Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

actualites

Témoignage d'une recruteuse dans les secteurs gazier et pétrolier

19 Juin 2021, 19:49pm

Voir les commentaires

A qui appartiennent Big Pharma et les médias ?

19 Juin 2021, 19:24pm

 

Analyse du Dr Joseph Mercola – Le 15 juin 2021

https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2021/06/15/does-vanguard-and-blackrock-own-the-world.aspx

 

L'histoire en un coup d'œil :

- Big Pharma et les médias grand public appartiennent en grande partie à deux sociétés de gestion d'actifs : BlackRock et Vanguard.

- Les entreprises pharmaceutiques sont à l'origine des réactions au COVID-19 - qui, jusqu'à présent, ont toutes mis en danger la santé publique au lieu de l'optimiser - et les médias grand public ont été des complices consentants de la diffusion de leur propagande, un faux récit officiel qui égare le public et alimente une peur fondée sur le mensonge.

- Vanguard et BlackRock sont les deux principaux propriétaires de Time Warner, Comcast, Disney et News Corp, quatre des six sociétés de médias qui contrôlent plus de 90 % du paysage médiatique américain.

- BlackRock et Vanguard forment un monopole secret qui possède à peu près tout ce à quoi vous pouvez penser. Au total, ils détiennent des participations dans 1 600 entreprises américaines, dont les revenus combinés s'élevaient à 9 100 milliards de dollars en 2015. Si l'on ajoute le troisième plus grand propriétaire mondial, State Street, leur propriété combinée englobe près de 90 % de toutes les entreprises du S&P 500.

Vanguard est le principal actionnaire de BlackRock. Vanguard lui-même, d'autre part, a une structure unique qui rend sa propriété plus difficile à discerner, mais beaucoup des familles les plus anciennes et les plus riches du monde peuvent être liées aux fonds Vanguard. Qu'est-ce que le New York Times et une majorité d'autres médias traditionnels ont en commun avec Big Pharma ? Réponse : Ils sont en grande partie détenus par BlackRock et Vanguard Group, les deux plus grandes sociétés de gestion d'actifs au monde. De plus, il s'avère que ces deux sociétés forment un monopole secret qui possède à peu près tout ce à quoi vous pouvez penser également. Comme indiqué dans la vidéo :

"Les actions des plus grandes entreprises du monde sont détenues par les mêmes investisseurs institutionnels. Ils sont tous propriétaires les uns des autres. Cela signifie que des marques "concurrentes", comme Coke et Pepsi, ne le sont pas vraiment, puisque leurs actions sont détenues par exactement les mêmes sociétés d'investissement, fonds de placement, compagnies d'assurance, banques et, dans certains cas, gouvernements.

"Les petits investisseurs sont détenus par de plus gros investisseurs. Ceux-ci sont détenus par des investisseurs encore plus grands. Le sommet visible de cette pyramide ne montre que deux sociétés dont nous avons souvent vu les noms... Il s'agit de Vanguard et de BlackRock.

"Le pouvoir de ces deux sociétés dépasse votre imagination. Non seulement elles possèdent une grande partie des actions de presque toutes les grandes entreprises, mais aussi les actions des investisseurs de ces entreprises. Cela leur donne un monopole complet.

"Un rapport de Bloomberg indique que ces deux sociétés, en 2028, auront ensemble des investissements d'un montant de 20 000 milliards de dollars. Cela signifie qu'elles posséderont presque tout."

Qui sont les Vanguard ?

Le mot "avant-garde" signifie "la position la plus avancée dans une armée ou une flotte qui s'avance dans la bataille", et/ou "la position de tête dans une tendance ou un mouvement". Ces deux termes décrivent bien ce mastodonte mondial, détenu par des mondialistes qui militent pour une grande réinitialisation, dont le cœur est le transfert de la richesse et de la propriété des mains du plus grand nombre vers celles d'un très petit nombre.

Il est intéressant de noter que Vanguard est le plus gros actionnaire de BlackRock, depuis mars 2021. Vanguard lui-même, d'autre part, a une structure d'entreprise "unique" qui rend sa propriété plus difficile à discerner. Elle est détenue par ses différents fonds, qui sont à leur tour détenus par les actionnaires. En dehors de ces actionnaires, elle n'a pas d'investisseurs extérieurs et n'est pas cotée en bourse. Comme indiqué dans la vidéo en question :

"L'élite qui possède Vanguard n'aime apparemment pas être sous les feux de la rampe mais, bien sûr, elle ne peut pas se cacher de qui veut bien creuser. Selon des rapports d'Oxfam et de Bloomberg, 1 % de la population mondiale possède plus d'argent que les 99 % restants. Pire encore, Oxfam affirme que 82% de tout l'argent gagné en 2017 est allé à ce 1%.

