Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Ciel Voilé

Vers un climat artificiel - extrait sous-titré en anglais

22 Août 2017, 09:33am

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

La géo-ingénierie rebaptisée « recherche météorologique »

16 Août 2017, 09:37am

Publié par Ciel Voilé

 

La plus grande surprise est l'augmentation de la recherche atmosphérique et océanique, bien au-dessus des propositions de la Chambre et du Sénat de l'année dernière. La NOAA recevra maintenant plus de 500 millions de dollars pour la recherche. La recherche sur l'air et sa chimie augmente de 10,3 %, passant à 114 millions de dollars. Cela dépasse l'autorisation de financement incluse dans la loi récemment adoptée sur la recherche météorologique et l'innovation prévisionnelle (HR353)

 

La première mise à jour exhaustive de la politique météorologique depuis 1992 devient une loi


21 avril 2017 - Mike Henry - Institut américain de physique - Traduction Ciel voilé

Https://www.aip.org/fyi/2017/first-comprehensive-weather-policy-update-1992-nowlaw



La NOAA (Administration Nationale de l'Océan et de l'Atmosphère) a reçu de nouvelles directives du Congrès pour ses programmes de recherche, de prévision et d'observation météorologiques, y compris des autorisations pour un nouveau programme de prévision saisonnière, une plus grande focalisation sur le lien entre recherche et mise en oeuvre et une meilleure coordination entre les entreprises météorologiques américaines.


Le 18 avril, le président Trump a signé la Loi sur l'étude météorologique et la prévision de l'innovation, concrétisant une volonté législative bipartite et bicamérale qui a débuté en 2013 au Comité des sciences de la Chambre. Initialement destinée à rétablir le leadership des États-Unis dans le domaine des prévisions météorologiques et à donner la priorité à la recherche qui les améliore, cette initiative s'est élargie et a pris de l'ampleur au fil du temps tout en restant largement enracinée dans ces objectifs.

À la suite de va-et-vient entre la Chambre des députés et le Sénat, l'automne dernier et cet hiver, le Congrès a finalement résolu les retenues restantes et les questions en suspens et a adopté le projet de loi le 4 avril, près de quatre ans après les premières audiences sur la législation. Il est largement considéré comme la première autorisation climatique complète depuis la loi d'autorisation de la NOAA en 1992. Dans un communiqué publié suite à la signature du président, Lamar Smith (R-TX), président du Comité des sciences de la Maison, a qualifié la promulgation du projet de loi « d'une avance majeure pour transformer l'activité météorologique publique-privée de notre pays » .


Les quatre premiers titres de la loi autorisent une combinaison de programmes de recherche, de prévision, d'observation, de communication et de coordination météorologiques déjà existants à la NOAA et au sein de l'activité météorologique américaine, tandis que le cinquième titre intègre l'alerte aux tsunamis de la députée Suzanne Bonamici (D-OR), l'éducation et la recherche, axée sur la coordination, l'atténuation et la recherche d'alerte aux tsunamis.


Le deuxième titre, rédigé par le sénateur John Thune (R-SD), établit un programme national de service météorologique pour la fourniture de prévisions saisonnières à deux semaines et jusqu'à deux ans, au-delà du calendrier actuel des prévisions météorologiques. La loi autorise également une « initiative conjointe de transfert de technologie » de 20 millions de dollars entre des entreprises de prévision météorologique et la recherche de la NOAA, et codifie formellement un programme commercial de données météorologiques pour la NOAA qui expérimente l'incorporation de données météorologiques satellitaires privées dans le système de prévision météorologique nationale.


Mettre l'accent sur la sauvegarde des vies et des biens, la restauration du leadership américain


La section d'ouverture de la loi oblige la NOAA à «prioriser» la recherche qui améliore les données météorologiques, la modélisation, l'informatique, les prévisions et les avertissements pour la protection de la vie et des biens et pour l'amélioration de l'économie nationale. »Le promoteur principal Frank Lucas ( R-OK) a souvent exprimé sa consternation devant le fait que les États-Unis - et le système mondial de prévision de la NOAA en particulier - ne seraient plus considérés par certains experts comme le meilleur système de prévision météorologique au monde, qualifiant cela d' «inacceptable».

