Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ciel Voilé

Michael Mann refuse de produire ses données devant un tribunal canadien

15 Juillet 2017, 11:38am

Un acte fatal en salle d'audience ruine la crosse de hockey de Michael Mann


Publié le 4 juillet 2017 Écrit par John O'Sullivan - Traduction Ciel voilé

http://principia-scientific.org/breaking-fatal-courtroom-act-ruins-michael-hockey-stick-mann/

 



Le scientifique du climat de Pennsylvanie, Michael Mann, spécialiste de la crosse de hockey, a été condamné par le tribunal dans le « procès du siècle de la science du climat ». Cet alarmiste connu défie le juge de façon choquante, et refuse de lui remettre les données pour que la Cour les examine. Seul résultat possible: l'humiliation de Mann, la défaite et une enquête criminelle probable aux États-Unis.


Le défenseur dans ce procès en diffamation, le climatologue canadien de 79 ans, le Dr Tim Ball (ci-dessus, à droite) devrait demander à ses avocats de Colombie Britannique de déclencher des sanctions judiciaires punitives obligatoires, y compris une décision selon laquelle Mann a agi avec une intention criminelle en utilisant des fonds publics pour commettre des fraudes sur des données climatiques. La défaite imminente de Mann devrait envoyer des ondes de choc dans le monde entier au sein de la communauté des scientifiques du climat car le résultat sera à la fois une revendication légale et scientifique des affirmations du président américain Donald Trump selon lesquelles l'alarmisme climatique serait une tromperie.


Comme on peut le voir sur les graphiques ci-dessous, la nouvelle version de la science de Mann fait disparaître la période de chaleur médiévale et montre une augmentation prononcée à la fin du 20e siècle (la lame de sa crosse de hockey). Mais en-dessous, le graphique de Ball, utilisant des données publiques plus fiables et largement disponibles, montre une période médiévale beaucoup plus chaude, avec des températures plus élevées qu'aujourd'hui et indique que les températures actuelles correspondent bien à une variabilité naturelle.

 

 

Michael Mann, qui a choisi de porter plainte pour diffamation, ce que beaucoup considèrent comme une poursuite judiciaire cynique à la Cour suprême de Colombie Britannique, Vancouver, il y a plusieurs années, a étonné les experts juridiques en refusant de se conformer à l'ordre du tribunal de remettre toutes les données de son graphe contesté. La crosse de hockey emblématique de Mann a été invoquée par le GIEC des Nations Unies et les gouvernements occidentaux comme preuve cruciale de la science d'un « réchauffement climatique artificiel ».


Comme l'a signalé pour la première fois dans Principia Scientific International (1er février 2017), le défenseur dans l'affaire, le climatologue canadien Dr. Tim Ball, avait obtenu des « concessions » contre Mann, mais à l'époque les détails restaient confidentiels, dans l'attente d'une réponse de Mann.


Les actions négatives et irresponsables du Dr Mann et de son avocat, Roger McConchie, devraient rendre furieux le juge et être le signal de l'effondrement du procès en diffamation de plusieurs millions de dollars intenté par Mann contre le Dr Ball. Ce sera du miel pour les soi-disant « sceptiques du climat » comme le président Donald Trump et le chef de l'EPA, Scott Pruitt.


Comme l'explique le Dr Ball:


« Michael Mann a voulu un ajournement du procès prévu le 20 février 2017. Nous avons eu peu de choix parce que les tribunaux canadiens accordent toujours des ajournements avant un procès estimant qu'un règlement extrajudiciaire est préférable. Nous avons accepté un ajournement à certaines conditions. La principale était qu'il [Mann] fournisse tous les documents, y compris les codes informatiques d'ici le 20 février 2017. Il n'a pas respecté le délai prévu. »

 


Sanction pour outrage à la cour


L'outrage à la cour, à présent prouvé, de Mann signifie que Ball a le droit de faire en sorte que le tribunal prononce contre Mann la peine la plus forte. Les sanctions contre l'outrage pourraient raisonnablement inclure que le juge déclare que la déclaration du Dr Ball selon laquelle Mann « travaille pour le gouvernement fédéral et non pour la Pennsylvanie » est une déclaration de fait précise et vraie. C'est parce que sous le principe unique au Canada : « Défense de la Vérité», il est maintenant prouvé que Mann a délibérément caché ses données, de sorte que le tribunal peut décider qu'il les a cachées parce qu'elles sont fausses. En tant que tel, le tribunal doit alors débouter Mann de sa plainte pour diffamation et payer les dépens accordés à Ball et à son équipe.


