Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

"Je ne peux plus me taire" : un journaliste allemand dénonce les mensonges médiatiques liés au Covid

10 Novembre 2021, 11:57am

"Je ne peux plus me taire" : un journaliste allemand dénonce les mensonges médiatiques liés au Covid
 

Publié le 08/11/2021 à 17:21 - Ole Skambraks interviewé par Servus TV (Autriche)

 

Né en 1979, Ole Skambraks a étudié les sciences politiques et le français à l’université Queen Mary de Londres et le management des médias à l’ESCP Business School de Paris. Il a été présentateur, reporter et rédacteur à Radio France Internationale, rédacteur en ligne et community manager à cafebabel.com, responsable des programmes de l’émission matinale de MDR Sputnik et rédacteur chez WDR Funkhaus Europa/Cosmo. Le 26 octobre, Paul Schreyer, fondateur de Multipolar Magazin, où la lettre de M. Skambraks avait été publiée en allemand (avec un million de vues) le 5 octobre 2021, y rapporte que M. Skambraks a été licencié le 22 octobre par SWR2 de son poste de rédacteur en gestion des programmes/conception sonore, sans toutefois qu'un motif précis de licenciement ne soit spécifié.

Le jeudi 21 octobre la presse "mainstream", en l'occurrence la Stuttgarter Zeitung, avait publié un article sur la lettre de M. Skambraks et a sollicité la SWR2 pour commenter ce licenciement. Celle-ci s'est alors refusée à tout commentaire - sauf pour laisser entendre au quotidien qu'aucune sanction ne serait prise contre leur ex-salarié. Le jour même du licenciement de M. Skambraks, la Deutsche Presse Agentur (DPA) a publié un "factchecking" de la lettre, suite à quoi Paul Schreyer a déposé plainte contre la DPA auprès du Conseil de la Presse allemande (Deutsche Presserat).

Depuis le 5 octobre, M. Skambraks a été interviewé à la télévision autrichienne et sa lettre traduite en quatre langues. La traduction française ci-dessous a été publiée par Expressis-verbis au Luxembourg ; c'est avec leur aimable autorisation, ainsi que celle de Multipolar Magazin et de M. Skambraks lui-même que nous la republions. 

Commenter cet article