Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Ciel Voilé

Articles avec #petitions

Pétition : non au CETA comme la Wallonie

24 Octobre 2016, 10:40am

La dictature continue, mais l'illusion de démocratie surtout et encore...

Le traité sera signé ce jour dimanche 30 octobre 2016

 

Pétition : non au CETA comme la Wallonie

Monsieur le Ministre : comme la Wallonie dites non au CETA

Le Conseil de l’UE avait prévu d’approuver le CETA (accord de commerce avec le Canada) le mardi 18 octobre. Mais en Belgique, où le gouvernement fédéral a besoin de l’accord des différents gouvernements régionaux pour signer un accord international, la Wallonie n’a pas autorisé la signature de ce traité.

Malgré l’échéance du 27 octobre, date du Sommet UE-Canada où était prévue la signature formelle du traité, le gouvernement wallon se refuse à des décisions hâtives. Soucieux de l’avis des parlementaires wallons, qui ont entendu les craintes de leurs citoyens, il exige de rouvrir le texte, afin d’y introduire des protections supérieures pour les filières agricoles et industrielles sensibles ou dans le domaine des droits sociaux et environnementaux.

Le Ministre-Président Paul Magnette et les parlementaires wallons subissent toutefois d’importantes pressions de la Commission et des Etats membres qui souhaitent les faire revenir sur cette décision.

La Commissaire Malmström a posé l’ultimatum du vendredi 21 octobre à la Wallonie, date du prochain Conseil des chefs d’État et de gouvernement à Bruxelles.

A cette occasion la France pourrait s’affirmer en emboîtant le pas aux Wallons, et en refusant enfin d’approuver le traité.
Écrivez à Matthias Fekl, ministre français du Commerce extérieur, pour l’y enjoindre.

Voir les commentaires

Loi ondes : signez la pétition de Robin des Toits

24 Octobre 2016, 10:19am

Publié par Robin des Toits

Loi ondes : signez la pétition de Robin des Toits

Loi ondes: le lobby des opérateurs n'aime pas la démocratie

Le lobby des opérateurs n'est jamais parvenu à digérer le vote de la loi Abeille sur les ondes du 9 février 2014. En catimini, dans la nuit du 11 au 12 octobre 2016, le lobby s'est trouvé quelques députés obligeants qui ont fait passer des amendements dans une loi sur les territoires de montagne, pour réduire à rien les dispositifs démocratiques mis en place par la loi Abeille autour de l'implantation des antennes-relais, ceci avec le soutien du ministre de l'aménagement du territoire Jean-Michel Baylet. Un vrai recul qui va à nouveau donner une image déplorable de la politique.


 

Il avait fallu 3 ans pour faire voter cette loi qui permettait de limiter l'exposition du public aux radiofréquences émises par les technologies du sans-fil (antennes-relais, portables, wifi etc.), qui redonnait des pouvoirs aux élus locaux, qui introduisait de la démocratie autour du déploiement de ces équipements.

Jean-Michel Baylet, qui est aussi ministre des collectivités territoriales, préfère donc soutenir les opérateurs et priver les élus locaux et les citoyens, de leurs droits à l'information, à la transparence, à la concertation?

Il faut aussi rappeler le contexte: pour l'Organisation Mondiale de la Santé les radiofréquences sont des cancérogènes possibles. Et les compagnies d'assurance sont tellement persuadées de la nocivité de ces ondes que, comme elles l'avaient naguère fait pour l'amiante, elles refusent de couvrir les risques sanitaires liés à l'exposition aux radiofréquences.

"Robin des Toits fait part de sa consternation et appelle le gouvernement, et les sénateurs qui vont prochainement examiner ce texte, à redonner à la loi "Abeille" ses dispositifs démocratiques et de protection de la population" selon Etienne Cendrier porte-parole de l'association.

LOI n° 2015-136 du 9 février 2015 relative à la sobriété, à la transparence, à l'information et à la concertation en matière d'exposition aux ondes électromagnétiques (1)
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000030212642&categorieLien=id  

LOI MONTAGNE : “UNE OCCASION RATÉE” POUR LA DÉPUTÉE MICHÈLE BONNETON
http://www.placegrenet.fr/2016/10/15/loi-montagne-occasion-ratee-deputee-michele-bonneton/105590  

Voir les commentaires

Signez la pétition non au TTIP ou TAFTA : déjà 2,5 millions de signatures

30 Août 2015, 11:46am

Publié par Ciel Voilé

La compagnie minière Gabriel poursuit en justice la Roumanie 21/07/15

La compagnie minière Gabriel poursuit en justice la Roumanie 21/07/15

Objet :

Nous appelons les institutions de l'Union européenne et de ses pays membres à arrêter les négociations avec les Etats-Unis sur le Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP ou TAFTA) et à ne pas ratifier l'Accord Economique et Commercial Global (CETA) avec le Canada.

