Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

environnement

Ikea, le seigneur des forêts | ARTE

20 Février 2024, 19:20pm

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

JPMorgan Chase et BlackRock se retirent de l'alliance climatique massive de l'ONU par une décision étonnante

16 Février 2024, 20:48pm

JPMorgan Chase et BlackRock se retirent de l'alliance climatique massive de l'ONU par une décision étonnante

JPMorgan Chase affirme que ses efforts internes en matière de développement durable sont suffisants pour lutter contre le réchauffement climatique

Thomas Catenacci – Le 15 février 2024

JPMorgan Chase et les investisseurs institutionnels BlackRock et State Street Global Advisors (SSGA) ont annoncé jeudi qu'ils se retiraient ou, dans le cas de BlackRock, réduisaient considérablement leur participation à une alliance climatique massive des Nations Unies formée pour lutter contre le réchauffement climatique par le biais d'accords de durabilité des entreprises.

Dans un communiqué, la société JPMorgan Chase, basée à New York, a expliqué qu'elle quitterait le groupe d'investisseurs dit Climate Action 100+ en raison de l'expansion de son équipe interne en matière de développement durable et de la mise en place de son cadre de gestion des risques climatiques au cours des dernières années. BlackRock et State Street, qui gèrent tous deux des milliards de dollars d'actifs, ont déclaré que les initiatives climatiques de l'alliance étaient allées trop loin, exprimant également leurs inquiétudes quant à d'éventuels problèmes juridiques.

Ces annonces étonnantes surviennent alors que les plus grandes institutions financières aux États-Unis et dans le monde font face à une vague de pression de la part des défenseurs des consommateurs et des États républicains concernant leurs priorités environnementales, sociales et de gouvernance (ESG).

"La société a constitué une équipe de 40 professionnels dédiés à l'investissement durable, y compris des spécialistes de la gestion des investissements qui s'appuient également sur l'une des plus grandes équipes de recherche côté acheteur du secteur", a déclaré la banque dans un communiqué partagé avec FOX Business. "Compte tenu de ces atouts et de l'évolution de ses propres capacités de gestion, JPMAM (JP Morgan Asset Management) a décidé de ne plus participer aux engagements Climate Action 100+."


 

BlackRock, quant à lui, a retiré ses activités américaines du Climate Action 100+, transférant son implication dans l'alliance vers la plus petite entité internationale de BlackRock où une majorité de clients poursuivent des objectifs de décarbonation, a rapporté jeudi le Financial Times pour la première fois. Un porte-parole de BlackRock a confirmé à FOX Business que cette décision avait été prise au cours des dernières semaines.

Et State Street a déclaré que sa sortie de l'alliance était due au fait que les engagements de la « phase 2 » de Climate Action 100+ étaient en conflit avec les politiques d'investissement internes de l'entreprise.


 

"SSGA a conclu que les exigences renforcées de la phase 2 de Climate Action 100+ pour les signataires ne sont pas cohérentes avec notre approche indépendante du vote par procuration et de l'engagement des sociétés de portefeuille", a déclaré State Street dans un communiqué, selon le Financial Times.


 

Climate Action 100+ a été officiellement créé en décembre 2017 à l'ONU dans le but d'aligner les plus grands financiers du secteur privé au monde en faveur des producteurs de gaz à effet de serre. Depuis sa création, l’association s’est élargie pour inclure plus de 700 institutions financières qui sont collectivement responsables d’un montant stupéfiant de 68 000 milliards de dollars d’actifs sous gestion.

Le groupe – qui est supervisé par un comité directeur non gouvernemental composé de militants ESG – appelle ses membres à impliquer les entreprises dans « l'amélioration de la gouvernance en matière de changement climatique », la réduction des émissions de carbone et le renforcement des politiques de divulgation financière liées au climat. Ses actions visent largement les investissements bénéficiant à l’industrie pétrolière et gazière, tout en stimulant les stratégies d’investissement dans les énergies vertes.

La stratégie « phase 2 » de Climate Action 100+, qui devait être mise en œuvre plus tard cette année, appelle les investisseurs membres à s'engager activement auprès des entreprises pour réduire leur empreinte carbone.

"Plus de 700 investisseurs se sont engagés à gérer le risque climatique et à préserver la valeur actionnariale grâce à leur participation à l'initiative", a déclaré jeudi un porte-parole de Climate Action 100+ à FOX Business. « Depuis sa création, Climate Action 100+ a connu une croissance remarquable – et cela n'a fait que se poursuivre. »

"L'initiative est récemment entrée dans sa deuxième phase, qui offre aux investisseurs signataires davantage de moyens de participer", a poursuivi le porte-parole. " Rien qu'à l'automne dernier, plus de 60 nouveaux signataires nous ont rejoint, et nous prévoyons que l'intérêt continuera de croître. "

Climate Action 100+, en plus d'autres alliances mondiales pour le climat et de réseaux d'investisseurs, a suscité la colère des États républicains et des législateurs qui ont fait valoir que leurs activités pourraient empiéter sur l'élaboration des politiques gouvernementales. Ils ont également averti que ces associations nuisaient aux sociétés énergétiques nationales qui emploient des milliers d’Américains et garantissent des prix à la consommation bas.

