Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ciel Voilé

Premiers pas sur Flight Radar 24

21 Décembre 2013, 19:19pm

Publié par Ciel Voilé

 

Association Ciel Voilé  -  le 21 décembre 2013 - ( Mise à jour de l'article du 25/11/12)

 

La circulation aérienne vous préoccupe et vous aimeriez en savoir plus sur les avions qui passent au-dessus de chez vous ? Flight Radar vous intéressera. Site internet créé en 2007 par des suédois, vous y suivrez les avions qui traversent votre région.

 

Cliquez sur un avion ( jaune en Europe, orange aux Etats-Unis) : sa trajectoire s’affiche en couleurs : rose à 12 000 mètres, bleue à 6 000 mètres. Vous pouvez changer d’échelle (bouton + ou -) pour visualiser sa trajectoire entière s’il vient de loin. Vous constaterez aussi que le nombre d’avions indiqué en haut à gauche de l'écran, est toujours inférieur au nombre d’avions que vous compterez vous-mêmes à l’écran : invisibles ?

38-avions-copie-1.png38 avions

 

 

 

38-avions.png

 

A gauche de l’écran figurent des informations sur l’avion : numéro de vol, aéroport de départ, aéroport d’arrivée, avancement du trajet, altitude, vitesse, numéro d’immatriculation, et le squawk.

 

Code activité d’un vol

 

140214squawk

HO21KT-copie-1.png

Le « squawk » équivaut au code « activité » de l’avion. Il peut changer au cours du vol.

 

HO126DL

 

Les compagnies aériennes commerciales accomplissent des « missions militaires» ( ici code 1700-1777 : vols militaires). Les contrôleurs aériens civils et militaires travaillent en collaboration étroite et fructueuse.

 

Air France dispose d’une flotte de 242 avions, deux tiers d’Airbus, un tiers de Boeing. Air France a créé le 31 mars 2013 une filiale HOP ! riche de 102 avions (35 Canadair, 46 Embraer, 21 atr), très présente sur les aéroports secondaires français, souvent proches de bases militaires. Il y a un an, les Canadair étaient encore assez rares dans le ciel européen comparativement aux Etats-Unis. A l’écran on les remarque facilement car, à l’inverse des autres avions, ils sont représentés avec 2 « réservoirs » entre les ailes et la queue. Les vols HOP ! à mission militaire sont très réguliers : leur départ et leur destination ne sont pas indiqués.

 

Sur le site de Flight Radar, dans la rubrique FAQ figure la question suivante, traduite de l’anglais : « Pourquoi quand je suis le trajet d’un avion, tout à coup il disparait ? » La réponse de Flight Radar : « Dans la plupart des cas, la raison de cet incident est que la couverture des récepteurs suivants a été perdue. Cela peut aussi être un problème technique quelque part. » C’est vague. Pourquoi  pas la disparition intentionnelle ? 

 

G.png

 

Un exemple de prouesses techniques insoupçonnées d’un Canadair  régional entre Chicago et San Francisco ! Que les experts et les professionnels nous expliquent : nous sommes très curieux d’en savoir plus sur ces « missions » !

 

Vol en « live » et playback

 

 Si vous cliquez sur le numéro d’immatriculation de l’avion, vous découvrirez ses vols des 30 derniers jours enregistrés en playback. Mais playback et « live » ne se ressemblent guère parfois.

 

Par exemple, vous suivez à l’écran un avion : il quitte Paris, vole jusqu’à Marseille et revient vers Paris sans s’être posé ? L’aller se déroule en-dessous des couloirs commerciaux : trajet bleu plutôt que rose. L’enregistrement du vol ne retiendra que le retour Marseille-Paris, en rose. Sauf que le « cleaner informatique » coupe le retour à quelque distance de l’aéroport (puisque l’avion n’a pas atterri à Marseille) et donc le début de la trajectoire, qui devrait correspondre à une altitude de décollage, n’aura pas la bonne couleur : décollage débutant à 5 000 m en pleine campagne par exemple. Quand l’aéroport est en bord de mer, les vols «coupés » commencent en pleine mer et en altitude, bleu foncé par exemple.  

 

Vous remarquerez aussi que souvent le départ et l’arrivée de l’avion ne sont pas indiqués : secret défense, voyage privé, fret : souci de confidentialité. Mais avec de la patience, vous pouvez suivre son parcours à l’écran. Parfois le départ et l’arrivée annoncés ne correspondent pas du tout à la trajectoire sur l’écran : c’est fréquent, habituel, somme toute banal.

 

Avez-vous déjà vu un avion, loin d’un aéroport, faire une boucle et repartir d’où il vient ? La manœuvre peut s’avérer dangereuse dans un couloir aérien très fréquenté, donc impossible. Par contre en-dessous de 8 000 m, on en trouve sur le site (de moins en moins en un an) et on en observe sur le terrain. Au-dessus de la mer le demi-tour est plus discret, mais à quoi bon se cacher ? Pas de passagers à bord, ça ne gêne personne, non ?  

 

Quelles compagnies opèrent ainsi ? Ne croyez pas que seules seraient impliquées les compagnies à bas coût  : toutes les grandes compagnies aériennes européennes opèrent ainsi régulièrement. On pourrait même dire méditerranéennes pour ne pas oublier celles du Sud de la Méditerranée. Certains lieux enregistrent d’ailleurs plus que d’autres des virages à 180 °, le plus souvent deux quarts de tours successifs.Outre les compagnies aériennes européennes et méditerranéennes qui couvrent le territoire européen, d’autres viennent de plus loin encore pour le faire. Le Vénézuéla a été aussi très fréquenté.

 

Ligne droite ou zig-zag ?

 

Dans des conditions « classiques » de vol commercial, un avion rejoint sa destination en ligne droite le plus rapidement possible. S’il advenait, dans le réel, qu’une trajectoire ne soit pas « droite », l’informatique a les moyens d’éliminer cette anomalie. L’avion circule alors avec sa trajectoire devant lui !

 

Un mode opératoire très répandu aux Etats-Unis n’est pas encore apparu en Europe : le vol en zig-zag. Non seulement de petits avions y « jouent », mais des gros aussi : Boeing, Airbus, Canadair régional, la direction  change souvent tous les 20 kilomètres. Dans ce cas, l’objectif n’est à l’évidence pas le chemin le plus court et le plus rapide, mais pourrait être l’épandage le plus large ? Zigs-zags et boucles se retrouvent ensemble !

 

Découvrez l’activité « méconnue » du trafic aérien. Rappelez-vous que seuls apparaissent sur le site de Flight Radar les avions dont le transpondeur peut être « lu » par ses radars : le site ne rend compte que d’une partie du trafic aérien réel. Bonne navigation sur Flight Radar !

 

  Radar virtuel est encore mieux : découvrez pourquoi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Polo 28/06/2016 16:03

Il faudrait compléter ces observations par celle des radars primaires militaires sur une même zone, car contrairement au transpondeur ils ne nécessitent pas ma coopération de l'avion, car celui)ci est détecté qu'il le veuille ou non.