Principaux objectifs :

Nous souhaitons empêcher que soient conclus les accords TTIP/TAFTA et CETA car ils contiennent plusieurs points critiques tels que le règlement de conflits investisseurs-Etats et de règles sur la coopération réglementaire qui constituent une menace pour la démocratie et l’Etat de droit. Nous souhaitons empêcher que les droits du travail, les normes sociales, environnementales, de protection de la vie privée et des consommateurs soient abaissées et que les services publics (tels que ceux liés à l'eau) et le patrimoine culturel soient dérégulés dans le cadre de négociations non transparentes. Nous soutenons une politique commerciale et d'investissement alternative au sein de l'UE.

Voir les commentaires

Signez la pétition de Générations futures : non au glyphosate

21 Mars 2015, 11:33am

Le Centre International de recherche sur le Cancer (CIRC) vient de classer comme cancérigène probable le glyphosate, substance active notamment du fameux herbicide RoundUp (désherbant le plus utilisé au monde et associé à la culture des OGM).

Cette classification valide les études menées notamment sur le sujet par l'équipe de GE Séralini. Générations Futures se félicite de cette classification qui reconnait la dangerosité avérée du glyphosate. Rappelons que le Sri Lanka avait pris des mesures d'interdiction contre une telle molécule. Notre association avait aussi en 2010 lancée des procédures contre plusieurs herbicides à base de glyphosate sur la base d’inquiétudes sanitaires.

4 autres substances actives sont concernées dont les fameux malathion et le diazinon qui ont été également classés cancérogènes « probables chez l’homme » (voir http://monographs.iarc.fr/ENG/Meetings/vol112-listagents.pdf / http://www.thelancet.com/journals/lanonc/article/PIIS1470-2045%2815%2970134-8/abstract ).

Si le Règlement 1107/2009 (cf. Annexe II point 3.6.3) s’applique il devrait y avoir des retraits du marché de produits commerciaux contenant cette substances active désormais reconnue officiellement comme cancérigène probable.

Nous demandons une réévaluation immédiate par l'EFSA du glyphosate et un retrait tout aussi immédiat des produits vendus en France à base de cette substances actives (cela concerne ne nombreuses spécialités commerciales dont certaines destinées aux jardiniers amateurs!).

Notre association va aussi écrire ce jour à toutes les jardineries pour leur demander de prendre des mesures d'anticipations d'interdiction et de retirer de leurs rayons ces herbicides dangereux pour leur santé et celle de leurs enfants!

Signez et relayez la pétition destinée à M. le Ministre de l'agriculture, S.Lefoll cliquez ici

Voir les commentaires

Signez la pétition : Stop aux subventions à la pollution !

8 Février 2015, 15:10pm

Signez la pétition : Stop aux subventions à la pollution !

Stop aux subventions à la pollution !

Appel pour l'arrêt des subventions à la pollution et la mise en place d'une fiscalité française cohérente et écologique

Monsieur le Président de la République, mesdames et messieurs les parlementaires, à l'heure où des solutions sont recherchées pour réduire le déficit public, la France doit supprimer les nombreuses subventions nocives pour l'environnement, qui vont à l'encontre du principe pollueur-payeur.

Pour les seules subventions à la consommation d'énergies fossiles, 6 milliards d'euros sont dépensés chaque année, principalement dans le secteur des transports ! Ces aides publiques (exonérations de taxe, TVA réduite, etc.) augmentent les émissions de gaz à effet de serre, la pollution de l'eau et de l'air, la consommation de ressources naturelles et nuisent à la biodiversité.

