Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

L'équivalent de la baisse des émissions du au Covid nécessaire tous les deux ans - étude

6 Mars 2021, 20:36pm

L'équivalent de la baisse des émissions du au Covid nécessaire tous les deux ans - étude


Fiona Harvey Correspondante pour l'environnement - Mercredi 3 mars 2021 16.00 GMT

https://www.theguardian.com/environment/2021/mar/03/global-lockdown-every-two-years-needed-to-meet-paris-co2-goals-study




Selon les experts, une baisse équivalente des émissions sur une décennie est nécessaire pour respecter les limites de sécurité du réchauffement planétaire.


La recherche a montré que les émissions de dioxyde de carbone doivent diminuer de l'équivalent d'un confinement mondial environ tous les deux ans au cours de la prochaine décennie pour que le monde reste dans les limites de sécurité du réchauffement planétaire.


Les confinements dans le monde ont entraîné une baisse sans précédent des émissions d'environ 7 % en 2020, soit environ 2,6 milliards de tonnes de CO2, mais des réductions de 1 à 2 milliards de tonnes sont nécessaires chaque année au cours de la prochaine décennie pour avoir une bonne chance de maintenir les hausses de température à 1,5 ou 2 °C des niveaux préindustriels, comme l'exige l'accord de Paris.


Les recherches publiées mercredi montrent que les pays commençaient à ralentir leurs taux d'émissions de gaz à effet de serre avant que la pandémie Covid-19 ne frappe, mais pas aux niveaux nécessaires pour éviter la dégradation du climat. Depuis que les mesures de confinement ont été assouplies dans de nombreux pays l'année dernière, des signes forts indiquent que les émissions vont à nouveau augmenter pour dépasser les niveaux de 2019, ce qui compromet gravement les perspectives de réalisation des objectifs de Paris.

Corinne Le Quéré, auteur principal de l'étude, a déclaré que le monde se trouvait à un point crucial alors que les gouvernements injectaient de l'argent dans l'économie mondiale pour faire face aux impacts de la pandémie. "Nous avons besoin d'une réduction des émissions de l'ampleur de la chute tous les deux ans, mais par des méthodes complètement différentes", a-t-elle déclaré.


Les gouvernements doivent donner la priorité à l'action climatique dans leurs efforts pour se remettre de la pandémie, a-t-elle ajouté. "Nous n'avons pas compris dans le passé que nous ne pouvions pas nous attaquer au changement climatique comme une question secondaire. Il ne peut pas s'agir d'une loi ou d'une politique unique, il doit être mis au cœur de toute politique", a-t-elle déclaré. "Chaque stratégie et chaque plan de chaque gouvernement doit être cohérent avec la lutte contre le changement climatique".


L'étude s'ajoute à d'autres recherches qui montrent que la chute drastique des émissions de gaz à effet de serre associée à la pandémie aura peu d'impact sur les objectifs climatiques à long terme et pourrait être suivie d'une reprise rapide si les pays ne prennent pas rapidement des mesures pour détourner leur économie des combustibles fossiles.


"Il y a une réelle contradiction entre ce que les gouvernements disent faire [pour générer une reprise verte] et ce qu'ils font", a déclaré M. Le Quéré. "C'est très inquiétant".
Glen Peters, du centre Cicero pour la recherche climatique en Norvège, qui a co-écrit le document, a déclaré que des changements structurels étaient nécessaires pour que les économies du monde entier s'éloignent des combustibles fossiles et d'autres activités à forte intensité de carbone.


"Les émissions étaient plus faibles en 2020 car les infrastructures de combustibles fossiles étaient moins utilisées, et non pas parce que les infrastructures étaient fermées", a-t-il déclaré. "Lorsque l'infrastructure des combustibles fossiles sera à nouveau utilisée, il y a un risque de forte hausse des émissions en 2021, comme on l'a vu à la suite de la crise financière mondiale en 2009".


L'article, publié dans la revue Nature Climate Change, montre que de nombreuses grandes économies mondiales réduisaient leurs émissions avant la pandémie. Le Global Carbon Project, une équipe de scientifiques du monde entier, a constaté que 64 pays avaient réduit leurs émissions entre 2016 et 2019 par rapport à 2011 à 2015, mais que 150 pays avaient enregistré une augmentation de leurs émissions au cours de cette dernière période.


Les pays doivent de toute urgence intensifier leurs efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, a déclaré M. Le Quéré. L'étude montre que le taux annuel de réduction des émissions doit être multiplié par dix environ, alors qu'il était de 160 millions de tonnes par an dans les pays à revenu élevé avant que la pandémie ne frappe.


Dans les pays à faible revenu, il n'y a pas eu de véritable ralentissement des émissions entre 2016 et 2019 par rapport aux deux périodes quinquennales précédentes. Ces pays doivent également ralentir considérablement le taux d'augmentation de leurs émissions à l'avenir si l'on veut atteindre les objectifs de Paris.


Joeri Rogelj, professeur de climat à l'Imperial College de Londres qui n'a pas participé à l'étude, a déclaré que les gouvernements risquaient de revenir sur leurs engagements en matière de climat en raison de la pandémie et de la ruée vers le redémarrage d'économies bloquées.


"Les gouvernements doivent utiliser leurs mesures de relance de manière intelligente et à l'épreuve du temps, mais d'autres analyses ont montré que très peu de gouvernements saisissent cette opportunité", a-t-il déclaré. "Actuellement, les actions et les investissements de nombreux gouvernements en réponse à Covid-19 poussent les émissions dans la direction opposée".


Dave Reay, professeur de gestion du carbone à l'Université d'Edimbourg, qui n'a pas non plus participé à l'étude, a déclaré : "Il y a déjà des signes qu'au lieu de mieux reconstruire, il s'agit plus souvent de reconstruire, peu importe. Si nous voulons avoir une chance de nous remettre sur la bonne voie pour atteindre les objectifs de Paris, la voie de sortie de la pandémie doit être à la fois mondiale et verte".


 


 
Commenter cet article