Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Ciel Voilé

Diminution de la population de l'UE de moins 36% de 2014 à 2025 selon Deagel !

30 Juin 2015, 18:17pm

Publié par Ciel Voilé

Diminution de la population de l'UE de moins 36% de 2014 à 2025 selon Deagel !

http://www.deagel.com/country/forecast.aspx

Le site Deagel est au top des informations sur l'armement dans le monde entier. Ses sources d'information seraient "officielles" en majeure partie : l'ONU, la Banque Mondiale, le FMI, l'UE, le gouvernement américain, la CIA, etc. Celui qui tient ce site prétend qu'il s'agit d'un passe-temps. Vue la masse de données collectées, précises et d'actualité, on a du mal à le croire. Les prévisions d'évolution de la population présentées là sont tout à fait choquantes. Pourtant elles n'incluent ni pandémie ni guerre atomique !

Concernant, la population de l'UE : elle passerait de 511 403 327 personnes en 2014 à 326 498 653 en 2025, soit près de 185 millions d'habitants en moins ! Certes les personnes âgées sont très nombreuses mais cela n'explique pas tout. Les royautés seraient particulièrement touchées, ainsi que la Grèce et l'Irlande ( - 69 % ). Trois pays n'ont pas de prévisions pour 2025 : la Corée du Nord, Gibraltar, le Groenland.

William Pace Head dans son livre "Night Hunters" mentionne le site Deagel de nombreuses fois en notes.

De France, comme des Etats-Unis, le site a déjà été inaccessible : " Votre adresse IP n'est pas autorisée sur ce site " !

Que de telles informations soient sources de réflexion et d'interrogation. Nous présentons ci-dessous la mise au point de Deagel du 26 octobre 2014, en réponse à des réactions de lecteurs choqués. Le tableau des prévisions européennes figure en fin d'article.

Ciel voilé

Précisions de Deagel publiées le 26 octobre 2014

Traduction Ciel voilé

"Il y a eu beaucoup de questions sur les prévisions par pays spécialement pour les États-Unis d'Amérique. Nous n'y répondrons pas en détail, mais vous trouverez ci-dessous quelques explications, pensées et réflexions. Nous serons aussi concis que possible.

La majorité des données économiques et démographiques utilisées pour le calcul des prévisions est largement disponible auprès d'institutions telles que la CIA, le FMI, l'ONU, le gouvernement des Etats-Unis, etc. Vous pouvez voir les données les plus pertinentes sur la page de chacun des pays. Une petite partie des données provient de diverses sources anonymes tels les gourous de l'Internet, des rapports non signés et d'autres. Mais toutes ces sources sont sur Internet dans le domaine public pour au moins une minorité.

Par exemple, il y a plusieurs années Dagong, l'agence de notation chinoise, a publié un rapport analysant l'économie physique des États-Unis comparée à celles de la Chine,de l'Allemagne et du Japon. La conclusion était que le PIB américain s'élevait à 5 à 10 000 milliards US $ au lieu des 15 000 milliards US $ officiellement annoncés par le gouvernement américain.

Nous faisons l'hypothèse que les données officielles, en particulier économiques, publiées par les gouvernements sont fausses, dépassées ou déformées dans une certaine mesure. Historiquement, il est bien connu que l'ancienne Union soviétique présentait de fausses statistiques avant son effondrement. Les pays de l'Ouest ainsi que d'autres pays aujourd'hui font tout pour cacher le véritable état des choses. Nous sommes sûrs que beaucoup de gens peuvent trouver des statistiques gouvernementales dans leur propre pays qui, selon leur propre expérience personnelle, sont difficiles à croire ou sont si optimistes qu'elles pourraient concerner un pays différent.

Malgré les données numériques quantitatives, il existe un modèle qualitatif qui n'a pas de traduction directe en données numériques. La souche 2014 du virus Ebola provoque la mort dans 50 à 60 % des cas, mais essayez d'imaginer ce qui se passerait s'il y avait une pandémie du virus Ebola avec des centaines de milliers ou des millions de personnes infectées par le virus. Jusqu'à présent, les quelques personnes infectées par le virus Ebola ont "bénéficié" des soins de santé, d'antiviraux à haute dose et d'une assistance respiratoire, mais surtout d'un soutien humain important de la part des médecins et des infirmières. Dans un scénario de pandémie de ce genre, les soins de santé ne seraient plus disponibles pour la majorité des personnes touchées, ce qui provoquerait une augmentation spectaculaire du taux de mortalité dû à l'absence de soins de santé appropriés. Le facteur qualitatif est que le taux de décès pourrait augmenter de 80 à 90% dans un scénario de pandémie au lieu des 50 à 60% prévus. Le pourcentage en lui-même n'a pas d'importance, ce qui est pertinent c'est le fait que le scénario puisse évoluer au-delà des conditions initiales à partir d'un nombre de morts de 50% à plus de 90%. D'ailleurs, il n'y a aucune guerre nucléaire ou pandémie comprise dans les prévisions.