Les exemples sont nombreux :
→ exonération de taxe intérieure sur l'énergie pour l'aviation (3,5 milliards d'euros dont 1,3 pour les vols intérieurs) ;
→ taux réduit pour le fioul utilisé comme carburant (1 milliard d'euros) ;
→ remboursement partiel de la taxe intérieure sur l'énergie aux transporteurs routiers (300 millions d'euros) ;
→ défiscalisation partielle des agrocarburants (196 millions d'euros) ;
→ TVA à taux réduit sur les engrais, avantages fiscaux au profit des usages fortement consommateurs de terres.
Au total, ces avantages concédés à la pollution représentent chaque année plusieurs milliards d'euros de dépenses pour l'état.

C'est pourquoi, nous, organisations de la société civile et économistes, lançons cet appel aux pouvoirs publics pour :
Supprimer rapidement les niches fiscales et autres aides publiques néfastes pour l'environnement et les ressources naturelles ;
Mettre en place les outils fiscaux qui nous permettront d'accompagner la nécessaire évolution des comportements et activités vers des modes moins consommateurs de ressources naturelles (notamment la contribution climat énergie et l'éco-redevance poids lourds).

Les crises environnementale, économique et sociale auxquelles nous sommes confrontés rendent plus que jamais nécessaire cette réorientation de notre fiscalité. L'argent récolté grâce à ces nouvelles mesures fiscales écologiques pourra notamment servir à financer la transition écologique tant attendue (rénovation des bâtiments, développement des transports en commun, etc.) dont les bénéfices dépasseront largement la sphère environnementale.

Pour éviter d'éventuels impacts sociaux négatifs, certaines de ces mesures pourront être assorties de mécanismes de redistribution afin de faciliter la transition pour les catégories les plus modestes et les secteurs économiques les plus fragiles.

Le rôle des pouvoirs publics n'est pas d'enfermer les citoyens et les entreprises dans un modèle sans lendemain mais d'accompagner les transformations économiques et sociales et les transitions professionnelles qui sont aujourd'hui incontournables.

Pourquoi cet appel ?

L'appel STOP AUX SUBVENTIONS A LA POLLUTION est lancé par le Réseau Action Climat (RAC-F) et la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme (FNH), et soutenu par de nombreuses associations de protection de l'environnement, de défense de la biodiversité, de solidarité internationale, d'usagers des transports et d'alternatives énergétiques, ainsi que par des personnalités du monde universitaire.

Ensemble, nous appelons à une refonte profonde de la fiscalité française, une réforme écologique et cohérente en commençant par mettre fin aux avantages fiscaux accordés aux secteurs et activités polluantes.

Aujourd'hui en France, on subventionne trois fois plus le problème climatique que sa solution. Les secteurs polluants sont soutenus pour se développer et continuent à polluer ! A l'heure où le gouvernement prépare son budget et souhaite dégager des économies, il est bon de lui rappeler que le montant total des niches fiscales grises s'élève chaque année à 20 milliards d'euros.

Ces subventions nocives pour l'environnement ont déjà été pointées par des institutions très reconnues qui préconisent leur suppression :
→ le rapport Les aides publiques dommageables à la biodiversité de Guillaume Sainteny du Centre d'analyse stratégique (2011) ;
→ le rapport Dépenses fiscales liées à la consommation d'énergies fossiles, par le comité d'évaluation des dépenses fiscales du Ministère du Budget, avril 2011 ;
→ le chapitre Incohérence : le rendez-vous manqué de la fiscalité écologique du rapport de Nicole Bricq alors rapporteuse de la Commission des Finances (2011).

Nous appelons également à la mise en place de mécanismes fiscaux justes et pérennes pour intégrer le poids carbone de chaque produit et service dans son prix et favoriser dès maintenant le développement des secteurs d'avenir.

Chacun est invité à se joindre à l'appel en signant la pétition pour signifier au Président de la République François Hollande et aux parlementaires français qu'il est urgent de réformer la fiscalité en France pour qu'elle ne participe plus à la destruction de nos écosystèmes et aux changements climatiques.

Signer la pétition : http://www.rac-f.org/stop

Voir les commentaires

Non à la censure dans les bibliothèques universitaires : signez la pétition

4 Février 2015, 18:28pm

Publié par Ciel Voilé

Non à la censure dans les bibliothèques universitaires : signez la pétition

menu1

Pétition contre la censure dans les bibliothèques universitaires

Pétition contre la censure maccarthyste dans les bibliothèques universitaires adressée au président de l’université de Paris 1, M. le Professeur Philippe Boutry

Un lecteur de la bibliothèque Pierre Mendès France de l’Université de Paris 1 Sorbonne ayant récemment proposé l’achat de l’édition française de l’ouvrage de Geoffrey Roberts, professeur à l’université de Cork en Irlande, « Les guerres de Staline », paru en 2014 aux éditions Delga, ouvrage publié en 2006 par les Editions de l’université Yale, s’est attiré la réponse suivante :

« L’ouvrage proposé, bien qu’écrit par un universitaire, ne nous semble pas a priori présenter la neutralité historique et scientifique nécessaire à son éventuelle intégration dans nos rayons. Les autres titres publiés par l’éditeur non plus ».

