Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Groupe Grothendieck, Avis aux chercheurs, aux professeurs, aux ingénieurs, 2020

9 Janvier 2021, 21:06pm

Groupe Grothendieck, Avis aux chercheurs, aux professeurs, aux ingénieurs, 2020

 

8 janvier 2021

Dix thèses sur la technoscience

 

I. À L’APPARENCE de calme élégiaque des universités et campus, où bourgeonne sur l’arbre de la connaissance les cerveaux de demain, correspond en réalité une machinerie infernale pompant nerfs, force de travail et ressources terrestres, avec rigueur et discipline, dans des laboratoires et des instituts où l’on transforme et désagrège plus que l’on étudie. Ces nouveaux temples, où les prêtres-experts propagent les mantras de la Vérité́ sous le nom de « connaissance scientifique », sont en liaison avec les autres arcanes du pouvoir que sont les militaires et les industriels et tout ceci forme la religion de notre époque. Cette religion, c’est la technoscience.

Même si ce Triangle de Fer (science-armée-industrie) mit plus de deux siècles à se constituer, son hégémonie – technoscience arrogante, forces armées sur-puissantes, industries tentaculaires – ne fût écrasante qu’avec la « 3e révolution industrielle », celle de l’atome et de l’informatique. Cette révolution débutant en 1945 sous les auspices annonciateurs de la mort nucléaire dont les noms d’Hiroshima et de Nagasaki sonnent comme le renoncement suprême. L’effort surhumain à produire une énergie inhumaine n’a pu être réalisé qu’en combinant le savoir et la méthode du scientifique, avec le génie pratique des ingénieurs militaires et l’appui manufacturier des grandes industries américaines. Tous trois disciplinés et managés dans un appareillage militaro-étatique et plateformés par l’outil informatique en cours d’élaboration. La science nucléaire et la cybernétique sont les deux disciplines d’où découle la plupart des sciences modernes.

 

II. EN FRANCE, sous l’ère gaulliste, de véritables structures militaro-scientifico-industrielles se mettent en place afin de produire la bombe atomique, l’énergie nucléaire, l’outil informatique et la force de frappe qui va avec. La concentration se cristallisa autour du Commissariat à l’énergie atomique (CEA, 1945) et de l’Office national d’études et de recherches aéronautiques (ONERA, 1946) et fût plus tard coordonnée au sein de la Direction générale de l’Armement (DGA, 1961). Ces instituts en retour, permirent le renforcement des pouvoirs du « monarque présidentiel » et de sa cohorte gouvernementale. Au niveau mondial, il se mit en place à cette époque un état de guerre permanent en temps de paix dont les États-Unis ont été et sont encore les chefs d’orchestre. En effet, le Victory Program (1942) qui permit aux Alliés de remporter la guerre, et sa suite le Manhattan Project (1943) qui permit d’en commencer une autre alors que la précédente n’était pas encore terminée (Guerre Froide), initièrent un changement d’échelle dans la concentration et la dépense d’énergie. C’est le début de ce que Alvin Weinberg, un chercheur du Manhattan Project nomma la « Big Science » :

 

 

Commenter cet article