Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

actualites

Qui sont les vrais collabos ?

4 Février 2023, 20:16pm

Voir les commentaires

Humusation ? Le compostage des corps humains

4 Février 2023, 20:11pm

Voir les commentaires

Des insectes dans quels aliments ?

4 Février 2023, 20:08pm

Voir les commentaires

Agnès Buzyn sera à la tête du centre de formation de l'OMS à Lyon

4 Février 2023, 20:06pm

Voir les commentaires

Jean-Dominique Michel : 3 février 2023 - Revue d'actualités

4 Février 2023, 14:08pm

Voir les commentaires

Thales : la lanceuse d’alerte pourrait être réintégrée

4 Février 2023, 14:05pm

Thales : la lanceuse d’alerte pourrait être réintégrée

2 février 2023

 

Depuis juillet 2020, un conflit prud’hommal oppose la société Thales à la lanceuse d’alerte qui a révélé des soupçons de corruption et de trafic d’influence au sein du groupe de technologie et de défense, pour lesquels le parquet national financier (PNF) a été saisi fin 2020. Celle-ci avait en effet été licenciée suite à ses signalements.

 

Le 1er février dernier, la Cour de cassation a rendu un arrêt qui a fait significativement avancer cette affaire et, à travers elle, fait progresser dans son ensemble la protection des lanceurs d’alerte.

 

Cet arrêt de la Cour de cassation casse en effet la décision rendue le 16 septembre 2021 par la Cour d’appel de Versailles qui renvoyait la question de l’appréciation du lien entre les représailles et l’alerte au juge du fond, empêchant ainsi toute réintégration rapide de la lanceuse d’alerte. Cette décision vidait finalement de sa substance l’utilité d’avoir accès à un juge en urgence par la voie du référé prud’homal. Or, les actes de représailles envers les lanceurs d’alerte, tels que ce licenciement, sont de nature à les mettre dans une extrême précarité sociale et financière – précarité d’autant plus inacceptable qu’ils ont agi dans l’intérêt général, et doivent bénéficier de décisions dans des délais raisonnables.

 

Par cet arrêt, la Cour de cassation rappelle la volonté du législateur qui a bien garanti aux lanceurs d’alerte l’accès au référé prud’homal pour demander leur réintégration en urgence et éviter ainsi une dégradation majeure et durable de leur situation. Elle confirme qu’il relève bien du juge des référés de rechercher si l’employeur apporte la preuve que le licenciement est lié à des éléments objectifs extérieurs à l’alerte – un aménagement de la charge de la preuve prévu par le régime de protection des lanceurs d’alerte depuis 2016 et réaffirmé par la loi de 2022.

 

https://mlalerte.org/thales-la-lanceuse-dalerte-pourrait-etre-reintegree/

 

Voir les commentaires

Le rôle de Mac Kinsey au Canada

3 Février 2023, 09:00am

Voir les commentaires

Alain Minc : la raison de la réforme des retraites

3 Février 2023, 08:57am

Voir les commentaires

Jean-Dominique Michel : sommet de la résilience et faire communauté

3 Février 2023, 08:52am

Voir les commentaires

Australie : programme "éducatif"!

2 Février 2023, 11:21am

Voir les commentaires