La direction de cette bibliothèque, contactée, tant sur l’ouvrage incriminé que sur les conditions à remplir par un éditeur pour que ses ouvrages puissent être acquis, a accumulé les réponses évasives. Une consultation des rayons consacrés à l’histoire de la Russie soviétique (puis URSS) au XXème siècle a montré que, depuis plus de quinze ans, ont été systématiquement achetés les ouvrages de publicistes propagandistes, tels Bernard-Henri Lévy et André Glucksmann, même de négationnistes avérés, tel Ernst Nolte. Dans la même période, n’ont pas été acquis les ouvrages scientifiques publiés en français tels ceux d’Arno Mayer, Michael Carley, Alexander Werth (dont le célèbre ouvrage La Russie en guerre, réédité en 2011, demeure absent), etc.

Cette censure est révélée dans un contexte particulier. Par exemple, à l’occasion de la célébration du soixante-dixième anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz, le ministre des Affaires étrangères polonais Grzegorz Schetyna a soutenu, le 21 janvier 2015, pour justifier la non-invitation de la Russie, que c'était les Ukrainiens et non l’armée soviétique qui avaient libéré le camp d'extermination. Le premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk, avait affirmé le 8 janvier, sans être davantage contredit, que l’Union Soviétique avait agressé l'Allemagne en juin 1941.

Ces contre-vérités grossières n’ont provoqué aucune réaction officielle. Cette passivité n’est possible qu’en raison du manque de connaissance historique de l’opinion publique, résultat, entre autres, de la censure qui s’est étendue jusque dans les institutions universitaires. Longtemps tacite ou sournoise, celle-ci atteint désormais un niveau tel qu’une bibliothèque de Paris 1 Sorbonne ne se dissimule plus pour justifier l’interdit frappant un universitaire reconnu et tout le catalogue d'un éditeur progressiste.

Nous exigeons que soit mis fin à cette violation caractérisée de la déontologie scientifique et que la bibliothèque Pierre Mendès France de l’Université de Paris 1 Sorbonne respecte le pluralisme des publications scientifiques mises à la disposition des étudiants et autres usagers. Ceci vaut pour cette bibliothèque comme pour toutes les autres bibliothèques universitaires.

Non à la censure maccarthyste dans les bibliothèques universitaires!

Le dossier complet sur cette censure et la correspondance y afférente est disponible sur http://www.historiographie.info/debats.html

Godefroy Clair, ingénieur d’études à l’université Paris 8

Annie Lacroix-Riz, professeur émérite d’histoire contemporaine, université Paris 7

Aymeric Monville, directeur des éditions Delga.

Paris, 3 février 2015

http://www.petitions24.net/petition_contre_la_censure_dans_les_bibliotheques_universitaires

Voir les commentaires

Défendez le lanceur d’alerte de Luxleaks – Signez la pétition -

18 Janvier 2015, 15:05pm

Défendez le lanceur d’alerte de Luxleaks – Signez la pétition -


http://www.change.org/p/soutenons-antoine-deltour-luxleaks?recruiter=1487940&utm_campaign=signature_receipt&utm_medium=email&utm_source=share_petition

Antoine Deltour est le principal lanceur d'alerte des « Luxleaks 1 », qui ont récemment révélé un vaste système d’optimisation fiscale des grandes multinationales. Il est actuellement poursuivi par la justice luxembourgeoise.

Il assume avoir copié des centaines de "tax rulings", des accords fiscaux conclus par le fisc luxembourgeois pour le compte de multinationales. Des centaines de milliards d'euros s'évaporent des pays où ces firmes mènent leurs activités réelles. Ces sommes colossales sont en fait transférées dans des juridictions où elles sont très peu taxées, notamment au Luxembourg. L'échelle industrielle du système de planification fiscale agressive mis en lumière était jusque-là méconnue. Ces mécanismes n'avaient jamais été décrits avec autant de précision.

