Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

99 % de la population ne peut pas attraper la variole du singe

11 Août 2022, 06:26am

99 % de la population ne peut pas attraper la variole du singe

Dr Gérard Delépine – Le 9 août 2022 – mondialisation.ca

 

Contre la variole du singe, mieux que le vaccin expérimental : ne pas multiplier les partenaires sexuels

 

Depuis juillet 2022, l’OMS et les médias tentent d’affoler la population avec la variole du singe dont les cas européens avaient triplé en deux semaines. Le but vraisemblable de cette dramatisation serait de promouvoir une campagne de vaccination la plus large possible en utilisant des vaccins disponibles pourtant inadaptés et qui n’ont pas été correctement étudiés chez l’homme. D’ailleurs une semaine après l’alerte de l’OMS, la Haute Autorité de santé préconisait d’élargir la vaccination préventive aux groupes les plus exposés, un avis suivi par le gouvernement français. Ces tentatives de faire croire à une nouvelle peste justifie cette mise au point basée sur l’analyse des 1200 articles médicaux recensés par PubMed® [1] le 6 août 2022.

 

Le virus de la variole du singe n’est pas une maladie nouvelle

 

La variole du singe est causé par un virus à ADN double brin, de la famille des Poxviridae et du genre orthopoxvirus qui comprend trois autres agents pathogènes humains : le virus de la variole, le virus de la cowpox et le virus de la vaccine. Les Poxviridae sont qualifiés de virus anciens car ils ont été trouvés chez des insectes, des reptiles, des oiseaux et des mammifères datant de 500 millions d’années avant J-C. Actuellement, un certain nombre de réservoirs animaliers du virus sont connus comme les rongeurs et les primates. Aux US de très rares cas sporadiques de transmission à l’homme à partir de chiens de prairie captifs ont été observés. L’éradication de ce virus ne peut donc pas être espérée contrairement à la variole humaine.

 

La variole du singe a été décrite pour la première fois en 1959 chez des singes d’un institut de recherche à Copenhague, capitale du Danemark. Le premier cas humain a été identifié le 1er septembre 1970, à l’hôpital de Basankusu en République démocratique du Congo chez un enfant de neuf mois. Six autres cas ont été reconnus au Liberia, au Nigeria et en Sierra Leone entre octobre 1970 et mai 1971.

 

 

https://www.mondialisation.ca//99-de-la-population-ne-peut-pas-attraper-la-variole-du-singe/5670368

 

Commenter cet article