 


Dans un communiqué suivant la promulgation de la loi, il a encore souligné ces points:


« Cette législation comporte des efforts multiples pour protéger les vies et les biens contre les intempéries, car les Américains ne méritent rien de moins que les prévisions météorologiques les plus précises et les plus récentes. En encourageant de nouvelles technologies à l'extérieur et à l'intérieur de la NOAA, nous pouvons remettre notre pays sur la bonne voie pour devenir un leader mondial des prévisions météorologiques. »


Jim Bridenstine, député républicain d'Oklahoma, qui a parrainé la première version de la loi météorologique en 2013, a fait l'éloge de la loi en disant qu'elle « nous rapproche du jour où nous n'aurons plus aucun mort par tornade ou par événements météorologiques violents».

 

Lucas et Bridenstine ont rédigé une partie du projet de loi qui établit un nouveau programme d'amélioration et d'extension de l'alerte aux tornades à l'institut de recherche de la NOAA dans le but d'élaborer et d'étendre des prévisions, « précises, efficaces et à temps, y compris la prédiction des tornades au-delà d'une heure à l'avance. »  L'Oklahoma, qui a été frappé par une série de tornades mortelles en 2013, est particulièrement vulnérable aux intempéries, abrite le National Weather Center et le Laboratoire national des tempêtes sévères de la NOAA, tous deux installés à l'Université d'Oklahoma.


Bridenstine a également lancé le développement de la section étendue du projet de loi sur les données météorologiques commerciales, ce qui nécessite que la NOAA pilote des données privées intégrées dans les modèles météorologiques et les prévisions météorologiques du Service météorologique national. Bien que l'intégration de données météorologiques commerciales ait été un nouveau concept pour la NOAA lorsque Bridenstine a proposé l'idée pour la première fois, l'agence a depuis pris des mesures importantes dans cette direction, y compris la publication d'une politique commerciale et le lancement d'un projet commercial de données météorologiques, en 2016. Grâce à l'orientation du Congrès dans le droit des crédits récents, Bridenstine a poussé avec succès la NOAA et l'US Air Force à commencer à financer des projets commerciaux pilotes de données météorologiques.


Le meneur principal du Sénat, John Thune (R-SD), qui a rédigé le titre de prévision saisonnier de la loi, ainsi que des sections sur les communications prévisionnelles et d'avertissement et le soutien aux décisions, a souligné la valeur économique de la prévision environnementale à longue distance à l'industrie et à d'autres décisions, Dans sa déclaration sur la promulgation:


Les résultats de cette loi permettront de mieux prévenir les événements météorologiques extrêmes et les changements apportés aux prévisions à long terme qui donnent aux agriculteurs une meilleure information sur quoi et quand planter et aux services de transport locaux plus de temps pour préparer des hivers exceptionnellement difficiles.


Alors que les membres républicains du Comité scientifique ont écrit les premières versions du projet de loi de la Chambre, ces versions ont entraîné une reprise des démocrates et les promoteurs du projet ont rapidement mis l'accent sur la recherche d'une coopération bipartite et d'une co-rédaction. Le projet de loi final était entièrement bipartite et a été adopté avec un large soutien au Sénat et à la Chambre.
 

Dans un communiqué à la Chambre, juste avant le passage final du projet de loi, Eddie Bernice Johnson (D-TX), membre du Comité des sciences de la Maison, l'a considéré comme un exemple de la façon dont le Congrès peut aborder des problèmes tels que « le climat et la météo [qui] fondamentalement, ne sont pas des préoccupations partisanes » , mais qui « affectent tous nos électeurs, indépendamment de leur appartenance à un parti ».

 

La députée démocrate principale, Suzanne Bonamici (D-OR), qui a été membre du Sous-comité de l'environnement depuis 2013, a souligné dans son élocution comment la loi améliorera les communications et la coordination pour la prévision météorologique:

« Même les meilleures prévisions ne répondent pas aux besoins du public, à moins qu'il n'existe des systèmes de communication efficaces. [Ce projet de loi] ordonne à la NOAA de faire plus de recherches, d'écouter des experts et d'améliorer ses techniques de communication des risques.