Les répercussions de ces révélations sont immenses. En portant le sujet des "tax rulings" jusque dans les instances internationales – comme le G20 ou la Commission Européenne – elles ont favorisé des avancées politiques qui peu à peu conduiront à une meilleure justice fiscale.

Antoine Deltour a agi sans intention malicieuse et de manière totalement désintéressée. Il n'a jamais cherché à monnayer ses informations. Il a seulement souhaité favoriser le débat public sur des pratiques éthiquement condamnables. Son acte civique s'inscrit dans un large mouvement animé de nombreux citoyens, de petits entrepreneurs, d'autres lanceurs d'alerte, de syndicats, d'ONG, de journalistes, de partis politiques et même d'institutions internationales, tous déterminés à agir contre l'opacité de la finance offshore et pour davantage de justice fiscale.

Nous, signataires de cette pétition, déclarons soutenir Antoine Deltour. Le caractère désintéressé de sa démarche, les bénéfices considérables pour les citoyens européens et au-delà pour les Etats eux-mêmes nous apparaissent comme totalement contradictoires avec l’idée même qu’il puisse être condamné autrement que symboliquement. Nous rappelons que dans bien des législations dans le monde et de plus en plus, la démarche d’Antoine ferait l’objet d’une protection et non d’une pénalisation.

Plus d'informations sur le site du comité de soutien.

Voir les commentaires

Signez la pétition : Non au Center Parc des Chambaran

3 Novembre 2014, 17:13pm

Publié par Ciel Voilé

 

Pétition de  Jessika SERAFIN  Saint-Marcellin, France

 

https://www.change.org/p/stoppez-imm%C3%A9diatement-la-construction-du-center-parcs-dans-les-chambaran


Voilà quelques années déjà que nos élus soutiennent l'implantation d'un Center Parc dans le bois des Avenières, prés du village de Roybon (Isère, 38), avec, à la clé, la création de "centaines d'emplois", et un regain d'intérêt pour notre territoire.  Mais ce projet est en réalité une aberration écologique, économique et sociale.


En effet, ce projet prévoit la construction de 1021 "cottages", d'un complexe aquatique (l'AquaMundo), d'une boîte de nuit, d'un bowling, d'une salle de sports, de commerces et de restaurants sur une surface de 250 hectares de forêt (sur les 7300 que compte la forêt des Chambaran). Le massif abrite 35 espèces animales et végétales protégées, dont certaines menacées. Plusieurs corridors biologiques vont être "coupés" du reste de la forêt. C'est tout un écosystème et un réservoir de biodiversité qui vont être rasés au bulldozer.


Une grande partie du massif est recouvert de zones humides protégées par la Loi sur l'Eau qui jouent un rôle stratégique dans le fonctionnement de l'aquifère (nappe d'eau souterraine et réservoir naturel d'eau douce). Le projet Center Parcs détruirait 62 hectares de ces zones humides qui constituent notre patrimoine commun. Pour rappel, on sait que 3/4 des zones humides françaises ont disparu. L'aquifère des Chambaran est l'une des plus importantes ressources en eau de la région Rhône Alpes. L'imperméabilisation des sols (31,5 ha) impactera à terme les ressources en eau de la nappe, et par là les réserves en eau potable de toute une région, alors que l'on demande déjà aux habitants de restreindre fortement leur consommation d'eau durant la saison estivale pour cause de sécheresse accrue, on estime qu'il faudra 1,2 million de litre d'eau par jour pour alimenter ce village de loisirs qui accueillera entre 5000 et 5500 personnes/jour à l'année ! Il a été décidé par arrêté préfectoral que le groupe Pierre & Vacances puisse "puiser" à volonté dans cette réserve d'eau douce, au mépris des générations futures et des recommandations des experts qui pressent les pouvoirs publics de protéger et sauvegarder les réserves en eau de notre planète ! L'AquaMundo, c'est cette "bulle" tropicale, chauffée en continu 365 jours/an à 29°C, et composée de toboggans, activités aqualudiques, rivières tropicales, piscines à vague. Cette bombe énergivore, très gourmande en eau, va recréer artificiellement l'illusion d'un paradis exotique avec ses plantes acclimatées pour une population d'occidentaux désabusés. C'est cette « manne financière » que voudraient voir s'arracher les élus de notre région ?! Mais cette population de touristes écervelés ne nous intéresse pas, nous voulons continuer à profiter gratuitement des plaisirs simples d'une forêt, qui, elle, a toujours tenu ses promesses.


