Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Articles avec #actualite

Appel du Dr Pascal Sacré

3 Décembre 2020, 15:39pm

Voir les commentaires

Une étude historique révèle que les masques sont inefficaces

3 Décembre 2020, 11:58am

Une étude historique révèle que les masques sont inefficaces
Une étude historique révèle que les masques sont inefficaces
Une étude historique révèle que les masques sont inefficaces
Une étude historique révèle que les masques sont inefficaces
Une étude historique révèle que les masques sont inefficaces

 

Dr Mercola – Le 3 décembre 2020 – Traduction Ciel voilé

 

Brève chronologie

 

https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2020/12/03/efficacy-of-surgical-masks.aspx?


Le premier essai contrôlé randomisé de plus de 6 000 personnes visant à évaluer l'efficacité des masques chirurgicaux contre l'infection par le SRAS-CoV-2 a révélé que les masques ne réduisaient pas l'incidence de l'infection de manière statistiquement significative


Parmi les porteurs de masque, 1,8 % ont fini par être testés positifs pour le SRAS-CoV-2, contre 2,1 % parmi le groupe témoin sans masque. En enlevant les personnes qui n'ont pas respecté le port du masque, les résultats sont restés les mêmes - 1,8 %, ce qui suggère que l'adhésion ne fait pas de différence significative


Parmi ceux qui ont déclaré porter leur masque facial "exactement comme indiqué", 2 % ont été testés positifs pour le SRAS-CoV-2 contre 2,1 % des sans masque


1,4 % des sujets ont été testés positifs pour les anticorps à la fin de l'étude d'un mois, contre 1,8 % parmi les sans masque


0,5% dans le groupe des masques et 0,6% dans le groupe témoin, ont été testés positifs pour un ou plusieurs virus respiratoires autres que le SRAS-CoV-2


Le premier essai contrôlé randomisé 1,2 visant à évaluer l'efficacité des masques chirurgicaux contre l'infection par le SRAS-CoV-2 spécifiquement - que les revues ont initialement refusé de publier - voit enfin le jour.


L'essai dit "Danmask-19", publié le 18 novembre 2020 dans les Annales de la médecine interne3, comprenait 3 030 personnes contraintes au port d'un masque chirurgical et 2 994 témoins non masqués. Parmi eux, 80,7 % ont terminé l'étude.


Pour participer, les volontaires devaient passer au moins trois heures par jour en dehors de leur domicile et ne pas être tenus de porter un masque pendant leur travail quotidien. À la fin de l'étude, les participants ont déclaré avoir passé en moyenne 4,5 heures par jour hors de chez eux.


Pendant un mois, les participants du groupe "masques" ont reçu l'instruction de porter un masque chaque fois qu'ils se trouvaient en dehors de leur domicile. Des masques chirurgicaux avec un taux de filtration de 98% ont été fournis. Conformément aux recommandations de l'Organisation mondiale de la santé, les participants ont été invités à changer de masque après huit heures.


Des tests d'anticorps ont été effectués avant le début et à la fin de la période d'étude. À la fin du mois, ils ont également subi le test PCR avec écouvillon nasal.


Ce que l'essai Danmask-19 a permis de découvrir


Le résultat principal était un test PCR positif, un résultat positif à un test d'anticorps (IgM ou IgG) pendant la période d'étude, ou un diagnostic hospitalier de COVID-19. Les résultats secondaires comprenaient des preuves par PCR d'une infection par d'autres virus respiratoires.


A partir des scores d'adhésion rapportés, 46 % des participants portaient toujours le masque comme recommandé, 47 % le portaient principalement comme recommandé et 7 % ne suivaient pas les recommandations. Alors, qu'ont-ils trouvé ? Comme vous pouvez vous en douter, ce n'est pas pour rien que les chercheurs ont eu tant de mal à faire publier cette étude :
Parmi les porteurs de masque, 1,8 % (42 participants) se sont révélés positifs pour le SRAS-CoV-2, contre 2,1 % (53) chez les témoins. En enlevant les personnes qui déclaraient ne pas respecter les recommandations d'utilisation, les résultats sont restés les mêmes - 1,8 % (40 personnes), ce qui suggère que l'adhésion ne fait pas de différence significative.


1,4% (33 participants) ont été testés positifs aux anticorps contre 1,8% (44) des sans masque.