Elle a également souligné comment la législation vise à renforcer la coordination inter-institutions sur les phénomènes météorologiques par le biais d'un nouveau comité dirigé par l'office de la politique de la science et de la technologie de la Maison Blanche et d'une recherche et d'alertes aux tsunamis, dont elle est l'auteur. La loi, a-t-elle dit, aidera le Pacifique Nord-Ouest à comprendre et se préparer à un événement sismique potentiellement catastrophique le long de la zone de subduction de Cascadia au large des côtes de Washington et de l'Oregon.


La communauté météorologique engagée dans la loi à divers degrés

La NOAA n'a pas pris de position formelle sur la loi météorologique. L'ancien administrateur de la NOAA, Katherine Sullivan, et d'autres dirigeants dans les secteurs météorologiques privés et universitaires ont témoigné devant le Congrès que la recherche météorologique est déterminante, bien que Sullivan ait prévenu qu'elle ne devrait pas être privilégiée à la NOAA au détriment de la recherche sur le climat, en disant que la modélisation météorologique et climatique sont des domaines de plus en plus interconnectés. Les améliorations apportées aux prévisions météorologiques, selon elle et d'autres témoins, dépendent de plus en plus d'une meilleure compréhension du climat. Sullivan a également partagé ses inquiétudes sur l'engouement pour les données météorologiques commerciales, affirmant que les données météorologiques devraient plutôt rester un bien public disponible gratuitement pour tous.

La Société météorologique américaine (AMS), une société membre de l'AIP, est restée loin du public, bien que la société ait travaillé avec le personnel du Congrès pour améliorer le projet de loi. Un thème clé récurrent parmi les témoignages devant la Chambre et le Sénat au fil des ans a été la valeur de l'entreprise météorologique américaine, que représente l'AMS, composée de trois secteurs: universitaire, privé et public. Les auteurs du projet de loi ont répondu au message selon lequel l'entreprise météorologique américaine pourrait bénéficier d'une coordination et d'une communication améliorées dans tous les secteurs. Le congrès a incorporé des termes dans presque toutes les grandes sections destinés à assurer que les contributions des secteurs académiques et privés seront pris en compte autant que ceux de la NOAA.

Un leader du secteur privé qui a témoigné plusieurs fois devant le congrès sur le projet de loi, le PDG d'AccuWeather, Barry Myers, a noté que la loi regroupe pour la première fois la NOAA avec le milieu de la recherche et l'industrie météorologique, la qualifiant de « une loi monumentale ».

Antonio Busalacchi, président de la Corporation universitaire pour la recherche atmosphérique, également actif dans le développement du projet de loi, l'a qualifié de «législation historique» et a déclaré « souligne la valeur durable de la recherche scientifique dans notre pays».


Principales dispositions

Les principales dispositions de la Loi sur la recherche météorologique et l'innovation prévisionnelle sont les suivantes:
Titre I: Amélioration de la recherche et de la prévision météorologique aux États-Unis
Titre II: Innovation dans les prévisions saisonnières et plus courtes
Titre III: Innovation des données satelittaires météorologiques
Titre IV: Coordination météorologique fédérale
Titre V: Loi sur l'alerte aux tsunamis, l'éducation et la recherche, de 2017

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

La Hague : le 15 août 2017 : gestion du rayonnement solaire

15 Août 2017, 17:53pm

Publié par Ciel Voilé

A 8h30 du matin
A 8h30 du matin
A 8h30 du matin

A 8h30 du matin

Voir les commentaires

Manipuler le climat : pourquoi ?

9 Août 2017, 06:34am

Voir les commentaires

Ciel du Perche, Normandie, août 2017

8 Août 2017, 08:45am

Merci pour le partage

Le 7 août à l'aube

Le 7 août à l'aube

Voir les commentaires

Confirmation : le carburant d'avion Jet-A1 est léthal

6 Août 2017, 13:38pm

Publié par Ciel Voilé

Rosario Marciano – Tanker Enemy – le 27 juillet 2017 - Traduction : Ciel voilé

 

http://www.tankerenemy.com/2017/07/e-confermato-il-carburante-jet-a1-e.html

 

En avril 2016, nous avons obtenu quelques échantillons de carburant d'aviation à usage civil (Jet-A1). Nous avons donc décidé de contacter deux laboratoires certifiés à l'étranger afin de les faire analyser. Après plus d'un an, nous pouvons divulguer les résultats de l'analyse menée par le laboratoire français Analytika, dirigé par le Dr. Bernard Tailliez.