Le prix à payer sera malheureusement bien plus élevé que l'estimation initiale qui en a été faite : pollutions visuelles, sonores (ballet incessant de 2000 véhicules journaliers sur une petite route de montagne, création de parkings qui vont défigurer le paysage), destruction d'espaces naturels protégés tout au long des 27 kilomètres de tuyaux de canalisations nécessaires à l'évacuation des eaux usées du Center Parcs (passage de cols, dans une zone à risques systémiques majeurs).


Le coût du projet s'élèverait au moins à 300 millions d'euros HT ! Or, on sait qu'il est encore largement sous-évalué. Combien d'années nous faudra-t-il pour rembourser cette dette immense contractée sur l'argent du contribuable, mais dont la responsabilité de la gestion finale de ce gâchis reviendra à nos enfants et petits enfants ? Qu'allons-nous léguer aux générations futures ? Il faut dire stop à ce gaspillage indécent de l'argent public !


A ce monstrueux gaspillage des ressources naturelles s'ajoute un scandalepolitico-financier sur fond de niche fiscale : le groupe Pierre & Vacances bénéficie largement d'une loi de défiscalisation (loi dite "Censi-Bouvard"), qui aurait été conçue "sur mesure" pour le promoteur immobilier. Le groupe revend ensuite les "cottages" à des particuliers naïfs qui croient réaliser un investissement rentable mais qui déchantent rapidement devant les baisses successives des loyers de leurs biens. L'argent de nos impôts sert à financer la totalité des installations du groupe grâce aux subventions pharaoniques qui lui sont accordées, alors que cet argent alimente la dette de notre pays, et contribue à la destruction de l'environnement et au pillage des ressources naturelles. De plus, le groupe accuse un bilan financier catastrophique avec de nouvelles pertes records en 2013 (-47,5 M€). Les recettes fiscales paraissent dérisoires (3 millions d'euros/an) au regard des subventions allouées par les collectivités locales. Les terrains de Roybon ont été vendus à un prix très inférieur à la normale (0,30 centimes le m2, au lieu de 18€ le m2 pour un terrain constructible), et ce grâce à un petit tour de passe-passe législatif qui n'aura échappé à personne.


Quand aux créations d'emplois, on oublie de nous préciser le grand nombre (80 %) de temps partiels (de 9 à 15h par semaine) pour 240€ par mois, dont la moitié sont des postes d'agents d'entretien. On s'interroge légitimement sur l'intérêt de subventionner lourdement sur nos impôts des emplois précaires (qui contribuent au maintien de la misère sociale durable) et une entreprise qui ne semble pas en mesure de garder son personnel (cf. Center Parcs de Sarrebourg - 30% de démissions trois mois après l'ouverture du site).


Une nouvelle étape a été franchie, puisque les travaux de défrichage du site ont commencé ce vendredi 17 octobre. Pourtant, le 23 juillet 2014, les commissaires enquêteurs de l'enquête publique "loi sur l'Eau" ont rendu leurs conclusions en émettant un avis défavorable à l'unanimité pour ce projet. Le rapport est accablant et pointe 12 dysfonctionnements majeurs. Un seul d'entre eux paraît, de toute façon, invalider ce projet, tant il est rédhibitoire.


Au mépris de cet avis ainsi que de la consultation publique, le préfet de l'Isère a publié deux arrêtés préfectoraux au titre de la Loi sur l'Eau et des éspèces protégées, autorisant Pierre & Vacances à commencer les travaux.


Les travaux de défrichement ont donc commencé, nous comptons sur vous pour relayer largement cette pétition et vous mobiliser afin de soutenir l'association "Pour les Chambaran sans Center Parcs" qui entreprend toutes les démarches administratives et les recours devant les tribunaux afin de préserver la forêt des Chambaran.


