Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Ciel Voilé

Soros finance Al Gore sur le réchauffement climatique

25 Septembre 2016, 08:09am

Soros finance Al Gore sur le réchauffement climatique

Soros a versé des millions de dollars à Al Gore pour engager une action agressive aux Etats-Unis sur le réchauffement climatique

Michael Bastasch 10:08 17/08/2016

http://dailycaller.com/2016/08/17/soros-paid-al-gore-millions-to-push-aggressive-us-action-on-global-warming/#ixzz4KZrSPqnj


Le milliardaire libéral George Soros a donné au groupe écologiste de l'ancien vice-président Al Gore des millions de dollars, sur trois ans, pour créer un "espace politique pour une action agressive aux Etats-Unis" sur le réchauffement climatique, selon les documents divulgués.


Un document publié par DC Leaks montre que Soros, financier libéral d'origine hongroise, a voulu que sa fondation à but non lucratif, l'Open Society Institute (OSI) fasse davantage pour soutenir les politiques de réchauffement planétaire aux États-Unis. Ce qui comprenait la budgétisation de 10 millions de dollars annuels au groupe sur le climat d'Al Gore, sur trois années.


"Les subventions de programmes de lutte contre le réchauffement climatique aux États-Unis se sont engagées sur la question du réchauffement planétaire il y a quatre ans, à l'initiative de George Soros ", dit une note de service divulguée de l'OSI.

"Il y a eu un budget de 11 millions de dollars de subventions pour les programmes américains sur le réchauffement de la planète depuis plusieurs années," révèle la note de service." Ce poste budgétaire comprend l'engagement de George Soros à 10 millions de dollars par année pendant trois ans en faveur de l'Alliance pour la Protection du Climat d'Al Gore, qui mène l'éducation du public sur la question du climat dans la poursuite de la création d'un espace politique pour une action agressive aux États-Unis, en accord avec ce que disent les scientifiques, action nécessaire pour mettre notre pays sur la voie de la réduction de ses émissions de dioxyde de carbone hors norme. "

On ne connait pas la date d'envoi de cette note, mais Al Gore a co-fondé l'Alliance pour la Protection du Climat (ACP) en 2006, laquelle est devenue en juillet 2011, le Projet de Réalité Climatique. En 2008, l'Alliance a lancé une campagne de 300 millions de dollars pour encourager " les américains à des réductions agressives de leurs émissions de gaz à effet de serre", a rapporté le Washington Post.


L'ACP a obtenu 10 millions de dollars de l'Open Society Institute (OSI) en 2008, selon les déclarations fiscales de revenus des organismes à but non lucratif. L'OSI a versé encore 5 millions de dollars à l'ACP en 2009, selon les déclarations fiscales. Le groupe de journalisme d'investigation ProPublica tient une base de données des déclarations fiscales de l'OSI de 2000 à 2013. Il n'a pas pu trouver d'autres années ou L'OSI a versé de l'argent à l'ACP.


L'OSI est principalement un organisme à but non lucratif qui octroie des subventions de millions de dollars chaque année, la plupart du temps à des causes de « gauche ». Maintenant appelé Open Society Foundations, cet organisme à but non lucratif de Soros a distribué plus de 13 milliards de dollars au cours des trois dernières décennies.


L'OSI n'a pas seulement financer le groupe de climat d'Al Gore pour promouvoir des politiques de réchauffement planétaire aux États-Unis, l'OSI a également prévu de donner des millions de dollars pour stimuler le « mouvement pour le climat de la jeunesse. »

« Ce poste budgétaire permet également la poursuite du soutien de longue date des programmes américains de l' Energy Action Coalition, le principal organisateur du mouvement climatique de la jeunesse aux États-Unis, » dit la note.


« Nous incluons également un espace réservé pour un montant supplémentaire de 2 millions de dollars, en attendant la discussion sur le réchauffement planétaire et l'ordre du jour de l'OSI à ce sujet." dit la note. "Il y a une note de Nancy Youman sur les plans stratégiques qui recommande à l'OSI des voies à suivre sur la question du climat aux États-Unis, ainsi que dans d'autres parties du réseau de l'OSI."