L'élément clé pour comprendre le processus par lequel passeront les Etats-Unis durant la décennie à venir est la migration. Dans le passé, spécialement au XX ème siècle, le facteur clé qui a permis aux Etats-Unis de s'élever au statut de colosse a été l'immigration, avec les avantages d'une expansion démographique soutenant l'expansion du crédit et l'arrivée de cerveaux du monde entier au profit des Etats-Unis. L'effondrement du système financier occidental va faire disparaître le niveau de vie de sa population entrainant la baisse de la bourse et des fonds de pension. La population sera si sévèrement frappée par une gamme complète de bulles et d'enchaînements à la Ponzi que le moteur de la migration commencera à fonctionner en sens inverse, et une accélération due aux effets d'entraînement, conduira ainsi à la disparition des Etats-Unis.

Cette situation invisible pour les États va se développer dans un modèle en cascade avec des effets dévastateurs sans précédent pour l'économie. La délocalisation des emplois conduira sûrement de nombreuses sociétés américaines à partir à l'étranger, devenant ainsi des sociétés étrangères !!!!

Nous prévoyons qu'une partie importante de la population américaine migrera vers l'Amérique latine et l'Asie, alors que la migration vers l'Europe – elle- même touchée par les mêmes maux - ne serait pas pertinente. Néanmoins, le taux de mortalité sera horrible. Rappelez-vous que la population de l'Union soviétique était plus pauvre que la population américaine actuelle, ou même de cette époque. Les ex-soviétiques ont souffert pendant les années 1990 et leur taux de mortalité était important, accompagné d'une perte de fierté nationale. Pourrions-nous dire " Double fierté, double chute ? " Non. Le niveau de vie américain est un des plus élevés, bien plus que le double du niveau de vie des soviétiques, sans compter une économie de services qui disparaîtra avec le système financier. Lorsque les retraités voient leur retraite disparaître devant leurs yeux et qu'il n' y a plus d'emplois de services, vous pouvez imaginer ce qui se passera ensuite. Au moins, les jeunes peuvent migrer. Jamais dans l'histoire humaine, les personnes âgées n'ont été si nombreuses dans l'ensemble de la population. Au cours des siècles passés, les gens s'estimaient heureux de vivre jusqu'à l'âge de 30 ou 40 ans. La chute américaine devrait être bien pire que celle de l'Union soviétique. Une confluence de crises au résultat dévastateur.

La crise démographique dans les pays de l'ex-Union soviétique s'est prolongée pendant plus de deux décennies, si nous acceptons qu'elle se soit achevée au début des années 2010. La crise démographique frappera le monde dans un avenir proche et devrait durer entre trois et huit décennies plus ou moins, en fonction des percées technologiques et des problèmes environnementaux. La suite est probablement une image figée avec des chiffres de population identiques pour une très, très longue période de temps. Les prévisions de population par pays reflètent le rapport naissances / décès mais aussi les mouvements migratoires. De nombreux pays vont augmenter leur population brute par l'immigration alors que leur population indigène pourra diminuer.

Au cours des deux mille dernières années, la civilisation occidentale s'est construite autour de la Méditerranée se déplaçant ensuite vers l'Europe du Nord, puis au milieu du XXème siècle vers l'Atlantique pour finalement se stabiliser aux États-Unis au cours des 30 dernières années. L'étape suivante verra la civilisation centrée en Asie, avec la Russie et la Chine au- dessus. Historiquement un changement de paradigme économique entraîne un taux de mortalité rarement mis en évidence par les historiens traditionnels. Lorsque la transition des zones rurales vers les grandes villes est arrivée en Europe, beaucoup de gens incapables d'accepter le nouveau paradigme se sont tués. C'est un facteur psychologique qui a entraîné leur mort. Ce n'est pas le plus courant, mais cela existe. Une nouvelle crise lie d'anciens schémas bien connus à des nouveaux.

Désolé de décevoir beaucoup d'entre vous par nos prévisions. C'est de pire en pire chaque année depuis le début de la pré-crise en 2007. Nous avons déjà mentionné que ce site n'est pas à but lucratif, construit sur du temps libre et nous fournissons nos informations et services TELS QUELS, sans autres explications et / ou garanties. Nous ne sommes liés à aucun gouvernement en aucune manière, quelque soit sa forme. Nous ne représentons pas un culte de la mort, ni un culte satanique, nous ne sommes pas des dealers en armement, comme certains commentaires le laissent supposer sur Internet. Pensez que les prévisions ne sont rien de plus qu' un modèle, imparfait ou juste. Ni la parole de Dieu ni les pratiques magiques ne permettent de prévoir l'avenir."

Deagel

Voir les commentaires

Pétition : non à l'austérité, oui à la démocratie !

29 Juin 2015, 20:04pm

Pétition : non à l'austérité, oui à la démocratie !

http://www.altersummit.eu/accueil/article/petition-non-a-l-austerite-oui-a?lang=enhttp://

Non à l'austérité! Oui à la démocratie!

L’Europe est à la croisée des chemins. La Troïka ne cherche pas seulement à détruire la Grèce, elle s’en prend à nous tou.te.s. Il est grand temps de nous dresser contre le chantage des élites européennes.

Dimanche prochain, le peuple grec a la possibilité de refuser l’austérité, et de choisir la voie de la dignité, dans l’espoir d’une autre Europe. En ce moment historique, chacun de nous doit prendre position.

Pour nous : C’est NON à l’austérité, à la réduction des pensions de retraites et à l’augmentation de la TVA, C’est NON à la pauvreté et aux privilèges C’est NON au chantage et au démantèlement des droits sociaux
C’est NON à la peur et à la destruction de la démocratie.

Pour nous, c’est OUI à la dignité, à la souveraineté, à la démocratie, et à la solidarité avec les citoyen.ne.s grecs.

