Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Lactalis : pollution en bande organisée

24 Octobre 2020, 13:22pm

Lactalis : pollution en bande organisée

Disclose – le 19 octobre 2020

https://lactalistoxique.disclose.ngo/fr/chapter/pollution-en-bande-organisee

 

L’odeur les prend à la gorge. Ce jeudi 25 juin 2020, alors qu’ils franchissent un pont au-dessus de la Véronne, les gendarmes s’arrêtent net. La rivière qui traverse Riom-ès-Montagnes, au cœur du parc naturel régional des volcans d’Auvergne, dans le Cantal, dégage un parfum âcre. En contrebas, l’eau est trouble, blanchâtre. Intrigués, les militaires longent la rive et remontent jusqu’à un conduit d’évacuation d’où s’échappe un liquide laiteux. A l’autre bout du tuyau : la société fromagère de Riom, une filiale de Lactalis spécialisée dans la fabrication du bleu d’Auvergne, du Cantal ou du Saint-Nectaire, des fromages emblématiques de la région. La pollution s’étend sur quatre kilomètres.

Le même scénario se produit le 27 juillet puis le 1er août. Les gendarmes découvrent alors des dizaines de poissons et d’écrevisses flottant à proximité du point de rejet de l’usine. Cette fois, son directeur a signalé le problème à la préfecture du Cantal : il assure que la pollution est liée à un problème sur un camion qui aurait perdu de l’eau et du lait mélangés. L’affaire remonte jusqu’à la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) du Cantal. Le 5 août, un inspecteur fait le déplacement depuis Aurillac, en présence des gendarmes locaux.

38 usines mises en cause

Dans le rapport d’inspection que Disclose s’est procuré, l’enquêteur rapporte la présence à la surface de la Véronne de « matières visqueuses, épaisses, vert noirâtre » ainsi qu’une « matière brunâtre » correspondant « vraisemblablement à une accumulation de boues de stations d’épurations ». Autrement dit, des effluents industriels qui n’ont rien à faire là. Après ce premier constat, la délégation se rend à l’usine de Riom où l’attendent le directeur du site et la responsable « du projet environnement » pour l’ensemble du groupe.

« La visite ne s’est pas très bien passée, témoigne le président de la fédération de pêche de Riom, Joseph Escourolles, présent ce jour-là. Les cadres de Lactalis voulaient orienter les recherches en expliquant qu’il fallait faire des prélèvements à tel endroit mais pas à tel autre. L’inspecteur a dû leur expliquer qu’il avait tous les pouvoirs de contrôle sur l’usine. » Le lendemain, son rapport est transmis au préfet : l’enquêteur ne retient pas la thèse de l’accident isolé (le camion) et requiert un arrêté de mise en demeure justifié par « la gravité des faits » et les « dysfonctionnements majeurs » constatés au sein de l’entreprise. De son côté, Joseph Escourolles a déposé plainte contre X pour pollution le 3 août.

La pollution de la Véronne est loin d’être un cas isolé. Entre 2010 et aujourd’hui, Disclose a découvert que 38 usines Lactalis ont été ou sont toujours en violation du code de l’environnement, le recueil de lois qui encadre le droit en la matière. Soit plus de la moitié des 60 établissements recensés et analysés dans le cadre de cette enquête. Pour créer cette data et établir la carte ci-dessous, nous avons passé au crible des centaines de rapports des services de l'Etat, des arrêtés et des mises en demeure des Préfets. La particularité de ces usines (pour plus d'information, cliquez sur les points ci-dessous) : ce sont toutes des installations classées pour la protection de l’environnement, ou ICPE.

Suite de l'enquête

 

 

 

Commenter cet article