Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

5G : écrivez à votre maire

10 Mai 2020, 22:08pm

5G : écrivez à votre maire

Voici un modèle de lettre à compléter et à envoyer à votre maire pour l'alerter des dangers de la 5G.

Dans ce fichier enlevez les mots en rouge, remplacez-les par ce qu'il convient et envoyez la lettre à votre maire en RAR. Soyons nombreux à le faire.

Prénom Nom

Adresse

Email

Téléphone

Monsieur / Madame

Prénom Nom

Maire de

Adresse

 

Date

 

 

Objet : Appel à propos de la situation présente et à venir

Cher/Chère Monsieur/Madame le Maire,

 

« Nous sommes en guerre » a proclamé, d’un ton martial et à six reprises, Monsieur Emmanuel Macron le 16 mars 2020 dans son allocution aux Français. Le 28 avril 2020, Monsieur Édouard Philippe a parlé de « protéger, tester, isoler » et d’obligation, de réquisition, de déploiement, d’appel au civisme (sous autorité de l’Etat), de phase I, II, etc., ce qui ressemble en effet à une stratégie de guerre.

 

Et vous, Monsieur/Madame Le Maire, vous êtes en première ligne car, oui, c’est bien le service public qui assume la mise en place des directives provenant du gouvernement, lequel compte bien continuer de s’appuyer sur vous dans les semaines et les mois à venir. Dans le même temps, et paradoxalement, le Conseil d’Etat ne cherche-t-il pas à limiter, si ce n’est à anéantir vos capacités d’action1 ? L’industrie aurait-elle plus de pouvoirs que vous ?

 

Cependant, vos décisions et actions sont et seront primordiales pour la protection et la liberté de vos administrés. Quel avenir souhaitons-nous ? Un avenir fait d’ordres, de contraintes, de menaces, de brigades spécialisées, de surveillance extrême, de censure, d’intimidation, de peur, de méfiance, du mépris du libre choix thérapeutique, etc., initié par des lobbies ayant infiltré les sphères économique, scientifique et politique de notre pays ; un état policier dont les intérêts ne sont en rien comparables à ceux de la majorité des citoyens de votre commune ? Ou bien un avenir basé sur les valeurs de la République, à savoir la liberté si chère à la France par le respect des droits de l’homme et du citoyen, l’égalité afin qu’il n’y ait ni imposition, ni discrimination de traitement et la fraternité par l’entraide, le partage, la reconnaissance, l’échange des biens et des services ?

 

Les médias officiels n’ont de cesse de nous parler de la vie du « monde d’après » ou du fait que « la vie et la mort se réinventent sur Internet »2. Pensez-vous que le numérique, le virtuel, les drones, les objets connectés, l’artificialisation de la terre et de la vie humaine pourraient remplacer la relation à autrui et à la nature ?

 

Alors, serait-ce pour créer ce « monde d’après » ou « réinventer la vie et la mort » que la récente loi d’urgence sanitaire et les nombreux arrêtés qui ont suivi favorisent et accélèrent l’implantation ou la modification des installations de communications électroniques ? Les opérateurs de téléphonie mobile ont, en effet, été autorisés à déroger aux règles élémentaires de la sécurité sanitaire et environnementale et ce, dès le début de la période de confinement et de « distanciation ». D’innombrables actions et pétitions d’opposition ont eu lieu, eu égard aux effets délétères causés par la modification artificielle des champs électromagnétiques sur la santé humaine et sur l’environnement, notamment sur la biodiversité ; cette opposition massive, unanime, globale pourrait-on dire, puisque provenant de scientifiques de plus de 40 pays et réunissant des citoyens du monde entier, a été balayée et ignorée.

 

Or, les preuves de la dangerosité des champs électromagnétiques sont déjà accablantes à ce jour. Le Syndrome d’hyper électro-sensibilité toucherait 8% de la population et ce chiffre ne cesse d’augmenter. La vie de ces personnes est un véritable cauchemar : difficultés respiratoires, troubles du rythme cardiaque, troubles cognitifs, troubles du comportement, pertes de mémoire, hypoxie cérébrale, maux de tête, vertiges, acouphènes, insomnies, dépression, fatigue chronique, etc. La grande majorité d’entre elles a dû quitter son travail, déménager plusieurs fois à cause du déploiement des infrastructures et n’a pas de prise en charge sanitaire pour le handicap consécutif à cette pollution électromagnétique ; les « EHS » vivent pour certains dans des caravanes, dorment dans leur cave ou en forêt, ne peuvent plus se déplacer ni même aller voir leurs proches.