Voir les commentaires

David Icke : conscience et dissidence

24 Septembre 2016, 07:09am

Voir les commentaires

Appel de la CRIIRAD : Mobilisation contre les dangers des rayonnements ionisants

21 Septembre 2016, 16:49pm

Publié par CRIIRAD

Appel de la CRIIRAD : Mobilisation contre les dangers des rayonnements ionisants

Consultation publique sur le projet de décret

relatif à la protection contre les dangers des rayonnements ionisants

La CRIIRAD appelle à se mobiliser contre l’adoption de niveaux de référence très élevés

pour la gestion des accidents nucléaires et de leurs conséquences.

Les autorités françaises s’apprêtent à fixer les critères de gestion des zones contaminées après un accident nucléaire (ou après un attentat affectant une installation nucléaire). Quel niveau d’exposition aux rayonnements, et donc de risque, sera pris en référence pour décider de la nécessité ou non d’engager telle ou telle action pour protéger la population ? Très concrètement : jusqu’à quel niveau de risque serez-vous condamné à vivre en zone contaminée ? À partir de quel niveau de risque pourrez-vous espérer être indemnisé et relogé dans un environnement sain ?

Les autorités françaises ont retenu les niveaux de dose efficace les plus élevés possible : 100 mSv pour la phase accidentelle et 20 mSv/an pour la phase poste accidentelle (alors que pour le public, la limite maximale de dose est normalement de 1 mSv/an et que cette valeur correspond déjà à un niveau de risque élevé). Plus les limites sont élevées, moindre sont les dépenses liées à la protection et à l’indemnisation des dommages. Ce choix est malheureusement cohérent avec le plafonnement des indemnités pour les victimes d’un accident nucléaire majeur. Le nucléaire est dispensé de l’application du principe pollueur-payeur : ce sont ses victimes qui supporteront les conséquences sanitaires et économiques de la catastrophe.

Cette décision n’arrive pas par hasard. Elle est le fruit de 20 ans d’efforts du lobby nucléaire, et plus précisément du lobby nucléaire français via son cheval de Troie, le CEPN[1]. L’idée clef est de convaincre les populations que l’on peut tout-à-fait vivre en zone contaminée. Il suffit d’un peu de formation et d’équipement pour contrôler son environnement, ses aliments. Ces experts ont juste « oublié » le problème central de la dégradation de l’état de santé des habitants, et tout particulièrement des enfants.

Si vous êtes choqué par l’image de ces enfants japonais qui portent autour du cou un dosimètre en guise de pendentif, si ce n’est pas l’avenir que vous souhaitez pour vos enfants, agissez !

Le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer a lancé une consultation sur le projet de décret relatif à la Directive 2013/59.. Cette consultation est une opportunité pour dénoncer les propositions que nous jugeons inacceptables et manifester d’ores et déjà nos exigences. Nous avons tardivement pris connaissance de cette consultation qui se terminera le 30 septembre.

Participez à la consultation publique

et dites NON à l’obligation de vivre en zone contaminée !

Comment participer à la consultation publique ?

Pour participer à la consultation, rendez-vous sur le site http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/projet-de-decret-relatif-a-la-protection-sanitaire-a1504.html ou cliquez sur ce lien pour accéder à la page de présentation et donner votre avis.

Il vous faudra inscrire : un titre, un message, votre nom (ou pseudonyme) et votre adresse mail.

Vous pouvez rédiger vos propres messages ou utiliser des extraits de notre présentation ci-après :

Proposition de titre : « Accident nucléaire : des niveaux de référence inacceptables »

Proposition de message :

« Le projet de décret retient des niveaux de référence excessivement élevés pour la gestion des situations accidentelles et post-accidentelles. Je demande qu’ils soient fixés à la borne inférieure et non pas supérieure de l’intervalle défini par la directive 2013/59/Euratom sur la base des recommandations de la CIPR :

  • 20 mSv et non pas 100 mSv pour la phase d’urgence
  • 1 mSv/an et non pas 20 mSv/an pour la phase post-accidentelle.