Parmi ceux qui ont déclaré porter leur masque facial "exactement comme indiqué", 2% (22 participants) ont été testés positifs pour le SRAS-CoV-2 contre 2,1% (53) des sans masque.


52 participants du groupe masqué et 39 du groupe témoin ont déclaré avoir le COVID-19 dans leur foyer. Parmi ceux-ci, deux participants du groupe masqué et un du groupe témoin ont développé une infection par le CoV-2 du SRAS - une constatation qui suggère que "la source de la plupart des infections observées était à l'extérieur du domicile".


0,5% (9 participants) du groupe masqué et 0,6% (11 personnes) du groupe témoin non masqué ont été testés positifs pour un ou plusieurs virus respiratoires autres que le CoV-2-SARS (résultat secondaire).


Les masques peuvent diminuer ou augmenter le risque d'infection


Dans l'ensemble, cette étude marquante spécifique à la COVID-19 n'a pas apporté de bonnes nouvelles à ceux qui insistent sur le fait que les masques faciaux sont un élément crucial de la réponse à la pandémie. Les masques peuvent réduire votre risque d'infection par le CoV-2 du SRAS de 46 % ou l'augmenter de 23 %. En d'autres termes, la prépondérance des preuves montre encore que les masques n'ont pratiquement aucun impact sur la transmission virale.


Un autre point important de cette étude, que Del Bigtree souligne dans le rapport vidéo de The Highwire ci-dessus, est que la grande majorité - 97,9 % des personnes qui ne portaient pas de masque et 98,2 % de celles qui en portaient - n'ont pas été infectées.


Donc, nous détruisons des économies et des vies dans le monde entier, pour quoi, exactement ? Pour empêcher une petite minorité d'obtenir un résultat positif au test PCR qui, comme le précise le document "Une épidémie asymptomatique est la prolongation d'une peur inutile", ne signifie rien ou presque. Comme le rapportent les auteurs :4


"Bien qu'aucune différence statistiquement significative n'ait été observée dans l'incidence du SRAS-CoV-2, les IC de 95 % sont compatibles avec une réduction possible de 46 % à 23 % de l'augmentation de l'infection chez les porteurs de masque.


Ces résultats apportent des preuves sur le degré de protection que les porteurs de masque peuvent anticiper dans un contexte où d'autres personnes ne portent pas de masque et où d'autres mesures de santé publique

Ces résultats apportent la preuve du degré de protection que les porteurs de masques peuvent anticiper dans un environnement où d'autres ne portent pas de masque et où d'autres mesures de santé publique, y compris la distanciation sociale, sont en vigueur …


La transmission du SRAS-CoV-2 peut se faire par plusieurs voies. On a dit que pour la principale voie de propagation du SRAS-CoV-2 - c'est-à-dire via les gouttelettes - les masques faciaux seraient considérés comme efficaces, alors que les masques ne seraient pas efficaces contre la propagation via les aérosols, qui pourraient pénétrer ou contourner un masque facial. Ainsi, la propagation du CoV-2 par les aérosols expliquerait au moins partiellement les résultats actuels ...
Les présents résultats sont compatibles avec les conclusions d'une revue des essais contrôlés randomisés sur l'efficacité des masques faciaux pour la prévention (en tant qu'équipement de protection individuelle) contre le virus de la grippe …


Nos résultats suggèrent que la recommandation de porter un masque chirurgical en dehors de la maison, entre autres, n'a pas réduit, à des niveaux conventionnels de signification statistique, l'incidence de l'infection par le SRAS-CoV-2 chez les porteurs de masque dans un contexte où la distanciation sociale et d'autres mesures de santé publique étaient en vigueur, où les recommandations de porter un masque ne faisaient pas partie de ces mesures et où l'utilisation des masques par la communauté était peu courante".


Les tyrans au gouvernement augmentent l'obligation de port du masque


Les chercheurs soulignent que les résultats pourraient être différents si tout le monde portait un masque. Au moment de l'étude, les autorités danoises ne recommandaient pas l'utilisation générale des masques et la plupart des danois n'en portaient pas. Par conséquent, "les participants ont été très majoritairement exposés à des personnes ne portant pas de masque".