 

 

 

Le rapport confirme toutes les informations que nous avons publiées ces dernières années. Les résultats correspondent à ceux des études menées par la scientifique suisse, Ulrike Lohmann, en toute transparence. En outre, le Dr Tailliez a analysé des filaments de rechute déjà étudiés en 2012 et 2013. De plus, des échantillons d'air prélevés dans le poste de pilotage des avions commerciaux ont été analysés, et ces analyses confirment la présence de contaminants neurotoxiques déjà connus: l'aluminium, le baryum , le strontium, etc. Les documents en format PDF et brève introduction peuvent être consultés ici.


Nous remercions notre ami et collaborateur Jacques pour sa précieuse et irremplaçable contribution. Nous exprimons notre reconnaissance au Dr Tailliez pour sa ténacité et ses efforts louables pour protéger la santé de tous.

 


- Rapport 160503 du centre Analytika: constituants inorganiques des filaments aéroportés
- Rapport 160413 du centre Analytika: constituants inorganiques du carburant d'aviation Jet fuel A-1
- Syndrome aérotoxique - Aviation commerciale: nombreux contaminants chimiques organiques toxiques dans l'air des cabines et cockpits



 

Effets biologiques et sanitaires de l'exposition aux carburants à base de kérosène et aux additifs de performance.


Ritchie G1, Still K, Rossi J 3ème, Bekkedal M, Bobb A, Arfsten D.

 

J Toxicol Environ Health B Crit Rev. 2003 Jul-Aug; 6 (4): 357-451.
 

Résumé

Plus de 2 millions de personnel militaire et civil par an (plus d'un million aux États-Unis) sont exposés dans leur travail, respectivement, au carburant propulseur-8 (JP-8), JP-8 +100 ou JP-5, ou aux équivalents de l'aviation civile le Jet A ou le Jet A-1. Environ 227 milliards de litres de ces carburants à base de kérosène sont consommés annuellement dans le monde entier ( 98 milliards de litres aux États-Unis), y compris plus de 19 milliards de litres de JP-8 par les militaires des États-Unis et d'autres pays de l'OTAN. Par exemple, le JP-8, représente la plus importante exposition chimique aux États-Unis (10 milliards de litres en 2000), tandis que Jet A et A-1 sont parmi les sources les plus communes d'exposition chimique professionnelle non militaire. Bien que des chiffres plus récents ne soient pas disponibles, en 1990, environ 15 milliards de litres de kérosène ont été consommés aux États-Unis (IARC, 1992). Ces expositions peuvent se produire à plusieurs reprises au combustible brut, à la phase vapeur, à la phase aérosol ou à l'échappement de la combustion du carburant par absorption cutanée, inhalation pulmonaire ou ingestion orale. En outre, le public peut être exposé de manière répétée à des niveaux inférieurs de vapeur / aérosol de carburéacteur ou aux produits de combustion du carburant, par pollution atmosphérique ou à des composants de combustibles bruts par contact avec des eaux souterraines ou des sols contaminés. Les combustibles hydrocarbonés à base de kérosène sont des mélanges complexes comprenant jusqu'à plus de 260 composés hydrocarbonés
aliphatiques* et aromatiques (C (6) -C (17+), éventuellement 2000 formes isomères, y compris des concentrations variables de substances toxiques potentielles telles que le benzène, le n-hexane, le toluène, les xylènes, le triméthylpentane, le méthoxyéthanol, les naphtalènes (y compris les hydrocarbures aromatiques polycycliques [HAP] et certaines autres fractions C (9) -C (12) (c'est-à-dire les isomères de n-propylbenzène et de triméthylbenzène). Bien que les expositions aux hydrocarbures se produisent typiquement à des concentrations inférieures aux limites actuelles d'exposition admissibles (PEL) pour le carburant principal ou ses produits chimiques constitutifs, on ne sait pas si des interactions additives ou synergiques entre les constituants hydrocarbonés, jusqu'à six additifs de performance et d'autres facteurs d'exposition environnementale peuvent entraîner une toxicité imprévisible. Peu de preuves épidémiologiques de mort induite par du carburant, le cancer ou d'autres maladies organiques graves parmi les travailleurs exposés au carburant, mais un grand nombre de plaintes de santé individuelles dans cette cohorte semblent justifier l'étude des conséquences subtiles sur la santé. Un certain nombre d'études récemment publiées ont signalé des effets biologiques ou de santé aigus ou persistants provenant d'une exposition aiguë, subchronique* ou chronique des carburants hydrocarbonés à base de kérosène, aux produits chimiques constitutifs des carburants ou à des produits de combustion de carburants. Le présent artile fournit un résumé approfondi des analyses des effets biologiques ou sanitaires résultant de l'exposition au JP-8, JP-8 +100, JP-5, Jet A, Jet A-1 ou au kérosène, sur l'être humain, l'animal ou in-vitro.