Je demande également qu’une limite et non pas une simple référence soit établie pour la gestion des territoires contaminés et que des garanties spécifiques soient définies pour les enfants et les femmes enceintes.

Je refuse d’être contraint de vivre et de laisser vivre mes enfants dans un environnement aussi dangereux pour notre santé. Si les pouvoirs publics ne peuvent pas garantir un niveau de risque plus faible, il est impératif de mettre à l’arrêt les installations nucléaires susceptibles de conduire à cette situation. »

Attention, vos commentaires doivent être déposés d’ici le 30 septembre !

Merci de nous adresser un message une fois que vous aurez déposé votre commentaire sur le site du ministère à l’adresse contact@criirad.org !

La Directive traite de nombreux sujets que nous analyserons plus avant. D’autres actions seront mises en place dans les semaines qui viennent. Nous comptons d’ores et déjà sur votre aide pour les relayer !

En savoir plus sur les valeurs proposées par le décret

Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité

CRIIRAD

29 Cours Manuel de Falla 26000 VALENCE- 04 75 41 82 50

asso@criirad.orgwww.criirad.org

Voir les commentaires

Pétition : le secteur aéronautique doit réduire ses émissions, pas les compenser !

21 Septembre 2016, 16:39pm

Publié par Attac FRance

Pétition : le secteur aéronautique doit réduire ses émissions, pas les compenser !
Pétition : le secteur aéronautique doit réduire ses émissions, pas les compenser !
Pétition : le secteur aéronautique doit réduire ses émissions, pas les compenser !

Pétition : le secteur aéronautique doit réduire ses émissions, pas les compenser !

mardi 20 septembre 2016, par Attac France

https://france.attac.org/se-mobiliser/changeons-systeme-pas-climat/article/petition-le-secteur-aeronautique-doit-reduire-ses-emissions-pas-les-compenser

L’aviation est un des deux seuls secteurs au monde sans objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). Il est même prévu que ses émissions augmentent de 300 % à 700 % d’ici à 2050 si rien n’est fait. Du 27 septembre au 7 octobre, à Montréal, l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) a l’intention de repousser à 2027 tout véritable engagement, tout en introduisant de la compensation carbone. Avec de nombreuses autres organisations, nous rejetons cette proposition contradictoire avec l’impératif climatique et nous appelons l’OACI à réduire ses émissions sans tarder et à exclure, comme première étape, tout dispositif de compensation.

Les gaz à effet de serre issus du transport aérien ont doublé depuis 1990, faisant de l’aviation mondiale le septième plus gros pollueur au monde. C’est particulièrement disproportionné quand on sait que ces émissions sont causées par moins de 10 % de la population mondiale. Epargné par l’Accord de Paris (voir cet article), le secteur de l’aviation ne doit plus tarder pour se conformer à l’impératif climatique : la proposition de l’OACI, qui vise à atteindre une « croissance neutre en carbone », manque sérieusement d’ambition, notamment parce qu’elle repose principalement sur la compensation carbone.

La compensation carbone est un dérivatif facile pour qui ne veut pas réduire ses émissions de GES. Elle permet de se limiter à déplacer les émissions de GES d’un secteur à un autre avec à la clé, au mieux, un résultat nul. Si l’OACI prévoit la mise en œuvre de plusieurs principes pour que son dispositif de compensation évite notamment le double comptage et les préjudices aux populations locales, ils ne sont pas suffisants. L’expérience du Mécanisme de développement propre (MDP) a profondément et durablement discrédité l’idée selon laquelle la compensation pourrait offrir quelque bénéfice que ce soit du point de vue de la lutte contre les dérèglements climatique.