En juin, Jim Jordan, président du pouvoir judiciaire de la Chambre des représentants de l'Ohio, a assigné à comparaître Ceres, une organisation de défense à but non lucratif qui aide à superviser Climate Action 100+, alléguant que le groupe pourrait faciliter la collusion par le biais de ses initiatives axées sur le climat, en violation des lois américaines.


 

"Les décisions prises aujourd'hui par JPMorgan et State Street sont de grandes victoires pour la liberté et l'économie américaine, et nous espérons que davantage d'institutions financières emboîteront le pas en abandonnant les actions ESG collusoires", a écrit Jordan jeudi dans un article sur les réseaux sociaux sur X.


 

De plus, les procureurs généraux des États, les responsables financiers et les commissaires à l'agriculture se sont regroupés ces derniers mois pour menacer de poursuites judiciaires liées à l'implication des banques dans des alliances climatiques.

"Le départ de JPMorgan, State Street et BlackRock est un pas nécessaire dans la bonne direction, mais les consommateurs devraient attendre pour faire à nouveau confiance à ces sociétés", a déclaré Will Hild, directeur exécutif de Consumers Research. "En quittant le cartel climatique Climate Action 100+, ils signalent que les actions de millions de consommateurs et de dizaines d'élus ont un effet."

"Ces sociétés de gestion d'actifs ont clairement peur de la mauvaise presse et des poursuites judiciaires engagées contre leur campagne destructrice de zéro net", a ajouté Hild.


 

https://www.foxbusiness.com/politics/jpmorgan-chase-drops-out-of-massive-un-climate-alliance-in-stunning-move


 

Voir les commentaires

OGM : un pas de plus vers les multinationales au détriment des petits agriculteurs. Bruxelles dérape sous la pression des lobbys

8 Février 2024, 19:41pm

OGM : un pas de plus vers les multinationales au détriment des petits agriculteurs. Bruxelles dérape sous la pression des lobbys

France-Soir Publié le 08 février 2024 - 17:41


 

Mercredi 7 février, le Parlement européen a approuvé une proposition d'assouplissement réglementaire pour certaines variétés de végétaux issues des "nouvelles techniques génomiques", souvent appelés “Nouveaux OGM”. Un dérapage de plus avec ce texte qui vise à s'affranchir des règles qui encadrent les organismes génétiquement modifiés (OGM) et suscite des inquiétudes majeures chez les petits semenciers et les agriculteurs. 

Les nouvelles techniques génomiques (NGT) désignent un ensemble de méthodes de biotechnologie avancée utilisées pour modifier le génome d'un organisme de manière précise et ciblée. CRISPR/Cas9, la plus connue des NGT, est souvent décrite comme des "ciseaux moléculaires" capables de couper l'ADN à des endroits précis. Les scientifiques peuvent ainsi supprimer, ajouter ou remplacer des séquences génétiques spécifiques, facilitant l'étude des fonctions géniques et le développement de traits souhaités dans les organismes. 

Exemption d'étiquetage et d'évaluation des risques

Une autre technique, l’oligonucléotide dirigé contre la mutagenèse (ODM), utilise quant à elle de courts fragments d'ADN ou d'ARN conçus pour introduire des mutations spécifiques dans le génome sans avoir recours à des organismes étrangers comme vecteurs de gènes. 


 

La suite :


 

https://www.francesoir.fr/societe-environnement/ogm-un-pas-de-plus-vers-les-multinationales-au-detriment-des-petits


 

Voir les commentaires

Ursula von der Leyen annonce le retrait du règlement sur les pesticides

6 Février 2024, 18:45pm

Ursula von der Leyen annonce le retrait du règlement sur les pesticides

Ursula von der Leyen annonce le retrait du règlement sur les pesticides

Olivia Gyapong – Le 6 février 2024 -


 

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé mardi (6 février) le retrait du règlement sur l’utilisation durable des pesticides (SUR), qui visait à réduire de moitié l’utilisation des pesticides d’ici 2030, ce qui constitue un coup dur pour le Pacte vert pour l’Europe (Green Deal) et la stratégie « de la ferme à la table » (Farm to Fork).

La Commission européenne a présenté sa proposition de règlement sur l’utilisation durable des pesticides en juin 2022. Dès le départ, son objectif ambitieux de réduire de moitié l’utilisation des pesticides d’ici 2030 avait fait débat.

En novembre dernier, après d’intenses tractations, le texte a finalement été rejeté par les eurodéputés, ce qui plongeait l’avenir du règlement dans l’incertitude.