"En d'autres termes, ces deux sociétés d'investissement, Vanguard et BlackRock, détiennent un monopole dans toutes les industries du monde et elles sont, à leur tour, détenues par les familles les plus riches du monde, dont certaines font partie de la royauté et qui sont très riches depuis avant la révolution industrielle."

Bien qu'il faille du temps pour passer au crible tous les fonds de Vanguard afin d'identifier les actionnaires individuels, et donc les propriétaires de Vanguard, un rapide coup d'œil suggère que Rothschild Investment Corp et le Edmond De Rothschild Holding sont deux de ces parties prenantes. Gardez le nom de Rothschild à l'esprit pendant que vous lisez la suite, car il reviendra plus tard.

La vidéo ci-dessus identifie également la famille italienne Orsini, la famille américaine Bush, la famille royale britannique, la famille du Pont, les Morgan, les Vanderbilt et les Rockefeller, comme propriétaires de Vanguard.

BlackRock/Vanguard possèdent Big Pharma

 

Selon Simply Wall Street, en février 2020, BlackRock et Vanguard étaient les deux plus grands actionnaires de GlaxoSmithKline, avec respectivement 7 % et 3,5 % des actions. Chez Pfizer, la répartition des parts est inversée, Vanguard étant le principal investisseur et BlackRock le deuxième plus grand actionnaire.

Gardez à l'esprit que les ratios de propriété des actions peuvent changer à tout moment, car les entreprises achètent et vendent régulièrement, et ne vous attachez donc pas aux pourcentages. L'essentiel est que BlackRock et Vanguard, individuellement et ensemble, possèdent suffisamment d'actions à tout moment pour que l'on puisse dire qu'ils contrôlent facilement à la fois Big Pharma et les médias centralisés - et même plus encore.

En quoi cela est-il important ? Parce que les entreprises pharmaceutiques sont à l'origine des réactions au COVID-19 - qui, jusqu'à présent, ont toutes mis en danger la santé publique au lieu de l'optimiser - et que les médias grand public ont été des complices consentants de la diffusion de leur propagande, un faux récit officiel qui a, et continue d'ailleurs, d'égarer le public et de susciter une peur fondée sur des mensonges.

Pour avoir une chance de redresser la situation, nous devons comprendre qui sont les principaux acteurs, d'où viennent les dictats néfastes et pourquoi ces faux récits sont créés en premier lieu.

Comme l'indique le rapport de Global Justice Now de décembre 2020 intitulé "The Horrible History of Big Pharma", nous ne pouvons tout simplement pas permettre aux entreprises pharmaceutiques - "qui ont une longue expérience de la priorité donnée aux profits des entreprises sur la santé des gens" - de continuer à dicter les réponses de COVID-19.

Dans ce document, ils passent en revue l'histoire honteuse des sept plus grandes entreprises pharmaceutiques du monde qui développent et fabriquent actuellement des médicaments et des "vaccins" à base de gènes contre le COVID-19, tandis que les médias grand public ont contribué à supprimer l'information sur les anciens médicaments facilement disponibles qui se sont avérés très efficaces contre l'infection.

Les médias appartiennent à BlackRock/Vanguard

 

En ce qui concerne le New York Times, en mai 2021, BlackRock est le deuxième plus grand actionnaire avec 7,43 % du total des actions, juste après The Vanguard Group, qui possède la plus grande partie (8,11 %).

Outre le New York Times, Vanguard et BlackRock sont également les deux premiers propriétaires de Time Warner, Comcast, Disney et News Corp, quatre des six sociétés de médias qui contrôlent plus de 90 % du paysage médiatique américain.

Inutile de dire que si vous contrôlez autant de médias, vous pouvez contrôler des nations entières par le biais d'une propagande centralisée soigneusement orchestrée et organisée, déguisée en journalisme.

Si vous avez déjà la tête qui tourne, vous n'êtes pas seul. Il est difficile de décrire de façon linéaire des relations circulaires et étroitement imbriquées. Le monde de la propriété des entreprises est labyrinthique, où tout le monde semble posséder tout le monde, dans une certaine mesure.

