Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Refroidir la planète ne devrait être possible qu'avec l'aval de tous les gouvernements

5 Avril 2013, 21:51pm

Publié par Ciel Voilé

 

 

Les personnes les plus vulnérables du globe ont besoin de protection contre les impacts énormes et « imprévus » des projets radicaux de géo-ingénierie

Ian Sample, correspondant en sciences - The Guardian  

Dimanche 31 Mars 2013 – Traduction Ciel voilé


Grimsvotn-volcano-erupts--010.jpg

Le volcan Grimsvotn entre en éruption en Islande en 2011. La gestion du rayonnement solaire consiste à pulvériser des particules dans l'atmosphère pour simuler les effets de refroidissement des éruptions volcaniques. Photo: Egill Adalsteinsson / EPA 


Les projets controversés de géo-ingénierie destinés à refroidir la planète  ne devraient pas être mis en œuvre sans recevoir l’aval des gouvernements du monde entier, pour réduire les risques d'accidents catastrophiques, ont déclaré des scientifiques britanniques.


Des chercheurs du Met Office ont réclamé une surveillance globale de ces projets « radicaux », après que des études aient montré qu'ils pouvaient avoir des répercussions énormes et « imprévues » sur certaines des personnes les plus vulnérables de la planète.


Les projets visant à refroidir la planète de manière inégale sont dangereux. Dans certains cas, ils provoqueraient des sécheresses dévastatrices en Afrique, dans d'autres ils augmenteraient les précipitations dans cette région mais provoqueraient la sécheresse sur une grande partie du Brésil
.


« La complexité des systèmes touchés par la géo-ingénierie, et les potentialités pour les gagnants et les perdants,  impliquent qu'une certaine forme de gouvernance mondiale soit essentielle », a déclaré Jim Haywood   au centre Hadley du Met Office à Exeter.


L'avertissement s'appuie sur les travaux des scientifiques et des ingénieurs pour convenir d'un cadre réglementaire qui interdirait les projets de géo-ingénierie à grande échelle, au moins temporairement, mais permettrait de poursuivre des projets de recherche à plus petite échelle.


La géo-ingénierie se présente sous bien des formes, parmi lesquelles « la gestion du rayonnement solaire» (SRM) qui consiste à pulvériser des quantités énormes de particules réfléchissantes dans la haute atmosphère pour simuler les effets de refroidissement des éruptions volcaniques.


Les volcans peuvent éjecter des  millions de tonnes de particules de sulfate dans la stratosphère, où elles restent en suspension pendant des années et refroidissent la planète en réfléchissant une partie de l'énergie du soleil vers l'espace.


En 2009, un rapport de la Royal Society avertissait que la géo-ingénierie n'était  pas une alternative à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, mais  concédait que cette technologie pourrait être nécessaire dans le cas d'une urgence climatique.


Ecrivant dans le journal « Nature Climate Change », Haywood et d'autres montrent que les initiatives visant à refroidir le climat en pulvérisant des particules de sulfate dans l'atmosphère pourraient tourner très mal. Ils ont commencé par examiner les effets inattendus des éruptions volcaniques.


En 1912 et 1982, les éruptions d’abord à Katmai en Alaska, puis à El Chichon au Mexique ont éjecté des millions de tonnes de sulfate dans les cieux nordiques. Ces éruptions ont précédé les grandes sécheresses dans la région du Sahel en Afrique. Lorsque les scientifiques ont recréé les éruptions dans leurs modèles climatiques, les précipitations dans le Sahel cessaient pratiquement alors que les courants d'air humides étaient poussés vers le Sud.


Après avoir établi un lien entre les éruptions volcaniques dans l'hémisphère Nord et les sécheresses en Afrique, les scientifiques ont repris leurs modèles climatiques pour simuler des projets SRM.


Les scientifiques ont choisi un projet typique qui permettrait d'injecter 5 millions de tonnes de sulfate dans la stratosphère chaque année de 2020 à 2070. Cette quantité de sulfate injecté dans l'hémisphère Nord  causerait de graves sécheresses au Niger, au Mali, au Burkina Faso, au Sénégal, au Tchad et au Soudan, et la disparition presque totale de la végétation.


Le même projet aurait des conséquences radicalement différentes s’il était mis en œuvre  à partir de l'hémisphère Sud. Plutôt que d’assécher le Sahel, le refroidissement de l'hémisphère Sud  provoquerait des pluies au Sahel et le reverdissement de la région. Mais ce bénéfice pour l'Afrique se ferait au prix de l’arrêt des précipitations dans le Nord- Est du Brésil.