Cette possibilité est toutefois un grand "si" et ne suffit pas à rendre obligatoire le port universel des masques. Toute affirmation à cet effet n'est qu'une supposition totalement non scientifique. Malgré cela, de nombreux dirigeants locaux augmentent aujourd'hui l'obligation de port du masque, certains exigeant même qu'il soit porté à l'intérieur de la maison en présence de toute personne extérieure à la famille et même si une distance physique peut être maintenue.5


À titre d'exemple d'extrêmes, un document de l'université de Harvard de juin 20206,7 a même suggéré que les couples devraient porter des masques faciaux pendant les rapports sexuels. D'autres triplent le nombre de masques, recommandant d'en porter deux, voire trois, en même temps.8 L'ancien commissaire de la Food and Drug Administration, le Dr Scott Gottlieb, exhorte les Américains à porter des masques chirurgicaux N95 chaque fois que cela est possible.9


Epidémie de restrictions insensées


La plupart des recommandations ne tiennent pas compte des conseils de santé de bon sens qui sont connus pour améliorer votre fonction immunitaire et réduire naturellement votre risque d'infection, comme la prise de suppléments de vitamine D, de NAC, de mélatonine, de quercétine et de zinc.
Comme l'a fait remarquer Angela Rasmussen, virologue et membre du Georgetown Center for Global Health Science and Security, dans un article d'opinion paru le 15 novembre 2020 dans The Guardian10, notre système immunitaire sait comment gérer le virus ; ce sont nos politiciens qui n'ont pas réussi à y faire face. Elle écrit :11


"La plupart des preuves, tant chez les patients atteints de COVID-19 que dans les modèles animaux, montrent que la réponse immunitaire à ce virus est tout à fait typique d'une infection virale aiguë. Au début, le corps augmente des niveaux élevés d'anticorps IgG, mais une fois l'infection éliminée, ces anticorps tombent à un niveau de base, qui peut être inférieur à la limite de détection de certains tests sérologiques.


Les anticorps sont produits par les cellules B, un type spécialisé de cellule immunitaire qui reconnaît un antigène spécifique, ou cible virale. Lorsqu'une infection est éliminée, les cellules B produisant des anticorps passent de plasmocytes, qui sont spécialisés dans le pompage de quantités massives d'anticorps spécifiques au CoV-2 du SRAS, à des cellules B mémoires.


Ces cellules produisent des niveaux plus faibles d'anticorps IgG, mais surtout, elles persistent dans l'organisme pendant des années. Si elles sont réexposées au CoV-2-SARS, elles se transforment rapidement en plasmocytes et recommencent à produire des niveaux élevés d'anticorps.


Rien n'indique que la plupart des patients atteints de COVID-19 ne développent pas une mémoire immunitaire, et les animaux infectés expérimentalement par le CoV-2-SARS sont protégés contre une nouvelle exposition à de fortes doses du virus …


De plus, les anticorps ne sont pas la seule partie importante du système immunitaire. Les cellules T sont également un élément clé de la réponse immunitaire. Elles se présentent sous deux formes : les lymphocytes T auxiliaires, qui coordonnent les réponses immunitaires et facilitent la mémoire immunologique, et les lymphocytes T tueurs, qui tuent les cellules infectées. Des études antérieures ont montré que l'infection par le CoV-2 du SRAS induit des réponses robustes des cellules T".


Comme l'a noté Rasmussen, les données recueillies sur les réponses des cellules T à l'infection par le CoV-2 du SRAS "soulignent que le CoV-2 du SRAS n'est pas un virus anormal capable de réaliser des prouesses miraculeuses d'évasion immunitaire".


Quelle que soit la rigueur avec laquelle les lois sur les masques sont appliquées et le niveau de respect des masques par la population, les cas diminuent et augmentent tous à peu près en même temps. ~ Yinon Weiss


En d'autres termes, si votre fonction immunitaire est normale, le virus est aussi vulnérable que n'importe quel autre virus et vous n'êtes pas destiné à mourir simplement parce que vous développez des symptômes. Donc, pourquoi en sommes-nous là actuellement, dit Rasmussen, ce n'est pas que le SRAS-CoV-2 serait différent ou plus mortel que tout ce qui a précédé. Nous sommes dans cette situation à cause des fautes politiques.