Toutefois, le message clé à retenir est que deux sociétés se distinguent nettement des autres, à savoir BlackRock et Vanguard. Ensemble, elles forment un monopole caché sur les avoirs mondiaux, et grâce à leur influence sur nos médias centralisés, elles ont le pouvoir de manipuler et de contrôler une grande partie de l'économie et des événements mondiaux, ainsi que la façon dont le monde perçoit tout cela.

Si l'on considère que BlackRock a annoncé en 2018 qu'il avait des "attentes sociales" de la part des entreprises dans lesquelles il investit, son rôle potentiel en tant que plaque tournante centrale dans le Grand Réinitialisation et le plan "reconstruire en mieux" ne peut être négligé.

Ajoutez à cela des informations montrant qu'elle "nuit à la concurrence en détenant des actions dans des entreprises concurrentes" et "brouille les frontières entre le capital privé et les affaires gouvernementales en travaillant en étroite collaboration avec les régulateurs", et il serait difficile de ne pas voir comment BlackRock/Vanguard et leurs propriétaires mondialistes pourraient être en mesure de faciliter la Grande Réinitialisation et la révolution dite "verte", qui font toutes deux partie du même plan de vol de richesse.

BlackRock et Vanguard possèdent le monde entier

Cette affirmation deviendra encore plus claire lorsque vous réaliserez que l'influence de ce duo ne se limite pas à Big Pharma et aux médias. Il est important de noter que BlackRock travaille également en étroite collaboration avec les banques centrales du monde entier, y compris la Réserve fédérale américaine, qui est une entité privée, et non une entité fédérale. Elle prête de l'argent à la banque centrale, agit en tant que conseiller auprès d'elle et développe le logiciel de la banque centrale.

BlackRock/Vanguard possèdent également des actions d'une longue liste d'autres sociétés, dont Microsoft, Apple, Amazon, Facebook et Alphabet Inc. Comme l'illustre le graphique du réseau de propriété de BlackRock et Vanguard ci-dessous, présenté dans l'article de 2017 "These Three Firms Own Corporate America" de The Conversation, il serait presque impossible de les énumérer toutes.

Au total, BlackRock et Vanguard détiennent des participations dans quelque 1 600 entreprises américaines, dont les revenus combinés s'élevaient à 9 100 milliards de dollars en 2015. Si l'on ajoute le troisième plus grand propriétaire mondial, State Street, leur propriété combinée englobe près de 90 % de toutes les entreprises du S&P 500.

Pour comprendre l'influence globale de BlackRock et Vanguard sur le marché mondial, regardez la vidéo ( en anglais dans l’article original) de 45 minutes présentée en haut de cet article. Elle offre une vue d'ensemble du réseau monopolistique caché des sociétés appartenant à Vanguard et BlackRock, et de leur rôle dans la Grande Réinitialisation. Une deuxième vidéo beaucoup plus courte (ci-dessus) offre un examen supplémentaire de ces informations.

Comment pouvons-nous lier BlackRock/Vanguard - et les familles mondialistes qui les possèdent - à la Grande Réinitialisation ? À moins d'une confession publique, nous devons examiner les relations entre ces énormes sociétés appartenant aux mondialistes et considérer l'influence qu'elles peuvent exercer à travers ces relations. Comme l'a noté Lew Rockwell :

"Lorsque Lynn Forester de Rothschild veut que les États-Unis soient un pays à parti unique (comme la Chine) et ne veut pas que des lois sur l'identification des électeurs soient adoptées aux États-Unis, afin que davantage de fraudes électorales puissent être perpétrées pour parvenir à cette fin, que fait-elle ?

Elle organise une conférence téléphonique avec les 100 plus grands PDG du monde et leur demande de qualifier publiquement de "Jim Crow" l'adoption par la Géorgie d'une loi anti-corruption et elle ordonne à ses PDG consciencieux de boycotter l'État de Géorgie, comme nous l'avons vu avec Coca-Cola et la Major League Baseball et même la star hollywoodienne Will Smith.

"Dans cette conférence téléphonique, nous voyons des nuances de la Grande Réinitialisation, de l'Agenda 2030, du Nouvel Ordre Mondial. Les Nations unies veulent s'assurer, tout comme [le fondateur et président exécutif du Forum économique mondial, Klaus] Schwab, qu'en 2030, la pauvreté, la faim, la pollution et la maladie ne seront plus un fléau pour la Terre.

"Pour y parvenir, l'ONU veut que les impôts des pays occidentaux soient répartis entre les méga-sociétés de l'élite pour créer une toute nouvelle société. Pour ce projet, l'ONU dit que nous avons besoin d'un gouvernement mondial - à savoir l'ONU, elle-même."