* Une e
xposition subchronique est une exposition de durée intermédiaire entre une exposition aiguë et une exposition chronique (se rapporte à une période de vie comprise entre quelques jours et quelques années).

* En chimie organique, une molécule est dite aliphatique lorsque sa(ses) chaîne(s) carbonée(s) est(sont) acyclique(s).

Voir les commentaires

La géo-ingénierie est déjà en cours, confirme un ancien premier ministre canadien

4 Août 2017, 17:24pm

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

EXCLUSIF: Une étude constate que les ajustements de température comptent pour «presque tout le réchauffement» en données climatiques

27 Juillet 2017, 08:53am

EXCLUSIF: Une étude constate que les ajustements de température comptent pour «presque tout le réchauffement» en données climatiques

 

http://dailycaller.com/2017/07/05/exclusive-study-finds-temperature-adjustments-account-for-nearly-all-of-the-warming-in-climate-data/

 

Michael Bastach – Le 5 juillet 2017 - Traduction Ciel voilé

 

 Une nouvelle étude a révélé que les ajustements apportés aux lectures globales de la température de surface par les scientifiques au cours des dernières années « sont totalement incompatibles avec les données de température publiées et crédibles des États-Unis et d'ailleurs».


« Donc, il est impossible de conclure à partir des trois ensembles de données [température de surface moyenne mondiale globale (GAST)] publiées que les années récentes ont été les plus chaudes jamais enregistrées - malgré les déclarations courantes de réchauffement », selon une étude publiée le 27 juin par deux scientifiques et un statisticien chevronné.


L'étude revue par des pairs a essayé de valider les ensembles de données de température de surface gérés par la NASA, la NOAA et le Met Office du Royaume-Uni, qui font tous des ajustements aux lectures brutes du thermomètre. Les sceptiques du réchauffement climatique d'origine anthropique ont critiqué ces ajustements.


Les scientifiques du climat appliquent souvent des ajustements aux températures de surface relevées pour tenir compte des «biais» dans les données. La nouvelle étude ne remet pas en question les ajustements eux-mêmes, mais remarque que les ajustements ont augmenté la tendance au réchauffement dans l'enregistrement de la température publié au cours des années.

Fondamentalement, «la courbe cyclique des données enregistrées les plus anciennes a été ajustée par rapport aux lectures de température des stations météorologiques, des bouées, des navires et d'autres sources.

Les dernières versions publiées de température de surface donnent des températures passées plutôt fraîches et des températures actuelles plus chaudes, augmentant la tendance au réchauffement, selon les auteurs de l'étude. Au fil du temps, les versions plus récentes de l'évolution de la température montrent plus de réchauffement que celles du passé.


« Presque tout le réchauffement qu'ils montrent vient des ajustements », a déclaré le météorologue Joe D'Aleo, un co-auteur de l'étude, à la fondation du Daily Caller News lors d'une entrevue. « Chaque jeu de données a poussé le réchauffement des années 1940 et a poussé le réchauffement actuel."


« Vous pensez qu'en effectuant des ajustements, parfois cela se réchauffe et parfois cela se refroidit. Cela n'est presque jamais arrivé », a déclaré M. D'Aleo, co-auteur de l'étude avec le statisticien James Wallace et le scientifique climatique Craig Idso, de l'Institut Cato.


Leur étude a révélé que les mesures « ont presque toujours montré une tendance linéaire réchauffante plus raide durant toute son histoire », ce qui a été « presque toujours accompli en supprimant systématiquement le modèle de température cyclique précédemment existant ».