La montée et la chute spectaculaires de l'ancienne vedette de l'alarmisme du climat est une bataille judiciaire qui compte encore plus de ramifications que l'infâme Scopes Monkey Trial de 1925. En grand fracas à l'époque, Mann avait poursuivi Ball pour avoir osé publier un commentaire critique disant que Mann « travaille pour le gouvernement fédéral, et pas pour la Pennsylvanie. ». Le Dr Ball a brillamment soutenu ses révélations sur l'arnaque de réchauffement climatique mondial dans son livre étonnant,« The Deliberate Corruption of Climate Science ».


Dans ses livres, ses articles, ses émissions de radio et de télévision, Dr. Ball s'est montré déterminé dans sa guerre longue d'une génération contre ceux qui ont corrompu la science du climat à laquelle il a consacré sa vie, de façon désintéressée. Maintenant âgé de 79 ans, Ball est à la pointe de la revendication complète. Malgré les pressions exercées sur lui-même et sa famille, Tim est l'avant-garde des scientifiques qui demandent plus d'ouverture et de transparence aux chercheurs financés par le gouvernement.


Comme l'explique Ball:
 

« Nous croyons qu'il [Mann] a conservé ses données en vertu d'une décision judiciaire américaine selon laquelle elles seraient sa propriété intellectuelle. Cette décision a été prise alors que le contribuable américain a payé la recherche et que les résultats de la recherche ont servi de base à des politiques littéralement ruineuses en matière d'énergie et d'environnement. Le problème pour lui, c'est que selon la loi canadienne vous ne pouvez pas refuser de produire les documents essentiels à votre accusation de diffamation, quelle que soit la décision des États-Unis » .

 

Répercussions probables pour la politique scientifique et climatique


Une défaite amère et embarrassante pour le prétendu « prix Nobel» qui a agi comme s'il était l'incarnation de la vertu, ce résultat éclabousse non seulement Michael Mann, mais provoque une crise au sein de la communauté des sciences du climat. Des centaines de publications revues par des pairs citent le travail de Mann, qui est à présent définitivement compromis. Bien que ses riches sponsors soient prêts à nourrir son ego en tant que porte-parole attitré face aux sceptiques, la crédibilité de Mann en tant que champion de l'écologie se retrouve en lambeaux.


Mais cela s'envenime pour le procédurier professeur de Pennsylvanie. Pas loin derrière le Dr Ball se trouve le célèbre écrivain Mark Steyn. Steyn se défend également contre un autre action en diffamation de Mann - cette fois à Washington DC. Steyn affirme hardiment que Mann « a perverti les normes de la science à une échelle industrielle ». L'éminente climatologue américaine, le Dr Judith Curry, a soumis au tribunal un mémoire juridique d'Amicus Curiae démasquant Mann. Le monde peut maintenant voir que sa stratégie judiciaire, depuis six ans, pour calmer ses critiques les plus efficaces et pour apaiser le débat scientifique, a été spectaculairement renversée.


Mais à un moment où l'on dénonce les "fausses nouvelles", il semble que l'alarmisme climatique sera pris sous un nouvel angle maintenant que les États-Unis se sont officiellement retiré du Traité sur le climat de Paris. Le président Trump a été élu avec mission d'éliminer la fraude climatique, de sorte que ses partisans feront valoir ce résultat juridique comme une justification pour une purge complète. Il se moque des déclarations faites par Mann en février dernier, lorsque Hans Schreuder et John O'Sullivan de PSI ont publiquement soutenu leur collègue, le Dr Ball, et ont approuvé les révélations de son livre. Mann réagit en gémissant :


« Il est difficile de suivre ce vertigineux assaut continu contre la science ».