Comme je l'ai passé en revue dans de nombreux articles précédents, il semble assez clair que la pandémie de COVID-19 a été orchestrée pour faire naître ce Nouvel Ordre Mondial - la Grande Réinitialisation - et la vidéo de 45 minutes présentée en haut de l'article explique bien comment cela a été fait. Et au cœur de tout cela, le "cœur" vers lequel s'écoulent tous les flux de richesse mondiaux, nous trouvons BlackRock et Vanguard.

 

Sources :

 

 

Voir les commentaires

Les mensonges de Monsanto : Carey Gillam et Robert Kennedy

19 Juin 2021, 18:15pm

Carey Gillam est journaliste d'investigation et auteur américain. Elle a plus de 30 ans d'expérience dans la couverture des politiques et pratiques alimentaires et agricoles, dont 17 ans en tant que correspondante principale pour le service d'information international de Reuters. Elle possède des connaissances spécialisées sur l'essor de la technologie des cultures biotechnologiques et l'augmentation connexe de l'utilisation généralisée des pesticides dans notre système de production agricole et alimentaire. Mme Gillam a remporté plusieurs prix industriels pour son travail et a été reconnue comme une experte mondiale de premier plan sur la corruption dans l'industrie chimique agricole. Son premier livre "Whitewash- The Story of a Weed Killer, Cancer and the Corruption of Science" est sorti en octobre 2017 et a remporté le très convoité Rachel Carson Book Award de la Society of Environmental Journalists ainsi que deux autres prix littéraires.

 

Le deuxième livre de Carey, un thriller juridique intitulé "The Monsanto Papers - Deadly Secrets, Corporate Corruption, and One Man's Search for Justice", devrait sortir le 2 mars 2021.

 

Mme Gillam a été invitée à s'exprimer dans le monde entier sur des questions liées à l'alimentation et à l'agriculture, notamment devant le Parlement européen à Bruxelles et le Forum mondial de la démocratie à Strasbourg, ainsi que devant des fonctionnaires, des organisations et des conférences aux États-Unis, au Canada, en Australie, en Argentine, en France et aux Pays-Bas. Elle a également été invitée à donner des conférences dans plusieurs universités, notamment à l'Université Emory, à la Berkeley Law School, à l'Université de Washington, à la Booth School of Business de l'Université de Chicago, à l'Université de l'Iowa, au Cambridge Forum de Harvard Square, etc.

 

Elle a été consultante et a participé à plusieurs documentaires télévisés et cinématographiques, notamment le documentaire primé Poisoning Paradise sorti en juin 2019 par l'acteur Pierce Brosnan et sa femme Keely Brosnan.

 

Mme Gillam peut s'exprimer sur les questions de sécurité et de sûreté alimentaires, de santé environnementale, d'agriculture, de corruption des politiques réglementaires par les entreprises, ainsi que sur les questions de journalisme, de fausses nouvelles, de pression des entreprises sur les médias, etc.

 

Elle travaille actuellement en tant que journaliste et chercheuse de données pour le groupe de recherche en santé publique U.S. Right to Know.

 

 Source

 

Les mensonges de Monsanto : Carey Gillam et Robert Kennedy

 

 

Voir les commentaires

Arizona : la construction d'une antenne 5G est interrompue

19 Juin 2021, 18:03pm

Arizona : la construction d'une antenne 5G est interrompue

 

19 juin 2021 Ralph Fucetola

DR. RIMA ET SES VOISINS EMPÊCHENT LA CONSTRUCTION D'UNE ANTENNE 5G CHEZ ELLE !

 

Au début du mois, le Dr Rima et ses voisins ont été horrifiés d'apprendre qu'une « petite » antenne cellulaire  de 10 mètres pour la 5G était sur le point d'être construite dans le quartier, à 6 mètres de sa maison - bien que Tucson dispose déjà de la fibre optique en place pour fournir un service de très haute qualité.  Pas besoin de 5G mortelle, merci !

La "loi" n'est pas du côté de ceux qui sont conscients des dangers de la pollution par les radiofréquences (RF) de la 5G.  La loi fédérale empêche les communautés locales d'interdire les antennes 5G, ou même de réglementer les radiofréquences (seule la FCC peut le faire). La loi fédérale empêche les collectivités locales d'interdire les antennes 5G pour des raisons de santé, mais l'autorise pour des raisons de "sécurité publique" et de valeur des biens.