Il ne s’agit pas d’une histoire entre la Grèce et l’Europe, mais de deux visions de l’Europe : la nôtre, celle de la démocratie et de la solidarité, une Europe des peuples , sans frontières. Et la leur : celle du refus de la justice sociale et climatique, qui piétine la démocratie, qui s’attaque à la protection des plus vulnérables, et s’oppose à la taxation des riches.

Basta, Y’en a marre ! Une autre Europe est possible !

Voir les commentaires

Tyrannie européenne ? Jacques Sapir

28 Juin 2015, 07:32am

Publié par Jacques Sapir

Tyrannie européenne ? Jacques Sapir

Jacques Sapir · 27 juin 2015 - https://russeurope.hypotheses.org/4019

Alexis Tsipras avait décidé de convoquer un référendum le 5 juillet, demandant au peuple souverain de trancher dans le différent qui l’oppose aux créanciers de la Grèce. Il avait pris cette décision devant les menaces, les pressions, et les ultimatums auxquels il avait été confronté durant les derniers jours de la négociation avec ce que l’on appelle la « Troïka », soit la Banque Centrale Européenne, la Commission Européenne et le Fond Monétaire International. Ce faisant, et dans un geste que l’on peut qualifier de « gaullien », il avait délibérément renvoyé au domaine politique une négociation que les partenaires de la « Troïka » voulaient maintenir dans le domaine technique et comptable. Ce geste à provoqué une réaction de l’Eurogroupe d’une extrême gravité. Nous sommes en présence d’un véritable abus de pouvoir qui a été commis ce 27 juin dans l’après-midi, quand l’Eurogroupe a décidé de tenir une réunion sans la Grèce. Ce qui se joue désormais n’est plus seulement la question du devenir économique de la Grèce. C’est la question de l’Union européenne, et de la tyrannie de la Commission et du Conseil, qui est ouvertement posée.

La déclaration d’Alexis Tsipras

Le texte de la déclaration faite par Alexis Tsipras dans la nuit du 26 au 27 juin sur la télévision d’Etat grecque (ERT), est de ce point de vue extrêmement clair :

« Après cinq mois de négociations, nos partenaires en sont venus à nous poser un ultimatum, ce qui contrevient aux principes de l’UE et sape la relance de la société et de l’économie grecque. Ces propositions violent absolument les acquis européens. Leur but est l’humiliation de tout un peuple, et elles manifestent avant tout l’obsession du FMI pour une politique d’extrême austérité. (…) Notre responsabilité dans l’affirmation de la démocratie et de la souveraineté nationale est historique en ce jour, et cette responsabilité nous oblige à répondre à l’ultimatum en nous fondant sur la volonté du peuple grec. J’ai proposé au conseil des ministres l’organisation d’un référendum, et cette proposition a été adoptée à l’unanimité »[1].

Ce texte court, empli de gravité et de détermination, entrera vraisemblablement dans l’Histoire. Ce texte est prononcé par un homme jeune, qui a été confronté à la mauvaise fois, aux manipulations, à ce qu’il faut bien appeler toutes les bassesses de la politique, depuis 5 mois. Il dit aussi sa colère, froide et déterminée. Et c’est peut-être là l’échec principal de l’Eurogroupe et des institutions européennes : avoir transformé un partisan de l’Europe en un adversaire résolu des institutions européennes. Tsipras n’était pas il y a cinq mois de cela un opposant à l’idée européenne. Mais, la multiplication des humiliations, des tentatives de coup de force, l’ont obligé à réviser nombre de ses positions, qui pour certaines d’entre-elles relevaient de l’illusion. Tsipras et Varoufakis sont aujourd’hui sur une trajectoire de collision avec l’Eurogroupe et l’UE non pas de leur fait, mais de celui des « institutions européennes ». Ceci est d’une immense importance pour la suite.

Les leçons de la déclaration de Tsipras

On peut découvrir dans cette courte déclaration trois points importants.

Le premier est que le désaccord entre le gouvernement grec et ses partenaires a été d’emblée politique. La BCE et la Commission Européenne n’ont eu de cesse que de rechercher une capitulation du gouvernement grec, ce que Tsipras appelle «l’humiliation de tout un peuple ». Ce qu’a cherché l’Union européenne, par le biais de l’Eurogroupe, c’est à cautériser le précédent ouvert par l’élection de janvier 2015 en Grèce. Il s’agit de faire la démonstration non seulement en Grèce, mais ce qui est en fait bien plus important en Espagne, en Italie et en France, qu’on ne peut « sortir du cadre de l’austérité » tel qu’il a été organisé par les traités. Il faut ici se souvenir de la déclaration de Jean-Claude Juncker pour qui il ne peut y avoir de choix démocratique allant contre les traités.

Le deuxième point important de cette déclaration est que, pour la première fois un dirigeant légalement élu et en fonction déclare que les institutions européennes font des propositions qui, dans leur fond comme dans leur forme «violent absolument les acquis européens ». C’est une accusation très grave. Elle revient à dire que les institutions européennes qui sont censées être des garants de la démocratie agissent au contraire de celle-ci. Elle revient aussi à dire que ces mêmes institutions, dont la légitimité n’existe que par délégation de la légitimité des Etats membres ont des comportements qui violent la légitimité et la souveraineté de l’un des dits Etats membres. Cela revient donc à dire que les institutions de l’Union européennes se sont constituées en Tyrannus ab exercitio soit en un pouvoir qui, quoi qu’issu de procédures légitimes, se conduit néanmoins en Tyran. Cela revient à contester radicalement toute légitimité aux instances de l’Union européenne.