Les projets de compensation ont prouvé qu’ils n’étaient pas en mesure de respecter les principes posés par l’OACI. Ainsi, un nombre significatif de projets, notamment ceux visant à « réduire les émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts » (REDD+), sont contestés, notamment par les populations locales, parce qu’ils font comme si l’agriculture paysanne et l’utilisation de la forêt par les peuples autochtones étaient responsables de la déforestation, tout en gardant le silence sur les causes réelles de la destruction à grande échelle de la forêt. Les projets REDD+ imposent des restrictions sur l’utilisation actuelle des terres, dans le but de générer des crédits carbone utilisés dans le cadre de dispositifs de compensation. En introduisant un dispositif mondial de compensation, l’OACI ne ferait qu’aggraver la situation.

Les organisations à l’initiative de la pétition ci-dessous et signataires de la déclaration publiée au mois d’avril, exigent des membres de l’OACI de s’assurer que les mesures qui seront adoptées à Montréal représentent une contribution juste et adaptée à l’effort global pour limiter le réchauffement climatique en dessous de 2°C, ou idéalement en-deçà de 1,5°C comme le prévoit l’article 2 de l’Accord de Paris. Il ne saurait y avoir de propositions sérieuses sans objectif contraignant et ambitieux de réduction d’émissions, et ce, sans utilisation de la compensation carbone.

Le gouvernement français, en tant que président de la COP 21, ne doit pas accepter un dispositif de compensation carbone qui ne ferait que nous éloigner des objectifs fixés dans le cadre de l’Accord de Paris : sans objectifs clairs et sans règles strictes, un accord de l’OACI sur le climat sera un vol sans destination d’arrivée.

Signez la pétition !
Pour en savoir plus

Voir les commentaires

Regardez le ciel !

21 Septembre 2016, 16:37pm

Voir les commentaires

Journée portes ouvertes à HAARP Gakona

21 Septembre 2016, 16:34pm

Voir les commentaires

Chroniques de l'altération du climat

17 Septembre 2016, 16:04pm

Chroniques de l'altération du climat
Chroniques de l'altération du climat
Chroniques de l'altération du climat
Chroniques de l'altération du climat
Chroniques de l'altération du climat
Chroniques de l'altération du climat
Chroniques de l'altération du climat
Chroniques de l'altération du climat
Chroniques de l'altération du climat
Chroniques de l'altération du climat
Chroniques de l'altération du climat
Chroniques de l'altération du climat
Chroniques de l'altération du climat
Chroniques de l'altération du climat
Chroniques de l'altération du climat
Chroniques de l'altération du climat
Chroniques de l'altération du climat
Chroniques de l'altération du climat
Chroniques de l'altération du climat
Chroniques de l'altération du climat
Chroniques de l'altération du climat
Chroniques de l'altération du climat
Chroniques de l'altération du climat
Chroniques de l'altération du climat
Chroniques de l'altération du climat

Voir les commentaires

Chemtrails émis par un vol Ryanair sur l'Espagne

17 Septembre 2016, 14:24pm

Voir les commentaires

Nuages piézo-électriques et inondations catastrophiques

10 Septembre 2016, 10:40am

Publié par Harold Saive

Voir les commentaires

Martigues le 8 octobre 2016 : projection du film "Bye Bye Blue Sky"

6 Septembre 2016, 13:42pm

Publié par Ciel Voilé

Marseille St Charles 25/09/16 -  Première journée de la qualité de l'air

Marseille St Charles 25/09/16 - Première journée de la qualité de l'air

Projection du film

« Bye bye blue sky »

A Martigues

Suivi d’un débat animé par Cyril et Sylvie de l’Association Ciel voilé

Thème : Géo-ingénierie, manipulation du climat, épandages chimiques aériens

Venez-vous informer et débattre du phénomène de la géo-ingénierie.

Samedi 8 octobre 2016 à 16h

Maison pour tous de Saint Julien

Chemin des boules - Martigues

Entrée libre et gratuite - collation

Contact : ciel.voile@orange.fr - site : www.cielvoile.fr

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>