« Les conclusions de cette recherche sont que les trois ensembles de données [température de la surface moyenne mondiale] ne constituent pas une représentation valide de la réalité », a déclaré l'étude. « En fait, l'ampleur de leurs ajustements des données historiques, supprimant les températures cycliques, est totalement incompatible avec les données américaines crédibles et publiées et d'autres données de température ».


De ces résultats, les auteurs de l'étude affirment que la science qui sous-tend l'autorité de l'Environmental Protection Agency (EPA) pour réglementer les gaz à effet de serre «est invalidée».


La nouvelle étude sera incluse dans les pétitions de groupes conservateurs à l'EPA pour reconsidérer la constatation du risque en 2009, qui a fourni à l'agence son autorité légale pour réglementer le dioxyde de carbone et d'autres gaz à effet de serre.


Sam Kazman, un avocat de l'institut de la concurrence (CEI), a déclaré que l'étude a apporté une

« nouvelle preuve importante dans ce débat » sur la possibilité de rouvrir la recherche de mise en danger. CEI a demandé à l'EPA de rouvrir la recherche de mise en danger en février.
« Je pense que cela apporte un nouvel élément très fort », a déclaré Kazman au Daily Caller. « C'est une raison suffisante pour agir officiellement et entamer un débat public sur les accusations que nous soutenons. »


Comme le président Donald Trump a ordonné à Scott Pruitt, administrateur de l'EPA, d'examiner le Clean Power Plan, on a supposé que l'administration rouvrirait la recherche de mise en danger pour un nouvel examen.


Le document de l'ère d'Obama a utilisé trois éléments de preuve pour décider que « les émissions des véhicules mettaient en danger la santé publique et le bien-être public des générations actuelles et futures ».


D'Aleo et Wallace ont déposé une requête auprès de l'EPA au nom de leur groupe, le Conseil des consommateurs concernés de l'énergie (CHECC). Ils ont compté sur leurs recherches antérieures, qui ont trouvé que l'un des axes directeurs de l'EPA « n'existe tout simplement pas dans le monde réel ».


Leur étude de 2016 « n'a pas permis de constater que les concentrations de CO2 atmosphériques en constante augmentation aient eu un impact statistiquement significatif sur l'une des 13 données chronologiques importantes analysées ».


« En somme, les trois éléments de preuve invoqués par l'EPA pour attribuer le réchauffement aux émissions de GES humaines sont invalides », lit la requête de CHCC. « Le prétexte d'un risque devient donc invalide et devrait être reconsidéré."


Pruitt est resté silencieux sur la question de savoir s'il ouvrirait ou non la recherche de mise en danger, mais ce responsable a déclaré diriger une équipe d'urgence pour s'attaquer aux sciences du climat.
 

Le secrétaire à l'énergie, Rick Perry, a aussi déclaré être en faveur d'exercices en équipe de pro contre anti, lesquels sont utilisés par les militaires et les services secrets pour tester les vulnérabilités de systèmes ou de stratégies.
 

Les militants écologistes et les scientifiques du climat, en majorité, dénoncent l'idée, certains d'entr'eux au prétexte qu'il serait « dangereux » de mettre en avant les opinions scientifiques d'une minorité.
 

« De tels appels à des équipes d'enquêteurs ne font pas partie d'un débat scientifique honnête », ont écrit les climatologues Ben Santer et Kerry Emanuel et l'historienne militante Naomi Oreske.

«  Ce sont des atteintes dangereuses pour faire connaître l'opinion d'une minorité et pour couper cours à toute la légitimité, l'objectivité et la transparence de la science du climat déjà existante. », ont-ils écrit dans un récent article du Washington Post.

« Franchement, je pense que vous pourriez mener un tel type d'exercice pour vérifier l'affirmation de « dangerosité » » , a déclaré Kazman.

Pour autant, Kazman a averti que ce type d'exercice pourrait être une arme à double tranchant s'il n'était pas fait correctement. Il s'inquiète du fait que des scientifiques ne soutenant pas l'idée puissent saper le processus du dedans et fournir au public une information biaisée.


 


 

Voir les commentaires

Qui est responsable de 71% des émissions de gaz à effet de serre depuis 1988 ?

23 Juillet 2017, 21:02pm

Voir les commentaires

Qui finance les alarmistes du climat ?

16 Juillet 2017, 21:19pm

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>