Le troisième point se déduit des deux premiers. Il est contenu dans la partie du texte qui dit : «Notre responsabilité dans l’affirmation de la démocratie et de la souveraineté nationale est historique en ce jour, et cette responsabilité nous oblige à répondre à l’ultimatum en nous fondant sur la volonté du peuple grec ». Il place désormais les enjeux non plus au niveau de la dette mais à celui des principes, de la démocratie comme de la souveraineté nationale. Et c’est en cela que l’on peut parler d’un véritable « moment gaullien » chez Alexis Tsipras. Si l’on veut pousser l’analogie historique jusqu’à son terme, alors que Paul Raynaud en 1940 ne soumet pas au Conseil des Ministres la question de faut-il continuer la guerre, Alexis Tsipras a osé poser la question de l’austérité et du référendum, et a reçu un soutien unanime, y compris des membres de l’ANEL, le petit parti souverainiste allié à SYRIZA. Il s’est ainsi réellement hissé à la stature d’un dirigeant historique de son pays.

La réaction de l’Eurogroupe, qui avait qualifié de nouvelle « triste » (sad) ce référendum[2], confirme bien les options antidémocratiques qui ont cours aujourd’hui au sein de l’Union européenne. Mais, cette réaction a elle-même était dépassée par une décision d’une importance réellement dramatique.

Le coup de force de l’Eurogroupe et la Tyrannie européenne

La réaction de l’Eurogroupe, qui se réunissait ce samedi à Bruxelles, a en effet consisté en un acte qui conjugue l’illégalité la plus criante avec la volonté d’imposer ses vues à un Etat souverain. En décidant de tenir une réunion en l’absence d’un représentant de l’Etat grec l’Eurogroupe vient de décider d’exclure de fait la Grèce de l’Euro. Ceci constitue à l’évidence un abus de pouvoir. Et il faut ici rappeler plusieurs points qui ne sont pas sans conséquences tant juridiquement que politiquement.

  1. Aucune procédure permettant d’exclure un pays de l’Union Economique et Monétaire (non réel de la « zone Euro ») n’existe actuellement. S’il peut y avoir une séparation, elle ne peut avoir lieu que d’un commun accord et à l’amiable.
  2. L’Eurogroupe n’a pas d’existence légale. Ce n’est qu’un « club » qui opère sous couvert de la Commission Européenne et du Conseil européen. Cela signifie que si l’Eurogroupe a commis un acte illégal – et il semble bien qu’il en soit ainsi – la responsabilité en incombe à ces deux institutions. Le gouvernement grec serait donc fondé d’attaquer la Commission et le Conseil à la fois devant la Cour Européenne de Justice mais aussi devant la Cour Internationale siégeant à La Haye. En effet, l’Union européenne est à la base une organisation internationale. On le constate par exemple dans le statut, et les exemptions fiscales, des fonctionnaires européens. Or, la règle dans toute organisation internationale est celle de l’unanimité. Le traité de Lisbonne a bien prévu des mécanismes de majorité qualifiée, mais ces mécanismes ne s’appliquent pas à l’Euro ni aux questions des relations fondamentales entre les Etats.
  3. Le coup de force, car il faut l’appeler par son nom, que vient de faire l’Eurogroupe ne concerne pas seulement la Grèce. D’autres pays membres de l’Union européenne, et l’on pense au Royaume-Uni ou à l’Autriche, pourraient eux-aussi attaquer devant la justice tant européenne qu’internationale la décision de fait prise par l’Eurogroupe. En effet, l’Union européenne repose sur des règles de droit qui s’appliquent à tous. Toute décision de violer ces règles contre un pays particulier constitue une menace pour l’ensemble des membres de l’Union européenne.
  4. Il faut donc ici être clair. La décision prise par l’Eurogroupe pourrait bien signifier, à terme, la mort de l’Union européenne. Soit les dirigeants européens, mesurant l’abus de pouvoir qui vient d’être commis, se décident à l’annuler soit, s’ils persévèrent dans cette direction ils doivent s’attendre à une insurrection des peuples mais aussi des gouvernants de certains Etats contre l’Union européenne. On voit ainsi mal comment des Etats qui ont juste recouvré leur souveraineté, comme la Hongrie, la République Tchèque ou la Slovaquie, vont accepter de telles pratiques.

Il est alors symptomatique que la crise induite par un pays ne représentant pas plus de 2% du PIB de l’UE ait pris cette tournure. En fait, cela révèle au grand jour la nature fondamentalement antidémocratique des institutions de l’UE et le fait que cette dernière soit en train de se constituer en Tyrannie.

Le spectre de la démocratie dans les couloirs de Bruxelles

On ne peut, et on ne doit, préjuger du résultat de ce référendum. Il est même possible que, devenu sans objet, il ne se tienne pas. Mais on doit souligner qu’il représente le retour de la démocratie dans un espace européen dont elle était absente. De ce point de vue, l’initiative prise par Alexis Tsipras représentait la dernière chance d’introduire de la démocratie dans le système européen.