L'obligation du port du masque n'a pas eu d'impact sur les tendances de l'infection


Parmi les autres analyses de données qui viennent étayer les résultats de l'étude danoise, citons le travail de Yinon Weiss présenté dans son article12 "Ces 12 graphiques montrent que les mandats de masques ne font rien pour arrêter le Covid". Il y montre que les règles des États en matière de masques semblent n'avoir rien à voir avec les taux d'infection, ce à quoi on peut s'attendre si les masques ne fonctionnent pas.


Weiss souligne que "Peu importe la rigueur avec laquelle l'obligation du port du masque est appliquée et le niveau de conformité de la population à cette mesure, les cas diminuent et augmentent tous à peu près en même temps". Pour voir tous les graphiques, consultez l'article de Weiss13 ou le fil de discussion de Twitter14.
 

 

- Sources et Réferences


 

1, 3 Annals of Internal Medicine November 18, 2020 DOI: 10.7326/M20-6817

2 Spectator November 19, 2020

4 Annals of Internal Medicine November 18, 2020 DOI: 10.7326/M20-6817, Discussion

5 Philly Voice November 17, 2020

6 Annals of Internal Medicine 2020 May 8 : M20-2004

7 New York Post June 2, 2020

8 NPR November 3, 2020

9 Daily Mail November 23, 2020

10, 11 The Guardian November 15, 2020

12, 13 The Federalist October 29, 2020

14 Twitter Yinon Weiss October 27, 2020

15, 16 Annals of Internal Medicine September 2, 2020 DOI: 10.7326/M20-5352

17 YouTube, SARS-CoV-2 and the rise of medical technocracy, Lee Merritt, MD, aprox 8 minutes in (Lie No. 1: Death Risk)

18 Technical Report June 2020 DOI: 10.13140/RG.2.24350.77125

19 Cell June 25, 2020; 181(7): 1489-1501.E15

20 Wall Street Journal June 12, 2020 (Archived)

21 Nature Immunology September 30, 2020 DOI: 10.1038/s41590-020-00808-x

22 The Lancet Microbe September 4, 2020 DOI: 10.1016/S2666-5247(20)30114-2

23 UPI September 4, 2020

24 Nature July 15, 2020; 584: 457-462

25 Daily Mail June 12, 2020

26 Science Times June 12, 2020

27 WSJ Opinion October 28, 2020 (Archived)

 

Voir les commentaires

Pr Raoult : le travail de terrain

3 Décembre 2020, 08:14am

Voir les commentaires

Le test PCR va au tribunal

3 Décembre 2020, 07:35am

Le test PCR va au tribunal

« Le test PCR va au tribunal » : au Portugal, mais aussi en Allemagne et dans de nombreux pays

Publié le 30/11/2020 à 15:14 – France Soir


 

Poursuite intentée à Berlin - infections non détectables

Traduction libre du communiqué de presse fourni par l’avocat Reiner Fuellmich par mail.[1]

« Le test PCR est suspendu comme une épée de Damoclès sur des millions d'Allemands depuis des mois. Selon le résultat, il existe un risque d’interruptions massives dans la vie quotidienne.

Ce test a maintenant trouvé son chemin vers les tribunaux : une action a été déposée auprès du tribunal régional de Berlin.

 L'argument principal : le test n'est ni adapté ni destiné à la détection d'une infection. Et cela rendrait la chaîne : test positif - infecté – contagieux- danger – ce schéma est faux.

 

Première étape : le procès en diffamation

Globalement, la plainte de 54 pages aborde le procès en diffamation contre le site Web « Volksverpetzer ». Ce dernier en tant que « vérificateurs de faits », a insulté des personnes qui se sont exprimé de manière critique à propos des mesures anti-coronavirus et les ont diffamées en les qualifiant de menteurs, d'idiots et d'extrémistes de droite.

 

Le spécialiste du poumon bien connu, le Dr. Wolfgang Wodarg, ancien chef d'un service de santé et membre du Bundestag et du Conseil de l'Europe est concerné. Rappelons

Qu’avec la grippe porcine, il a exposé les machinations de l'industrie pharmaceutique en 2010 et a probablement sauvé d'innombrables personnes du mal. Malheureusement, des centaines d'enfants vaccinés malgré sa mise en garde souffrent maintenant de narcolepsie[2].

 

Début 2020, le Dr Wodarg a reconnu des parallèles inquiétants entre ce qui s'est passé alors et le Covid19 aujourd'hui.  

