnement 5G de micro-ondes millimétriques, hautement pénétrant doit sûrement être l’une des plus grandes folies jamais conçue par l’humanité. Il n'y aura nulle part où vivre en sécurité.
-Olga Sheean, ancienne employée de l'OMS et auteur de «No Safe Place»


«Cela irradierait tout le monde, y compris les plus vulnérables aux rayonnements radioélectriques: femmes enceintes, enfants à naître, enfants en bas âge, adolescents, hommes en âge de procréer, personnes âgées, personnes handicapées et malades chroniques.»
—Ronald Powell, PhD, Lettre à FAC sur l'expansion de la 5G

 

Comment se protéger du rayonnement 5G


Mon approche en 3 étapes pour traiter, pas seulement le rayonnement 5G, mais les champs électromagnétiques peut généralement être résumée comme suit:


    1. Comprenez vos expositions. Comprendre les différents types de champs électromagnétiques et leur comportement - d’où la nécessité de lire (et de partager) des articles comme celui-ci.


    2. Mesure - utilisez un compteur EMF pour obtenir des lectures et identifier les points chauds.


    3. Atténuer votre exposition. Ce qui signifie soit éliminer la source, soit vous éloigner de la source de rayonnement ou protéger votre corps.


Je recommande la même approche avec le rayonnement 5G. On craint que les compteurs de champs électromagnétiques actuels ne soient pas en mesure de mesurer les fréquences des MMW. Sur ce point, le chercheur et ingénieur électricien Alasdair Philips de Powerwatch déclare que «les compteurs RF actuels couvrent les plages de fréquences proposées pour la plupart des utilisations de la 5G au cours des trois prochaines années».


Des possibilités infinies pour l'avenir


La 5G peut apporter une nouvelle forme de révolution industrielle, une connectivité humaine et même une nouvelle réalité. Elle offre des possibilités infinies pour l'avenir.


Nous avons besoin de plus de recherche. Mais déjà, comme le montrent les recherches que j’ai partagées ici, les dangers sont réels.


C'est pourquoi il est encore plus important de prendre des mesures pour vous protéger, vous et vos proches. S'il vous plaît partager cet article avec vos amis et votre famille.


Les sources incluent:


Un avenir sans fil 5G - Dr. Cindy Russell
Dernières nouvelles sur le spectre 5G - EMFields Solutions Ltd
IJMTER ISSN (en ligne) 2349 - 9745 Évolution de la technologie de la génération mobile: du 1G au 5G et examen de la prochaine technologie sans fil 5G de Lopa J. Vora
https://5g.co.uk/news/5g-spectrum-auction-results/4336/


https://www.radiomagonline.com/trends/at-t-charter-experimenting-in-los-angeles-with-5g-using-28-ghz-spectrum


ehtrust.org/internet-things-pose-human-health-risks-scientists-question-safety-untested-5g-technology-international-conference

 


 


 


 


 

Voir les commentaires

1 2 3 > >>