Les responsables locaux répètent le même faux leitmotiv selon lequel nous, le peuple, serions impuissants face au rouleau compresseur fédéral/de la haute technologie, ou c'est ce qu'ils voudraient nous faire croire !

"Mauvaise réponse !" a dit le Dr Rima.  Elle et ses voisins se sont immédiatement organisés et ont occupé le site ! Puis ils se sont mis au travail.

L'avocat Ralph, à la retraite, a rédigé deux lettres de cessation et de renoncement : l'une d'elles demandait la protection du Dr Rima en raison de sa sensibilité avérée aux radiofréquences, conformément à la loi ADA (Americans with Disabilities Act) . L'Arizona, comme tous les autres États de l'Union, reflète cette législation fédérale. La deuxième lettre C&D ( ndt : cesser et renoncer) était une "action Lorax" ( ndt :droits des arbres) au nom de l'arbre Mesquite de plus de 30 mètres, situé sur le site.

Le Dr Rima et l'avocat Ralph sont tous deux juges au Tribunal international de droit naturel et de Common Law sur la santé publique et la justice. La technologie des micro-ondes pulsées (5G) est l'une des trois technologies génocidaires identifiées et interdites par le Tribunal, qui a émis un ordre de cessation et de renoncement à l'intention des responsables des États et des villes, y compris le gouverneur de l'Arizona.

Les voisins du Dr Rima ont contacté les autres habitants de Tucson opposés à la 5G, qui ont rapidement organisé une réunion Zoom à laquelle a participé le Dr Russ Witte, PhD, qui a présenté un Powerpoint extraordinairement détaillé et utile sur les réalités scientifiques, législatives et administratives de cette "arme de qualité militaire" dans nos rues et dans nos cieux. Il s'avère que la position officielle des autorités, souvent affirmée, selon laquelle nous serions impuissants, n'est pas le cas ! La bataille continue. Repousser fonctionne, mais seulement si vous repoussez réellement !

En résumé : AT&T a fait marche arrière pour le moment. Ils ont accepté de retarder la construction pour permettre une "discussion communautaire". Il se trouve qu'il y a une élection primaire le 3 août.  Vous pouvez être sûrs que les candidats au conseil municipal seront sur la sellette de la 5G dans le cadre de la riposte de la communauté ! Les opposants à la 5G à travers le pays s'accordent à dire que cette chaîne d'événements est extrêmement inhabituelle. Nous pensons que l'ajout de l'ordonnance C&D de 52 pages du Tribunal a fait la différence, arrêtant cette antenne là où pratiquement aucune n'avait été arrêtée auparavant.

Vous pouvez en savoir plus sur le travail du Tribunal à l'adresse https://www.peaceinspace.org

 

Push Back, et de l'histoire : à suivre ! Push Back fonctionne !

Partagez avec ce lien : http://www.opensourcetruth.com/5g-tower-construction-halted

 

Voir les commentaires

Covid-19 : vacciner les enfants ? Est-ce bien éthique ?

19 Juin 2021, 17:11pm

Covid-19 : vacciner les enfants ? Est-ce bien éthique ?

 

Dr Eric Ménat – Le 2 juin 2021 - Réinfo covid

En préambule, je tiens à rappeler que je n’ai aucun conflit d’intérêts et que je ne suis pas « anti-vaccins ».

Bien au contraire, le jour où on disposera d’un vaccin qui aura prouvé son innocuité et son efficacité pour empêcher les gens fragiles d’être malades et nous permettre ainsi d’enrayer l’épidémie, je serai le premier à le prescrire.

En attendant, je voudrais vous partager mes réflexions scientifiques et éthiques sur les projets de vaccination des enfants contre la Covid-19, car à mon avis, on est entré dans une spirale infernale qui pourrait très mal se terminer pour les plus jeunes.

Je veux rappeler les principes de la vaccination, tels qu’ils étaient posés depuis des années :

Un vaccin, comme tout traitement, doit avoir plus de bénéfices que de risques.

Il doit protéger le sujet d’une maladie potentiellement grave et qui n’admettrait aucun traitement curatif. On n’imagine pas vacciner contre les rhumes par exemple (sauf à vouloir faire du business).

Il doit également permettre de réduire la propagation de l’épidémie. C’est ce qu’on appelle la vaccination altruiste : on vaccine tout le monde pour protéger les plus faibles.

Ce qui nous ramène au premier point : le vaccin doit être bien toléré, car on va l’injecter à « tout le monde », même à ceux qui ont moins de risques d’être malades ou de faire une forme grave.