 

Stratégie globale des avocats allemands

La suite

 


 


 

Voir les commentaires

Louis Fouché : Immunité artificielle ? Invitation à la prudence

2 Décembre 2020, 20:18pm

Voir les commentaires

Christian Perronne sur Sud Radio le 2 décembre 2020

2 Décembre 2020, 16:25pm

Voir les commentaires

Plainte pénale pour génocide des Français contre Macron, ses ministres et son administration

2 Décembre 2020, 13:48pm

Plainte pénale pour génocide des Français contre Macron, ses ministres et son administration

Publié le 02/12/2020 à 11:48 sur France Soir

( S'agissant d'une lettre ouverte, Ciel voilé l'a intégralement reproduite)

 

Après les saisies chez divers ministres ou ancien ministres (Edouard Philippe, Olivier Véran, Agnès Buzyn), ce 1er décembre, une plainte au pénal pour "génocide du peuple français" a été déposée par Mme Bonny, ancien médecin militaire aux maladies infectieuses, contre le président de la République, ses ministres et son administration.

Pierre-Alain Depauw, de medias-presse.info, rapporte que Mme Bonny encourage chacun à adresser copie de cette plainte aux parlementaires, à son député et son sénateur.

La plainte a été transmise en français avec traduction dans six autres langues : allemand, anglais, espagnol, italien, danois, néerlandais.

La plainte complète est reproduite ci-dessous.


A Mesdames et Messieurs les parlementaires, 

à Monsieur François Molins, Procureur général près la Cour de cassation,
à Monsieur Rémy Heitz, Procureur de la République près le tribunal judiciaire de Paris,

Je soussignée, Madame Marion BONNY, née le 9 décembre 1980 à Nice (06), de nationalité française, thérapeute domiciliée xxxxxxx.

Ancien médecin militaire formée aux maladies infectieuses et à la prise en charge de catastrophes sanitaires. Suite à une blessure de guerre j’ai été réformée le 14 juillet 2020, à cause de mes séquelles d’un syndrome de stress post traumatique suite à une mission de cinq mois en Afghanistan.

Après huit ans de psychothérapie, je me suis spécialisée dans la prise en charge des traumatismes psychiques. Désormais je n’exerce plus la médecine. Je préfère, dans ma thérapeutique, faire le lien que je crois essentiel entre l’histoire émotionnelle du patient et la survenue d’une maladie, car l’environnement socio-économique et le contexte émotionnel sont des facteurs importants de notre état de santé global.

Forte de mon expérience, je veux contribuer à mettre un terme aux abus du gouvernement dans le cadre de la crise sanitaire, épidémie ou pandémie dite du « coronavirus », puis du « covid-19 ».

La population de notre pays subit depuis le mois de janvier 2020 une insupportable persécution faite de terreur alimentée par des informations floues ou contradictoires et par des mesures en tous sens : « gestes barrières », masque déconseillés puis obligatoire, confinements à échelle variable, couvre-feu, obligation de rester chez soi sans soins en cas de symptômes, drame des EPHAD, fermeture administrative des magasins, des bars, des restaurants et des dancings, des cinémas et des théâtres, interdiction de se réunir, mises au chômage, travail et enseignement à distance etc.

Cela se paie d’une épouvantable casse économique, sociale, culturelle, spirituelle, éducative et scientifique. Toutes ces mesures sont sources de traumatismes psychiques qui auront toujours plus de conséquences (isolement, violence, burn-out, dépression, intoxications médicamenteuses, usages de stupéfiants, suicide). En particulier, les jeunes générations sont privées d’un accès au savoir qu’elles ne rattraperont jamais, et spécialement les tout petits sont en danger, parce qu’ils sont privés de phases essentielles à l’humanisation (depuis leur premier souffle jusqu’aux années d’apprentissage de la parole et de la socialisation).

L’argument du protocole sanitaire doit être sérieusement interrogé. Nombre de scientifiques se sont élevés, en vain, contre l’absurdité des mesures prises. Derrière l’irresponsabilité d’un appareil administratif aveugle, il ne faut écarter ni l’œuvre de corruption d’une industrie pharmaceutique orientée exclusivement par la soif de profit, ni la possibilité de la volonté délibérée d’un ennemi invisible qui se sert de la crise sanitaire comme d’un prétexte.