Il est aussi probable que les partis d’opposition, que ce soit Nouvelle Démocratie ainsi que le Parti de centre-gauche La Rivière (To Potami) protestent et cherchent à empêcher par divers recours légaux ce référendum d’avoir lieu. On ne peut plus exclure le fait que ces partis, avec l’aide des nervis fascistes d’Aube Dorée, ne tentent de déstabiliser le gouvernement grec. Ces réactions sont exemplaires des comportements antidémocratiques qui s’épanouissent aujourd’hui en Europe. Ils apportent de l’eau au moulin d’Alexis Tsipras. On sent comment les acteurs européistes de ce drame sont aujourd’hui terrorisés par le spectre de la démocratie.

En France même, on ressent très distinctement le malaise que provoque l’initiative d’Alexis Tsipras. Que ce soit au Parti Socialiste ou chez les « Républicains », on ne peut ouvertement s’opposer à une telle décision sans contredire immédiatement et brutalement tous les discours qui ont été tenu sur la démocratie. Mais, en réalité, le référendum grec fait planer le spectre d’un autre référendum, celui de 2005 sur le projet de traité constitutionnel en Europe. La manière dont la classe politique française, dans sa large majorité, de Nicolas Sarkozy à François Hollande, de l’UMP au PS, avait été désavouée par la victoire du « Non », mais avait fait passer en contrebande à peu de choses près le même texte lors du Traité de Lisbonne qui fut ratifié par le Congrès à Versailles, est l’un des épisodes les plus honteux et les plus infamants de la vie politique française. Les acteurs de cette tragique mascarade sont toujours parmi nous. Il y a une continuité de projet, si ce n’est une continuité d’action, entre la décision de ne pas respecter un vote, celui des électeurs français mais aussi néerlandais, et le coup de force inouï de l’exclusion de la Grèce de l’Eurogroupe.

Tsipras ne doit ainsi pas s’attendre à un quelconque soutien de la part de François Hollande, renvoyé sans ménagement à sa propre médiocrité et à ses basses compromissions, ni de celle d’Angela Merkel dont la politique est la véritable cause de cette crise. Mais il peut s’attendre au soutien de tous ceux qui, en Europe, se battent pour la démocratie et la souveraineté.

[1] Traduction de Vassiliki Papadaki, sur le site de SYRIZA-France, http://syriza-fr.org/2015/06/27/allocution-du-premier-ministre-a-tsipras-au-peuple-grec-la-choix-au-peuple-souverain-referendum/

[2] Déclaration du Président de l’Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, samedi 27 juin, http://www.france24.com/en/20150627-eurogroup-says-sad-greece-referendum-closes-door-talks?ns_campaign=reseaux_sociaux&ns_source=twitter&ns_mchannel=social&ns_linkname=editorial&aef_campaign_ref=partage_aef&aef_campaign_date=2015-06-27&dlvrit=66745

Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Voir les commentaires

Pétition pour interdire dans le monde entier les épandages aériens clandestins : 28 000 signatures

25 Juin 2015, 16:20pm

Publié par Ciel Voilé

La pétition est courte, mal traduite en français,et elle date du 4 février 2013 ! Mais elle a réuni 28 000 signatures. Elle a le mérite d'exister en plusieurs langues. Ciel voilé signe la pétition, même si elle est sur AVAAZ ! Pour ceux qui ne connaissent pas le problème, lisez l'article de Dominique Guillet au sujet d'AVAAZ. Signer oui, faire un don : non.

http://www.liberterre.fr/liberterres/meta-mafia/avaaz.html

Voir les commentaires

Chanson sur les avions de la géo-ingénierie

23 Juin 2015, 21:46pm

Voir les commentaires

HAARP en action ?

21 Juin 2015, 11:25am

Ajoutée le 12 juin 2015


Ce qui est arrivé à Greenwood, Indiana USA

J'étais sur ma bicyclette et une tempête approchait. Alors une étrange lumière a attiré mon attention j'ai donc sorti mon téléphone et pris cette vidéo.

Je ne savais pas ce que c'était jusqu'à ce que je fasse quelques recherches quand je suis rentré chez moi et que je découvre un programme de recherche du gouvernement (disent-ils) qui manipule le climat !! Jetez un oeil de plus près au début à droite de l'image lorsque le faisceau disparaît pendant une seconde. Il se déplace vers le haut du nuage puis revient.


Découvrez thirdphaseofmoon :


1.https: //m.youtube.com/watch v = qYe3VH2 ...

Cette vidéo est une interview que j'ai eue avec lui.

2.https: //m.youtube.com/watch v = 8mcSLiy ...

Ceci est un invité, il était venu pour nous chercher à savoir ce que nous avions vu.

3.http: //www.blogtalkradio.com/thirdpha ...

Sa station de radio internet

Voir les commentaires

Nouvelle étude du professeur Séralini : les rats de laboratoires nourris aux OGM

19 Juin 2015, 17:45pm

Nouvelle étude du professeur Séralini  : les rats de laboratoires nourris aux OGM

http://france3-regions.francetvinfo.fr/basse-normandie/2015/06/18/nouvelle-etude-de-ge-seralini-les-tests-de-laboratoire-sont-fausses-750233.html

Le professeur caennais - Gilles-Eric Séralini - révèle ce jeudi 18 juin une nouvelle étude selon laquelle les aliments, utilisés pour les rats de laboratoire sont contaminés. En analysant, lui et son équipe ont détecté des traces de pesticides, de métaux lourds et d'OGM. Son interview dans le JT.

