Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Sans débat, la Californie adopte un projet de loi pour financer la stérilisation de mineurs

10 Août 2020, 07:06am

Sans débat, la Californie adopte un projet de loi pour financer la stérilisation de mineurs
 

Greg Burt - 10 juin 2020

https://californiafamily.org/2020/without-blinking-an-eye-california-passes-bill-to-fund-sterilizing-kids/?



SACRAMENTO - Sans hésitation ni débat, l'Assemblée de Californie a voté à une écrasante majorité aujourd'hui pour créer un fonds utilisant l'argent des contribuables afin de donner aux mineurs et aux adultes des hormones sexuelles croisées et des chirurgies qui détruiront définitivement leur système reproducteur.


Selon l'auteur Miguel Santiago (D) Los Angeles, AB 2218 crée un « Fonds pour le bien être des transgenres LGBT », pour fournir des subventions à des organismes sans but lucratif, des hôpitaux, des cliniques de soins de santé (comme Planned Parenthood) et d'autres prestataires médicaux qui fournissent des bloqueurs de puberté et des - hormones sexuelles aux mineurs, ainsi que des hormones sexuelles croisées et des opérations de « changement de sexe » pour les adultes.

 

À l'origine, le projet de loi demandait 15 millions de dollars pour démarrer le fonds, mais ce montant a récemment été retiré du texte de projet de loi. Désormais, le montant exact ajouté au fonds sera décidé par la législature à une date ultérieure.


Selon le Dr Quentin Van Meter, un pédiatre endocrinologue certifié qui a témoigné contre AB 2218 au Comité de la santé de l'Assemblée, des études montrent que les enfants qui sont traités avec des hormones sexuelles croisées pour leur confusion de genre présentent des « problèmes de santé mentale importants» qui persistent même après un traitement hormonal. Van Meter a averti les législateurs que l'État serait poursuivi dans les années à venir pour avoir financé des traitements d'affirmation des transgenres pour les enfants en difficulté et vulnérables parce qu'ils détruisent les tissus corporels sains, stérilisent le receveur et causent des dommages irréversibles. (Lisez sa lettre d'opposition ci-dessous)

 

Lettre d'opposition au projet de loi 2118 de l'Assemblée

 

Dr Van Meter – Le 12 mai 2020

 

Le genre est un terme fabriqué, inventé par le professeur John Money de l'université Johns Hopkins. Il a eu l'idée que le sexe biologique et le genre pouvaient être opposés chez une même personne. Il a fait des expériences avec des nourrissons, des bambins, des enfants et des adultes pour voir à quel point ses patients étaient malléables. Il n'était pas lié par nos normes éthiques actuelles, qui protègent les sujets humains contre le danger. Il n'avait pas le consentement signé des patients ou des parents des enfants atteints de diverses maladies endocriniennes qui rendaient leurs organes génitaux ambigus à la naissance. En raison des résultats négatifs et de l'absence manifeste de changement positif dans la santé mentale des patients, son programme a été fermé et enterré dans les archives de la honte.

 

La science biologique de base prouve que les êtres humains sont des êtres sexuels binaires avec une anatomie complémentaire qui vise à faciliter la procréation. Les croyances religieuses élèvent ce concept à un niveau divin, mais n'entrent en aucun cas en conflit avec la science, et par conséquent, je m'en tiendrai à la science. Les hommes biologiques sont et seront toujours des hommes et les femmes biologiques sont et seront toujours des femmes biologiques, quel que soit le rôle social qu'elles choisissent de jouer dans la vie. L'environnement est sans équivoque une force significative dans l'établissement du chemin que l'on emprunte lorsqu'on passe de l'enfance à l'âge adulte en passant par la puberté. La puberté n'est pas un processus pathologique, mais c'est sans aucun doute un processus difficile pour la grande majorité des êtres humains. Interrompre et réorienter ce processus est une expérience dangereuse. La grande majorité des personnes dont le sexe est incongru et qui sont autorisées à passer par la totalité de la puberté réalignent leur identité de genre avec leur sexe biologique. Les onze études publiées au cours des 40 dernières années d'expérience avec les personnes transsexuelles le confirment3. Comment et pourquoi envisageons-nous d'interrompre les progrès de la puberté alors que nous savons que le résultat ne fera qu'une chose : pousser l'enfant dans le mécanisme d'affirmation qui a été développé et qui s'est étendu à plus de 60 centres cliniques dans tout le pays.