Pétition adressée à :
Serge Perraud, Maire de la commune de Roybon
Richard Samuel, Préfet de l'Isère
Ségolène Royal, Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie
Christian Pichoud, Vice-président en charge de l'économie touristique et de la montagne au Conseil Général de l'Isère
Alain Cottalorda, Président du Conseil Général de l'Isère

Stoppez immédiatement la construction du Center Parcs dans les Chambaran

Voir les commentaires

Signez l'appel du collectif des associations citoyennes

21 Octobre 2014, 18:02pm

Publié par Ciel Voilé

L’appel du collectif

 

Le 15 octobre 2014

Pas de société solidaire sans associations citoyennes

Appel pour la reconnaissance du rôle fondamental des associations dans la construction d’une société solidaire et démocratique

Avec la signature de la Charte d’engagements réciproques le 14 février dernier, l’État et les représentants des collectivités territoriales ont reconnu l’apport déterminant des associations à la vie démocratique et à la cohésion sociale. Le Premier ministre a même décidé de mettre en avant le rôle essentiel du monde associatif en décrétant 2014 « année de l’engagement associatif ».

Malgré ces grands discours officiels, l’année 2014 est, au contraire, marquée par un recul considérable du soutien public à la vie associative :

  • réduction des dépenses publiques en 2015-2017, d’une ampleur inédite, qui risque d’entraîner la diminution d’un tiers des financements publics aux associations (État, collectivités, caisses d’assurances-maladie, CAF, etc.) à l’horizon 2017 ;
  • projet de loi sur la nouvelle organisation territoriale de la République, qui méconnaît la participation citoyenne sur des territoires de vie et risque d’asphyxier plus encore les associations locales, dès lors qu’elles n’auront plus qu’un seul financeur public ;
  • projet d’obligations à impact social étudié par le gouvernement, qui propose de mettre en place des partenariats public-privé pour le financement des associations, les réduisant à un rôle de simples exécutants et permettant à des opérateurs commerciaux de réaliser des profits sur l’action sociale ;

Le financement privé (obligations à impact social, financement participatif/crowdfunding, mécénat, augmentation du prix des prestations) a déjà montré ses limites et reste une chimère. La quasi-obligation faite aux associations de recourir aux emplois précaires et sous-qualifiés (emplois d’avenir, CUI/CAE, etc.) ou au dispositif service civique fragilise encore plus la conduite des projets associatifs. En aucun cas, ces artifices de gestion ne sauraient compenser le désengagement de l’État et des collectivités.

Toutes ces mesures se traduiraient, si rien n’est fait, par des millions de personnes exclues des activités associatives, par la perte de centaines de milliers d’emplois, et par une disparition accélérée des associations. Remettre en cause le rôle des associations dans la démocratie et le pouvoir d’agir des citoyens ne peut que favoriser la violence et la désespérance civique.

Les signataires demandent :

  1. la mise en place de financements stables et garantis pour les associations qui contribuent à l’intérêt général et agissent au service du bien commun ;
  2. l’arrêt effectif des injonctions à la concentration et au recours aux financements privés, qui dénaturent le sens de l’action associative, ainsi que l’abandon immédiat du projet d’instaurer en France un système dit d’ « obligations à impact social » ;
  3. que la « vie associative » soit une compétence partagée entre tous les niveaux de collectivités dans le projet de loi portant nouvelle organisation territoriale de la République, afin de permettre les coopérations et les cofinancements ;
  4. le renforcement de la concertation citoyenne et de la co-construction de politiques publiques, notamment par des chartes d’engagements réciproques associations-collectivités ;
  5. une évaluation publique et contradictoire des conséquences des restrictions budgétaires et de la réforme territoriale sur l’action associative ;
  6. l’affirmation claire, par les pouvoirs publics, de l’exonération de droit des règles européennes en matière de concurrence des activités associatives contribuant à l’intérêt général et au bien commun.

 Version imprimable de cet Appel  ICI (pdf)   – Pour recueillir des signatures « manuelles » ICI (pdf)

 

Signez l’appel dès aujourd’hui !

Signer l’appel à titre individuelSigner l’appel au titre d’une organisation

——

Les derniers signataires :

Voir les commentaires

Non à la vaccination massive des enfants contre les papillomavirus

3 Octobre 2014, 17:02pm

Publié par Ciel Voilé

vaccin

Appel du professeur Joyeux :

http://petition.ipsn.eu/papillomavirus.php?utm_source=SIGNUPAPP_vdt&utm_medium=Newsletter-gratuite&utm_campaign=201409-29-HPV_VdT

http://www.professeur-joyeux.com/vaccination-massive-enfants-contre-les-papillomavirus/

1/                                         Pétition

à l’attention
du Président de la République Française,
de la Ministre des Affaires sociales et de la Santé,
et de la Ministre de l’Education Nationale.