Les conséquences « imprévues » de projets SRM seraient probablement ressenties beaucoup plus loin. « Nous avons seulement gratté la surface en observant le Sahel. Si les fréquences des ouragans changeaient, cela pourrait avoir un impact sur les Etats-Unis », a déclaré Haywood.


Matthew Watson, qui dirige le projet Spice à l'Université de Bristol, dit que l'étude  révèle les « conséquences dramatiques » d’une géo-ingénierie mal étudiée.


« Ce document nous dit que tous nos actes, quelques qu’ils soient, entraînent des conséquences. Il n’y a pas d’échappatoire possible", a-t-il déclaré au Guardian.


« Tout ce que nous faisons est un compromis, et ce compromis implique qu'il y aura des gagnants et des perdants. Cela soulève d'incalculables questions éthiques: qui décidera comment nous déterminerons ce qui serait un « bon » résultat pour des peuples différents? »


« Comment obtenir un consensus avec plus de sept milliards de parties prenantes? Si demain la décision était prise de mettre en œuvre la géo-ingénierie, elle le serait par des hommes blancs occidentaux, et ce n'est pas bon. », a déclaré M. Watson.


 http://www.guardian.co.uk/environment/2013/mar/31/earth-cooling-schemes-global-signoff?CMP=twt_guIan

 

 

Voir les commentaires

Regardez-vous le ciel ?

1 Avril 2013, 22:01pm

Publié par Ciel Voilé

 

Le phénomène Chemtrails

 

Notre article dans Soleil Levant du mois d’avril 2013


SL206-web.jpg

 

   

Regardez-vous le ciel ? Le ciel a besoin que vous le regardiez. Le ciel bleu est en danger de disparition. Observez-le régulièrement, vous verrez que les jours de ciel totalement bleu se font de plus en plus rares. Ce n’est pas rien.

 

Jamais tant que ces dernières décennies, la destruction de l’environnement sur notre planète ne s’est si dramatiquement intensifiée. Le vivant est attaqué de toutes parts. Les produits chimiques polluent les terres, les eaux et les airs, perturbent et détruisent les écosystèmes et ceux qui y vivent. Des technologies mortifères menacent la santé humaine : nucléaire, OGM, nécro-carburants, nanotechnologie, micro-ondes, puces RFID... Pour la seule victoire du profit.

Un article paru dans le magazine Science de juillet 2011, annonçait le doublement du nombre d’aérosols (ou particules fines) en haute altitude. « L’augmentation très rapide des quantités d’aérosols est surprenante » poursuit J. Daniel. « Elles ont presque doublé en 10 ans. L’augmentation des aérosols depuis 2000 n’est pas encore entièrement expliquée ».

Les moteurs d’avions sont conçus pour être plus propres (32 % de pollution en moins en 20 ans) et pour consommer moins. L’augmentation du trafic aérien ne suffit pas à expliquer ce doublement.
Certains jours, les avions passent sans laisser de trace persistante. Leur traînée de condensation (vapeur d’eau) les suit et se résorbe rapidement au fur et à mesure de leur déplacement. D’autres jours, quelque soit le moment de la journée, plusieurs avions passent en même temps, dans toutes les directions, laissant des traces persistantes qui s’étalent et voilent le ciel, le rendant blanchâtre, pollué. Les conditions atmosphériques, les taux d’humidité, n’expliquent pas la différence, puisque les vols « propres » sont aussi visibles au même moment, en général et paradoxalement, à une altitude plus élevée où il fait donc plus froid.

Depuis l’an 2000, l’espace aérien militaire s’élève jusqu’à 8000 m d’altitude ( 4000 m auparavant). Or circulent dans cet espace de nombreux avions de ligne, en-dessous de leurs couloirs habituels. Ils échappent ainsi aux radars des contrôleurs aériens. Qu’y font-ils ? Quelle proportion d’avions vole sans passager ni fret ?

Pour bien distinguer traînée de condensation et traînée persistante, le mieux est de les observer au même moment dans le ciel. Les avions « traceurs » se permettent des demi-tours, des U, des cercles complets, des quadrillages parfaits. A l’évidence les économies de carburant ne les concernent pas ! Ils volent dans presque toutes les directions de l’espace, en-dessous des couloirs aériens commerciaux. Il ne se passe pas une semaine sans épandage. Mais de plus en plus, la couverture nuageuse nous les cachera.

Observation fréquente : les trajectoires discontinues. Avant de survoler une ville, un avion passe « proprement », et tout à coup lâche une traînée persistante qui s’étalera, puis reprend son trajet « propre ». Il ne s’agit pas de délestage lesquels selon la DGAC, sont exceptionnels et interdits à basse altitude.