 

Il n'y a absolument aucun doute sur les effets néfastes largement documentés des hormones du mauvais sexe4. La littérature endocrinienne, tant chez l'adulte que chez l'enfant, est riche en protocoles de traitement publiés pour contrecarrer les effets néfastes d'un excès d'hormones "mâles" chez les femmes et d'un excès d'hormones "femelles" chez les hommes, causés par un certain nombre de processus pathologiques. La même Endocrine Society qui a publié en 2009 et révisé en 20175 les lignes directrices sur les soins aux transgenres (et non les normes de soins) vient de publier un consensus de lignes directrices condamnant l'utilisation de la testostérone chez les femmes adultes en raison des dommages qu'elle peut causer6. L'apparence d'une large acceptation des lignes directrices de l'Endocrine Society pour les soins aux transgenres est une illusion soigneusement élaborée. Les endocrinologues, les bioéthiciens et les activistes de la communauté gay réagissent de plus en plus pour briser cette illusion et pour que les soins médicaux se concentrent à nouveau clairement et régulièrement sur la véritable question de la santé mentale. L'American Psychological Association déclare dans son édition 2014 du Handbook of Human Sexuality qu'il n'y a pas de base biologique pour le genre et que l'identité sexuelle d'une personne est fluide7. La même déclaration est faite dans le DSM-58. Protéger la voie de l'affirmation avec des fonds publics visant à donner une validité à un concept mythique est quelque chose qui va à l'encontre de la réalité et de la pratique médicale éthique du concept hippocratique du « D'abord ne pas nuire ».

 

Personnellement et professionnellement, j'ai l'intention de ne rien faire qui puisse nuire à un enfant ou un adolescent, ou à tout autre être humain, d'ailleurs. Ayant pratiqué l'endocrinologie au cours des quarante dernières années, je peux clairement prédire le feu des ramifications juridiques de l'affirmation hâtive. Les vies endommagées des adultes qui se sont réveillés du « calme » induit par les médicaments et la chirurgie témoignent de l'enfer que représente l'affirmation d'un sexe incongru. L'euphorie temporaire de 10 à 15 ans est largement vantée comme la preuve des bienfaits des interventions d'affirmation. Il est inadmissible de gonfler la vie de ces personnes en souffrance avec des fonds destinés à créer un faux sentiment de sécurité. Afin de protéger l'État de Californie d'un futur glissement inévitable de batailles juridiques, je vous demande de faire une pause et d'examiner sérieusement l'ensemble de l'histoire qui se déroule devant vous.

 

Sincèrement,

 

 

 

Quentin L. Van Meter, M.D., F.C.P.

Professeur associé clinique de pédiatrie, École de médecine de l'Université Emory et Collège médical de Morehouse,

Van Meter Endocrinologie pédiatrique, P.C.

1800 Howell Mill Road NW, Suite 475

Atlanta, Géorgie 30318

 

1. Meyer, JK, Sex Reassignment, Arch Gen Psychiatry 1979;36:10101015.

2. Kaltiala R et al, Adolescent development and psychosocial functioning after starting cross-sex hormones for gender dysphoria, Nordic Journal of Psychiatry, 2020;74:213-219.

3. Témoignage de Stephen Levine, M.D., devant le Comité législatif de l'État de Pennsylvanie sur la santé, 12 mars 2020

4. Hruz, PW, Deficiencies in Scientific Evidence for medical management of Gender Dysphoria, The Linacre Quarterly 2020;87:34-42.

5. Hembree WC et al, Endocrine Treatment of Gender-Dysphoric/Gender Incongruent Persons : an Endocrine Society Practice Guideline, J CLin Endo Metab 2017;102:3869-3903

6. Davis SR et al, Global Consensus Position Statement on the Use of Testosterone Therapy for Women, J CLin Endo Metab 2019:104:4660-4666

7. APA Handbook of Sexuality and Psychology, 2014

8. "Gender Dysphoria", Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, cinquième édition, American Psychiatric Association 2013

Commenter cet article

e 10/08/2020 09:48

cela prouve que le covid est bidon et pas dangereux pour l'humanité du tout sinon ils ne se focaliseraient pas sur faire des lois pour dépeupler la planète avec la stérilisation forcée des mineurs