Le vaccin doit donc absolument avoir une balance bénéfice-risque favorable pour CHAQUE personne.

 

Que savons-nous de la Covid-19 chez l’enfant ?

La France a dépassé les 100 000 morts officiels à cause de la Covid. Ces chiffres sont souvent contestés, car on a parfois un peu trop rapidement conclu que c’était la Covid qui avait tué, alors que le patient était déjà grabataire ou avait des maladies graves. Ainsi, des personnes en fin de vie en EHPAD ou des patients cancéreux en stade terminal ont attrapé ce coronavirus qui a probablement précipité leur mort, bien que cette dernière était inéluctable dans les semaines qui auraient suivi. Sont-ils vraiment morts de la Covid ? On peut le discuter.

Je vous invite à visionner à ce sujet l’intervention de Pierre Chaillot du 20 mai 2021 dans le cadre des jeudis du Conseil Scientifique Indépendant [1] :

Voir les commentaires

Hélène Banoun : femmes enceintes et injection anti-Covid

19 Juin 2021, 17:02pm

Voir les commentaires

Christian Vélot : il est urgent de ne pas vacciner les enfants

19 Juin 2021, 11:03am

Voir les commentaires

Tucker Carlson : trois questions aux médias

18 Juin 2021, 21:23pm

Voir les commentaires

Conseil Scientifique Indépendant N°10

18 Juin 2021, 21:05pm

Voir les commentaires

Centrale nucléaire du Tricastin : quels territoires seraient touchés en cas d’accident majeur ?

18 Juin 2021, 16:33pm

Centrale nucléaire du Tricastin : quels territoires seraient touchés en cas d’accident majeur ?
Centrale nucléaire du Tricastin : quels territoires seraient touchés en cas d’accident majeur ?
Centrale nucléaire du Tricastin : quels territoires seraient touchés en cas d’accident majeur ?

Vendredi 18 juin 2021 – Coordination antinucléaire Sud-Est

 

    13 millions de personnes contaminées accident majeur adaptation Avignon Biosphère canal de Donzère-Mondragon centrale nucléaire dispersion de radioactivité Drôme fissure Greenpeace Italie Marseille nucléaire Tricastin vallée du Rhône Vaucluse

 

La modélisation de plus de 1000 cartes météorologiques de 2017, 2018 et 2020 montre que si un accident nucléaire majeur de type Fukushima/Tchernobyl devait se produire sur un réacteur de la centrale nucléaire du Tricastin : 13 millions de personnes recevraient en quelques heures une dose de radioactivité supérieure à la limite annuelle d’exposition du public fixée à 1 mSV. Vaucluse, Drôme, Ardèche, Gard, Hérault, Marseille, Lyon, mais aussi Bordeaux et Paris ou encore la Suisse, Munich, Milan et Barcelone seraient touchés.

 

La modélisation de plus de 1000 cartes (1), correspondant chacune à une situation météorologique survenue au cours des années 2017, 2018 et 2020, permet d’évaluer la direction et la dangerosité du nuage radioactif généré si un accident de type Fukushima devait se produire à la centrale nucléaire du Tricastin (Drôme-Vaucluse).

 

Plus de 13 millions de personnes recevraient en quelques heures à peine une dose de radioactivité délétère

 

Ce que les cartes révèlent de la dispersion de la radioactivité  :  sur l’ensemble des 1096 configurations météorologiques étudiées plus de 13 millions de personnes recevraient en quelques heures une dose de radioactivité supérieure à la limite d’exposition du public, fixée à un mSV par an.  Le nuage radioactif s’échappant de la centrale nucléaire du Tricastin toucherait de plein fouet, en fonction des conditions météorologiques, vers le nord des villes et zones telles Montélimar, Valence, toute la Drôme, Lyon et Grenoble ainsi qu’une bonne partie de la Suisse, de  l’Autriche, de l’Allemagne et Munich et même la capitale française Paris; vers le sud des villes et zones telles Avignon et le Vaucluse jusqu'à Marseille et une bonne partie de l’Italie et Milan mais aussi le Gard et l'Hérault et jusqu'à Barcelone en Espagne; vers le sud-ouest la radioactivité atteindrait jusqu'à Bordeaux; vers l'est toute l'Ardèche serait impactée. Presque toutes les régions et grandes villes en France seraient contaminées ainsi que les pays voisins.

 

Plus de 20 fissures sur la cuve d'un des quatre réacteurs

 

 

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>