Aux Etats-Unis où le « phénomène » est apparu dix ans plus tôt qu’en Europe, dans certains lieux, le ciel n’est plus jamais bleu. La couverture nuageuse y est telle, qu’elle a littéralement « tué » le vent. Nous avons encore la chance en région PACA d’avoir des jours sans traînées persistantes. Et le mistral pour nettoyer le ciel de ces nuages artificiels. Mais que se passerait-il si elles étaient présentes tous les jours ? Nous trouverions cela normal, et nous n’aurions plus que du ciel blanc.
Certaines opérations « coup de poing » menées par une cohorte d’avions (40 en une heure !) peuvent transformer un ciel bleu en couvercle blafard et éblouissant en moins de 3 heures. Depuis quand le trafic aérien serait-il chargé de fabriquer des nuages artificiels
La photosynthèse chez les plantes et l’absorption de la vitamine D chez l’homme sont perturbées. L’analyse des sols et de l’eau révèle des taux anormalement élevés de baryum et d’aluminium. Entre autres. Il s’agit ni plus ni moins d’un crime contre le vivant.

-  La question récurrente est « pourquoi ? ». Le sujet est complexe car il est lié à de nombreux enjeux. Pour ne citer que les principaux : contrôle climatique, répercussion des ondes électro-magnétiques (opérations militaires, projet HAARP...) et main- mise des multinationales semencières sur l’agroalimentaire (ex : gènes résistants à l’aluminium).

Les banques spéculent sur le temps : les marchés annuels représentent des dizaines de milliards de dollars. Des produits dérivés climatiques concernent aussi les capitales européennes. Fera-t-il chaud ou froid sur Paris en avril 2013 : les paris sont ouverts !

L’ETC group, organisation très active à dénoncer les dérives de l’économie verte, a publié un dossier intitulé : « Géopiraterie ». On y apprend comment, à la suite des échecs successifs des négociations sur les enjeux des changements climatiques et de la réduction des gaz à effet de serre, les lobbies verts vendent leur trouvaille : « Vous n’arrivez pas à vous mettre d’accord. Inutile de limiter vos émissions de gaz à effet de serre ! Nous avons la solution : la géo-ingénierie. » Ainsi les pilotes qui participent à ces programmes d’intervention climatique sont convaincus d’agir pour le bien de l’humanité : la lutte contre le réchauffement climatique.

Notons également que certaines structures scientifiques indépendantes se sont spécialisées dans l’étude des "Morgellons", un syndrome qui est directement lié aux substances qui sont pulvérisées par certains avions. L’Institut Carnicom est l’un des plus avancés dans ce domaine, il publie régulièrement de nouveaux travaux. On y apprend notamment que les fibres retrouvées dans le corps des malades sont vivantes et se développent lorsqu’elles sont placés en culture dans des bocaux.Un mélange de substances polymères et biologiques mais également de nanotechnologies constituent ces fibres comme l’a démontré le Dr Hildegarde Staninger. Le sujet a même été abordé à la télévision québecoise.

Il est indispensable de recouper les éléments relevant de ces différents secteurs d’activité pour évaluer pleinement la portée du phénomène. Des politiciens (Nikola Aleksic, Antonio di Pietro...), des scientifiques (Clifford Carnicom, Hildegarde Staninger, rapport Case Orange, météorologues apportant des preuves par le radar Doppler...) témoignent. Et des citoyens s’engagent partout dans le monde pour alerter et informer, comme dans le film « Bye Bye Blue Sky ».

Certains présentateurs météo n’hésitent plus à briser leur carrière professionnelle pour révéler au grand public ce qu’ils savent de ces opérations d’épandage. On a pu le constater lors de bulletins météo télévisés en direct en Allemagne et aux Etats-Unis.

Bien que cela puisse paraître difficile à croire, une complicité à de nombreux niveaux est nécessaire pour assurer la discrétion d’opérations d’une telle envergure. La télévision joue un rôle clé en habituant progressivement petits et grands à l’omniprésence d’un ciel voilé et blanchâtre à travers ses émissions et publicités. Le blog "Actu-Chemtrails" y consacre une rubrique étonnante.

Nous nous sentons comme David contre Goliath, au même titre que les activistes à leurs débuts face au nucléaire, aux pesticides ou aux OGM, mais nous avons le pouvoir de créer un véritable mouvement populaire qui révélera au grand jour ces programmes d’épandage. Il est urgent qu’ils cessent pour que notre belle planète puisse accueillir dans tous les règnes, la vie des générations futures.

http://www.soleil-levant.org/presse/article.php3?id_article=1070

 

 

26 06 2011 toulouse

Voir les commentaires

<< < 1 2