Contexte de l'étude : la réponse du berger à la bergère

Lorsqu'il a publié son étude tonitruante en 2012 sur la toxicité des OGM sur les rats, ses détracteurs lui avaient rétorqué que les rats présentaient naturellement des tumeurs mammaires et que son étude ne prouvait rien du tout. Alors, le professeur caennais a voulu comprendre pourquoi ces animaux de laboratoire sont prédisposés à développer de nombreuses pathologies :

- 13 à 71% des animaux eux présenteraient spontanément ou naturellement des tumeurs mammaires

- 26 à 93% des tumeurs hypophysaires

- Le fonctionnement des reins de ces animaux serait fréquemment déficient

L'origine de ces pathologies est-elle génétique ou bien relève-t-elle de l'influence de l'environnement ?

L'étude sur l'alimentation des rats de laboratoire

Le Professeur Gilles-Éric Séralini et son équipe, soutenus par le CRIIGEN, ont donc analysé, avec l'aide de laboratoires accrédités, la nourriture des animaux de laboratoire. Cette alimentation, provenant des cinq continents, est habituellement considérée comme équilibrée et hygiénique. Or, sur 13 échantillons communs de croquettes pour rats, provenant de 9 pays, l'équipe a trouvé des traces de :

- 262 pesticides

- 4 métaux lourds

- 17 dioxines et furanes

- 18 PCB et 22 OGM

Les résidus du Roundup et ses génériques, ont été détectés dans 9 des 13 régimes, et 11 d'entre eux contenaient des OGM avec lesquels ce Roundup est amplement utilisé.

"On se rend compte que la nourriture donnée aux rats est extrêmement contaminée." Gilles-Eric Seralini

Gilles-Eric Séralini était notre invité dans le journal de midi

Quelles conclusions en tirer ?

L'étude de G.E Séralini jette le discrédit sur toutes celles faites sur les rats avant la commercialisation de tels ou tels produits chimiques. G.E Séralini : "La composition de cette nourriture augmente le bruit de fond à un tel niveau que ça cache tous les effets secondaires des produits testés."

Qu'en pense le docteur et journaliste Dominique Dupagne ? (assez critique par le passé avec G.E Séralini). Invité à la tête au Carré sur France inter, il affirme :

"C'est une étude remarquable. (..) Là il démontre que les études des industriels sont faites avec une rigueur absolument nulle. Et moi honnêtement, je trouve qu'on devrait rétracter toutes les études de Monsanto"

Retard de la publication : lobby ?

La revue PLOS ONE qui avait accepté et mis en forme l'étude de Gilles-Eric Séralini a décidé à la veille de sa publication de la reporter. A noter que par deux fois, dans Food and Chemical Toxicology et Biomed Research Int, des personnes liées à l'industrie étaient intervenues pour faire annuler leurs parutions, sans y parvenir pour Biomed Research Int.

Reportage d'Erwan de Miniac et Emilien David :

Intervenants:

- Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l'université de Caen

- Corinne Lepage, ancienne ministre de l'environnement et présidente d'honneur du CRIIGEN

Voir les commentaires

Non aux néo-nicotinoïdes : écrivez à vos sénateurs

17 Juin 2015, 12:35pm

Non aux néo-nicotinoïdes : écrivez à vos sénateurs

Action de Pollinis :

Chère amie, cher ami,

D'ici quelques semaines, les sénateurs français vont décider d'interdire, ou non, les pesticides tueurs d'abeilles.

C'est la dernière étape d'une bataille que nous menons ensemble depuis trois ans, pour les abeilles et l'environnement!

Si les sénateurs décident l'interdiction immédiate de ces pesticides en France, cela créera un précédent en Europe, obligeant par effet boule de neige les autres pays à s'aligner.

Cette interdiction permettra non seulement de sauver dans l'immédiat des millions d'abeilles, mais surtout d'échapper à la catastrophe environnementale et alimentaire qui menace si ces pesticides continuent à être utilisés aussi massivement et systématiquement dans les cultures…

Mais pour le moment, les sénateurs sont réticents à voter l'interdiction. Et sans la mobilisation massive des citoyens pour faire pression, il y a fort à parier qu'ils enterreront tout simplement le projet.

C'est pourquoi je vous demande d'envoyer de toute urgence le message #StopNeonics aux sénateurs de votre département, en cliquant ici.

Si vous n'êtes pas de nationalité française, vous pouvez quand même exprimer votre soutien à cette interdiction en signant un message de principe : cliquez ici. Ce qui se passe en France à l'heure actuelle peut avoir des répercussions importantes sur tous les pays européens : tout le monde est concerné !

En mars dernier, l'Assemblée nationale en France adoptait un amendement au projet de loi Biodiversité (1), interdisant purement et simplement les pesticides néoniconitoïdes sur le sol français dès janvier 2016.

Pour tous les citoyens et associations qui militent depuis des années pour l'interdiction de ces pesticides dangereux pour les pollinisateurs et la nature, l'initiative courageuse de Gérard Bapt et Delphine Batho, les députés qui ont déposé l'amendement, était une vraie bouffée d'espoir.

A force de tirer la sonnette d'alarme et de mobiliser les citoyens, notre message a été entendu des responsables politiques !

Maintenant que les députés ont voté OUI à cet amendement #StopNeonics, c'est au tour des sénateurs de se prononcer. Et là, la bataille est rude.