« La proposition SUR est devenue un symbole de polarisation », a déclaré Mme von der Leyen lors d’une session plénière du Parlement européen à Strasbourg ce lundi. « Elle a été rejetée par le Parlement européen. Il n’y a plus de progrès non plus au Conseil. Il faut donc agir. »

La cheffe de l’exécutif de l’UE a suggéré que la Commission pourrait élaborer une nouvelle proposition « plus aboutie » avec une plus grande participation des parties prenantes.

Ce retrait de la proposition législative intervient après des semaines de protestations d’agriculteurs mécontents des règlementations environnementales de l’UE, et deux semaines après le lancement d’un « dialogue stratégique » sur l’avenir des systèmes alimentaires de l’UE avec les pacteurs du secteur agricole.

La suite :
 

https://www.euractiv.fr/section/agriculture-alimentation/news/ursula-von-der-leyen-annonce-le-retrait-du-reglement-sur-les-pesticides/


 


 

Voir les commentaires

Le miel français en danger de mort

6 Février 2024, 18:41pm

Voir les commentaires

La sensibilité des Arbres par Catherine LENNE

4 Février 2024, 19:26pm

Voir les commentaires

Tromperie sur l'eau en bouteille

31 Janvier 2024, 19:49pm

Voir les commentaires

La Commission européenne veut faire du CO2 un « produit commercialisable »

30 Janvier 2024, 21:01pm

La Commission européenne veut faire du CO2 un « produit commercialisable »
La Commission européenne veut faire du CO2 un « produit commercialisable »

Frédéric Simon – Le 29 janvier 2024 – euractiv.fr

Un document de la Commission européenne sur la gestion industrielle du carbone, qui a fait l’objet d’une fuite et dont la publication officielle est prévue pour le 6 février, prépare le terrain pour le recyclage chimique du dioxyde de carbone capturé ou son utilisation comme carburant pour le transport maritime et l’aviation. 

Une approche au niveau de l’UE est nécessaire « pour établir un marché unique européen pour la [gestion] du carbone à l’échelle industrielle » et atteindre l’objectif de l’Union de parvenir à des émissions nettes nulles d’ici 2050, selon le projet obtenu par Euractiv.

Le document d’orientation, qui décrit les futures options et qui ne contient pas d’obligations légales pour les États membres ou les entreprises, devrait être présenté le 6 février, en même temps qu’un autre document d’orientation sur l’objectif climatique de l’UE pour 2040.

Le texte brosse toutefois un tableau très clair de ce à quoi la future politique climatique de l’UE pourrait ressembler au-delà de 2030.

Pour atteindre la neutralité climatique, « l’UE devra être prête à capter au moins 50 millions de tonnes de CO2 par an d’ici 2030 » et « jusqu’à 450 millions de tonnes d’ici 2050 », peut-on lire dans le document.


La suite :

https://www.euractiv.fr/section/energie-climat/news/la-commission-europeenne-veut-faire-du-co2-un-produit-commercialisable/


 

 

Voir les commentaires

Pour échapper au totalitarisme écologique, il faut quitter l’UE !

27 Janvier 2024, 21:19pm

Pour échapper au totalitarisme écologique, il faut quitter l’UE !

Dr Gérard Delépine – Le 27 janvier 2024

Chaque jour une nouvelle directive écologique de l’UE rogne nos libertés, nous rend la vie plus difficile, nous appauvrit. Quelques exemples.

La crise du logement fortement aggravée par l’UE et les mesures écologiques

La population française de souche n’augmente plus depuis déjà plusieurs années. La crise du logement que nous subissons est donc principalement due à l’afflux d’étrangers, souvent illégaux, que les écologistes et l’UE nous interdisent de refuser sous peine de 20000 euros par migrant1.

De plus les exigences des verts qui interdisent la location de ce qu’ils appellent passoires thermiques2 et qui exigent des travaux extrêmement coûteux, souvent peu efficaces, ont déjà retiré du parc locatif plusieurs centaines de milliers de logements bon marché en attendant d’en exclure plusieurs millions dans les prochaines années, si leur plan diabolique se réalise…Et comme les taux d’emprunts élevés et l’alourdissement important de la fiscalité sur les propriétés3 découragent déjà les investisseurs potentiels, la crise ne peut que s’amplifier…

La promesse écologique d’octroyer des logements faciles à chauffer se transforme progressivement en disparition de logement abordable. L’objectif des verts serait-il de transformer les pauvres en SDF pour leur bilan carbone bien meilleur ?


 

La suite :


 

https://nouveau-monde.ca//pour-echapper-au-totalitarisme-ecologique-il-faut-quitter-lue/


 

 

Voir les commentaires

Le nouveau projet effrayant de l'UE et l'ONU : mettre la Nature en Bourse ! - Bruno Lecomte

25 Janvier 2024, 17:39pm

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>