Monsieur le Président, Madame la Ministre des Affaires Sociales et de la Santé, Madame la Ministre de l’Education Nationale,


Le Haut Conseil de la Santé Publique préconise, dans un avis relayé par la presse, le 15 Septembre 2014 :

  • d’introduire dans les écoles la vaccination contre les papillomavirus (HPV) pour essayer de lutter contre le cancer du col de l’uterus et d’autres infections sexuellement transmissibles ;
  • d’abaisser si nécessaire à 9 ans l’âge de la vaccination, pour les filles comme pour les garçons.

Cette proposition suscite une très vive émotion des citoyens et du monde médical.

Nous sommes très nombreux à redouter que nos écoles servent de paravent pour vacciner les enfants en masse contre les HPV, sans réelle réflexion individuelle ni information transparente sur l'efficacité et la dangerosité de ce vaccin.

Rappelons que l’analyse des données de pharmacovigilance a fait état de 26 675 effets indésirables graves dont 113 cas de sclérose en plaques en lien avec ces vaccins.

Rappelons également que le seul moyen démontré de prévenir le cancer du col de l'utérus est de faire des frottis. Si des lésions précancéreuses sont trouvées, elles peuvent alors être soignées.

Le vaccin, lui, ne protège pas à 100 %, loin de là. Toutes les sources médicales s'accordent sur ce point. Il est très dangereux que les personnes vaccinées aillent imaginer le contraire.

Par la présente pétition, nous vous demandons donc de stopper le projet de vaccination de masse dans les écoles contre les papillomavirus :

  • tant qu'une efficacité raisonnable du vaccin n'aura pas été démontrée ;
  • tant que les effets secondaires du vaccin ne seront pas connus et maîtrisés ;
  • tant que la garantie ne sera pas donnée que ces vaccinations massives ne réduisent pas la vigilance préventive (frottis), seul moyen prouvé de prévenir le cancer du col de l'utérus.

Cela permettra d'éviter d’inutiles accidents et des souffrances considérables à de nombreux enfants. Vous contribuerez ainsi également à maintenir la confiance des parents et la nécessaire sérénité dans les écoles.

Veuillez agréer Monsieur le Président de la République, Madame la Ministre des Affaires Sociales et de la Santé Publique et Madame la Ministre de l’Education Nationale, l’expression de mes salutations respectueuses.

 

SIGNEZ LA PETITION :

http://petition.ipsn.eu/papillomavirus/?utm_source=JOYEUX&utm_medium=Newsletter-gratuite&utm_campaign=201409-24-papillomavirus

 

2/ L’expert Marc Girard sur le même sujet :

Avis du HCSP sur les obligations vaccinales - I. L’heure du coup de force tant redouté ?

jeudi 2 octobre 2014 par Marc Girard

 

http://www.rolandsimion.fr/spip.php?article315

Conclusion provisoire

La gravité des menaces que cet avis du HCSP fait peser sur la sécurité de nos concitoyens, et la nécessité de s’organiser urgemment pour y résister, me conduit à interrompre mon analyse à cet endroit afin de pouvoir, sans tarder davantage [54], la mettre à la disposition du public. Dans une seconde partie à laquelle je vais continuer de travailler de toutes mes forces, je m’attacherai à mettre au jour les déterminants criminels [55] qui sous-tendent cet avis.

3 / Toujours la chimie :

  

« Face à l’industrie chimique, tout le monde est tétanisé »

par Olivier Petitjean 22 septembre 2014 - Santé publique


90 millions de substances : tel est l’héritage, non définitif, que nous lègue l’industrie chimique depuis son inexorable essor, lors de la Première guerre mondiale. Parmi elles, combien de substances toxiques – DDT, phtalates, bisphénol A, cancérogènes et autres perturbateurs endocriniens… ? Pourquoi un tel silence, une telle absence de contrôle ? Dans son livre « Un empoisonnement universel », le journaliste Fabrice Nicolino raconte l’histoire de cette industrie et comment elle a, impunément et littéralement, inondé nos vies de molécules. Une situation dont nous prenons conscience seulement aujourd’hui en constatant ses terribles conséquences, de l’explosion des cancers à celle la maladie d’Alzheimer en passant par le diabète. Entretien.

Lire la suite sur Basta

http://www.bastamag.net/Face-a-l-industrie-chimique-tout

 

 

 

 

Voir les commentaires