Il y a quelques mois déjà, les sénateurs ont rejeté la proposition d'un des leurs de faire un moratoire sur les néonicotinoïdes en France. A 248 voix, contre 64…

Il ne faut pas se leurrer : la majorité des sénateurs voit cette interdiction d'un très mauvais œil. Même le gouvernement rechigne à se prononcer pour l'interdiction, ce qui n'aide pas à faire pencher la balance de notre côté.

Et évidemment, les lobbies qui défendent les intérêts des firmes agrochimiques poussent à fond pour que les sénateurs rejettent le texte !

Il ne nous reste que quelques semaines pour faire l'assaut des sénateurs et leur mettre une pression déterminante, pour qu'ils adoptent l'amendement #StopNeonics.

Jamais encore nous n'avions réussi à aller aussi loin, nous les défenseurs des abeilles et de la nature : ensemble, nous avons réussi à obtenir qu'un amendement soit déposé, dans un grand pays européen, et validé par l'une des deux chambres parlementaires.

Il ne nous reste qu'une toute dernière étape : le vote des sénateurs. C'est maintenant ou jamais qu'il faut agir !

Alors s'il vous plaît, ne perdez pas un instant : envoyez votre message aux sénateurs de votre département en cliquant ici, et transférez cet email le plus largement possible autour de vous.

Tous ensemble, nous devons inonder leurs boîtes mails de messages de protestation, pour qu'ils se rendent bien compte que des centaines de milliers de citoyens sont sur leur dos, et attendent d'eux qu'ils prennent la seule décision qu'impose le bon sens : interdire définitivement ces pesticides avant qu'ils n'aient causé des dégâts irréversibles sur l'environnement et la biodiversité !

Déjà, on constate que la pollution des nappes phréatiques et des cours d'eau aux néonicotinoïdes commence à avoir des effets catastrophiques sur la biodiversité de ces milieux : jusqu'à 42% de micro-organismes en moins en France et en Allemagne (2), entraînant un déclin rapide et incontrôlable des poissons d'eau douce…

Et pendant que les insectes non ciblés comme les abeilles et autres pollinisateurs succombent sous l'effet de ces poisons déversés massivement dans les champs (3), les organismes cibles, comme le doryphore ou la punaise du pêcher, responsables de famines historiques, développent à toute vitesse des résistances qui bientôt les rendront complètement insensibles à ces substances censées les tenir éloignés des cultures (4).

La catastrophe alimentaire qui se profile si, en ayant décimé tous les insectes utiles à l'agriculture, on se retrouve incapable de protéger les champs des véritables nuisibles, fait frémir plus d'un scientifique…

Les sénateurs n'ont pas le droit de faire encore une fois l'autruche : faire comme s'ils ne "savaient pas", et ne pas voter l'interdiction des néonicotinoïdes, c'est accepter de sacrifier la santé et l'alimentation de toute la population, pour satisfaire aux intérêts à court terme de quelques multinationales qui se partagent le marché des pesticides !

Il est encore temps de les empêcher d'anéantir tout le travail que nous avons mené ensemble ces trois dernières années pour faire prendre conscience du danger au grand public et aux responsables politiques.

Faites pression sur vos sénateurs pour qu'ils adoptent l'amendement #StopNeonics !

Pour que cette action soit un coup de force réussi, nous avons mis en place un système d'envoi direct de votre message aux sénateurs de votre département.

Quand vous aurez cliqué sur le bouton ci-dessous, vous arriverez à une page contenant le message qui sera envoyé aux sénateurs de votre part. Inscrivez votre nom et vos coordonnées, et les noms des sénateurs de votre département apparaîtront automatiquement. Cliquez sur "envoyer", et votre message leur sera transmis directement par email.

Si vous n'êtes pas citoyen français, votre signature compte tout autant : allez sur cette page et signez "en soutien", pour montrer que, dans votre pays aussi, vous voulez cette interdiction des néonicotinoïdes, et puisque la France a bien voulu ouvrir le bal, vous comptez sur les sénateurs français pour prendre cette décision responsable et créer un effet boule de neige en Europe !

Ici à Pollinis, toute l'équipe est sur le pont depuis le début de l'affaire, pour rallier les scientifiques et faire entendre leurs analyses, et multiplier les rendez-vous avec les responsables politiques, au parlement et dans les ministères, pour leur faire prendre conscience, chiffres et études à l'appui, de la dangerosité extrême des néonicotinoïdes pour les pollinisateurs, l'environnement et la santé, et le risque qu'ils font courir à la sécurité alimentaire de toute la population.

Rien que le mois dernier, j'ai rencontré dans leur bureau à l'Assemblée nationale plus de 20 députés parmi ceux qui comptent le plus sur les questions agricoles et environnementales. Ils ont écouté attentivement les arguments de Pollinis, et m'ont assuré qu'ils feraient de leur mieux pour que l'amendement soit définitivement adopté s'il leur revenait.

Mais ils ne peuvent pas convaincre leurs collègues sénateurs à notre place. Seule une mobilisation massive des citoyens qui refusent qu'on sacrifie impunément leur santé et celle de leurs enfants, peut nous permettre d'avoir le dernier mot dans cette bataille.

Alors s'il vous plaît, envoyez dès maintenant votre message aux sénateurs de votre département, et transférez cet email à tous vos contacts - peu importe où ils habitent, tout le monde est concerné par la nature que nous laisserons aux générations futures !