 

Monsieur Macron, dans un courrier qui lui a été adressé le 3 avril, ainsi que le Secrétaire d’Etat chargé du numérique, Monsieur Cédric O, dans un courrier du 6 avril, ont été sollicités par nombre d’associations de France venant en aide aux personnes développant les symptômes de l’électro-sensibilité afin que soient prises des mesures encourageant la réduction de la pollution électromagnétique et le maintien des zones blanches. En dépit de cela, un déploiement précipité d’antennes 5G et compatibles 5G, de petites cellules 4G – LTE, de mobiliers urbains, etc., s’effectue en ce moment dans nombre de communes, sans l’accord de l’ANSES ni du vôtre.

 

Connaissez-vous en réalité la technologie 5G ? Savez-vous qu’elle n’est pas la continuité des 3 et 4G déjà néfastes pour la santé ? C’est une technologie de rupture et non la suite de la 2G, 3G et 4G comme énoncé dans les slogans marketing des opérateurs, et elle utilise des ondes d’une toute autre nature ou plutôt devrions-nous dire de « contre-nature ». Savez-vous que cette « nouvelle » technologie a plus de 70 ans d’âge et qu’elle est étudiée, contrôlée et utilisée dans le domaine militaire depuis les années 60 ? De très nombreuses études scientifiques émanant d’experts reconnus n’ont cessé de le prouver depuis.

 

Que diriez-vous d’examiner des études scientifiques indépendantes, réalisées par des personnes aux compétences reconnues avant d’accepter la mise en opération de pareilles infrastructures ? 3

De nombreux agriculteurs ont vu leurs animaux tomber subitement malades lorsque des antennes ont été implantées à proximité de leurs exploitations, voire leurs troupeaux décimés, sans parler d'une diminution de la fécondité masculine et féminine ainsi que de la recrudescence de fausses couches : « Nous n'avons pas rencontré de jeune femme exposée au rayonnement d'antennes-relais, ayant eu une grossesse normale avec la naissance d'un enfant indemne. » Dr Eliane Spitery4

 

Monsieur/Madame le Maire, vous pouvez compter sur nous pour vous appuyer dans vos choix et actions éclairés. Nous souhaitons pouvoir avoir confiance en votre détermination à protéger la population et à prendre vos responsabilités.

 

Je vous remercie personnellement de l’attention scrupuleuse que vous voudrez bien accorder à cet appel, et également de bien vouloir revenir vers moi pour que nous puissions en discuter. Veuillez agréer, Monsieur/Madame le Maire, l’expression de ma reconnaissance.

 

A ______________________, le_______________________ 2020

 

1 En application de la loi d’urgence n° 2020-290 du 23 mars 2020 pour faire face à l’épidémie de Covid-19, vingt-cinq ordonnances ont été prises par le Conseil des ministres. La 6ème ordonnance, n° 2020-320 du 25 mars 2020, a été confirmée au JORF n°0074 du 26 mars 2020 texte n° 45.

Selon cette ordonnance, « quatre procédures administratives préalables en vue de l’implantation ou de la modification d’une installation de communications électroniques sont ainsi aménagées : la suspension de l’obligation de transmission d’un dossier d’information au maire ou au président d’intercommunalité en vue de l’exploitation ou de la modification d’une installation radioélectrique ; la possibilité pour l’exploitant d’une station radioélectrique de prendre une décision d’implantation sans accord préalable de l’Agence nationale des fréquences ; la réduction du délai d’instruction des demandes de permissions de voirie ; et la dispense d’autorisation d’urbanisme pour les constructions, installations et aménagements nécessaires à la continuité des réseaux et services de communications électroniques ayant un caractère temporaire. »

 

2 (France Inter, 13 h le 28 avril 2020)

Commenter cet article