L'auteur du plus grand « assaut continu contre la science » est maintenant devenu clair: le Dr Mann, complètement décrédibilisé par son refus de présenter ses données comme le lui ordonne le tribunal.


Il ne fait aucun doute que, depuis la décision de la Cour suprême de Colombie Britannique, Mann a commis une fraude de données, à Washington DC, Scott Pruitt de l'EPA sentira une pression intense des sceptiques pour mener une enquête complète sur Mann, son université et tous ceux qui conspirent pour maintenir une taxe carbone de milliards de dollars sur les contribuables.


Le parfum de victoire en salle d'audience revigorant le retraité Ball, il annonce être déterminé à défendre une deuxième victoire juridique à l'automne prochain. Ensuite, il se défendra dans un procès en diffamation similaire à Vancouver, déposé contre lui par son collègue scientifique canadien, Andrew Weaver.
 

Sur ce cas Tim rapporte:


« Le deuxième procès en diffamation implique Andrew Weaver et est prévu au tribunal en octobre 2017. Nous ne sommes pas sûrs de ce qui se passera, alors que Weaver, l'auteur principal du chapitre sur les modèles informatiques de quatre rapports du GIEC (1995, 2001, 2007 et 2013 ), est devenu un homme politique. Il a participé et été élu chef du parti écologiste de Colombie Britannique et il est député du corps législatif de la province. Nous devons continuer à nous préparer au procès, mais la vision dominante dans le système judiciaire est que, si un scientifique devient homme politique, son objectivité scientifique est compromise - elle est considérée comme un parti pris pour une « cause noble ».


En tant que défenseur de la méthode scientifique durant toute sa carrière, comprenant une vérification ouverte et transparente d'une recherche gouvernementale importante, Ball fait cette promesse à ses loyaux partisans :


« Indépendamment des résultats, je prévois une campagne majeure pour révéler au monde entier comment ils ont utilisé le système judiciaire pour me faire taire parce que j'ai osé m'élever contre leurs affirmations et leurs actions. Je ne suis pas particulièrement brillant, mais je présentais deux menaces majeures : j'étais qualifié, et j'avais une aptitude à expliquer d'une manière que le public pouvait comprendre. J'ai affiné cette dernière compétence en enseignant les sciences à des étudiants en art pendant 25 ans ».


Prévoyant un dernier mot pour ses amis et collègues de Principia Scientific International (PSI), le Dr Ball a conclu :


« Il va sans dire que je n'aurais pas pu faire cela sans le soutien de personnes, comme Gregg Thomspon, qui ont apporté leur soutien financier et John O'Sullivan qui a donné de superbes conseils d'un point de vue juridique et d'expérience de la vie ».


Le Dr Ball et ses collègues de l'ISP sont parmi ceux qui demandent maintenant aux gouvernements d'accorder un financement adéquat aux scientifiques et aux experts de l'équipe bleue compétents pour examiner de manière critique les affirmations faites par de soi-disant experts gouvernementaux qui influent sur les politiques publiques. Dans le résultat final, ces « défenseurs du diable » de la science (ou « sceptiques ») constituent la meilleure défense contre le gaspillage et la corruption.


À cette fin, l'astronome et entrepreneur australien Gregg Thompson a joué un rôle crucial en finançant la création de l'ISP en tant qu'institution de charité britannique, enregistrée et consacrée à l'intérêt général. PSI a besoin de davantage de dons des citoyens ordinaires pour aider et renforcer la création de plus d'initiatives « équipe bleue / équipe rouge" destinées à surveiller les sciences gouvernementales et préparées à exposer courageusement la négligence et le mauvais usage intentionnel des deniers publics.

En savoir plus sur Tim Ball sur son site web: drtimball.com.

 

 

Commenter cet article