Un grand merci par avance pour tout ce que vous ferez pour nous permettre de mettre une pression déterminante sur les sénateurs, et obtenir l'interdiction, réelle et définitive, des néonicotinoïdes tueurs d'abeilles en France et en Europe.

Bien sincèrement,

Nicolas Laarman

Délégué général

Références :

(1) Pour voir !'amendement sur le site de l'Assemblée nationale : http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/2064/AN/754.asp

(2) Beketov MA, Kefford BJ, Schäfer RB, Liess M. Pesticides reduce regional biodiversity of stream invertebrates. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America. 2013;110(27):11039-11043. doi:10.1073/pnas.1305618110.

(3) A ce sujet, le dernier rapport de l'EASAC est un bon recapitulatif : EASAC, Ecosystem services, agriculture and neonicotinoids

(4) Sur les résistances aux néonicotinoides, voir par exemple :

- Goulson, D. (2013), REVIEW: An overview of the environmental risks posed by neonicotinoid insecticides. Journal of Applied Ecology, 50: 977–987. doi: 10.1111/1365-2664.12111

- Puinean AM, Foster SP, Oliphant L, Denholm I, Field LM, et al. (2010) Amplification of a Cytochrome P450 Gene Is Associated with Resistance to Neonicotinoid Insecticides in the Aphid Myzus persicae. PLoS Genet 6(6): e1000999. doi: 10.1371/journal.pgen.1000999

- Slater R, Paul VL, Andrews M, Garbay M, Camblin P, Identifying the presence of neonicotinoidresistant peach-potato aphid (Myzus persicae) in the peach-growing regions of southern France and northern Spain. Pest Manag Sci. 2012 Apr;68(4):634-8. doi: 10.1002/ps.2307. Epub 2011 Nov 2.

- Paweł Węgorek, Marek Mrówczyński, Joanna Zamojska Resistance of pollen beetle (Meligethes eaneus F.) to selected active substances of insecticides in Poland. JOURNAL OF PLANT PROTECTION RESEARCH Vol. 49, No. 1 (2009)

- Studies on Resistance of Grain Aphid (Sitobion Avenae) to Neonicotinoid Insecticides (Education Papers posted on December 24th, 2014 )

Pollinis Association Loi 1901
143 avenue Parmentier – 75010 Paris www.pollinis.o
rg

Pour désinscrire l'adresse s.rulekowski@wanadoo.fr, cliquez ici :Désabonnement

Voir les commentaires

François Gervais : l'effet de serre remis en question

12 Juin 2015, 21:33pm

Mr François Gervais, contacté par un militant, ne reconnait pas les programmes de géo-ingénierie déjà en cours, la mise en oeuvre actuelle des épandages chimiques aériens clandestins à grande échelle.

Voir les commentaires

Mort des abeilles et aluminium

10 Juin 2015, 04:38am

Disparition des abeilles: Une étude pointe du doigt l'aluminium

Publié par wikistrike.com le 9 juin 2015

Dans un nouvelle étude, publiée dans la revue PLOS one, des chercheurs ont constaté que la contamination d'une colonie d'abeille à l'aluminium peut contribuer à la diminution de sa population.

L'aluminium est l'un des produits toxiques les plus répandus dans le monde. il est connu pour être relié à de nombreuses hécatombes de poissons dans les lacs, le dépérissement des forêts dans les bassins pauvres en éléments nutritifs et à la faible productivité des cultures dans les sols sulfatés acides.

Les chercheurs pensent que la pollution généralisée de la nature par ce métal peut également jouer un rôle dans le déclin des abeilles.

Dans cette dernière étude, les chercheurs ont recueilli des larves dans des colonies de bourdons sauvages. Ces nymphes ont ensuite été examinées pour tenter de retrouver des traces d'aluminium. A leur grande surprise les scientifiques ont constaté que les nymphes étaient fortement contaminées, avec des niveaux individuels allant de 13 à près de 200 ppm. Pour information une valeur de 3 ppm serait considérée comme potentiellement pathologique dans un tissu cérébral humain.

Leur étude démontre que les bourdons étudiés et nourris exclusivement de leur cueillettes naturelles de pollens au quotidien ont été très largement contaminés à l'aluminium et ont souffert de cette contamination.

"Il est largement admis qu'un certain nombre de facteurs en interaction sont susceptibles d'être impliqués dans le déclin des abeilles et autres pollinisateurs; l'absence de fleurs, les attaques de parasites, et l'exposition à des cocktails de pesticides, par exemple», a déclaré Chris Exley, une sommité sur l'exposition humaine à l'aluminium. Alors, les abeilles, intoxication à l'aluminium"?

"Une intoxication à l'aluminium, qui est un neurotoxique connu, affecte gravement le comportement humain ou animal en déclenchant des maladies neurodégénératives, chez l'humain la maladie d'Alzheimer est l'une des plus connues d'entre elles."

"Avec cette nouvelle étude, on peut imaginer que les Abeilles intoxiquées (qui comptent beaucoup sur leurs fonctions cognitives dans leur comportement quotidien) soient désormais atteintes de dysfonctionnements induits par la forte présence de l'aluminium dans le corps et que cela doit jouer forcément un rôle majeur dans le déclin de leurs populations à travers le monde."

L'étude est consultable ici ( en Anglais)


© Nature Alerte

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>