Il est nécessaire d’établir ce fait par une enquête indépendante, sérieuse et objective, notamment en clarifiant les conflits d’intérêts entre gouvernants, administratifs et lobby pharmaceutique.

Parmi les nombreuses infractions en cause, la principale et la plus claire à établir est celle qui figure à l’article 211-1 du code pénal :

Constitue un génocide le fait, en exécution d’un plan concerté tendant à la destruction totale ou partielle d’un groupe national, ethnique, racial ou religieux, ou d’un groupe déterminé à partir de tout autre critère arbitraire, de commettre ou de faire commettre, à l’encontre de membres de ce groupe, l’un des actes suivants :

– atteinte volontaire à la vie ;
– atteinte grave à l’intégrité physique ou psychique ;
– soumission à des conditions d’existence de nature à entraîner la destruction totale ou partielle du groupe ;
– mesures visant à entraver les naissances ;
– transfert forcé d’enfants.

Le génocide est puni de la réclusion criminelle à perpétuité.

C’est pourquoi

Vu que d’après l’article 68 de la Constitution et la Loi organique du 24 novembre 2014, dans le cas de manquement aux devoirs d’un Président de la République manifestement incompatible avec l’exercice d’un mandat, une Haute Cour peut prononcer la destitution du chef de l’Etat. L’initiative de cette procédure appartient à un dixième des parlementaires de l’une ou l’autre chambre qui déposent sur le bureau de leur assemblée une proposition motivée de résolution portant mise en accusation et tendant à la réunion de cette Haute Cour.

Vu l’article 68-2 de la Constitution du 4 octobre 1958 et les articles 13 et suivants de la loi n°93-1252 du 23 novembre 1993 sur la Cour de justice de la République, étant donné que pour la saisine de la Cour de Justice de la République, s’agissant de la responsabilité de ministres, le procureur général près la Cour de cassation peut agir d’office.

Vu l’article 40 du code de procédure pénal et la compétence des magistrats judiciaires, s’agissant de voie de fait et de crime commis par des fonctionnaires dans l’exercice de leurs fonctions.

J’ai l’honneur de porter plainte, en tant que victime individuelle directe, contre le chef de l’Etat, contre ses ministres et contre son administration, et par conséquent, la chaîne de commandement et la spécialisation des procédures commandant une action trine,

De demander

Au parlementaire, de prendre l’initiative de déposer une proposition de résolution portant mise en accusation du président de la République, Emmanuel MACRON,

A Monsieur le Procureur Général près la cour de cassation, de saisir d’office la Cour de justice de la République concernant les premiers ministres, les ministres de la santé et de l’intérieur en exercice depuis janvier 2020 jusqu’à aujourd’hui. Nommément Madame Agnès BUZYN et Messieurs Edouard PHILIPPE, Jean CASTEX, Gérald DARMANIN, Olivier VERAN ainsi que tous ceux dont l’enquête déterminera la responsabilité,

A Monsieur le Procureur de la République, d’ouvrir une enquête afin de déterminer les négligences et les intentions, et, en fonction des résultats de cette enquête, de requérir les mises en examen nécessaires.


 

Sous toutes réserves


 

Le 30 novembre 2020

Marion BONNY
 


 


 

Madame ou Monsieur le sénateur

Palais du Luxembourg

15, rue de Vaugirard

75291 PARIS Cedex 06


 

Madame ou Monsieur le député

Assemblée nationale

126 rue de l’Université

75355 Paris 07 SP

 

Monsieur le Procureur près la Cour de cassation

Cour de cassation

5 quai de l’Horloge – TSA 19201

75055 Paris Cedex 01

 

Monsieur le Procureur de la République

Parvis du Tribunal de Paris

75017 PARIS

Auteur(s): FranceSoir

 

http://www.francesoir.fr/politique-france/plainte-penale-pour-genocide-des-francais-contre-macron-ses-ministres-et-son

 

Voir les commentaires

Réinfo-Covid du 26 novembre 2020

1 Décembre 2020, 20:48pm

Voir les commentaires

Remdésivir : l'UE dupée par Gilead ?

1 Décembre 2020, 20:42pm

Voir les commentaires

Stockholm : les suédois disent non

1 Décembre 2020, 19:36pm

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>